Navigation – Plan du site
Articles

Un parcours entre deux mondes : Georges Thélin, l’Organisation Internationale du Travail et les milieux protestants internationaux (1926-1940)

Aurélien Zaragori
p. 221-246

Résumés

De 1926 à 1940, Georges Thélin est chargé des relations avec les organisations internationales protestantes au sein du Bureau International du Travail. Il s’agit de voir ici dans quelle mesure le choix de ce fonctionnaire suisse du BIT, issu d’une famille de pasteurs, témoigne de la recomposition du paysage du mouvement international protestant après la Conférence de Stockholm en 1925. L’étude de son action permet aussi de montrer comment, avec la bénédiction des Directeurs du BIT, des relations se sont mises en place entre l’Organisation Internationale du Travail et les milieux protestants. Enfin, en examinant l’appartenance conjointe de Georges Thélin au BIT et aux organes de décision et de réflexion de plusieurs organisations internationales protestantes, elle met en relief une figure particulière du fonctionnaire international.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Procès verbal du Congrès de Munich, publié dans L’œuvre de l’Internationale Syndicale Chrétienne da (...)

Il y a deux conceptions possibles de la vie et des responsabilités des fonctionnaires : il y a l’idéal, le noble idéal, du civil service  anglais, qui déclare que tout fonctionnaire doit demeurer un être tout à fait neutre, ne se permettant aucune manifestation de pensée individuelle, prêt à servir avec la même loyauté tous les régimes, tous les gouvernements successifs. C’est entendu ! Mais si nous cherchons à réaliser cet idéal, il faudrait commencer par donner à tous ces fonctionnaires une éducation spéciale, les élever dans certaines organisations ou universités toutes particulières, afin qu’en aucune circonstance […] on ne puisse penser qu’ils ont une inclination personnelle envers telle ou telle doctrine. Il y a l’autre conception, celle qui me paraît plus féconde, pour les organisations internationales en particulier, la conception de la rencontre en une même institution, de la collaboration de toutes sortes d’hommes animés chacun de leur foi particulière, mais aussi ardents, aussi sincères, aussi convaincus, mais qui estiment indispensable de se réunir sur des terrains déterminés et dans des domaines limités pour une œuvre commune1.

1En s’exprimant ainsi devant le Congrès de la Confédération Internationale des Syndicats Chrétiens (CISC) réuni à Munich en 1928, Albert Thomas venait assurer celle-ci de sa bonne foi, et de son soutien, dans un contexte de tensions croissantes entre le Bureau International du Travail (BIT), qu’il dirige depuis sa création en 1919, et la CISC. Au delà, ce passage résume la conception que le directeur du BIT se fait du rôle et des missions du fonctionnaire international, et partant, ce qu’il exige des fonctionnaires placés sous ses ordres, ainsi que la manière dont il considère pouvoir utiliser leurs services. Cette conception est de particulière importance lorsqu’il s’agit d’examiner plus attentivement l’action entreprise par le fonctionnaire suisse Georges Thélin pour développer les relations entre l’Organisation Internationale du Travail (OIT), dont le BIT est le secrétariat, et les organisations protestantes.

2L’Organisation Internationale du Travail a été créée en 1919 comme associée à la Société des Nations, de laquelle elle dépend pour un certain nombre de questions institutionnelles, dont l’approbation de son budget, tout en conservant de facto une large indépendance sous l’autorité du Directeur-Général du BIT, responsable devant un conseil d’administration élu en partie par la Conférence Internationale du Travail, l’assemblée générale annuelle de l’Organisation. Ces deux derniers organes, à l’inverse de la pratique usuellement suivie pour les organisations internationales sont organisés selon un modèle tripartite, qui associe à la fois, sur une base nationale, les délégués des employeurs et des travailleurs aux représentants des gouvernements.

3À la tête du BIT, Albert Thomas, ancien ministre socialiste pendant la Première Guerre mondiale, développe à partir du début des années 1920 une politique d’ouverture en direction des Églises et des organisations chrétiennes. Son but est notamment de parvenir, par leur biais, à influer sur l’opinion publique chrétienne pour la mobiliser comme soutien de l’OIT, en tablant notamment sur la convergence – réelle, mais aussi reconstruite a posteriori – entre leurs idéaux et les buts de l’Organisation. Cette politique se traduit, après des négociations menées auprès du Saint-Siège par Albert Thomas lui-même, ses collaborateurs, et des représentants du catholicisme social par l’embauche à partir du mois d’avril 1926 d’un prêtre jésuite comme fonctionnaire du BIT chargé des relations avec l’Église et les milieux catholiques.

  • 2 Sur la Conférence mondiale des missions : « La Conférence missionnaire mondiale, Edimbourg, 1910 », (...)
  • 3 Sur la genèse de ce mouvement international oecuménique protestant, voir notamment Darril Hudson, T (...)

4Dans le même temps, depuis 1910 et la Conférence d’Édimbourg, émerge un mouvement œcuménique international, qui associe les différentes dénominations chrétiennes protestantes au sein de plusieurs organisations. La Conférence mondiale des missions réunie dans la capitale écossaise marque ainsi le début d’une tentative de coopération internationale et œcuménique entre les organismes missionnaires protestants2. Un comité de continuation est mis en place dans ce but. Il se transforme en 1921 en une structure permanente, l’International Missionary Council. En 1914, au moment même où la guerre est déclarée, est par ailleurs créée l’Alliance universelle pour l’amitié internationale par les Églises, qui vise à aider les Églises à promouvoir la paix, le désarmement, les droits des minorités religieuses. Elle soutient ensuite fermement la Société des Nations. Enfin, au début des années 1920, commencent les discussions qui aboutissent en 1925 à la Conférence de Stockholm. Celle-ci rassemble, sous l’égide de l’archevêque d’Uppsala Nathan Söderblom, les partisans d’une réponse éthique chrétienne aux problèmes économiques, sociaux et internationaux contemporains, à l’opposé de la doctrine luthérienne des deux règnes, qui sépare strictement questions temporelles et spirituelles. Y participent, entre autres, le mouvement du Christianisme social des pasteurs français Elie Gounelle et Wilfred Monod et les tenants du Social Gospel américain. Ce mouvement se qualifie lui-même de « Christianisme pratique » – par son application à des aspects concrets, et par sa dimension œcuménique, au delà des différences de doctrine et d’organisation ecclésiale – mais le terme de Christianisme social est également utilisé. À la suite de la conférence, il s’incarne au niveau international dans une nouvelle organisation, l’Universal Christian Council for Life and Work. Ces organisations rejoignent à Genève l’Alliance universelle des Young Men’s Christian Associations (YMCA) : celle-ci fédère depuis 1855 des unions locales puis nationales de jeunes gens protestants qui, outre des groupes de méditation et de prière ont développé des activités sportives, éducatives, et finalement sociales à destination de leurs adhérents. Leurs homologues féminines, les Young Women’s Christian Associations établies à Londres depuis 1898 s’installent également à Genève en 1930, conséquence de leurs relations soutenues avec les autres organisations protestantes et la Société des Nations3.

5Parallèlement, alors que des contacts s’établissent entre le BIT et ces organisations (principalement les YMCA et YWCA, et le mouvement Life and Work, puis l’International Missionary Council) le fonctionnaire Georges Thélin est progressivement affecté, entre 1926 et 1928, au maintien et au développement de ces relations. Dans le même temps, il devient membre de plusieurs des organes directeurs ou des commissions du mouvement Life and Work et de la YMCA. Cette fonction prend fin avec le déménagement du BIT occasionné par le second conflit mondial.

  • 4 Ibid.
  • 5 Joëlle Droux, « From Child Rescue to Child Welfare: The Save the Children International Union Facin (...)
  • 6 Par exemple : Ruth Rouse, Stephen Charles Neill, A History of the Ecumenical Movement. Vol 1 : 1517 (...)
  • 7 Pandora Dimanopoulou-Cohen, « L’avènement du Mouvement du Christianisme pratique pendant la période (...)

6Bien que son action soit évoquée dans le seul ouvrage explicitement consacré à l’action internationale du mouvement œcuménique avant 1945, celui, déjà cité, écrit par Darril Hudson à la fin des années 19604, et qu’il soit par ailleurs mentionné dans des études sur son rôle au sein de l’Union Internationale de Secours aux Enfants5, il n’existe aucune analyse en tant que telle des conditions de sa nomination et de l’exercice de sa fonction au sein du BIT. De même, en dehors de cette évocation succincte, aucune autre étude n’est consacrée aux relations entre le BIT et les milieux protestants. Outre l’étude d’Hudson, les travaux sur les organisations internationales protestantes sont, eux, surtout le fait de membres anciens ou actuels6. Ils mettent en outre souvent davantage l’accent sur le rapprochement œcuménique que sur l’émergence d’un mouvement international du Christianisme pratique. On peut cependant citer deux contributions récentes, non encore publiées, sur les aspects internationaux de ce mouvement7.

7Il s’agit ici de voir dans quelles conditions s’est effectuée cette nomination, à quelles solutions initialement retenues elle se substitue, et comment s’organise et se déploie l’activité de ce fonctionnaire chargé des relations avec les organisations protestantes. Dans quelle mesure son appartenance conjointe aux organes de recherche et de décision des organisations protestantes avec lesquelles il est chargé de développer une collaboration pour le compte du BIT lui permet-elle d’influer sur cette relation ?

  • 8 Entretien avec Maurice Thélin, 16 septembre 2014.
  • 9 Lettre de titularisation de Georges Thélin, 1er septembre 1920, Archives du Bureau International du (...)
  • 10 Rapports annuels de Royal Meeker (1921 et 1922) et P. Walbroeck (1923 et 1924) sur l’activité de Ge (...)

8Georges Thélin est né le 30 octobre 1890 à Morrens, dans le canton de Vaud, dans une famille de pasteurs. Après des études de droit, il soutient en 1917 une thèse intitulée La liberté de conscience : étude de science et d’histoire du droit. Les conditions dans lesquelles il se rend ensuite en Angleterre ne sont pas claires : il aurait été délégué de la Croix-Rouge8. C’est à Londres qu’il est recruté par le BIT le 1er mars 1920. Il est titularisé six mois plus tard9. Il est alors affecté au Service des Publications, au sein duquel il est d’abord chargé de l’édition des Informations quotidiennes en français, puis des deux éditions du périodique. A la création des Informations Sociales – la parution du BIT chargée de donner un écho aux manifestations du mouvement social au sens large, quelle que soit sa tendance – en 1922, il en devient le responsable, et parvient à assurer une parution régulière à la revue10.

Premiers contacts avec les organisations protestantes : les réseaux anglo-saxons et George Alexander Johnston

9Au début des années 1920, des relations existent déjà entre le BIT et les réseaux protestants. D’abord, plusieurs membres de la première Conférence Internationale du Travail, réunie à Washington en 1919, appartiennent parallèlement à des organisations politiques ou sociales de confession protestante : le Britannique Sir Malcolm Delevingne, les Canadiens Newton D. Rowell et William L. MacKenzie King, Henriette Kuyper, conseiller technique gouvernemental des Pays-Bas, et le délégué polonais François Sokal.

  • 11 Lettre d’Henri Johannot à Maurice Thudichum, 4 décembre 1922, ABIT, D600/626.

10Ensuite, dès les premières années de la décennie, le BIT se tient informé des réunions des organisations protestantes, et s’y fait, le cas échéant, représenter. Les invitations qui parviennent au BIT sont l’occasion de noter l’existence de contacts préexistants entre certains fonctionnaires du Bureau, et des dirigeants d’organisations. C’est le cas par exemple de la lettre amicale envoyée en décembre 1922 par Henri Johannot, un des secrétaires de l’Alliance mondiale des YMCA, à Maurice Thudichum, chef de service au BIT, pour annoncer la Second World Conference of YMCA Workers among Boys11. Le Bureau est représenté par George Alexander Johnston, fils de pasteur et proche de la YMCA, au motif que « M. Johnston s’est déjà occupé en Angleterre de quelques-uns des sujets qui seront traités à la Conférence ».

  • 12 Note à Miss Stice, 9 juin 1921, ABIT, D 600/440.
  • 13 Lettre de Miss Dingman à Miss Sanger, 6 juin 1921, ABIT, D 600/440.
  • 14 Correspondance entre G.A. Johnston et le secrétariat de la YWCA, mai-juin 1928, ABIT, D 600/440/2.
  • 15 Rapport de mission de G.A. Johnston, août 1925, ABIT, D 600/859, p. 7-11.

11D’autres contacts ont eu lieu, et ont créé des précédents, lorsque le BIT était encore installé à Londres, dans les premiers mois qui ont suivi sa création début 1920. Les relations avec les Young Women’s Christian Associations semblent s’être nouées de cette manière, avec un premier échange entre Miss E. Philips et Miss Sophy Sanger, chef de la section législative12. Des liens plus suivis sont ensuite liés entre Miss Sanger et Miss Mary A. Dingman, secrétaire des YWCA13. Dans le courant des années 1920, G.A. Johnston s’impose toutefois comme le principal interlocuteur du BIT avec les YWCA14. Il prend également en charge les relations avec l’International Missionary Council. Il est enfin le premier représentant du BIT auprès du mouvement du Christianisme pratique en formation. Alors qu’une intervention à la Conférence de Stockholm avait été proposée au Directeur-adjoint Harold Butler, c’est finalement Johnston qui y représente le BIT15. Il suit de près la proposition de création d’un Institut de recherches chrétien sur les questions sociales, mise en avant par l’évêque de Vasteras, Mgr Einar Billing et le pasteur français Elie Gounelle, grande figure du christianisme social francophone. Cet Institut aurait selon ses promoteurs quatre missions :

  • 16 Elie Gounelle, « L’Homme et la Propriété. Communication à la Conférence de Stockholm », Le Christia (...)

1. D’étudier au point de vue moral et spirituel, par conséquent, au point de vue fondamental de l’Évangile, les conditions des travailleurs, qu’ils soient intellectuels ou manuels ; les relations du capital, de la direction et du travail ; 2. De protester, quand il y a lieu, contre les violations flagrantes de la loi morale dans le commerce, l’industrie, etc. 3. De recommander les expériences les plus décisives, les meilleures solutions pratiques, et les réformes qui peuvent être trouvées. 4. De servir de lien entre toutes les associations du christianisme social et de service social, comme aussi entre toutes les revues ou périodiques du Mouvement religieux et social16.

12Ce projet, qui vise donc à donner une incarnation concrète et permanente aux efforts du christianisme pratique, est adopté par la Conférence. Certains délégués, notamment allemands, restent cependant réservés sur l’opportunité d’une telle création.

13Au milieu des années 1920, l’intérêt de plus en plus marqué des organisations protestantes pour les questions sociales amène donc au développement de relations suivies avec le BIT. Au sein du Bureau, celles-ci passent toutes, en dehors de quelques contacts personnels épisodiques, par George Alexander Johnston. Il a pour lui son implication dans la YMCA, ses origines anglaises, qui favorisent les relations avec une bonne partie des dirigeants de ces mouvements, et sa position au sein du Bureau International du Travail, comme chef de la Section des Relations et Renseignements internationaux.

L’émergence du Christianisme pratique et l’apparition de Georges Thélin comme intermédiaire

Un nouvel acteur des relations avec les milieux protestants

  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid. p. 1063.
  • 19 D. hudson, op.cit., p. 83-84.

14Dès le début de l’année 1926, Georges Thélin apparaît cependant progressivement comme l’intermédiaire principal du BIT et de son directeur auprès du pasteur Elie Gounelle, au sujet du projet d’Institut international du Christianisme social adopté à Stockholm. Le pasteur français s’est en effet prononcé lors de la Conférence œcuménique en faveur d’une coopération poussée avec le BIT, déclarant notamment : « Pourquoi le mouvement de “Life and Work” n’aspirerait-il pas à devenir l’âme chrétienne du Bureau International du Travail, comme l’Alliance Universelle pour l’amitié internationale par les Églises aspire à donner une âme chrétienne à la Société des Nations ? »17. Plus précisément, « le Bureau International des Églises devrait être l’équivalent de ce qu’est le BIT de Genève, et pourrait, quand nous serions unanimes, appuyer les grandes réformes sociales préconisées ou “recommandées” par le BIT »18. C’est dans cet esprit qu’a été accepté le principe de la création de l’Institut19.

15Georges Thélin transmet ainsi fin 1925 ou début 1926 des documents sur la Conférence de Stockholm et l’action d’Elie Gounelle à Albert Thomas. Celui-ci se montre très intéressé :

  • 20 Note d’Albert Thomas à Georges Thélin, 18 janvier 1926, ABIT, CAT 4-103.

Je connaissais avant guerre les efforts de M. Gounelle, je les suivais avec sympathie, en socialiste préoccupé de vie spirituelle. Je me suis plu à retrouver l’ardeur et l’audace qui me l’avaient rendu sympathique avant guerre. Je n’ai pas besoin de vous souligner à vous les points sur lesquels, intimement, nous sommes d’accord [...]. Vous savez, d’autre part, ma politique. Je considère que le Bureau International du Travail doit être soutenu par toutes les grandes forces morales et spirituelles du temps présent. Nous serons écrasés par la routine bureaucratique si nous ne conservons présent à notre esprit le but de notre effort. Tout ce qui peut nous soutenir, nous stimuler, nous inspirer dans cette voie sera pour moi le bienvenu. Notre âme du BIT n’est pas exclusivement chrétienne, mais si l’Institut international projeté par Gounelle veut être, comme il dit, notre âme chrétienne, j’y consens. Je serai heureux d’avoir des rapports avec lui. Je lui demande simplement de ne pas oublier « qu’il y a plus d’une place dans la maison de mon père ». Pratiquement, Gounelle ne pourrait-il pas venir une fois à Genève nous exposer son effort, exposer comment nous pourrions aider ? Pratiquement encore, il faut, pour tout grand mouvement avec lequel nous voulons être en contact, qu’il y ait un agent de liaison. Vous avez pris l’initiative. Soyez-le et tenez-moi au courant20.

16L’apparition au niveau international du mouvement du christianisme pratique modifie de fait l’équilibre des relations que le BIT entretien avec les organisations protestantes. L’ampleur du mouvement né à Stockholm, sa vision résolument appliquée à la société, sa volonté affichée de collaborer avec les organisations internationales en font un interlocuteur de choix pour le Bureau. Le dessein d’Albert Thomas de développer les relations avec les milieux chrétiens renforce cette priorité.

  • 21 Lettre d’Elie Gounelle à Georges Thélin, 27 mai 1927, Archives du Conseil Œcuménique des Églises (d (...)
  • 22 Minute de G.A. Johnston, été 1928, ABIT, D 600/859.
  • 23 Lettre des présidents du comité de continuation au Directeur du BIT, avril 1927, ABIT, S 01/2001.

17Si la correspondance entre Georges Thélin et Albert Thomas est ensuite assez difficile à tracer, nous disposons en revanche des lettres échangées par le fonctionnaire du BIT et le pasteur français. Elles montrent que celui-ci s’est vu accorder immédiatement un service de publications du BIT et qu’une rencontre a été organisée à la fin du mois de juin 1926 entre Albert Thomas, Georges Thélin, Elie Gounelle et Adolf Keller, secrétaire adjoint du mouvement Life and Work et secrétaire général de l’Institut en formation21. Le BIT n’est pas représenté à la session du comité de continuation de Life and Work prévue à Berne à l’été 1926, mais G.A. Johnston, qui a rencontré Mgr Söderblom à Helsinki – où il représentait le BIT à la Conférence de l’Alliance universelle des YMCA – après cette réunion fait état du soutien du prélat suédois à une implantation de l’Institut à Genève, et de l’opposition des Allemands à cette solution – la question étant cependant peut-être sur le point de se régler avec l’entrée de l’Allemagne dans la Société des Nations22. Finalement, l’Institut est établi d’abord à Zurich23.

  • 24 Lettre de Georges Thélin à Elie Gounelle, 24 juin 1927, ACOE, 42.078.
  • 25 Lettre de Georges Thélin à Elie Gounelle, 18 juillet 1927, ACOE, 42.078.

18L’année suivante marque la reconnaissance par le mouvement Life and Work de la désignation de Georges Thélin comme intermédiaire avec le BIT. Il est en effet invité à la réunion du Comité de continuation prévue à Winchester24. Celle-ci est consacrée pour une large part à la question de la création de l’Institut. Aux termes de débats assez longs sur la localisation de celui-ci et sur le maintien d’Adolf Keller comme secrétaire général, son déménagement à Genève est acté25. Thélin fait dès lors partie de la Commission qui assure sa mise en place.

  • 26 Lettre de J. Jézéquel à Albert Thomas, 13 septembre 1927, ABIT, D 600/859/3.
  • 27 Note de Georges Thélin à Albert Thomas, 17 février 1928.
  • 28 Lettre d’Albert Thomas à Sir Willoughby Dickinson, 17 août 1928, ABIT, D 600/859/3

19Dès cette période, Georges Thélin prend de fait une part de plus en plus grande dans les relations du BIT avec les milieux protestants. Il est ainsi chargé de suivre la préparation du Congrès de Prague de l’Alliance universelle pour l’amitié internationale par les Églises, prévu en août 1928, et pour lequel une demande de participation d’Albert Thomas a été déposée par le pasteur Jézéquel un an à l’avance26. Il organise ainsi la prise de parole d’Albert Thomas et son inscription dans le programme27. Après le renoncement de Thomas, c’est Georges Thélin qui assure la représentation du BIT en tant que « chargé, depuis la Conférence de Stockholm, de suivre l’activité sociale et internationale des organisations ecclésiastiques et religieuses »28.

  • 29 Voir la correspondance dans ABIT, RL 01/4/31.
  • 30 Voir ABIT, N 206/0/4 et ACOE, Fonds Paton, 26.31.20.
  • 31 Lettre de Paton à Mott, 24 septembre 1928, ACOE, Fonds International Missionary Council, 26.13.04.
  • 32 Voir ABIT, D 600/626/9 et 10.

20Toutefois, son activité reste encore largement limitée aux organisations issues ou proches du mouvement de Stockholm. Ainsi, les Young Women’s Christian Associations continuent jusqu’en 1930 d’écrire directement à Miss Marthe Mundt, avec laquelle elles sont en relations depuis le début des années 192029. De même, l’International Missionary Council est en relations très suivies, de part et d’autre de la Conférence internationale des missions tenue à Jérusalem en 1928, avec G.A. Johnston, puis avec Harold Grimshaw, au sujet de la création d’un Département d’Études et d’Informations. Harold Grimshaw, notamment, joue un rôle déterminant de conseil et est un temps pressenti et courtisé pour prendre la direction de ce Département30. Thélin est cependant, de par sa position au sein du Comité de continuation, bien connu de ces milieux : l’IMC pense ainsi à lui pour seconder le futur directeur de ce Département31. Enfin, les YMCA continuent à faire appel à G.A. Johnston pour représenter le BIT à leurs conférences32.

  • 33 Rapport annuel sur l’activité de Georges Thélin sur les douze mois terminant au 31 décembre 1927, A (...)

21Dans le même temps, Georges Thélin poursuit son activité au sein du Service des Publications, et supervise toujours la parution des Informations Sociales. Les rapports de son supérieur, Pierre Waelbroeck, chef des Services d’édition, sont élogieux et témoignent de l’autonomie assez large dont il jouit33.

L’égal du « Jésuite du BIT »

  • 34 Minute de Georges Thélin, 12 février 1929, et réponse de Pierre Waelbroeck, 14 février 1929, ABIT, (...)
  • 35 Voir Paul Droulers, Le Père Desbuquois et l’Action Populaire. T 2 : 1919-1946, Paris, Les Éditions (...)

22Un changement se produit toutefois en 1929 à l’instigation de Georges Thélin lui-même. Par une note adressée à Pierre Waelbroeck, il demande une modification d’affectation, afin de pouvoir se consacrer plus exclusivement au développement des relations avec les Églises réformées, anglicanes et orthodoxes. Waelbroeck, dans sa réponse, note que Georges Thélin avait jusqu’ici repoussé cette démarche pour ne pas nuire aux intérêts du service, mais qu’il ne voit désormais plus de raisons de s’opposer à ce transfert34. L’affectation est acceptée et Georges Thélin est transféré à la Division des Relations, et placé sous les ordres de G.A. Johnston. La création d’un poste spécifiquement dédié aux relations avec les milieux protestants ne doit pas surprendre : un tel support existe déjà pour le développement des relations avec l’Église, les organisations et les personnalités catholiques depuis 1926. Il est confié à un jésuite issu de l’Action Populaire, le Père André Arnou35. Dans l’esprit d’Albert Thomas – dont on peut penser qu’il avait été probablement consulté par Georges Thélin avant sa demande – il s’agit donc d’un rééquilibrage et de l’officialisation de fait de cette structure duale visant à susciter au sein des milieux chrétiens un intérêt pour l’OIT et une collaboration aux activités de son secrétariat. Ce nouveau poste installe en tout cas Georges Thélin comme le seul interlocuteur des organisations protestantes dans leurs relations avec le BIT, et lui offre la possibilité de mener une action plus large visant à l’extension et au renforcement de ces relations.

23Cette action se traduit tout d’abord par la centralisation et le développement des relations avec les organisations protestantes. Entre 1929 et 1930, Georges Thélin initie ainsi une série de contacts qui visent à accroître tout à la fois la participation des organisations chrétiennes à l’action du BIT, et la prise en compte par celui-ci des propositions émises par les milieux protestants. Il écrit ainsi au pasteur Jézéquel, de l’Alliance universelle pour l’amitié internationale par les Églises, dès le 25 avril 1929, afin de lui demander dans quelle mesure ils pourraient parvenir à développer leur collaboration :

  • 36 Lettre de Georges Thélin au pasteur Jézéquel, 25 avril 1929, ABIT, D 600/859/3.

Vous savez combien j’estime nécessaires, dans ce domaine, des influences réciproques. Il apparaît bien nettement que les religions ne donnent pas encore ce qu’elles pourraient aux institutions internationales et je crois également que celles-ci ne leur accordent pas toute l’attention qu’elles méritent. Vous voudrez bien me dire très franchement ce que vous en pensez36.

  • 37 Lettre de Georges Thélin au Pr Hinderer, 10 octobre 1929, ABIT, S 01/2001/2.

24Le même type d’échanges a lieu également, par exemple, avec le Pr Hinderer, du Service international de presse chrétienne : Thélin examine ainsi dès octobre 1929 la possibilité de faire paraître dans les Lettres œcuméniques un document indiquant chaque année les questions à l’ordre du jour dans les milieux internationaux et qui seraient en lien avec les décisions prises à Stockholm ou avec les activités de l’Institut du Christianisme social, ainsi que des articles sur le travail et la justice sociale dans les journaux religieux destinés à la jeunesse37. Une reprise en mains analogue des relations se fait avec la YMCA, tandis que les relations avec les YWCA ne sont pas systématiquement gérées par Georges Thélin, mais plutôt confiées notamment aux fonctionnaires qui s’occupent des questions de travail féminin.

  • 38 Lettre de Georges Thélin à Adolf Keller, 19 novembre 1931, ABIT, S 01/2001/1.

25Ces échanges visent donc à améliorer l’information réciproque entre les deux partenaires potentiels : d’une part le BIT, et d’autre part les organisations chrétiennes. Moins de deux ans plus tard, Georges Thélin demande ainsi au secrétaire général de l’Institut international du Christianisme social, Adolf Keller, s’il ne serait pas possible que l’Institut et le BIT échangent chaque année une liste des publications et travaux qui pourraient les intéresser mutuellement38.

  • 39 Mémorandum de Georges Thélin sur sa mission aux Etats-Unis, 1930, ABIT, RL 01/4/20/61.
  • 40 Denis Guerin, Albert Thomas au BIT 1920-1932. De l’internationalisme à l’Europe, Genève, Euryopa, 1 (...)
  • 41 Note de Georges Thélin, 14 mai 1920, et lettre de Georges Thélin à Clarence E. Pickett, 30 octobre (...)

26Dans le même temps, Georges Thélin cherche également à nouer de nouveaux contacts avec des organisations dont les relations avec le BIT étaient sinon inexistantes, du moins très épisodiques. A cet effet, il accomplit dans les premiers mois de 1930 une mission aux Etats-Unis, afin de faire davantage connaître le BIT auprès du Federal Council of Churches in America, l’organisation qui fédère les différentes Églises et confessions américaines, ainsi que de ses affiliés et comités locaux. Ce voyage est co-financé par le BIT (qui prend à sa charge les billets transatlantiques) et par l’organisation protestante américaine, qui paie les déplacements de Thélin à l’intérieur des Etats-Unis. Guidé par le secrétaire général de la Commission Église et Service Social du Federal Council of Churches, le Dr Worth M. Tippy et par James Myers, du Département des Recherches, Georges Thélin visite vingt-trois villes, multipliant les conférences sur le travail du BIT, les visites d’entreprises et d’organisations dédiées à la réforme sociale. Il envoie ensuite un rapport complet à la Commission sociale du Federal Council of Churches, indiquant des pistes de travail et de collaboration, tant avec le BIT qu’avec le mouvement de Stockholm39. Cette mission est d’un intérêt particulier pour le BIT : depuis le début des années 1920, Albert Thomas cherche en effet à renouer le contact avec les milieux politiques américains, en vue d’un rapprochement ou d’une éventuelle adhésion des Etats-Unis à l’OIT. Des Américains collaborent ainsi notamment aux efforts menés par l’OIT au sein de l’Institut International d’Organisation Scientifique du Travail, mis en place en 192740. L’influence politique du Federal Council of Churches peut être mobilisée dans ce but. A la suite de ce voyage, Georges Thélin prend en outre contact avec l’American Friends Service Committee, l’organisation quaker américaine41.

  • 42 Les dossiers relatifs à ces conférences sont dans ABIT, G 900/84/3 à G 900/84/8.
  • 43 Pour le programme projeté par le P. Danset en 1934-1935 ABIT G 900/122/1.

27Outre ces contacts, l’action de Georges Thélin se traduit également par une certaine propagande en faveur de l’OIT au sein des milieux protestants. Ainsi, il accomplit une série de conférences sur l’OIT et ses relations avec le christianisme pratique de 1933 à 1935 : l’une pour le cycle organisé par la Fédération des Églises protestantes du Poitou, une demi-douzaine en Suisse et une série d’interventions dans le Midi de la France (Mazamet, Alès, Montpellier) en 193542. Ces conférences visent principalement à présenter l’OIT et son action, encore peu connues du grand public, afin de créer un mouvement de sympathie en faveur de l’organisation dans les mouvements protestants. Le jésuite employé par le BIT effectue le même type d’interventions43.

  • 44 Georges Thélin, « Le Message de Stockholm et la Charte internationale du Travail » Stockholm, vol. (...)
  • 45 « L’Action internationale pour la Paix du Monde. Problèmes sociaux et solutions internationales », (...)
  • 46 Georges Thélin « Le Bureau International du Travail et les Églises », Lettre œcuménique n°6/1930, C (...)
  • 47 Georges Thélin Pratique la justice ! L’Organisation Internationale du Travail et le christianisme s (...)

28Ces interventions à visée pédagogique s’incarnent aussi dans la publication d’articles et d’un livre consacré aux rapports entre protestantisme et OIT. Cette action commence avant même la désignation officielle de Georges Thélin comme fonctionnaire chargé des relations avec les milieux protestants. Dans le premier numéro de Stockholm, la revue du mouvement Life and Work (sous-titrée en français Revue internationale d’études sociales, et en anglais International Review for the Social Activity of the Churches) Thélin propose ainsi un article montrant les convergences entre le message adopté à Stockholm et la Charte internationale du travail, ce préambule à la constitution de l’OIT qui insiste sur un certain nombre de réformes primordiales44. La même année, il publie un article analogue dans le cahier international du Christianisme social, qu’il coordonne et dans lequel il obtient notamment l’intervention d’Albert Thomas45. Le projet de publication d’informations dans les Lettres œcuméniques du Service international de presse chrétienne se concrétise également dès 193046. Juste avant la guerre, il publie, à l’instar de ce qu’avaient fait les Jésuites André Arnou et Albert Le Roy côté catholique, un livre sur les relations entre Christianisme social et OIT. Intitulé Pratique la justice ! Le christianisme social et l’Organisation International du Travail, l’ouvrage présente successivement et assez classiquement la charte du Travail et le code international du Travail, ainsi que les positions du christianisme social. Une seconde partie rassemble les documents-clés sur ce sujet (Charte internationale du travail, tableau des ratifications, programmes sociaux des différentes Églises et dénominations)47.

  • 48 Rapport du Directeur présenté à la Conférence internationale du Travail, 14ème session, Genève, 193 (...)
  • 49 L’Année Sociale 1930, Genève, 1931, p. 113-119.

29Dans le même temps, Georges Thélin assure aussi la publicité de son action et de celle des organisations protestantes à travers les publications du BIT. Tout d’abord, celle-ci est faite, à destination de la Conférence, au sein du Rapport du directeur discuté à chaque session : une section du rapport est consacrée aux relations avec les Églises, et la partie concernant les Églises protestantes est, au moins à partir de 1930, rédigée par Georges Thélin48. Elle vise principalement à rappeler les positions prises par les Églises en matière sociale et les contacts entretenus avec celles-ci-au cours de l’année écoulée. Suivant la même logique, mais avec une diffusion certainement plus large, un chapitre des volumes de l’Année sociale publiés à partir de 1930 par le BIT est également consacré aux activités sociales menées par les Églises, et la partie concernant les Églises protestantes est probablement également l’œuvre de Georges Thélin49. Enfin, son rôle est aussi de répercuter les manifestations organisées par les organisations chrétiennes dans les Informations sociales, le bulletin dont il dirigeait auparavant la publication, lui aussi destiné à un large public.

Un engagement parallèle au sein des organes du Christianisme social

  • 50 Thomas G. Weiss, « International Bureaucracy : The Myth and Reality of the International Civil Serv (...)
  • 51 Sandrine Kott, « Dynamiques de l’internationalisation : l’Allemagne et l’Organisation International (...)
  • 52 Statut du personnel, Bureau International du Travail, 1923, p. 1.

30La particularité de l’action de Georges Thélin reste toutefois que parallèlement à son action au sein du BIT il occupe dans le même temps des positions importantes dans les organes des différentes organisations protestantes avec lesquelles il est chargé de maintenir des relations. Cette conception pourrait paraître contraire aux obligations d’un fonctionnaire international, mais il a été démontré déjà que le mythe d’une fonction publique internationale « hors-sol » n’existait pas50. Plus récemment, les théories considérant à l’inverse les fonctionnaires internationaux comme des agents de leurs gouvernements a été également écartée, au profit d’une vision qui souligne leur rôle dans la circulation des connaissances et des savoir-faire51. Loin de se limiter à une activité privée, l’implication de Georges Thélin au sein de ces organisations est clairement en lien avec sa fonction au BIT. Dans le même temps, elle ne se réduit pas à une position d’observateur représentant le Bureau : les positions occupées supposent en effet une participation active aux discussions et aux votes éventuels. Le statut des fonctionnaires du BIT reste assez vague sur cette question en spécifiant simplement dans son article 3 : « Aucun membre ne pourra accepter ou remplir de fonction qui, de l’avis du Directeur, serait incompatible avec l’exercice de ses fonctions au Bureau »52.

  • 53 Minutes of the Continuation Committee, September 2-5 1928, Prague, Czecho-Slovakia, Universal Chris (...)
  • 54 Ibid., p. 86.
  • 55 Lettre d’Henry Atkinson à Georges Thélin, 28 septembre 1931, ABIT, S 01/2001/3.

31Tout d’abord, Georges Thélin conserve ses fonctions au sein du Comité de continuation du mouvement Life and Work. Il fait même partie, à partir de 1928 au plus tard, du Comité exécutif issu du Comité de continuation53. Il est aussi à cette date membre de la Commission de l’Institut et du Comité exécutif qui en est issu, ainsi que de la sous-commission pour la coopération avec le monde du travail54. Il est ensuite le secrétaire de la Commission sociale internationale qui remplace à partir de 1931 la Commission de l’Institut, la Commission Église et Travail et la Commission sur les questions morales55.

  • 56 Composition des Commissions au 1er janvier 1929, Archives de l’Alliance Universelle des Young Men’s (...)
  • 57 Lettres de W.W. Gethman et de Joachim Muller à Georges Thélin, 8 et 9 juin 1932, AYMCA, Boîtes de c (...)
  • 58 Lettre d’Ernst Sartorius à Georges Thélin, 20 mai 1932, AYMCA, Boîtes de correspondance : Tha-Thoma (...)

32D’autre part, il est depuis 1929 au moins membre de la Commission sur les problèmes industriels de l’Alliance Universelle des Young Men’s Christian Associations. Il faut toutefois relever que sa position ici n’est pas du tout particulière en comparaison à celle d’autres fonctionnaires du BIT : G.A Johnston, E.J. Riches, H. Von Haan et les délégués François Sokal et A. Kasama sont membres de la même commission ; K. Kuriyan, R.K. Dat, ainsi que C.W.H Weaver, P. Henry, D.C. Tait, M. Camii et leurs épouses sont membres de la Commission sur les relations interculturelles ; Jacques Secrétan, W. Mohr, E. Kuttig, Iwao Ayusawa de la Commission sur les questions internationales ; le dernier cité, comme G.A. Johnston et K. Kuriyan, est au final membre de plusieurs commissions56. Cependant, la position de Georges Thélin se renforce à la suite du comité exécutif tenu à Cleveland : outre le renouvellement de son mandat dans la Commission sur les problèmes industriels (devenue Commission sur les problèmes économiques et sociaux), il intègre aussi celle dédiée à l’Information et aux Recherches57 ainsi que le comité dédié aux migrations mis en place par Ernst Sartorius58.

  • 59 Echanges de lettres entre Elie Gounelle et Georges Thélin, 1931, ACOE, 42.078.
  • 60 Brochure du Congrès du Christianisme Social des Pays Latins, novembre 1931, ACOE, 42.078.
  • 61 Lettre de Georges Thélin à Henry-Louis Henriod, 18 janvier 1933, ACOE, 42.078.
  • 62 Mot de Thélin au nom de la Commission du S. OE. P. I , 1934, AYMCA, Boîtes de correspondance : Tha- (...)
  • 63 Le Christianisme social, septembre 1931.

33Avec l’aide du pasteur Gounelle, il organise en outre en 1931 un Congrès du Christianisme social des pays latins, préalable à la constitution d’une Fédération latine du christianisme social59. Cette initiative peut apparaître comme une volonté d’institutionnaliser le groupe franco-suisse tenant des idées du Christianisme social, face notamment aux puissants groupes anglophone et germanophone. Dans les brochures éditées à l’occasion du Congrès, Georges Thélin est désigné sous la qualité de président de la Commission sociale de l’Église nationale protestante de Genève60. Il est ensuite l’un des promoteurs d’une Fédération romande du Christianisme social61.Enfin, malgré les informations parcellaires à ce sujet, il semble que Georges Thélin ait été membre de la commission du Service Œcuménique de Presse Internationale, au moins en 193462. Il est aussi membre du comité de rédaction de la revue Le Christianisme social à la même époque63.

34Le principal trait caractéristique de l’ensemble de ces mandats reste leur orientation volontairement « pratique ». Les commissions dont Georges Thélin fait partie sont soit des organes purement dédiés à l’information et à la recherche, soit des lieux de réflexions sur les problèmes sociaux contemporains. On peut relever de ce fait l’absence d’appartenance aux comités chargés de la définition de la doctrine, des questions morales, et sa faible participation aux organes directeurs des mouvements. Il est ainsi directement impliqué dans la formulation des propositions de réponses apportées par les Églises et organisations religieuses aux questions sociales de son époque, telles qu’elles sont abordées en particulier par les organisations internationales du système de la SDN. Ni purement privé, ni uniquement professionnel, son engagement montre donc une certaine cohérence avec son action au sein du BIT et avec le parti pris, dès le départ, en faveur du christianisme pratique.

Tirer parti de ce double engagement : une action en faveur d’une convergence entre l’OIT et les organisations protestantes

35De l’association de ces deux positions, comme fonctionnaire du BIT et comme membre des principales organisations du christianisme pratique, Georges Thélin tire deux types d’action, toutes deux visant à améliorer la participation des organisations protestantes aux activités du BIT et la prise en compte de leurs idées.

  • 64 Lettres entre Georges Thélin et William Paton, 16 et 30 mai 1928, ACOE, Fonds Paton, 26.31.20.
  • 65 Lettre de Hans Schönfeld à Georges Thélin, 7 juin 1929, ABIT, D 600/859/5.
  • 66 Lettre de Georges Thélin à Joachim Muller, 17 juin 1929, ABIT, D 600/859/5.

36La première consiste à plaider de manière insistante et répétée pour une fusion des services de recherches des principales organisations internationales protestantes (Life and Work, la YMCA, la YWCA, la World Christian Student’s Federation et l’International Missionary Council) ou tout au moins une répartition en amont des différents thèmes de recherches. Ce problème émerge avec la création de l’Institut international du Christianisme social et celle projetée, un an plus tard, par l’International Missionary Council à la suite de la Conférence Internationale des Missions de Jérusalem, d’un Département de recherches et d’informations. Georges Thélin invite dès lors William Paton, de l’IMC, à une collaboration étroite64. Un an plus tard, sous l’égide de l’Alliance Universelle des YMCA, une conférence de représentants d’organisations religieuses internationales s’occupant de recherches sociales est réunie à Genève en juillet 1930. Ses participants sont invités à y parler en leur nom propre mais le but final est d’améliorer la collaboration entre les différentes organisations65. Georges Thélin y présente un rapport, mais regrette que le trop grand nombre d’orateurs fasse perdre de vue le but pratique de collaboration66. De fait, la conférence ne fait que nommer un comité, et un an plus tard, Georges Thélin peut relever :

  • 67 Lettre de Georges Thélin à W.W. Gethman, 30 juin 1930, AYMCA, Boîtes de correspon-dance : Tha-Thoma (...)

Il y aurait lieu, me semble-t-il, de considérer une fois pour toutes la répartition des tâches entre les diverses organisations internationales, de manière à assurer plus d’unité et à éviter tout double emploi. J’ai été frappé ce matin encore, au cours d’une conversation que j’ai eue, de constater que pour les conditions de travail, trois secrétariats au moins estimaient devoir y consacrer leur temps et leurs forces. Cette concordance est sans doute réjouissante, mais elle a aussi des inconvénients [...]. Si vous estimez qu’une démarche faite par quelqu’un d’indépendant, c’est-à-dire qui n’est pas attaché, administrativement à l’une de ces organisations, pourrait contribuer à améliorer la situation, je serai tout disposé à la faire ou à trouver quelqu’un de plus autorisé que moi (qui dans l’esprit de beaucoup, suis étroitement lié à l’institut de Stockholm)67.

  • 68 Réunion des représentants des organisations participant à l’établissement d’un centre d’études inte (...)
  • 69 Interview with M. George Thelin. Liaison Division. International Labour Office. 29 octobre 1930, AC (...)
  • 70 D. Hudson, op. cit., p. 86.

37À partir de ce constat, Georges Thélin propose la création d’un centre international chrétien, dont il prépare les statuts avec Miss Bretherton, des YWCA. Une réunion a lieu en octobre 1930, avec une vingtaine de représentants des différentes organisations. Ce centre servirait à la fois à la mise en place d’un effort de recherche commun, avec la constitution d’une bibliothèque dédiée, mais pourrait également accueillir des réunions, des rencontres de prière, des conférences organisées en commun et permettre la réception de visiteurs68. La même préoccupation est réaffirmée devant les deux salariés du Département d’Information et de Recherches de l’International Missionary Council, lors de la série d’entretiens qu’ils mènent au BIT à l’automne 1930 pour définir l’action de leur service. Georges Thélin insiste sur la nécessité d’unifier les efforts des organisations protestantes, afin de limiter la duplication des études et des demandes d’informations, qui à terme donne l’impression au sein de la SDN et du BIT que les organisations protestantes sont divisées. L’Institut mis sur pied par Life and Work ne peut y suffire : il a besoin des influences conjuguées des YMCA/YWCA, et de l’International Missionary Council69. La réponse des représentants de ce dernier augure toutefois mal de la réussite du projet : ils mettent avant tout l’accent sur la spécificité des aires et des problèmes étudiés par leur organisation. Cette position est cohérente avec le splendide isolement dans lequel se maintient l’International Missionary Council depuis la Conférence de Stockholm70. Au delà, elle montre les difficultés à mettre en place une collaboration pratique, y compris entre des organisations animées par un esprit commun.

  • 71 Lettre de Georges Thélin à W.W. Gethman le 16 mai 1933, AYMCA, Boîtes de correspondance : Tha-Thoma (...)
  • 72 Lettre de Georges Thélin à Tracy Strong, 28 mars 1940, AYMCA, Boîtes de correspondance : Tha-Thomas(...)

38Le centre projeté est néanmoins mis en place sous la présidence de Georges Thélin, mais dès 1933, celui-ci plaide pour une réorganisation, qui assurerait à l’institution une base plus large : outre sa section d’études, elle devrait ainsi se doter d’une section d’information sur les mouvements œcuméniques et les organisations internationales chrétiennes, qui organiserait des conférences, et d’une section amicale largement ouverte. La proposition de louer une partie des locaux en journée laisse cependant supposer des difficultés financières71. De fait, la deuxième partie des années 1930 voit se succéder les questions financières à régler, cependant que le centre fonctionne et accueille notamment une conférence de Charles Guillon, de retour des Indes. Ses activités se raréfient de plus en plus toutefois, et sa dissolution est finalement actée en deux temps : un premier vote, indécis, a lieu en mars 1939 (Life and Work et la World Christian Student’s Federation demandant la fermeture, les YMCA une redéfinition des objectifs et les YWCA et l’Alliance internationale pour l’amitié entre les Églises ne répondant pas) ; finalement, faute de nouvelles propositions, le centre est dissous en mars 194072.

  • 73 Committee on Church and Labour. 4th Session, Eisenach August 1929, p. 3, ACOE, Life and Work, 24.06 (...)

39Le second aspect de l’action de Georges Thélin concerne plus directement la participation des organisations protestantes à l’action de l’OIT : il s’agit d’aider ces organisations à prendre position et à faire connaître leurs idées sur les questions à l’ordre du jour des travaux de la Conférence internationale du Travail. Faute de documents disponibles, cette dimension est surtout visible en ce qui concerne Life and Work. Sur le rapport de Georges Thélin, la quatrième session de la Commission Église et Travail, réunie à Eisenach en août 1929, décide ainsi d’examiner chaque convention en voie d’adoption, en vue de déterminer quelle pourrait être l’action des chrétiens pour leur adoption ou de leur ratification73.

  • 74 « Principales questions auxquelles il serait désirable que les Églises et les missions s’occupant d (...)
  • 75 The Churches and the Welfare of Seamen. Life and Work/Studies and Documents (Vol.3), Institut inter (...)
  • 76 Lettre circulaire, 12 novembre 1931, ACOE, 24.065.

40Plusieurs questions sont ainsi considérées comme particulièrement importantes par les organisations protestantes. La première est celle de l’amélioration des conditions de séjour des marins dans les ports. Un questionnaire est élaboré par la Conférence maritime de 1929. La question est ensuite étudiée par l’Institut international du Christianisme social. Georges Thélin fournit ainsi une liste de questions pouvant être envoyées aux diverses organisations affiliées74. Une brochure d’une cinquantaine de pages est ensuite publiée par l’Institut75. Lorsque fin 1931, l’éventualité d’une nouvelle discussion se précise, le BIT ayant établi un projet de recommandation en fonction des réponses faites par les gouvernements, une nouvelle phase de consultation des organisations locales et nationales est lancée par l’Institut : le texte du projet de convention leur est transmis, et il leur est demandé si des questions supplémentaires devraient y être incluses, ou si certaines questions devraient se voir accorder une importance spéciale76.

  • 77 « Les Églises et la règlementation internationale relative à l’emploi d’enfants dans les profession (...)
  • 78 « Déclaration des organisations internationales chrétiennes au président de la XVIe Conférence Inte (...)

41Une autre question qui a donné lieu à des études par les organisations protestantes, en lien avec Georges Thélin, est celle de l’âge d’admission des enfants au travail pour les activités non industrielles. La question est abordée par l’Institut international de Christianisme social dès 1931, à la veille de la première discussion sur la question à la Conférence internationale du travail77. Les consultations menées aboutissent à la rédaction d’une lettre adressée au président de la 16ème session de la Conférence internationale du travail, signée non seulement par Life and Work, mais aussi par les YMCA et YWCA, ainsi que par l’International Missionary Council. Cette lettre salue l’avant-projet de convention établi par le BIT, notamment la définition d’un âge limite à 14 ans, les garanties strictes appliquées aux exceptions, ainsi que l’interdiction du travail de nuit, les dimanches, et les jours fériés. Elle demande en revanche que la qualification du service dans les débits de boissons soit incluse directement dans la convention, et que des mesures soient prises pour empêcher que des enfants soient employés par des personnes convaincues de crimes ou par des buveurs notoires. Elle insiste enfin sur la nécessité de créer des institutions qui puissent prendre en charge les enfants en dehors des heures de classe78. Tout autant que la protection physique des enfants employés, ce sont donc les questions morales qui préoccupent en premier lieu les organisations chrétiennes.

  • 79  « Suppression des bureaux de placement payants », 15 avril 1932, ACOE, Life and Work, 24.020.

42À cette même 16e session, les organisations chrétiennes prennent également position sur la réglementation des bureaux de placement payants. Cette question est d’importance pour elles, car certaines d’entre elles offrent ces services de placement, en faisant le cas échéant payer une taxe, le plus souvent sur l’employeur, pour le fonctionnement de leurs services. Elles demandent donc la prise en compte de ce cas de figure dans la réglementation79.

  • 80 Transmission de plusieurs documents sur la question du chômage, décembre 1931, ACOE, Life and Work, (...)
  • 81 P. Dimanopoulou-Cohen, art.cit.
  • 82 Lettre d’Albert Thomas à Hans Schönfeld, avril 1932, ABIT, D 600/859/17.
  • 83 Rapport final de la conférence, avril 1932, ABIT, D 600/859/17.
  • 84 Compte-rendu des travaux de la 19ème session de la Conférence Internationale du Travail, annexe VII (...)
  • 85 Lettre d’Henri Johannot à Georges Thélin, AYMCA, Boîtes de correspondance : Tha-Thomas, dossier Geo (...)

43Enfin, le problème du chômage, qui s’impose dans les premières années de la décennie 1930, fait l’objet de réflexions approfondies de la part des organisations chrétiennes, à l’aide notamment des documents produits par le BIT et transmis par Georges Thélin80. Cette réflexion s’insère en outre dans une réflexion plus large sur la crise économique et ses conséquences81. L’Institut International du Christianisme social organise ainsi une Conférence internationale d’études sur le chômage, du 25 au 30 avril 1932 à Bâle. Georges Thélin y représente le BIT82. Dans ses conclusions, la Conférence insiste sur l’impact de la rigidité des prix sur le développement de la crise, la nécessité d’une coopération internationale et l’importance d’une action visant à soulager la détresse des chômeurs83. Les organisations de jeunesse protestantes se saisissent à leur tour de la question à l’occasion de la 19ème session de la Conférence Internationale du Travail, en 1935 : les YWCA envoient une communication à la Conférence, insistant notamment sur les secours et les occupations – y compris par organisation des « loisirs forcés » que cause le chômage – à apporter aux jeunes chômeurs84 ; les YMCA de leur côté diffusent largement les rapports adoptés par la conférence sur la question parmi leurs organisations affiliées85.

  • 86 Lettre de Georges Thélin à Hans Schönfeld, 27 novembre 1930, ACOE, Life and Work, 24.261.
  • 87 Comme les documents évoqués note 74.
  • 88 Lettre de Georges Thélin à Hans Schönfeld au sujet d’une rencontre avec Mina C. Valette, 20 janvier (...)

44Dans tous ces cas, l’action de Georges Thélin se place à plusieurs niveaux : c’est lui qui transmet aux organisations protestantes l’agenda des conférences à venir, en insistant sur la nécessité d’étudier l’une ou l’autre question86. Il fournit également les études préparatoires, les articles, les comptes-rendus de commission et les projets de convention élaborés par le BIT87, rencontre les membres de l’Institut chargé des études pour le compte de Life and Work88 et leur octroie le cas échéant des cartes d’entrée en tribune à la conférence. Il est par ailleurs dans la commission qui contrôle et valide les études de l’Institut – mais nous ne disposons malheureusement pas des minutes des débats. Enfin, il réceptionne et transmet les lettres envoyées par les organisations chrétiennes au BIT pour faire connaître leurs positions. Il a donc une influence réelle sur la participation des organisations chrétiennes aux activités du BIT. Dans le même temps, l’action des Églises ainsi stimulée est essentielle pour le BIT, à la fois pour permettre la circulation d’idées et de modèles, mais aussi pour assurer aux conventions une large publicité et provoquer leur ratification.

Une solution éphémère : l’impact de la guerre et le passage à un autre mode de relations

  • 89 Note de J. Merle Davis, janvier 1935, ABIT, S 01/2021/1.

45Les activités de Georges Thélin rencontrent toutefois quelques obstacles dans la seconde moitié des années 1930. Nous l’avons vu, le Centre international ferme ses portes en 1940, après plus d’une année d’inactivité. Si le mouvement Life and Work reste puissant, l’International Missionary Council décide de déplacer son Département d’Informations et de Recherches à Londres en 193589.

  • 90 Note du Cabinet sur la décision du Directeur prise au Rapport du 29 mai 1937, 1er juin 1937, ABIT, (...)
  • 91 Minute de Georges Thélin à M. Gallone, 9 juin 1937, ABIT, D 600/859/35.
  • 92 Lettre d’Harold Butler à Henry Louis Henriod, 30 juin 1937, ABIT, D 600/859/35.
  • 93 Lettre de Georges Thélin à Henry-Louis Henriod, 30 juin 1937, ACOE, Life and Work, 42.078.
  • 94 Minute de Georges Thélin, 18 novembre 1938, ABIT, D 600/859/36.

46En outre, alors même qu’il participe depuis plusieurs années à la préparation de la seconde Conférence universelle de Life and Work, qui se tient finalement à Oxford en 1937, la mission de représentation qu’il demande pour s’y rendre n’est pas accordée, officiellement pour des raisons budgétaires90. En dépit de ses protestations, exposées dans une longue note qui rappelle l’importance numérique et symbolique de la conférence, ainsi que la présence d’un envoyé de la Société des Nations et l’accord donné oralement un mois plus tôt au secrétariat de l’organisation91, le directeur reste inflexible92. En prévision des nouvelles orientations qui seront prises à Oxford, Thélin préfère démissionner de son poste de membre coopté du Comité de continuation93. Toutefois, il poursuit ses activités de liaison au sein du BIT. Il est contraint néanmoins de se rendre au Congrès de la Fédération Française du Christianisme social en 1938, à ses propres frais, la mission ayant été également refusée94.

  • 95 Sandrine Kott « Fighting the War or Preparing for Peace ? The ILO during the Second World War » in (...)
  • 96 Lettre de démission de Georges Thélin, 22 juin 1940, ABIT, P 156.

47Le déclenchement du second conflit mondial change radicalement les conditions de fonctionnement du BIT. Le Conseil d’administration de février 1939 avait cependant posé les bases d’une continuité de l’activité de l’Organisation en temps de guerre. Avec l’avancée des armées nazies, et les réticences croissantes du gouvernement suisse à abriter une organisation qui pourrait remettre en cause sa neutralité, John Winant décide un déménagement du BIT au Canada, à Montréal95. Ce déménagement impose une réduction drastique des effectifs du personnel du BIT. Suisse, Georges Thélin n’est pas sur la liste des fonctionnaires prioritaires pour suivre le BIT. Il se voit de fait proposer soit une suspension de contrat, soit une démission. Il choisit la seconde option96.

  • 97 Mémorandum d’E. Philip Eastman, 6 avril 1951, ACOE, Commission of Churches on International Affairs(...)
  • 98 ABIT, P 5155.
  • 99  Notice de Georges Thélin sur le site des Documents Diplomatiques Suisses http://db.dodis.ch/people (...)
  • 100 Voir ses nombreuses lettres dans le dossier dédié à cette organisation, ABIT, NGO 8.

48Alors que le jésuite en poste au BIT, le P. Albert Le Roy, suit le Bureau à Montréal, il n’y a pas de fonctionnaire chargé des relations avec les milieux protestants au BIT pendant la guerre. Lorsque se pose la question de son remplacement après guerre, les discussions au sein de la Commission of the Churches on International Affairs se concluent par un refus de réclamer la nomination d’un fonctionnaire protestant. L’une des raisons avancées est celle de l’existence de contacts informels avec la Direction du BIT97. Un membre du secrétariat du Comité universel des YMCA, Jean-Jacques Favre, est embauché en 1951 par le BIT – mais il ne s’occupe presque jamais des relations avec les organisations protestantes98. De son côté, Georges Thélin devient en septembre 1940 secrétaire général de l’Union Internationale de Secours aux Enfants, poste qu’il occupe pendant dix-sept ans99. À ce titre, il entretient des relations régulières avec le BIT100. Il meurt en 1963.

Conclusion

49En conclusion, cette étude montre qu’après une phase de contacts ponctuels entre le BIT et les organisations protestantes, l’émergence du mouvement du christianisme pratique à la suite de la Conférence de Stockholm, en 1925, donne un nouveau visage à ces relations : celui de Georges Thélin. Celui-ci est en effet proche du pasteur Elie Gounelle, un des protagonistes du mouvement du Christianisme pratique, et le promoteur d’un Institut International du Christianisme social qui travaillerait de concert avec le BIT. Dans le contexte de la nomination d’un prêtre jésuite pour maintenir les relations avec les milieux catholiques, Georges Thélin s’impose peu à peu comme le dépositaire des relations avec les organisations protestantes. Il y a de fait un déplacement du centre de gravité de ces relations : d’un petit groupe anglo-saxon, elles passent aux tenants de ce Christianisme social que le directeur du BIT, Albert Thomas, voit tout de suite comme riche de promesses de collaborations futures.

50Loin du mythe – désormais largement contesté – du fonctionnaire international détaché de ses appartenances nationales, philosophiques et religieuses antérieures, Georges Thélin offre l’exemple d’une implication très développée dans les organes de réflexion, voire de décision, des mouvements avec lesquels il est chargé de développer les relations. Cette position l’amène à intervenir directement dans l’organisation des services de recherche et d’information de ces organisations, dans le but de rapprocher leurs préoccupations de celles du BIT et d’améliorer la prise en compte de leurs idées par l’Organisation. Dans la Genève internationale de l’entre-deux-guerres, cette collaboration amène le rêve, bientôt écroulé, d’une action chrétienne sur la société.

Haut de page

Notes

1 Procès verbal du Congrès de Munich, publié dans L’œuvre de l’Internationale Syndicale Chrétienne dans les années 1925-1928, Utrecht, CISC, 1928, p. 316-321.

2 Sur la Conférence mondiale des missions : « La Conférence missionnaire mondiale, Edimbourg, 1910 », n° thématique d’Histoire et Missions Chrétiennes, n°13, 2010 ; Brian Stanley, The World missionary conference, Edinburgh, 1910, Grand Rapids, W.B. Eerdmans, 2009, 352 p. ; Jean-François Zorn « La Conférence missionnaire mondiale d’Édimbourg de 1910. Présentation historique de ses circonstances et de ses enjeux » Perspectives missionnaires, 2010/2, n°60, p. 6-20.

3 Sur la genèse de ce mouvement international oecuménique protestant, voir notamment Darril Hudson, The Ecumenical Movement in World Affairs, Londres, London School of Economics and Political Science, 1969, 284 p.

4 Ibid.

5 Joëlle Droux, « From Child Rescue to Child Welfare: The Save the Children International Union Facing World Warfare (1939–1947) », Journal of Modern European History, 2014, vol. 12, no 3, p. 377-397 ; Zoe Moody, « La fabrication internationale des droits de l’enfant : genèse de la Déclaration des Nations Unies relative aux droits de l’enfant (1946-1959) », Relations internationales, 2015, n°161, p. 65-80.

6 Par exemple : Ruth Rouse, Stephen Charles Neill, A History of the Ecumenical Movement. Vol 1 : 1517-1948, World Council of Churches, 1954 (rééd. 2004), XXV-888 p. ; Bernard Charles Les Unions Chrétiennes de Jeunes Gens UCJG-YMCA 1855-2005, Lyon, Olivétan, 2009.

7 Pandora Dimanopoulou-Cohen, « L’avènement du Mouvement du Christianisme pratique pendant la période de l’Entre-deux-guerres: entre religion, science et idéologie » in Dominique Avron (dir.), Autorités et magistères religieux : le défi de la modernité, Paris, Bibliothèque Beauchesne, 2015 (à paraître) ; id. « Le mouvement Vie et Action face à la crise économique et sociale des années '30 » in Alberto Melloni (dir.), Historicizing ecumenism, Berlin-Münster, Lit Verlag, 2015 (à paraître).

8 Entretien avec Maurice Thélin, 16 septembre 2014.

9 Lettre de titularisation de Georges Thélin, 1er septembre 1920, Archives du Bureau International du Travail, Genève (désormais ABIT), P156.

10 Rapports annuels de Royal Meeker (1921 et 1922) et P. Walbroeck (1923 et 1924) sur l’activité de Georges Thélin, ABIT, P 156.

11 Lettre d’Henri Johannot à Maurice Thudichum, 4 décembre 1922, ABIT, D600/626.

12 Note à Miss Stice, 9 juin 1921, ABIT, D 600/440.

13 Lettre de Miss Dingman à Miss Sanger, 6 juin 1921, ABIT, D 600/440.

14 Correspondance entre G.A. Johnston et le secrétariat de la YWCA, mai-juin 1928, ABIT, D 600/440/2.

15 Rapport de mission de G.A. Johnston, août 1925, ABIT, D 600/859, p. 7-11.

16 Elie Gounelle, « L’Homme et la Propriété. Communication à la Conférence de Stockholm », Le Christianisme social, octobre-novembre 1925, p. 1058

17 Ibid.

18 Ibid. p. 1063.

19 D. hudson, op.cit., p. 83-84.

20 Note d’Albert Thomas à Georges Thélin, 18 janvier 1926, ABIT, CAT 4-103.

21 Lettre d’Elie Gounelle à Georges Thélin, 27 mai 1927, Archives du Conseil Œcuménique des Églises (désormais ACOE), Fonds Life and Work, 42.078.

22 Minute de G.A. Johnston, été 1928, ABIT, D 600/859.

23 Lettre des présidents du comité de continuation au Directeur du BIT, avril 1927, ABIT, S 01/2001.

24 Lettre de Georges Thélin à Elie Gounelle, 24 juin 1927, ACOE, 42.078.

25 Lettre de Georges Thélin à Elie Gounelle, 18 juillet 1927, ACOE, 42.078.

26 Lettre de J. Jézéquel à Albert Thomas, 13 septembre 1927, ABIT, D 600/859/3.

27 Note de Georges Thélin à Albert Thomas, 17 février 1928.

28 Lettre d’Albert Thomas à Sir Willoughby Dickinson, 17 août 1928, ABIT, D 600/859/3

29 Voir la correspondance dans ABIT, RL 01/4/31.

30 Voir ABIT, N 206/0/4 et ACOE, Fonds Paton, 26.31.20.

31 Lettre de Paton à Mott, 24 septembre 1928, ACOE, Fonds International Missionary Council, 26.13.04.

32 Voir ABIT, D 600/626/9 et 10.

33 Rapport annuel sur l’activité de Georges Thélin sur les douze mois terminant au 31 décembre 1927, ABIT, P 156.

34 Minute de Georges Thélin, 12 février 1929, et réponse de Pierre Waelbroeck, 14 février 1929, ABIT, P 156.

35 Voir Paul Droulers, Le Père Desbuquois et l’Action Populaire. T 2 : 1919-1946, Paris, Les Éditions ouvrières, 1981, p. 127 pour un résumé des opérations ayant amené à la nomination du jésuite.

36 Lettre de Georges Thélin au pasteur Jézéquel, 25 avril 1929, ABIT, D 600/859/3.

37 Lettre de Georges Thélin au Pr Hinderer, 10 octobre 1929, ABIT, S 01/2001/2.

38 Lettre de Georges Thélin à Adolf Keller, 19 novembre 1931, ABIT, S 01/2001/1.

39 Mémorandum de Georges Thélin sur sa mission aux Etats-Unis, 1930, ABIT, RL 01/4/20/61.

40 Denis Guerin, Albert Thomas au BIT 1920-1932. De l’internationalisme à l’Europe, Genève, Euryopa, 1996, p. 50.

41 Note de Georges Thélin, 14 mai 1920, et lettre de Georges Thélin à Clarence E. Pickett, 30 octobre 1930, ABIT, S 01/2034 et S 01/2034/61.

42 Les dossiers relatifs à ces conférences sont dans ABIT, G 900/84/3 à G 900/84/8.

43 Pour le programme projeté par le P. Danset en 1934-1935 ABIT G 900/122/1.

44 Georges Thélin, « Le Message de Stockholm et la Charte internationale du Travail » Stockholm, vol. 1, 1928, p. 144-152.

45 « L’Action internationale pour la Paix du Monde. Problèmes sociaux et solutions internationales », Le Christianisme social, avril-mai 1928.

46 Georges Thélin « Le Bureau International du Travail et les Églises », Lettre œcuménique n°6/1930, Commission internationale de la presse chrétienne, 20 novembre 1930, 4 p.

47 Georges Thélin Pratique la justice ! L’Organisation Internationale du Travail et le christianisme social, Genève, Labor, 1939, 135 p.

48 Rapport du Directeur présenté à la Conférence internationale du Travail, 14ème session, Genève, 1930, p. 64-67.

49 L’Année Sociale 1930, Genève, 1931, p. 113-119.

50 Thomas G. Weiss, « International Bureaucracy : The Myth and Reality of the International Civil Service », International Affairs, vol 58-2, printemps 1982, p. 287-306.

51 Sandrine Kott, « Dynamiques de l’internationalisation : l’Allemagne et l’Organisation Internationale du Travail (1919-1940) », Critique internationale, 52, Juillet 2011, p. 70.

52 Statut du personnel, Bureau International du Travail, 1923, p. 1.

53 Minutes of the Continuation Committee, September 2-5 1928, Prague, Czecho-Slovakia, Universal Christian Conference on Life and Work, p. 50, ABIT D 600/859/4.

54 Ibid., p. 86.

55 Lettre d’Henry Atkinson à Georges Thélin, 28 septembre 1931, ABIT, S 01/2001/3.

56 Composition des Commissions au 1er janvier 1929, Archives de l’Alliance Universelle des Young Men’s Christian Associations (désormais AYMCA), boîte World Alliance in General : By subjects : Commission - International Relations.

57 Lettres de W.W. Gethman et de Joachim Muller à Georges Thélin, 8 et 9 juin 1932, AYMCA, Boîtes de correspondance : Tha-Thomas, dossier Georges Thélin 1925-1933.

58 Lettre d’Ernst Sartorius à Georges Thélin, 20 mai 1932, AYMCA, Boîtes de correspondance : Tha-Thomas, dossier Georges Thélin 1925-1933.

59 Echanges de lettres entre Elie Gounelle et Georges Thélin, 1931, ACOE, 42.078.

60 Brochure du Congrès du Christianisme Social des Pays Latins, novembre 1931, ACOE, 42.078.

61 Lettre de Georges Thélin à Henry-Louis Henriod, 18 janvier 1933, ACOE, 42.078.

62 Mot de Thélin au nom de la Commission du S. OE. P. I , 1934, AYMCA, Boîtes de correspondance : Tha-Thomas, dossier Georges Thélin 1925-1933.

63 Le Christianisme social, septembre 1931.

64 Lettres entre Georges Thélin et William Paton, 16 et 30 mai 1928, ACOE, Fonds Paton, 26.31.20.

65 Lettre de Hans Schönfeld à Georges Thélin, 7 juin 1929, ABIT, D 600/859/5.

66 Lettre de Georges Thélin à Joachim Muller, 17 juin 1929, ABIT, D 600/859/5.

67 Lettre de Georges Thélin à W.W. Gethman, 30 juin 1930, AYMCA, Boîtes de correspon-dance : Tha-Thomas, dossier Georges Thélin 1925-1933.

68 Réunion des représentants des organisations participant à l’établissement d’un centre d’études international chrétien, 13 octobre 1930, ACOE, Fonds Paton, 26.31.20.

69 Interview with M. George Thelin. Liaison Division. International Labour Office. 29 octobre 1930, ACOE, Fonds Paton, 26.31.20.

70 D. Hudson, op. cit., p. 86.

71 Lettre de Georges Thélin à W.W. Gethman le 16 mai 1933, AYMCA, Boîtes de correspondance : Tha-Thomas, dossier Georges Thélin 1925-1933.

72 Lettre de Georges Thélin à Tracy Strong, 28 mars 1940, AYMCA, Boîtes de correspondance : Tha-Thomas, dossier Georges Thélin 1934-1940.

73 Committee on Church and Labour. 4th Session, Eisenach August 1929, p. 3, ACOE, Life and Work, 24.067.

74 « Principales questions auxquelles il serait désirable que les Églises et les missions s’occupant des marins répondent », 1929, ABIT, D 600/859/4.

75 The Churches and the Welfare of Seamen. Life and Work/Studies and Documents (Vol.3), Institut international du Christianisme social, Genève, 1930, 50 p.

76 Lettre circulaire, 12 novembre 1931, ACOE, 24.065.

77 « Les Églises et la règlementation internationale relative à l’emploi d’enfants dans les professions non industrielles », ACOE, Life and Work, 24.252.

78 « Déclaration des organisations internationales chrétiennes au président de la XVIe Conférence Internationale du Travail », ACOE, Life and Work, 24.020.

79  « Suppression des bureaux de placement payants », 15 avril 1932, ACOE, Life and Work, 24.020.

80 Transmission de plusieurs documents sur la question du chômage, décembre 1931, ACOE, Life and Work, 24.261.

81 P. Dimanopoulou-Cohen, art.cit.

82 Lettre d’Albert Thomas à Hans Schönfeld, avril 1932, ABIT, D 600/859/17.

83 Rapport final de la conférence, avril 1932, ABIT, D 600/859/17.

84 Compte-rendu des travaux de la 19ème session de la Conférence Internationale du Travail, annexe VIII, p. 848.

85 Lettre d’Henri Johannot à Georges Thélin, AYMCA, Boîtes de correspondance : Tha-Thomas, dossier Georges Thélin 1934-1940.

86 Lettre de Georges Thélin à Hans Schönfeld, 27 novembre 1930, ACOE, Life and Work, 24.261.

87 Comme les documents évoqués note 74.

88 Lettre de Georges Thélin à Hans Schönfeld au sujet d’une rencontre avec Mina C. Valette, 20 janvier 1931, ACOE, Life and Work, 24.261.

89 Note de J. Merle Davis, janvier 1935, ABIT, S 01/2021/1.

90 Note du Cabinet sur la décision du Directeur prise au Rapport du 29 mai 1937, 1er juin 1937, ABIT, D 600/859/35.

91 Minute de Georges Thélin à M. Gallone, 9 juin 1937, ABIT, D 600/859/35.

92 Lettre d’Harold Butler à Henry Louis Henriod, 30 juin 1937, ABIT, D 600/859/35.

93 Lettre de Georges Thélin à Henry-Louis Henriod, 30 juin 1937, ACOE, Life and Work, 42.078.

94 Minute de Georges Thélin, 18 novembre 1938, ABIT, D 600/859/36.

95 Sandrine Kott « Fighting the War or Preparing for Peace ? The ILO during the Second World War » in Journal of Modern European History, 2014-3, p. 360-361.

96 Lettre de démission de Georges Thélin, 22 juin 1940, ABIT, P 156.

97 Mémorandum d’E. Philip Eastman, 6 avril 1951, ACOE, Commission of Churches on International Affairs, 428.13.5.4.

98 ABIT, P 5155.

99  Notice de Georges Thélin sur le site des Documents Diplomatiques Suisses http://db.dodis.ch/people/998 (consulté le 30 mars 2015).

100 Voir ses nombreuses lettres dans le dossier dédié à cette organisation, ABIT, NGO 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélien Zaragori, « Un parcours entre deux mondes : Georges Thélin, l’Organisation Internationale du Travail et les milieux protestants internationaux (1926-1940) », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 221-246.

Référence électronique

Aurélien Zaragori, « Un parcours entre deux mondes : Georges Thélin, l’Organisation Internationale du Travail et les milieux protestants internationaux (1926-1940) », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/3906

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals