Navigation – Plan du site
Mélanges
Habilitation à diriger des recherches et thèses 2006

Philippe Delisle, Catholicisme, politique et identité dans la Caraïbe francophone et en Guyane au XIXe siècle, Habilitation à Diriger des Recherches soutenue le 26 mai 2006 à l’Université Lumière-Lyon 2

Jury : Danielle Bégot (Université Antilles – Guyane), Jean-Luc Bonniol (Université Aix – Marseille 1), Jean Pirotte (Université de Louvain-la-Neuve), Claude Prudhomme (Université Lumière – Lyon 2, Directeur), Christian Sorrel (Université de Savoie), avec un rapport écrit de Lawrence Jennings, empêché (Université d’Ottawa)
Claude Prudhomme

Texte intégral

1La soutenance en vue d’obtenir l’Habilitation à diriger des Recherches constitue aujourd’hui un moment clé dans l’itinéraire d’un historien universitaire. Elle n’est pas seulement l’obtention d’un droit et une étape obligée dans une carrière mais aussi l’occasion de revenir sur deux décennies de travaux, d’en mesurer la cohérence et d’en évaluer la pertinence. Elle est l’acceptation affichée du débat scientifique contradictoire comme condition nécessaire d’une démarche scientifique. La soutenance de Philippe Delisle a d’abord vérifié l’intérêt de cette procédure parce qu’elle permet au chercheur de rendre compte de ses travaux et à un jury international et pluridisciplinaire de commenter et discuter le dossier proposé à sa lecture.

2De son itinéraire Philippe Delisle a rendu compte dans un Essai de synthèse qui décrit l’évolution de ses recherches. Elles ont abouti à la soutenance de sa thèse (publiée en 1997 sous le titre Renouveau missionnaire et société esclavagiste. La Martinique : 1815 - 1848), à trois ouvrages de 2000 à 2005 (Histoire religieuse des Antilles et de la Guyane française - Le catholicisme en Haïti au XIXe siècleL’anticléricalisme dans la Caraïbe francophone) et à trente – cinq articles de 1995 à 2005.

3Prendre pour période de référence le XIXe siècle et pour objet de recherche les rapports entre mission et esclavage dans la Caraïbe n’était pas sans risque. Risque de mettre au centre le fait religieux jusque là quasiment monopolisé par la littérature ecclésiastique, risque né de la confrontation à la question de l’esclavage à propos duquel tout discours historique rencontre inévitablement de très fortes attentes sociales ; risque enfin de faire irruption dans les débats antillais ou guyanais, sans la légitimité du natif, en s’attirant le reproche de ne pas comprendre une société dont l’historien n’a pas une expérience directe suffisante.

4Quinze ans plus tard il apparaît que les qualités de Philippe Delisle en matière de relations sociales se sont révélées particulièrement utiles pour lever la plupart de ces préventions et le faire admettre dans le cercle des spécialistes des Caraïbes. Extérieur à cet espace, il n’y est pas resté étranger, a su nouer des liens solides et internationaux, y compris avec des historiens anglophones, et conserver sa liberté de parole malgré les enjeux. Car il faut bien l’admettre, quand bien même on est profondément convaincu de la nécessité de défendre l’indépendance de la recherche : on ne peut pas faire l’histoire des sociétés esclavagistes et colonisées sans prendre en compte les traumatismes et les failles qui les caractérisent encore aujourd’hui.

5Décidé à échapper à une certaine histoire des représentations qui, prise au jeu des discours en miroirs, finit par perdre de vue les sociétés qu’elle prétend décrire, Philippe Delisle a eu le mérite d’aller voir dans les archives, au plus près du terrain. Il a ainsi mis au jour une documentation considérable et inédite, en particulier grâce à l’exploitation de précieuses correspondances conservées dans les archives congréganistes. On sait désormais l’intérêt et l’importance des archives, non seulement des congrégations masculines de prêtres, mais aussi de frères ou de religieuses, témoignages souvent plus spontanés et donc attentifs au quotidien de la vie, voire au détail et à l’anecdote révélatrice de comportements ou de mentalités. Cette attention au vécu, qui privilégie le témoignage primaire, s’impose ainsi comme le matériau essentiel de l’historien et permet d’introduire l’indispensable distance critique avec tous les discours à charge ou à décharge.

6Mais cette habilitation a été surtout l’occasion de revenir sur le parcours historiographique dont le mémoire a retracé les étapes et les inflexions. Comme l’indique le titre du dossier, l’itinéraire du chercheur souligne la volonté de concilier continuité et élargissement. Trois entrées permettent de le vérifier.

7L’étude de la mission catholique reste le point de départ des travaux successifs, à la fois pour des raisons d’archives et à cause du rôle structurant joué par le christianisme dans les sociétés créoles. Mais l’adhésion au christianisme ne s’effectue pas sur le mode de la reproduction ou de la conformité docile au message missionnaire. Elle passe par une négociation permanente avec les croyances héritées et oblige à s’interroger, moins sur les motivations individuelles qui restent en dernière analyse inaccessibles, que sur les mécanismes et les modalités d’acclimatation du catholicisme dans chaque espace particulier. On voit ainsi se constituer un catholicisme spécifique, où l’écart avec la norme ecclésiastique peut être considérable, sans qu’il soit vécu comme contradictoire (hétérodoxe) par les fidèles. Mais Philippe Delisle va plus loin en faisant l’hypothèse que le catholicisme est devenu l’univers de référence, à partir duquel se recomposent les croyances anciennes. Ainsi le vaudou haïtien, cas extrême et spectaculaire de ce processus, n’est pas essentiellement une survivance africaine, ni une religion traduisant un refus, mais plutôt une reconstruction intégrant à sa manière le catholicisme, au point que la première condition posée au candidat pour être affilié est d’être baptisé dans le catholicisme.

8Les travaux du chercheur, consacrés initialement à la préparation et la mise en œuvre de l’abolition de l’esclavage, se sont progressivement étendus à l’étude des mutations des sociétés après l’abolition. Ils mettent l’accent sur la similitude des logiques mais insistent aussi sur le nécessaire respect des diversités. Ils soulignent ainsi l’importance du rôle joué aux Antilles par une élite de couleur qui sort de sa double marginalité, valorise le métissage, s’impose comme la représentante légitime des populations créoles, décide aussi du rapport à la métropole, combinant une reconnaissance sincère à la République émancipatrice de 1848 et la défense de ses propres intérêts. Mais au-delà de cette catégorie sociale, devenue un intermédiaire indispensable, les travaux du candidat enrichissent notre connaissance du processus de créolisation et de ses acteurs. À l’interface de deux mondes, missionnaires français et nouvelles élites autochtones s’opposent ou collaborent, mais contribuent les uns et les autres à la construction de la société post-esclavagiste.

9Continuité et élargissement se retrouvent enfin dans l’espace géographique embrassé. De la Martinique à la Caraïbe et à la Guyane se dessine un espace commun qui transcende les frontières politiques et les destinées historiques. Ce territoire de la francophonie créole a jusqu’ici été scindé en multiples éléments. Les travaux de Philippe Delisle viennent confirmer l’intérêt des intuitions qui ont conduit à définir un espace créole francophone et ils rejoignent la volonté du GEREC (Groupe de Recherches en espaces Créolophones et Francophones) d’encourager les études comparatives sur une base inter-disciplinaire.

10Il faudrait énumérer ici les multiples questionnements abordés ou suggérés par les travaux présentés en vue de l’habilitation. Faute de pouvoir les examiner, on peut au moins en évoquer quelques-uns. Certains relèvent des modèles missionnaires, catholique ou laïque, qui sont mis en œuvre. À l’utopie de la société chrétienne régie par les normes catholiques, et subversive à sa manière comme le montre le cas de la colonie de Mana sous l’autorité d’Anne-Marie Javouhey, répond l’utopie de la société républicaine laïque sous l’autorité des élites de couleur et de la franc-maçonnerie. L’une et l’autre sont bien des constructions originales, obligées de s’adapter aux réalités locales. L’une et l’autre échouent à imposer leur idéal devant la résistance des hiérarchies sociales et la confiscation du pouvoir économique ou politique par des minorités. Sans doute conviendra-t-il d’élargir la réflexion sur les modèles sociaux qui sont en concurrence, interprétation esquissée dans le mémoire d’habilitation.

11Mais l’intérêt du dossier tient surtout à la façon dont est analysé et interprété le rapport entre catholicisme et créolité. Il apporte un éclairage nouveau sur la manière dont le catholicisme négocie son rapport à la modernité. On voit en effet le projet intransigeant, au sens défini par Émile Poulat, impuissant à imposer ses objectifs et ses méthodes. Il doit laisser se développer une religion vécue qui ne cache pas ses différences avec l’orthodoxie prônée par le clergé. Le foisonnement des rites domestiques, l’investissement des lieux de culte et des pratiques catholiques par l’univers magico-religieux, le détournement de certaines pratiques, leur superposition avec d’autres traditions et leur réemploi ne pouvaient échapper au clergé gardien de la norme. Il en résulte un jeu subtil, où l’ inclusion des différences l’emporte peut-être sur l’exclusion, dont on voit encore mal dans quelle mesure il est accepté par les clercs (faute de mieux ?) et perçu comme non conforme à l’enseignement du catéchisme par les fidèles.

12Dans cette mécanique de l’appropriation du catholicisme, Philippe Delisle confirme le rôle central joué par la croyance religieuse pour donner un sens au déracinement originel des populations, maintenir un lien avec les ancêtres, tisser l’indispensable lien social au sein de la nouvelle société créole. Il conduit à s’interroger sur le rôle historique du catholicisme dont on a montré en Europe qu’il fut sans doute la religion de la sortie de la religion. Il semble, dans cet autre contexte, avoir servi de commun dénominateur aux populations, offrant, malgré un discours contraignant, un espace pour intégrer des croyances et des rites venus d’autres cultures. Il favorise finalement un certain dépassement des différences à défaut de réaliser l’égalité sociale et raciale. Les cas examinés par le candidat, et on pourrait élargir la comparaison aux sociétés créoles de l’Océan Indien (Seychelles, Mascareignes) et de l’Amérique (Louisiane, Brésil), suggèrent en effet une capacité particulière du catholicisme à tolérer la circulation des croyances et des pratiques sous l’apparence d’une orthodoxie fortement contrôlée.

13Car en définitive, ce que l’historien des sociétés créoles met en question par ses travaux, et dont le jury a débattu, c’est aussi notre compréhension de la notion de « créole » et de ses dérivés : créolisation, créolité, créolitude, créolie… Il démontre la nécessité d’une confrontation avec l’anthropologie, notamment les travaux de Jean-Luc Bonniol, et la fécondité d’une approche qui intègre la durée. On doit espérer, et même demander, que Philippe Delisle poursuive et approfondisse sa réflexion sur les mots, leur histoire, leur usage. L’amorce d’une réflexion interdisciplinaire, dont il a eu l’initiative dans le cadre de notre équipe de recherche RESEA, au travers d’une journée d’étude sur l’historien et le métissage, doit maintenant trouver un prolongement plus ambitieux. Le moment est venu d’aborder globalement, c’est-à-dire de manière interdisciplinaire, en prenant en compte l’ensemble des cas recensés, l’étude comparative des sociétés créoles marquées par le catholicisme, en distinguant peut-être un type francophone et un autre lusophone.

14Une telle recherche relève évidemment d’un projet scientifique. Mais la dimension sociale, pour ne pas dire civique, ne peut pas être oubliée. Le cas antillais vient rappeler, de gré ou de force, les implications majeures qu’il y a à parler plutôt de créolitude ou de négritude ou d’antillanité. La question de l’identité rattrape inévitablement le chercheur. Philippe Delisle peut ici mettre à profit sa position particulière pour contribuer à stimuler le débat quand bien même il est parfois brutal. En donnant accès à ce passé si présent, il est en mesure de montrer que l’étude historique permet de dépasser les métaphores iréniques (l’arc-en-ciel créole), qui masquent les rapports de force et les dominations, comme les affrontements stériles qui ignorent la fécondité de la circulation des hommes, des croyances, des idéaux dont témoigne l’histoire des sociétés créoles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Philippe Delisle, Catholicisme, politique et identité dans la Caraïbe francophone et en Guyane au XIXe siècle, Habilitation à Diriger des Recherches soutenue le 26 mai 2006 à l’Université Lumière-Lyon 2 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/2075

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA – LARHRA, UMR 5190 Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals