Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, Tables Rondes et Journées d’études 2005-2006

Enfance, assistance et religion

Colloque, Lyon, 2 et 3 juin 2005
Caroline Chopelin-Blanc

Notes de la rédaction

Publication : Enfance, assistance et religion, sous la direction de Olivier Christin et Bernard Hours, Coll. Chrétiens et Sociétés. Documents et mémoires, N°4, Lyon, RESEA – LARHRA, UMR 5190, 288 p., http://resea-ihc.univ-lyon3.fr/publicat/enfance.html

Texte intégral

1Organisé en l’honneur de Jean-Pierre Gutton, ce colloque réunit amis et anciens élèves autour des thématiques développées par J.-P. Gutton au cours de sa carrière : à savoir l’enfance, l’assistance et la religion du XVIe au XVIIIe siècles.

2Philippe Loupès ouvre la première partie consacrée aux récits d’enfance par une intervention sur l’enfant dévot au XVIIe siècle d’après les hagiographies tridentines. Ces enfants, guidés par Dieu vers la perfection dès avant leur naissance, sont dotés de qualités exceptionnelles : une beauté naturelle, une précocité intellectuelle, et une maturité spirituelle (communion précoce, oraison spontanée dès sept ans, douceur, humilité et charité profondes). Ils apparaissent comme des adultes en réduction. Ces enfants dévots se situent finalement au croisement de la subjectivité propre à l’hagiographie et de la réalité d’un XVIIe siècle marqué par une forte incompréhension à l’égard de l’enfance. Isabelle Robin-Roméro étudie ensuite les itinéraires des orphelins au XVIIIe siècle à la lumière des récits autobiographiques. L’expérience de la mort du parent conditionne toute leur vie. La perte inconsolable du parent se traduit par la redistribution de l’entourage et la présence d’un substitut (oncle, tante, frère, domestique). Les orphelins commencent à travailler très jeunes, deviennent vagabonds, voire délinquants, ou trouvent refuge à l’hôpital et auprès de dames charitables. Lucien Bély examine ensuite l’apprentissage du secret par Louis XIV. Le secret apparaît d’abord comme un trait de caractère propre au jeune roi, qui apprend vite et bien l’art de la dissimulation et de la ruse. Mais, la politique se nourrissant du secret, celui-ci constitue également un art de gouverner. Son apprentissage résulte d’une éducation princière solide, articulée autour des cérémonies royales, de la découverte des rouages de l’Etat, de la présence aux conseils et de l’initiation aux relations diplomatiques. De son côté, John Register se penche sur les étapes de la formation de Louis XV au métier de roi. D’abord, entre 1715 et 1717 : jusqu’à 7 ans, le roi est confié à sa gouvernante qui, déjà, lui apprend à se tenir en représentation permanente. Puis l’intermède 1717-1722, quand M. de Villeroy s’occupe de sa formation intellectuelle (histoire, latin, théâtre). Enfin, à partir de 1722, Louis XV, majeur, est initié aux tâches gouvernementales par le cardinal Dubois et le duc d’Orléans, puis par Fleury et le duc de Bourbon. En 1737, il se dégage de la tutelle de Fleury dans le domaine privé, et quatre ans plus tard, à la mort de son premier ministre, s’affranchit politiquement. Sa formation de roi est alors terminée. Bernard Hours clôt cette journée sur l’évocation de la mort du duc de Bourgogne en 1761. L’émotion suscitée par la mort du petit-fils aîné de Louis XV, âgé d’à peine dix ans, est exploitée afin de créer un ralliement autour de la famille royale. L’éloge funèbre rédigé par Le Franc de Pompignan peut être lu comme un discours de propagande. Il dresse un portrait hagiographique du petit prince, présenté comme un être vertueux, héroïque et saint. En dévoilant les prétendues orientations du défunt, à savoir l’hostilité à l’égard des philosophes et la conformité aux méthodes pédagogiques traditionnelles, il ôte de plus tout espoir de changement et appelle à l’union autour de la défense du Trône et de l’Autel.

3La matinée du 2 juin consacrée à l’enfance entre piété et contrainte débute par une communication de Frédéric Meyer sur les enfants et les violences ecclésiastiques en Savoie au XVIIIe siècle, à partir du dépouillement de quelque mille procédures judiciaires entre 1746 et 1791. Des enfants jeunes et vulnérables sont souvent les victimes des violences commises par les ecclésiastiques : viols, coups, voire tentatives d’assassinats. Indulgente à l’égard de ces maltraitances qui sont banalisées, la justice se montre en revanche fort sévère à l’égard de l’impiété, du blasphème et de l’irrespect de la dignité ecclésiastique, qui suscitent le scandale public et désacralisent le clergé. La réflexion sur l’enfance apparaît ainsi loin d’être enclenchée en Savoie dans le second XVIIIe siècle. Régis Bertrand évoque ensuite la dévotion à la famille du Saint Enfant Jésus d’Aix-en-Provence. Implantée en 1625 par les oratoriens, elle est réactivée en 1651 par le Père Parisot avec la fondation d’une seconde confrérie à l’enfant Jésus. En outre, un programme iconographique reproduisant le cycle complet de l’enfant Jésus est prévu dans la nouvelle église. Mais cette dévotion chute en 1659 avec le départ du P. Parisot. Toutefois, le « Petit Béthléem », maison hospitalière dévouée à l’enfance pauvre et orpheline, qu’il crée en 1657, survit jusqu’à la Révolution. Voilà un exemple rare de relations entre une confrérie de l’Enfant Jésus et une activité charitable durable, constaté en France du sud. Georges Escoffier présente les enfants de chœur des cathédrales au XVIIIe siècle. Intégrés dans une maîtrise, ces garçons apprennent le chant, la musique, la liturgie et la piété. Ils sont soumis à un encadrement très sévère dû surtout à la méfiance persistante à l’égard de la nature enfantine et à la sacralité de leur fonction en tant que desservant du culte. Que deviennent-ils après leur mue ? Jusqu’à 16-17 ans, ils peuvent être utilisés comme voix de fausset ou comme musiciens. Puis quelques-uns deviennent prêtres ou musiciens, mais la plupart renouent avec leur milieu social d’origine et travaillent dans le tissage. Pour autant, ils ne perdent pas toute fonction religieuse, faisant office de musiciens dans des confréries. Finalement ces anciens enfants de chœur composent une « élite chrétienne en milieu moyen ». Louis Châtellier termine la matinée par l’évocation de la trinité céleste et terrestre comme thème iconographique. Au XVIIe siècle, le contenu du message chrétien est entièrement représenté : les deux trinités sont articulées autour de l’enfant Jésus (retable de la chapelle de Saint-Sébastien à Dambach sculpté en 1693). Au XVIIIe siècle, toute représentation de Dieu, de la Sainte-Famille et de Jésus-Christ disparaît au profit du seul miracle de la grâce (autel de l’Assomption de la Vierge à Rohr en Bavière). Le baroque devient un « art de la théologie ». Mais cette purification ne s’effectue-t-elle pas au détriment de la doctrine, la divinité risquant de ne devenir que pure abstraction ?

4Les communications de l’après-midi concernent l’enfance entre maladie et secours. À partir des discours des médecins et des administrateurs d’hôpitaux, Patrick Fournier éclaire les changements qui affectent la sensibilité à l’égard de la petite enfance et leurs répercussions sur les préoccupations de santé publique à la fin de l’Ancien Régime. Les auteurs insistent surtout sur les conditions de vie des enfants et la nourriture donnée aux nourrissons, et essaient, par le biais d’ouvrages de vulgarisation, de modifier le comportement des parents. La portée de ces discours s’avère difficile à mesurer. De leurs côtés, les efforts de la monarchie et des hôpitaux restent très limités, en raison de difficultés financières et matérielles. Dans une perspective plus générale, Scarlett Beauvalet analyse les thèmes de la santé et de la maladie de l’enfant dans la littérature médicale du XVe au XVIIIe siècle. Dès le XVe siècle, les médecins reconnaissent les maladies de l’enfance et les spécificités de cet âge. Ils détaillent surtout l’hygiène et la diététique. Une médecine préventive domine, le but étant de conserver l’enfant en bonne santé par des soins corporels et une bonne éducation. Yves Krumenacker étudie ensuite la promotion de l’allaitement maternel à Lyon dans la deuxième moitié des années 1780, à travers la fondation de l’Institut de Bienfaisance. Le clergé catholique apporte un soutien essentiel (protection, financement, palais épiscopal pour les réunions) en raison de la conformité des objectifs de l’Institut à la morale chrétienne (rapprochement riches/pauvres, union des ménages). Les protestants et les francs-maçons constituent les deux autres soutiens majeurs. Les motivations qui président à la création de cet Institut illustrent l’esprit des Lumières : le souci démographique, l’idéal de paix sociale et l’appel à l’opinion. Claude Brunel renforce l’idée que l’intérêt pour la santé publique, particulièrement celle des enfants, ne cesse de s’accroître dans le second XVIIIe siècle, à partir des polémiques suscitées dans les Pays-Bas autrichiens par le débat sur l’inoculation de la variole. Le monde savant et l’opinion, informée grâce à une diffusion accrue du savoir médical, se divisent sur la question. De son côté, le pouvoir royal reste prudent, face aux réticences populaires. L’initiative revient finalement surtout aux autorités municipales. Alain Lottin enchaîne sur le rôle décisif des marchands protestants dans l’instruction des enfants pauvres à Lille au XVIe siècle. Ils financent d’abord la création d’une bourse commune en 1527, qui s’occupe prioritairement des enfants pauvres, puis dans les années 1550 fondent une école, destinée aux orphelins et aux « vrais pauvres », qui survivra jusqu’au XVIIIe siècle. Enfin Marie-Claude Dinet-Lecomte dégage les caractéristiques de six fondatrices de communautés charitables consacrées aux enfants pauvres : une vocation irréductible précoce ; des expériences variées (maladie, rencontres déterminantes, mariage) ; et une fondation durable. La spécialisation de ces communautés, vouées au service de populations rejetées par les hôtels-dieu telles que les enfants, explique en partie le succès de ces fondations charitables.

5Comme le souligne Jean-Pierre Gutton en conclusion, ce colloque a permis d’éclairer plusieurs facettes de la représentation de l’enfance à l’époque moderne, grâce à la diversité des sources et des domaines de recherche. Il propose toutefois de nuancer la découverte de la spécificité de l’enfance. Ne faudrait-il pas plutôt parler de découverte de la spécificité des différents âges de la vie, de l’enfance certes, mais aussi de la vieillesse ? Puis il récapitule trois nouveaux questionnements soulevés par le colloque : l’étude du groupe familial, en prolongement de l’étude de l’enfant ; l’analyse des étapes biologiques de l’enfant, du fait de l’âge plus tardif de la puberté ; un travail de définition sur la majorité pénale, notion juridique très floue à l’époque moderne. La publication des Actes du Colloque est actuellement en cours. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Chopelin-Blanc, « Enfance, assistance et religion », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 22 mars 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/2250

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals