Navigation – Plan du site
Mélanges
Habilitation à diriger des recherches et thèses 2006

Bertrand Lamure, Les pèlerinages catholiques français en Terre Sainte au XIXe siècle. Du pèlerin romantique au retour des croisés, Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2, 31 mars 2006

Jury : Philippe Boutry (Université Paris I - Sorbonne), Henry Laurens (Collège de France), Jean-Dominique Durand (Université Jean-Moulin - Lyon III), Claude Prudhomme (Université Lumière - Lyon 2, Directeur)
Claude Prudhomme

Texte intégral

1La thèse soutenue par M. Bertrand Lamure, se présente sous la forme d’un volume de 503 pages fort bien présenté, avec de nombreuses illustrations et un dossier cartographique abondant. Elle porte sur le pèlerinage catholique français en Terre Sainte au XIXe siècle, sujet que l’auteur qualifie lui-même, trop modestement, de mineur, relevant de la micro-histoire. En fait il n’en est rien. Le jury s’accorde à y voir un beau sujet de thèse sur une question importante : la reprise du pèlerinage de masse vers Jérusalem, après des siècles d’interruption, dans un contexte franco-français et international particuliers : celui de la rechristianisation de la France après la tourmente révolutionnaire ; puis du conflit entre l’Église et l’État et de la lutte anticléricale, mais aussi contexte de la montée des puissances nationales dans lequel la présence au Levant est enjeu considérable. L’auteur prend aussi en compte, et ce n’est pas le moindre de ses apports, l’évolution des esprits depuis les voyages solitaires à la Chateaubriand, les pèlerinages collectifs de masse du style nouveaux croisés, mais croisés pacifiques, à l’émergence du pèlerinage-tourisme.

2Le plan choisi est un plan à dominante chronologique en trois parties : « Retour des pèlerins en Terre Sainte 1806-1882 », « Le formidable essor des pèlerinages de Pénitence », « Consolidation et contestation 1893-1914 ». Sans doute aurait-il mieux valu distinguer le premier XIXe siècle – la période romantique – de la période postérieure à 1870 où s’ouvrent les grands pèlerinages de masse, et mieux distinguer les enjeux politiques et religieux. Cependant le plan mis en œuvre permet à M. Lamure de traiter d’une manière systématique tous les problèmes posés par l’irruption en Terre-Sainte par ce type de pèlerinage, sans négliger la concurrence d’autres pèlerinages nationaux, même si la présence italienne est quelque peu oubliée, ce qui est évidemment regrettable…

3Pour mener à bien son travail, M. Lamure s’est appuyé sur une masse documentaire importante, qui va des archives diplomatiques françaises, notamment du poste de Jérusalem, aux archives ecclésiastiques, du Saint-Siège et de plusieurs congrégations religieuses, des Assomptionnistes notamment, mais aussi des Frères des Écoles chrétiennes, des Pères blancs et des Franciscains. La documentation imprimée, notamment littéraire, complète l'information de ce travail méthodique et réalisé avec soin. L’iconographie est intégrée dans le texte et les annexes sont souvent très suggestives, au point que l’on regrette que certains documents ne soient pas accompagnés d’un commentaire spécifique. L’éventail des sources mobilisées témoigne du souci de ne pas s’enfermer dans une vision unilatérale. Ainsi l’objet est neuf et bien délimité : l’étude des pèlerinages catholiques français en Terre Sainte, qualifiés de « pèlerinages de pénitence ».

4L’intérêt du travail est d’abord de combler un vide historiographique en éclairant une pratique dont l’importance est aujourd’hui sous-évaluée dans les histoires du christianisme. Il nous fait pénétrer au cœur de l’identité catholique à la fin du XIXe siècle. Il met en lumière des dimensions essentielles pour comprendre la vision de l’histoire et du monde qui triomphe à cette époque parmi les catholiques français. Combattus et confrontés à la sécularisation, ces derniers recentrent leur foi sur la référence au Christ de la Passion et privilégient l’appel à la pénitence. Leur foi se structure autour de mythes collectifs parmi lesquels Jérusalem occupe une place centrale comme point de rencontre entre les combats de la terre et les promesses du ciel. Elle se nourrit d’un sens de l’histoire, relue comme histoire du salut qui apporte, par delà les péripéties et les reculs apparents, l’assurance du triomphe final.

5Sensible à toutes ces dimensions, Bertrand Lamure sait aussi ancrer son étude dans l’observation des réalités quotidiennes, avec la concurrence des hommes et des ambitions, parfois leurs mesquineries. On peut ainsi lire cette thèse sur deux registres. Celui des pratiques et des rites et celui des croyances et de l’utopie. Le premier registre alimente une description très précise des pratiques et de leur évolution. Il repose sur une sociologie des acteurs et met en évidence la négociation avec la modernité. Si le progrès technique (vapeur) apparaît d’abord comme un instrument au service d’une nouvelle société chrétienne, conformément au projet du père d’Alzon et des assomptionnistes, peu à peu la modernité impose ses modèles et transforme le pèlerinage collectif voué à la pénitence et à l’expiation en démarche plus individuelle où les organisateurs doivent prendre en compte la demande de tourisme culturel.

6Parce que la part de l’imaginaire croyant est ici essentielle, la thèse fournit en outre un remarquable exemple de la réactivation de l’idée de croisade analysée par Alphonse Dupront. Le rapport au sacré et le concept de recharge sacrale trouvent un étonnant champ d’application. Il pourrait être prolongé par l’usage de ce thème mobilisateur dans d’autres grands combats catholiques du temps comme la croisade anti-esclavagiste ou la croisade eucharistique. Il permet aussi de comprendre l’ampleur du malentendu qu’a pu susciter cette référence à la croisade parmi les populations musulmanes.

7Cette histoire des sensibilités et du sentiment religieux a enfin l’intérêt d’avoir pour terrain d’observation une région qui concentre, plus que toute autre, une multiplicité de cultes, de confessions, de lieux fondateurs, et cela sur une étendue très réduite. La Terre Sainte de chaque groupe religieux tend à se différencier au point de produire des géographies concurrentes. La Terre Sainte des catholiques est celle des récits bibliques privilégiés par leur culture, et vise à mettre les pas du croyant pèlerin dans ceux de Jésus. Et dans cette géographie sacrée, les réalités contemporaines semblent passer au second plan au point que les récits manifestent une véritable absence de curiosité pour les populations qui y vivent.

8En somme cette thèse s’était donnée des objectifs précis et réalistes qu’elle a atteints. Elle démontre qu’un sujet bien circonscrit peut fournir matière à une réflexion historique plus générale. Elle devrait convaincre Bertrand Lamure qu’il peut s’appuyer sur cet acquis pour prolonger son étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Prudhomme, « Bertrand Lamure, Les pèlerinages catholiques français en Terre Sainte au XIXe siècle. Du pèlerin romantique au retour des croisés, Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2, 31 mars 2006 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/2081

Haut de page

Auteur

Claude Prudhomme

RESEA – LARHRA, UMR 5190
Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals