Navigation – Plan du site
Mélanges
Publications
Comptes rendus d’ouvrages

Souvenirs et observations de l’abbé François Duine, texte édité par Bernard Heudré, Presses Universitaires de Rennes, collection Mémoire commune, 2009, 348 p.

Vincent Petit

Texte intégral

1C’est sous le titre que leur avait donné l’auteur que sont publiés intégralement les quatre cahiers rédigés par l’abbé Duine pour l’essentiel entre 1914 et 1916, mais qu’il a revus jusqu’à sa mort, survenue brutalement le 5 décembre 1924. Servis par une longue introduction de Bernard Heudré qui retrace la vie de l’abbé Duine et une postface de Pierre Riché qui saisit les traits saillants de cet ecclésiastique dans son époque, les souvenirs et observations consistent en une série de récits biographiques, d’expériences pastorales, de portraits dont les plus instructifs sont ceux de Mgr Duchesne et de l’abbé Turmel, et de considérations plus générales sur l’Église et le catholicisme.

2L’intérêt de ces souvenirs, dont la masse a quelque chose d’intimidant, se trouve dans leur extraordinaire liberté de ton ce qui explique que certains en aient souhaité la destruction. D’un caractère volontiers caustique voire acrimonieux, l’abbé Duine n’est en effet pas tendre envers ses coreligionnaires.

3Né en 1870 à Dol-de-Bretagne, l’amour de sa province natale est indissociable des paysages chers à Chateaubriand (« J’ai le culte des bois, et de la mer, et de la lune ») et à Lamennais dont il a suivi les pas à Saint-Méen et consacré une part de son œuvre érudite. Devenu prêtre par suite d’une vocation qu’on peut qualifier d’accidentelle (p. 46), il traverse de longues périodes d’incertitude avant et même après avoir été ordonné en 1893. Lui-même parle peu de sa foi mais croit en l’importance du christianisme et au triomphe d’un « catholicisme évangélique », indispensable à l’ « idéal d’une démocratie ». Ces années d’études au petit séminaire de Saint-Méen puis au grand séminaire de Rennes développent chez lui de l’« aversion pour la formation cléricale ». Volontiers favorable à Léon XIII, il critique le pontificat de son successeur et s’en prend au « pidisme » (p. 239) de ses confrères, comme le supérieur du séminaire à qui « les encycliques de Pie X […] ont appris que l’étude ne conduit à rien de bon ». De même parle-t-il de l’ouvrage d’apologétique d’un confrère comme relevant d’une « médiocrité très cléricale » (p. 245).

4En effet, pour l’abbé Duine, le prêtre doit être un « homme d’étude » et son sacerdoce est habité par la « manie écrivassière ». Après une expérience déçue à la société de l’Oratoire, qui le mène à enseigner au collège de Juilly, il retourne dans son diocèse d’origine. Après deux vicariats qui lui laissent le temps de collecter les traditions populaires, il est nommé aumônier du lycée de Rennes en 1908. Cette position lui permet de fréquenter les milieux de l’Université – il a auparavant suivi des cours à la Sorbonne, à l’École Pratique des Hautes Études, au Collège de France – et de saisir, peut-être mieux que d’autres, les évolutions en cours dans la société et les changements dans le rapport à la foi. Ayant aussi en charge l’aumônerie du lycée de jeunes filles, il appelle l’Église à se consacrer à leur éducation.

5Toute sa vie aura été dominée par l’amour des livres et de la lecture y compris Shakespeare et son compatriote Renan, mais aussi par l’écriture historique, ce qui l’amène à nouer une amitié avec Mgr Duchesne : « Supposez Voltaire qui aurait étudié et goûté Renan, voilà Duchesne » (p. 230). Il en fait même le père du modernisme, à savoir le « système qui veut faire de l’histoire librement, sans entrer en conflit avec la doctrine religieuse, mais aussi sans se soucier des données théologiques » (p. 231). À sa suite, il revendique une « pensée libre qui ne se laisse pas juguler par les chiens de l’inquisition » et entreprend des travaux sur l’hagiographie bretonne en suivant une « méthode purement scientifique ».

6Les souvenirs s’attardent longuement sur les crises que traverse l’Église de France : l’affaire de l’Oratoire, l’affaire Turmel – un prêtre converti à l’athéisme et auteur de nombreux ouvrages hostiles à l’Église –, le modernisme et rétrospectivement Lamennais, toujours présent dans l’esprit de l’abbé Duine, alors qu’il parle à peine de la séparation de l’Eglise et de l’État. Le déclenchement de la Première Guerre mondiale provoque en lui une profonde incompréhension et finit par tarir l’écriture de ces souvenirs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Petit, « Souvenirs et observations de l’abbé François Duine, texte édité par Bernard Heudré, Presses Universitaires de Rennes, collection Mémoire commune, 2009, 348 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 17 | 2010, mis en ligne le 12 juillet 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/2862

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals