Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

François Dosse, La marche des idées. Histoire des intellectuels, histoire intellectuelle

Paris, La Découverte, 2003, 354 p.
Guy Lemarchand
Référence(s) :

François Dosse, La marche des idées. Histoire des intellectuels, histoire intellectuelle, Paris, La Découverte, 2003, 354 p.

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d’années F. Dosse s’est consacré à l’étude de l’histoire de l’histoire depuis la fin du xixe siècle, puis à celle du mouvement des idées dans les sciences humaines, la philosophie, voire la littérature au xxe siècle. Avec cet ouvrage il entend faire le point sur la conception et les résultats dans les décennies récentes de ce qui est pour lui et d’autres spécialistes une histoire des idées rénovée et élargie. En effet, si pendant longtemps cette histoire des idées en France a été assez délaissée, à partir de 1985 les choses ont changé, une nouvelle branche du savoir historique a fleuri, mêlant l’histoire classique des idées, l’histoire de la philosophie, l’histoire des mentalités et l’histoire culturelle en se fondant largement sur des techniques et des schèmes empruntés à la linguistique.

2Le livre est divisé en deux parties. D’abord est exposée l’histoire des intellectuels avec un bref rappel remontant à l’Antiquité gréco-romaine et mettant en valeur le xviiie siècle qui, avec les « philosophes », voit se dessiner le personnage de l’intellectuel comme protestataire. C’est au xxe siècle qu’aux auteurs critiques de la société et de la politique s’ajoute la foule des transmetteurs de savoirs et où tous deviennent à peu près économiquement autonomes, alors qu’encore au xixe siècle s’est produite, avec l’affaire Dreyfus, une rupture, d’autant plus forte qu’elle coïncide à peu près avec la réforme de l’Université, de l’enseignement primaire et de la pédagogie. Un nouvel essor est donné aux intellectuels, en nombre et en audience. Des réseaux de relations personnelles s’organisent, les lieux de rencontre se multiplient ; ils peuvent utiliser des moyens d’expression propres, pétitions, journaux, revues autour desquels ils se regroupent par affinités et même s’élabore une idéologie révélée par l’usage de mots-clés. En même temps que grandit leur place dans la société, en réaction, surtout à droite de l’échiquier politique, se développent contre eux, dès 1898, des attaques les accusant de dogmatisme, d’inefficacité, voire de parasitisme. Sur un autre registre et plus tard, après 1970, avec R. Barthes ou M. Foucault, le structuralisme s’en prend aux illusions de la raison et à la prétention à l’universalisme, chères les unes et l’autre aux intellectuels de la première moitié du xxe siècle et du lendemain de la Libération. Au même moment s’est développée une sociologie de cette catégorie sociale qui fait voir combien, tout en étant devenue économiquement autonome, elle demeure dépendante de déterminations externes. Se posant en individus parfaitement libres, les intellectuels sont en fait largement tributaires dans leurs succès publics de pouvoirs qu’ils ne contrôlent pas, institutions culturelles officieuses comme les réseaux d’influence, ou officielles comme les grandes manifestations culturelles nationales et les colloques à portée philosophique où affluent à la fois les spécialistes et le public cultivé. Souvent également, ainsi que l’observe Ch. Charles, le succès d’estime ne signifie pas pour autant une influence réelle sur les autorités établies, ce qui conduit nombre d’intellectuels à s’éloigner encore des dominants.

3La seconde partie du livre est consacrée au statut de l’histoire intellectuelle par rapport à l’histoire générale et aux autres sciences humaines. En partie sous l’influence anglo-saxonne, elle s’est voulue d’abord être une critique de l’histoire des mentalités élaborée par les historiens des Annales et triomphante dans les années 1950-1980. Elle a mis en doute le binôme culture savante des élites – culture de l’instinct et de la répétition du peuple qui, selon les Annales, aurait régné du xvie au xixe siècle. Elle a fait remarquer qu’il n’y a pas eu seulement écrasement de la deuxième par la première mais que cette deuxième, loin d’être passive, avait un contenu réel, résistait et même échangeait aussi avec la première. Allant plus loin, ces nouveaux historiens ont récusé le principe de l’emploi de la méthode quantitative cultivée par les Annales, et ils ont minimisé le poids du déterminisme social, préférant l’analyse du particulier – l’événement – et de l’individuel – le sujet historique – seules réalités presque (presque seulement) immédiatement appréhensibles dans les sources brutes. Davantage que l’étude des faits, c’est la saisie des représentations qui est privilégiée dans cette histoire des idées : mémoire des faits, réémergence du passé à divers moments successifs. A côté de l’œuvre et de son contenu, on met en avant l’espace géographique et social culturel dans lequel elle a été créée, et sa réception par les contemporains qui ont tendu à la tirer éventuellement loin des intentions de l’auteur. évidemment l’histoire de l’édition et des autres supports des idées que François Dosse mentionne trop vite, journal, caricature, cinéma, politique culturelle même, sont devenus des chantiers essentiels.

4Aux états-Unis, la nouvelle histoire des idées apparaît dès les années 1920 avec les travaux de A. Lovejoy, et elle se fait rapidement plus radicale qu’en France, surtout après 1970 et le fameux « linguistic turn ». Pour ce courant influencé par le structuralisme français et appuyé sur la philosophie analytique américaine, il s’agit de prendre en considération que le fait historique nous parvenant aujourd’hui sous forme de textes est avant tout verbal et donc construit par le rédacteur du document, et ensuite encore par l’historien, lequel utilise également des mots et des formes grammaticales pour exprimer le résultat de sa recherche. Dès lors, la séparation entre discipline historique et fiction est difficile à établir, comme le signale R. Chartier pourtant critique à l’égard des Annales, et on s’oriente vers une histoire des idées qui, avec R. Rorthy, vise à reconstituer la rationalité de chaque grand penseur à partir du langage qu’il emploie, et à le resituer dans sa société en étudiant aussi les œuvres mineures et la religion et les sciences sociales de l’époque.

5Une orientation de même type a été fournie en Angleterre par l’école de Cambridge qui veut mener de front une analyse à caractère philosophique des textes et restituer leur contexte. Ainsi a été livrée une nouvelle lecture de Locke qui ruinerait sa réputation de fondateur du libéralisme politique parce que, suivant J. Dunn, une grande part de sa pensée est fondée sur la théologie ancienne, qu’il est, suivant J. Pocock, absent du débat d’époque entre partisans de l’esprit civique de vertu à l’Antique et laudateurs de l’ordre nouveau des échanges marchands, et que son influence a été exagérée, toutes observations qui ont d’ailleurs valu à leurs auteurs de la part de philosophes idéalistes comme L. Jaume le reproche de céder à l’historicisme et à un contextualisme envahissant. En Allemagne, au lendemain de l’écroulement de 1945, la vieille histoire des idées par filiations et continuité, close sur elle-même, n’a plus guère de crédit car elle a été impuissante à rendre compte du nazisme et de sa barbarie. Elle est remplacée, avec R. Koselleck et R. Reichart, par une histoire des concepts qui insiste sur les ruptures, et, tout en admettant que la dimension discursive d’un texte n’est pas la seule à considérer, qui cherche à appréhender la nouveauté dans l’esprit de l’homme à partir de notions qui seraient toujours présentes dans la conscience : l’expérience des formes symboliques passées et présentes, l’attente de quelque chose d’autre dans l’avenir. Dans cette inspiration a été fondé un réseau international de chercheurs, pour l’étude du politique et des grands concepts qui y sont inscrits vus au travers des formations discursives, dans divers pays européens et aux états-Unis. En France, l’influence anglo-saxonne et celle de M. Foucault, contestant dans L’Archéologie du savoir (1969) les continuités historiques et concentrant l’attention sur l’énoncé du discours en relation avec le statut du locuteur, ont conduit à une conception nouvelle de l’histoire politique qui est devenue un aspect indispensable, voire principal, de toute étude de société. Il y aurait là une recherche qui révélerait bien au-delà du seul domaine politique. P. Rosanvallon et J. Guilhaumou développent une histoire des concepts menée à partir de la langue, laquelle mettrait au jour des structures et du sens cachés que n’atteignait pas l’analyse littéraire classique.

6Comme dans ses travaux précédents, François Dosse a beaucoup dépouillé de livres et d’articles (plus de 500 titres cités) et il s’efforce de rendre compte, le plus souvent avec clarté, de multiples pistes de recherches, relevant avec soin les avantages et les faiblesses de chacune, y compris de celles qu’il soutient. Par là son livre rendra de grands services. Néanmoins, sa lecture provoque sur des points importants l’embarras et la controverse, quelquefois l’irritation. Au risque de paraître aussi épais que le bonhomme Chrysale des Femmes savantes, on se demande si certaines pages concernant la démarche de tel historien étranger dans l’analyse des œuvres intellectuelles et de la proportion d’internalisme ou d’externalisme qu’on y décèle ne relèvent pas du pathos des poètes et docteurs de Molière. Sur le fond, il est manifeste que François Dosse n’aime guère les Annales façon E.S.C., ce qui est son droit, mais la vision qu’il en a paraît sommaire, alors qu’il connaît bien cette orientation. S’il est exact que depuis 1950, en France, l’histoire du politique n’occupait plus la première place, il n’est pas juste de dire qu’elle était alors considérée comme futile et « superfétatoire ». Elle continuait – mais renouvelée – avec l’école de P. Renouvin pour l’étude des relations internationales aux xixe-xxe siècles, ce que note François Dosse, mais, faut-il ajouter, aussi pour la Seconde Guerre mondiale dont le Comité d’Etude, présidé par L. Febvre lui-même, crée en 1950 la Revue d’histoire de la deuxième guerre mondiale. On doit citer également l’étude du mouvement ouvrier qui débouche sur les aspects politiques, autour du Mouvement social, revue fondée en 1961 sous l’influence de E. Labrousse, l’un des pères de l’ « histoire économique et sociale ». Quant à l’histoire de la Révolution et de l’Empire, de G. Lefebvre à A. Soboul, le politique y est toujours demeuré étudié longuement. Pour le Moyen Age, faut-il rappeler les travaux des années 1960 de B. Guenée sur l’état et la nation, ou, événementiel dans son sujet, le Dimanche de Bouvines de G. Duby (1973), tenant notable des Annales ? N’est-ce pas encore faire de l’histoire politique que d’organiser un gros colloque sur Les principautés au Moyen Age (1973) centré sur les xe-xiie siècles, période de système politique segmenté, ou d’étudier le personnel municipal, les pouvoirs de la cité et ses rapports avec le roi à l’époque de la crise de la monarchie et de sa remonté (B. Chevalier, Tours ville royale 1356-1520. Origine et développement d’une capitale au Moyen Age) ou encore de décrire un instrument essentiel de la puissance du souverain, l’armée (Ph. Contamine, Guerre, état et société à la fin du Moyen Age. étude sur les armées du roi de France 1337-1494, 1972) ? En fait le plus souvent l’histoire politique alors ne disparaît pas, mais elle perd sa prépondérance dans l’exposé. En témoigne une thèse aussi marquée par les Annales que Amiens capitale provinciale, étude de la société urbaine au xviie siècle de P. Deyon (1967). Après avoir analysé en détail l’évolution de la population, le mouvement des prix, des salaires et des profits, l’industrie textile et le commerce des étoffes et des blés, la conjoncture de ces activités, les structures sociales depuis la noblesse jusqu’aux ouvriers saietiers, la vie religieuse dans la ville et les croyances, l’auteur consacre une cinquantaine de pages sur 481 aux franchises urbaines et aux rapports de la cité avec la monarchie. Souvent dans ces décennies 1950-1980, l’exposé du politique existe, mais il n’est plus présenté sous forme de récit continu en ordre chronologique, il est quantifié par l’étude sociologique du personnel administratif et politique et par l’évaluation du nombre de ses interventions. Surtout, il est éclaté, placé à divers chapitres du livre qui, eux-mêmes, sont en majeure partie consacrés d’abord à l’économie ou la démographie, avec des retours en arrière et des projections d’avenir, il n’est plus en tout cas la clé universelle de l’histoire. Dans la Crise rurale en Ile-de-France, 1550-1670 (1974), J. Jacquart, alors qu’il traite avant tout la crise économique et démographique, fait intervenir et décrit le politique dans ses structures et son action dans 80 pages sur 788, à propos de la gestion des paroisses et fabriques, de la guerre civile lors des guerres de Religion et la Fronde et de l’appartenance du local au royaume, toutefois ces notations sont dispersées en 8 paragraphes de l’ouvrage. Autre livre phare de la période, en histoire contemporaine, dans Le département de l’Isère sous la Troisième République, 1870-1940 (1962), P. Barral consacre plus du tiers des 550 pages de texte au politique, les élections et leurs résultats, les carrières et groupements politiques, l’écho des grands débats nationaux depuis l’établissement du régime républicain jusqu’à la montée du socialisme ; la visée d’histoire totale de l’auteur ne le conduit nullement à un déterminisme sociologique absolu et il saisit au contraire les solidarités, les influences et les personnalités notables. Quant à l’étude des milieux et institutions culturels, des brochures à côté des livres, des productions des petits maîtres et de la réception des œuvres, elle a commencé dès l’époque des Annales. Signalons à cet égard que la thèse de L. Trénard, Lyon de l’Encyclopédie au Préromantisme. Histoire sociale des idées, est de 1958. Des portes sont enfoncées par l’histoire intellectuelle nouvelle, qui étaient déjà ouvertes depuis longtemps. Plus surprenante est l’interprétation de François Dosse de l’armature d’analyse de P. Bourdieu qu’il ramène au concept de « champ », parlant peu de l’ « habitus » et moins encore du « pouvoir symbolique » et de la « reproduction ». Sont mises en exergue des lignes écrites par Bourdieu où celui-ci dénonce la contradiction en matière culturelle entre l’apparence et la réalité ainsi que les effets de domination, sans que l’auteur tienne compte du fait que le même sociologue tempère et nuance un peu plus loin ces lignes où l’accent est mis d’abord sur la découverte. Ainsi la pensée de Bourdieu devient une théorie de simple et même simpliste mécanisme social. On s’étonne également que ne soient cités que deux livres de D. Roche et que soit laissée dans l’ombre sa thèse sur les académies et sociétés savantes de province au xviiie siècle (1978), qui montre une partie de l’encadrement social de la diffusion, et parfois de la création, des Lumières. Quant aux travaux de M. Vovelle sur la pénétration des mêmes Lumières dans divers milieux et les idéologies et comportements sous la Révolution, avec par exemple, L’irrésistible ascension de Joseph Sec, bourgeois d’Aix (1975) dont les analyses recoupent certaines des méthodes et schèmes de l’ « histoire intellectuelle », ils sont passés sous silence.

7En fait, François Dosse minimise ou tend parfois à déformer quelque peu en les présentant comme exclusivistes et dogmatiques – le « réductionnisme sociologique » – les recherches qui cernent la lourdeur des déterminations sociales et leur complexité. Bien qu’il soit parfaitement clair, le plan même de l’ouvrage, avec la séparation entre l’exposé de l’histoire des intellectuels et celui de l’histoire intellectuelle, brouille déjà la piste en cassant une dynamique d’ensemble avec son jeu dialectique entre les instances du tout, social, économique, culturel et politique, et à l’intérieur de chacune de ces instances ? Pour autant, de nombreuses pages montrent, me semble-t-il, combien l’intellectuel est pris dans la société globale. Particulièrement révélateurs sont sur ce point, cités par François Dosse, les travaux de R. Darnton sur les idées du xviiie siècle et leur diffusion, et ceux de R. Chartier sur la manière de lire, l’objet matériel que constitue le livre et sa fabrication qui révèlent l’intervention de diverses catégories socioprofessionnelles, de l’imprimeur au colporteur et au libraire en passant par le papetier et le relieur, aux intérêts souvent contradictoires. Quant à la présentation physique et intellectuelle du texte, de la typographie au choix et à la longueur des citations, elle résulte aussi d’accumulations collectives de savoirs, de modes et d’habitudes sociales qui peuvent varier suivant le prix du livre, la concentration de la production par quelques éditeurs ou sa dispersion, et là encore interviennent différenciation et conflits à l’intérieur de la société. Même la pratique de la lecture n’est pas neutre socialement et a évolué suivant les époques et les groupes, de la lecture devant un auditoire à haute voix à celle silencieuse et solitaire. Il en va de même pour le succès ou l’échec d’une œuvre qui ne dépend pas seulement de ses qualités intellectuelles, mais aussi de faits sociaux comme les relations des auteurs ou les pratiques commerciales des éditeurs et des libraires. Enfin, autre intervention de la société globale, il y a le poids démographique des intellectuels : si leur rôle politique et idéologique s’est accru sensiblement du xixe siècle à la fin du xxe siècle, c’est également que leur nombre a formidablement augmenté, 30 000 en 1898, 450 000 en 1936, plus d’un million en 1954 (sans les étudiants) d’après François Dosse. On aimerait d’ailleurs en savoir un peu plus sur la composition socioprofessionnelle détaillée de ces chiffres qui sont des agrégats. Et évidemment cette masse est de plus en plus traversée par les querelles politiques et idéologiques de la société, déjà les philosophes d’un côté et les tenants de l’Apologétique chrétienne de l’autre au xviiie siècle, les figures de Zola et de Barrès à la fin du xixe siècle, ou Sartre et Aron après 1945.

8Mais c’est la conception de l’histoire que soutient François Dosse qui pose question et qui l’amène à ces positions d’interprétation. Si chacun peut être d’accord avec lui sur la pluralité des déterminations et sur la notion de génération qu’il reprend abondamment, mais qui parfois estompe tout de même les conflits, on aura du mal à le suivre sur l’idéalisme tacite et le relativisme auxquels il aboutit en fait. En effet, dans diverses parties de l’histoire intellectuelle nouvelle dont il se réclame affleure le vieux projet de l’anthropologie culturelle américaine de l’entre-deux-guerres avec A. Kardiner et R. Linton, partiellement repris en France après 1950 par M. Dufrenne et d’une autre manière par C. Lévi-Strauss, et combattu par d’autres sociologues, dont, entre autres, R. Bastide. Il s’agissait de découvrir dans les comportements et pratiques sociales des structures profondes permanentes, en partie inconscientes, qu’on retrouverait dans divers espaces de la planète et à travers toute l’histoire de l’humanité, une sorte de nature humaine éternelle. Quoique très bien informé, François Dosse ne fait pas allusion à ce débat, ce qui crée une ambiguïté. De plus, dans sa conclusion, il oppose la recherche du sens à travers les représentations à la recherche de causalité et de ce qui s’est réellement passé. La discipline historique devient un discours interprétatif des signes du passé et la quasi-confusion qu’il opère entre mémoire et histoire, dans la ligne de pensée de P. Ricœur, si elle justifie la prépondérance du récit, nous dirige droit vers un scepticisme plus ou moins tempéré et vers l’impuissance intellectuelle. On l’aura compris, le livre de François Dosse fera discuter d’abondance, il est un réveil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Lemarchand, « François Dosse, La marche des idées. Histoire des intellectuels, histoire intellectuelle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 96-97 | 2005, mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/1027

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page