Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Oissila Saaïdia et Laurick Zerbini (dir.), La construction du discours colonial ; l’empire français aux XIXe et XXe siècles, Paris, Karthala, 2009, 246 p.

Jean-Michel Vasquez

Texte intégral

1L’ouvrage entend rendre compte des conditions dans lesquelles se construit le discours colonial, en prenant l’exemple de l’empire français aux XIXe et XXe siècles et en croisant les champs disciplinaires de l’histoire et de l’histoire de l’art. Diffusé par des acteurs nombreux parmi lesquels comptent les militaires, missionnaires ou administrateurs coloniaux, dans des lieux connus comme les sociétés savantes, les instituts ou les universités, ce discours répondrait à une attente du pouvoir colonial et influencerait en retour les représentations du colonisateur. Mais son originalité réside plutôt dans sa temporalité : il échappe au découpage chronologique habituel, dépassant largement la seule période coloniale pour perdurer jusqu’à aujourd’hui. Après quelques mises en garde par Oissila Saaïdia qui codirige l’ouvrage, notamment pour tenir à distance l’approche mémorielle ou la pression médiatique de l’actualité, les auteurs proposent d’évaluer ce discours en dressant l’historiographie de la colonisation, selon les aires culturelles distinctes de l’empire, à l’aide des approches historique et artistique.

2Au préalable, Claude Prudhomme invite à considérer la lecture de la colonisation par les historiens du religieux. Intéressée au départ par les missionnaires, elle s’est portée ensuite sur les missionnés, en mobilisant des disciplines plus éclairantes du contact culturel que sont l’anthropologie et la sociologie. Mais parce qu’elles pourvoient en explications séduisantes, trop d’historiens abusent de leurs concepts, souvent utilisés superficiellement : « l’anthropologie n’est pas une trousse à outils ». L’auteur déplore aussi la spécialisation universitaire actuelle qui enferme le chercheur et conditionne l’originalité de ses travaux. Décloisonner les disciplines pour les réunir dans des séminaires serait une solution pour penser véritablement l’histoire coloniale, loin des schémas imposés.

3L’historiographie de l’Afrique coloniale est traitée par Marie-Albanne de Suremain sous la forme d’un inventaire précis et construit selon une chronologie évidente : la première période est celle de l’histoire coloniale qui naît avec la colonisation mais peine à s’institutionnaliser ; elle est aujourd’hui contestée sur le plan scientifique, malgré tous les savoirs qu’elle a réunis et produits. La seconde accompagne la décolonisation : résolument critique, elle propose de s’intéresser à la période précoloniale, ouvrant la voie à une histoire de l’Afrique. Enfin, depuis les années 1980, une histoire plurielle répond aux nombreuses interrogations que suscite le fait colonial aujourd’hui ; écartant la vision réductrice de la colonisation-domination en lui préférant des relations beaucoup plus complexes entre colonisé et colonisateur, elle s’enrichit de nouveaux domaines et multiplie les échanges avec d’autres sciences, de manière à décloisonner les aires culturelles. L’auteur aurait pu citer sans réserve les récents colloques tenus sur la culture ou la géographie impériale comme témoignage de cette recherche active et enthousiaste. Les arts africains sont traités par Laurick Zerbini qui codirige l’ouvrage. Moins historiographique, le texte porte plutôt sur la reconnaissance artistique tardive des objets africains, jusque-là cantonnés à leur fonction ethnologique, marqueurs des sociétés primitives. Traditionnels, figés, les arts africains souffrent d’une appréciation européenne dépassée qui n’admet pas leur nécessaire renouvellement dans les années 60.

4L’Indochine colonisée est habilement présentée par ce qu’elle n’est pas : ni la Chine, ni l’Inde mais un territoire étiré entre les deux. Après un rappel nécessaire de la terminologie, Jean-François Klein nous aide à y voir plus clair dans la nébuleuse des « orientalistes » en les distinguant selon leur statut social, l’institution à laquelle ils se rattachent ou encore la résonance de leurs écrits. Par quelques biographies bien choisies, l’auteur ébauche la figure de l’historien qui construit le discours : en Indochine, il est français, chercheur universitaire et pédagogue, soucieux de faire correspondre l’image de sa colonie au succès de l’entreprise coloniale. L’art indochinois souffre lui aussi de ses voisins indiens et japonais qui l’ont longtemps occulté. C’est pourquoi Angkor est souvent plébiscité, mais à des fins propagandistes, pour montrer que la conquête française s’exerce sur un peuple civilisé. En revanche, dans la colonie, l’École Française d’Extrême-Orient (EFEO) développe un réseau important de musées pour valoriser l’art local. Caroline Herbelin explique cette dissymétrie du statut de l’art indochinois par la distance qui sépare la métropole de sa colonie ainsi que par la finalité même du savoir colonial, qui selon elle, ne peut être produit par la colonisation.

5Le Pacifique est abordé par Sarah Mohamed-Gaillard comme une « périphérie lointaine de l’empire ». L’historiographie est brève car les Français ont boudé cet espace, beaucoup mieux étudié par les historiens anglo-saxons. Ils ne lui reconnaissent pas non plus d’unité, préférant réduire leurs travaux à l’étude d’un archipel. Pourtant, l’auteur note que ces îles des antipodes suscitent un intérêt, paradoxalement depuis le déclin de la présence française dans la région. L’art océanien, traité par Elise Patole-Edoumba, a longtemps été utilisé pour figer l’infériorité culturelle des indigènes, puis pour illustrer le discours sur l’art primitif. De nombreuses pièces sont adressées dans ce but aux musées français, sommés d’ouvrir un département des « arts océaniens ». Et la spécialiste de muséographie de constater que ces réalisations sont très inégales d’un site à l’autre. Pourtant, le traitement de l’art océanien résume le regard porté par les Européens sur les arts non-européens.

6L’historiographie des Antilles est exposée par Philippe Delisle. Préférée quand elle porte sur l’Ancien Régime, l’histoire des îles françaises de l’Atlantique au XIXe est majoritairement racontée après 1848 par quelques nostalgiques de la période esclavagiste. Ensuite, inspirés par des Antillais anglophones, les écrits changent d’échelle et envisagent les Antilles comme une entité géographique globale. Ils intègrent aussi d’autres schémas de lecture ; par exemple, la fin de l’esclavage aurait une raison économique : l’inadaptation de la région dans le système commercial mondial né au XIXe siècle. Toutefois, la discipline reste conforme à la tendance observée en métropole : l’histoire devient plus scientifique et moins événementielle.

7Le Maghreb clôt ce panorama colonial avec une historiographie brossée par Oissila Saaïdia qui multiplie les superlatifs. Son texte insiste sur les premiers orientalistes et leur choix d’étudier l’islam, assimilé par les militaires à un véritable système de résistance. L’Algérie génère un très grand nombre de thèses, plus tournées vers la colonisation que le pays proprement dit. Durant les années 30, c’est aussi dans cette colonie qu’est formulé le premier contre-discours anti-impérial, par des intellectuels algériens et français. En pensant l’Algérie sans la France, en écrivant son histoire d’avant 1830, les historiens annoncent les nombreux travaux qui accompagneront la décolonisation. Mais, comme pour les Antilles, l’approche par l’histoire de l’art est absente.

8Bien que les auteurs se défendent de livrer une multiplication d’études de cas, l’ouvrage manque toutefois d’uniformité. L’historiographie aurait pu donner lieu à des comparaisons pour repérer les périodes les plus actives durant lesquelles le discours se construit. Or, en l’absence de conclusion, c’est le sentiment d’histoires plurielles limitées à leur colonie respective que retient le lecteur, invité à faire sa propre synthèse sur l’objet de l’ouvrage. Dans ces conditions, le discours colonial paraît lointain et difficile à cerner. Or, ce résultat est précisément ce que les auteurs déplorent quand ils évoquent l’hyperspécialisation de la recherche historique aujourd’hui qui ne parvient pas à s’affranchir des aires culturelles. L’ouvrage offre aussi sur 12 planches très bien reproduites des images de l’empire : cartes géographiques, affiches publicitaires, photos de masques africains. Mais parce qu’aucune mention ne les relie au texte, ces représentations restent cantonnées dans un rôle d’illustration, dépourvues d’analyse. Pourtant, ces images participent complètement au discours : la carte par exemple, figurant dans les atlas destinés aux écoliers, montre le discours colonial à l’œuvre, sur le terrain de l’instruction publique et mériterait sans doute quelques lignes d’explication, notamment sur la chaîne d’acteurs qu’elle a mobilisés : explorateur, géographe, pédagogue, …

9Néanmoins, l’ouvrage présente des qualités, de modestie tout d’abord : l’exercice de l’historiographie mené jusqu’à l’actualité force le chercheur à classer ses propres travaux dans l’inventaire ; il doit relativiser l’originalité de ses recherches et admettre qu’il reste lui aussi ancré dans son époque. Chaque auteur a donc dû, avec une neutralité bienveillante, faire état de la recherche la plus récente sur le fait colonial. Ensuite, l’ouvrage atteint deux objectifs majeurs : il s’interroge pour la première fois sur ceux qui ont fait le discours colonial en proposant une liste plutôt fournie d’auteurs – les amateurs apprécieront notamment la bibliographie finale – et, en offrant une approche double, historique et artistique, sur le fait colonial, il initie un genre d’investigation devenu presque nécessaire. Car ce mariage heureux de l’histoire et de l’histoire de l’art en appelle d’autres forcément.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Vasquez, « Oissila Saaïdia et Laurick Zerbini (dir.), La construction du discours colonial ; l’empire français aux XIXe et XXe siècles, Paris, Karthala, 2009, 246 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 16 | 2009, mis en ligne le 14 septembre 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/2438

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals