Navigation – Plan du site
Publications
Compes rendus d'ouvrages

Caroline Galland, Fabien Guilloux, Pierre Moracchini (dir.), Les Récollets. En quête d’une identité franciscaine, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Perspectives historiques », 2014, 350 p.

François-Xavier Carlotti
p. 284-287

Texte intégral

« En finir avec une forme de complexe récollet, en cernant enfin pour elle-même l’identité d’une branche du franciscanisme moderne jusqu’ici éclipsée par les omniprésents capucins » (G. Goudot), telle est la visée de l’enquête dirigée par Caroline Galland, Fabien Guilloux et Pierre Moracchini. À l’évidence, les travaux novateurs de ces trois chercheurs les prédisposaient à coordonner, à la suite du colloque qu’ils organisèrent à l’occasion du 4ème centenaire de la fondation des deux premières provinces de récollets en France (Paris, 1er-2 juin 2012), cet ouvrage collectif. Frédéric Meyer, en expert, en a posé les conclusions. Autour d’eux, quinze historiens de cinq nationalités et de générations différentes ont apporté par leurs contributions autant de pierres à l’édifice en devenir de l’histoire des récollets.

Étonnant paradoxe, cette dernière, pourtant servie par des sources abondantes, et inscrite dans une tradition ancienne, riche, pour la période moderne, de nombreuses monographies provinciales écrites de la plume des frères, restait un parent pauvre de la recherche historique, alors que se développaient depuis les années 1960 les travaux d’histoire religieuse. Elle a connu récemment un renouvellement historiographique marqué, bien que partiel, encore. Il y a quelque vingt ans, en effet, véritable pionnier, Frédéric Meyer donnait aux récollets une lisibilité nouvelle, après que Bernard Dompnier eut révélé leurs « faux jumeaux » mais vrais concurrents capucins ; Ludovic Viallet, quant à lui, reliait le temps des origines, déjà bien étudié, à la première modernité. Dans leur sillage, se sont multipliés, avec de nouveaux objets d’étude, les éclairages redonnant une voix à ces frères qui ont laissé une empreinte diffuse dans la société de leur temps, et tant de traces muettes dans nos paysages urbains.

Marquant une étape supplémentaire dans cette construction collective, le présent ouvrage ne manque pas d’ambition. Il interroge le temps long, de la rupture fondatrice officialisée par la bulle Ite et vos (1517) à l’Union léonine de 1897 qui mettait fin à l’aventure singulière des quatre branches de l’Observance, non sans donner l’avantage au Grand Siècle, au risque d’entretenir l’idée d’une décadence du xviiie siècle religieux. Il regarde au-delà des frontières dressées par la géographie politique (Espagne, Italie, France, Allemagne, Pays-Bas, Belgique) et provinciale. Il élargit la perspective, des questions traditionnelles à de nouveaux horizons picturaux, musicaux ou littéraires ; le bâti n’est que suggéré, la définition d’un hypothétique modèle architectural récollet étant à ce jour à peine esquissée.

Au cœur de la réflexion, la question structurante des « marqueurs de l’identité » : comment le récollet se singularise-t-il, parmi les réguliers, les frères mineurs, et les observants en particulier ? S’ensuit une progression selon quatre axes.

En premier lieu, l’étude des origines des récollets impose une mise en perspective, où le retour aux sources de l’Observance, à l’aube du troisième âge franciscain (début du xvie siècle), dévoile un conflit endémique de nature identitaire autant qu’institutionnelle (L. Viallet). De là, aussi, l’évocation des précurseurs descalzos et alcantarins espagnols (D. Vaquerin Aparicio) ou riformati italiens (R. Rusconi), que de très utiles organigrammes replacent dans la généalogie pluriséculaire d’une famille aux ramifications complexes. Envisager une éventuelle influence, en terme d’héritage spirituel, de ces congrégations sur les récollets permet de mieux saisir la place de ces derniers au sein de la stricte-Observance. Toutefois, dans le cas particulier de la nation germano-belge étudié par Benedikt Mertens, cette filiation n’est pas le facteur le plus décisif de la récollection adoptée en bloc par chacune des provinces avant la fin des années 1670. C’est en effet pour conserver l’unité de ce cadre institutionnel structurant – dont l’organisation est mise au jour – que des motivations parfois contradictoires, mais toujours affirmées de l’intérieur, engagent à la réforme.

L’affirmation face aux autres franciscains, le clivage avec les capucins, notamment, qui se sont émancipés de l’Ordre franciscain pour en fonder un autre, sont soulignés, dévoilant des rapports ambigus faits de concurrence autant que de complémentarité. Plusieurs monographies diocésaines (Clermont, G. Goudot ; Châlons, S. Simiz) ou provinciales, au sens régulier du mot (Saint-Nicolas de Lorraine, J.-M. Lejuste) éclairent une démonstration qui irrigue à la fois les parties consacrées aux « politiques récollettes » et aux « territoires ». Le cadre retenu est pertinent, qui donne d’abord à voir des modalités différentes de recrutement et d’implantation. De façon générale, les capucins disposent d’une nette suprématie sur les récollets, que l’engagement ou l’influence des puissances ne suffirait à justifier. Du reste, la faveur royale ne fait défaut ni aux uns ni aux autres, qui trouvent également auprès des prélats de solides appuis. Plus décisif paraît « le poids de la société environnante », celui de la notabilité laïque, des dévots attachés aux capucins, tandis qu’a contrario, les récollets, « voués aux seconds rôles », qui ne bénéficient pas de tels réseaux, doivent affronter la réticence des communautés d’habitants, dans leur volonté de réformer de l’intérieur les couvents observants.

De ce duel fraternel émerge en clair-obscur la singularité de l’être récollet. Celui-ci apparaît plus consensuel, moins porté au conflit avec le clergé local, plus ouvert aussi à l’exercice de la cura monialium, commune aux franciscains mais négligée par les capucins, où il manifeste un bel esprit d’intégration des communautés féminines (P. Moracchini) ; Pierre Marchant soutient Jeanne Neerinck et les pénitentes récollectines de Limbourg dans leur marche vers la stricte clôture (M.-E. Henneau). Par la Parole d’exception, il pourfend l’augustinisme. Il se fait apprécier par un investissement plus direct et pérenne dans la vie paroissiale : délivrance des sacrements, instruction, catéchisme, assistance, encadrement des fidèles par la direction de congrégations du Tiers-Ordre franciscain, plus rarement de confréries de métiers et de dévotion ou la prise en charge de sépultures. Sur ce point, le cas marseillais est édifiant, où l’église Saint-Théodore apparaît comme un « substitut de proximité » de l’église paroissiale et de la cathédrale même, mais comme ailleurs sans franche rivalité avec les autres communautés de l’ordre séraphique (R. Bertrand). De manière surprenante, le récollet paraît bien disposé à servir le siècle avec lequel il risque des compromis, au point de se perdre quelque peu ; en France, sa proximité avec le pouvoir royal a pu l’engager à faire trancher par celui-ci ses dissensions, fragilisant ainsi l’unité du corps (C. Galland).

Une dernière partie prolonge la quête d’identité en questionnant l’encre, la toile et le chant. La moisson est abondante, qui révèle par exemple, pour le xviie siècle, l’existence d’un véritable « corps d’écrivains » (F. Henryot), petite élite aguerrie au statut fermement établi, au sein de laquelle sont choisis les « approbateurs », gardiens de l’orthodoxie des sujets comme du style, dont la circulation dessine les contours d’une « conscience nationale récollette » (F. Meyer). Ce sentiment commun est encore renforcé par la diffusion essentiellement provinciale d’ouvrages spirituels destinés à assurer la réputation apostolique de l’Ordre ; ainsi en est-il des Exercices spirituels inspirés par la doctrine du pur amour de Séverin Rubéric (B. Forthomme). Il condamnait les images... Francis Saint-Genez décrit des couvents richement ornés, en apparente contradiction avec l’idéal de pauvreté. Des inventaires exhumés révèlent des programmes iconographiques à la tonalité tridentine, non sans laisser entrevoir quelque inflexion propre (les anges, le Sacré-Coeur, saint François, la Vierge). D’inflexion, il est aussi question à propos du chant liturgique, et la province en est une fois encore le cadre lorsque, dans les années 1670-1680, le renforcement de son unité territoriale s’accompagne de la production de livres normatifs à usage propre, d’un répertoire musical commun, et de l’affirmation d’une même culture chorale, marqueur identitaire s’il en est (F. Guilloux, C. Davy-Rigaux).

En définitive, l’état des lieux est riche, qui se veut « un jalon, et non une borne », et ne peut que stimuler de futures recherches dont les auteurs fixent pour une part l’horizon : les origines et la fin (xixe siècle), l’architecture ou l’apostolat. L’ouvrage cerne avec pertinence la difficulté d’approcher un Ordre aux contours indécis et changeants, hors du monde par définition, mais engagé dans le siècle, conscient lui-même d’avoir à forger au fil du temps l’enseigne de son identité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François-Xavier Carlotti, « Caroline Galland, Fabien Guilloux, Pierre Moracchini (dir.), Les Récollets. En quête d’une identité franciscaine, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Perspectives historiques », 2014, 350 p. », Chrétiens et sociétés, 22 | -1, 284-287.

Référence électronique

François-Xavier Carlotti, « Caroline Galland, Fabien Guilloux, Pierre Moracchini (dir.), Les Récollets. En quête d’une identité franciscaine, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Perspectives historiques », 2014, 350 p. », Chrétiens et sociétés [En ligne], 22 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/3927

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals