Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses

Olivier Chatelan, Les catholiques et la croissance urbaine dans l'agglomération lyonnaise pendant les Trente Glorieuses (1945-1975), Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2 le 16 novembre 2009

Jury : Bruno Duriez (Université Lille I), Catherine Maurer (Université de Strasbourg), Denis Pelletier (EPHE, directeur de thèse), Jean-Luc Pinol (Université Lyon 2), Claude Prudhomme (Université Lyon 2), Danièle Voldman (Université Paris I, présidente du jury).
Etienne Couriol

Texte intégral

  • 1 Mathieu Brejon de Lavergnée, La Société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle (1833-1871). Un fle (...)
  • 2 Olivier Chatelan, « Expertise catholique et débuts de l’aménagement du territoire à Lyon (1945-1957 (...)
  • 3 Olivier Chatelan, « Les fondements d’une politique de construction d’églises nouvelles dans l’agglo (...)

1Grâce aux travaux d’Olivier Chatelan, l’influence qu’ont pu avoir les catholiques sur le cadre urbain lyonnais de l’époque contemporaine est désormais mieux connue. Des travaux récents se font attendre pour le XIXe siècle, si important pour le catholicisme social local avec notamment le « clan des Lyonnais » de la Société Saint-Vincent-de-Paul1. Mais pour la seconde moitié du XXe siècle, la thèse d’O. Chatelan vient de faire le point sur cette question. Les lecteurs de Chrétiens et sociétés avaient déjà pu apprécier une partie du travail d’O. Chatelan lorsque celui-ci avait approfondi le rôle dans l’aménagement du territoire de l’association lyonnaise Economie et Humanisme2. Après une série d’articles publiés par ailleurs3, sa thèse, menée sous la direction de Denis Pelletier et soutenue le 16 novembre 2009, livre à tous l’ensemble des réflexions conduites par son auteur. Fort logiquement, l’insertion d’O. Chatelan dans une dynamique collective de recherche, par sa participation à des colloques mais également à des projets mêlant sociologues et historiens, a été d’emblée soulignée.

2O. Chatelan expose sa démarche, la portée de son travail et revient sur quelques résultats importants. La mise en relation entre d’une part le discours des acteurs, qu’il s’agisse des autorités épiscopales, des prêtres ou des simples fidèles, en insistant sur la pastorale, et d’autre part la pratique, au travers par exemple de la construction des lieux de culte, permet de montrer l’appropriation par ces acteurs de la réalité urbaine. Rendre la ville habitable humaine n’est possible que par une circulation d’informations entre les acteurs. Bien évidemment, et c’est là une autre qualité de cette thèse, O. Chatelan s’appuie précisément sur des exemples, longuement développés. L’adaptation des catholiques à l’urbanisation croissante de l’agglomération lyonnaise est certes une de leurs volontés mais cela n’a pas été sans contraintes ni sans réflexions. L’église Saint-Julien de Cusset à Villeurbanne est finalement construite après maintes difficultés. De nouveaux lieux de culte s’érigent (intéressante mise en perspective entre le nombre de ces constructions et la taille de la population en croissance) mais la ville agrandie est-elle conforme aux conceptions pastorales et ecclésiales des catholiques ? Comment faire Église quand l’accroissement urbain modifie la structure paroissiale à laquelle les acteurs avaient l’habitude de se référer ? Le projet de pastorale urbaine se solde par un échec. La réflexion des catholiques et leur action restent attachées à la paroisse, sans passer à l’échelle supérieure, à l’agglomération. L’identité ouvrière de certaines paroisses s’accommode mal avec la ville agrandie. Une théologie de la ville n’est pas produite. Bref de la part des catholiques, une certaine ignorance de la ville prise en son entier a prévalu : voilà qui pose question.

3Le temps stimulant des questions et réponses entre le jury et O. Chatelan, ce dernier approfondit ces points. La sociologie est convoquée mais également la géographie (O. Chatelan a le souci de faire de l’espace un vrai objet d’étude), la science politique et l’urbanisme (en période d’urbanisation, l’expertise catholique est convoquée). Cela amène le jury à souligner les apports de cette thèse dans la connaissance du catholicisme de la seconde moitié du XXe siècle, notamment dans certains domaines comme la gouvernance et la pastorale. Les critiques concernant le contenu sont mineures. Une comparaison approfondie entre Lyon et d’autres villes serait intéressante ; mais dans l’état actuel de l’historiographie, elle ne peut être faite, guère d’historiens du temps présent s’étant intéressés pour d’autres villes aux problématiques que vient de poser O. Chatelan pour Lyon. Seule une insistance encore plus forte sur la diversité de l’agglomération lyonnaise, les spécificités de ses périphéries et de ses quartiers (à distinguer des paroisses), parachèverait ce travail.

4Vu les apports et nouvelles interrogations dégagés par ce travail, est décerné à Olivier Chatelan le titre de docteur en histoire avec la mention très honorable et les félicitations du jury. Une publication condensée de la thèse, qui compte près de 800 pages, a été évoquée. Nul doute qu’un tel ouvrage intéressera bien évidemment les chercheurs travaillant sur l’histoire urbaine du XXe siècle mais également le grand public. Lyon est pris ici à titre d’exemple mais la portée du travail rend évident que cette publication, si souhaitable, n’aura rien de local.

Haut de page

Notes

1 Mathieu Brejon de Lavergnée, La Société de Saint-Vincent-de-Paul au XIXe siècle (1833-1871). Un fleuron du catholicisme social, Paris, Éditions du Cerf, collection ‘Histoire religieuse de la France’, n°34, 2008, p. 36.

2 Olivier Chatelan, « Expertise catholique et débuts de l’aménagement du territoire à Lyon (1945-1957) », in Chrétiens et sociétés XVIe - XXIe siècles, 2008, n°15, p. 107-128.

3 Olivier Chatelan, « Les fondements d’une politique de construction d’églises nouvelles dans l’agglomération lyonnaise, 1957-1973 », in Jacqueline Lalouette et Christian Sorrel (dir.), Les lieux de culte en France 1905-2008, Paris, Letouzé et Ané, 2008, p. 187-198.
Olivier Chatelan, « Les catholiques lyonnais face à la croissance urbaine (1945-1975). Un ou des refus de la ville ? », in André Baubérot et Florence Bourillon (dir.), Urbaphobie ou la détestation de la ville aux XIXe et XXe siècles, Actes du colloque réuni à Paris 12 – Val de Marne (8 et 9 mars 2007), Pompignac près Bordeaux, Éditions Bière, 2009, p. 75-84.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Couriol, « Olivier Chatelan, Les catholiques et la croissance urbaine dans l'agglomération lyonnaise pendant les Trente Glorieuses (1945-1975), Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon 2 le 16 novembre 2009 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/2358

Haut de page

Auteur

Etienne Couriol

RESEA – LARHRA, UMR 5190
Université Jean Moulin - Lyon III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals