Navigation – Plan du site
Mélanges
Soutenances de thèses 1994-1995

Frédéric Meyer, Les Franciscains récollets de la province saint François de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Thèse pour le doctorat d’histoire de l’Université Lumière Lyon 2, 28 janvier 1995

Jury : Denis Crouzet (président), Bernard Dompnier (rapporteur), Jean-Pierre Gutton (directeur de thèse).
Bernard Hours
p. 118-121

Texte intégral

1Avec plus de 2 500 religieux à la fin du XVIIIe siècle en France, pour 2400 Observants et 4 400 Capucins, les Récollets méritaient qu’on s’intéressât enfin à eux. F. Meyer a tenté d’expliquer ce qui apparaît globalement comme un échec, par la problématique d’une adéquation / inadéquation à la société du temps, dans les rapports de cet ordre à la fois avec les réguliers et avec la cité.

2L’originalité des Récollets réside dans l’alliance entre l’esprit de récollection et l’apostolat, associés à la pauvreté, l’ascèse et la fidélité aux origines franciscaines. Leur indulgence dans la confession, leur compassion à toute souffrance et leur prédication rassurante sont peut-être les principaux ressorts de leur succès jusque dans les années 1660, appuyé sur un recrutement urbain et dans le monde des offices. Succès relatif : à la même époque les Capucins fondent une soixantaine de maisons dans la même région, soit deux fois plus. Aux armées, les Lazaristes aussi fournissent de nombreux aumôniers. Quant aux clercs réguliers, ils fournissent avec les Capucins, les principales cohortes de prédicateurs, d’autant que les Récollets refusent en 1624 la Mission des Cévennes. Dès le début du XVIIIe siècle, le recrutement décline, l’ascèse et l’esprit apostolique semblent régresser tout comme la durée de l’oraison quotidienne. A la fin de la période, les frères réclament désormais la stabilité dans leur maison. L’ordre perd en même temps de son originalité. Cette évolution accompagne ou suit celle du recrutement : la marchandise l’emporte sur la robe. Tout se passe comme si les Récollets avaient refusé une adaptation au temps : tandis que le recrutement des Capucins se ruralise, les Récollets s’accrochent à la ville. Ils refusent une certaine démocratisation que l’on observe par exemple chez les Oratoriens. Le modèle qu’ils proposaient correspondait à l’idéal dévot du premier XVIIe siècle, mais il tombe en désuétude dans un christianisme qui évolue de « l’angoisse du salut à l’organisation de la cité ».

3J.-P. Gutton qui a assumé la direction de cette recherche, rend hommage au « thésard » professeur de lycée et souligne les qualités du travail ; la mise en valeur du rôle des villes et des notables, la spécificité militaire de l’ordre, l’étude démographique et particulièrement de la longévité des Récollets, du tiers-ordre, de l’apostolat, du décalage entre l’évolution des notices nécrologiques et celle du recrutement. Il regrette toutefois que le candidat n’ait pas essayé de reconstituer des lignages dévots.

4Mais F. Meyer pense que le modèle proposé par D. Dinet survalorise les liens familiaux dans le recrutement et sous-estime les amitiés de jeunesse. Il justifie aussi de n’avoir pas étudié le contexte régional, et notamment la présence des protestants, par leur absence paradoxale de la documentation. L’absence de bilan alimentaire est regrettable, mais imputable aux sources. Reste que l’étude du temporel souffre d’une négligence : la mutation monétaire de 1726 n’a pas été prise en compte, ce qui annule les comparaisons de part et d’autre de cette date. J.-P. Gutton ne partage pas les conclusions sur la promotion de la femme au sein des confréries récollettes : son statut lui semble très comparable à celui qu’offrent les confréries charitables du temps. Quant à l’échec de l’ordre, plutôt que d’évoquer l’organisation rationnelle de la cité, il aurait fallu insister sur l’idée de sécularisation, prise en charge par la prédication.

5À son tour, B. Dompnier souligne les qualités d’un travail bien documenté : la définition des aires d’influence à partir des zones de quête, celle des modèles de la vie religieuse grâce aux notices nécrologiques et de la spiritualité à partir de l’iconographie, l’étude des bâtiments enfin. La lacune historiographique dont souffrent les Récollets s’explique largement par leur fusion finale dans l’Observance et leur extension géographique limitée. Quelques réserves : l’analyse du contenu des bibliothèques ne tient pas assez compte des livres morts, des dons et des livres non décrits par les inventaires. Dans les budgets, il ne faut pas oublier la part des quêtes qui n’est jamais connue et qui lui fait penser que le revenu par religieux était sans doute plus favorable au XVIIe qu’au XVIIIe siècle. On attendait de B. Dompnier des remarques sur l’étude du recrutement. Il regrette un certain manque d’audace : il aurait fallu dresser la liste la plus complète possible des noviciats, et celle des créations avortées, établir une courbe cumulative de tous les renseignements sur deux siècles, croiser les courbes des décès et celles des vêtures en se souvenant qu’un ordre recrute souvent en fonction de ses besoins. Enfin, les Récollets lui paraissent étayer une interprétation globale déjà esquissée à propos des Capucins. Au XVIIIe siècle, la vie religieuse semble se recentrer sur l’intérieur du couvent et s’aligner sur l’idéal des grands ordres monastiques, en particuliers bénédictins. On ne peut donc pas juger le Récollet de 1750 à l’aune de celui de 1650.

6Il revenait à Denis Crouzet de conclure. Sans revenir sur les éloges auxquels il souscrit, il émet quelques regrets : il s’interroge sur le lien possible entre les fondations récollettes et l’existence d’une mentalité post-ligueuse, tandis que les Capucins auraient été plutôt royalistes ; Il remarque aussi la faible part des auteurs espagnols dans les bibliothèques alors que Lyon est un centre important d’édition de la littérature de spiritualité espagnole. Quant à l’iconographie, l’étude lui en paraît trop limitée à une description thématique : ne pouvait-on pas repérer grâce aux ouvrages de spiritualité des images mentales qui auraient influencé en retour les représentations iconographiques ?

7Après trois heures et demie de soutenance et une brève délibération, le jury déclare F. Meyer Docteur en Histoire et lui décerne la mention très honorable, avec ses félicitations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours, « Frédéric Meyer, Les Franciscains récollets de la province saint François de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Thèse pour le doctorat d’histoire de l’Université Lumière Lyon 2, 28 janvier 1995 », Chrétiens et sociétés, 2 | 1995, 118-121.

Référence électronique

Bernard Hours, « Frédéric Meyer, Les Franciscains récollets de la province saint François de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Thèse pour le doctorat d’histoire de l’Université Lumière Lyon 2, 28 janvier 1995 », Chrétiens et sociétés [En ligne], 2 | 1995, mis en ligne le 11 septembre 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chretienssocietes/434

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Chrétiens et Sociétés – XVIe-XXIe siècles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes
  • OpenEdition Journals