Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean-Yves Mollier, Le camelot et la rue. Politique et démocratie au tournant des XIXe et XXe siècles

Paris, Fayard, 2004, 365 p.
Jocelyne George
Référence(s) :

Jean-Yves Mollier, Le camelot et la rue. Politique et démocratie au tournant des XIXe et XXe siècles, Paris, Fayard, 2004, 365 p.

Texte intégral

1Dans un livre bâti, comme tous ceux qu’il a déjà écrits, sur une montagne d’archives, Jean-Yves Mollier ressuscite le camelot, un personnage qu’il poursuit depuis longtemps, car celui-ci prend place dans ses recherches très abouties sur l’édition et le xixe siècle et entre dans sa problématique de l’acculturation des masses à la politique.

2Successeur du colporteur de petits livres du xviiie siècle, le camelot, dont le nom apparaît pour la première fois en 1869 dans le dictionnaire de Pierre Larousse, est un vendeur ambulant de « camelote ». Ce mot désigne à l’origine une étoffe grossière et dans ce cas des objets éphémères allant de petits jouets à des jeux de cartes érotiques. Le camelot alerte et arrête les acheteurs éventuels grâce à son bagou qui utilise le registre du comique. Celui qui est traité principalement ici est le crieur d’un certain type de papier politique populaire : la feuille qui saisit un événement ou un personnage, les caricatures et y attache des refrains dénonciateurs et souvent destructeurs. La chanson politique a fleuri à chaque période révolutionnaire, les lois sur le colportage en 1849 et après le coup d’état de 1851 lui imposent silence. Après les lois sur la liberté de la presse en 1881, c’est l’envolée. Dans la catégorie des « éditions populaires, chansons, livres de propagande » du dépôt légal, 5552 notices existent entre 1880 et 1906, mises en circulation par plus de 1500 éditeurs. Jean-Yves Mollier donne les noms et les titres des œuvres de ces obscurs libraires du trottoir. Les lointains descendants de ces « médiateurs burlesques » seraient de nos jours « les guignols de l’info ».

3« Relais primordiaux, en ce sens, entre ceux qui tentent de former l’opinion et la grande masse de la population, ils témoignent de la survie de l’oralité dans un univers où pourtant la scolarisation de masse est achevée, où tout le monde est alphabétisé et où le papier, le journal, les livres, brochures et chansons sont omniprésents. Utilisant la parole et le geste, ils empêchent le monde d’autrefois de s’évanouir complètement et protègent l’individu contre l’isolement qui guette l’homme dans l’univers qui se construit alors. C’est l’une des raisons de leur succès que cette faconde qui transforme, pour quelques minutes, la rue ou le boulevard en foire improvisée, en fête à l’ancienne ou en scène de théâtre provisoire. »

4La belle époque des camelots va de 1885 à 1900, période de crise économique où se succèdent aussi les attaques contre la République qui s’installe. Ils sont alors au moins vingt mille à Paris et les ennemis de la République les utilisent pour la fragiliser. La description de leur rôle dans l’affaire des décorations, dans le boulangisme, dans le scandale de Panama et surtout dans l’affaire Dreyfus, renouvelle l’histoire de certains épisodes de ces crises politiques. Des mouvements populaires se révèlent moins spontanés qu’on les a présentés jusqu’ici. Les camelots, souvent des « traîne-misère », sont payés non seulement pour diffuser cette littérature politique mais aussi pour coller des affiches, troubler les réunions publiques et faire la foule.

5Jean-Yves Mollier redonne vie à Napoléon Hayard (1850-1903), une figure principale de ce monde. Apprenti ouvrier puis vendeur de journaux, il a parcouru la France. C’est à Lille qu’il a connu l’estaminet où il chante et la braderie annuelle dont il importe à Paris l’usage des serpentins, des confettis et des attrapes. Installé dans le quartier du Croissant, il fait imprimer et diffuser de petits journaux, des cartes postales, des chansons ; il s’emploie à rédiger de faux avis mortuaires et de faux testaments de personnages politiques en vue qui suscitent l’hilarité de la foule. Boulangiste, nationaliste, il est aussi un « élément clé de la mise en scène de l’antisémitisme parisien ». Son rôle est important dans l’affaire Dreyfus. Il affirmait ravitailler chaque jour plusieurs milliers de camelots. Il pouvait en envoyer autant en province si on le payait pour cela. Sa production et celle de ses semblables, non seulement à Paris, mais aussi à Lyon, à Marseille, dans le Nord, en Normandie, est massive. Napoléon Hayard meurt en 1903, écrasé par une voiture, place de la Bourse. « Presque un duel entre deux univers », remarque l’historien.

6À partir de 1908, les camelots sont pourchassés par la police qui estime qu’ils nuisent à l’image moderne de la ville. Mais déjà la chanson de café-concert et le kiosque à journaux les avaient relayés. La loi du 16 juillet 1912 relative à l’exercice des professions ambulantes sonnait le glas de la profession. À la fin du livre, Jean-Yves Mollier évoque ceux qui, aujourd’hui, en Amérique du Sud, en Inde, en Afrique, vendent des brochures, étalées sur les trottoirs, dont la plupart traitent de l’actualité. Comme ce fut le cas en France, ils accompagnent un politisation des masses qui n’est pas forcément une conscientisation. À partir des camelots, ce livre fort documenté donne à réfléchir sur l’emprise d’une certaine forme de médiatisation qui, de nos jours et dans nos pays européens, n’est plus le fait de marginaux mais de grands patrons de presse, tels Rupert Murdoch et Silvio Berlusconi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jocelyne George, « Jean-Yves Mollier, Le camelot et la rue. Politique et démocratie au tournant des XIXe et XXe siècles », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 96-97 | 2005, mis en ligne le 24 juin 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/1049

Haut de page

Auteur

Jocelyne George

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page