Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Daniel Moulinet, Laïcat catholique et société française. Les Comités catholiques (1870-1905), Paris, Les éditions du Cerf, 2008, 582 p.

Axelle Brodiez

Texte intégral

1Cet ouvrage est tiré de l'habilitation de Daniel Moulinet, prêtre du diocèse de Moulins et professeur d'histoire religieuse contemporaine à l'université catholique de Lyon. À l'aide d'une source extrêmement riche et très peu utilisée, les archives des Comités catholiques et des Assemblées générales, l'auteur cherche d'une part à étudier le fonctionnement, le sous-bassement idéologique et l'action locale de ces Comités, et d'autre part à dresser un panorama des œuvres catholiques de cette époque, les comités affichant d'emblée, outre un rôle de défense religieuse, une volonté de coordination des œuvres. L'étude porte sur la période allant de 1870 (lancement de « L'Internationale noire », organisation secrète lancée sous Pie IX pour fédérer l'action des laïcs catholiques en Europe au service de la défense religieuse, et qui a en France donné naissance aux Comités) à 1905 (loi de Séparation et encyclique Il fermo proposito marquant la reconnaissance de l'action sociale et politique menée par les laïcs, et qui devient rapidement la charte de l'Action catholique).

2Une première partie, courte (30 pages), examine les « sources d'inspiration » de ces Comités. Celles-ci sont d'une part françaises : Charles de Montalembert, qui avait déjà tenté, au milieu du siècle, de fédérer les forces catholiques et était parvenu à faire inscrire dans le droit commun la liberté en matière d'enseignement ; de façon plus générale, les catholiques en lutte sous la Monarchie de Juillet au service de la liberté de l'enseignement primaire puis secondaire, et l'ensemble des combats qui légitiment l'action des laïcs dans l'Église et montrent l'importance de l'union pour faire aboutir les revendications. Mais les Comités catholiques s'insèrent aussi dans un contexte plus large, européen ; on y trouve donc des références aux modèles étrangers (Belgique, Allemagne, Suisse, Italie,...), des contacts avec plusieurs pays et des réseaux de personnalités.

3La deuxième partie, la plus longue (200 pages), porte sur les assemblées des catholiques et les comités locaux. Les Comités catholiques parisiens naissent d'une action à visée électorale, en 1871. L'auteur examine notamment la composition sociologique des premières assemblées (1872-1877). Parallèlement se tiennent tous les ans, de 1873 à 1906, des Assemblées du Nord et du Pas-de-Calais. Suite au Ralliement à la République, demandé par le pape Léon XIII mais refusé par le président des assemblées parisiennes, le sénateur Charles Chesnelong, celui-ci se dérobe et ne convoque plus les assemblées parisiennes. Le relais est alors pris par celles du Nord, qui exercent dès lors une fonction de suppléance et voient leur nombre de participants augmenter fortement. Sociologiquement, les assemblées du Nord apparaissent aussi beaucoup plus cléricalisées, bien que ce soient avant tout les laïcs qui y prennent la parole.

4L'auteur propose également une distinction chronologique entre la période de l'Ordre moral (1870-1878), celle qui mène au Ralliement (1878-1890) et celle qui conduit à la Séparation (1891-1906). À l'époque de l'Ordre moral, les catholiques conservent l'espoir d'une restauration catholique et monarchique. Les Comités souhaitent alors « opposer à la société contemporaine, [considérée comme] minée par les principes du protestantisme et de la révolution, une perspective de société chrétienne fondée sur le Syllabus et le Concile du Vatican » (p. 77) ; ils demandent en particulier les libertés d'association, de propriété et d'enseignement. En 1879, la démission de Mac Mahon fait sauter le dernier rempart du cléricalisme et les Républicains cherchent dès lors à ramener l'Église catholique dans le droit commun, par une stricte application du Concordat et des articles organiques. Les assemblées se placent alors au sceau de la défense religieuse : lutte contre les lois scolaires et défense des religieux enseignants, engagement plus politique des catholiques (les options personnelles penchent souvent en faveur de la monarchie), défense de la souveraineté temporelle du pape, antimaçonnisme, développement des œuvres, dénonciation du socialisme et attention plus grande portée à la question sociale (notamment en prônant la solution corporatiste). Les Comités se veulent alors des lieux de conscientisation des catholiques face aux mesures laïcisatrices. Ceci rend plus difficile encore l'acceptation du Ralliement, dont l'idée se profile dès 1890 (toast d'Alger du cardinal Lavigerie). Charles Chesnelong, président des comités, fonde alors l'Union de la France chrétienne, très liée à la droite monarchique, pour tenter de fédérer les catholiques dans la lutte contre les lois anticléricales. En 1892, les positions plus explicites du pape en faveur du Ralliement conduisent à la dissolution de l'Union de la France chrétienne, désavouée, et à la mise en sommeil jusqu'en 1897 des Assemblées générales des catholiques – même si le pape leur conserve officiellement son soutien.

5Suite au retrait de Chesnelong, les assemblées du Nord prennent le relais et acquièrent un rayonnement plus large. L'auteur propose alors un assez long inventaire des thèmes soulevés chaque année lors de ces assemblées (1893-1895, 1897-1906) un temps entrecoupées de « Congrès nationaux catholiques » (1896-1898). Ces assemblées donnent en particulier lieu à d'importants rapports sur les œuvres et abordent souvent la question sociale. À partir de 1901, le ton devient plus combatif, au fil des menaces toujours plus lourdes qui pèsent sur les congrégations ; des mesures concrètes sont aussi mises en place pour soutenir financièrement l'Église.

6Un chapitre porte enfin sur les différents Comités catholiques de Paris et de province, pour tenter de mieux saisir leur diversité et leurs actions locales. Celles-ci vont de l'organisation de réunions à des souscriptions et pétitions, en passant par l'organisation de pèlerinages et de processions, la création de bibliothèques populaires et de cercles catholiques d'ouvriers, le combat pour la sanctification du dimanche, etc. Ils sont souvent intransigeants et liés au royalisme.

7La troisième partie (100 pages) porte sur « les hommes d'oeuvre ». L'auteur examine d'abord la biographie des principaux dirigeants des Comités catholiques (Charles Chesnelong, Émile Keller, Antoine de Caulaincourt, Charles Thellier de Poncheville et Charles de Nicolay) : si les deux premiers sont des hommes politiques d'envergure nationale, et le troisième et le dernier avant tout des hommes d'œuvres, tous sont des monarchistes affirmés et paraissent placer leur engagement chrétien au-dessus de la politique. Un chapitre est consacré à l'analyse du profil sociologique des membres laïcs, sur la base des individus repérés comme étant intervenus à plusieurs reprises lors des Congrès (soit un panel de 300 individus) : l'auteur dénombre 32% « d'élites sociales » (12% de parlementaires, 14% de nobles, 6% d'universitaires) et 22% de « professionnels » (par ordre décroissant juristes, industriels, hommes de presse, économistes, médecins et militaires). Chaque catégorie donne lieu à des sous-typologies et à des séries de portraits individuels. Un chapitre enfin est consacré aux prêtres et religieux au service des œuvres (27,5%) : évêques, prêtres et religieux.

8La dernière partie (150 pages) s'attache à dresser un « panorama des œuvres », sur la base du gros travail d'enquête réalisé fin XIXe s. par l'Office central des œuvres de bienfaisance. Les assemblées catholiques apparaissent en effet comme une vitrine des différentes œuvres et reflètent en ce sens la diversité des engagements militants. Un premier chapitre replace les œuvres catholiques dans un panorama plus large, pour mettre en avant leur poids relatif : chiffres à l'appui, ce poids apparaît en particulier important dans le domaine de l'enseignement (surtout écoles maternelles et professionnelles) et les œuvres sociales (orphelinats, patronages, œuvres de secours aux indigents,...) ; en revanche, les catholiques sont distancés sur le terrain des hôpitaux, des crèches ou des institutions de prévoyance. Le second chapitre porte plus spécifiquement sur les différentes œuvres de spiritualité, dans un contexte de contre-offensive face aux mesures de laïcisation de l'enseignement mais aussi de floraison des pèlerinages, des dévotions au Sacré-Coeur et de montée en puissance de la piété ultramontaine. Le troisième chapitre traite des œuvres relatives à l'enseignement et à la jeunesse : diversité des œuvres d'enseignement primaire, secondaire, technique et spécial, supérieur ; cercles d'étudiants, œuvres au service des écoles catholiques, patronages et œuvres post-scolaires, mouvements de jeunesse, etc. Le quatrième porte sur les œuvres sociales et charitables : œuvres pour les travailleurs (cercles catholiques d'ouvriers, corporations, formation religieuse et culturelle, secrétariats du peuple,...), syndicats confessionnels, cercles d'études sociales, œuvres d'aide aux pauvres. Enfin, le dernier chapitre traite des œuvres de défense religieuse et de propagande (dont publications et conférences).

9La conclusion, assez longue (20 pages), s'attache à dégager les grandes lignes de force des œuvres catholiques, des laïcs catholiques engagés et du projet de société catholique, en pointant également certains problèmes et l'existence de clivages. Sur la question des œuvres d'assistance, la majorité des patrons du Nord présents dans les Comités paraissent ainsi très réticents à l'abandon de la perspective paternaliste et n'acceptent que difficilement l'existence de syndicats mixtes. Les Comités sont aussi tiraillés entre volonté de conquête et préservation de l'existant. Face au durcissement du contexte, la stratégie se cherche et les actions se déplacent progressivement du terrain politique au juridique puis à l'action sociale ; mais le projet de société se heurte à des limites plus larges, celles de l'indifférence croissante des masses, de l'image rétrograde de l'Église et des divisions internes au sein des Comités.

10On a donc ici un ouvrage long (510 pages de texte), érudit, bien documenté, qui met en avant une source originale et souvent méconnue. Le foisonnement de références et de biographies en fait un véritable outil. On ressort toutefois de cette copieuse lecture avec un certain sentiment de mauvaise digestion. L'auteur tend en effet à accumuler les listes de congrès puis les énumérations d'œuvres sans les problématiser ni les articuler ; les redondances sont nombreuses et la tendance à l'abus de citation récurrente. D'autre part, une aporie n'est jamais ni résolue, ni même d'ailleurs évoquée, celle de la distorsion entre des comités pleinement intégrés dans l'intransigeantisme, résistants au Ralliement et largement nostalgiques de la monarchie et d'un ordre social moyen-âgeux (croisades, chevaleries et autres corporations), donc de plus en plus en marge par l'idéologie professée ; et un formidable réseau d'œuvres qui semble bien, comme l'indique à juste titre l'auteur, tenter inversement, dans une visée intégrale, d'envelopper la vie du croyant du berceau à la tombe et dans toutes les circonstances de la vie. Dès lors, comment concilier ces deux faits ? La distinction souvent hermétique opérée par l'auteur entre ses différentes parties est une illustration de la difficulté à penser ensemble des faits qui mériteraient, au final, d'être davantage articulés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Axelle Brodiez, « Daniel Moulinet, Laïcat catholique et société française. Les Comités catholiques (1870-1905), Paris, Les éditions du Cerf, 2008, 582 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 14 septembre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/1942

Haut de page

Auteur

Axelle Brodiez

Ville et sociétés urbaines
LARHRA, UMR 5190

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals