Navigation – Plan du site
Mélanges
Colloques, tables rondes et journées d’études 2009-2010

Journée d’étude « Antiromanisme et zélantisme dans l’historiographie ecclésiastique catholique »

3e séance du cycle Antiromanisme doctrinal et romanité ecclésiale dans le catholicisme posttridentin (XVIe–XIXe siècles), Lyon, 24 septembre 2010 - Institut des Sciences de l’Homme
p. 143-144

Notes de la rédaction

Les deux premières séances font l’objet d’une publication au sein de la collection Chrétiens et Sociétés. Documents et mémoires :
N° 7 Antiromanisme doctrinal et romanité ecclésiale dans le catholicisme posttridentin (XVIe–XXe siècles). Actes de la journée d’études de Lyon (30 novembre 2007), réunis par Sylvio De Franceschi, 2008, 168 p.
N° 11 Le pontife et l’erreur. Anti-infaillibilisme catholique et romanité ecclésiale aux temps posttridentins (XVIIe–XXe siècles). Actes de la journée d’études de Lyon (7 mai 2009), réunis par Sylvio De Franceschi, 2010, 176 p.

S’il est une notion que l’on retrouve communément employée dans les analyses historiographiques consacrées au catholicisme d’après le concile de Trente, c’est celle de romanité. Force est pourtant de constater l’insuffisance, voire l’absence, de caractérisation qui puisse autoriser un usage légitime et véritablement fructueux du concept de romanitas. Le premier, Yves Congar s’était ému d’une lacune dans la réflexion des historiens et avait posé de précieux jalons dans un article paru en 1987 dans la Revue des Sciences Philosophiques et Théologiques. Sa démarche constitue encore très certainement l’effort le plus sérieux qui ait été fait pour clarifier un débat toujours actuel. Au cours de la deuxième moitié du xxe siècle, les travaux d’Alphonse Dupront et de Bruno Neveu ont par ailleurs souligné, sur un plan historiographique, la nécessité d’explorer une notion toujours insuffisamment définie.

L’objectif de la journée d’études projetée, la troisième d’une série consacrée au catholicisme antiromain et à son opposition à la romanitas (une première journée, du 30 novembre 2007 et dont les actes ont été publiés, s’était intéressée au pouvoir pontifical au temporel ; une deuxième, du 7 mai 2009 et dont les actes sont en cours de publication, avait été centrée sur l’anti-infaillibilisme catholique) consiste à évaluer la fécondité d’une démarche historienne qui tentera de préciser, à travers l’analyse du discours sur l’histoire de la papauté et de l’Église tenu par des historiens catholiques, le concept de romanité dans ses rapports avec l’antiromanisme doctrinal développé par certaines tendances centrifuges du catholicisme, le gallicanisme au premier rang, mais aussi le jansénisme, le loyalisme récusant en Angleterre, les grands courants régalistes, comme le joséphisme, le fébronianisme, ou encore les juridictionalismes espagnol ou vénitien. Une longue périodisation a été retenue afin de favoriser les échanges entre modernistes et contemporanéistes, mais aussi afin de respecter la cohérence d’une période de l’histoire de l’Église catholique qui court du concile de Trente aux lendemains du concile premier du Vatican.

  • Frédéric Attal

  • Franz-Xaver Bischoff

  • Sylvio De Franceschi

  • Sylvène Edouard

  • Bernard Hours

  • Maria Lupi

  • Christian Sorrel

  • Pierre-Jean Souriac

  • Paola Vismara

Contact : Sylvio De Franceschi, sylvio.de-franceschi@laposte.net

  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals