Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses

Thierry Keck, Aux sources de la crise progressiste en France : le mouvement « Jeunesse de l'Église » (1936-1955), 557 p., sous la direction du Professeur Étienne Fouilloux, Université Lumière-Lyon 2.

Tangi Cavalin

Texte intégral

Jury : Étienne Fouilloux (Lyon 2), Denis Pelletier (Lyon 2), Émile Poulat (E.H.E.S.S.), Christian Sorrel (Savoie), Yvon Tranvouez (Brest).

1Le candidat débute sa présentation en rappelant quels obstacles préalables il a dû lever pour entamer son enquête : à la suite de François Mauriac qui désignait dans son Bloc-notes, à l'automne 1953, le mouvement Jeunesse de l'Église comme « le grand responsable » de la condamnation romaine, une légende noire s'est forgée autour du mouvement fondé à Lyon en 1936 par le dominicain Maurice Montuclard. Il aurait été le laboratoire d'idées du progressisme français, l'agent plus ou moins conscient de la marxisation des militants chrétiens et des prêtres-ouvriers. Le procès instruit lors de la condamnation de 1953 a laissé des traces sur la recherche historique qui a largement repris à son compte la thèse de l'officine acharnée à dévoyer les plus ardents des missionnaires français.

2À rebours de cette histoire empreinte d'une forte charge polémique, Thierry Keck s'est efforcé de concilier distance critique et connaissance intime du sujet, à partir des archives de Maurice Montuclard, déposées en 1984 à la bibliothèque des Facultés catholiques de Lyon, disponibles sur CD-ROM, et d'autres sources comme les archives du cardinal Gerlier, celles de la province dominicaine de Lyon et le fichier du mouvement au moment de sa dissolution, en 1953, communiqué par Émile Poulat. Une enquête auprès d'une trentaine de témoins est venue appuyer cette documentation. En revanche, les archives du Saint-Office restent inaccessibles, tandis que celles de la Curie généralice de l'ordre dominicain sont vraisemblablement détruites.

3L'objectif fixé était double : présenter autant que faire se peut une « histoire-bataille » fiable jusque dans ces épisodes majeurs qu'ont été la période de la Résistance et celle de la condamnation ; inscrire la trajectoire du mouvement dans une histoire intellectuelle propre à permettre la définition de son positionnement dans l'histoire du catholicisme français. La méthode adoptée a consisté à confronter la recherche du mouvement dans le domaine doctrinal à des moments-clefs. Un plan à la fois chronologique et thématique met en lumière trois périodes :

4 - De 1936 à 1942, Jeunesse de l'Église est saisi par la tentation communautaire sous l'influence de Jacques Maritain et Emmanuel Mounier. Mais, au terme de cette période, si la communauté initiale a su perdurer, elle n'a guère essaimé et Maurice Montuclard, sur lequel repose l'essentiel de l'entreprise, suscite des oppositions au sein de l'Ordre de saint Dominique.

5 - De 1942 à 1949, à Lyon puis à Paris, Jeunesse de l'Église représente un lieu d'approfondissement théologique et d'élaboration doctrinale au rayonnement indéniable ; mais les prises de position en faveur d'un engagement libre des chrétiens dans le mouvement ouvrier rendent complexes les relations avec les autres composantes de la tendance missionnaire du catholicisme français.

6 - De 1949 à 1953, le mouvement répond aux assauts de la hiérarchie par une radicalisation de sa réflexion sur la double fidélité à l'Église et à la classe ouvrière. De mise en garde en condamnation, la hiérarchie épiscopale caresse l'espoir de reprendre le contrôle du courant missionnaire en abattant l'école de pensée supposée du progressisme.

7L'analyse de Thierry Keck apporte un triple éclairage à l'histoire de Jeunesse de l'Église. En premier lieu, le retour sur les origines du mouvement permet d'en spécifier la forme même. Entreprise communautaire, en accord sur ce point avec l'esprit du temps, l'organisation s'inscrivait en même temps dans une démarche critique à l'égard du modèle de l'Action catholique spécialisée, brouillant les distinctions usuelles entre clercs et laïcs, au point de susciter, dès la période la guerre, les réticences de la hiérarchie. Maurice Montuclard ne cherchait-il pas à fonder un ordre religieux en plaçant les uns et les autres sur un pied d'égalité au sein de structures communautaires ? L'approche a le mérite de mettre en avant le caractère d'abord religieux du projet du dominicain, tendu vers une transformation de l'expression de la croyance.

8Un second apport de la thèse est de préciser les modes d'intervention du mouvement et son audience. Prônant pour ses membres un engagement dans les luttes sociales sous la forme du témoignage silencieux, Jeunesse de l'Église intervient plus directement au travers de publications. Les Cahiers, dont le premier est publié en 1942, sont diffusés à 3000 exemplaires, parfois davantage. Leur influence est cependant supérieure à ce modeste tirage grâce à une diffusion dans les bibliothèques des séminaires, à des lectures dans les réfectoires des couvents… Il reste que le lectorat, cultivé et urbain, est loin de réaliser la réconciliation de l'Église et des ouvriers à laquelle aspirait Maurice Montuclard. C'est une des principales limites de l'entreprise.

9Thierry Keck précise la nature du progressisme de Jeunesse de l'Église. Il ne peut être assimilé à un compagnonnage de route avec le Parti communiste, en dépit de contacts individuels, mais il repose sur un effort de rénovation religieuse visant à forger une théologie de l'action et de la présence aux enjeux du temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tangi Cavalin, « Thierry Keck, Aux sources de la crise progressiste en France : le mouvement « Jeunesse de l'Église » (1936-1955), 557 p., sous la direction du Professeur Étienne Fouilloux, Université Lumière-Lyon 2.  », Chrétiens et sociétés [En ligne], 9 | 2002, mis en ligne le 27 mai 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/4022

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals