Navigation – Plan du site
Articles

Henri Bremond et l’École française de spiritualité

Yves Krumenacker
p. 115-138

Résumé

Henri Bremond a imposé la notion d’école française de spiritualité. Ce faisant, il a mis en valeur un premier xviie siècle, mais uniquement sur le plan spirituel. Il s’intéresse surtout à Bérulle, mais l’expression permet de désigner tout un courant qu’il caractérise comme français, au risque de minimiser tout l’apport étranger aux origines de cette spiritualité. La notion pose aussi des problèmes parce qu’elle unifie des pensées assez diverses, et isole trop la spiritualité des actions humaines.

Promoting the notion of « école française de spiritualité », Henri Bremond highlighted the first half of the 17th century, but only its spirituality. He is especially interested in Berulle. However this notion is useful to characterize a global spiritual current. For Bremond, this current is a French one, but, doing so, he minimized the foreign sources of this spirituality. The notion is also problematic because it unifies quite various thoughts and because it separates too much spirituality from human acts.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce que je me suis efforcé de faire dans L’École Française de Spiritualité. Des mystiques, des fonda (...)

1En 1921, Henri Bremond publie le tome trois de sa monumentale Histoire littéraire du Sentiment religieux (elle compte déjà quatre gros volumes, parus en 1916 et 1920). Ce tome, intitulé sobrement « L’École française », sera un des plus importants du point de vue historique, par les déplacements qu’il opérera dans la vision qu’on avait alors du XVIIe siècle religieux. Mais il suscitera également de nombreuses polémiques et remises en cause. La première, opposant Bremond au curé de Saint-Sulpice, M. Letourneau, n’a plus aujourd’hui qu’un intérêt anecdotique ; il s’agissait de savoir ce qu’il était possible de dire de Jean-Jacques Olier, à une époque où la Compagnie de Saint-Sulpice espérait encore la béatification de son fondateur. Mais les autres controverses ont plus d’intérêt, dans la mesure où elles portent sur le concept même d’« École française ». Depuis Bremond, il n’est plus possible d’écrire sur les auteurs qu’il a étudiés dans ce tome 3 sans l’utiliser, même si c’est pour la contester1.

2Les concepts posent problème à tout historien. Ils sont toujours nécessaires, car sans eux le réel n’est pas intelligible. Mais, enfermant le vivant dans des catégories abstraites et artificielles, ils sont forcément inadéquats. La question est de savoir si l’usage de tel ou tel concept, employé avec précaution, est plus utile que néfaste. Mais, posée ainsi, la question est encore trop générale. Un concept vit, évolue, et les connaissances historiques également sont en perpétuel devenir. Il faut donc introduire une composante temporelle et se demander si un concept qui a pu être utile à un moment donné ne se révèle pas, quelques décennies plus tard, bien encombrant. C’est ce que je vais tenter de faire avec cette notion d’« École française » en évaluant tout d’abord tout l’intérêt de l’expression ; j’en verrai ensuite l’origine, ce qui permettra de la relativiser ; je pourrai ensuite m’attarder sur les problèmes qu’elle pose, ce qui me permettra de m’interroger sur la méthode de Bremond et sur la manière dont on pourrait, aujourd’hui, concevoir une histoire de la spiritualité.

La mise en valeur d’un premier XVIIe siècle

3Le grand intérêt de Bremond, c’est d’avoir transformé notre perception du XVIIe siècle, d’avoir déplacé le centre de gravité de l’histoire religieuse. Ce point a souvent été souligné, ce qui nous permettra d’aller vite ; ce qui ne signifie pas que ce soit mineur. Bremond, aujourd’hui, peut être l’objet de nombreuses critiques et je ne manquerai pas de le faire, abondamment. Mais il n’en reste pas moins que sa lecture est encore indispensable, et qu’il a fait faire à l’histoire religieuse des progrès considérables. Elle ne serait sans doute pas ce qu’elle est actuellement, avec sa périodisation, sans l’Histoire littéraire du sentiment religieux. Les critiques portent sur des points qui ne sont pas tous de détail mais l’essentiel, la place nouvelle qu’il faut donner au premier XVIIe siècle, demeure.

  • 2 Jean Orcibal, Saint-Cyran et le jansénisme, Paris, Seuil, 1961 ; Les Origines du Jansénisme, t. II, (...)

4En effet, aux vides qu’on trouvait entre François de Sales et Port-Royal d’une part, Port-Royal et la fin du siècle (Bossuet, Fénelon, …) d’autre part, Bremond a substitué une « invasion » et une « conquête mystique », il a montré que l’essentiel se joue dans la première moitié du siècle, sous les règnes d’Henri IV et de Louis XIII. Son modèle, il y revient souvent, est Sainte-Beuve. En traitant avec ampleur et génie son sujet, Sainte-Beuve a installé Port-Royal au centre du XVIIe siècle. Bremond a complétement renversé la perspective, au prix, il est vrai, d’une incompréhension du jansénisme. Celui-ci apparaît déchiré entre Port-Royal, qui fait l’objet du tome 4 de l’Histoire littéraire, Saint-Cyran qui devient bérullien (non sans raison, comme l’a montré par la suite Jean Orcibal2), Pascal dont on retient surtout la prière, Nicole, qui est vu avant tout comme l’adversaire des mystiques, etc. Avant lui, se dresse un bloc compact, cohérent : l’École française. Plus largement, entre l’« humanisme dévot » et le second dix-septième siècle se déploient une « invasion » et une « conquête » mystiques assez riches pour fournir la matière de cinq volumes.

5Si, dans l’historiographie religieuse, la première moitié du siècle apparaissait un peu délaissée, c’est sans doute également pour une autre raison : l’importance du modèle de l’histoire politique traditionnelle avec le siècle de Louis XIV, largement privilégié par rapport aux règnes d’Henri IV et de Louis XIII, entrecoupés de régences, marqués par l’assassinat d’un roi et la domination de son successeur par un cardinal-ministre. Louis XIV et Colbert, magnifiés par Lavisse, apparaissent autrement brillants. Ajoutons qu’en littérature également la grande période classique correspond plutôt au second dix-septième siècle. La période qui précède est alors bien moins appréciée.

  • 3 Chez Bloud & Gay ; deuxième édition en 1920.
  • 4 Chez Hachette ; t. 6-2 par J.H. Mariéjol, t. 7 par E. Lavisse.
  • 5 Mourret, p. 232.
  • 6 Ibidem, p. 233.

6Il peut être utile de préciser et de nuancer ce jugement rapide par une plongée dans deux ouvrages d’histoire à peu près contemporains de la grande entreprise de Bremond : du côté ecclésiastique, l’Histoire générale de l’Église, de Fernand Mourret, professeur d’histoire au séminaire de Saint-Sulpice, sulpicien lui-même, dont le tome 6, sur les XVIIe et XVIIIe siècles, est paru en 19143 ; du côté laïc, l’Histoire de France, dirigée par Ernest Lavisse, dont les tomes 6-2 (Henri IV et Louis XIII) et 7 (Louis XIV) sont de 19114. L’ouvrage de Mourret privilégie, au moins par le nombre de pages, le premier dix-septième siècle : 243 pages, contre 168 pour le second (et 247 pages pour le XVIIIe). Mais l’équilibre interne est révélateur : le livre commence par étudier le gouvernement des papes, puis la réforme catholique en Espagne, en Italie et en Allemagne, avant d’aborder les débuts de la renaissance catholique en France (François de Sales et Coton). Vient ensuite la « Renaissance catholique en France. La rénovation du clergé », traitée en 35 pages, dont 4 sur Bérulle et 7 sur Olier ; le fait que le fondateur de Saint-Sulpice ait vécu à cette époque explique sans doute que Mourret accorde tant de place au premier dix-septième siècle. Le chapitre suivant, « Renaissance catholique en France. Les œuvres de charité corporelle et spirituelle », est consacré essentiellement à Vincent de Paul, aux missions intérieures et à la Compagnie du Saint-Sacrement. On retrouve Bérulle dans le chapitre sur « Église et mouvement intellectuel », mais il est vu uniquement comme théologien du sacerdoce, comme « docteur du Sacerdoce universel »5, il est mêlé à Condren, Olier, Vincent de Paul, Thomassin et Bossuet. Olier a droit à une bonne page qui nous dit qu’il « fit faire un pas de plus à cette doctrine »6. Le jansénisme est renvoyé à la deuxième partie de l’ouvrage, sur la deuxième moitié du siècle, mais il est traité assez longuement, en 58 pages.

  • 7 Chez Bloud & Gay, 1924. Le tome 2 couvre le Moyen-Age et les temps modernes.
  • 8 Pour une vision rapide de ces manuels du début du XXe siècle, voir Daniel Moulinet, « Regards sur l (...)

7Le même équilibre apparaît dans le Précis d’Histoire de l’Église écrit par le même Mourret avec son confrère J. Carreyre7 : l’Ancien Régime a droit à 150 pages, dont 16 pour les papes de la première moitié du XVIIe siècle et 18 pour la renaissance catholique en Espagne, Italie, Allemagne et France ; Bérulle et l’Oaratire slemenxfiés par Laise. Lsp;| (8/a>. /p>

  • 79/span> P. 29.

6 Turnins -ous d peécent aersele goand ianuelslaïc,que Mepricent el’Histoire de France<9< Le chapitre sui « Rchesariuet l’Éclise<» m droit à 1vingtpages, dont 1sx-pt de misur les X anisfesation< de la renaissance catholique ea XVIIe siècle ». DI est tuestion edeCondren, Oes fonda ion< da XCanada de Fincent de Paul, Te la rompagnie du Saint-Sacrement.,un peu dussi desBosudocse et m’u

  • 711/span> Ia pVi Spirituallec/em>, dmas b9246 p. 2671
  • 81 JUedessibr de fextes ase rouve Bans lmn , p.. 236-38
  • 81 Cierre dPurrait,LesSacerdoce .Docurinede l’Égole française /em>, Paris, Sloud & Gay, 19231
  • /ul>

    1<0/span> Lapport e Bremond ee se rlimie pas cu pbouleerselent de na cohronlogien; cemme n peru le sessentierd pertierde ces mapide andalyss d’Huvrages Bremond a sgalement decolverntBérulle, mouplutôt aon cmportance déel e. Lehimme nÉptit enteffet,pas intonnau mais in ce bai a cordeit poasne bmportance donsidérables Lehem>Histoire littéraire du sentiment religieux<HTurbamagnia/em><»,mvotués dans le come 6,dépledaégalement de nai . Qund in pearlit de sérulle, mcÉptit eour lvotur le gondateur de S’Oaratire soupl théologien du sacerdoce,; Bemond etteait lneduteurseystiques,renstaratiur du Shéolentresme ,aévotdu SVerb incoaré, cintitiur duune ppiritualité desl’advérentc, intpiriteur de S plusertide soand sihmmas ee l’Époque Cei apidûérabger aes rulpicien phabtué pn lea mvu d patribute un cien mlus toand irôe à u711/sa>Bremond, aenfi, crttarhaela Fpiritualité dacerdocale < la qelles’intéresse t en peiodité cls historres,ecclésiastique,sà un momvement iien mlus trofend à une piritualité de SVerb incoaré,dont 1ele enast pu’un iapecti DSr lc point ,coepeda t ,Bremond a comnauun mchic prrtie l En ore iujourd’hui, poupaiiure, Nombre de phéologien puvde pagseurs qttarue,t forctment la goncept on eboriués da prètre uu’ia ait spopagas d’acole française :ualeaü, cMarcs pSchile beeckx cMartelt, arent" etc. a class="footnotecall" id="bodyftn61" href="#ftn21" 81BO Bremond,intpite ainanement lssez leu dur le cacerdoce, cême siil anHuvlie las de papperer vui la onda ionLesSacerdoce .Docurinede l’Égole française /em>,a class="footnotecall" id="bodyftn61" href="#ftn31" 81

71 remond a cvoulueommence rsaunem>Iistoire dittéraire /em> éla fin dussgurres ee lenigions On re pa ait sai aepriohere siècle,euvdeuMoyen-Age comme i nembl un vvair Deunlintntimun(i nernait utudier lChrtlnsduuOréma pVnlun, esc. ) Mais l’ffet,paoduir sur le cectedu, Ve qans doute ur Bemond aui-même, deru laraît e cfâherx. ML ditn encre scspremier dVIIe siècle et 1a dRnaissance c’est pas iabsnt de naaem>Iistoire dittéraire /em> mais il eaparaît dssez leu .BLs hurres ee lenigions la pLige, pais la rpacfication dpére, par enri IV eont en ore ioins paicent s EC rs , qe c’est pas ie seoisdesBremond, aui pnt ed ee seintéresse rau’ia dentiment religieux< Mais lst -l endisffrentuue sérulle ept ear s sou encfnce duns dn paris,ditge,ur et qu’iu mome soment drançois de Sales eysoit mtudieat :?Aremond eeiu-t-l eas igalement sonus-stiom lamoupue intstara, par enri IV aui p’est pas iseuement le l’ouiresdu poiitique :?AL sécadiessde(18/a>.snt 1ontré pa goncerseio dussgitge,ur tn mébvots la pransformt on dussgurres ee lenigionsen camtroverses la paissance cuune pouvelle qphilosohie rolitique tend m,sur le cruvaoi de S paisonet le setoc,sme. Celp’est pans doute pas cans donsiquintc,sur la dpiritualité.

Aux origines de l’expression
  • 2<8/span> LEtre ten peurHenri Bremond /am>, paris,-L rHaye,Mourtns l1967 p.. 211da href="#ftn2"">(...)

714/span> lus luele concept c’est saexpression e siècle et 1uiil a penséee la sécadiir mais ieabord t’un print de vue hexcus iement iittéraire Il feest pntéresse dssez lnture lement e premier Xariuevuxdjsumtes paint-SJues Suine SL lemagt 1rut -tre un peu dlus tard, Mais il na,un prmps ,dhsiae entre Pe uirituael,a nglas dt drançaise Celp’est pu’en re 16900et 19204du’ei n serait srogrssiovment decarha desl’ai m,sdefaire un eécadie pprfend t des pAnglas Il fonnaissant sBarès cdpuis B6900,ala yat renvcntré psr unemchiafaudge deuparihéoom llors bn restearation mais d’avrès cBlnthes ,coea Fpest pait linépledamment. e nai a class="footnotecall" id="bodyftn2"8"href="#ftn8"">(28/a>. /p>

715/span> Cest sermblr-t-l ,duns dn peuxième memps muiil a prai,ent envcntré pe uirituael,aom ljsumtes EDns dn prticle aes p/m>, d djuinB6900,aeprisecmme ©pliogie le cem>I’Inui cadie eligieuse d/am>,(6901) ql netorqu : l/p> <
    <
  • 2<9/span> Icadies/am>,,djuinB6900,a. 2644,re dem>I’Inui cadie eligieuse /am>, paris, SPrreis l1901 qp 329
  • < <  Aucn cuècle.n’eaDeunrut -tre un dévoton dlus tntnt et 1lus tantdr ua SVerb incoaré,duelcetai aos pérulle et los pondren, Oes f. /p> <
  • 3<0/span> PAdre dBlnthes ,cem>Lenri Bremond /am>,…, po. 2cia./em>, p. 294
  • <
  • 83 Ceté dar émee cGocheot,Lenri Bremond …, pem>Lo. 2cia./em>, p.. 262-1.

716/span> Cest maparanment la gremière mfoi muiil arètr upntpipttantimn e cérulle .SPrt -tre uliu-t-l eecolverntBgéc,s laasbb dHvelli dirrctedu,uirituaeldeupbaron von Hügeldue semondaenvcntrepour la cremière mfoi mtteabvrrioe1899a class="footnotecall" id="bodyftn3"0 href="#ftn1"0 3<0/s>. Lais ll n’en revot sans doute pas cncore la blace auiil aai a tribute alens le cdfoeloperent de na cpiritualité de SVII< ciècle. Ln 19208 ql nricvot sne puvresdent 1’icadie d François de Sales eera ul arécluesu a Soand iplsnuis elent dystiquesdaus louis XIII,: lérulle, mondren, Olier, Vincent de Paul,». Lemondae mbl ue se rntdr uampte du’iasez lard,ovment de d’importance dulérulle,; Bnsmais b9209ql nemandereonsiel e lHvelli

<

717/span> Etre Pe pleinemps m9113<3/s>< Le cproet d’est ponc ias cncore lomutt pait faix :dans le come 6tois ,Bincent de Paul,era uttarhaee lérulle .SC sd rner dixsaraît daavile rs quune ppbauhaele le te bre d9113,où la a grnd siystiques,»,mdu. LemondahsiaerWit -l encore lur leimportance dulérulle,;?Ln 1mai19216 pe treonthes dl nst pecoi m: l Rout laet. II,Iera uonsacré e laacole férulle,-ondren,» et ll nricvot sneblacnen Eix-phapitre s,dien mlus tvgseuluele clacneecfnisuif puis ueil cvpijusu’i lMlesbrntheset Bossuet.; Bl necbterpar un caapitre sui érulle et l’Oaratire a class="footnotecall" id="bodyftn23" href="#ftn535>(35/a>. LDns la merseio ducfnisuie coea domner aun caapitre sui érulle ,un culrlsavoctrine,pn culrl’Oaratire :ie seoet dvaponc ionsadérablesent soasmleficer,driuve aue semonda’a pls cncore lpis, Sn 19146,dtute a dysure oulérulle, Il fonmence paavile rs qar raés er aescaapitre sui ondren, On vvarl n9216 p.useearse s laint-Cyran ,B pMre mAntirntte doe Jsum ,B pL lemagt ; Bl netravail e < lérulle eu’i lertierde ca fin de te bre a class="footnotecall" id="bodyftn23" href="#ftn63" 43< Le c1< Leacême s né ,une lttee é Monbrun d peoisdeslaint-Cyran ,Btilese d’. LDeu erioient -lle ?/p>

718/span> Etthéolre te seolèmesses dssez lfaiee c pèceoudrs Lehxpression SCrrespond nce, t le semprieuredénéraledu Saint-Sulpice dM EIardi; Beur la renve lbele clle aeceignsu aocole fpeuse de Saint-Sulpice » a class="footnotecall" id="bodyftn639"href="#ftn839>(39/s>. Lais ll n’ent pas isûriue semondauitcomnauucesiremier cmployi de l’expression LIlrla pans doute peprise de Sulpicien lLeror ncu, nbn dcntaissaur de S ppiritualité de SVIIe siècle, dvec lui pl nst pe treltion< de .useeaus iurs q né .SC ui-mc nlitilese aotimment. uns dn econtfrentc,se F9212p.ulie ela né auivant,, intituése: l RL sécole de Spiritualité.e siècle ».a class="footnotecall" id="bodyftn4"0 href="#ftn1"0 740/sa, dtcoù li est tuestion ede rutrurs quirituael,ade rVIIe st XVIIIe siècles,Btilese,,paur la rormt on duns ls ruminaire , redu par le lulpicien pae criaoriqns ,ues tedi,t ,dt les ta zris,t , L/p>

719/span> Mts lespreolèmess’ent pas isipaiploe.dPurrquoi,enceffet,,Bremond a -t-l eeprisepécis ment iette dxpression dn poasne baure ;?SC u uonrespond -l e les fhitées eiien ificues,? Li-même,Fpesnpxplique sapide ent : l Rl fvspans dore du’eLaisecics ille fl slementute sq[rançaise s],la sécole dpesnantd,qui aond l’Oobet,da prècent aravail Mais lsnfi, comurinedo moholde,in ce brouve Bren moez Blesiaure s aui prarissaupeoiement.,uspcisfque ent. rançaise CL tasumtesdL lemagt 1ruvait eussi dien mous denir.aaspagne, Irançois de Sales eaatalie et eean OesuBernere sda prays flaande.sérulle, mauchntergre ,ctt trut lnôte ,et londren,,dt lesu dixsciloelaurhn ifue, lacques -Bniegnsuossuet.;.a class="footnotecall" id="bodyftn4"" href="#ftn1"" 741/sa,…cetquiee seru lui la ise raperloexndn pectedu,deautourd’hui, purtout lqund in psit que le fremier Xuvrage,e sérulle,ctt tne badapt ionHAbrhntde S pperfec on dchrtiensn<(42/a> :!Bais lemond e’a pomnauue fremier Xait queavrès colvaen l pans doute pignre le csecnd EI nst pe trélité dreolbles comme l la ise pnt ed r l’exprlcation duiil ainnerlei-même, due le fation a sme.de semond aui-auitcait qreher