Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses 1994-1995

Hervé Laffay, Dom Augustin de Lestrange et la réforme du monachisme sous la Révolution, l’Empire et la Restauration, Thèse pour le doctorat d’histoire, Université Jean Moulin-Lyon 3, 1994

Jury : Mgr. Giuseppe Maria Croce, conservateur à l’Archivio Segreto Vaticano, professeur à l’université Grégorienne (Rome), R.P. Guy Bedouelle, o.p., doyen de la Faculté de théologie de Fribourg (Suisse), M. Philippe Boutry (université Paris XII), M. Jean-Dominique Durand (université Lyon 3), M. Régis Ladous (université Lyon 3), rapporteur.
Régis Ladous
p. 111-113

Texte intégral

1La thèse de M. Laffay porte sur Dom Augustin de Lestrange et la réforme du monachisme sous la Révolution, l’Empire et la Restauration. Le titre montre déjà l’originalité du thème. Non seulement le monachisme n’a pas attendu Dom Guéranger pour réapparaître en France, mais il n’y a jamais disparu. Dom Augustin de Lestrange, prieur de la Trappe et abbé de la Valsainte, fut l’un des principaux animateurs du mouvement de réforme monastique qui s’affirma à la fin de l’Ancien Régime, et dont les événements de 1789-1815 accentuèrent, sans le créer, l’aspect rancéen. Dom Augustin ne voulut pas faire de lecture politique de la Révolution et de l’Empire, il ne les vécut pas comme des ruptures, il ne fut jamais un émigré selon la loi ou selon l’esprit. Il en fut de même dans le domaine religieux, où il ne prétendit ni restaurer ni innover, mais accomplir enfin dans tous les monastères qu’il maintint ou fonda, la grande réforme selon Rancé.

2Plusieurs éléments vont cependant pousser Dom Augustin à durcir les rigueurs rancéennes. Non pas le thème maistrien de l’expiation réparatrice, absent de son discours, mais, d’abord, le tempérament de cet « abbé-tempête ». Il s’est exercé aux rigueurs comme maître des novices de la Grande Trappe, puis comme cavalier, piéton et marin infatigable, voyageant dans les pires conditions pour fonder, des Russies aux Amériques, un chapelet de monastères survivant eux-mêmes dans les pires conditions. D’autre part l’abbé disposa jusqu’en 1815 d’une très grande autonomie par rapport aux autorités religieuses. Il appliqua motu proprio ses Règlements de la Valsainte et se conduisit de fait comme un chef d’Ordre, ce qu’il ne fut jamais selon le droit canon. Il accumula ainsi, pendant plus de vingt ans, toute une troupe de disciples dévoués corps et âmes, mais aussi des comptes bien lourds qui furent durement soldés après la Restauration. Par gros temps, Dom Augustin fut un grand pêcheur d’hommes, mais il ne sut pas composer avec l’appareil ecclésiastique quand le calme fut revenu. C’est ainsi que son œuvre survécut, mais pas sa mémoire. Le nom de ce grand moine d’aventure devint tabou au point que tout ce qu’il a fait et écrit fut attribué à ses successeurs par l’historiographie dévote.

3Et pourtant Lestrange sut s’adapter aux exigences du siècle, en créant à la demande et satisfaction des autorités civiles des écoles et des hospices, avec, pour s’en occuper, un tiers-ordre enseignant et des trappistines. Il sut toujours montrer l’ « utilité » de ses fondations, selon l’esprit du monde. Jusqu’à l’excommunication de l’empereur, il s’entendit fort bien avec Napoléon, et n’eut qu’à se louer des « hérétiques » chez qui il alla fonder des monastères, Empire Russe, Allemagne du Nord, Royaume-Uni. Après la Suisse, ce fut en Westphalie et en Angleterre qu’il obtint ses plus beaux succès, avant de pouvoir retourner en France. Bref, il s’entendit bien avec tout le monde, sauf avec ceux qu’il importait de ménager, la Curie romaine et les évêques des diocèses où il tenait garnison. La fin de sa vie fut assombrie par un interminable conflit avec l’évêque de Laval : il mourut en 1827 chez ses trappistines de Vaise, au retour d’un séjour romain où il ne fut ni condamné, ni entendu.

4Hervé Laffay a travaillé dans des fonds extrêmement dispersés. Pour rendre au monachisme trente années de sa mémoire, des années 1790 aux années 1820, il a dû mener un travail de recherche important, exigeant de nombreux déplacements, dont trois séjours à Rome comme boursier de l’École française. La chasse aux documents sur la piste d’un grand actif qui fut parfois un grand agité aurait pu le conduire à privilégier la face externe des choses. Elle nous est montrée, non sans humour. Mais l’on découvre aussi les dimensions proprement spirituelles de la vocation et du parcours lestrangien. Loin de toute hagiographie, Hervé Laffay s’attache à situer, c’est-à-dire à critiquer, et parfois durement. Pour Lestrange, tendu entre l’urgence du salut et la confiance en la providence, une œuvre entreprise était une œuvre achevée, il s’en remettait à un disciple du soin de débrouiller l’affaire, et de la pousser vaille que vaille. Assuré d’ouvrir la seule voie qui permette de vivre pleinement le christianisme, il ne regardait pas trop aux moyens, comme le montrent ses rapports hasardeux avec l’argent. De ceux qui le suivaient, il ne se contentait pas d’être obéi, il exigeait de l’héroïsme, et durement. Si l’on trouve malgré tout tant de vocations dans son sillage et des solides, c’est qu’il employait son prodigieux charisme à remplir un grand vide spirituel, en liaison avec les autres fondateurs du début du siècle, à commencer par Anne-Marie Javouhey et Madeleine-Sophie Barat. Au fond, son principal échec concerne peut-être ce qu’on appellerait aujourd’hui « l’image de marque » des trappistes. À sa mort, c’est l’image romantique qui prévaut. Elle n’est pas repoussante, mais elle est fausse. Lestrange, ce grand vivant, n’a pas voulu fonder des asiles pour désespérés. Cette image-là a été forgée par ses ennemis, et reprise par les curieux.

5En conclusion, le travail de M. Laffay montre que l’histoire du monachisme contemporain s’ancre profondément dans l’histoire monastique des XVIIe et XVIIIe siècles (un XVIIIe siècle poussé jusqu’à 1815). La continuité l’emporte sur la rupture, la filiation sur la fondation. Mais il montre aussi l’importance que prirent à partir du Concordat les liens entre moines et congréganistes, qui s’influencèrent réciproquement, Dom Augustin, par exemple centralisa la réforme de la Valsainte comme s’il en était le supérieur général, il alla jusqu’à songer à un noviciat unique pour toutes les maisons relevant de son autorité. D’autre part, il entendait travailler directement au salut de ses contemporains. Chez lui, la création d’écoles et la formation d’un tiers-ordre enseignant ne furent pas des accidents de parcours.

6Comme le conclut Mgr Croce, l’œuvre de Dom Augustin de Lestrange, avec tout ce qu’elle peut avoir de heurté et d’inachevé, « a assuré la survie du monachisme d’observance bénédictine sous la Révolution et l’Empire. Sans la contribution de l’abbé de Lestrange, l’ordre cistercien n’aurait probablement pas connu l’étonnante vitalité dont il a fait preuve à l’époque contemporaine, en Europe et aux États-Unis ».

7À l’unanimité, le jury décerne au candidat la mention très honorable, avec ses félicitations, et en souhaitant que le travail de M. Laffay soit rapidement publié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Ladous, « Hervé Laffay, Dom Augustin de Lestrange et la réforme du monachisme sous la Révolution, l’Empire et la Restauration, Thèse pour le doctorat d’histoire, Université Jean Moulin-Lyon 3, 1994 », Chrétiens et sociétés, 2 | 1995, 111-113.

Référence électronique

Régis Ladous, « Hervé Laffay, Dom Augustin de Lestrange et la réforme du monachisme sous la Révolution, l’Empire et la Restauration, Thèse pour le doctorat d’histoire, Université Jean Moulin-Lyon 3, 1994 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 2 | 1995, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/432

Haut de page

Auteur

Régis Ladous

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals