Navigation – Plan du site
Articles

Sur le tableau de Maurice Denis : La Dignité du travail
(Genève, 1931)

Bernard Delpal

Notes de l’auteur

L’auteur tient à remercier tout spécialement M. Remo Becci, directeur des Archives de l’O.I.T. et Mme F. Rolian, responsable de la documentation. Sans leur autorisation et leur aide, ces documents n’auraient pu être utilisés et publiés.

Texte intégral

1Le 8 juin 1931, depuis son siège d’Utrecht, le service de presse de la Confédération Internationale des Syndicats Chrétiens envoyait le message suivant aux agences :

  • 1 Communiqué de presse de la Confédération internationale des syndicats chrétiens du 8 juin 1931, Arc (...)

« La Confédération (...) et les Unions Internationales chrétiennes des métiers ont offert au Bureau International du Travail un tableau qui vient d’être placé dans le vestibule du Bureau à Genève. Le tableau, qui mesure 6 m sur 3 m, représente le Christ dans l’atelier de Nazareth, ayant déposé les outils de son travail et parlant à un groupe de travailleurs habillés de vêtements de travail modernes. L’idée maîtresse de cette oeuvre artistique, due au pinceau du maître français M. Maurice Denis, est de montrer « La Dignité du travail » que le Christ a voulu sanctifier pour toujours par Son divin exemple. Par ce geste, le mouvement syndical chrétien a voulu marquer son attachement inébranlable aux principes et aux buts de l’Organisation Internationale du Travail 1 ».

2Le lendemain 9 juin, en présence d’Albert Thomas, directeur du Bureau International du Travail (ou B.I.T.) et des délégués des quarante pays qui participent à la 15e session de la Conférence annuelle de l’O.I.T., et devant de très nombreux journalistes et photographes, la composition de Maurice Denis est inaugurée solennellement. La cérémonie se déroule à l’entresol de l’escalier d’honneur du bâtiment de l’Organisation Internationale du Travail (O.I.T.) et siège de son organe permanent, le B.I.T. L’immeuble, achevé et inauguré cinq ans plus tôt, se situe sur la rive droite du lac Léman, à l’entrée de l’agglomération genevoise lorsque l’on vient de Coppet ou de Lausanne.

3Cette année-là, les travaux de la Conférence annuelle du Travail (du 28 mai au 18 juin) sont essentiellement consacrés aux développements de la crise mondiale et aux moyens à opposer au déferlement du chômage. Le climat est tendu, même à Genève, et il faut tout le talent d’Albert Thomas pour maintenir la cohésion de l’O.I.T. face aux égoïsmes nationaux et aux affrontements idéologiques qu’ils suscitent. Comment expliquer, dans ces conditions, que la Conférence s’interrompe le temps d’inaugurer une oeuvre dont le sujet est très ouvertement chrétien ? Dont l’auteur ne cache pas ses convictions et son engagement en faveur d’une reconstruction chrétienne de la société ? Dont le donateur, la Confédération Internationale des Syndicats Chrétiens (C.I.S.C.), peine à se faire reconnaître par les syndicats non-chrétiens et admettre dans les instances de l’O.I.T. ? Comment expliquer que l’O.I.T. À pu accepter ce don sans froisser les consciences non-chrétiennes, et la susceptibilité de la puissante Fédération Syndicale Internationale (dite d’Amsterdam), souvent prompte à dénoncer « l’Internationale d’Utrecht » ?

  • 2 Texte officiel de Quadragesimo anno (ou Q.A.) dans A.A.S. XXIII, 1931, 6, pp. 177-228 et texte fran (...)

4Pour répondre, il est nécessaire d’approfondir le contexte dans lequel s’inscrivent l’appel à Maurice Denis et la commande qui lui est faite en 1929 par la C.I.S.C. Ce contexte est marqué par l’enjeu que représente la perspective d’une internationalisation de l’Organisation du travail. Entre la création de l’O.I.T. (1919) et les années 1925-1926, rivalités et enthousiasmes alternent, tandis que les États, les syndicats, les forces morales et religieuses mesurent progressivement que la négociation et le droit peuvent devenir de puissants moyens d’action, sans renoncer cependant à la compétition et à la surenchère. Puis, de 1926 à 1931, sans que s’apaisent tous les affrontements (souvent attisés par l’absence active des États-Unis et de l’URSS), des convergences se mettent en place entre les principaux protagonistes. Les rapprochements sont facilités par l’action et le prestige personnels d’Albert Thomas, les alliances de rejet que suscitent les délégués de l’Italie fasciste, et surtout par l’émergence du syndicalisme chrétien. Au fur et à mesure que recule le monopole détenu à Genève par l’Internationale syndicale et socialiste (d’où vient Albert Thomas et où brille Léon Jouhaux à l’époque), ceux qui représentent le monde du travail sont de plus en plus attentifs aux thèses et aux interventions des chrétiens, catholiques ou protestants, et découvrent à quel point les valeurs chrétiennes ont nourri les textes fondateurs de l’O.I.T. Ce cheminement contribue à renforcer considérablement l’audience et l’influence de l’encyclique Quadragesimo anno dans laquelle Pie XI, tout en reprenant l’idée selon laquelle Rerum novarum fonde la doctrine sociale de l’Église, cherche à montrer que son enseignement n’a pas vieilli et continue à éclairer la pensée et l’action quarante ans plus tard2.

Fig. 1. Palais de l’O.I.T. lors de son inauguration en 1926, Genève, rive droite du lac Léman

(cliché Arch-ILO)

  • 3 Conférence Internationale du Travail, Quinzième session, Compte rendu des travaux, B.I.T., Genève, (...)

5Si bien qu’en mai 1931, quand s’ouvre la Conférence annuelle de l’O.I.T., quelques jours après la publication de Quadragesimo anno, de nombreux délégués se réfèrent au texte, autant dans les rangs des syndicats chrétiens allemands, autrichiens, français et polonais que parmi les adhérents aux syndicats ouvriers affiliés à l’Internationale d’Amsterdam, comme le Français Léon Jouhaux ou le Belge Mertens, suivant d’ailleurs en cela l’exemple d’Albert Thomas lui-même qui a souligné, l’un des premiers, l’importance de l’encyclique3.

6D’un côté, cette convergence entre les deux syndicalismes, représentant des conceptions à la fois divergentes et dominantes, éclaire le processus qui aboutit à la réalisation du tableau sur la Dignité du travail ; et, de façon symétrique, l’étude des conditions dans lesquelles l’artiste a été sollicité, le rappel des négociations et controverses (souvent très vives) qui ont accompagné le choix du sujet, des interventions qui ont ponctué sa réalisation, tout cela contribue à mieux connaître et analyser les grands débats qui traversent l’O.I.T. et qui reflètent les enjeux internationaux de ces années vingt-trente. Enfin, l’accueil de l’oeuvre, les commentaires qu’elle suscite, sa postérité, l’attachement que lui manifestent des personnalités éminentes sur les plans religieux, moral, syndical et philosophique suggèrent de s’interroger sur les influences réciproques qui se sont exercées entre les milieux chrétiens (ou confessionnels) et les milieux définis par d’autres critères que la foi et la pratique religieuse et qui se caractérisent par un militantisme a priori très éloigné de l’engagement social des chrétiens. Autrement dit, sur les points de friction mais aussi de convergence qui ont pu apparaître entre les deux internationalismes, l’un marqué par la pensée socialiste, l’autre par le christianisme.

L’O.I.T. : origines, mission, évolution.

7Plusieurs courants et plusieurs familles de pensée revendiquent la paternité de cette organisation internationale. Pour les présenter et évoquer succinctement cette question des origines, il est commode de distinguer la période qui précède immédiatement la Première Guerre mondiale, puis la préparation des traités de paix, enfin la mise en place de l’Organisation du travail. Trois courants principaux peuvent être retenus : le courant syndical socialiste, le courant juridique et philanthropique, le courant chrétien.

  • 4 Sources : Handbook of International Organisations, Geneva, 1925, Publications of the League of Nati (...)

8C’est à Copenhague, en 1901, que s’est constitué et établi le Bureau International des Fédérations syndicales. Le premier secrétaire en est Carl Legien. Au moment où éclate la guerre, le siège de l’organisation se trouve à Berlin. L’unité syndicale ne résiste pas au conflit, malgré la tenue d’une réunion à Leeds (5 juillet 1916, en présence d’une délégation de l’American Federation of Labor) et une tentative de reconstitution en Suisse (mars 1917). À Londres, en septembre 1917, se tient une conférence des centrales syndicales des pays de l’Entente. Elle rédige une résolution qui fixe comme priorité au mouvement syndical la reconstruction de la paix sur des bases nouvelles et justes. De leur côté, à Stockholm, les délégués des pays de l’Europe centrale et scandinave tiennent une conférence qui aboutit à une résolution semblable. Faisant suite à la conférence de septembre 1917, une nouvelle conférence se réunit à Londres le 22 février 1918. Un mémorandum définit les conditions propres à fonder une paix générale et durable. Pour le remettre à la future conférence de paix, une commission de trois membres est désignée, composée de Albert Thomas (France), Henderson (Grande-Bretagne) et Émile Vanderwelde (Belgique). L’année suivante, l’organisation syndicale socialiste et internationale se reconstitue. Elle prend le nom de Fédération syndicale internationale (F.S.I.) et choisit de fixer son siège d’abord à Amsterdam (d’où son surnom d’Internationale d’Amsterdam), de 1919 à 1930, puis à Berlin (jusqu’en 1933), et Paris (jusqu’en 1940). La F.S.I. ne réussit pas à fédérer toutes les organisations de son courant. Lui échappent l’A.F.L., en raison de l’isolationnisme américain à partir de 1920, et le syndicalisme communiste (qui est à l’origine, en 1921, de la Red International of Labour Unions, ou PROFINTERN)4.

  • 5 Sur sa place dans les origines de l’O.I.T., Nicolas Valticos, Droit international du travail, Dallo (...)
  • 6 Archives de l’O.I.T. (désormais : ILO-Arch.), CAT-7-324-dossiers personnels.

9Le courant philanthropique et juridique se fait connaître au grand public quand se constitue à Bâle, les 27-28 septembre 1901, l’Association Internationale pour la protection légale des travailleurs. Parmi les participants-fondateurs, on note les noms des Français Justin Godart et Arthur Fontaine, de Werner Sombart (Empire allemand), de Mgr Nolens, prélat catholique hollandais. Cette association, qui tient plusieurs conférences en Suisse (Berne, Genève) jusqu’à la Première Guerre, se donne pour tâche de s’appuyer sur le droit et l’action diplomatique pour bâtir une organisation et une législation du travail de dimension universelle5. Pendant la guerre, certains de ses membres continuent à agir à l’intérieur de leur pays, puisque les rencontres internationales sont devenues très difficiles. C’est ainsi que Justin Godart obtient de la Chambre la création d’une Commission parlementaire du Travail. Des travaux de cette dernière émergent des principes à inscrire dans les futurs traités sous l’appellation « clauses ouvrières des traités de paix »6

  • 7 Notamment lors de la première Conférence internationale chrétienne, réunie à Cologne en septembre 1 (...)

10Enfin, le courant chrétien trouve ses origines chez Lacordaire, Ozanam, Mgr Ketteler. Il est activé par l’Union de Fribourg et son président, Mgr Mermillod, puis par l’initiative du Suisse Caspar Decurtins, en 1887 : il obtient du Conseil fédéral la convocation d’une conférence diplomatique sur les questions du travail ouverte à toutes les confessions. Celle-ci se tient en 1890, à Berlin, et Léon XIII, engagé dans la préparation de Rerum novarum, s’y fait représenter par le prince-évêque de Breslau, Mgr Kopp. À partir de l’année suivante, du côté catholique du moins, la référence à Rerum novarum s’impose progressivement dans les débats et les actions qui concernent le monde ouvrier7. L’Union catholique internationale (« pour les conventions internationales »), qui s’appuie sur les premiers syndicats chrétiens fondés en Europe au début XXe siècle et sur les Chevaliers du Travail (États-Unis), se réunit à Zurich en février 1917. Il en résulte un memorandum construit autour de deux revendications principales : la création d’un système complet d’assurances sociales, la mise en place d’une législation internationale du travail. Dans leur argumentation, les auteurs citent Léon XIII et sa grande intuition, celle de la nécessaire dimension universelle de toute législation :

  • 8 J.T. Shotwell, The origins of the International Labor Organization, New-York; Columbia University P (...)

« Il est évident que la protection donnée au travail des ouvriers serait très imparfaite si elle l’était par des lois différentes, que chaque peuple élaborerait pour son compte »8.

  • 9 Sur les rôles respectifs de Jules Zirnheld et de Gaston Tessier dans la formation de la C.F.T.C., y (...)
  • 10 Le siège est fixé à Utrecht. Président, Josef Scherrer (Suisse, protestant), vice-présidents Bernha (...)

11En France et en Belgique, où le syndicalisme chrétien s’est beaucoup développé depuis la fin du XIXe siècle, la conviction se forme selon laquelle le monde du travail doit peser sur la reconstruction de la paix et se faire représenter au sein de la conférence qui suivra l’armistice. Tel est le sens de la motion adoptée au Havre lors du congrès des Unions professionnelles chrétiennes libres de Belgique, au mois de juin 1918. L’idée est reprise les 1er et 2 novembre 1919, lors du premier congrès de la C.F.T.C. naissante, Jules Zirnheld étant président et Gaston Tessier, secrétaire général9. Ces positions se renforcent encore l’année suivante lorsque se constitue, le 19 juin 1920, à La Haye, la Confédération Internationale des Syndicats Chrétiens (C.I.S.C.)10

  • 11 Parmi eux, citons quelques personnalités qui vont jouer un rôle de premier plan dans la future O.I. (...)

12Ces hommes et ces organisations pèsent de toutes leurs forces sur les travaux de la Conférence de paix ainsi que sur leurs prolongements diplomatiques. Premier succès : le 18 janvier 1919, la Conférence met en place à Paris la Commission de législation internationale du travail, composée de quinze membres11, et chargée de présenter des propositions en vue de créer un organe permanent dans le sens des résolutions adoptées à Leeds, en juillet 1916. Le 24 mars 1919, la Commission remet son rapport. Deux initiatives sont à retenir. La première consiste à préconiser la création d’un organe international permanent pour l’organisation du travail. La seconde présente des principes directeurs ou normes de fonctionnement, à considérer comme les futures clauses d’adhésion des États.

  • 12 Voir le texte de ce Préambule en annexe. La Partie XIII du Traité de Versailles figure également da (...)

13On retrouve ces propositions dans le texte même du Traité de Paix de Versailles, d’abord avec les articles 387 à 426 (mise en place de l’Organisation Internationale du Travail, règles de fonctionnement), puis dans l’article 427, appelé improprement « Charte du Travail » parce qu’il fournit les principes généraux de l’O.I.T. Sa création proprement dite est contenue dans le Préambule de la Partie XIII du Traité. Deux constatations y sont énoncées : la première, c’est que les conditions de travail ne répondent pas à la justice ; la seconde, que seule une organisation internationale peut y mettre fin. Le reste - principes, organes et modalités du fonctionnement - en découle12.

14Véritable « Parlement international du travail et des travailleurs » (Léon Jouhaux), l’O.I.T. fonctionne au rythme de ses conférences annuelles, grâce à un organe permanent, le Bureau International du Travail (B.I.T.) et grâce, enfin, à un Conseil d’administration. L’originalité de l’institution est double. Elle tient, d’une part, à la représentation tripartite des États membres, ensuite au système très souple des conventions et des recommandations, instruments juridiques auxquels les États sont ensuite invités à conformer leur législation interne. L’O.I.T. n’est pas un organe supranational. Ni en 1919, ni même en 1945, les membres n’auraient accepté de se dessaisir d’une part de leur souveraineté. La représentation tripartite consiste à donner quatre sièges à chaque État lors de la Conférence internationale du travail (annuelle, durant laquelle s’élaborent les règlements, les textes et résolutions), ainsi répartis : deux délégués du gouvernement, un délégué pour le patronat un délégué pour les travailleurs, chaque délégation pouvant se faire accompagner de conseillers et experts.

  • 13 Il s’agit du secrétaire américain du Travail, William Bauchop Wilson, premier secrétaire du Travail (...)
  • 14 Ce sont les Anglo-saxons qui assurent son élection, sur sa promesse de s’adjoindre le Britannique H (...)
  • 15 Sa conception de l’économie et du contrôle que le capitalisme doit accepter lui vaut d’être sévèrem (...)
  • 16 En octobre 1919, la S.D.N. n’est pas encore en place sur le plan juridique. L’O.I.T. est donc créée (...)

15Lors de la première conférence de l’O.I.T., à Washington (29 octobre-29 novembre), présidée par William B. Wilson13, est élu le directeur du B.I.T. : les délégués des 32 pays présents (dont 20 sont européens) choisissent Albert Thomas (bien qu’il ne fût pas présent à Washington14), notamment en raison de son attachement bien connu au principe de la représentation tripartite15. Pour lui, comme pour tous ceux qui approuvent l’esprit du Traité de Versailles, cette clause, sans abolir les divergences d’intérêts entre les ouvriers, les patrons et les représentants des gouvernements, préconise la discussion, la négociation et incite tous les délégués à oeuvrer dans le même sens quand les principes de la future S.D.N. sont menacés dans le monde16. Car la finalité de l’O.I.T., est double :

  • 17 William B. Wilson, président de la conférence, ibid., p. 7. Le principal point de l’ordre du jour e (...)

« Dans le domaine de l’organisation du travail, passer du chaos où nous sommes plongés aujourd’hui à la justice, l’harmonie, la félicité universelles que nous rêvons (...) nous nous préoccuperons de rendre impossibles les guerres dans l’avenir »17.

16Il est donc entendu que les classes et catégories sociales, sans disparaître, ne peuvent continuer à se combattre devant l’immensité de la tâche de justice à accomplir et leur responsabilité commune dans la préservation de la paix. Ce double idéal s’exprime à travers la devise officielle de l’O.I.T. : « Si vis pacem, cole justitiam », détournement de la formule latine chère aux bellicistes.

17Le tripartisme, qu’Albert Thomas défend avec autant de conviction que d’acharnement jusqu’à sa disparition en 1932, a dérouté nombre de militants venus de la gauche syndicale et socialiste. La C.G.T., représentée à Washington par Léon Jouhaux, se montre inquiète de l’alliance possible entre le délégué patronal et le délégué ouvrier s’il n’appartient pas ... à la C.G.T. Aussi les syndicats de la F.S.I., sans remettre ouvertement en cause le tripartisme, tentent-ils de le dénaturer en le privant de l’un de ses ressorts, le pluralisme syndical, aussi bien chez les patrons que chez les ouvriers. Le résultat, c’est que périodiquement, à l’ouverture de la conférence annuelle, les syndicats « libres » et les syndicats chrétiens protestent contre le monopole exercé à l’O.I.T. par l’Internationale d’Amsterdam et sa prétention de vouloir, seule, représenter le monde des travailleurs. Dès la première conférence, à Washington, les représentants de la C.F.T.C. protestent contre l’omnipotence de la C.G.T. et présentent une réclamation au ministre du Travail et au B.I.T. Cette réclamation est rejetée à Washington :

  • 18 Compte rendu de la 1ère Conférence internationale du Travail, Washington, 1919, Appendice, vol. 2, (...)

« La Confédération Générale du Travail comprend au moins 1.500.000 membres ... la Confédération des Ouvriers chrétiens en comprend au plus 75.000 (...) Il n’y a pas de doute que la Confédération Générale du Travail est l’organisation la plus représentative des ouvriers français »18.

18Aussi l’Internationale d’Amsterdam, confortée par sa prépondérance numérique dans les principaux pays industriels, renforcée par le départ des délégués américains consécutif au refus du Sénat de ratifier les traités de paix, adopte-t-elle une stratégie de défiance vis-à-vis des syndicats chrétiens de la C.I.S.C., périodiquement radicalisée quand elle subit elle-même les critiques venues de l’extrême-gauche politique ou syndicale, très sévère contre l’O.I.T. et l’action d’Albert Thomas, surtout quand il défend le principe du tripartisme, évidemment inconciliable avec une stratégie dure de la lutte des classes.

  • 19 Lors de la deuxième Conférence internationale, à Gênes, Albert Thomas fait adopter la ville de Genè (...)
  • 20 Le 19 mai 1925, le service de presse du directeur proteste ainsi dans son communiqué : “La Directio (...)

19Le directeur du B.I.T. se trouve donc en position fréquemment difficile, soumis aux critiques de la gauche dure, pressé par le syndicalisme chrétien en plein essor à partir de 1920 de lui permettre d’agir à Genève19. Pour les uns, il trahit la classe ouvrière. Pour les autres, il est « l’homme d’Amsterdam ». Il s’en défend, mais doit compter avec la puissante F.S.I.20

  • 21 Lettre de J. Oudegeest à Albert Thomas, 23 déc. 1925, ILO-Arch., New Building Gift, ADM-102-01-1690 (...)

20Celle-ci, sûre d’incarner « l’esprit O.I.T. », cherche un moyen de faire reconnaître son rôle dans l’organisation internationale. En 1925, le Secrétariat général, à Amsterdam, informé de la construction du bâtiment de l’O.I.T., sur les bords du Lac Léman, décide de donner une contribution significative au programme iconographique et décoratif qui se met en place au fur et à mesure que le chantier progresse. Le 23 décembre, son secrétaire général, J. Oudegeest, très lié personnellement à Albert Thomas, lui annonce que la F.S.I. désire offrir un grand panneau de céramique de Delft, de 4,87 m sur 3,42 m, composé de quelque 2000 carreaux et représentant le texte du Préambule de la Partie XIII du Traité de Versailles, en quatre langues. À son « cher Thomas », le secrétaire de la F.S.I. rappelle au passage que « ...l’Internationale socialiste et ouvrière a joué un rôle décisif, en 1919, dans la rédaction de ce texte », issu presque entièrement d’une motion adoptée à Berne en février 191921. La réalisation de ce grand panneau se poursuit tout au long de l’année 1926. Les carreaux sont expédiés à Genève et posés en 1927, au premier étage du bâtiment, à un point de passage central et obligé. Ainsi, la F.S.I. obtenait-elle une sorte de reconnaissance l’année qui suivait l’inauguration officielle de l’immeuble, en affirmant sa suprématie au coeur même de l’Organisation.

21

Fig. 2. Allégorie centrale (détail du panneau de Delft ; voir l’ensemble fig. 3) intitulée : La construction de l’avenir.

22L’habileté de Thomas, d’un côté, la ténacité des syndicats chrétiens, de l’autre, ont réussi, dans le même temps, à développer de fortes convergences entre les deux internationales et offrir une sorte de compensation à la C.I.S.C.

De l’émergence des syndicats chrétiens à l’acceptation du pluralisme

23De plus en plus ouvertement à partir de 1926, le B.I.T., sous l’impulsion d’Albert Thomas, encourage les représentants syndicaux chrétiens à intervenir dans le fonctionnement de l’O.I.T. et à soutenir son action et ses programmes sur le plan international. Trois étapes paraissent décisives : l’arrivée d’un jésuite, le père André Arnou, dans l’entourage immédiat du directeur ; le rapport que présente ce dernier à la Conférence annuelle de 1927 ; le discours qu’il vient prononcer à Munich, en 1928, devant les délégués de la C.I.S.C.

  • 22 Leurs premiers contacts personnels se produisent quand Thomas, fâché de voir Tessier écarté de la d (...)

24C’est Gaston Tessier qui, le premier des grands militants syndicalistes chrétiens, donne l’idée au directeur du B.I.T. de s’appuyer sur le réseau syndical chrétien, puis sur les Églises, pour faire connaître l’O.I.T. à de nouveaux pays, à de nouveaux continents, toucher les opinions publiques, peser sur les gouvernements pour qu’ils ratifient les engagements pris à Genève (par exemple pour lutter contre l’esclavage, le travail des enfants, des femmes la nuit, pour faire ratifier la journée de huit heures...)22. Il y est également poussé par le délégué du gouvernement néerlandais, Mgr Nolens, prélat catholique, une personnalité fondatrice de l’O.I.T. et très écoutée depuis 1919 jusqu’à sa disparition, en 1931. Persuadé que le Vatican devait s’intéresser de près à l’O.I.T., il poussait également l’Organisation à établir des relations suivies avec Rome, moins pour réduire l’influence de la F.S.I. que pour rapprocher l’action de l’O.I.T. de ce qu’il affirmait être sa source, le christianisme. Pour Mgr Nolens, la véritable origine du Préambule, sorte de Table de la loi de l’Organisation, devait être recherchée du côté de l’Évangile. En 1921, il transmet à Rome la demande qui émane du B.I.T. et qui vise à associer le Vatican, selon des modalités à définir, aux travaux de la Conférence de Gênes. Albert Thomas, lorsqu’ils ont ensemble évoqué la possibilité de poster à l’O.I.T. un représentant de l’Église, lui aurait déclaré :

  • 23 Sur la nécessité d’intéresser le Vatican à l’action internationale de l’O.I.T., et sur ses échanges (...)

25« Vous croyiez que je badinais. Ce n’est pas le cas ...je serais très heureux si notre Bureau et nos conférences pouvaient venir en relation avec le Vatican et en avoir la collaboration morale »23.

  • 24 Le Père Arnou reste en fonction jusqu’en 1932 et quitte Genève quelques semaines avant la mort d’Al (...)

26Aussi, quand Gaston Tessier revient sur cette question, Albert Thomas décide-t-il, en 1926, de créer la fonction de « conseiller spécial pour les affaires religieuses auprès du directeur », et, sur les conseils du secrétaire général de la C.F.T.C., fait appel à un jésuite formé à l’Action populaire, le Père André Arnou, « un prêtre de la Compagnie très au fait des questions théologiques et sociales, pour servir de lien entre le Bureau et l’Église »24. Comme le souhaitaient les protagonistes, cette fonction a fortement contribué à créer ou renforcer les relations avec les Églises, avec les syndicats chrétiens, avec les organisations ou manifestations que le travail du B.I.T. pouvait intéresser, comme par exemple la J.O.C. ou les Semaines sociales.

27Il a fallu certainement beaucoup de courage et de détermination à Albert Thomas, ancien rédacteur de la Revue socialiste, pour installer un jésuite tout près de lui, l’année même où, dans son pays, plusieurs de ses amis politiques rêvent de renouer avec l’anticléricalisme d’avant-guerre. Mais sans hésiter, et fortement soutenu à Genève, dans le rapport qu’il présente à la Conférence de 1927, 10e session et premier grand bilan de l’O.I.T., il réserve deux très longs développements aux liens qui se sont tissés entre l’O.I.T. et les Églises (§ 85), puis établis avec les syndicats chrétiens (§ 94). Du côté catholique, le directeur a trouvé un soutien efficace dans de nombreux articles de la Civiltà cattolica, en particulier quand elle souligne la parenté spirituelle qui existe entre Rerum novarum et le Préambule de la Partie XIII, ou bien quand elle incite la Caritas ou les Semaines sociales à relayer les campagnes de l’O.I.T. en Europe et sur les autres continents.

  • 25 Sur le rôle précoce et essentiel de Daniel Le Grand, voir Raymond Weiss, Un précurseur de la législ (...)
  • 26 Texte final : La Conférence universelle du christianisme pratique, Stockholm, 19-29 août 1925, Sain (...)
  • 27 L’année suivante, Albert Thomas insiste et souligne à nouveau “ ...l’identité profonde des conclusi (...)
  • 28 Il faut mentionner ici la Y.M.C.A., organisation mondiale comportant une branche masculine et une b (...)
  • 29 ILO-Arch., P. 156, dossier personnel de Georges Thélin à l’O.I.T., 1920-1940.

28Le rapporteur ne se borne pas au catholicisme. Il rappelle que la premier à concevoir un véritable système de droit international capable de se substituer à la philanthropie fut un protestant, le patron d’industrie Daniel Le Grand, comparable à Robert Owen ou Louis-René Villermé25. Dans le prolongement des appels lancés par Le Grand, Albert Thomas situe la Conférence universelle du Christianisme pratique (Life and Work) réunie en 1925 à Stockholm26, de laquelle est sorti l’Institut international de christianisme social, représenté à Genève par un délégué permanent27. Le protestantisme est également actif et présent à travers les Unions chrétiennes de Jeunes Gens et de Jeunes Filles, fortement implantées en Suisse et aux États-Unis28. Les jeunes filles, lors du Congrès de 1926, ont incité le B.I.T. à renforcer son action dans le monde du travail féminin, y compris dans les pays soumis à la domination coloniale. Signalons, dans le prolongement de ces indications, une initiative intéressante quelque temps plus tard. Pour coordonner les initiatives du christianisme pratique et celles de son organisation, Albert Thomas charge Georges Thélin, médecin, fonctionnaire permanent du B.I.T., d’abord en charge des éditions internes, de développer, à partir de 1929, des relations étroites avec Life and Work, avec le Comité de suivi de Stockholm, les organisation sociales protestantes en général, le C.I.C.R., les Y.M.C.A., et, de façon plus large encore « ...with all the social organisations, such as the Salvation Army, or for the protection of children ». Jusqu’en 1940, le docteur Thélin exerce une fonction qui, sans atteindre un niveau comparable à celle du « conseiller spécial », réservé au jésuite de l’Action populaire, l’occupe à plein temps et procure à l’O.I.T. de puissants moyens d’intervention et d’information, notamment en Amérique du nord29.

29Mais revenons au rapport de la Conférence de 1927. Le directeur conclut, sans doute en direction de ses amis socialistes :

  • 30 Conférence internationale du Travail, Dixième session, Genève, S.D.N., 1927, vol. 2 : Rapport du Di (...)

« Oserons-nous dire que nous avons été heureux d’utiliser parfois l’influence politique dont jouissent les syndicats chrétiens ? (...) Si leurs effectifs ne sont pas aussi considérables que ceux des syndicats affiliés à la Fédération d’Amsterdam, ils savent discrètement et fermement défendre leurs idées auprès de nombreux partis politiques et de gouvernements »30.

  • 31 En 1930, la C.I.S.C. compte 14 confédérations nationales (correspondant à 11 pays) et 15 Fédération (...)

30Cette mise au point devait faire reculer le préjugé très répandu dans les syndicats de la F.S.I. selon lequel les chrétiens avaient partie liée avec les gouvernements et les patrons. Le secrétaire général de la C.I.S.C., Petrus Josephus. Serrarens, ne cache pas sa satisfaction. Il connaît Albert Thomas de longue date et il a suivi avec attention, depuis Washington, ses efforts pour surmonter les divergences entre délégués ouvriers, d’abord, puis entre les délégués ouvriers et ceux des gouvernements et du patronat. Serrarens, membre du Comité de la Fédération catholique romaine des Pays-Bas, avant de devenir secrétaire général de « l’Internationale d’Utrecht », a été à plusieurs reprises expert ou conseiller ouvrier pour les Pays-Bas à la Conférence internationale du Travail et, sur intervention de Albert Thomas, expert à la Conférence économique internationale de Genève, en mai 1927. L’année suivante, lors de la onzième session de la Conférence du Travail, il définit la position internationale des chrétiens dans deux situations, face aux délégués patronaux et face aux syndicats de la F.S.I. Vis-à-vis des premiers, en citant don Luigi Sturzo et en s’appuyant sur saint Thomas d’Aquin, il affirme : « Paix industrielle ? Oui ! Collaboration ? Oui ! Mais je fais miennes les paroles de Don Sturzo : « Nous collaborerons debout, et non pas à genoux » ». Quant aux rapports avec les syndicats socialistes, ils doivent être fondés sur le respect mutuel, et non sur des rapports de force dictés par la loi du nombre31. Se tournant vers Jouhaux :

  • 32 Conférence internationale du Travail, Onzième session, Compte Rendu Provisoire, Genève, S.D.N., 192 (...)

« Nous avons protesté comme vous (...) contre toute atteinte à la liberté syndicale. Nous rejetons comme vous le joug du fascisme aussi bien que celui du bolchevisme (...) Mais nous exigeons que nos syndicats chrétiens soient traités sur un pied d’égalité avec les vôtres (...) Je dois vous dire que les syndicalistes chrétiens ne pensent pas à accepter un rôle de Cendrillon » 32

  • 33 Selon Zirnheld, le congrès est marqué par trois événements majeurs : J. Scherrer laisse la place à (...)

31La déception est tempérée par l’engagement de plus en plus marqué d’Albert Thomas en faveur d’une reconnaissance plus effective du rôle indispensable des chrétiens et de l’apport fondamental du message évangélique. Aussi est-il invité à prendre la parole au congrès annuel de la C.I.S.C. à Munich, en 1928. Ce congrès revêt une grande importance pour les chrétiens, car, après les années de guerre, les années d’affrontement (1919-1926), les syndicats allemands et français se sont engagés dans un rapprochement qui implique l’abandon progressif des positions nationalistes antérieures. Munich est donc le congrès de l’apaisement, du côté chrétien, une étape célébrée très joyeusement, avec un soulagement évident chez les participants, à se fier à Jules Zirnheld33. De surcroît, il ouvre une période qui coïncide avec le raffermissement de la C.I.S.C. à l’extérieur, face à l’Internationale d’Amsterdam et à l’intérieur de l’O.I.T. Le rôle du directeur du B.I.T. n’y est pas étranger. Albert Thomas prononce un « puissant discours ...applaudi par les délégués venus du monde entier ». Voici l’un des passages retenu par Serrarens dans ses souvenirs :

  • 34 « Albert Thomas et le syndicalisme chrétien », témoignage de Petrus Josephus Serrarens dans : Un gr (...)

« Les syndicats chrétiens ont montré depuis des années combien efficacement, positivement, dans de nombreux pays, ils pouvaient nous aider : qu’ils continuent ! Mais ce que je veux leur demander surtout, c’est d’affirmer hautement et pleinement l’idéal qui attire vers eux des foules nombreuses et croyantes »34.

32Cette recommandation a été entendue par Serrarens et les siens. Quelques mois plus tard, ils se concertaient pour réfléchir à un don de la C.I.S.C. au bâtiment de l’O.I.T. capable à la fois de faire pendant au grand panneau (le Préambule), donné par la F.S.I., installé deux ans plus tôt, et d’affirmer « hautement et pleinement » le message chrétien.

De L’atelier de Nazareth à La Dignité du travail : la commande à Maurice Denis et la portée de l’oeuvre.

  • 35 Ce qui est présenté officiellement par le bureau de presse de l’O.I.T. en 1931 comme résultant d’un (...)

33C’est au début de l’année 1929 que le projet d’un don très solennel de la C.I.S.C. et des Unions professionnelles chrétiennes (à la fois nationales et internationales) à l’O.I.T. prend de la consistance. Trois hommes de « l’Internationale d’Utrecht » vont jouer un rôle décisif : Serrarens, déjà cité, Herman Amelink, trésorier de la C.I.S.C., membre du syndicalisme protestant néerlandais, et Heinrich Fahrenbrach, syndicaliste catholique allemand. Fin janvier 1929, une première réunion a lieu à Utrecht pour définir la nature du don. Heinrich Fahrenbrach fait état d’une proposition de plusieurs syndicats allemands de Prusse et de Saxe en faveur d’une grande composition en porcelaine, un peu dans la manière du panneau des céramiques de Delft offert par la F.S.I. Cette proposition est rejetée, en raison de son coût probable (plus de 60.000 francs suisses) et parce que les participants penchent plutôt en faveur d’une peinture. Après contact avec Gaston Tessier, Serrarens propose, début février, de commander une toile à Maurice Denis. Il ajoute que celui-ci, après avoir rencontré Arthur Fontaine à Paris, propose le sujet suivant : Le Christ dans son atelier de Nazareth, sur décor « palestinien ». Gaston Tessier appuie fortement l’idée, dont il a vu deux esquisses à Saint-Germain-en-Laye, dans l’atelier du peintre, « projet très satisfaisant, à la fois du point de vue artistique et comme expression de nos idées sociales »35

  • 36 Lettre de Serrarens à Henseler du 12 mars 1929. ILO-Arch., File ADM 102-01-1-11.
  • 37 L’encyclique Quadragesimo anno sur la restauration de l’ordre social (15 mai 1931), Ed. Spes, 1932, (...)
  • 38 L’itinéraire d’Adam Stegerwald est paradigmatique : pionnier du syndicalisme chrétien allemand avan (...)

34Malheureusement pour le projet Serrarens-Tessier-Fontaine, une réunion du Bureau exécutif à Utrecht fait apparaître une vive opposition, venue à la fois d’Amelink et de Heinrich Fahrenbrach. Ils ne veulent ni du sujet, ni de la manière de le traiter, « ...ni atelier de Nazareth...ni décor oriental, mais un environnement industriel contemporain » (« ..keine Werkstätte von Nazareth ... keine orientalische Landschaft, sondern eine moderne Industrieumgebung »). Comme les voix du Bureau se partagent en deux parties égales, il est décidé de demander à Maurice Denis de reconsidérer son ébauche... dans le sens voulu par Heinrich Fahrenbrach, d’en écarter les « anachronismes »36 et d’en atténuer le caractère trop ouvertement « chrétien ». Cette dernière demande est conforme aux orientations du syndicalisme chrétien allemand et à sa pratique de « neutralisme interconfessionnel », inspirées par la réalité du multi-confessionnalisme, encouragées par Quadragesimo anno37 et renforcées par Adam Stegerwald, une personnalité proche de Heinrich Fahrenbrach et consultée durant la controverse née du projet français38.

35Il était peu probable que Maurice Denis consentît à peindre un paysage de la Ruhr, d’autant qu’il se trouvait précisément en Palestine, à ce moment-là. Gaston Tessier, certain d’aller au devant d’un refus et de devoir se passer de la collaboration du « maître », prend sur lui de recourir à Albert Thomas, par l’intermédiaire de H. Henseler :

  • 39 Ibidem. Hans Henseler est un personnage-clef dans cette difficile négociation. Citoyen allemand, pl (...)

« N’auriez-vous pas le moyen d’agir discrètement auprès de M. Fahrenbrach pour l’amener à se rallier au projet initial de Maurice Denis ? J’estime qu’il ne faut pas, en la circonstance, exagérer la recherche d’un projet approuvé par tous (...) Nous devons nous estimer heureux qu’une peinture exprimant nos idées, même de façon assez générale, figure en bonne place au B.I.T. »39

  • 40 Lettre de Serrarens à Arthur Fontaine, du 3 déc. 1929. ILO-Arch., File ADM 102-01-1-19. Arthur Font (...)

36Nous ne connaissons pas exactement la réaction d’Albert Thomas, pas plus que la teneur de son intervention. Mais nous savons qu’elle fut efficace, puisque, le 3 décembre 1929, Serrarens peut annoncer avec soulagement à Arthur Fontaine, président du Conseil d’administration du B.I.T., que le Bureau et la Commission de la C.I.S.C. ont finalement accepté le projet de Maurice Denis et qu’ils se sont mis d’accord avec lui « ...sur les personnages qui seront représentés »40.

37Il était inévitable que Maurice Denis fût mis au courant de ces péripéties et des réticences que son premier projet avait suscitées. Lorsque l’oeuvre est commencée, il remercie personnellement Albert Thomas pour son appui :

  • 41 Lettre de Maurice Denis à M. le Directeur du B.I.T., 2 mars 1930, ILO-Arch., File ADM 102-01-1-17.

« Il m’est agréable de vous redire, Monsieur, que je connais l’importance de votre intervention dans cette affaire et vous suis reconnaissant d’avoir exercé votre haute influence en ma faveur auprès des syndicats chrétiens »41.

  • 42 Sur le rôle de ces Ateliers au lendemain de la Guerre, voir Dario Gamboni, « De « Saint-Sulpice » à (...)
  • 43 L’attirance éprouvée par l’ancien nabi est loin d’être exceptionnelle. C’est presque une affaire de (...)

38L’appui sans réserve qu’Albert Thomas a apporté à la fois à la C.I.S.C. et au « maître français » ne laisse pas de surprendre si l’on consulte une biographie du peintre. En 1929, Maurice Denis jouit en effet d’une réelle renommée, et bien au-delà des milieux catholiques. De récentes expositions réussies, aussi bien en France qu’à l’étranger, ont porté au premier plan l’ancien «  nabi », devenu depuis la Guerre un théoricien respecté de l’art néo-classique, éloigné de l’Art nouveau, tourné vers l’art chrétien. En 1919, l’année de son entrée au Tiers ordre dominicain, il fonde avec G. Desvallières les Ateliers d’Art sacré et, depuis, a réalisé un grand nombre de décorations murales, aussi bien dans des églises (comme la chapelle de la Clarté à Perros-Guirec) que dans des bâtiments publics (Petit Palais, Sénat, Palais de Chaillot à Paris)42. Mais l’artiste travaille avec des convictions bien arrêtées et bien connues. D’un catholicisme traditionnel, hostile à la politique et à la République, il est antidreyfusard, proche de Barrès, fasciné par Maurras, et se déclare « passionnément d’Action française »43. Au lendemain de la Guerre, ses convictions sont à peine ébranlées par la condamnation de 1926. Tout au plus s’éloigne-t-il de la vie publique pour devenir le champion de la reconstruction du monde selon l’ordre chrétien, mais toujours à la manière maurrassienne. Voici comment il explique son éloignement de l’impressionnisme, puis du symbolisme au profit de ce qu’il appelle le réalisme chrétien : « L’Action française, dont je partage la foi et les idées, fonde la nécessité de l’ordre français et de la Monarchie sur les nécessités actuelles de notre société malade ».

  • 44 Notations biographiques et citations sont tirées de Jean-Paul Bouillon, Maurice Denis, Genève, 1993 (...)

39Cependant, il prend ses distances avec Maurras quand l’antisémitisme de ce dernier lui devient insupportable. Et, de plus en plus nettement, le projet social et chrétien - réactionnaire au sens fort - devient constitutif de son art. S’il a pu être tenté par le réalisme de l’art de l’Italie fasciste ou de l’URSS, « …il n’a pas cédé aux déviations totalitaires (...) parce qu’il était peintre chrétien, indissolublement peintre et chrétien »44.

Fig. 3 Panneau mural en céramique de Delft
Inscription au feu du texte du Préambule de la Partie XIII du Traité de Versailles, en 4 langues.
Dimension : 4, 87 m x 3, 42 m (environ 2012 carreaux)
Panneau offert en 1926 par la F.S.I. (Internationale d’Amsterdam), posé en 1927, 1er étage du bâtiment de l’O.I.T.
Voir le texte français en annexe.

Document issu des collections de l’O.I.T. (Genève)

40

Fig. 4. La Dignité du travail, Toile de Maurice Denis (1931)
6 m x 3 m. Offerte par la C.I.S.C. Siège de l’O.I.T. (Genève)

Document issu des collections de l’O.I.T. (Genève)

  • 45 Jean-Paul Bouillon, Maurice Denis..., op. cit., p. 103. Derrière ce que Maurice Denis appelle le “  (...)

41Le sujet, les personnages, la composition de la toile ont donc été discutés et négociés entre les protagonistes - âprement, quelquefois. Ces débats éclairent le commentaire. La composition donne une place centrale au Christ, sur paysage marqué par la ruralité, en arrière-plan. Les premiers plans, adaptés à l’architecture de l’entresol, sont occupés par des personnages distribués très inégalement entre la partie gauche et la partie droite. D’un côté, Joseph et Marie, attentifs, mais en retrait. Le Christ ne s’adresse pas à eux directement. De l’autre, un groupe de personnages, assis, debout, accoudés, tous en train de boire les paroles de Jésus, représenté non pas en jeune apprenti charpentier (il ne tient aucun outil), mais en Messie. Si l’on observe de près les auditeurs, on constate qu’ils sont très divers dans leur apparence, leurs costumes, leur âge. Certains sont vêtus à l’orientale, avec voile et tunique. D’autres, les plus nombreux, à la droite du Christ, ont un costume occidental ; les uns (censés représenter les ingénieurs et contremaîtres), portent cravate et col, les autres sont en chemise et portent le béret, ou le tricot de corps rayé. L’artiste a mêlé les époques, les catégories, sans que l’on puisse clairement identifier des métiers ou des postes de travail. Pourtant, à l’instigation d’Arthur Fontaine et de Serrarens, le B.I.T. s’est adressé à ses agences nationales pour fournir au peintre des photographies et une documentation sur les travailleurs et les activités du monde contemporain. Maurice Denis en remercie la direction, sans vraiment en tirer partie. Le paysage est peu ...galiléen et l’on a bien du mal, par exemple, à identifier l’homme assis au premier plan, torse nu et mains croisés dans le dos, comme « un ouvrier de (nos) fonderies modernes ». Le cahier des charges a donc été traité avec une certaine liberté par Maurice Denis et les commanditaires en ont été conscients. Le descriptif remis au B.I.T. par Tessier indique, au début de 1931, que « ..le paysage est celui de la région où vivait Maurice Denis, le Bordelais, caractérisé par ses coteaux de vignobles. Le peintre y a ajouté quelques ifs pour donner une couleur orientale ». Et c’est en toute bonne foi que l’artiste observe, dans son Journal : « Le Christ aux ouvriers... peut-être ce que j’ai réussi de plus réaliste »45.

  • 46 Lettre de Maurice Denis à Albert Thomas, 2 mars 1930. ILO-Arch, File ADM 102-01-1-19.

42Serrarens et Tessier, conseillés par Arthur Fontaine, ont donc joué un rôle majeur pour définir l’esprit de l’oeuvre et sa destination. Comme il avait été convenu au cours des négociations avec le peintre, ils ont été représentés à gauche de la toile, un procédé qui personnalise l’oeuvre et atténue son intemporalité, mais procédé qui contrarie probablement l’intention primitive de Maurice Denis qui consistait à entourer le Christ d’une « ...masse de travailleurs faciles à reconnaître comme tels mais tout de même noyés dans le crépuscule et l’atmosphère mystique46 ». Le commanditaire, en imposant le titre, La Dignité du travail, a indiqué par là que le véritable sujet n’était pas le charpentier de Nazareth, mais la sanctification du travail, comme l’explique une version allongée du communiqué de presse :

« La Dignité du Travail. L’idée de l’artiste est très simple. La doctrine du Christ, seule capable de donner au travail sa dignité et la source où peuvent aller puiser les travailleurs de tous les temps, de tous les métiers, de tous les pays. C’est elle qui inspire le syndicalisme chrétien ».

Fig. 5 : Maurice Denis exécute des retouches après le marouflage de la toile, dernière semaine du mois de mai 1931

(tiré de : Jean-Paul Bouillon, Maurice Denis, Genève, 1993, 211 p. -p. 99)

  • 47 Lettre de Serrarens à Albert Thomas, 24 juin 1931 (15 jours après l’inauguration), ILO-Arch., File (...)

43Notons au passage que le titre qu’il donne à sa toile n’est pas le titre définitif. Entre-temps, d’autres titres ont été utilisés : Le Charpentier de Nazareth (février 1929), Le Christ à Nazareth (novembre 1929). Le titre définitif a été mis au point par Arthur Fontaine et Maurice Serrarens, ainsi que la formule de donation, quelques jours après l’inauguration, et en l’absence du peintre47.

44Le syndicalisme chrétien est donc bien un personnage central du tableau. C’est lui qui assure la médiation des paroles prononcées par le Christ. Si le Christ est au centre, le groupe des syndicalistes chrétiens, massé sur la gauche de la toile (Serrarens, Tessier, Otte et Zirnheld) attire le regard en créant une sorte de déséquilibre dans la composition. Il s’agit de souligner, en même temps que la force du message évangélique, que les travailleurs et militants inspirés par la doctrine chrétienne peuvent faire découvrir la dignité du travail dans sa dimension universelle, même à des non-chrétiens. Certains commentateurs ont même vu dans la présence des juifs « en costume du temps » la représentation de tous ceux qui ne sont pas les disciples du Christ.

  • 48 Les jours qui précèdent l’inauguration, la Conférence du Travail commente l’encyclique à plusieurs (...)
  • 49 Discours prononcé à la réception du tableau de Maurice Denis le 9 juin 1931 ..., ILO-Arch., CAT, 2- (...)

45Glissement dans le sens d’une sorte de sécularisation de la première ébauche de Maurice Denis ? Volonté de faire pièce au don de la F.S.I. et d’affirmer «  hautement », comme le préconisait Albert Thomas trois ans plus tôt à Munich, les valeurs chrétiennes ? Les organisations chrétiennes ? Il faut probablement tenir compte du contexte dans lequel se prépare le marouflage de la toile à Genève, l’inauguration et la présentation à la presse. Comme le fait remarquer Albert Thomas dans le discours de remerciement qu’il adresse aux donateurs, le jour de l’inauguration, le tableau semble accompagner la publication de Quadragesimo anno.48 Pour lui, l’artiste évoque le passé autant qu’il se tourne vers les contemporains. Comment ne pas y voir une puissante convergence “..entre Rerum novarum et ces institutions nouvelles qui ont été établies après la guerre et se sont pénétrées de son esprit ”. Puis il propose une approche “neutre” du tableau : « Beaucoup des principes du christianisme et du catholicisme sont inscrits dans la Partie XIII », rapprochement habile entre les deux oeuvres, celle qui a été offerte par la F.S.I. et celle qui vient d’être donnée par la C.I.S.C. Serrarens, dans sa réponse, lui emboîte le pas. Après avoir rappelé les circonstances dans lesquelles l’oeuvre a été commandée et réalisée, il centre le reste de son discours sur la dignité du travail comme valeur éternelle, commune à tous les hommes, à tous les lieux, et que rien ne peut abolir49.

  • 50 Albert Le Roy, Catholicisme social et organisation internationale du travail, Paris, 1937 (l’imprim (...)

46Le contexte a fortement pesé à la fois sur la conception, l’exécution et la réception de la toile, et atténué les divergences qui ont pu apparaître entre l’artiste et les commanditaires. Ainsi, par exemple, en va-t-il de la place modeste réservée aux femmes, à commencer par Marie « ...la quenouille en main »50, présentée encore de la façon suivante : « La Vierge regarde et admire sans arrêter le petit travail manuel qu’elle accomplit »

47

Fig. 6 : Détail de la Dignité du travail : Marie à la quenouille.

  • 51 Quadragesimo anno, sur ce point, est dépourvue de toute ambiguïté : “ C’est à la maison avant tout, (...)
  • 52 La C.I.S.C. est dirigée par un Bureau qui compte 19 membres, dont trois représentantes des femmes a (...)

48La représentation du travail féminin, domestique de préférence, en situation déférente par rapport aux activités masculines, convient autant à l’artiste qu’aux commanditaires. Le syndicalisme chrétien, spécialement en Allemagne et en Italie, est très proche des positions du magistère, exprimées à l’époque par Casti connubii (31 décembre 1930) et Nova impendet (sur la crise, 2 octobre 1931), encycliques inspirées par une théologie à la fois antilibérale et hostile au modernisme social quand il prétend envoyer la femme - et, pis encore, la mère - à l‘usine ou hors de son foyer51. On observe du reste, en consultant la liste des organisations chrétiennes féminines en relation régulière avec le B.I.T., que les organisations de protection de la jeune fille et de la mère chrétienne l’emportent largement, en nombre, sur les organisations syndicales féminines52. Par ailleurs, si l’on tient compte de l’âpreté de la négociation entre les syndicalismes allemand, néerlandais, nécessairement attentifs à la culture protestante (bien que non-confessionnels), et la C.F.T.C., la discrétion de Marie était doublement nécessaire.

  • 53 Conférence internationale du Travail 17e session - 1933 Compte Rendu des travaux, Genève, S.D.N., 1 (...)
  • 54 Germany under National Socialism, Ed. by Christian Democrat., 1933, 80 p. (ouvrage difficile à trou (...)

49Les années suivantes, à l’occasion des conférences annuelles ou des réceptions organisées au B.I.T., le thème de la dignité du travail est élargi à celui du travailleur, puis de la personne humaine, et le tableau de Maurice Denis devient le support de cet approfondissement. On le constate lors de la Conférence de 1933 quand, après la longue suite des hommages rendus à Albert Thomas (décédé en 1932), plusieurs orateurs se relaient pour condamner les violences du nazisme en Allemagne. Kupers (Pays-Bas), Jouhaux et Godart (France) font adopter par 82 voix contre deux une motion qui condamne la discrimination raciale et politique en Allemagne, spécialement celle qui s’exerce contre les « Allemands juifs ». Elle demande à l’O.I.T., en application de la Partie XIII et des principes universels qu’elle contient, de sauver les victimes, d’accueillir les réfugiés : « Ces hommes ont quitté l’Allemagne pour sauver leur droit à la pensée et à la liberté, à la dignité humaine53 » Serrarens, qui prépare une importante étude sur la nature de l’État nazi54, soutenu par les autres délégués chrétiens, appuie la motion. Elle vient renforcer la condamnation du régime de Hitler, prononcée en début de session, condamnation qui a provoqué le départ (définitif) de tous les délégués allemands, le 21 juin 1933.

  • 55 Le Père Le Roy recourt, dans cette édition, à Pauwels, président des syndicats chrétiens de Belgiqu (...)
  • 56 Albert Le Roy, « Le Cinquantenaire de Rerum novarum », Revue internationale du travail (revue de l’ (...)

50Quatre ans plus tard, le Père Albert Le Roy publie un historique de l’O.I.T. et du rôle des chrétiens dans l’édification de la législation internationale du travail. L’étude s’ouvre sur le tableau de Maurice Denis, abondamment commenté. On découvre avec ce commentaire à quel point les lectures ou interprétations successives du tableau sont marquées par le contexte social et politique auquel est soumis le commentateur, en particulier depuis que les syndicats représentés aux conférences annuelles ont entrepris de dénoncer la violence quotidienne qu’exercent les régimes totalitaires55. Pour finir, l’auteur insiste sur son actualité et sur l’accueil qu’il a reçu dans tous les milieux, en raison de la force de la notion de dignité du travail « et de dignité du travailleur, de la personne humaine » Cette évolution personnaliste s’accentue avec la Deuxième Guerre. Réfugié avec le B.I.T. à Montréal, le Père Le Roy publie en 1942 une présentation de Rerum novarum actualisée pour le cinquantenaire. La notion de dignité humaine est présentée comme centrale dans l’encyclique56. Deux ans plus tard, à Philadelphie, se tient la Conférence de la reconstruction. Les délégués présents éprouvent le besoin de réaffirmer les principes de l’O.I.T. et de renouveler les principes de son fonctionnement. Le 10 mai 1944, la Conférence publie une résolution qui fait date et qui est connue sous la dénomination : « Déclaration solennelle de Philadelphie ». À deux reprises est proclamé, dans l’esprit de 1931, de 1937 et dans celui de la Charte de l’Atlantique, l’attachement de l’Organisation à la dignité de la personne humaine et à la dignité du travail :

  • 57 Déclaration concernant les buts et objectifs de l’O.I.T., Annexe XIII du Compte Rendu des Travaux d (...)

« -art. 1. a. Le travail n’est pas une marchandise (labour is not a commodity)
« -art. 2. a. Tous les êtres humains, quels que soient leur race, leur croyance ou leur sexe, ont le droit de poursuivre leur progrès matériel et leur développement spirituel dans la liberté et la dignité, dans la sécurité économique et avec des chances égales 57 »

  • 58 E. J. Phelan, Intervention du secrétaire général de la Conférence..., Compte Rendu des Travaux de l (...)

51Dans le commentaire très approfondi que donne E. J. Phelan de ce texte refondateur, il établit une continuité de la réflexion sur la dignité de la personne, depuis la Déclaration de Philadelphie de 1776 jusqu’aux travaux récents de l’O.I.T. dans l’entre-deux-guerres. Il insiste naturellement sur l’origine chrétienne de l’affirmation selon laquelle « le travail n’est pas une marchandise ». Cela signifie, précise-t-il, que le travailleur est utile à la société. Celle-ci lui exprime sa reconnaissance par la rémunération, mais également par de la considération58.

Fig.7. La Dignité du travail

Cliché de l’auteur

52

Fig. 8. Détail : le groupe des dirigeants syndicaux chrétiens : Jules Zirnheld, président de la C.F.T.C. et vice-président de la C.I.S.C ; Bernhard Otte (1883-1933), syndicaliste allemand chrétien (catholique), vice-président de la C.I.S.C. à sa fondation, président en 1928, vice-président du 71e Katholikentag (1932, Essen), opposant de la première heure à Hitler, victime du nazisme ; Petrus Josephus Serrarens, en haut (secrétaire général de la C.I.S.C.) et Gaston Tessier, en contrebas.

  • 59 Albert Le Roy, The dignity of labor The Part Played by Catholics in the Work of the International L (...)

53Dix ans après cette publication, Albert Le Roy, dans un nouveau livre, met en évidence cette continuité de la pensée chrétienne. En 1957, il donne une version révisée, en anglais, de son Catholicisme social..., comportant à nouveau une reproduction du tableau de Maurice Denis, insérée dans un long développement sur dignité humaine et solidarité internationale, déclarées valeurs universelles de source chrétienne59.

54À côté de cette postérité littéraire, qui permet à l’oeuvre de Maurice Denis d’accompagner l’évolution du concept de “dignité”, il faut signaler la postérité entretenue par les visites du bâtiment au cours desquelles, presque inévitablement, les hôtes prestigieux marquent un temps d’arrêt au milieu de l’escalier d’honneur, sous la toile. Sans chercher à en dresser une liste, il est certainement utile de signaler, parmi ces visites, celles qui font suite aux évolutions signalées précédemment.

55En 1955, l’UNESCO envoie une délégation de militantes féminines de la Fédération du vêtement (C.F.T.C.) en stage de formation à l’O.I.T. Il était fréquent, depuis 1947, que l’Organisation mette en place des formations d’été, destinées aux militants et responsables des mouvements ouvriers ou syndicaux. Signe des temps, ces sessions s’ouvrent aux femmes, probablement très fières de se faire photographier sous une oeuvre devenue mythique et de corriger, par leur présence en nombre, le caractère très masculin du tableau (fig. 11).

  • 60 ILO-Arch., NGO 2-01-3, rapport sur le Rassemblement (...) 13 sept. 1957.

56En 1957, David A. Morse, directeur général du B.I.T., reçoit Mgr Léon J. Cardijn (fig. 10) au B.I.T., événement qui s’inscrit dans une phase active de préparation du rassemblement mondial de la J.O.C. « Internationale » à Rome, du 24 août au 4 septembre 1957. Le B.I.T. est directement impliqué dans un vaste programme de formation professionnelle chez les jeunes filles, en priorité en Afrique et aux Philippines. La rencontre de Genève inaugure une collaboration étroite entre les jocistes et le B.I.T., pilotée de très près par David Morse et l’aumônier général de la J.O.C.I60.

Fig. 9 : visite d’un groupe de syndicalistes de la Fédération C.F.T.C. du Vêtement, le 30 août 1955

(Arch-ILO, B4/40)

57L’année suivante, David Morse accueille “le Père Tessier” comme l’on disait familièrement chez les siens. Quel retour aux sources pour ce pionnier, visiblement heureux de poser à deux pas de son portrait, peint presque trente ans plus tôt ! Gaston Tessier, devenu président de la C.IS.C., a considérablement renforcé l’influence du syndicalisme chrétien sur l’O.I.T. Il a fait de sa confédération, dans le domaine de la législation internationale du travail, un partenaire régulier et indispensable des Nations-Unies (dont la tutelle a normalement succédé à celle de la S.D.N. en 1946). Cette coopération, à la fois matérielle, juridique, spirituelle, s’est effectuée dans l’esprit de la Déclaration de Philadelphie, servie par l’activité du Père Albert Le Roy, auquel les deux partenaires doivent en grande partie l’ouverture vers l’Afrique, l’Asie et l’Amérique latine, vers les pays décolonisés ou en attente de l’être, vers les jeunes et les femmes.

Fig. 10, ci-contre : visite de Mgr Léon J. Cardijn, aumônier général de la J.O.C. Internationale, le 19 fév. 1957. Mgr Cardijn est le second en partant du bas de l’escalier, juste au-dessous de David Morse, qui pointe l’index vers la toile.

Cliché O.I.T. (Arch-ILO, B4/73)

Fig. 11, ci-dessous  : visite de Gaston Tessier le 21 février 1958 (au centre, une serviette de cuir à la main). Reçu par le directeur général du B.I.T., David Morse (à la gauche de Gaston Tessier). En contrebas, une serviette sous le bras gauche, Auguste Vanistendael, secrétaire général de la C.I.S.C. Tessier en est le président depuis 1948.

Cliché O.I.T. (Arch-ILO, B4/76)

  • 61 ILO-Arch., Z-1-143-1-1 (J1), Note de synthèse du 19 avril 1969

58Mais la visite la plus marquante de l’après-guerre, celle qui a le mieux souligné le rôle que le tableau de Maurice Denis continuait à jouer, tout en devenant l’artefact d’une inspiration chrétienne et sociale plus subtile, c’est indiscutablement celle du pape Paul VI. Le Pontife est reçu à Genève, au B.I.T., le 10 juin 1969 par D. Morse. L’événement fait date : d’abord parce que le Chef de l’Église romaine prend le risque de se déplacer ... dans la Rome protestante ; ensuite, parce qu’il se rend au siège d’une grande organisation internationale dépendant des Nations-Unies ; enfin, parce que le programme de son déplacement dans la cité de Calvin comporte une visite au siège du Conseil Oecuménique des Églises, sur les hauteurs du Grand-Saconnex (site que l’O.I.T. a rejoint cinq ans plus tard). La visite au B.I.T., pendant la Conférence annuelle, a été préparée de longue date entre les parties. Le Père Joblin, successeur du Père Le Roy, en a profité pour resserrer les liens entre Rome et Genève. Dans une longue note historique préparatoire, il a établi une continuité qui, de Rerum novarum à Mater et magistra, Populorum progressio et Humanae vitae est scandée par les grands textes du magistère et qui s’est fortifiée par une sorte de partage des tâches entre l’O.I.T. et le christianisme social61.

  • 62 Sur l’usage antilibéral de Lacordaire par Paul VI, Paul Bouvier, Paul VI prophète ? L’Athanor, 1979 (...)
  • 63 Texte intégral dans le livre-souvenir réalisé et publié par l’O.I.T. sous le titre : Mission of jus (...)

59Pour prononcer son discours, Paul VI s’inspire à l’évidence de cette approche et remonte même aux sources, en citant Lacordaire et sa fameuse apostrophe de 1848 : « Entre le fort et le faible, c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit » 62 Il poursuit en affirmant que la grande tâche de l’Église, sa tâche prioritaire, c’est la paix universelle par la justice sociale, et que celle-ci doit placer la personne humaine au centre de tout dispositif63.

60Si le discours de Paul VI en ce qui concerne la place de l’Église vis-à-vis de l’O.N.U. et des grands problèmes de la planète est neuf par bien des côtés, son commentaire du tableau de Maurice Denis est daté. En revanche, le secrétaire général de la Conférence, Jean Bruck, dans une lettre à David Morse, propose une sorte de redécouverte de La Dignité du travail, à travers des termes redevables au récent concile :

  • 64 Jean Bruck, texte cité dans Mission of justice and peace..., p. 12. À noter que dans ce livre-souve (...)

« Ce tableau exprime et affirme la prédominance de l’esprit sur la matière, des valeurs morales et spirituelles sur les valeurs matérielles, et la dignité transcendante de la personne du travailleur par rapport à tous les autres ordres de l’activité humaine 64 »

  • 65 Voici ce que le directeur du G.A.T.T. écrit à la FIPOI pour justifier le recouvrement du panneau of (...)

61Mais au moment même où ces lignes sont écrites, l’O.I.T. envisage de quitter les bords du Lac pour faire construire un immeuble plus vaste et plus fonctionnel sur les hauteurs du Grand-Saconnex, dans le voisinage proche du Conseil Oecuménique des Églises. Cinq années plus tard, l’Organisation rejoint son nouveau siège, tandis que l’ancien est attribué au G.A.T.T., devenu ultérieurement l’O.M.C., actuel occupant. Ces changements ont évidemment affecté la destination et l’usage de l’immeuble que Albert Thomas avait fait bâtir. Le vaste panneau de Delft offert par la F.S.I. est recouvert d’une plaque de marbre sombre, pour dissimuler un texte « incompatible avec la nature de l’Organisation (le G.A.T.T.) », comme le précise une lettre envoyée à la FIPOI en juillet 1975, une explication qui renvoie aux positions antilibérales de la F.S.I. en 1931 autant qu’aux objections de même nature contenues dans Quadragesimo anno65. Sans être victime d’un effacement aussi radical, la toile de Maurice Denis entre dans une période d’oubli puis d’ignorance. Les visiteurs qui l’honoraient se rendent dans le nouveau bâtiment de l’O.I.T. où il n’a pas été possible de l’installer, tant elle épouse l’architecture de son bâtiment d’origine (notamment les contours des deux arcs en plein cintre). Un quart de siècle après le déménagement, au temps de l’O.M.C., le personnel n’a généralement aucune idée du sujet de la toile ni du rôle qu’elle a pu jouer antérieurement, d’autant que les collaborateurs sont plutôt jeunes et, pour beaucoup, recrutés dans le monde anglo-saxon et extra-européen.

62Sur le plan historique, la toile de Maurice Denis a connu un temps fort et clos, d’une durée légèrement inférieure à un demi-siècle (une quarantaine d’années, pour tenir compte de l’exil de l’O.I.T. en Amérique du nord pendant la Deuxième Guerre). Durant ce laps de temps, l’oeuvre aura eu une portée double : d’une part, comme représentation d’un concept qui s’est fortifié constamment à partir de la publication de Quadragesimo anno, celui de la dignité du travail et du travailleur, de l’acte économique et de la personne qui l’accomplit. D’autre part, comme symbole visible du rôle joué par le syndicalisme chrétien dans l’Organisation.

63Pour chacun de ces deux registres, il est possible de dresser une sorte de rapide inventaire des bénéfices -moraux et humanitaires- que chacun des principaux partenaires a pu enregistrer.

64Si l’on se place du côté du côté de l’O.I.T., depuis Albert Thomas, l’initiateur du processus, jusqu’à David Morse, accueillant Paul VI en 1969, l’ouverture en direction du syndicalisme chrétien et le soutien sans faille de ce dernier ont procuré de grands avantages en termes de notoriété, d’efficacité, de recours à des valeurs universelles. Ce renfort intervient dans un moment où précisément l’Organisation aspire à se dépouiller de son caractère trop européocentrique et cherche à atteindre des pays et des continents oubliés ou négligés. C’est bien dans cette perspective que s’inscrit l’action du Père Albert Le Roy avant, pendant et après la Deuxième Guerre. Le syndicalisme chrétien, si présent dans la toile de Maurice Denis, en renforçant les références chrétiennes des actions ou des textes de l’O.I.T., a favorisé le rapprochement de l’Organisation avec les Églises, avec le Conseil oecuménique (dès sa période de formation, entre les congrès de Stockholm, 1926, et d’Amsterdam, 1948), avec les organisations religieuses qui, de plus en plus nombreuses après la crise des années trente, inscrivent leur propre action dans ses programmes ou ses priorités. Lors des temps forts qui marquent l’histoire de l’O.I.T., entre sa fondation et les années 70, comme la disparition d’Albert Thomas, le début du deuxième conflit mondial, l’exil nord-américain et la Déclaration de Philadelphie, le retour en Europe en 1945, le départ du Père Le Roy en 1955, la réception de Paul VI en 1969, les observateurs soulignent à quel point l’Organisation est redevable aux sources chrétiennes à la fois sur le plan des principes et sur celui de l’action. Au lendemain de la Deuxième Guerre, par exemple, il n’est pas artificiel de rapprocher la nouvelle définition de la justice sociale que donne la Déclaration de Philadelphie (droit pour tous les êtres humains de poursuivre leur progrès matériel et leur développement spirituel) de la commémoration du cinquantenaire de Rerum novarum. David Morse, suivant les recommandations du Père Le Roy, a orienté l’action de l’O.I.T. vers l’Amérique du sud, l’Asie et l’Afrique. Pour mener à bien cette nouvelle politique, il a mobilisé les immenses ressources offertes par le syndicalisme chrétien. Notamment quand il s’est agi de prendre en charge les missions d’aide au développement, « nouveau nom de la paix ». Les réseaux des travailleurs chrétiens, y compris féminins, ont fortement contribué à donner à l’O.I.T. sa stature internationale, en la rééquilibrant au profit des peuples extra-européens, en affirmant le caractère universel de la question sociale. En retour, les syndicats nationaux ont été considérablement renforcés chaque fois qu’ils ont pu engager une action conjointe ou appliquer un plan, soutenus par le siège de l’Organisation. On le constate par exemple en Amérique latine dans les années 1937-1940, puis à nouveau dans les années 1947-1955 (au Brésil, en Colombie, en Amérique centrale)

65Sur le plan spirituel, le syndicalisme chrétien a joué un rôle essentiel, au travers du concept de dignité, pour faire reconnaître à Genève, puis Montréal et Québec, avant le retour à Genève, la dimension morale de la réalité sociale (et se sépare ainsi de l’approche keynésienne des années 1935-1940). Sur le plan des rapports sociaux, le syndicalisme chrétien a renforcé l’axe de la cogestion tripartite, à la base même du fonctionnement de l’O.I.T. depuis la conférence fondatrice de Washington. Le séjour nord-américain accentue encore cette connivence, en faisant connaître et expérimenter les Labor-Management Relations. Au total, le renfort du christianisme pratique, pour reprendre une expression de plus en plus couramment employée au sein même du B.I.T. depuis le congrès de Life and Work à Oxford (1937), a été d’une très grande importance pour l’Organisation, tout particulièrement pour traverser l’épreuve de 1940-45. Les relais du syndicalisme chrétien, aussi bien aux États-Unis, qu’au Canada, ont très fortement contribué à la survie de l’O.I.T., au moment même où son institution de tutelle, la S.D.N., devait passer le relais à une nouvelle organisation internationale et à son épicentre new-yorkais.

66Si l’on se place maintenant du côté des syndicats, des Églises et des mouvements chrétiens, leur investissement spirituel, humain, celui des compétences et des convictions en faveur de l’O.I.T., a entraîné des conséquences dans leur fonctionnement autant que dans leur appréhension de la question sociale. Les acteurs chrétiens de l’époque, à commencer par ceux qui ont été mêlés directement à la commande puis à l’installation de la toile de Maurice Denis, ont accompli une sorte de parcours d’oecuménisme social, politique et syndical. Oecuménisme social d’abord, puisqu’il a fallu que les syndicats et organisations, au-delà des appartenances confessionnelles, établissent ensemble une plate-forme commune à présenter lors des conférences du Travail, échéances qui scandent la pensée et l’action de l’O.I.T. Oecuménisme politique, ensuite, dont un temps fort se place à Munich, en 1928, à l’occasion d’un des grands congrès de la C.I.S.C. de l’entre-deux-guerres. La réunion bavaroise fournit l’occasion aux participants, notamment français et allemands, d’en finir avec les méfiances réciproques, les procès d’intention qui s’étaient multipliés entre les syndicats chrétiens nationaux à cause de la Première Guerre et que l’occupation de la Ruhr avait dangereusement ravivés. La volonté de créer un internationalisme, à Utrecht, devait tenir compte des rivalités nationales, tout comme l’Internationale d’Amsterdam avait dû surmonter les séquelles des affrontements au sein de l’Internationale socialiste. La préparation du tableau de Maurice Denis, sa mise en place et sa réception peuvent être considérés comme des tests de ce rapprochement entre les ennemis d’hier.

67Oecuménisme syndical, enfin, à deux niveaux différents. Au niveau interne, celui de l’organisation et du fonctionnement des syndicats, la pratique inter-confessionnelle a progressé à partir de l’expérience allemande, tout en se heurtant à de sérieuses réserves du côté de la C.F.T.C. avant la Deuxième Guerre. Au niveau externe, celui où se mettent en place des relations régulières entre les syndicats belges, français, néerlandais, allemands, la nécessité de lutter ensemble contre la crise, d’abord, puis contre des régimes qui portent atteinte à la dignité humaine et à celle du travail, ensuite, pousse à renforcer l’internationalisme chrétien, étape essentielle dans la construction de l’oecuménisme et dans la diffusion des valeurs chrétiennes hors de la sphère chrétienne. Aussi, au moment où éclate la guerre, en 1939, la C.I.S.C. représente-t-elle un grand espoir, comme l’écrit H. Henseler à Serrarens, quelques jours avant le congrès de Bruxelles, en décembre 1939 :

  • 66 ILO-Arch., RL 01/3/6, Lettre de H. Henseler (du B.I.T.) à Petrus Josephus Serrarens, du 9 déc. 1939

« Je ne doute pas que malgré les difficultés de l’heure, l’Internationale syndicale chrétienne vive et accomplisse des tâches très importantes, tâches devant lesquelles elle se trouve aussi bien aujourd’hui que lorsqu’il s’agira de reconstruire un monde meilleur. Ce monde nouveau doit être bâti selon les principes que le syndicalisme chrétien a défendus dès sa naissance, qui (sont) les principes éternels du christianisme, et dont le monde a le plus grand besoin au moment où la dignité de la personne humaine est menacée »66.

  • 67 Georges Thélin, “..pratique la justice ”Le christianisme social et l’Organisation Internationale du (...)
  • 68 Sur ces progrès de l’oecuménisme à travers le christianisme pratique, voir Les Églises protestantes (...)

68Ce triple parcours oecuménique a également contribué à développer l’oecuménisme religieux, celui qui intéresse les Églises et les confessions. L’unité dans l’action, l’adhésion aux priorités humanistes que préconise le christianisme pratique, postule à terme un rapprochement entre les religions catholique et non-catholiques. Sur ce point, le Père Le Roy, le jésuite, et le docteur Thélin, le calviniste, se retrouvent sur des positions très proches à la veille de la guerre67. Après le conflit, l’attente oecuménique s’exprime à l’ouverture de l’assemblée d’Evanston (du C.O.E.), en 1954 ; elle subsiste, renforcée, lors de la conférence du C.O.E. à Genève, en 1966, à travers le rappel de la « maxime de Stockholm » selon laquelle « La doctrine divise, le service unit »68. Le dynamisme de la voie du « service social », dans la construction oecuménique, contraste avec les lenteurs et les difficultés que rencontrent les théologiens.

69Il faut revenir, pour finir, sur les relations qui se sont établies entre le syndicalisme chrétien et le syndicalisme « d’Amsterdam ». Le projet Maurice Denis intervient dans un processus voulu par la direction générale du B.I.T., à la fois pour mettre fin au monopole exercé par les syndicats affiliés à la F.S.I. et pour renforcer le fonctionnement tripartite de l’O.I.T., autrement dit pour développer des relations de dialogue et de collaboration entre les différentes parties. Dans ce domaine, Albert Thomas et ses successeurs ont trouvé des soutiens déterminés auprès des dirigeants de la C.I.S.C., aussi bien sur le plan international qu’à l’intérieur des sections nationales. Bien que très minoritaire, le syndicalisme chrétien a pu acquérir des positions solides face à la puissante F.S.I. et s’en faire respecter progressivement. L’inauguration de la toile de Maurice Denis marque un tournant important à cet égard. Que des hommes comme Mertens ou Jouhaux (qui voyait dans l’oeuvre de Maurice Denis « une peinture pour une église ») aient pu applaudir à l’inauguration de La Dignité du travail en dit long sur le chemin parcouru. Un chemin irréversible, dans la mesure où les conséquences sociales de la crise, autant que la montée des régimes totalitaires, aboutissaient à une alliance de fait entre les deux Internationales présentes au B.I.T. Pour stimuler ce rapprochement, s’affirme la conviction, de plus en plus partagée, qu’il faut utiliser les moyens du droit et de la diplomatie pour établir davantage de justice sociale, et penser en termes d’universalité.

  • 69 « On l’appelait “Le Père Tessier” », article de Henri Rollet, Le XXe siècle fédéraliste, 23 septemb (...)

70À y regarder de près, entre Serrarens, Jouhaux, Mertens, Tessier, Otte, s’est formée une véritable unité d’action face aux périls des années 1938-1940, prolongée par un accord profond pour sauver le B.I.T. et les espoirs qu’il représentait pour le monde du travail. À ce propos, Il n’est pas excessif d’évoquer une sorte « d’oecuménisme pratique », qu’il s’agisse de protéger les victimes de la crise et du nazisme, de préparer le départ vers l’Amérique du nord, en 1940, puis de construire ensemble le monde de l’après-guerre. Mertens, Jouhaux et Serrarens appartiennent au même Comité pour la construction de l’Europe. Ainsi se profilent les combats communs durant la guerre, la résistance à l’hitlérisme et des convictions fortes pour le retour à la paix. Les rapports étroits, souvent fraternels, qui se sont développés au sein de l’O.I.T. ont pesé sur les relations intersyndicales, dans chaque pays. Comme le relate Gaston Tessier, ses fonctions à la C.I.S.C., à la C.F.T.C. et à Genève ont servi la cause du syndicalisme chrétien en propageant les valeurs qu’il portait, à commencer par la « dignité du travail » au point de forcer le respect des autres organisations69.

71Les acquis sont donc notoires pour la C.I.S.C., au point de faire apparaître dans l’après-guerre un net décalage entre son influence internationale, de plus en plus perceptible, ou sa capacité d’intervention sur le terrain, et son poids numérique réel. Cependant, la question confessionnelle reste pendante et ne tarde pas à resurgir. Dans le cas de la C.F.T.C., tandis que Tessier exerce personnellement un véritable ascendant à Utrecht, son organisation, en France, ne peut esquiver le débat dans ses propres rangs ni se soustraire aux ruptures qu’il entraîne. L’un des enjeux consiste à se demander si le syndicalisme chrétien peut concevoir une morale sociale, développer une action en s’émancipant des encycliques venues de Rome, s’inscrire dans des stratégies d’alliance syndicale avec des formations (comme la C.G.T.) éloignées de toute référence religieuse.

Haut de page

Annexe

Document annexe : Texte du panneau de céramique de Delft offert par la F.S.I.

(il reproduit le Préambule de la partie XIII du Traité de Versailles, en français, anglais, allemand et espagnol) :

Partie XIII du Traité de Versailles du 28 juin 1919. Travail Section 1.
Organisation du travail

Attendu que la Société des Nations a pour but d’établir la paix universelle, et qu’une telle paix ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale ;

Attendu qu’il existe des conditions de travail impliquant pour un grand nombre de personnes l’injustice, la misère et les privations, ce qui engendre un tel mécontentement que la paix et l’harmonie universelles sont mises en danger, et attendu qu’il est urgent d’améliorer ces conditions : par exemple en ce qui concerne la réglementation des heures de travail, la fixation d’une durée maxima de la journée et de la semaine de travail, le recrutement de la main d’œuvre, la lutte contre le chômage, la garantie d’un salaire assurant des conditions d’existence convenable, la protection contre les maladies générales ou professionnelles et les accidents résultant du travail, la protection des enfants, des adolescents et des femmes, les pensions de vieillesse et d’invalidité, la défense des intérêts des travailleurs occupés à l’étranger, l’affirmation du principe de la liberté syndicale, l’organisation de l’enseignement professionnel et technique et d’autres mesures analogues ;

Attendu que la non-adoption par une nation quelconque d’un régime de travail réellement humain fait obstacle aux efforts des autres nations désireuses d’améliorer le sort des travailleurs dans leurs propres pays ;

Les Hautes Parties Contractantes, mues par des sentiments de justice et d’humanité aussi bien que par le désir d’assurer une paix mondiale durable, ont convenu ce qui suit :

Il est fondé une organisation permanente chargée de travailler à la réalisation du programme exposé dans le Préambule *

Offert par la Fédération syndicale internationale

Amsterdam janvier 1926

_____________________________

* Ces deux lignes constituent l’article 387 du Traité.

Haut de page

Notes

1 Communiqué de presse de la Confédération internationale des syndicats chrétiens du 8 juin 1931, Archives de l’O.I.T. (Genève), New building - Collaboration to I.L.O.. for construction, ADM 102-01-1

2 Texte officiel de Quadragesimo anno (ou Q.A.) dans A.A.S. XXIII, 1931, 6, pp. 177-228 et texte français dans la Documentation catholique, 1931, n° 569, col. 1401-1450, revu et annoté par le CERAS pour éd. Spes en 1983.

3 Conférence Internationale du Travail, Quinzième session, Compte rendu des travaux, B.I.T., Genève, mai-juin 1931, vol. 2 (Rapport du Directeur)

4 Sources : Handbook of International Organisations, Geneva, 1925, Publications of the League of Nations ; site Internet de l’International Institute of Social History : www.iisg.nl/archives (propose un historique et les principales sources pour la période, dont l’intervention de Albert Thomas à la conférence de Londres du 22 février 1918). Réfugiée à Londres durant la guerre (1940-1945), la F.S.I. se dissout et renaît sous l’appellation : Fédération Syndicale Mondiale (F.S.M., en anglais : W.F.T.U., pour World Federation of Trade Unions). Elle adopte les principes de la Charte de San Francisco et associe ses efforts à ceux des Nations-Unies.

5 Sur sa place dans les origines de l’O.I.T., Nicolas Valticos, Droit international du travail, Dalloz, 1983, 2e éd. (tome 8 du Droit du travail, s. dir. de G. H. Camerlinck), pp. 23-24. On note que Léon XIII a envoyé un délégué à Bâle et que le Vatican a cotisé à l’Association pour en être membre.

6 Archives de l’O.I.T. (désormais : ILO-Arch.), CAT-7-324-dossiers personnels.

7 Notamment lors de la première Conférence internationale chrétienne, réunie à Cologne en septembre 1911, et qui peut être considérée comme la fondation lointaine (ébranlée par Grande Guerre) de la Confédération d’Utrecht, en 1920, cf. M. Schneider, Die christlichen Gewerckschaften Deutschlands, Bonn, 1982, pp. 81-84 et cf. infra, note 10.

8 J.T. Shotwell, The origins of the International Labor Organization, New-York; Columbia University Press, 1934, 2 vol. (vol. 1, 1ère partie), repris par M. Barbier, L’Église catholique et l’Organisation Internationale du Travail : une demi-siècle de relations, Paris, Centre L.-J. Lebret, 1972, 219 p. (« Foi et développement ») voir Le Roy, « L’Organisation Internationale du Travail », Cahiers du droit, 1956, pp. 105-114. Cette exigence de la nécessaire universalité de l’action juridique à venir et des normes à mettre en place est reprise par de nombreuses personnalités et organisations entre les deux guerres, spécialement quand les États-nations sont tentés par le nationalisme économique. Sur cette idée, voir Joseph Joblin, « Essere Chiesa nella società pluristica », La Civiltà cattolica, quaderno 3101, sett. 1979, pp. 345-357.

9 Sur les rôles respectifs de Jules Zirnheld et de Gaston Tessier dans la formation de la C.F.T.C., y compris sur le plan doctrinal, cf. Maurice Bouladoux, « Gaston Tessier et la C.F.T.C. », La Revue du militant, C.F.T.C., « Formation », n° 32, février 1961. Pour une synthèse récente, Bernard Comte, L’honneur et la conscience Catholiques français en résistance 1940-1944, Paris, 1998 , 304 p. (p. 41)

10 Le siège est fixé à Utrecht. Président, Josef Scherrer (Suisse, protestant), vice-présidents Bernhard Otte (Syndicaliste chrétien allemand, branche textile), Jules Zirnheld (C.F.T.C., France), G.B. Valente (Italie), secrétaire général Petrus Josephus Serrarens (Pays-Bas). Pour éviter d’une part la prépondérance des chrétiens allemands (plus du tiers des effectifs syndiqués) et, d’autre part, un affrontement franco-allemand, les neutres occupent des postes déterminants. Le choix d’Utrecht s’explique par les mêmes raisons. Sur le contexte de la création de l’Internationale d’Utrecht, cf. Patrick Pasture, “Realtà e concezioni europee nei movimento sindacale cristiano tra le due guerre”, Il fattore religioso nell’integrazione europea, s. dir. de Alfredo Canavero et Jean-Dominique Durand, Milan 1999, pp. 373-386.

11 Parmi eux, citons quelques personnalités qui vont jouer un rôle de premier plan dans la future O.I.T., (ou la soutenir depuis l’extérieur) tels que les Britanniques E. J. Phelan et Harold Butler -futur directeur général adjoint-, les Français Léon Jouhaux et Louis Loucheur, l’Américain S. Gompers.

12 Voir le texte de ce Préambule en annexe. La Partie XIII du Traité de Versailles figure également dans les Traités de Saint-Germain et de Trianon, ainsi que dans le Traité de Neuilly (Partie XII).

13 Il s’agit du secrétaire américain du Travail, William Bauchop Wilson, premier secrétaire du Travail de l’Union (1913-1921). Le président des États-Unis, Thomas Woodrow Wilson, ne se désintéresse pas de la conférence fondatrice de l’O.I.T., mais il est absorbé alors par la mise en place de la S.D.N. et par la bataille engagée, dans son pays et ailleurs, pour la ratification du Traité de Versailles.

14 Ce sont les Anglo-saxons qui assurent son élection, sur sa promesse de s’adjoindre le Britannique Harold Butler (qui lui succède logiquement en 1932). Sur cette négociation, cf. E.J. Phelan, Albert Thomas et la création du B.I.T., Grasset, 1936, 367 p. (pp. 56-58)

15 Sa conception de l’économie et du contrôle que le capitalisme doit accepter lui vaut d’être sévèrement contré par une partie du patronat français, voir Madeleine Rebérioux et Patrick Fridenson, « Albert Thomas, pivot du réformisme français », Le Mouvement social, avril-juin 1974, pp. 85-97 ; voir aussi la conclusion de A. Hennebique, « Albert Thomas et le régime des usines de guerre, 1915-1917 », Le Mouvement social, n°2, 1977, p. 144.

16 En octobre 1919, la S.D.N. n’est pas encore en place sur le plan juridique. L’O.I.T. est donc créée avant que la S.D.N., dont elle dépend sur les plans financier et juridique, n’existe officiellement. Voir la mise au point de Arthur Fontaine, délégué français, sur cet aspect et sur le travail mené conjointement avec Léon Bourgeois “père de la S.D.N.” (sic) dans le Compte rendu de la 1ère Conférence internationale du travail, Washington, 1919, 1ère séance, 19 octobre, p. 9

17 William B. Wilson, président de la conférence, ibid., p. 7. Le principal point de l’ordre du jour est la discussion de la journée de 8 heures.

18 Compte rendu de la 1ère Conférence internationale du Travail, Washington, 1919, Appendice, vol. 2, p. 202. Selon le Traité de Versailles, le gouvernement choisit les délégués ouvrier et patronal “d’accord avec les organisations professionnelles les plus représentatives, soit des employeurs, soit des ouvriers”.

19 Lors de la deuxième Conférence internationale, à Gênes, Albert Thomas fait adopter la ville de Genève comme siège de l’O.I.T., suivant en cela la décision de la Conférence de Paix qui avait déjà désigné la ville comme siège de la future S.D.N., le 29 avril 1919. La troisième Conférence internationale du Travail s’est donc tenue à Genève, en octobre 1921. Ce choix rendait impérative l’acquisition ou la construction d’un bâtiment pour l’O.I.T. Compte rendu de la troisième session de la Conf. int. du Travail, Genève, S.D.N., 1921, discours d’ouverture de Arthur Fontaine (25 octobre).

20 Le 19 mai 1925, le service de presse du directeur proteste ainsi dans son communiqué : “La Direction n’est pas une « succursale d’Amsterdam » au service de l’Internationale syndicale socialiste. La Direction du Bureau a conscience de n’avoir servi aucune autre politique que l’accomplissement de la mission qui lui a été tracée (...elle) a recherché constamment l’unité et la bonne entente de tous ceux qui veulent établir une législation internationale du travail” -ILO Arch., CAT 7-702.

21 Lettre de J. Oudegeest à Albert Thomas, 23 déc. 1925, ILO-Arch., New Building Gift, ADM-102-01-16909.

22 Leurs premiers contacts personnels se produisent quand Thomas, fâché de voir Tessier écarté de la délégation française, lui confie une mission officielle, en 1926, afin qu’il enquête sur les syndicats chrétiens d’employés allemands et entre en contact avec l’abbé Brauns, ministre du Travail du Reich (République de Weimar). Cette médiation facilite beaucoup l’entrée de l’Allemagne à l’O.I.T. et sa ratification de la journée de 8 heures. ILO-Arch. - CAT 7-702, lettre de Gaston Tessier à Albert Thomas sur sa mission à Essen (Ruhr) et synthèse de l’action de Tessier par Albert Thomas, le 4 janvier 1927.

23 Sur la nécessité d’intéresser le Vatican à l’action internationale de l’O.I.T., et sur ses échanges avec Albert Thomas en 1920-21, voir la lettre de Mgr Nolens au cardinal Gasparri, secrétaire d’État, septembre 1921, Archives Nolens, Nimègue, Dom-567, document communiqué par le Père Joseph Joblin.

24 Le Père Arnou reste en fonction jusqu’en 1932 et quitte Genève quelques semaines avant la mort d’Albert Thomas. Lui succède, pendant un an, le Père Danset, jésuite également venu de Vanves. Après une interruption, arrive à Genève un troisième prêtre jésuite, toujours formé à l’Action populaire, le Père Albert Le Roy, qui donne un prestige considérable à la fonction durant son long mandat (1936-1955). Aujourd’hui, la fonction de special advisor (reconduite par contrat annuel à l’origine) s’est transformée en poste fixe, tenu par un titulaire de haut rang diplomatique...et toujours un jésuite !

25 Sur le rôle précoce et essentiel de Daniel Le Grand, voir Raymond Weiss, Un précurseur de la législation internationale du travail : Daniel Le Grand (1783-1859) Son oeuvre sociale et internationale. Préface d’Albert Thomas, Paris, Libraire des sciences politiques et sociales, Marcel Rivière, 1926, pp. 252-254 et pp. 257-258 (coll. “ Bibliothèque générale d’économie politique ”). La fondation de l’Association internationale pour la protection légale des travailleurs (voir supra, note 4), à Bâle, en 1901, doit beaucoup à la pensée de Le Grand.

26 Texte final : La Conférence universelle du christianisme pratique, Stockholm, 19-29 août 1925, Saint-Étienne, Éd. du Christianisme social, 1926.

27 L’année suivante, Albert Thomas insiste et souligne à nouveau “ ...l’identité profonde des conclusions adoptées par la Conférence de Stockholm avec les principes de la Charte internationale du travail ”, Conférence internationale du Travail, Onzième session, Compte Rendu Provisoire, Genève, S.D.N., 1928 (Septième séance, 2 juin 1928, § 77 du Rapport général du Directeur)

28 Il faut mentionner ici la Y.M.C.A., organisation mondiale comportant une branche masculine et une branche féminine (Y.W.C.A.). Depuis 1895, s’est également développée la World’s Student Christian Federation, dont le siège se fixe à Genève.

29 ILO-Arch., P. 156, dossier personnel de Georges Thélin à l’O.I.T., 1920-1940.

30 Conférence internationale du Travail, Dixième session, Genève, S.D.N., 1927, vol. 2 : Rapport du Directeur présenté à la Conférence, chap. 3, pp. 51, 53-56 et 59-60.

31 En 1930, la C.I.S.C. compte 14 confédérations nationales (correspondant à 11 pays) et 15 Fédérations internationales de métiers (affiliations dans 13 pays). La Confédération d’Utrecht annonce un effectif de 2.381.000 membres. Ne sont pas représentés à la C.I.S.C. les Syndicats chrétiens d’Amérique latine, du Canada, des Pays baltes. La même année, le B.I.T. reconnaît 14 millions de membres à la F.S.I., dont 2 millions de femmes, répartis entre 22 centrales nationales

32 Conférence internationale du Travail, Onzième session, Compte Rendu Provisoire, Genève, S.D.N., 1928 (septième séance, 11 juin, pp. 193-195). Serrarens s’exprime en français. Il interpelle Jouhaux, car celui-ci, après intervention d’Albert Thomas, s’était engagé, l’année précédente, à ce que la F.S.I. laisse entrer un délégué de la C.I.S.C. au Conseil d’administration de l’O.I.T. Léon Jouhaux a joué le jeu, l’année suivante, mais ses troupes ne l’ont pas suivi...(p. 195)

33 Selon Zirnheld, le congrès est marqué par trois événements majeurs : J. Scherrer laisse la place à Bernhard Otte, syndicaliste allemand venu de la branche (président de la Fédération nationale puis internationale des syndicats chrétiens du textile). Il est convaincu de la nécessité d’un axe franco-allemand, à faire prendre en charge par le syndicalisme chrétien ; Albert Thomas vient prendre la parole et rend hommage à l’action du syndicalisme chrétien ; les délégués allemands, belges et français tournent la page des années d’affrontement et de suspicion au cours d’un gigantesque Bierabend, joyeuse et confraternelle beuverie à la bière.... Jules Zirnheld, Cinquante années de syndicalisme chrétien, Paris, Ed. Spes, 1937 (pp. 116-117). Zirnheld a été prisonnier de guerre durant les hostilités, comme son homologue belge, H. Pauwels.

34 « Albert Thomas et le syndicalisme chrétien », témoignage de Petrus Josephus Serrarens dans : Un grand citoyen du monde Albert Thomas vivant Études Témoignages Souvenirs, Publ. de la Société des Amis d’Albert Thomas, Genève, 1957, 343 p. (pp. 309-310)

35 Ce qui est présenté officiellement par le bureau de presse de l’O.I.T. en 1931 comme résultant d’une « idée de l’artiste » doit beaucoup à Arthur Fontaine, comme en témoigne un extrait du Registry de 1931 relevé par le Père Joblin pour le professeur J. P. Gribling (biographe de Mgr Nolens) : « On laisse (Maurice Denis) libre de suivre son inspiration (...) Le thème lui a été suggéré par M. Arthur Fontaine ». ILO-Arch., File ADM 102-01-1-1

36 Lettre de Serrarens à Henseler du 12 mars 1929. ILO-Arch., File ADM 102-01-1-11.

37 L’encyclique Quadragesimo anno sur la restauration de l’ordre social (15 mai 1931), Ed. Spes, 1932, pp. 29-30. Pie XI va un peu plus loin sur ce point que Pie X dans Singulari quadam, du 24 sept. 1912, adressée aux évêques allemands.

38 L’itinéraire d’Adam Stegerwald est paradigmatique : pionnier du syndicalisme chrétien allemand avant la Première Guerre (Cologne, Essen, 1910-1912), avec une tonalité « interkonfessionelle », il se définit en 1920 comme « ...Allemand, chrétien, démocrate et social ». Il prend une part active, en 1919, au grand rassemblement des syndicats non-socialistes et non-marxistes et devient président de la puissante DGB (Deutsche Gewerkschaftsbund) avant de siéger au Centre de la majorité weimarienne. L’Allemagne de Weimar lui doit en grande partie son entrée à l’O.I.T. en 1926. En 1945, il est l’un des théoriciens et co-fondateurs de la Christlich-Sozialen Union (C.S.U., Bavière). Renseignements tirés de l’excellent site : Biographisch - Bibliographisches Kirchenlexicon (www.bautz.de/bbkl) et de Bernhard Koch, 100 Jahre Christliche Gewerkschaften, Frankfurt, 1998, pp. 115-117.

39 Ibidem. Hans Henseler est un personnage-clef dans cette difficile négociation. Citoyen allemand, plombier de profession, militant catholique, originaire de Duisburg, il occupe au B.I.T. les fonctions de « responsable des relations avec les organisations ouvrières chrétiennes ». Ses supérieurs ont beaucoup apprécié son efficacité lors des négociations avec l’Allemagne, en 1925 et 1926, puis la qualité des relations qu’il a su établir entre O.I.T. et syndicats allemands de la C.I.S.C., enfin, en 1927-1928, entre les chrétiens et l’Internationale d’Amsterdam. ILO-Arch., P 928, rapports annuels de 1926, 1928, 1929 (dossier administratif personnel d’évaluation).

40 Lettre de Serrarens à Arthur Fontaine, du 3 déc. 1929. ILO-Arch., File ADM 102-01-1-19. Arthur Fontaine est un intime de Maurice Denis. Il l’a fréquenté dès la période « nabie » et il est demeuré constamment en relation avec lui, bien que leur catholicisme fût différent. Arthur Fontaine a été résolument dreyfusard. Denis s’est rangé dans le camp antidreyfusard. Renseignements donnés par M. Cointepas, thèse en préparation sur Arthur Fontaine (Paris I).

41 Lettre de Maurice Denis à M. le Directeur du B.I.T., 2 mars 1930, ILO-Arch., File ADM 102-01-1-17.

42 Sur le rôle de ces Ateliers au lendemain de la Guerre, voir Dario Gamboni, « De « Saint-Sulpice » à l’« art sacré » » Qualification et disqualification dans le procès de modernisation de l’art d’église en France (1890-1960) », Crises de l’image religieuse Krisen religiöser Kunst, sous la direction de Olivier Christin et Dario Gamboni, Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1999, pp. 239-261 (p. 241-247)

43 L’attirance éprouvée par l’ancien nabi est loin d’être exceptionnelle. C’est presque une affaire de génération, note É. Fouilloux, Une Église en quête de liberté La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II 1914-1962, Paris, 1998, 325 p. (pp. 70-71)

44 Notations biographiques et citations sont tirées de Jean-Paul Bouillon, Maurice Denis, Genève, 1993, 211 p. (pp. 97-101) ; du Dictionnaire de la peinture française, Paris, 1989, 520 p. (coll. “ Essentiels ”) ; du Catalogue de l’exposition de Lyon - Cologne - Liverpool et Amsterdam, Maurice Denis (1870-1943), Lyon, 1994, 376 p.

45 Jean-Paul Bouillon, Maurice Denis..., op. cit., p. 103. Derrière ce que Maurice Denis appelle le “ réalisme ” , c’est évidemment le “ réalisme chrétien ” qui est posté.

46 Lettre de Maurice Denis à Albert Thomas, 2 mars 1930. ILO-Arch, File ADM 102-01-1-19.

47 Lettre de Serrarens à Albert Thomas, 24 juin 1931 (15 jours après l’inauguration), ILO-Arch., File ADM 102-01-1-24. Rien, dans la documentation consultée, ne permet d’expliquer l’absence surprenante de Maurice Denis le jour de l’inauguration.

48 Les jours qui précèdent l’inauguration, la Conférence du Travail commente l’encyclique à plusieurs reprises. Le président de la Conférence, le Polonais Sokal, en donne même un commentaire approfondi dans son discours inaugural en insistant sur la double défiance que contient le texte, autant vis-à-vis du libéralisme que vis-à-vis du collectivisme, et conclut : « Comme on le lit dans l’encyclique, il faut absolument réformer le régime économique et le ramener aux normes de la justice sociale » Conférence internationale du Travail, 15e session, Compte Rendu Provisoire, Genève, S.D.N., 1931, vol. 1, pp. 489-491.

49 Discours prononcé à la réception du tableau de Maurice Denis le 9 juin 1931 ..., ILO-Arch., CAT, 2-31-1-10

50 Albert Le Roy, Catholicisme social et organisation internationale du travail, Paris, 1937 (l’imprimatur lui est donné par le Père Gustave Desbuquois)

51 Quadragesimo anno, sur ce point, est dépourvue de toute ambiguïté : “ C’est à la maison avant tout, ou dans les dépendances de la maison, et parmi les occupations domestiques, qu’est le travail des mères de famille. C’est donc par un abus néfaste, et qu’il faut à tout prix faire disparaître, que les mères de famille, à cause de la modicité du salaire paternel, sont contraintes de chercher hors de la maison une occupation rémunératrice ”, extrait de la version française de l’encyclique, Ed. Spes, rééd. (avec tables et analyses) de 1936, pp. 63-64.

52 La C.I.S.C. est dirigée par un Bureau qui compte 19 membres, dont trois représentantes des femmes au travail (chiffres de 1931)

53 Conférence internationale du Travail 17e session - 1933 Compte Rendu des travaux, Genève, S.D.N., 1933 (25e séance, 29 juin 1933, pp. 426-427)

54 Germany under National Socialism, Ed. by Christian Democrat., 1933, 80 p. (ouvrage difficile à trouver ; un exemplaire est conservé à la British Library, 8074.c.42)

55 Le Père Le Roy recourt, dans cette édition, à Pauwels, président des syndicats chrétiens de Belgique : « (L’) aspiration collective vers une humanité toujours plus haute ne s’appuie pas sur un bas sentiment d’envie ni sur une préoccupation matérialiste, mais sur le désir profond de la reconnaissance d’une dignité plus élevée, celle de la personne humaine », Albert Le Roy, Catholicisme social..., note 1, p. 56

56 Albert Le Roy, « Le Cinquantenaire de Rerum novarum », Revue internationale du travail (revue de l’O.I.T.), B.I.T., Montréal, vol. XLIV, n°4, 1941 (p. 1-20)

57 Déclaration concernant les buts et objectifs de l’O.I.T., Annexe XIII du Compte Rendu des Travaux de la XXe session de la Conférence Internationale du travail, avril-mai 1944, Philadelphie, éd. B.I.T., Montréal, 1947, pp. 586-588.

58 E. J. Phelan, Intervention du secrétaire général de la Conférence..., Compte Rendu des Travaux de la XXe session de la Conférence Internationale..., pp. 176-181. E. J. Phelan joue, en 1944, un rôle de premier plan à Philadelphie. Il est à la fois secrétaire général de la Conférence et Directeur général du B.I.T. par intérim.

59 Albert Le Roy, The dignity of labor The Part Played by Catholics in the Work of the International Labor Organization, Maryland, 1957, 79 p.

60 ILO-Arch., NGO 2-01-3, rapport sur le Rassemblement (...) 13 sept. 1957.

61 ILO-Arch., Z-1-143-1-1 (J1), Note de synthèse du 19 avril 1969

62 Sur l’usage antilibéral de Lacordaire par Paul VI, Paul Bouvier, Paul VI prophète ? L’Athanor, 1979, pp. 41-60 (à propos du voyage à Genève)

63 Texte intégral dans le livre-souvenir réalisé et publié par l’O.I.T. sous le titre : Mission of justice and peace The Visit of Pope Paul VI to the International Labour Conference, Geneva, 1969. L’ouvrage comporte plusieurs photos de la visite, et une photo de La dignité du travail commentée (le cliché est en couleurs, mais, hélas, très retouchées par un maquettiste qui, visiblement, n’aime pas un certain côté Puvis de Chavannes chez Maurice Denis). Ce voyage a été couvert par les chaînes de TV internationales de l’époque. Pour le mettre en perspective, voir l’étude de Jean-Dominique Durand, sous presse : « De l’O.N.U. à l’O.I.T. L’Église et la société civile dans les voyages apostoliques de Paul VI », Brescia, Istituto Paolo VI.

64 Jean Bruck, texte cité dans Mission of justice and peace..., p. 12. À noter que dans ce livre-souvenir, l’origine de la commande du tableau est attribuée à ... Albert Thomas lui-même : “ A l’époque de la construction du siège, le socialiste Albert Thomas sollicitait de la Confédération Internationale des Syndicats Chrétiens une oeuvre d’art destinée à « symboliser la notion chrétienne du travail » (ibidem)

65 Voici ce que le directeur du G.A.T.T. écrit à la FIPOI pour justifier le recouvrement du panneau offert par la F.S.I. : “ The presence of this panel was inappropriate in a building which (is) now to be the headquarters of GATT ”, copie de la lettre du 16 mai 1975, Arch-ILO, Adm. New building, 102-01. (La FIPOI est l’organisme chargé de la bonne gestion des bâtiments internationaux, et, à ce titre, gardien des oeuvres d’art fixes -biens immobiliers- de l’ancien siège de l’O.I.T.)

66 ILO-Arch., RL 01/3/6, Lettre de H. Henseler (du B.I.T.) à Petrus Josephus Serrarens, du 9 déc. 1939.

67 Georges Thélin, “..pratique la justice ”Le christianisme social et l’Organisation Internationale du Travail, Genève, Paris, 1939, 135 p. (pp. 6-7)

68 Sur ces progrès de l’oecuménisme à travers le christianisme pratique, voir Les Églises protestantes et la question sociale Positions oecuméniques sur la justice sociale et le monde du travail, par L. Christiaens, s.j., et F. Dermange, B.I.T., Genève, 1996, 128 p. (pp. 11-13)

69 « On l’appelait “Le Père Tessier” », article de Henri Rollet, Le XXe siècle fédéraliste, 23 septembre 1960, p. 12

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Palais de l’O.I.T. lors de son inauguration en 1926, Genève, rive droite du lac Léman
Crédits (cliché Arch-ILO)
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/4187/img-1.png
Fichier image/png, 627k
Légende Fig. 2. Allégorie centrale (détail du panneau de Delft ; voir l’ensemble fig. 3) intitulée : La construction de l’avenir.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/4187/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Légende Fig. 3 Panneau mural en céramique de DelftInscription au feu du texte du Préambule de la Partie XIII du Traité de Versailles, en 4 langues.Dimension : 4, 87 m x 3, 42 m (environ 2012 carreaux)Panneau offert en 1926 par la F.S.I. (Internationale d’Amsterdam), posé en 1927, 1er étage du bâtiment de l’O.I.T. Voir le texte français en annexe.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/4187/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16M
Légende Fig. 4. La Dignité du travail, Toile de Maurice Denis (1931)6 m x 3 m. Offerte par la C.I.S.C. Siège de l’O.I.T. (Genève)
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/4187/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 10M
Légende Fig. 5 : Maurice Denis exécute des retouches après le marouflage de la toile, dernière semaine du mois de mai 1931
Crédits (tiré de : Jean-Paul Bouillon, Maurice Denis, Genève, 1993, 211 p. -p. 99)
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/4187/img-5.png
Fichier image/png, 832k
Légende Fig. 6 : Détail de la Dignité du travail : Marie à la quenouille.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/4187/img-6.png
Fichier image/png, 662k
Légende Fig.7. La Dignité du travail
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/4187/img-7.png
Fichier image/png, 1,3M
Légende Fig. 8. Détail : le groupe des dirigeants syndicaux chrétiens : Jules Zirnheld, président de la C.F.T.C. et vice-président de la C.I.S.C ; Bernhard Otte (1883-1933), syndicaliste allemand chrétien (catholique), vice-président de la C.I.S.C. à sa fondation, président en 1928, vice-président du 71e Katholikentag (1932, Essen), opposant de la première heure à Hitler, victime du nazisme ; Petrus Josephus Serrarens, en haut (secrétaire général de la C.I.S.C.) et Gaston Tessier, en contrebas.
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/4187/img-8.png
Fichier image/png, 2,5M
Légende Fig. 9 : visite d’un groupe de syndicalistes de la Fédération C.F.T.C. du Vêtement, le 30 août 1955
Crédits (Arch-ILO, B4/40)
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/4187/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 10, ci-contre : visite de Mgr Léon J. Cardijn, aumônier général de la J.O.C. Internationale, le 19 fév. 1957. Mgr Cardijn est le second en partant du bas de l’escalier, juste au-dessous de David Morse, qui pointe l’index vers la toile.
Crédits Cliché O.I.T. (Arch-ILO, B4/73)
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/4187/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 11, ci-dessous  : visite de Gaston Tessier le 21 février 1958 (au centre, une serviette de cuir à la main). Reçu par le directeur général du B.I.T., David Morse (à la gauche de Gaston Tessier). En contrebas, une serviette sous le bras gauche, Auguste Vanistendael, secrétaire général de la C.I.S.C. Tessier en est le président depuis 1948.
Crédits Cliché O.I.T. (Arch-ILO, B4/76)
URL http://journals.openedition.org/chretienssocietes/docannexe/image/4187/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 754k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Delpal, « Sur le tableau de Maurice Denis : La Dignité du travail
(Genève, 1931)
 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 9 | 2002, mis en ligne le 04 avril 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/4187 ; DOI : 10.4000/chretienssocietes.4187

Haut de page

Auteur

Bernard Delpal

Institut d’Histoire du Christianisme Université Jean Monnet – Saint-Etienne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals