Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus d’ouvrages

Thierry Keck, Jeunesse de l’Église 1936-1955. Aux sources de la crise progressiste en France, Paris, Karthala, 2004, 483 p.

Étienne Fouilloux

Texte intégral

1Jeunesse de l’Église ? Maurice Montuclard ? Ce titre et ce patronyme, âprement discutés en leur temps, s’enfoncent dans le passé d’un catholicisme français ne brillant guère par sa mémoire. Qui a encore quelque idée, dans ses nouvelles générations dégarnies, de l’enjeu des débats passionnés dont ils ont été le centre, voici tout juste un demi-siècle ? Débats trop souvent réduits, il est vrai, à leurs conclusions : les sanctions de l’épiscopat, la mise à l’Index des Événements et la foi, la réduction à l’état laïc de Montuclard, suivie de la dissolution progressive de son mouvement (1952-1955). Et pourtant, comment écrire l’histoire religieuse de la France au XXe siècle sans y remettre Jeunesse de l’Église à sa juste place par une reconstitution minutieuse de son histoire-bataille et de son parcours intellectuel, certes moins exaltante que la légende, noire plus souvent que dorée, dont Montuclard et les siens ont été victimes ?

  • 1  Aux sources de la crise progressiste en France: le mouvement « Jeunesse de l’Église » (1936-1955), (...)
  • 2  Archives Montuclard. Mouvement Jeunesse de l’Église et Publications Mouvement Jeunesse de l’Église (...)
  • 3  Yvon Tranvouez. Catholiques et communistes. La crise du progressisme chrétien. 1950-1955, Paris, É (...)

2Telle est la tâche à laquelle s’est attelé Thierry Keck. Il en est issu une thèse de doctorat remarquable dont ce livre reprend la substance1. Cette tâche n’était pas facile pour deux raisons majeures : l’absence présumée de sources autres que les publications ardues de Jeunesse de l’Église ; et plus encore les méandres d’un itinéraire peu commode à décrypter. En fait, les sources existaient. Maurice Montuclard était trop historien pour bazarder les traces des deux décennies les plus marquantes de son existence : d’abord placées aux Facultés catholiques de Lyon, avant d’être mises sur CD-Rom par l’équipe universitaire du professeur Zighed2, les archives du mouvement, complétées par beaucoup d’autres et par des témoignages, ont fourni à Thierry Keck la matière de son étude. Son intelligence des situations, des hommes et de leurs idées a fait le reste. Il fournit ainsi, avec le juste mélange d’empathie et de distance, une restitution convaincante de ce maillon manquant du progressisme chrétien que les meilleurs spécialistes, à commencer par Yvon Tranvouez3, appelaient depuis longtemps de leurs vœux. Ce livre n’est donc pas un livre d’histoire religieuse parmi d’autres : il est la première histoire plausible d’un mouvement sur lequel se sont peu à peu entassés les lieux communs et les à-peu-près, quand ce ne sont pas les contre-vérités (sabordage de l’Action catholique ; corruption des prêtres-ouvriers ; agence d’infiltration du communisme au sein de l’Église...).

3Au cœur de l’ouvrage, une thèse qui donne sens à l’ensemble : le pro­jet du théologien dominicain Montuclard n’était pas d’ordre politique, ni social ou culturel, mais d’ordre spécifiquement religieux. Faute d’admettre une telle priorité, on risque de passer à côté de son histoire. Entre ses premiers pas dans l’apostolat, au début des années 1930, et son échec vingt ans plus tard, Montuclard et ceux qu’il a rassemblés autour de lui n’ont eu qu’un souci : la rénovation en profondeur d’une Église confrontée à la sécularisation de sa société d’insertion. D’où un parcours, et c’est le second apport majeur du travail de Thierry Keck, qui ne se résume pas à la partie visible de l’iceberg, c’est-à-dire aux publications parues sous l’étiquette Jeunesse de l’Église à partir de 1942. Il vient de plus loin : notamment du choc suscité par l’atmosphère du Front populaire chez un religieux thomiste assez classique. À la chronologie courte, voire très courte, trop souvent adoptée pour évoquer Jeunesse de l’Église, il faut substituer une chronologie plus longue, englobant les décennies 1930-1950. Troisième apport décisif de l’ouvrage : ce parcours s’est effectué pour sa plus grande partie à contre-courant des options dominantes de l’environnement ecclésial.

4À lire Thierry Keck, on n’est pas certain que les censures qui frappent Jeunesse de l’Église au début des années 1950, ont bien mesuré l’ampleur et la radicalité de sa vision, ni ses compagnons de route commu­nistes non plus, d’ailleurs. Les autorités ecclésiastiques craignent princi­palement l’influence du mouvement sur une partie des laïcs et des clercs engagés dans le monde du travail, les prêtres-ouvriers surtout ; influence nettement exagérée, si l’on suit notre auteur, mais le débat n’est pas clos sur ce point. Elles craignent aussi que Jeunesse de l’Église ne soit le cheval de Troie du marxisme à l’intérieur de l’Église ou une passerelle pour les chrétiens vers le communisme. Selon Thierry Keck, il convient de séparer les deux branches de l’accusation : Montuclard et les siens acceptent pour l’essentiel la conception marxiste de l’Histoire, mais pas la philosophie matérialiste qui la sous-tend. En revanche, leur progressisme est plus du domaine de la réflexion que de l’action : rares sont ceux qui adhèrent au Parti et qui y militent effectivement, avant la crise finale.

5Seules les archives romaines, inaccessibles pour longtemps, permettraient de faire la lumière sur les voies et les raisons de la condamnation. Thierry Keck a fait au mieux avec les documents dont il disposait pour en démêler les responsabilités proprement françaises.

6La Communauté de prêtres et de laïcs dans une petite paroisse de la Loire, dans l’atmosphère du Front populaire ; l’établissement en région parisienne à la Libération ; l’option ouvrière en écho aux grèves de 1947 : Montuclard et les siens n’auraient-ils pas théorisé l’impact de l’Histoire sur leur itinéraire intellectuel et militant ? Leur foi a subi à trois reprises au moins le choc d’événements nationaux qui semblent avoir modifié en profondeur un projet de rénovation ecclésiale pourtant maintenu vaille que vaille, sous des dehors méconnaissables, de la Communauté à vocation paroissiale jusqu’à l’enfouissement dans le monde moderne. en passant par le « franc-jeu des chrétiens dans la Nation ».

  • 4  Orthodoxies : esquisses sur le discours idéologique et sur le croire chrétien, Paris, Éditions du (...)

7Il est facile, longtemps après la faillite des espoirs de régénération spirituelle mis dans la révolution, de juger sévèrement Jeunesse de l’Église. Son échec paraît inéluctable à ceux qui ont vécu non seulement l’effondrement du stalinisme. mais celui de l’URSS et de son glacis de satellites. En bon historien toutefois, Thierry Keck a estimé qu’il avait mieux à faire que de s’ériger en procureur. Maurice Montuclard, marié et retraité du CNRS comme sociologue du travail, ne l’a d’ailleurs pas attendu pour produire dans son dernier livre une autocritique pertinente du parcours de Jeunesse de l’Église4. Pour éviter la tentation de l’anachronisme, péché majeur de l’historien, Keck a préféré comprendre et faire comprendre. Pourquoi ce religieux hors normes, et hors couvent le plus souvent, de plus en plus isolé du monde ambiant par une surdité gênante, mais possesseur d’une indéniable force de persuasion, a-t-il pu mobiliser durablement sur un projet de transformation radicale du statut de la foi chrétienne dans le monde moderne, des hommes et des femmes dont la qualité et le parcours ultérieur n’ont rien d’anodin. Au lecteur d’estimer s’il a tenu ce pari qui sied mieux à l’opération historienne qu’une instruction judiciaire. La réponse de celui qui a suivi pas à pas l’élaboration de son étude est sans aucune réserve positive.

Haut de page

Notes

1  Aux sources de la crise progressiste en France: le mouvement « Jeunesse de l’Église » (1936-1955), Université Lumière-Lyon 2, 2002, 557 p.

2  Archives Montuclard. Mouvement Jeunesse de l’Église et Publications Mouvement Jeunesse de l’Église, ADELE (Archivages et documentations électroniques), Lyon, 1999.

3  Yvon Tranvouez. Catholiques et communistes. La crise du progressisme chrétien. 1950-1955, Paris, Éditions du Cerf, 2000.

4  Orthodoxies : esquisses sur le discours idéologique et sur le croire chrétien, Paris, Éditions du Cerf, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « Thierry Keck, Jeunesse de l’Église 1936-1955. Aux sources de la crise progressiste en France, Paris, Karthala, 2004, 483 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 12 | 2005, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/2294

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

RESEA – LARHRA, UMR 5190
Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals