Navigation – Plan du site
Articles

La renaissance de la bibliothèque capitulaire de la Primatiale Saint-Jean de Lyon au XVIIIe siècle

François Seichepine
p. 103-149

Résumés

A la suite d'une donation personnelle, les chanoines de la Primatiale Saint-Jean de Lyon se constituent une bibliothèque commune durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Devenus « apprentis bibliothécaires », ces chanoines accroissent rapidement leur trésor littéraire et montrent leur savoir-faire en matière de bibliographie. Ils acquièrent des titres utiles au Chapitre (juridiction et liturgie). Ils se procurent aussi de belles collections imprimées, des livres d'art et des titres emblématiques du siècle des Lumières

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Bibliothèque, Chanoines

Keywords :

Canons, Library

Géographie :

Lyon
Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’église Saint-Jean Baptiste est aussi appelée Cathédrale Saint-Jean ou encore Primatiale Saint-Je (...)

1Cette étude se propose de mettre en lumière une partie de l’histoire de l’ancienne bibliothèque de la cathédrale de Lyon1, celle existant avant la Révolution française. Après un rappel historiographique sur les bibliothèques capitulaires en France, nous exposerons les sources et les objectifs en rapport avec cette étude.

  • 2  Philippe Loupès, Chanoines et chapitres de Guyenne aux XVIIe et XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1985, (...)
  • 3  Olivier Charles, Chanoines de Bretagne, Carrières et cultures d’une élite cléricale au siècle des (...)
  • 4  Mathieu Desachy, « Les livres et les bibliothèques des chanoines de Rodez aux XIVe et XVe siècles  (...)
  • 5  Dominique Varry, Sous la main de la nation, les bibliothèques de l’Eure confisquées sous la Révolu (...)
  • 6  Henri-Auguste Omont, Recherches sur la bibliothèque de l’église de Beauvais, Paris, Imprimerie nat (...)
  • 7  Paul-Marie Grinevald, « Les bibliothèques à Besançon au xviiie siècle », Revue française d’Histoir (...)
  • 8 Archives départementales de Saône-et-Loire, 2 L 66. En 1790, les chanoines de Saint-Lazare possèden (...)
  • 9  Dominique Dinet, Religion et société : Les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxer (...)

2Nos connaissances sur les bibliothèques des chapitres de cathédrales pour le XVIIIe siècle restent fragmentaires. La présence d’une bibliothèque commune est loin d’être systématique. Philippe Loupès constate leur absence totale en Guyenne2. Il en va de même pour la Bretagne3. La collection de la cathédrale de Rodez, enrichie au XIVe siècle, déçoit Mathieu Desachy pour la fin de l’Ancien Régime4. Dominique Varry se contente de signaler le fonds de la cathédrale d’Evreux5, tandis que celle de Beauvais possédait, avant les dispersions révolutionnaires, une riche collection de manuscrits antérieure au IXe siècle6. Le Chapitre de la cathédrale de Besançon détenait à peine un demi-millier de volumes7. En Bourgogne, les cathédrales de Dijon et de Mâcon n’ont aucune bibliothèque commune. Le fonds de Saint-Lazare d’Autun compte moins d’un millier de volumes8. A contrario, les chapitres cathédraux d’Auxerre, de Langres et de Sens sont tous bien dotés avec chacun des milliers de volumes9.

  • 10  Louis Holtz, « L’évêque, le diacre et le manuscrit : Un grand moment de l’histoire du livre à Lyon (...)

3Quelle place l’ancienne bibliothèque de la Primatiale occupe-t-elle dans ce constat mitigé ? Les « chanoines-comtes » de Lyon auraient pu se targuer, à l’instar de leurs homologues de Reims, de Metz ou de Paris, de posséder l’une des plus anciennes bibliothèques du royaume. Effectivement, la bibliothèque de l’Église de Lyon a été enrichie dès le IXe siècle par les ex-voto de ses archevêques. Cette collection était alors conduite par un érudit qui faisait office de bibliothécaire, le diacre Florus10. Pourtant, cette collection de manuscrits a connu des destructions considérables, en particulier le sac de la cathédrale par les huguenots en 1562. De même, les donations personnelles de livres sont étonnamment absentes pour la période moderne. Lors de leur passage à Lyon, deux érudits bénédictins mentionnent seulement la collection de vénérables manuscrits placée dans le chartrier. Il n’y a donc ni collection d’imprimés et encore moins de salle de bibliothèque à cette date :

  • 11  Dom Edmond Martene et Dom Ursin Durand, Voyage littéraire de deux religieux bénédictins de la cong (...)

Je ne parle point ici du chartrier dans lequel, nonobstant les recommandations de Mgr l’archevêque, nous eûmes bien de la peine d’entrer. Nous y vîmes plusieurs manuscrits de saint Augustin, de saint Jérôme & des autres Pères de l’Eglise, écrits du temps de Leidrade, d’Agobard, d’Amolo, & de Rémi archevêques de Lyon, il y en a même de plus anciens & qui passent pour mille ans11.

  • 12  Archives départementales du Rhône (désormais ADR), 10 G 1819 : Catalogue de la bibliothèque léguée (...)
  • 13  ADR, 10 G 1820 : Quittances et mémoires pour achats de livres, prêts et frais de reliures (1775-17 (...)
  • 14  Bibliothèque municipale de Lyon (désormais BML), Manuscrit Coste 1081.
  • 15  ADR, 1 Q 455 : Déclaration du Chapitre de Saint-Jean de ses biens mobiliers et immobiliers, 1790.

4Ainsi, c’est bien d’une « renaissance » dont il est question dans cette étude. En effet, tout change à partir de 1743, date de la donation de la bibliothèque personnelle du doyen Antoine-Joseph de Chevriers. Le Chapitre, bénéficiaire d’un fonds de centaines de volumes, va produire une abondante documentation dans le cadre de son entretien et de son accroissement. En plus des catalogues de la bibliothèque personnelle du donateur12, il nous reste les papiers des comptes et des recollements du fonds littéraires des chanoines13. La Bibliothèque municipale de Lyon conserve une pièce authentique, le Catalogue de la bibliothèque du Chapitre de l’église Cointe (sic) de Lyon14. Celle-ci est complétée par le procès-verbal de confiscation révolutionnaire15.

5Grâce à ces matériaux, il est possible de répondre à plusieurs interrogations qui animeront cette étude. Nous devons d’abord vérifier si les comtes de Lyon ont su faire preuve de capacités en matière de bibliothéconomie. Quel est aussi le contenu de ce fonds ? Cette collection est-elle, au siècle des Lumières, marquée par la tradition ou au contraire ouverte aux nouveautés littéraires, intellectuelles et scientifiques ? Les livres acquis et conservés sont-ils révélateurs de la culture de la communauté ecclésiastique ? Répondent-ils au besoin d’une institution ecclésiastique toute entière ou portent-ils la marque de goûts personnels ?

6Dans un premier temps, nous présenterons la mise en place d’une bibliothèque de taille conséquente en retraçant le legs littéraire initial du comte Chevriers. Nous exposerons ensuite les activités de bibliothéconomie et le fonctionnement de la bibliothèque sur près d’un demi-siècle. Un point spécial se consacrera ensuite à l’étude approfondie du contenu de la bibliothèque. Cette enquête s’achèvera avec les confiscations et les destructions révolutionnaires.

La mise en place d’une nouvelle bibliothèque capitulaire

7Répondant à la donation littéraire personnelle de l’un des leurs, les chanoines lyonnais ont doté leur collection de moyens pour la faire perdurer et l’augmenter. Lesquels ?

  • 16  Natif de Saint-Véran (Dauphiné) en 1668, Antoine-Joseph de Chevriers est clerc tonsuré à Vienne en (...)
  • 17  Léopold Niepce, « La bibliothèque de la primatiale de Lyon », Revue lyonnaise, tome X, juillet-déc (...)
  • 18  ADR, 10 G 1819, 1743. Ce document de 19 pages faisait partie des archives capitulaires, avec l’ann (...)

8Les circonstances de la donation faite par Antoine-Joseph de Chevriers (1668-1752)16 restent obscures. On ne trouve pas de traces du legs dans les registres capitulaires. Par ailleurs, le doyen a dressé lui-même le catalogue de ses livres, « mais ce monument a disparu »17. Nous avons cependant quelques certitudes. C’est une donation faite en viager. Offerte aux chanoines en 1743, la bibliothèque est encore augmentée par le doyen jusqu’à sa mort survenue neuf ans plus tard. Cette collection n’est pas considérable mais elle a été choisie avec goût. Elle apparaît en détail dans le Catalogue des livres qui sont dans la bibliothèque de M. le comte de Chevriers, doyen de l’Eglise sainte de Lyon18. Celui-ci permet une première approche statistique :

La composition matérielle de la bibliothèque du doyen Chevriers en 1743 :

Nombre de titres

Nombre de volumes

Livres in-f°

43

87

Livres in-4°

36

163

Livres in-8°

242

745

Livres in-12

84

127

Total imprimés

405

1122

Manuscrits

18

18

Cartes ou atlas

2

4

Total général

425

1144

9Cette collection bénéficie de moyens matériels. Commençons par la disposition spatiale. Selon l’enquête menée par Léopold Niepce, les livres de la nouvelle bibliothèque capitulaire sont distincts des anciens manuscrits jalousement gardés sous triple clef aux archives :

  • 19  Léopold Niepce, Les manuscrits de Lyon, p. 97-98.

Nous savons cependant que la bibliothèque conservait un certain nombre de manuscrits, dont ceux de l’Isle-Barbe. On est donc amené à penser que ces manuscrits n’étaient pas conservés à la bibliothèque mais dans les archives, ou dans l’une des deux bibliothèques de Saint-Jean19.

  • 20  Brigitte d’Aviau de Ternay, « La nouvelle manécanterie de Lyon et son architecte, Marin Decrenice  (...)
  • 21  ADR, 1820.

10Après un emplacement originel inconnu, la bibliothèque capitulaire trouve sa place dans la nouvelle Manécanterie construite par les chanoines sur une partie de l’ancien cloître. Au moment de la Révolution, elle est située « au rez-de-chaussée, du coté de la cour », à proximité de la salle capitulaire et de celle des archives20. Cette bibliothèque bénéficie des techniques les plus modernes en matière de protection. On lit dans un état des comptes dressé en 1777 : « pour 65 feuilles de fer blanc placées autour de la bibliothèque à l’effet de prévenir les cas de gouttière : 29 L. »21. Enfin, la galerie des livres n’a apparemment pas eu le temps d’être entièrement décorée. Lors des confiscations révolutionnaires, les greffiers découvrent une salle au mobilier sobre :

  • 22  ADR, 1 Q 455 : Déclaration des biens mobiliers et immobiliers du Chapitre du 9 juillet 1790.

Le mobilier appartenant au chapitre et qui garnit la salle capitulaire et de celle des archives où nous sommes revenus, ainsi que de celle de la bibliothèque et de celle des archives, ne consiste qu’en effets très ordinaires tels que chaises, tables et bureaux. En conséquence, nous nous sommes dispensés de le décrire. Nous avons seulement remarqué dans la salle capitulaire deux statues en marbre de saint Jean et de saint Etienne et de deux médaillons au-dessus des portes22.

  • 23  ADR, 10 G 1819 : Compte de l’argent que je reçois de M. d’Aoustène pour la bibliothèque.
  • 24  ADR, G 1820 : « Recette : Restait entre les mains de M. l’abbé Gouvilliers des 100 écus par lui re (...)

11Pour augmenter le fonds, les gardes-livres sont dotés d’une somme annuelle de 300 L. Versés chaque année sans interruption par le Chapitre de 1757 à 1773, ces subsides montent à un total de 5100 L.23. Cette rétribution conséquente ne semble pas suffire. À partir de 1773 et jusqu’à la Révolution, le traitement annuel est porté à 700 L. Ces revenus ne sont pas toujours intégralement dépensés mais reportés sur le budget de l’année suivante, comme dans l’Etat de recette et de dépense pour la bibliothèque du chapitre de l’Eglise de Lyon en 178924.

L’ex-libris de la bibliothèque du Chapitre

L’ex-libris de la bibliothèque du Chapitre

© Bibliothèque municipale de Lyon

  • 25  Le jubilé….., p. 619 : Ordre est alors donné « de faire faire un nouveau sceau et cachets aux arme (...)
  • 26  Le chapitre de la primatiale porte « un écu de gueules à un griffon d’argent et un lion d’or affro (...)

12Les chanoines ont également créé un ex-libris, qui apparaît sous forme de vignette héraldique imprimée. On ignore quand et par qui cette vignette a été réalisée. Cette marque est forcément postérieure à 1751, date à laquelle le Chapitre décide de modifier ses armes en y introduisant deux anges25. Encore aujourd’hui, les livres du Chapitre sont immédiatement identifiables. Chacun des ex-libris, collés sur les gardes des livres, porte la mention « Bibliothèque de Mrs les comtes de Lyon » et les nouvelles armes du Chapitre, témoins de la grandeur passé de l’Église lyonnaise26.

  • 27  Léopold NIEPCE, « La bibliothèque de la primatiale de Lyon », art. cit., p. 307.

13Pour se procurer des livres parfaitement conditionnés, les chanoines entretiennent des rapports quasi-exclusifs avec les libraires et les relieurs de Lyon. Selon Léopold Niepce, « un sieur Rossel, libraire, était son fournisseur privilégié » tandis que « la reliure était confiée à un sieur de La Mollière27 ». En réalité, on découvre d’autres noms dans les papiers du Chapitre. Certains sont prestigieux, comme les Frères Périsse et Claude Cizeron, tous fournisseurs de l’Encyclopédie. Les chanoines savent mettre en concurrence leurs fournisseurs. En 1780, de La Mollière propose un devis avec différentes qualités de reliure :

Prix des différentes reliures de chaque format :
Les in-folio en veau à 5 L. le vol.
Les mêmes en façon de veau 3 L. 10 sols
Les in-4° en veau à 50 sols le vol.
Les mêmes en façon de veau 35 sols
Les in-8° en veau à 26 sols le vol.
Les mêmes en façon de veau à 20 sols
Les in-12 en veau à 18 sols le vol.
Les mêmes en façon de veau 14 sols

  • 28  ADR, G 1820.

14Face à lui, Berthoud, « relieur Place Louis le Grand » établit un autre devis pour les chanoines, avec des tarifs revus à la baisse28 :

Prix des différentes reliures
In folio : En bazane propre : 3 L. - En veau : 5 à 6 L.
In 8° : En bazane propre : 1 L. 5 sols 1 L. 10 sols - En veau : 3 L.
In-douze : En bazane propre : 10 L. 12 L. - En veau : 18 L.

  • 29  Baptisé le 29 août 1724 à la Chapelle-au-Mans, Gabriel de Montmorillon est tonsuré à Autun le 5 ju (...)
  • 30  Jean-Baptiste Dumas, Histoire de l’Académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, L (...)
  • 31  Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. de Montmorillon, Comte de Lyon, (Vente à (...)
  • 32  Ce titre est toujours conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon sous la cote 371322. Il contie (...)
  • 33  L’Histoire littéraire de la ville de Lyon, avec une bibliothèque des auteurs lyonnais, sacrés et p (...)

15Trois bibliothécaires vont se succéder jusqu’à la Révolution. Le premier « garde-livres » est Gabriel de Montmorillon. Ce membre éminent de la Primatiale29 est un scientifique reconnu, membre de l’Académie de Lyon depuis 175530. Ce « chanoine éclairé » possède une riche collection personnelle, avec des traités de bibliographie31. Montmorillon s’est préoccupé d’enrichir la collection capitulaire en achetant cinq catalogues de bibliothèques personnelles « avec les prix notés », en particulier le Catalogue des livres de feu M. l’abbé d’Orléans de Rothelin (1746)32. Il achète aussi la Bibliotheca bibliothecarum de Philippe Labbé (1664) et le Cabinet de la bibliothèque de Saint-Germain des Prés, contenant les antiquités et médailles (1718). L’ensemble est complété par deux écrits des érudits jésuites lyonnais33.

  • 34  ADR, 10 G 1820 : Etat des livres qu’a acheté ou a fait relier pour la bibliothèque de l’illustre c (...)
  • 35  Léopold Niepce, « Les archives de Lyon », Lyon, H. Georg, 1875, pp. 620-621.
  • 36  ADR, 1 Q 455 : « Nous nous sommes transportés dans la salle de la bibliothèque pour faire l’invent (...)
  • 37  Georges Guigue, « Documents des archives de la cathédrale de Lyon récemment découverts », Biblioth (...)

16Gabriel de Montmorillon est remplacé à sa mort par des ecclésiastiques. Ce ne sont pas des chanoines mais des « prêtres habitués de la cathédrale ». Ils ont été certainement désignés pour leurs compétences en matière d’archives. Leurs signatures figurent sur les papiers concernant la bibliothèque. Apparaît « l’abbé Gouvilliers son archiviste par lui chargé d’en avoir soin »34, actif de 1777 à 1788. Considéré comme un « savant et même un paléographe », il est chargé en 1779 de faire les inventaires des archives d’un autre chapitre lyonnais, Saint-Martin d’Ainay35. L’abbé Sudan, mal connu, est en place pour la seule année 1789. Il est logé non loin de la bibliothèque, « au premier étage sur la cour de l’hôtel de la manécanterie ». L’abbé Sudan se montre un guide docile pour les commissaires révolutionnaires venus inventorier les biens de la cathédrale36. Mais l’archiviste du Chapitre a une attitude équivoque par la suite37.

La croissance continuelle de la bibliothèque durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle

  • 38  ADR, 10 G 1820.

17Plusieurs pièces autrefois conservées aux archives du Chapitre permettent de reconstituer l’augmentation progressive de la bibliothèque. Outre les catalogues, on dispose encore de recensements partiels, des recollements et une vingtaine de quittances de relieurs et de libraires38. Quels renseignements nous apportent-ils ?

  • 39  ADR 10 G 1819.

18Prenant la relève du doyen Chevriers, Gabriel de Montmorillon a confectionné le Catalogue des livres achetés aux dépens du Chapitre39. Sur 24 pages, celui-ci a noté au fur et à mesure ses acquisitions, mais sans les classer ni donner la date de leur emplette. Si les prix sont indiqués en face de chaque titre, on ne sait pas non plus s’il s’agit de livres neufs ou d’occasion. Montmorillon s’est aussi engagé dans des souscriptions. Par exemple, on lit que « la souscription du Nouveau Moreri était de 180 L. ». Le grand custode n’a pas été inactif. De 1757 à 1777, 494 références entrent dans la bibliothèque commune, pour un total de 815 volumes.

  • 40  ADR, G 1820. Ce document est signé par Marienne Lafabrique, héritière testamentaire d’Etienne-Fran (...)
  • 41  Sur 28 titres de droit, on remarque Les coutumes de Bresse, Bugey et Valromey, les Règles du droit (...)
  • 42  Léopold NIEPCE, « La bibliothèque de la primatiale de Lyon », article cité, p. 307.

19Par ailleurs, Montmorillon a fait une acquisition en bloc d’une bibliothèque personnelle. On découvre dans les papiers du Chapitre l’Etat des livres vendus par la veuve Saulnier40, du 4 avril 1758. Cette emplette, d’un montant de 483 L. et 18 sols, comporte 55 titres pour 93 volumes. Le profil de cette collection reflète sans surprise l’origine de l’ancien propriétaire, avec une moitié de titres composée d’ouvrages juridiques41. Léopold Niepce signale aussi une tentative avortée du comte de Montmorillon : « En 1757, il tenta d’acheter la bibliothèque particulière laissée par le cardinal de Tencin, et en offrit 8000 L. à ses héritiers qui les refusèrent »42.

20Aussitôt installé après le décès du premier bibliothécaire, Gouvilliers effectue un recollement général intitulé Vérification de la bibliothèque du Chapitre 1777. Après avoir rappelé quels sont les documents mis à sa disposition, Gouvilliers évoque la pertinence des catalogues de Chevriers pour retrouver d’éventuels livres manquants. On remarque au passage que le donateur avait toute latitude dans ses choix :

  • 43  ADR, 10 G 1820.

Il y a trois catalogues respectifs à la dite bibliothèque dont deux concernent les livres provenant de M. de Chevriers et l’autre les livres achetés par M. de Montmorillon. Il y a au surplus des notes et comptes des libraires par lesquels on voit que quelques-uns des dits livres ont été remis au séminaire et que d’autres, quoique achetés pour le Chapitre, ne sont portés dans aucun des catalogues. L’un des deux dits catalogues relatifs aux livres provenant de M. de Chevriers a été fait en 1743 et par conséquent neuf ans avant la mort et de son ordre, et le second qui énonce le prix de chacun des ouvrages dont il contient le détail, semble par cette raison n’avoir été écrit qu’après son décès par un libraire ou connaisseur en fait de livres. On n’a trouvé ni dans l’un ni dans l’autre aucune note ou observation positive qui indique quel est le plus juste ou le meilleur et ce n’est qu’après avoir été suivi l’un après l’autre en rangeant successivement dans le même ordre qu’ils y sont écrits les différents volumes qu’ils contiennent qu’on s’est décidé pour le dernier. La raison de cette préférence est que M. de Chevriers ayant été le maître d’augmenter ou diminuer le nombre de volumes énoncés au catalogue de 1743 jusqu’au jour de son décès arrêté le 30 décembre 1752, on ne peut noter comme à la charge de M. de Montmorillon, auquel le Chapitre a confié le dépôt des livres de M. de Chevriers, que ceux des volumes manquant dont il a compté de l’existence après sa mort du dit chevriers. C’est en partant de ce principe qu’on a noté comme tels les volumes suivants, qui sont compris dans le catalogue qui contient estimation et ne se sont pas trouvés43.

  • 44  Il cite « Les œuvres de Davila que le catalogue annonce en deux volumes alors qu’il n’y en a qu’un (...)
  • 45  Parmi ces neuf titres pour 18 volumes, on trouve une Histoire du droit canonique et les Règles du (...)
  • 46  ADR, 1820. Etat des sommes reçues et payées par feu M. le comte de Montmorillon grand custode depu (...)

21Gouvilliers rappelle que son prédécesseur n’a pas été avare en dépenses : « La bibliothèque du Chapitre est composée des livres qui lui ont été laissés par feu M. le comte de Chevriers [...] lesquels ont été estimés 3875 L. et des livres achetés par feu M. le comte de Montmorillon lesquels montent à plus de 15000 L. ». Il donne des détails sur les livres qu’il a cru « devoir noter comme manquants ». Selon les catalogues de Chevriers, 53 références ont été perdues44. Selon celui de Montmorillon, ce sont encore 17 volumes qui ont été égarés, comme l’Histoire de la ville de Lyon du Père Ménestrier. Gouvilliers a par contre la bonne surprise de trouver des livres en surplus, qui « ont paru convenir à la bibliothèque »45. Après cette mise en ordre, le nouveau garde-livres met à jour les comptes en dressant un bilan détaillé et rigoureux46. Toutes les opérations financières, en particulier les dépenses, sont vérifiées page après page :

Il paraît par ce qu’il est écrit de sa main à la fin du livre où est inséré le catalogue de ses achats que depuis la dite année 1757 jusqu’au 30 janvier 1774 de la part de M. d’Aoustene ou de M. de Chevrillon 5100 L.
plus selon un compte arrêté entre lui et le dit Sieur Chevrillon pour l’année 1775, lequel est entre les mains de M. Brunot, il en a reçu pour la d. année 1775 : 300 L.
plus suivant le dit écrit de sa main, il a reçu de M. Rocher avant 1761 : 2113 L.
plus il a reçu du même pour les années 1761 et 1762 : 800 L.
plus en trois paiements égaux de 400 L. chacun pour les années 1763, 1764 et 1765 : 1200 L.
plus en trois autres paiements pour les années 1766, 1767, 1768 : 1200 L.
plus en trois paiements pareils pour les années 1769, 1770, 1771 : 1200 L.
plus en quatre autres paiements semblables pour les années 1772, 1773, 1774, 1775 : 1600 L.
plus il a reçu suivant une note écrite de sa main pour quelques livres et vieux papiers ou autres livres vendus sous la dénomination de vieux papiers : 142 L.

Total des sommes reçues : 13655 L. 4 sols

Il paraît d’un autre côté par le catalogue aussi écrit de sa main qui contient des livres par lui achetés qu’il en a payé lui-même, savoir :
Suivant la première page du dit catalogue : 388 L. 14 sols
suivant la 2e page … pour 481 L. […]
suivant la 24e page et dernière : 474 L. 6 sols
Total payé suivant le catalogue : 14711 L. et 9 sols
Plus M. de Montmorillon a payé aux sieurs Bruiset et Ponthus, le 31 janvier 1776, pour 24 volumes d’Histoire, Mémoires et Prix de l’Académie des sciences qui ont été achetés pour le Chapitre et ne sont pas portés dans son catalogue d’achats : 455 L. 8 sols
Plus il a payé ou doit payer au Sieur Cizeron en sus de 54 L. qu’il a écrit lui à compte des vol. 9, 10 et 11 des planches de l’Encyclopédie, qui ont coûté, y compris leur port et leur brochure 153 L. : 99 L.
plus il a payé ou doit payer pour le supplément du même ouvrage, port et brochure d’icelui : 33 L.
plus il a payé pour les Cahiers des arts et métiers non portés dans son catalogue d’achats : 161 L. 10 sols
plus pour 65 feuilles de fer blanc placées autour de la bibliothèque à l’effet de prévenir les cas de gouttière : 29 L.

Total de toutes les sommes payées : 15544 L. 17 sols

dont déduisant le total des sommes reçues 13655 L. et 4 sols
reste dû à l’héritier de M. de Montmorillon : 1889 L. 13 sols
de laquelle dernière somme, ôtant de la valeur des livres ci-devant notés manquants : 88 L. 17 sols
Il paraît qu’il est dû net au dit héritier 1800 L. 10 sols à laquelle on ajoutera la valeur des livres que le Chapitre payera à propos de retenir sur ceux qui sont en sus.
Il paraît par ce qui est écrit auparavant que M. De Montmorillon n’a rien reçu pour les années 1776 et 1777 et que s’il eut touché 700 L. pour chacune de ces deux années, la somme de 1800 L. 16 sols due à son héritier serait réduite à 400 L. 16 sols.

  • 47  BML, Manuscrit Coste 1081.

22L’abbé Gouvilliers s’est ensuite évertué à confectionner un quatrième recensement, le Catalogue de la bibliothèque du Chapitre de l’église Comte de Lyon. Fini le 26 juin 177747. Au verso du titre, il annonce un nouveau total : « Il y a dans la bibliothèque du Chapitre, y compris environ 80 volumes d’almanachs, mercures, calendriers et catalogues de bibliothèque, 2792 volumes ». Ce bilan est nettement positif. En un quart de siècle, grâce aux soins de Montmorillon, la bibliothèque de Saint-Jean a plus que doublé.

  • 48  ADR, G 1820. Constitué à partir des quittances des libraires, cette pièce dresse année après année (...)

23Ce nouveau catalogue n’est pourtant qu’une étape dans la croissance de la collection. Gouvilliers dresse la liste de ses propres emplettes, dans l’Etat des livres qu’a acheté ou fait relier le bibliothécaire pour la bibliothèque de l’illustre chapitre de l’Eglise comte de Lyon de 1777 à 178548. Au total, sur neuf années, ce sont 85 références pour 199 volumes qui entrent dans la collection de Saint-Jean. Ce sont des achats onéreux, notamment des ouvrages encyclopédiques, qui coûtent au Chapitre la somme record de 1921 L. et 13 sols.

  • 49  ADR, G 1820.
  • 50  Par exemple, il manque les 21e et 22e volumes des Conférences de Luçon et le 2e tome de l’Histoire (...)
  • 51  ADR, G 1820.
  • 52  Les autres doublons sont l’Historia litteraria Guillelmi (1736), l’Histoire littéraire du règne de (...)

24En 1783, sous le contrôle du comte de Goury, « commissaire à ce député par le Chapitre », Gouvilliers a effectué un nouveau recollement de la collection : le Résultat de la vérification de la bibliothèque du Chapitre49. Malgré ses soins, il signale une quinzaine de titres pour lesquels des volumes sont manquants, ce qui est peu par rapport au total de la collection50. Dans la foulée, Gouvilliers dresse la même année une liste des doublons, les Livres dont il parait qu’on peut se défaire pour les remplacer par d’autres51. Sept titres (pour 20 volumes) sont en effet trouvés en double exemplaire, telles les Libertés de l’Eglise gallicane de Pithou, en deux éditions similaires de 1751. Gouvilliers propose aussi de se défaire de l’édition signalée comme incomplète du Spectacle de la nature de l’abbé Pluche52.

  • 53  ADR, G 1820.
  • 54  Mais il signale : « Je n’ai point retiré les autres cinquante écus au mois d’octobre comme cela se (...)

25La croissance de la bibliothèque pendant les années qui précèdent la Révolution est malaisée à discerner. Il manque les quittances des libraires pour les années 1785, 1786, 1787 et 1788. Seul nous est conservé l’Etat de recette et dépense pour la bibliothèque du chapitre pour l’année 178953. Ce dernier compte, effectué par l’abbé Sudan, montre que les transactions n’ont pas été interrompues durant ces années de silence. Il « restait de les mains de l’abbé Gouvilliers des cent écus par lui reçus en l’année 1788 la somme de 76 L. 16 sols ». Malgré le contexte politique troublé, Sudan est toujours pensionné. Il reçoit, au mois d’avril 1789, 150 L. de la part du receveur du Chapitre54. Les dépenses engagées ne sont pas non plus négligeables. Trente références montent à un total de 226 L. et seize sols.

  • 55  ADR, 1 Q 455 : Déclaration du Chapitre Saint-Jean de ses biens mobiliers et immobiliers faite en 1 (...)
  • 56  ADR, G 1820.

26La lacune la plus grave pour la connaissance de la croissance de la collection est l’absence de précisions lors de l’inventaire effectué lors des saisies révolutionnaires. Venus inspecter la bibliothèque le 9 juillet 1790, les officiers de la Ville de Lyon se dispensent de décrire à la fois le mobilier et le contenu de la collection. En effet, l’abbé Sudan leur représente un inventaire des livres, « dont nous avons fait la vérification et que nous avons reconnu juste »55. On ne saurait dire s’il s’agit là du catalogue de 1777 ou d’un recensement plus tardif. Le seul indice pour apprécier le nombre de livres figure dans le registre des dépenses de 1782. Gouvilliers, prévoyant, passe commande de « papier et impression de 4 000 armoiries »56 payés 36 L. On devine qu’il s’agit de vignettes d’ex-libris. On peut dès lors supposer, sans trop de marge d’erreur, que la bibliothèque oscille entre 3000 et 4000 volumes au moment de la Révolution. Elle aurait donc triplé en une cinquantaine d’années, comme le résume le tableau ci-dessous :

La croissance de la bibliothèque capitulaire de Lyon de 1743 à la Révolution

source

titres

volumes

Prix estimés ou total des achats

Catalogue du doyen Chevriers en 1743

425

1144

3875 L.

Acquisitions du grand custode Montmorillon de 1757 à 1777

494

815

plus de 15000 L. 

Catalogue de 1777

1032

2792

Non précisé

Acquisitions de l’abbé

Gouvilliers de 1777 à 1785

85

199

1919 L. et 13 sols

Acquisitions de l’abbé Sudan pour l’année 1789

13

30

226 L. et 16 sols

Bibliothèque de plus de 3000 en 1790 ?

Une bibliothèque fonctionnelle ?

27Quels usages les chanoines ont-ils fait de leur trésor littéraire ? Se sont-ils contentés d’accumuler des livres ou ceux-ci répondent-ils à des besoins pratiques ? Comment fonctionne cette bibliothèque ? Est-elle publique ou uniquement réservée aux membres du Chapitre ?

28Si les archives du Chapitre lèvent une partie du voile sur ces interrogations, force est de reconnaître qu’il nous manque des éléments essentiels. Il n’existe aucune trace d’un règlement intérieur concernant les dates d’ouverture et les conditions d’emprunts. Nous avons vu également précédemment que le cadre d’accueil n’a rien d’exceptionnel, avec un mobilier ordinaire.

  • 57  ADR, G 1820.

29Cependant, les chanoines ont conservé deux reconnaissances de « charges », c’est-à-dire d’emprunts57. Datées d’octobre 1778, elles sont toutes en rapport avec le chanoine Chancey et ses deux sœurs et permettent de retracer le réseau de sociabilité des membres du Chapitre :

Ne pouvant me dispenser d’aller à la campagne, je vous prie de faire agréer mes excuses à M. le précenteur, et de le prier de trouver bon que vous me remettiez d’abord mes livres. Depuis hier matin que je vous ai parlé, j’ai trouvé une personne qui part incessamment pour Rome, et qui serait charmée de les transporter avec elle et de les présenter. Ayez la bonté de marquer au porteur le temps auquel vous désirez qu’il aille recevoir vos ordres. Ce sera une nouvelle obligation que je vous aurais faite agréer à M. de Poye mes respects et ma reconnaissance. Signée J. Chancey. Le 24 octobre 1778.

Nous soussignés reconnaissons avoir reçu de M. l’abbé Gouvilliers archiviste [...] deux volumes manuscrits in-f° contenant le Concile d’Embrun et un autre imprimé concernant la Primatie de Lyon à nous appartenant dont nous le déchargeons, fait à Lyon le 30 octobre 1778 de charge.

  • 58  BML, Manuscrit Coste 1081.

30Les dernières pages du catalogue de 1777 livrent des informations sur les emprunteurs58. À l’occasion du recollement de 1783 et dans un souci légitime de retrouver les ouvrages égarés, Gouvilliers a dressé une liste des usagers étourdis et de leurs emprunts respectifs. À chaque fois, le bibliothécaire est cautionné par le doyen Castellas qui appose sa signature en bas du registre :

Du 23 janvier 1782, état des livres de la bibliothèque du Chapitre qui sont entre les mains de MM. les comtes.
1) M. le comte de Poligny a l’Histoire abrégée ou Eloge historique de la ville de Lyon, un volume in-4° qui a coûté 6 L. plus les 1er et 4e volumes de l’Encyclopédie dont il y en 35, y compris des planches et tables et dont chacun revient à 36 L. plus le 1er vol. des Mémoires du clergé, dont il y en a douze dorés sur tranche et dont chacun revient aussi à 36 L.
2) M. le comte de Sartigues l’aîné a les Masures de l’Isle-Barbe 2 vol. in-4° qu’il a demandé au Chapitre pour les emporter à Paris relativement à l’affaire des amortissements. Ils ont coûté 24 L.

31L’opération se répète le 7 novembre 1782 et au début de l’année 1783 :

M. le comte de Clugny grand custode a le 1er tome des Mémoires de Sully qui a coûté la somme de 8 L. les trois tomes revenant à la somme de 24 L. Ils sont in-4° plus le Journal de l’abbé Rozier du mois de septembre qui a coûté 2 L. et un cahier du Supplément du même ouvrage dont l’avis envoyé aux souscripteurs annonce que chaque cahier coûtera 2 L. 10 sols ou que les six coûteront 15 L. pour la province. 2) M. le comte de Sartigues l’aîné a les Masures de l’Isle-Barbe 2 vol. in-4° qu’il a demandé au Chapitre pour les emporter à Paris relativement à l’affaire des amortissements. M. le comte de Sartigues le jeune a des Conférences d’Angers les tomes 1 et 2 sur les lois, les tomes 1, 2 et 3 sur le Décalogue et les tomes 1 et 2 sur les contrats, en tout 7 tomes (26 L.).
1) M. le comte de Guvin a les 1er et 2e vol. de l’Histoire naturelle de Buffon dont il y en a 25 vol., chacun revient à 18 L. 10 sols.
2) M. le comte de Poligny a l’Histoire abrégée ou Eloge historique de la ville de Lyon, un volume in-4° qui a coûté 6 L. plus les 1er et 4e volumes de l’Encyclopédie dont il y en a 35, y compris des planches et tables et dont chacun revient à 36 L. plus le 1er vol. des Mémoires du clergé, dont il y en a 12 dorés sur tranche et dont chacun revient aussi à 36 L. 3) M. le comte de Boisboisset a les Lettres provinciales un vol. in-12 qui a coûté 30 sols.

32Ce travail de récupération se termine par le compte-rendu du bibliothécaire présenté lors d’une assemblée capitulaire :

Ces Messieurs auxquels l’abbé Gouvilliers a demandé ces livres le 5 du mois courant lui ont répondu qu’ils n’avaient pas fini de les lire ou en avaient encore besoin. L’abbé Gouvilliers a cru devoir joindre le présent état au catalogue qu’il a fait pour y écrire la sortie et la rentrée des livres de la bibliothèque et a l’honneur de présenter à la Compagnie la sortie qui est écrite de sa main, de ceux de MM. les comtes auxquels il en remet à la rentrée de la sienne. Si la Compagnie la trouve convenable, il en fera de même à chacun des trois chapitres généraux.

33Dans tous les cas, les chanoines « chargés » le sont tant pour des raisons personnelles, des goûts variés pour la lecture, que pour des motifs juridiques, trouver des arguments pour gagner d’interminables procès. Les emprunts se font sous le contrôle du garde-livres, mais sont encore supervisés par une autorité collégiale. Mais cette tutelle est loin d’être complète. Les emprunteurs gardent le champ libre sans tenir compte des remontrances du bibliothécaire. Il n’y a aucun règlement écrit pour fixer les horaires de consultation et les conditions de prêts. Le comte de Poligny, véritable dévoreur de livres, a pu emprunter à la fois de lourds volumes encyclopédiques et des éditions précieuses.

  • 59  Jean-Marie FOREST, L’école cathédrale de Lyon, petit séminaire de Saint-Jean, Paris, Delhomme et B (...)

34D’autres papiers conservés aux archives de Saint-Jean attestent que la bibliothèque du Chapitre a servi de centre d’approvisionnement pour deux autres institutions ecclésiastiques dépendantes de la Primatiale. Évoquées par Léopold Niepce, il existe dans une salle voisine de la bibliothèque capitulaire deux autres fonds : « la bibliothèque du séminaire »59 et « la bibliothèque des enfants de chœur » :

  • 60  Léopold Niepce, Les manuscrits de Lyon, op.cit, p. 97-98.

D’après une note au 1er tome de l’Inventaire des actes capitulaires conservés aux Archives départementales, il y aurait eu à Saint-Jean, outre la bibliothèque du Chapitre, celle du séminaire et celle des enfants de chœur. L’existence de ces deux bibliothèques nous est connue par le procès-verbal de confiscation de l’archevêché, dressé le 10 mars 1791 et dans lequel on lit qu’il existait dans le bâtiment de la Manécanterie, à côté des archives, deux bibliothèques. Mais ce procès-verbal n’ajoute rien de plus et l’acte qui a dû constater la saisie des deux bibliothèques a disparu60.

35Hormis le procès-verbal de confiscation révolutionnaire, les seuls renseignements sur la formation de ces bibliothèques figurent dans les registres d’achats dressés par le comte de Montmorillon. Celui-ci mentionne, pour la première fois, le 14 novembre 1762, un achat en bloc, montant à la somme de 68 L. et concernant :

  • 61  ADR, G 1819.

Tous les livres que j’ai fournis par ordre du Chapitre à la bibliothèque du séminaire lesquels je ne rapporte ici que pour servir à faire mon compte de l’emploi des sommes que j’ai reçu. L’état des dits livres se voit dans la liste signée de M. de Viret supérieur du séminaire.
Autres livres fournis par ordre du Chapitre et compris dans la liste signée du sieur Ané, l’un des maitres des enfants de chœur, pour l’école61.

  • 62  ADR, 1820
  • 63  On peut citer les Méditations ecclésiastiques par M. de Saint-Claude (1745), l’Introduction à l’Ec (...)
  • 64  ADR, G 1820. Au dos figure l’Etat des livres achetés à l’usage de la bibliothèque de MM. les comte (...)
  • 65  Idem : « Le surplus ci-dessous dans le compte de M. Rivet qu’il a payé ». Ce sont principalement d (...)

36Une liste, plus fournie et datant du 19 février 1763, se nomme Livres accordés par le Chapitre de l’Eglise de Lyon au séminaire de la dite Eglise62. Elle comprend 22 titres pour 28 volumes, pour un montant total de 400 L. Les ouvrages choisis par Montmorillon conviennent aux besoins des séminaristes, avec des titres de morale et de droit ecclésiastiques. Éditions relativement récentes, ce sont des références répandues dans d’autres établissements de ce type63. D’autre part, ces livres distribués aux séminaristes sont accompagnés de leurs prix. Ainsi, l’Introduction à l’Ecriture sainte par Lamy (1709) coûte six livres et la Morale du Nouveau Testament (1758) huit autres. Ce document est donc une sorte de quittance signée par le destinataire : « J’ai reçu le nombre des livres ci-dessus désignés à Lyon ce cinquième mars 1763 signé Viret théologal »64. On apprend dans ce même document que le directeur du séminaire de Saint-Jean a complété le dépôt littéraire par huit références supplémentaires achetées personnellement65.

  • 66  ADR, G 1820.
  • 67  ADR, G 1820. Ce recollement compte cette fois-ci 35 titres pour 48 volumes.

37Montmorillon a dressé en 1769 une courte liste intitulée Livres accordés aux enfants de chœur. Celle-ci comporte quatorze titres, des catéchismes ou des ouvrages moralisateurs66. Remarquons par exemple l’Instruction pour les jeunes gens et l’Instruction de la jeunesse par Gobinet (1754). Elles voisinent avec cinq catéchismes, l’Esprit de saint François de Sales et les Fables de la Fontaine. Le chanoine bibliothécaire a rédigé par la suite un nouveau recensement, Livres accordés au séminaire 1769, qui reprend les titres précédents et signale les nouvelles acquisitions67. Montmorillon évoque en particulier la Morale du Nouveau Testament mise en réflexion à l’usage des séminaires par M. de Neuville (1758). On ne connait pas la taille de ces deux collections. Mais Gabriel de Montmorillon indique à propos du Cornelius a Lapide (1703) : « remis à la petite bibliothèque de notre séminaire ».

  • 68  BML, Manuscrit Coste 1081.

38La coexistence de plusieurs bibliothèques au sein de la Primatiale est un souci pour les gardes-livres qui doivent éviter pertes et confusions. Ils procèdent périodiquement à des opérations de tri. Montmorillon, dans sa liste de 1769, mentionne « l’Histoire ecclésiastique de Fleury en 36 volumes in-12, était en 1762 à la bibliothèque et a été remise au séminaire et remplacée par celle in-4° ». Le 3 juin 1769 Le Dictionnaire de la Bible par Simon (édition de 1768 en deux volumes) est remplacé par un exemplaire identique pour être placé au séminaire. Dans le catalogue de 1777, Gouvilliers note dans une marge à propos de trois diurnaux : « je ne les ai point vu. Peut-être a-t-on confondu les psautiers qui ont été donnés au séminaire »68.

  • 69  Alphonse Sachet, Le pardon annuel de la Saint-Jean et de la Saint-Pierre à Saint-Jean de Lyon : 13 (...)
  • 70  ADR, G 1820.
  • 71  Certains de ces titres sont des collections volumineuses, telles les Conférences d’Angers en 28 vo (...)

39La « révolution liturgique » imposée par l’archevêque Malvin de Montazet provoque la fermeture du séminaire de la Manécanterie en 1777 et l’obligation pour les membres de l’Église de Lyon d’utiliser de nouveaux livres liturgiques69. C’est du même coup la fin de la bibliothèque du séminaire. Le 20 mai 1780, Gouvilliers doit dresser en double exemplaire l’Etat des livres remis par M. Courbon et apportés du séminaire à la bibliothèque70. Ce n’est d’ailleurs qu’une récupération partielle puisque qu’elle ne porte que sur une quinzaine de titres71. Mais les chanoines recouvrent du mobilier, « les quatre globes et sphères » qui seront mentionnés en 1790. Dans un souci évident de conservation, Gouvilliers mentionne avec minutie des écrits cultuels devenus obsolètes : « un exemplaire des anciens livres de chant de 1738 en quatre vol. in-f°, un Missel de 1737 et un exemplaire du Bréviaire de Lyon de 1760 en quatre vol. in-12 ».

  • 72  Voyages de Courtépée dans la Province de Bourgogne en 1776 et 1777, textes publiés par A. de Charm (...)

40Au final, l’usage de la bibliothèque reste réservé aux membres de l’Église de Lyon, leurs élèves et leurs proches. Aucun visiteur contemporain n’est venu franchir les portes de la Primatiale. En raison de la quasi-absence de manuscrits ou d’incunables précieux, celle-ci ne paraît pas avoir attiré les érudits du temps, tel l’abbé Courtépée72.

  • 73  Françoise Bibolet, « La bibliothèque municipale de Troyes », Revue française d’histoire du livre, (...)
  • 74  Archives départementales de l’Yonne, 40 B 9 : Testament de Charles Henri Fénel, doyen de la cathéd (...)
  • 75  Chanoine Marcel, « Les origines de la bibliothèque municipale de Langres », Bulletin de la Société (...)

41Résolument semi-privée, la collection de la Primatiale n’a rien de commun avec des bibliothèques publiques d’Ancien Régime tenues ou fondées par des chanoines. On est ici aux antipodes de l’exemple de la bibliothèque publique de Troyes, fondée dès 1651 par le chanoine Jacques Hennequin73 ou de ceux, pour le XVIIIe siècle, de celles de Sens74 et de Langres75.

Les contenus et les utilités de la bibliothèque

42Après avoir vu quelques exemples de titres achetés ou recensés et montré la conformité des livres de la bibliothèque du séminaire à l’attente de ses lecteurs, nous faisons maintenant une étude plus approfondie de la bibliothèque de la Primatiale. Mais, faute de place et pour éviter des listes fastidieuses, nous concentrerons nos propos sur des titres évocateurs ou singuliers. Ceux-ci se portent sur trois axes de réflexion liés les uns aux autres. Cette bibliothèque, d’origine personnelle, répond-elle par la suite à des intérêts communs ? Est-elle traditionnelle et conservatrice, ou au contraire ouverte sur le siècle des Lumières ? Les trois bibliothécaires successifs ont-ils des choix identiques en menant une politique d’achats sur le long terme ? Cette bibliothèque peut-elle également être comparée à d’autres fonds capitulaires ?

  • 76  La science bibliographique est née en France au XVIIe siècle grâce à Gabriel Naudé, bibliothécaire (...)

43Pour répondre à ces questions, signalons au préalable que nous avons repris le système de classification de Gabriel Naudé en usage à l’époque76 et opté pour une étude chronologique. Après avoir présenté le contenu du legs du comte de Chevriers, nous verrons de quelle façon évoluent les acquisitions des trois gardes-livres successifs.

44Matrice de la bibliothèque capitulaire, la collection du doyen Chevriers offre d’emblée un échantillon conséquent de plus de 400 titres. Ceux-ci se répartissent de la façon suivante :

Contenu thématique des imprimés de la bibliothèque de Chevriers

Rubrique

Nombre de titres

En %

Histoire

157

38,7 %

Religion

112

27,6 %

Belles-lettres

103

25,4 %

Droit

23

5,7 %

Sciences et Arts

10

2,5 %

Total

405

100 %

  • 77  Père Dominique de Colonia, Instruction sur le Jubilé de l’Eglise Primatiale de S. Jean de Lyon, à (...)
  • 78  Mémoire pour les prévôts des marchands et échevins de Lyon, contre les doyens chanoines et chapitr (...)
  • 79  Ce sont des commentaires bibliques comme Saint Jérôme sur le prophète Ezéchiel ou Bède sur Esdras, (...)

45Cette répartition thématique est inattendue. On aurait pu découvrir de la part d’un homme d’Église un fonds littéraire davantage centré sur la foi chrétienne. Les ouvrages liés à la religion (théologie, histoire sacrée et hagiographies, droit canonique) sont à peine majoritaires : 211 titres sur 405. Les imprimés en latin ne sont que cinq, des commentaires bibliques. Cependant, le doyen possède des ouvrages rappelant ses fonctions. En plus d’une douzaine de rituels romains, le comte de Chevriers possède trois missels de Lyon, une Instruction sur le Jubilé de l’Eglise de Lyon77 et un titre juridique qui ne concerne que le Chapitre de Saint-Jean78. Les manuscrits paraissent être des outils personnels servant à la formation théologique du possesseur79. Il serait également exagéré de dire que cette collection relève de la pure bibliophilie. Aucun imprimé n’est signalé comme étant une édition rare et les manuscrits n’ont pas de caractère ancien. Seuls les atlas, classés à part en raison de leurs dimensions, paraissent avoir un certain prix. Il s’agit du Nouvel Atlas en trois tomes et les Plans de Paris en un seul. Cette répartition est relativement proche de celle avancée par Anne Béroujon :

  • 80  Anne Beroujon, Livre et société à Lyon au XVIIIe siècle à partir d’une étude des bibliothèques pri (...)

Dans son hôtel du doyenné, cet homme de pouvoir range 1333 volumes, parmi lesquels le religieux n’occupe que 28 %. C’est l’histoire qui a la panacée (41% de l’ensemble), histoire ancienne ou d’hommes célèbres autant qu’histoire ecclésiastique. Viennent s’y ajouter des pièces de théâtre et des romans du XVIIIe siècle dont Paméla, les Voyages de Gulliver, les Egarements du cœur et de l’esprit de Crébillon, des histoires galantes (Annales de la cour de Henri II) et les œuvres de Voltaire, ainsi que des œuvres de sciences, mathématique, physique, philosophique, économique et politique80.

46Effectivement, la littérature à la mode a une place visible sur les rayonnages du doyen, comme trois éditions différentes et récentes (1728 à 1731) des Mémoires et aventures d’un homme de qualité de l’abbé Prévost. De même, le genre historique est marqué par la modernité, avec six différents titres de l’abbé Vertot publiés au cours des années 1720 et 1730 (Révolution de Suède, de Portugal, romaines…).

47Cette donation fait-elle entrer de plain-pied le Chapitre de Saint-Jean dans le siècle des Lumières ? Les réponses sont d’abord négatives, d’abord en raison de la date précoce de la donation. Malgré un goût certain pour les romans à la mode, la bibliothèque du comte Chevriers est l’héritière du Grand siècle. Les orateurs sacrés comme Massillon, Fléchier et Bossuet sont présents chacun en plusieurs éditions. Les auteurs jésuites sont bien représentés (deux exemplaires chacun des Sermons de La Colombière et de Texier par exemple). Ils voisinent avec le Dictionnaire de Trévoux en six volumes. On dénombre une vingtaine de biographies des personnages politiques des XVIe et XVIIe siècles (Louis XIV, Richelieu, Catherine de Médicis). L’ouvrage de Voltaire est en fait la Henriade, poème à la gloire d’Henri IV. Les titres de philosophie sont en rapport avec les auteurs de l’Antiquité, tel le Banquet de Platon. Tandis que Descartes est ignoré, les Lumières ne se voient qu’avec les Lettres sur Bayle.

  • 81  Anti-Machiavel, ou Essai critique sur le Prince de Machiavel, publié par Mr. de Voltaire (Copenhag (...)

48Cependant, le comte Chevriers offre au Chapitre le livre fondateur du despotisme éclairé, l’Anti Machiavel81 du roi de Prusse Frédéric II. De plus, la littérature scientifique est variée. Aux côtés de l’Histoire du ciel de l’abbé Pluche (1739), on découvre un titre incongru, le Traité des maladies vénériennes et divers utilitaires pour la vie domestique, comme les Comptes faits de Barème. Deux titres montrent que le doyen suit les recherches scientifiques avec les Éléments de la géométrie de l’infini : suite des mémoires de l’Académie Royale des Sciences par Fontenelle (1727) et les Machines et inventions approuvées par l’Académie royale des sciences depuis son établissement par M. Gallon (1735). Le comte Chevriers a offert à ses pairs une bibliothèque où domine l’éclectisme. Cette collection, avec une base religieuse traditionnelle et une solide assise classique, est aussi le reflet des curiosités personnelles du doyen. Des publications récentes et variées confirment les assertions d’Anne Béroujon :

  • 82  Anne Beroujon, Livre et société à Lyon au XVIIIe siècle, p. 72.

Désir de ne pas demeurer étranger aux spéculations du siècle ? Curiosité critique ? Adhésion superficielle ou réelle ? Les intérêts diversifiés du doyen prouvent en tout cas que certains ecclésiastiques n’excluent pas de leurs bibliothèques les ouvrages récents, scandaleux ou tout simplement modernes, même s’il ne s’agit là que d’une minorité82.

  • 83  ADR, G 1819.

49Le demi-millier de titres achetés par Montmorillon vont-ils dans le sens de la modernité ? D’après son catalogue d’achats83 et diverses quittances de libraires, la réponse est mitigée.

50Durant sa fonction, le grand custode acquiert 142 titres de religion, ce qui représente presque un tiers des nouvelles références. En plus d’une dizaine de Bibles en versions latine ou française, on découvre des commentaires bibliques, avec des exégètes du XVIIe siècle. On voit par exemple le Dictionnaire de la Bible de Richard Simon en huit volumes. La littérature patristique est représentée par d’impressionnants recueils, notamment La Grande bibliothèque des Pères de l’Eglise avec les suppléments, en 29 volumes payés 650 L. Montmorillon a acquis des éditions individuelles, telle les Œuvres de saint Bernard en quatre volumes et celles de saint Augustin en douze autres. On compte aussi huit écrits de saint Thomas d’Aquin. La littérature parénétique est elle aussi représentée par de lourdes collections, comme La Bibliothèque des prédicateurs en douze volumes in-folio coûtant 45 L. ainsi que par un nouvel exemplaire de la Rhétorique de l’Eglise de Louis de Grenade. Ils détiennent encore une collection de plusieurs catéchismes, en particulier ceux du Concile de Trente.

  • 84  La Liturgie sacrée de Gilbert Grimaud (1666), le Traité historique de la liturgie sacrée ou de la (...)

51Mais les chanoines ont surtout sélectionné des titres en rapport avec la liturgie. On trouve logiquement dans le catalogue des achats des dizaines d’autres ouvrages, de toutes éditions ou manuscrits, habituellement nécessaires au culte : missels, bréviaires, évangéliaires, psautiers. Le Chapitre possède ainsi une collection sans doute complète de tous les diocèses de France. Quatre traités généraux les accompagnent84. Douze références concernent évidemment la liturgie lyonnaise. Discernons un titre neuf, le Breviarium Sanctae Lugdunensis Ecclesiae de Malvin de Montazet (1775, quatre volumes).

  • 85  ADR, G 1820 : Mémoire de reliure que Lallé a rendu à M. le comte de Montmorillon le 19 avril 1767. (...)

52Hormis un exemplaire de la bulle Unigenitus, Montmorillon n’a pas acheté de titres liés aux controverses jansénistes, déjà présentes dans la bibliothèque du donateur. Cependant, une quittance d’un relieur montre l’acquisition de trois titres de littérature apologétique85. Par ailleurs, les chanoines n’ont pas eu besoin d’acheter l’Instruction pastorale sur les sources de l’incrédulité et les fondements de la religion de leur archevêque Malvin de Montazet, publiée en 1776. Celle-ci, présente en triple exemplaire dans le catalogue de 1777 a sans doute été offerte (ou imposée) au Chapitre. La littérature apologétique n’est toutefois pas complète : des titres essentiels manquent. Montmorillon ne s’est pas abonné à l’Année littéraire de Fréron.

  • 86  Les chanoines de Saint-Jean sont évidemment bien pourvus en titres de leur diocèse, avec onze réfé (...)

53Avec une centaine de titres nouveaux, le droit ecclésiastique accompagne la littérature religieuse. Ce sont des ouvrages répandus, tel un Dictionnaire du droit canonique en cinq tomes et le Corpus juris canonici en onze volumes. Toujours soucieux de garantir leurs privilèges, le Chapitre de Saint-Jean a fait l’acquisition de 25 mandements épiscopaux ou lettres pastorales venus de tous les horizons86, comme deux exemplaires des Instructions de Saint Charles Borromée (1700), le modèle de la réforme tridentine ou le Recueil des mandements de M. l’archevêque de Sens, Languet de Gergy en cinq volumes. Les Lettres de M. l’évêque de Mendes sont reliées en parchemin pour quinze sols en 1767. La bibliothèque de la Primatiale s’enrichit aussi de sommes conciliaires. En plus de quatre exemplaires du Concile de Trente, on voit sur les rayonnages de la bibliothèque des recueils nationaux, comme les Conférences d’Angers en six volumes. Les Mémoires et procès-verbaux des assemblées du Clergé de France pour les années 1760, 1761 et 1762 sontpayés 21 L. Les chanoines déboursent en tout 618 L. pour s’offrir les 36 volumes de ce recueil.

  • 87  Les huit tomes de l’Histoire de l’Eglise gallicane par le Père Longueval (1732), une réédition des (...)
  • 88  Le Traité des droits et des obligations des chapitres des Eglises cathédrales, par Ducasse (1706) (...)
  • 89  Les lois ecclésiastiques de France dans leur ordre naturel, et une analyse des livres du droit can (...)

54Certainement soucieux de garantir leurs droits et privilèges, les chanoines lyonnais ont acquis quatre titres en rapport avec le gallicanisme, références que l’on retrouve fréquemment dans d’autres bibliothèques capitulaires87. Alors qu’il possède déjà ces titres dans sa bibliothèque personnelle, Montmorillon fait acheter pour le Chapitre L’estat des églises cathédrales et collégiales de Jean de Bordenave (1643) et l’Histoire des chanoines ou recherches sur l’ordre canonique de Chaponnel (1699). Ces titres spécifiques sont complétés par deux autres éditions du XVIIIe siècle88 et par le « Traité de M. Héricourt »89. Les Génovéfains intéressent encore Montmorillon, ce dernier faisant l’emplette des Figures des différents habits des chanoines réguliers en ce siècle par le père Du Molinet (1666) et l’Histoire des chanoines réguliers de la congrégation de France de Pierre Lalemant (1698).

  • 90  Remarquons les Explication des statuts, coutumes et usages observés dans la province de Bresse, Bu (...)
  • 91  De l’usage des fiefs et autres droits seigneuriaux, par Denis de Salvaing, premier président de la (...)

55La juridiction ecclésiastique s’accompagne de titres plus pratiques que l’on classerait dans « le droit civil ». En plus d’une dizaine de coutumiers90, les chanoines participent à la réaction seigneuriale de leur époque, avec quatre titres91. Les chanoines sont parfaitement documentés sur la vie locale avec le Recueil des privilèges des prévôts, échevins et habitants de Lyon (1649) et les Ordonnances et règlement de la police de Lyon (1662). Le Règlement général des péages et octrois qui se suivent sur la Saône (1675) est accompagné de la note marginale « trouvé ».

56Le genre historique est le principal poste d’achats de Montmorillon, tant pour le nombre de titres (148 acquisitions) que pour le coût. Le bibliothécaire renouvelle le fonds en échangeant des titres usés par des éditions neuves. Il note en marge de son catalogue : « J’ai acheté la même mais l’édition dernière en 17 volumes » à propos de la Nouvelle histoire de France du Père Daniel. Ce renouvellement lui coûte 244 L. On retrouve « la souscription du Nouveau dictionnaire de Moreri » montant à 180 L. Montmorillon souscrit aussi au premier volume du Dictionnaire historique, géographique des Gaules et de la France par l’abbé d’Expilly en 1762. Il évoque encore « l’Histoire universelle par une Société de gens de lettres, édition d’Amsterdam commencée en 1747 et terminée au trentième volume imprimé en 1768 », le tout payé 345 L.

  • 92  Citons par exemple les vies de saint François-Xavier et de saint Ignace de Loyola par Bouhours.
  • 93  Ce sont l’Histoire de l’hérésie des iconoclastes, l’Histoire du luthéranisme, l’Histoire des crois (...)
  • 94  On voit en double l’Histoire de l’Eglise du Japon par le Père jésuite Jean Crasset (1715).
  • 95  Histoire ecclésiastique du diocèse de Lyon, traitée par la suite chronologique des vies des révére (...)
  • 96  L’Histoire généalogique de la royale maison de Savoye (1660), l’Histoire de Bresse et de Bugey (16 (...)

57Dans le détail, l’histoire sacrée comporte à elle seule 55 titres, avec notamment des hagiographies92, les œuvres du Père Maimbourg93 ou des annales d’ordres missionnaires94. Les 36 volumes d’un best-seller, l’Histoire ecclésiastique de l’abbé Fleury (édition de 1722), sont accompagnés par les Discours et les Justifications du même auteur. Montmorillon a également orienté ses achats vers des histoires locales95. Il achète un deuxième exemplaire des Masures de l’Isle Barbe par l’abbé Lelaboureur, un titre concernant de près la Primatiale et un titre récent, l’Histoire de l’Eglise de Lyon, depuis son établissement par saint Pothin jusqu’à nos jours par Poullin de Lumina (Lyon, 1770). Le grand custode apprécie particulièrement un historien provincial, Samuel Guichenon, en faisant l’acquisition de trois de ses œuvres96. Le bibliothécaire débourse six livres pour une rareté bibliographique, les Mémoires de l’histoire de Lyon, par Guillaume Paradin (1573). Il acquiert un nouvel exemplaire de l’Histoire civile ou consulaire de la ville de Lyon de Claude-François Ménestrier (1696) accompagné des Réjouissances de la Paix avec un Recueil de diverses pièces sur ce sujet du même auteur (1660).

  • 97  Parmi ces titres, on retrouve le Père Ménestrier avec son Histoire du règne de Louis le Grand par (...)

58L’histoire profane apparait à la fois traditionnelle et ouverte sur l’actualité. En acquérant onze traités de numismatique, Montmorillon pensait sans doute constituer un médaillier pour orner la bibliothèque commune97.

  • 98  Le Compte-rendu du Parlement de Besançon et le Recueil de divers témoignages contre les Jésuites.

59Sur les traces de Chevriers, Montmorillon continue d’acquérir des biographies de grands personnages, telle l’Histoire littéraire du règne de Louis XIV en trois volumes par l’abbé Lambert (1751) et une édition viennoise de l’Histoire du prince Eugène de Savoie (1745). L’acquisition de la Mazarinade retient ici notre attention tant par son originalité que pour son ampleur. Ce « recueil de tout ce qui a paru pour ou contre Mazarin » forme 36 volumes. Le bibliothécaire suit aussi les évènements de son époque. Le Recueil des antiquités de M. de Caylus fait suite à la découverte de Pompéi. Montmorillon achète deux brochures anonymes : le Procès de Damiens (1759) et les Principes politiques sur le rappel des protestants en France (1764). L’éviction des Jésuites hors de France apparait avec deux titres publiés en 176298.

  • 99  ADR, G 1819. Une note dans le catalogue précise « fournis par l’archiviste Lemoine en forme de déd (...)

60L’érudition bénédictine n’est pas intégralement représentée. D’un côté, Montmorillon débourse 84 L. pour les dix volumes in-folio de la Gallia christiana du Père de Sainte-Marthe (1715-1730). Il achète l’Antiquité expliquée avec des figures du Père de Montfaucon en quinze autres volumes pour 218 L. et une réédition de 1723 du Spicilegium de Dom Luc d’Achery. Il récupère encore l’Histoire littéraire de la France par les religieux de la congrégation de Saint-Maur (quinze volumes publiés de 1733 à 1750)99. Mais on s’interroge sur l’absence du Voyage littéraire de deux Bénédictins, tandis que Montmorillon n’achète aucun titre de Dom Mabillon. Le bibliothécaire ignore ainsi complètement « la querelle des études » qui opposa au début du XVIIIe siècle le Bénédictin à Dom Rancé, abbé du monastère cistercien réformé de La Trappe.

  • 100  L’Entrée du Roy et de la Reyne dans sa ville de Lyon, ou Le soleil au signe du Lyon (1624) et L’En (...)
  • 101  BML, 146187. Une gravure détachée de cet ouvrage est aussi conservée sous la cote 146188 (Dessein (...)

61Les ouvrages en rapport avec les arts sont pratiquement inexistants, hormis une « Collection de diverses gravures en un tome » et quatre livres d’emblèmes admirables pour leurs gravures in-folio100. L’un d’entre eux concerne la Primatiale : Le Temple de la gratitude. Dessein de la machine du feu d’artifice dressé sur la Saône par Messieurs les Doyens, Chanoines et Chapitre de l’Eglise, comtes de Lyon, à l’honneur de saint Jean Baptiste le 24 de juin de l’année 1666 par Gaspar-Joseph Charonier (Lyon, 1666)101.

62Hormis les outils bibliographiques évoqués plus haut, la rubrique littéraire apparait délaissée par Montmorillon. Une vingtaine de titres correspond à toutes sortes de dictionnaires et de lexiques. Les romans à la mode sont totalement ignorés. Mais l’abbé Prévost est représenté par une œuvre monumentale. Son Histoire des voyages en 17 volumes in-4° coûte 224 L. au Chapitre tandis que Montmorillon annonce dans son catalogue une « Souscription pour la suite des Voyages, le premier volume payé 24 L. ».

63Existe-t-il des indices montrant que Montmorillon est « un chanoine éclairé » ? C’est à travers la philosophie, la politique et la science que l’on trouve les éléments de réponses.

  • 102  On recense encore La philosophie du bon sens de Jean-Baptiste de Boyer d’Argens (1755), le curieux (...)

64On découvre quelques-uns des titres des philosophes emblématiques : Newton avec ses Philosophia naturalis principia (Genève, 1739) et Voltaire avec le Traité sur la tolérance à l’occasion de la mort de Jean Calas (1763). Montesquieu est représenté indirectement par une Défense de l’Esprit des lois (1750) et les Observations sur l’Esprit des lois de Crevier (1764). Jean-Jacques Rousseau apparait avec son Emile ou de l’éducation et par son contradicteur, le pasteur Antoine-Jacques Roustan, auteur de L’Offrande aux autels et à la patrie contenant une réfutation du Contrat social (1764). Des écrits moins connus complètent un échantillon déjà réduit102. Les rayonnages accueillent des auteurs étrangers : Beccaria avec son Traité des délits et des peines traduit par l’abbé Prévost (1766) et Kant avec La philosophie de l’histoire (1765).

65Le siècle des Lumières est davantage représenté par des traités de réflexion politique, tant sur le système politique français que sur des monarchies étrangères. Ce corpus de huit titres a comme particularité de regrouper des éditions aux dates proches, ce qui indiquerait un achat groupé. Peut-être répond-il à une curiosité personnelle ? Il complète en tout cas l’Anti Machiavel précédemment évoqué :  

- Considérations sur le gouvernement ancien et présent de la France par le marquis d’Aguesseau (1764)
- Examen du Ministère de M. Pitt de John Almon, traduit de l’anglais par le colonel chevalier de Champigny (1764)
- L’Esprit des monarques philosophes : Marc Aurèle, Julien, Stanislas et Frédéric II par l’abbé de La Porte (1764)
- Des recherches sur l’Origine du Despotisme Oriental par Nicolas-Antoine Boulanger (1765)
- Traité de l’origine du gouvernement français où l’on examine ce qui est resté en France, sous la première race de nos rois de la forme du gouvernement qui subsistait dans les Gaules sous la domination romaine par Jean-Jacques Garnier (1765)
- Variations de la monarchie française dans son gouvernement par Gautier de Sibert (1765)
- Observations sur l’histoire de France, par l’abbé de Mably (1765)

66C’est du côté de la littérature scientifique que les évolutions sont les plus visibles. Pratiquement insignifiant avec le legs du comte Chevriers, le corpus scientifique se développe considérablement durant la direction du grand custode. En effet, Gabriel de Montmorillon fait acquérir pour la bibliothèque capitulaire presque 150 titres nouveaux.

  • 103  De la Fonte des mines, des fonderies, traduit de l’allemand de Christophe André Schlutter et publi (...)

67En premier lieu, ces titres sont des traités utiles à l’économie sous toutes ses formes : le Premier essai de la végétation des plantes (1679), le Dictionnaire économique de Chomel, les Eléments d’agriculture par Duhamel de Monceau (1756), le Traité des pêchers et sa Suite par de Combles (1750 et 1756), les Comptes faits de Barême ou le Parfait maréchal. Remarquons encore deux titres sur l’exploitation minière103. Ils voisinent avec des écrits sur les avancées scientifiques, comme le Traité physique et historique de l’aurore boréale, suite des Mémoires de l’Académie des sciences (1731). Gabriel de Montmorillon se procure « une édition plus complète » en neuf volumes du Spectacle de la nature de l’abbé Pluche de 1763. Il s’abonne aussi à des périodiques. Il évoque les Mémoires historiques de l’Académie royale des sciences en huit volumes de 1758 à 1766 et le Journal des savants, dont l’abonnement est amorcé à partir de 1770. Le bibliothécaire se lance dans une collection à la fois onéreuse et variée. À partir de 1760, il évoque la « fourniture des cahiers des arts et métiers de l’Académie ». Inspirée des planches de l’Encyclopédie, celle-ci correspond à des volumes in-folio assez coûteux : 16 L. chacun. Les titres sont éclectiques : L’art du charbon de terre, L’art du menuisier, L’art du corroyeur, L’art du perruquier, L’art du tailleur avec figures, etc.

  • 104  Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. de Montmorillon, op. cit. Elle comporte p (...)

68La seule référence directement utile pour la bibliothèque capitulaire est l’Art de la reliure acquise en 1771. Au total, ce sont au minimum 23 titres de ce genre achetés par Montmorillon. Ces choix sont sans doute motivés par la curiosité personnelle du bibliothécaire ou par le besoin de partager son goût des sciences à ses homologues. On s’interroge aussi sur la présence de titres similaires dans la propre collection du garde-livres104.

  • 105  Les deux premiers volumes, la Théorie de la terre et l’Histoire naturelle de l’homme, paraissent à (...)
  • 106  ADR, 1820.

69Dispendieux, Gabriel de Montmorillon a enfin souscrit aux grandes collections encyclopédiques. A partir de 1750, il évoque à plusieurs reprises dans le catalogue d’achats l’Histoire du cabinet du roy par M. de Buffon. Plus connu sous le nom de l’Histoire naturelle, générale et particulière avec la description du Cabinet du Roi, cet ouvrage n’est pas une mince production éditoriale105. À partir de 1756, Montmorillon dépense aussi sans compter pour l’Encyclopédie de Diderot et de d’Alembert. On peut enfin suivre grâce aux quittances adressées par les relieurs lyonnais106 la formation du nouveau corpus scientifique de la Primatiale :

Quittance de livres pour la bibliothèque du Chapitre du 31 janvier 1776 : 455 L. 5 sols
Doit M. le comte de Montmorillon, grand custode pour son chapitre, les volumes suivants achetés sur son ordre par Bruys et Ponthus au commencement d’octobre 1775 :
Mémoires de l’Académie des sciences, savants étrangers, six volumes in-4° payés en feuilles : 66 L.
Histoire de l’Académie des sciences de 1765 à 1772, dix vol. in-4° payés en feuilles : 110 L.
Prix de l’Académie des sciences : les six premiers volumes in-4° payés en feuilles : 144 L.
les tomes 7 et 8 des dits Prix, in-4°, payés en feuilles : 22 L.
pour la reliure en veau, à Lyon, des 24 volumes in-4° indiqués ci-dessus à 50 sols le volume : 60 L.
placement des planches aux dits 24 volumes : 2 L. 8 sols
port des dits 24 volumes – avance de paiement et commission : 51 L.
total : 455 L. 8 sols
Pour acquit à Lyon ce 31 janvier 1776, signés Pierre Bruys et Ponthus
Mémoire de reliure que Lallé a rendu à M. le comte de Montmorillon le 19 avril 1767 :
11 vol. de l’Histoire naturelle in-4° reliés en veau écaillé, deux fils sur le plat, bord et bordure, à 4 L. la pièce : 44 L.
le tome 5 des Recueils des planches de l’Encyclopédie in-f° relié en veau : 30 sols

70Cette boulimie d’ouvrages scientifiques est-elle particulière à la Primatiale ? Quelle situation découvre-t-on dans d’autres fonds capitulaires ?

  • 107  Archives départementales de Saône-et-Loire, 6 L 686. On trouve son Histoire des insectes en six vo (...)
  • 108  Archives municipales de Beaune, R III, paragraphe 5, n°4.

71En Bourgogne, les bibliothèques capitulaires sont inégalement pourvues. L’inventaire de la collégiale de Saint-Philibert de Tournus révèle la présence des livres de Buffon107. La bibliothèque de la collégiale Notre-Dame de Beaune est bien garnie puisque dans son catalogue figurent les œuvres complètes de d’Alembert, Diderot, Buffon, mais encore celles d’Helvétius108.

  • 109  BM d’Auxerre, manuscrit 176, Catalogue descriptif de la bibliothèque du chapitre d’Auxerre, 1777.
  • 110  Dominique Dinet, Religion et société : les réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxer (...)
  • 111  Dominique Varry, Sous la main de la nation, les bibliothèques de l’Eure confisquées sous la Révolu (...)

72A contrario, on ne trouve aucun volume encyclopédique dans la bibliothèque capitulaire d’Auxerre, davantage garnie en ouvrages jansénistes, ni dans celle de la cathédrale de Sens. Les chanoines auxerrois lisent en revanche une Réfutation de l’Encyclopédie109. À Langres, ville natale de Diderot, les membres de la cathédrale accueillent également très faiblement les nouveautés scientifiques et philosophiques110. En Normandie, le fonds de la cathédrale d’Évreux, qui ignore les collections encyclopédiques, révèle quelques « surprises » inattendues111.

  • 112  BML, Manuscrit Coste 1081.

73Ces acquisitions en masse ont sans doute obligé le successeur de Montmorillon à dresser un nouveau catalogue112. Celui-ci nous renseigne déjà sur ses choix en matière de classification. Suivant les normes de la Librairie parisienne et les consignes de Naudé, les ouvrages sont groupés par séries, par ordres de matières, dans 24 armoires portant chacune les 24 lettres de l’alphabet. Leurs titres sont ensuite reproduits plus ou moins exactement, avec les dates de leurs impressions, mais sans indication du lieu de leur impression. Mais Gouvilliers peut surprendre en choisissant des étiquettes de sous-rubriques plus originales. Elles reflètent en fait les choix littéraires de son prédécesseur :

La composition thématique de la bibliothèque du Chapitre en 1977 selon les normes de la librairies

La composition thématique de la bibliothèque du Chapitre en 1977 selon les normes de la librairies

Selon les rubriques choisies dans le catalogue par l’abbé Gouvilliers

Rubriques

Nombre de titres

Bibles et autres Ecritures saintes

69

Ouvrages des saints pères

29

Conciles canons et constitutions apostoliques

11

Livres de piété

27

Commentateurs de la Bible

15

Casuistes et autres théologiens

30

Histoire sainte

30

Prédicateurs et orateurs sacrés

48

Conférences ecclésiastiques et procès-verbaux

34

Livres concernant l’Eglise

45

Controverses jansénistes et Jésuites

25

Total de la littérature religieuse

369 (35,7%)

­

Rubriques

Nombre de titres

Jurisconsultes et jurisprudence

47

Histoires profanes

61

Dictionnaires

13

Histoires profanes non placées

61

Armoriaux, généalogies nobiliaires

25

Mémoires

15

Vies diverses

  9

Anecdotes, journaux et testaments politiques

10

Lettres diverses

9

Histoire naturelle

24

Littérature classique

37

Atlas et livres en format atlas

19

Encyclopédie

  3

Mémoires académiques

12

Mathématiques

11

Mélanges

26

Livres de poésie

23

Romans et fictions

27

Arts et métiers

108

Livres de jurisprudence (coutumes)

47

Antiquités et médailles

66

Catalogues, calendriers et mercures

10

Controverses politiques

1

Total de la littérature profane

663 titres (64,2%)

74Sans surprise, les achats de Montmorillon ont changé en profondeur la composition de la bibliothèque léguée par le comte de Chevriers. Délaissées, les belles-lettres ne représentent plus qu’un sixième du total. Au contraire, les titres des « sciences et arts » se sont sans surprise considérablement développés, tout comme les ouvrages de juridiction. Malgré un repli significatif, l’histoire et la religion continuent d’occuper les deux premières places du classement. Enfin, le rapport entre livres profanes et religieux s’est déséquilibré en faveur des premiers. C’est un paradoxe, alors que de nombreux titres acquis sont directement utiles au Chapitre (liturgie et droit canonique).

75Quels choix vont maintenant être opérés par le nouveau bibliothécaire ? Quelles informations nous apportent à ce sujet les quittances et les recensements partiels ?

76Premièrement, le nouveau bibliothécaire signale des transferts de livres des archives du Chapitre vers la bibliothèque capitulaire. En tête du catalogue de 1777 figurent une « Bible d’écriture carlovingienne dont les premiers feuillets manquent, in-fol. parchemin », un « Nouveau Testament manuscrit, avec des vignettes, auquel il manque aussi quelques feuillets, in-fol. » et un « graduel manuscrit, in-fol., 1 vol. ». Gouvilliers mentionne aussi une dizaine de missels lyonnais, incunables ou impressions du XVIe siècle, placés dans les rayonnages sous la rubrique des « livres liturgiques ». Distincts des manuscrits médiévaux légués par le comte de Chevriers, ces livres précieux augmentent la valeur de la bibliothèque. Ils contribuent également à lui donner un caractère vénérable.

  • 113  ADR, G 1820 : Etat des livres qu’a acheté ou fait relier le bibliothécaire pour la bibliothèque de (...)

77Cependant, Gouvilliers est tourné vers la modernité. Les 85 références mentionnées dans ses comptes sont toutes des éditions neuves, parues moins de dix ans avant leurs achats113. Dans le détail, ces références ne correspondent en fait qu’à 31 titres, car ce sont généralement des suites d’ouvrages en différents tomes. Gouvilliers poursuit ainsi les souscriptions et les abonnements initiés par son prédécesseur. La part belle est donnée aux collections encyclopédiques, qui accaparent parfois la totalité des transactions, comme en 1777 :

Selon un compte du sieur Rosset libraire du 19 juillet 1777 acquitté le 30 octobre suivant :
Histoire naturelle des oiseaux par M. de Buffon, trois volumes in-4° avec figures brochés en carton : 48 L.
Supplément à la dite Histoire naturelle, trois volumes in-4° avec figures brochés en carton : 48 L.

  • 114  Idem.

Selon un autre compte du Sieur de La Mollière relieur du 9 août 1777 acquitté le 31 octobre de la même année :
Encyclopédie in-folio 31 volumes reliés en veau à 5 L. le vol. : 155 L.
Histoire naturelle de Buffon 18 volumes reliés en veau à 2 L. 10 sols le volume : 45 L.
total pour l’année 1777 : 296 L.114

  • 115  L’Art du charbon de terre en deux tomes, l’Art de fabriquer de l’étoffe de soie « septième section (...)

78Sur ces 31 titres, on dénombre vingt références scientifiques. Les chanoines poursuivent et achèvent durant cette décennie les collections encyclopédiques. Gouvilliers achète en 1783 la Table analytique et raisonnée du Dictionnaire encyclopédique pour 28 L. Il renouvelle ses abonnements, comme celui du Journal de physique en 1781. Les Mémoires de l’Académie des sciences des années 1769 à 1774 lui coûtent 64 L. l’année suivante. Gouvilliers continue la « collection des cahiers de l’Académie » initiée par Montmorillon avec des titres supplémentaires115.

  • 116  Ce sont en fait les Mémoires de mathématique et de physique présentés à l’Académie royale des scie (...)
  • 117  L’Histoire des insectes nuisibles à l’homme, aux bestiaux, à l’agriculture et au jardinage par Buc (...)
  • 118  Né à Lyon en 1734, l’abbé Jean-Baptiste François Rozier est l’un des plus grands agronomes de son (...)

79Gouvilliers poursuit aussi l’acquisition des Mémoires des savants étrangers116, avec cinq nouveaux tomes acquis en 1783. Il achète des titres originaux : le Traité de la construction des théâtres par M. Roubo le fils (1777) et le Traité de la construction des vaisseaux, par Frédéric de Chapman (traduit du suédois, 1780). Trois autres références sont plus anecdotiques et renvoient peut-être aux passe-temps des chanoines117. Enfin, les portes de la bibliothèque s’ouvrent au plus grand savant lyonnais du temps. Gouvilliers achète en 1781 les Observations sur la physique, sur l’histoire naturelle et sur les arts, par M. l’abbé François Rozier (1771)118.

80Les autres titres sont variés. Parmi les quatre ouvrages de religion, on remarque le Traité de la religion par M. l’abbé Bergier (1777). Le bibliothécaire honore les souscriptions de son prédécesseur. On retrouve l’Histoire de l’Eglise par l’abbé de Choisy en un volume pour 27 L., la « suite du Dictionnaire géographique des Gaules » de l’abbé d’Expilly et les tomes 31 et 39 des Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles lettres. Gouvilliers, à l’instar de Montmorillon, apprécie les éditions illustrées. En 1785, il achète pour 76 L. un recueil de planches archéologiques en quatre volumes, Les ruines de Palmyre, autrement dite Tedmor au désert de Robert Wood (1783).

81Le dernier bibliothécaire, l’abbé Sudan, n’a pas été inactif. Son Etat de recettes et de dépenses pour 1789 comporte 13 titres pour trente volumes. Les abonnements se poursuivent comme à l’accoutumée. Sudan signale le Journal de physique « que l’on a toujours reçu depuis son commencement et dont le Chapitre a la collection ». De même, le bibliothécaire complète les œuvres de Buffon avec le deuxième tome de l’Histoire naturelle des quadrupèdes ovipares et des serpents par Lacépède, payé seize livres. Il renouvelle le fonds capitulaire en achetant un nouvel exemplaire en six volumes des Observations sur l’histoire de France de l’abbé Mably, titre complété par Louis XIV, sa Cour et le Régent par Louis-Pierre Anquetil (1789). Sudan, conscient de la menace qui pèse sur son Église, ne préfère engager « aucun engagement ni aucune souscription ». Malgré cette prudence, il fait l’acquisition d’une édition de prestige, le Voyage du jeune Anacharsis en Grèce par Jean-Jacques Barthélemy (Paris, 1788). Les cinq volumes de ce récit de voyages sont réglés 60 L. auprès des Frères Périsse le 21 février 1790, soit peu de temps avant l’anéantissement du Chapitre. Les derniers titres qui entrent dans la bibliothèque capitulaire renvoient à l’actualité politique. Les chanoines se sont documentés avec sept brochures qui permettent la chronologie et les débats autour des Etats-généraux :

Réflexions sur les Etats provinciaux de M. Servan
Les Etats-généraux convoqués par Louis XVI de M. Target (1788)
Cahiers du clergé, de la noblesse et du Tiers-Etat de Lyon
Lettre au roi par M. de Calonne le 9 février 1789 et la Réponse de M. de Cerutti
Lettres du roi sur la convocation des Etats-généraux du 25 avril 1789
Discours de M. de Necker à l’ouverture des Etats-généraux
Projet de concorde entre les trois ordres

Epilogue : les destructions révolutionnaires

  • 119  Léopold Niepce, « Les manuscrits de la cathédrale de Lyon avant 1789 », Revue du Lyonnais, tome IX (...)
  • 120  Idem, p. 83.

82L’évolution dynamique de la bibliothèque de Saint-Jean est brutalement interrompue par les confiscations révolutionnaires. Si l’on suit Léopold Niepce119, les officiers municipaux viennent enlever les livres le 10 mars 1791. Tous les ouvrages, manuscrits compris, sont déposés dans un premier temps dans le grenier du ci-devant Claustral Saint-Pierre, une ancienne abbaye de religieuses bénédictines. Ils rejoignent pêle-mêle les milliers d’autres volumes confisqués au même moment parmi les 41 autres maisons religieuses de Lyon. Pendant plusieurs années, ces livres, faute de décision politique sur leur sort et de soins, subissent les outrages des intempéries. Ils subissent également les affres de la guerre, en particulier le siège de Lyon entre le 9 août et le 9 octobre 1793 mené par les troupes de la Convention nationale pour réprimer l’agitation contre-révolutionnaire. Léopold Niepce note amèrement : « Ils y demeurèrent dix ans exposés à toutes les intempéries sous les toits du Claustral troués par les bombes de la Convention »120.

83Les anciennes collections religieuses sont finalement confiées par la Convention à la nouvelle Bibliothèque publique de la ville. A cette fin, une visite est effectuée dans le dépôt littéraire par Pierre Cossard « membre de la Commission conservatrice des monuments » pour récupérer et sélectionner des ouvrages « utiles à la Nation ». Le 17 brumaire de l’an IV (7 novembre 1795), celui-ci dresse une courte liste des livres jugés intéressants. Celle-ci n’aurait pas déplu aux anciens gardes-livres de la Primatiale :

Bibliothèque des ci-devant comtes à la Manécanterie :

  1. L’Encyclopédie avec ses suppléments, 32 volumes in-f°

  2. L’Antiquité expliquée avec des figures, par Montfaucon, 15 volumes in-f°

  3. Histoire naturelle de Buffon, en 32 volumes in-4°, avec des figures

  4. Familiae Augustinae, un vol. in-f°

  5. Mélanges de médailles non publiées, cinq volumes in-4°

  6. Le Grand cabinet des médailles, par La Chausse, un vol. in-f°

  7. Recherches curieuses d’antiquités, par Spon, un vol. in-f°

  8. Discours sur les médailles de Le Poix, avec figures

  9. Deorum et heroum, Spon, un volume in-4°

  10. Gorley Div. en un volume in-8°

  11. F. Ficonnii, un volume in-4°

  12. Les ruines de Palmyre, un vol. in-f°

    • 121  ADR, 1 L 1073 : Musée. Cette liste est suivie par six autres titres, la Bibliothèque de Marbeuf, c (...)

    La science des médailles de Jobert, deux volumes in-12°121

  • 122  ADR, 1 L 1073. Arrêté relatif à l’ouverture d’une Bibliothèque publique, et à la conservation des (...)

84Après cette sélection, tout semble prêt pour un transfert. Un arrêté du 23 brumaire de l’an IV stipule: « Le cabinet d’histoire naturelle et les livres rassemblés par les soins du citoyen Gilibert seront incessamment transférés, sous sa surveillance, à la Bibliothèque publique »122. De même, les tablettes de la bibliothèque du Chapitre étant jugées fort belles, il est décidé, par un arrêté en date du 13 pluviôse an V (1er février 1795), « qu’elles seraient réservées de la vente faite du mobilier de la Manécanterie et remises à l’Ecole centrale, pour former le cabinet d’histoire naturelle, sous la surveillance du citoyen Gilibert, professeur ».

  • 123  Antoine-François Delandine, Manuscrits de la bibliothèque de Lyon, ou Notices sur leur ancienneté, (...)
  • 124  Le catalogue de cette bibliothèque ne mentionne plus que 69 références à une appartenance à l’anci (...)
  • 125  BML, Rés 312591 : Les Triolets du Temps, selon les visions d’un petit fils du grand Nostradamus : (...)
  • 126  BML, 347828.
  • 127  Ces volumes portent aussi les cachets du « lycée impérial de Lyon » et du lycée Ampère de Lyon.

85Cependant, ces arrêtés ne sont suivis d’aucun effet, le plan d’organisation générale ne recevant pas d’exécution. Léopold Niepce s’interroge aussi sur le sort des tablettes, disparues sans laisser de traces. Ce n’est qu’en 1803 que M. Delandine, le nouveau bibliothécaire de la Ville de Lyon, peut retirer les livres des galetas de la Maison Saint-Pierre pour les transporter dans la bibliothèque de l’ancien collège de La Trinité. C’est avec émotion qu’il écrit : « Je recueillis soigneusement ces manuscrits et ces restes vénérables qui offrent encore les traits de l’ancienne écriture carolingienne, ainsi que la preuve de la magnificence de Charlemagne et son affection pour notre ville »123. Cette satisfaction cache un désastre. En raison de la négligence des autorités et de diverses déprédations ou destructions, il ne reste aujourd’hui pratiquement plus rien de l’ancienne collection des chanoines. La Bibliothèque municipale de Lyon conserve toujours soigneusement les manuscrits de Leidrade mais ne possède plus les collections scientifiques et érudites patiemment constituées par Montmorillon et ses successeurs124. Seule une poignée d’imprimés portent encore l’ex-libris des chanoines. En plus des quelques livres mentionnés au cours de cette étude, on peut évoquer une mazarinade125, l’Histoire de Théodose le Grand de Fléchier (1699)126 et les onze tomes des Praelectionnes theologicae d’Honoré Tournély127.

Bilan et perspectives

86L’étude de la collection capitulaire de l’Église de Lyon apporte à la fois des confirmations et des éléments nouveaux à l’histoire globale des bibliothèques canoniales sous l’Ancien Régime. Elle nous apporte aussi des informations sur leurs responsables.

87Assurément, les gardes-livres de la Primatiale ont eu des capacités remarquables en matière de bibliothéconomie. On devine Gabriel de Montmorillon en relations étroites avec les imprimeurs et les relieurs de Lyon. Il est parfaitement au courant des nouveautés littéraires et multiplie les souscriptions. Bon client, il fait pourtant jouer la concurrence pour obtenir les meilleurs prix pour des reliures. En bibliophile averti, homme d’une vaste culture, il laisse à son Chapitre plusieurs traités bibliographiques et un recensement des achats en ordre. Son successeur n’a pas non plus démérité. L’abbé Gouvilliers a produit une quantité impressionnante de documents comptables. Pointilleux, celui-ci n’hésite pas à réclamer des livres à des chanoines étourdis ou indélicats. Il semble ne rien égarer malgré une bibliothèque de plus en plus volumineuse et devenue complexe à gérer avec la création de deux fonds annexes consacrés aux écoliers et étudiants de Saint-Jean. On lui doit encore un nouveau catalogue classé avec minutie et enrichi de quelques manuscrits et incunables tirés des archives. Enfin, l’abbé Sudan n’a pas démérité. Il reste fidèle à son poste malgré son intuition de la catastrophe à venir.

88Les bibliothécaires ont des défauts souvent liés à leurs qualités. Montmorillon parait confondre sa collection avec celle du Chapitre. Des titres communs se voient dans les deux fonds littéraires. Les titres qu’il choisit ne sont pas forcément appropriés pour une bibliothèque ecclésiastique. Les éditions de luxe et les traités scientifiques sont moins indispensables aux chanoines que les missels et les ouvrages de droit canon.

89La passion de Montmorillon pour les livres est devenue boulimique. Malgré une augmentation de ses subsides, il engloutit plus de 15000 L. pour acheter des collections volumineuses. À sa mort, le budget de la bibliothèque est déficitaire.

  • 128  ADR, G 1820.
  • 129  Auguste Molinier, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : départe (...)

90A contrario, le choix de Gouvilliers pour prendre la succession paraît opportun. Le deuxième bibliothécaire, archiviste de métier, est un gestionnaire rigoureux, pour ne pas dire tatillon. Pour faire face à une situation qui aurait pu être critique sur le plan financier, on le voit recenser toutes les quittances et noter tous les prix des ouvrages. Il calcule au denier près, même quand il s’agit de prêter des livres. Presque maniaque, celui-ci va même dresser un recensement de 22 titres intitulés Livres dont on n’a pas les prix128. Ce relevé systématique des prix des ouvrages, fait assez exceptionnel dans un catalogue d’une bibliothèque destinée à être conservée, pose un doute sur les raisons qui motivent Gouvilliers. A-t-il voulu faire de la bibliothèque des chanoines un investissement littéraire plutôt qu’un trésor ? Est-il plus motivé par la valeur marchande ou par le contenu et la beauté des ouvrages ? Il n’achète qu’un seul ouvrage de gravures, les Ruines de Palmyre, alors que son prédécesseur était friand de livres d’emblèmes, de recueils numismatiques et de récits archéologiques. Enfin, un doute plane sur l’abbé Sudan, capable de dissimuler des archives et soupçonné d’avoir fait disparaître ou vendu des manuscrits qui réapparaissent « par hasard » après la Révolution129.

91Le fonds de la bibliothèque est aussi tout à fait exceptionnel par sa composition. La prodigalité de Montmorillon a transformé une collection ecclésiastique personnelle en un réceptacle des Lumières. Les livres du doyen Chevriers reflétaient les goûts et les sensibilités religieuses d’un homme né sous le règne de Louis XIV, avec des ouvrages de littérature et d’histoire classiques et des titres religieux marqués par la Réforme catholique. Au contraire, avec Montmorillon, ce fonds va s’enrichir de titres d’actualité et de traités de réflexions politiques. Académicien et inventeur, le grand custode a apposé une forte empreinte scientifique sur le fonds de Saint-Jean. Toutes les avancées scientifiques sont contenues dans les lourdes collections encyclopédiques et dans les recueils académiques. De plus, les successeurs de Montmorillon lui ont été fidèles. Gouvilliers et Sudan ont poursuivi les souscriptions et les abonnements. Sudan a aussi fourni au Chapitre les brochures nécessaires pour comprendre les événements qui conduisent à la Révolution.

92 Cette ouverture aux Lumières a pourtant de sérieuses limites. Voltaire et Rousseau sont presque bannis des rayonnages de la bibliothèque. Les romans et les pièces de théâtre de la deuxième moitié du XVIIIe siècle sont inexistants. Les chanoines apprécient l’abbé Prévost pour ses récits de voyages et ignorent Beaumarchais. Cette étude confirme les mentalités conservatrices des « citadelles du passé » que sont les chapitres canoniaux. Attachés à leurs traditions, soucieux du bon déroulement des offices, les ecclésiastiques ont acquis de façon continuelle une quantité considérable de livres de religion. Ils se sont procuré quelques-uns des titres d’apologétique qui sont publiés durant la deuxième moitié du XVIIIe siècle et ont forcément lu les écrits de controverse de leur archevêque Malvin de Montazet.

93Tenants de la « réaction seigneuriale », jaloux de leurs privilèges, les chanoines collectionnent les édits et les procès-verbaux ecclésiastiques. Tout en enrichissant leur fonds juridique de titres choisis, ils mettent à jour leurs archives et entretiennent d’innombrables procès.

94Si la culture littéraire des bibliothécaires est indiscutable, leur collection est loin d’être un modèle d’ouverture. On trouve peu de traces de l’érudition bénédictine sur ses rayonnages. Les prêts se limitent à quelques ouvrages et uniquement pour des personnes de confiance. On est loin ici de bibliothèques capitulaires semi-privées, qui deviennent les matrices de collections publiques, comme à Troyes, Langres ou Sens. Aucun curieux ne semble d’ailleurs franchir le seuil de la Manécanterie. Les bibliothécaires n’ont pas eu le temps non plus de transformer leur galerie en un cabinet de curiosité, à l’instar de la bibliothèque parisienne de Sainte-Geneviève ou de celle plus proche du collège de La Trinité. Faute d’un médaillier, seuls quelques objets d’art et scientifiques agrémentent les lieux.  

  • 130  François Seichepine, « Les richesses et les activités de l’ancienne bibliothèque capitulaire de la (...)

95Quels points communs ou différences retrouve-t-on avec d’autres collections capitulaires ? Si toutes les bibliothèques ecclésiastiques ont été confisquées à la Révolution, celle de Lyon a particulièrement souffert. Alors que les fonds des collégiales de Beaune et de Tournus constituent l’essentiel des fonds anciens des actuelles bibliothèques municipales de ces deux villes respectives, il ne reste pratiquement rien des acquisitions massives des bibliothécaires de la Primatiale. Malgré sa forte croissance, la taille de la collection lyonnaise n’a rien d’exceptionnelle. Les chanoines de la cathédrale ont autant de livres que ceux de la modeste collégiale de Tournus. La bibliothèque de la Primatiale ferait pâle figure comparée aux 50 000 volumes du collège jésuite de Lyon. La présence des collections encyclopédiques est complète à Lyon alors qu’elle est souvent parcellaire voire inexistante dans d’autres bibliothèques. Son fonds scientifique est exceptionnel. La collection de Saint-Jean se singularise aussi par la rigueur comptable de ses deux derniers gardes-livres et par l’étroite surveillance de ses membres. Au contraire, Montmorillon est plus proche, par sa latitude d’action du bibliothécaire dispendieux de la collégiale de Beaune, Guillaume Estienne130.

96Pour étayer toutes ces données, des enquêtes doivent être poursuivies dans d’autres fonds capitulaires proches de Lyon. Par exemple, l’étude de la bibliothèque de la cathédrale Saint-Maurice de Vienne reste à faire, alors que des sources existent. De même, on pourrait certainement découvrir des trésors littéraires et des titres surprenants dans les collections particulières des chanoines lyonnais. Le catalogue de celle du grand custode Montmorillon nous invite déjà à sa lecture approfondie.

Haut de page

Notes

1  L’église Saint-Jean Baptiste est aussi appelée Cathédrale Saint-Jean ou encore Primatiale Saint-Jean. La Cathédrale étant l’église de l’archevêque et celui-ci étant le Primat des Gaules, la cathédrale de Lyon porte donc le nom de Primatiale des Gaules.

2  Philippe Loupès, Chanoines et chapitres de Guyenne aux XVIIe et XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1985, p. 315. « À la différence de certaines compagnies du royaume, les chapitres de Guyenne n’ont pas constitué ces bibliothèques semi-publiques, si utiles pour les clercs désireux de poursuivre leurs études ».

3  Olivier Charles, Chanoines de Bretagne, Carrières et cultures d’une élite cléricale au siècle des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 230. Les ouvrages communs, peu nombreux, se trouvent dans les archives. Le terme de bibliothèque commune parait excessif. La « plus grande bibliothèque » est relevée à Nantes. Les commissaires chargés de dresser l’état des comptes indiquent que les chanoines n’ont point de « bibliothèque commune, si on excepte leurs registres de délibérations et une centaine de volumes de différents formats concernant l’histoire de la province, la jurisprudence et la discipline ecclésiastique », ce qui est peu.

4  Mathieu Desachy, « Les livres et les bibliothèques des chanoines de Rodez aux XIVe et XVe siècles », Cahiers de Fanjeaux n°31, 1996, p. 158 : « Les saisies révolutionnaires sont pauvres en enseignement, n’ayant laissé qu’un inventaire succinct de la bibliothèque du Chapitre, qui recense 107 livres. Par ailleurs, le dépouillement des registres capitulaires n’a rien apporté : aucune mention de restaurations, de ventes ou d’achats de livres ».

5  Dominique Varry, Sous la main de la nation, les bibliothèques de l’Eure confisquées sous la Révolution Française, Ferney-Voltaire, Publications du Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2005, p. 122-123. Cet auteur estime à 2000 le nombre de volumes possédés par le chapitre de la cathédrale d’Evreux.

6  Henri-Auguste Omont, Recherches sur la bibliothèque de l’église de Beauvais, Paris, Imprimerie nationale, 1914. Soixante manuscrits, sur un demi-millier, sont toujours conservés à la Bibliothèque municipale de Beauvais.

7  Paul-Marie Grinevald, « Les bibliothèques à Besançon au xviiie siècle », Revue française d’Histoire du Livre, n°56, 187, p. 327-354. Les confiscations révolutionnaires évoquent 488 ouvrages en 1798.

8 Archives départementales de Saône-et-Loire, 2 L 66. En 1790, les chanoines de Saint-Lazare possèdent 958 volumes, dont 31 manuscrits médiévaux et une centaine d’incunables.

9  Dominique Dinet, Religion et société : Les Réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (fin XVIe-fin XVIIIe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, tome II, p. 568. La bibliothèque de la cathédrale d’Auxerre a été fondée par l’évêque Wala en 873 et compte 6000 volumes en 1790. Les confiscations révolutionnaires montrent que celle de Sens est riche de 5130 volumes et celle de Langres 6440.

10  Louis Holtz, « L’évêque, le diacre et le manuscrit : Un grand moment de l’histoire du livre à Lyon, la bibliothèque épiscopale du IXe siècle », Gryphe, Revue de la Bibliothèque de Lyon, n°5, 2e semestre 2002, p. 28-34. La bibliothèque fut formée sous l’action des grands évêques qui se succédèrent au IXe siècle : Leidrade (798-816), Agobard (816-840), Amolon (841-852) et Rémi (852-875). Ils furent aidés dans leur démarche par Florus, diacre actif entre 825 et 860. Ce dernier, en plus de rassembler des manuscrits déjà présents à Lyon, s’appliqua aussi à faire établir de nouvelles copies, orientant notamment ce travail sur les œuvres de saint Augustin dont il est un spécialiste. Son équipe de scribes recopia des manuscrits des Ve-VIIe siècles en onciale ou en semi-onciale, l’écriture du temps. Malgré l’absence d’inventaire de la bibliothèque de cette époque, des études récentes évaluent à environ 600 le nombre de manuscrits conservés au moment où la bibliothèque connut son apogée, le milieu du IXe siècle. À cette époque, les manuscrits étaient conservés dans la première cathédrale, Saint-Etienne.

11  Dom Edmond Martene et Dom Ursin Durand, Voyage littéraire de deux religieux bénédictins de la congrégation de Saint-Maur, Paris, Delaulne, 1717, tome I, p. 238 .

12  Archives départementales du Rhône (désormais ADR), 10 G 1819 : Catalogue de la bibliothèque léguée au Chapitre par le doyen Antoine-Joseph de Chevriers, suivi du catalogue des biens achetés par le Chapitre.

13  ADR, 10 G 1820 : Quittances et mémoires pour achats de livres, prêts et frais de reliures (1775-1789).

14  Bibliothèque municipale de Lyon (désormais BML), Manuscrit Coste 1081.

15  ADR, 1 Q 455 : Déclaration du Chapitre de Saint-Jean de ses biens mobiliers et immobiliers, 1790.

16  Natif de Saint-Véran (Dauphiné) en 1668, Antoine-Joseph de Chevriers est clerc tonsuré à Vienne en 1696. Il devient sous-diacre à Lyon en 1705, chanoine le 29 mai 1711, maître de chœur en 1725, doyen le 22 mai 1737, et enfin vicaire général pour le Chapitre le 21 février 1740. Il teste et décède le 29 décembre 1752. L’Aumône générale de Lyon est déclarée héritière universelle. Cet hospice reçoit un legs de 21858 L.

17  Léopold Niepce, « La bibliothèque de la primatiale de Lyon », Revue lyonnaise, tome X, juillet-décembre 1885, p. 307.

18  ADR, 10 G 1819, 1743. Ce document de 19 pages faisait partie des archives capitulaires, avec l’annotation « armoire Aaron, vol. 67 ».

19  Léopold Niepce, Les manuscrits de Lyon, p. 97-98.

20  Brigitte d’Aviau de Ternay, « La nouvelle manécanterie de Lyon et son architecte, Marin Decrenice », Bulletin de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon, t. 31, 2001, p. 153-204. Le projet, lancé en 1758, prend du temps. La première pierre est posée en octobre 1768. Le nouvel hôtel est inauguré en 1786.

21  ADR, 1820.

22  ADR, 1 Q 455 : Déclaration des biens mobiliers et immobiliers du Chapitre du 9 juillet 1790.

23  ADR, 10 G 1819 : Compte de l’argent que je reçois de M. d’Aoustène pour la bibliothèque.

24  ADR, G 1820 : « Recette : Restait entre les mains de M. l’abbé Gouvilliers des 100 écus par lui reçus en l’année 1788 pour l’entretien de la bibliothèque la somme de 76 L 16 sols. Plus j’ai reçu au mois d’avril de M. Verset receveur du chapitre la somme de 150 L. Total de l’argent reçu 226 L. 16 sols. Je n’ai point retiré les autres cinquante écus au mois d’octobre, comme cela se pratiquait les années précédentes ».

25  Le jubilé….., p. 619 : Ordre est alors donné « de faire faire un nouveau sceau et cachets aux armes du Chapitre pour rester à perpétuité au secrétariat comme aussi une grande et moyenne planche à l’usage de l’imprimeur pour mettre à la tête des décisions capitulaires et des ordonnances de police ». Un modèle de ces armes fut commandé à Séraucourt, le graveur célèbre qui exécuta le plan de Lyon en 1740.

26  Le chapitre de la primatiale porte « un écu de gueules à un griffon d’argent et un lion d’or affrontés ». Il y a une variante avec un lion d’or couronné de la couronne des comtes de Lyon comme marque de la double juridiction temporelle et spirituelle du chapitre et de l’archevêque sur la ville de Lyon. Le griffon est le symbole le plus ancien du Chapitre. Mi-aigle, mi-lion, il est le mélange du symbole du Saint-Empire auquel Lyon était rattaché jusqu’en 1312 et de celui des comtes du Forez dont la première maison fut aussi comte de Lyon.

27  Léopold NIEPCE, « La bibliothèque de la primatiale de Lyon », art. cit., p. 307.

28  ADR, G 1820.

29  Baptisé le 29 août 1724 à la Chapelle-au-Mans, Gabriel de Montmorillon est tonsuré à Autun le 5 juillet 1739. Il devient chanoine à Lyon le 20 août 1753, apportant ses preuves littérales le 1er décembre de la même année. Il occupe ensuite les fonctions de vicaire général pour le Chapitre en 1758 et de grand custode de l’Eglise de Lyon en 1764. Il meurt relativement jeune le 11 janvier 1777.

30  Jean-Baptiste Dumas, Histoire de l’Académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, Lyon, Giberton et Brun, 1839. On a appelé « gabrielle » un chariot commode pour transporter les plus lourds fardeaux. On s’en est servi pour le transport des blocs de pierre lors de la construction de la nouvelle Manécanterie. Cette machine obtint le prix de la Société libre d’émulation de Paris en 1777. La description et le modèle de cette machine furent insérés dans le Journal de physique en juin 1778. Montmorillon a aussi voulu réparer les vitraux de la Primatiale et il dirigea des expériences pour adapter au verre en fusion les secrets de la porcelaine. Il souhaitait faire représenter sur les vitraux du chœur le second concile de Lyon. Mais ce projet trop onéreux fut abandonné par le Chapitre.

31  Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. de Montmorillon, Comte de Lyon, (Vente à Lyon, 1er-17 déc. 1777), Lyon, chez J. S. Grabit, 1777. Celui-ci comporte 1178 articles pour environ 2500 volumes. Remarquons le Jugement des savants sur les principaux ouvrages des auteurs par Baillet (1722), l’Histoire littéraire de la France en dix volumes in-4° (1733-1756), sept volumes de la Bibliographie instructive ou traité des livres rares et singuliers par M. de Bure, le Catalogue des livres de la bibliothèque de feu M. Charles François de Laubrières, évêque de Soissons (1740) et celui du duc d’Estrées (1740).

32  Ce titre est toujours conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon sous la cote 371322. Il contient les armes de l’abbé gravées au titre et l’ex-libris des chanoines.

33  L’Histoire littéraire de la ville de Lyon, avec une bibliothèque des auteurs lyonnais, sacrés et profanes, distribués par siècles par le Père de Colonia (trois volumes, 1728-1730) et la Bibliothèque curieuse et instructive de divers ouvrages anciens et modernes du Père Ménestrier (1704).

34  ADR, 10 G 1820 : Etat des livres qu’a acheté ou a fait relier pour la bibliothèque de l’illustre chapitre de l’Eglise. Nous n’avons aucune information sur ce personnage hors de son statut de bibliothécaire.

35  Léopold Niepce, « Les archives de Lyon », Lyon, H. Georg, 1875, pp. 620-621.

36  ADR, 1 Q 455 : « Nous nous sommes transportés dans la salle de la bibliothèque pour faire l’inventaire des livres qui la composent. MM les comtes nous en ont représenté un dont nous avons fait la vérification et que nous avons reconnu juste. En conséquence, nous l’avons paraphé et nous l’avons laissé à M. l’abbé Sudan bibliothécaire ».

37  Georges Guigue, « Documents des archives de la cathédrale de Lyon récemment découverts », Bibliothèque de l’Ecole des chartes, 1915, volume 76, n°6, p. 537. Après la Révolution, il devient fonctionnaire public en tant qu’archiviste de la ville de Lyon. Il meurt en 1827 en emportant son secret, le lieu où il avait caché les archives du Chapitre, seulement découvertes au début de la Première Guerre mondiale.

38  ADR, 10 G 1820.

39  ADR 10 G 1819.

40  ADR, G 1820. Ce document est signé par Marienne Lafabrique, héritière testamentaire d’Etienne-François Saulnier « conseiller du roi ».

41  Sur 28 titres de droit, on remarque Les coutumes de Bresse, Bugey et Valromey, les Règles du droit canon et civil. En plus d’une dizaine de classiques historiques, on voit aussi des dictionnaires et des almanachs.

42  Léopold NIEPCE, « La bibliothèque de la primatiale de Lyon », article cité, p. 307.

43  ADR, 10 G 1820.

44  Il cite « Les œuvres de Davila que le catalogue annonce en deux volumes alors qu’il n’y en a qu’un » et « l’Histoire de France de Daniel, annoncée en dix volumes in-4° au lieu de laquelle on a celle en 17 volumes ».

45  Parmi ces neuf titres pour 18 volumes, on trouve une Histoire du droit canonique et les Règles du droit canon.

46  ADR, 1820. Etat des sommes reçues et payées par feu M. le comte de Montmorillon grand custode depuis l’année 1757 qu’il en a la charge.

47  BML, Manuscrit Coste 1081.

48  ADR, G 1820. Constitué à partir des quittances des libraires, cette pièce dresse année après année la liste des acquisitions. Ainsi, en 1784, onze titres faisant 32 volumes coûtent au Chapitre 242 L.

49  ADR, G 1820.

50  Par exemple, il manque les 21e et 22e volumes des Conférences de Luçon et le 2e tome de l’Histoire de France du Père Chalons. Il ne reste qu’un volume de l’Histoire de l’Académie française de l’abbé d’Olivet. L’année 1760 des Mémoires de l’Académie française « n’a jamais été acheté » , etc.

51  ADR, G 1820.

52  Les autres doublons sont l’Historia litteraria Guillelmi (1736), l’Histoire littéraire du règne de Louis XIV de l’abbé Lambert (1754), la Vie des homme illustres de la France de d’Auvergny (1755), une édition complète et six volumes dépareillés et deux doublons non précisées de l’Histoire généalogique de la Maison de France et de l’Histoire du monde de Pline.

53  ADR, G 1820.

54  Mais il signale : « Je n’ai point retiré les autres cinquante écus au mois d’octobre comme cela se pratiquait les années précédentes ».

55  ADR, 1 Q 455 : Déclaration du Chapitre Saint-Jean de ses biens mobiliers et immobiliers faite en 1790.

56  ADR, G 1820.

57  ADR, G 1820.

58  BML, Manuscrit Coste 1081.

59  Jean-Marie FOREST, L’école cathédrale de Lyon, petit séminaire de Saint-Jean, Paris, Delhomme et Briguet, 1885. Il s’agit du petit séminaire de Saint-Jean, à ne pas confondre avec le grand séminaire de Saint-Irénée, tenu à cette époque par les Sulpiciens et doté d’une bibliothèque de plusieurs milliers de volumes. Disparu à la Révolution, le petit séminaire sera reformé au début du XIXe siècle par d’anciens ecclésiastiques réfractaires.

60  Léopold Niepce, Les manuscrits de Lyon, op.cit, p. 97-98.

61  ADR, G 1819.

62  ADR, 1820

63  On peut citer les Méditations ecclésiastiques par M. de Saint-Claude (1745), l’Introduction à l’Ecriture sainte par Lamy (réédition de 1754), les Conférences de Paris sur l’usure et sur le mariage, la Théologie morale de Caulet et celle du Père Antoine (1761), Les ouvrages de théologie morale de Grenade et les Devoirs ecclésiastiques (1760).

64  ADR, G 1820. Au dos figure l’Etat des livres achetés à l’usage de la bibliothèque de MM. les comtes de Lyon en l’année 1762, payés pour les dits livres à M. Gabriel de Montmorillon maître de chœur.

65  Idem : « Le surplus ci-dessous dans le compte de M. Rivet qu’il a payé ». Ce sont principalement des classiques de rhétorique latine, tel le Gradus ad Parnassum (réédition lyonnaise de 1758) ou le Musae rhetoricus (1745), accompagnés par le Dictionnaire latin de Boudot en quatre volumes.

66  ADR, G 1820.

67  ADR, G 1820. Ce recollement compte cette fois-ci 35 titres pour 48 volumes.

68  BML, Manuscrit Coste 1081.

69  Alphonse Sachet, Le pardon annuel de la Saint-Jean et de la Saint-Pierre à Saint-Jean de Lyon : 1392-1790, Lyon, Grange, 1919, tome II, page 484. Mgr Antoine de Montazet, archevêque entre 1758 et 1788, faisant fi des traditions locales, avait la volonté de se rapprocher des livres liturgiques romains. Malgré l’opposition d’une partie des chanoines, en particulier des trois frères Montmorillon, il publie le Catéchisme du diocèse de Lyon en 1768. Cet écrit sera suivi par son Ordonnance qui enjoint de se conformer exactement aux nouveaux livres liturgiques du diocèse, et qui contient plusieurs règlements à observer dans le culte divin (1779) et son Rituel en 1788.

70  ADR, G 1820.

71  Certains de ces titres sont des collections volumineuses, telles les Conférences d’Angers en 28 volumes in-12 et le traité de Le Maistre de Sacy, Sur l’Ecriture sainte en 43 volumes du même format. Il y aussi un titre neuf, De Religionis naturalis et Revelata principia (1774).

72  Voyages de Courtépée dans la Province de Bourgogne en 1776 et 1777, textes publiés par A. de Charmasse et G. de La Grange, Autun, Dejussieu, 1895. De passage à Lyon, ce « voyageur littéraire » ignore la bibliothèque de Saint-Jean mais s’attarde sur la splendide bibliothèque du collège de La Trinité.

73  Françoise Bibolet, « La bibliothèque municipale de Troyes », Revue française d’histoire du livre, n°12, 1976, page 45. Le fonds d’origine monte déjà à 3 985 volumes.

74  Archives départementales de l’Yonne, 40 B 9 : Testament de Charles Henri Fénel, doyen de la cathédrale de Sens. Fénel déclare « qu’il y a ci-devant délivré manuellement à l’église et au chapitre de Sens tous les livres qu’il avait acquis pendant sa vie pour travailler avec quelques utilités aux ouvrages auxquels nos seigneurs et archevêques de Sens dans la vie que dans un pays, où le secours de livres manque entièrement, l’on put au moins en certains temps avoir cette petite ressource ». En 1790, le fonds public de Sens compte 5130 volumes.

75  Chanoine Marcel, « Les origines de la bibliothèque municipale de Langres », Bulletin de la Société historique et archéologique de Langres, n°122, 1928, p. 253-274. Le 1er septembre 1773, lors d’une assemblée capitulaire, le chanoine langrois Zacharie Legros offre la somme de 4000 livres pour l’achat d’ouvrages, 400 pour leur installation et 3000 livres dont la rente doit servir au paiement des honoraires d’un bibliothécaire.

76  La science bibliographique est née en France au XVIIe siècle grâce à Gabriel Naudé, bibliothécaire du cardinal Mazarin (1600-1653). Dans sa référence célèbre, l’Advis pour dresser une bibliothèque (1644), il opère une division de tous les écrits en cinq grandes rubriques : la théologie et la religion, le droit et la jurisprudence, l’histoire (sacrée et profane), les « sciences et arts » et les belles lettres. Ce système, repris par toutes les maisons religieuses, est encore utilisée par la Librairie parisienne.

77  Père Dominique de Colonia, Instruction sur le Jubilé de l’Eglise Primatiale de S. Jean de Lyon, à l’occasion du Concours de la Fête-Dieu avec celle de la Nativité de S. Jean-Baptiste, qui arrive le 24 juin de cette année 1734, Lyon, 1734.

78  Mémoire pour les prévôts des marchands et échevins de Lyon, contre les doyens chanoines et chapitre de Saint Jean, Paris, 1724.

79  Ce sont des commentaires bibliques comme Saint Jérôme sur le prophète Ezéchiel ou Bède sur Esdras, ou des traités apologétiques des Pères de l’Eglise, tel saint Augustin : Sur le don de persévérance ou Sur Faustus... Huit d’entre eux sont des œuvres de saint Augustin.

80  Anne Beroujon, Livre et société à Lyon au XVIIIe siècle à partir d’une étude des bibliothèques privées, mémoire de maîtrise d’histoire sous la direction de Françoise Bayard, Université de Lyon II, 1995, p. 72.

81  Anti-Machiavel, ou Essai critique sur le Prince de Machiavel, publié par Mr. de Voltaire (Copenhague, Aux dépens de Jaques Preuss, 1740).

82  Anne Beroujon, Livre et société à Lyon au XVIIIe siècle, p. 72.

83  ADR, G 1819.

84  La Liturgie sacrée de Gilbert Grimaud (1666), le Traité historique de la liturgie sacrée ou de la messe de Lazare-André Bocquillot (1701), les Explications des prières et des cérémonies de la messe du Père Pierre Lebrun (1726). Retenons surtout les Voyages liturgiques de France ou recherches faites en diverses villes du royaume, contenant plusieurs particularités touchant les rites et les usages des Églises, par Le Brun Des Marettes (1718), auteur qui assista aux offices de la Primatiale au début du XVIIIe siècle.

85  ADR, G 1820 : Mémoire de reliure que Lallé a rendu à M. le comte de Montmorillon le 19 avril 1767. Ce sont L’incrédule détrompé et le chrétien affermi dans la foi par les preuves de la Religion par Du Breil de Pontbriand (1752), la Religion révélée, poème en réponse à celui de la Religion naturelle de Voltaire par Billardon de Sauvigny (1758), les Origines du paganisme et les Certitudes des preuves du christianisme de l’abbé Bergier (1767).

86  Les chanoines de Saint-Jean sont évidemment bien pourvus en titres de leur diocèse, avec onze références.

87  Les huit tomes de l’Histoire de l’Eglise gallicane par le Père Longueval (1732), une réédition des Preuves des Libertés de l’Eglise gallicane de Pithou (1751), l’Exposition de la doctrine de l’Église gallicane par rapport aux prétentions de la cour de Rome par Du Marsais, (1757) et Les libertés de l’Église gallicane, prouvées et commentées suivant l’ordre et la disposition des articles dressés par M. Pierre Pithou, et sur les recueils de M. Pierre Dupuy, conseiller d’État par M. Durand de Maillane, avocat en dix volumes (1772).

88  Le Traité des droits et des obligations des chapitres des Eglises cathédrales, par Ducasse (1706) et le Recueil de décisions importantes sur les obligations des chanoines, sur l’usage que les bénéficiers doivent faire des revenus de leurs bénéfices et sur la pluralité des bénéfices par Ducandas, chanoine de l’église cathédrale de Noyon (1751)

89  Les lois ecclésiastiques de France dans leur ordre naturel, et une analyse des livres du droit canonique conférés avec les usages de l’église Gallicane. Nouvelle édition revue, corrigée et augmentée par Louis de Héricourt (Paris, 1730), « livre coûtant 5L. ».

90  Remarquons les Explication des statuts, coutumes et usages observés dans la province de Bresse, Bugey, Valromay et Gex par M. Philibert Collet (1698).

91  De l’usage des fiefs et autres droits seigneuriaux, par Denis de Salvaing, premier président de la chambre des comptes en Dauphiné (réédition de 1731), le Traité historique et pratique des droits seigneuriaux par Renauldon (1745), l’Introduction aux droits seigneuriaux contenant les définitions des termes et un recueil de décisions choisies par l’avocat Laplace (1749) et le Dictionnaire raisonné des domaines et droits domaniaux de Bosquet (1762).

92  Citons par exemple les vies de saint François-Xavier et de saint Ignace de Loyola par Bouhours.

93  Ce sont l’Histoire de l’hérésie des iconoclastes, l’Histoire du luthéranisme, l’Histoire des croisades et l’Histoire de la Ligue, publiées entre 1673 et 1686.

94  On voit en double l’Histoire de l’Eglise du Japon par le Père jésuite Jean Crasset (1715).

95  Histoire ecclésiastique du diocèse de Lyon, traitée par la suite chronologique des vies des révérendissimes archevêques comtes de Lyon et primats de France, avec les plus mémorables antiquités de la très-Illustre cathédrale de toutes les collégiales, abbayes, & prieurés par Jean Marie de La Mure, chanoine de l’Église collégiale de Notre Dame de Montbrison (Lyon, 1671).

96  L’Histoire généalogique de la royale maison de Savoye (1660), l’Histoire de Bresse et de Bugey (1650) et surtout la Vie d’illustrissime et révérendissime Camille de Neufville archevêque et comte de Lyon (1695).

97  Parmi ces titres, on retrouve le Père Ménestrier avec son Histoire du règne de Louis le Grand par les médailles, emblèmes, devises, jetons (1700), accompagnée par un Supplément aux volumes des médailles des Jésuites.

98  Le Compte-rendu du Parlement de Besançon et le Recueil de divers témoignages contre les Jésuites.

99  ADR, G 1819. Une note dans le catalogue précise « fournis par l’archiviste Lemoine en forme de dédommagement ».

100  L’Entrée du Roy et de la Reyne dans sa ville de Lyon, ou Le soleil au signe du Lyon (1624) et L’Entrée solennelle dans la ville de Lyon de Mgr l’Eminentissime cardinal Flavio Chigi, neveu de S. S. et son légat a latere en France (1664) et la Relation des entrées solennelles dans la ville de Lyon de nos rois, reines et princes (1752).

101  BML, 146187. Une gravure détachée de cet ouvrage est aussi conservée sous la cote 146188 (Dessein du feu d’artifice préparé sur le pont de Saône de Lyon par les ordres et soins de Messieurs les Prevost des marchands et Echevins de la dite ville pour la solemnité du concours de la Feste-Dieu et de celle de Saint Jean Baptiste le 24 juin 1666).

102  On recense encore La philosophie du bon sens de Jean-Baptiste de Boyer d’Argens (1755), le curieux Traité de paix entre Descartes et Newton précédé des vies littéraires de ces deux Chefs de la Physique moderne par le P. Aimé Henri Paulian (1763) et L’homme éclairé par ses besoins de Jean Blanchet (1764).

103  De la Fonte des mines, des fonderies, traduit de l’allemand de Christophe André Schlutter et publié par M. Hellot (1750) et La Géométrie souterraine, ou Traité de géométrie pratique appliqué à l’usage des travaux des mines, par M. de Genssane (1776).

104  Catalogue des livres composant la bibliothèque de feu M. de Montmorillon, op. cit. Elle comporte plusieurs tomes de l’Encyclopédie, quinze volumes de l’Histoire naturelle de Buffon (1749), l’Art de convertir le fer forgé en acier (1722) et l’Art de convertir le cuivre rouge en laiton ou cuivre jaune, par M. Galon (1764).

105  Les deux premiers volumes, la Théorie de la terre et l’Histoire naturelle de l’homme, paraissent à partir de 1749 et connaissent trois rééditions successives en six semaines. Des traductions en allemand, en anglais et en néerlandais sont mises en chantier presque sur-le-champ. Cette encyclopédie est découpée en 36 volumes : quinze volumes sur les quadrupèdes (de 1749 à 1767), neuf volumes sur les oiseaux (de 1770 à 1783), cinq sur les minéraux (de 1783 à 1788), le dernier contient le Traité de l’aimant, dernier ouvrage de Buffon, et enfin sept volumes de suppléments dont les Époques de la nature. L’Histoire naturelle est imprimée d’abord à l’Imprimerie royale. Elle est continuée par Lacepède, qui décrit les ovipares, les serpents, les poissons, les cétacés jusqu’en 1804.

106  ADR, 1820.

107  Archives départementales de Saône-et-Loire, 6 L 686. On trouve son Histoire des insectes en six volumes, ses Œuvres, avec la carte pour les minéraux, le tout accompagné d’un Dictionnaire d’histoire naturelle. Les chanoines ont fait l’acquisition des Mélanges de d’Alembert et ont aussi fait venir de Lyon leur Encyclopédie en 35 volumes.

108  Archives municipales de Beaune, R III, paragraphe 5, n°4.

109  BM d’Auxerre, manuscrit 176, Catalogue descriptif de la bibliothèque du chapitre d’Auxerre, 1777.

110  Dominique Dinet, Religion et société : les réguliers et la vie régionale dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon : fin XVIe-fin XVIIIe siècles, Publications de la sorbonne, Paris, 1999, volume 2, page 592 : « A Langres, ce qui reste encore en 1798 de la bibliothèque de l’évêché (6440 volumes) atteste de choix proches de ceux des religieux : importance et qualité du fonds religieux, forte culture classique, intérêt pour les œuvres scientifiques récentes (mathématiques surtout). Néanmoins, la littérature et l’histoire sont nettement moins fournies que dans les grandes abbayes. L’Encyclopédie est absente. Les périodiques se limitent au Journal des savants. Chez les chanoines de Saint-Mammès, à de rares exceptions, les auteurs des Lumières (Voltaire, Rousseau, Helvétius) sont peu fréquents et la possession de l’Encyclopédie reste incertaine ».

111  Dominique Varry, Sous la main de la nation, les bibliothèques de l’Eure confisquées sous la Révolution Française, op. cit., page 198. Ce sont le Dictionnaire de Bayle, le Droit de la nature et des gens de Pufendorf, l’Histoire générale et politique des deux Indes de l’abbé Raynal et L’Émile de Rousseau.

112  BML, Manuscrit Coste 1081.

113  ADR, G 1820 : Etat des livres qu’a acheté ou fait relier le bibliothécaire pour la bibliothèque de l’illustre chapitre de l’Eglise comte de Lyon de 1777 à 1785.

114  Idem.

115  L’Art du charbon de terre en deux tomes, l’Art de fabriquer de l’étoffe de soie « septième section », l’Art de préparer les étoffes de laine... Le Traité des pêchers est également complété.

116  Ce sont en fait les Mémoires de mathématique et de physique présentés à l’Académie royale des sciences par divers sçavans étrangers et lus dans les assemblées, publiés chaque année entre 1750 et 1786.

117  L’Histoire des insectes nuisibles à l’homme, aux bestiaux, à l’agriculture et au jardinage par Buchoz (1784) et deux brochures anonymes : la Méthode pour détruire les animaux nuisibles et le Traité de l’éducation des animaux qui servent d’amusement.

118  Né à Lyon en 1734, l’abbé Jean-Baptiste François Rozier est l’un des plus grands agronomes de son temps et fonda dans sa ville natale un vaste jardin botanique. En raison de sa réputation grandissante, il fut associé à l’Académie des sciences de Lyon et fut nommé chevalier de l’Eglise Saint-Jean en 1770. Durant la Révolution, il devint curé concordataire de la paroisse de Saint-Polycarpe. Mais il fut tué par un bombardement durant le siège de la ville par les troupes de la Convention en 1793.

119  Léopold Niepce, « Les manuscrits de la cathédrale de Lyon avant 1789 », Revue du Lyonnais, tome IX, 1885, p. 82.

120  Idem, p. 83.

121  ADR, 1 L 1073 : Musée. Cette liste est suivie par six autres titres, la Bibliothèque de Marbeuf, ci-devant évêque de Lyon.

122  ADR, 1 L 1073. Arrêté relatif à l’ouverture d’une Bibliothèque publique, et à la conservation des Monuments des Sciences et des Arts.

123  Antoine-François Delandine, Manuscrits de la bibliothèque de Lyon, ou Notices sur leur ancienneté, leurs auteurs, les objets qu’on y a traités, Paris, A. Renouard, 1812.

124  Le catalogue de cette bibliothèque ne mentionne plus que 69 références à une appartenance à l’ancien Chapitre.

125  BML, Rés 312591 : Les Triolets du Temps, selon les visions d’un petit fils du grand Nostradamus : Faits pour la consolation des bons François (1649).

126  BML, 347828.

127  Ces volumes portent aussi les cachets du « lycée impérial de Lyon » et du lycée Ampère de Lyon.

128  ADR, G 1820.

129  Auguste Molinier, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : départements, Lyon, Paris, Plon, 1898, Tome 31 : « Et ce hasard est d’autant plus étrange qu’il a été établi qu’une partie des pièces d’archives qui se trouvaient avec ces manuscrits provenaient de cet abbé Sudan, qui avait été constitué par la municipalité gardien des archives et de la bibliothèque des chanoines-comtes de Lyon ». L’auteur évoque par exemple un fragment d’un exemplaire de la Vulgate qui, portant les mots « ad altare Sancti Stephani » provient de la bibliothèque des comtes de Lyon, découvert dans une bibliothèque privée vendue à Lyon en 1895.

130  François Seichepine, « Les richesses et les activités de l’ancienne bibliothèque capitulaire de la collégiale Saint-Philibert de Tournus sous l’Ancien Régime », Revue française d’Histoire du Livre, n°130, 2009, page 146. Lors du procès qui l’oppose au Chapitre en 1790, l’ancien bibliothécaire réclame le remboursement de la bibliothèque commune qu’il a payé sur ses deniers, collection valant la somme record de 46 000 L.

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’ex-libris de la bibliothèque du Chapitre
Crédits © Bibliothèque municipale de Lyon
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/2642/img-1.png
Fichier image/png, 98k
Titre La composition thématique de la bibliothèque du Chapitre en 1977 selon les normes de la librairies
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/2642/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Seichepine, « La renaissance de la bibliothèque capitulaire de la Primatiale Saint-Jean de Lyon au XVIIIe siècle », Chrétiens et sociétés, 17 | 2011, 103-149.

Référence électronique

François Seichepine, « La renaissance de la bibliothèque capitulaire de la Primatiale Saint-Jean de Lyon au XVIIIe siècle », Chrétiens et sociétés [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 12 juillet 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/2642 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.2642

Haut de page

Auteur

François Seichepine

Université de Bourgogne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals