Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean Tricart (dir.), Le village des Limousins. Etudes sur l’habitat et la vie rurale, du Moyen Âge à nos jours

Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2003, 532 p.
Guy Lemarchand
Référence(s) :

Jean Tricart (dir.), Le village des Limousins. Etudes sur l’habitat et la vie rurale, du Moyen Âge à nos jours, Préface d’Alain Corbin, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2003, 532 p.

Texte intégral

1Ce recueil regroupe, avec un bref rapport synthétique d’A. Corbin, 18 articles sur le Moyen Age et 14 sur la période allant du xviie au xxe siècle. Au total, en dépit de quelques inévitables répétitions et quelques inégalités, ces études complètent et précisent ce que l’on savait déjà sur l’histoire des campagnes limousines. Surtout, concernant le thème de la publication, l’habitat, la famille, la propriété foncière et la sociabilité, elles ont le mérite de s’y tenir – ce qui n’est pas toujours le cas dans ces entreprises collectives – et de commencer à combler les larges trous dans nos connaissances pour tout ce qui se situe avant, après ou entre les deux grands livres qui marquent l’historiographie de la province, celui de J. Tricart sur la crise et la reconstruction dans le plat pays à la fin du Moyen Age (1996) et celui de A. Corbin sur les premières mutations notables au milieu du xixe siècle (1975). De plus nombre d’observations recoupent les acquis des travaux portant sur d’autres régions ou sur l’ensemble de la France. Ainsi la rupture de l’an mille avec la grande vague de défrichement qui suit ; le rôle de la divagation du bétail, de l’honneur à connotation sexuelle et des heurts d’intérêts fonciers dans les motivations des conflits à l’intérieur de la société paysanne et la pratique de la bataille rarement sanglante et de l’incendie volontaire par vengeance aussi bien au xve qu’au xixe siècle encore ; le développement marqué du roulage avec les voitures à deux roues et les charrettes allégées au xixe siècle, sans doute aussi déterminant que le chemin de fer, ou bien encore les changements essentiels apportés par les « trente glorieuses » vers 1960 : adductions d’eau qui fournissent l’eau potable partout dans ce pays où en dépit de l’abondance de l’humidité l’eau ne coulait pas dans de nombreux foyers ruraux, le tout-à-l’égout et la mise à l’écart des déchets et fosses à purin, les zones pavillonnaires qui jouxtent les bâtiments anciens du chef-lieu de commune, le bitumage de toutes les routes et l’apparition d’une nouvelle sociabilité avec les réunions de parents d’élèves, les actions protestataires contre des menaces de nuisances nouvelles ou les abandons de services publics.

2Les sources dont on dispose pour le haut Moyen Age jusqu’au xiiie siècle sont peu explicites, cartulaires des abbayes, vies de saints, chroniques. Ensuite apparaissent les registres des notaires (premiers dans les années 1370), les terriers au xve siècle et les livres de raison dont le Limousin est particulièrement riche. La toponymie permet de repérer ce qui vient de Rome ou en tout cas d’avant 1000, ainsi que les villages de défrichement. Et l’archéologie de fouilles révèle l’étendue des occupations et les date. Les origines des habitats ruraux qui apparaissent dans la documentation après le xe siècle sont diverses : villas gallo-romaines ou carolingiennes au sein desquelles les bâtiments se sont multipliés, enceintes fortifiées (castrum) qui ont attiré des paysans des alentours pour leur protection, mais à l’inverse des châteaux ont été construits à côté de hameaux déjà établis afin pour le chevalier de disposer de main-d’œuvre et d’hommes d’armes, prieurés fondés par des abbayes urbaines comme l’abbaye Sainte-Marie de Limoges à la suite de donations foncières reçues de féodaux, ou monastères de création locale comme ceux de l’ordre d’abord régional de Grandmont créé en 1060 et établi dans la paroisse de Grandmont en 1124, ou encore communautés indépendantes de chanoines réguliers comme à Aureil au sud de Limoges en 1100. L’époque est celle de l’effacement de l’état, les grands tels le comte de la Marche ou le vicomte de Limoges ont l’autorité réelle ; en dessous d’eux, souvent dans leur vassalité, se développent l’appareil des seigneuries laïques liées par la vassalité et les établissements religieux qui reçoivent ou s’emparent de terres presque vides de forêts et de landes qu’ils vont faire mettre en valeur. Néanmoins un réseau de paroisses existe déjà sur toute la région avant l’an 1000, appuyé sur les grands domaines et sur les « villes »– terme du xive siècle – anciennes agglomérations fortifiées comme Aubusson et ayant une relative autonomie administrative, issues pour certaines de « vici » romains. Dès le xiiie siècle les textes distinguent les villages (« villa »), hameaux de quelques maisons basses en ordre lâche, à pièce fréquemment unique et faites de pierres du lieu, et le « bourg » (« burgus »), chef-lieu de la paroisse (« parrochia ») qui possède l’église, le cimetière, le château seigneurial, quelquefois une halle ; mais souvent le bourg n’est pas plus grand que les villages qui en dépendent. Au xve siècle les sources assurent une meilleure appréhension des habitats. La guerre de Cent Ans a ravagé le Limousin, mais maintenant ce sont les conflits entre les châtelains, et les bourgades contre les chevaliers brigands, qui détruisent encore. Cependant, lentement, la reconstruction est en cours au milieu du siècle. Bien qu’il n’y ait guère de villages abandonnés, pour repeupler les maîtres du sol arrentent les tenures à des conditions relativement favorables, tels les barons de La Rochefoucauld concédant systématiquement des espaces en friche de 1465 à 1512. Outre les baux à cens ou à complant, certaines terres sont données en métairies perpétuelles et la réserve seigneuriale est louée en métayage à mi-fruit. C’est le moment où les associations paysannes sont nombreuses, frérèches et comparsonneries qui garantissent la rentrée des redevances du fait de la responsabilité solidaire et qui fournissent toujours des travailleurs alors que l’homme est rare. Sur le plan agraire règne le bocage, avec des maisons à jardin complanté sur la face arrière, des champs petits et des prés nombreux. Le servage constitue cependant la condition majoritaire pour la paysannerie. Quoique non uniforme, il est lourd : dans les 48 villages de la commanderie des Hospitaliers de Blandeix (Creuse) 17 prestations sont levées. À cause d’une démographie à forte natalité en dépit d’une mortalité élevée, mais également parce que les terres sont pauvres, que les calamités climatiques sont graves et que mauvaises récoltes et « pestes » sont fréquentes (35 de 1356 à 1452), la province est déjà un foyer d’émigration saisonnière et temporaire. De plus à mesure que la population augmente, au xvie siècle les exigences seigneuriales s’accroissent : à Bunzac (Charente) le terrage passe de 1/9 à 1/5.

3Aux xviie-xixe siècles de nouveaux documents apportent des renseignements beaucoup plus nombreux : travaux d’érudits locaux comme cette histoire de la Marche de 4000 pages par un magistrat du Dorat dans la première moitié du xviie siècle, cartes du xviiie siècle dont la meilleure qui relève correctement les villages est celle de Cassini, plans-terriers qui montrent les bâtiments, Etats des fonds de l’intendance à but fiscal, cadastre napoléonien et recensements, mais seules les Archives de Haute-Vienne ont conservé à la fois les listes nominatives du recensement de 1836 et le cadastre. Avec la reprise démographique de 1450 à 1540, puis de 1740 à 1860-80, les villages ont grossi, 5 à 8 maisons, quelquefois 15 à 18 au xixe siècle, avec des bâtiments jointifs mais toujours en désordre, un « couderts » enclos pour cochons et volailles derrière l’habitation. Si les bourgs ont vu leur rôle augmenté par l’installation de paysans aisés, de la mairie et de quelques artisans, aubergistes et boutiquiers, l’église paroissiale étant le lieu de cérémonies mieux respectées avec la contre-Réforme, et si les maisons isolées demeurent rares malgré la réputation d’habitat dispersé de la région, les villages prédominent toujours pour le nombre d’habitants, particulièrement en montagne. En 1713, dans les hautes terres, 79 % des feux y sont établis. Souvent y ont été installés un four, un lavoir, un puits, une aire à battre le grain, une ou plusieurs chapelles. Leur terroir est souvent de grande étendue parce que le sol est maigre et les communaux en landes et taillis vastes. Et s’affirme le caractère de terre de solidarité et d’égalitarisme paysan de la province. Contradictoirement s’y mêlent des traits d’individualisme entretenu par diverses pratiques traditionnelles : la moisson du seigle faite à la faucille afin de préserver les pailles, le troupeau gardé par un membre de la famille au lieu de le confier à un berger commun, des querelles de villages au xixe siècle cherchant à obtenir l’autonomie par rapport au chef-lieu de commune, ce qui en fait n’exclut pas le communautarisme à l’intérieur du hameau. Mais de nombreux facteurs poussent à resserrer fortement les liens dans le village. D’abord l’isolement dû à la faiblesse ou l’absence de chemins joignant les hameaux les uns aux autres, la longueur des hivers enneigés, l’enchevêtrement extrême des parcelles toujours étroites, la nécessité de l’entraide pour le travail agricole. Et surtout les liens de parenté avec les voisins d’autant que bien des villages viennent de clans familiaux des xve‑xvie siècles, et que la propriété familiale se maintient en donnant l’héritage foncier à un fils qui dédommage les autres héritiers par des soultes et dots. Les écarts sociaux sont faibles et beaucoup d’habitants sont propriétaires, tandis que peu de horsains, bourgeois et juristes, sont venus acheter des terres. Dès l’Ancien Régime la pratique des assemblées de communauté plusieurs fois par an (70 fois en 30 ans à Rançon en Marche) entretient une certaine cohésion, d’autant plus qu’en face se trouvent des hautes justices seigneuriales nombreuses et que leur concentration en cours n’empêche pas d’être actives.

4Néanmoins, le Limousin rural au xixe siècle et au début du xxe a mauvaise réputation : misère, saleté, habitations enfumées par des cheminées mal construites, analphabétisme sont ses caractéristiques signalées par les voyageurs et par l’école géographique déterministe de Vidal de La Blanche, image contre laquelle s’élèvent les sociétés félibréennes, la première en 1890. Certes, le maintien des courants d’une émigration qui tourne après 1870 à l’exode rural semble justifier ce pessimisme. En réalité agissent à la fois le trop-plein démographique qui a multiplié les micro-possessions inviables, la diminution des communaux, intendants, préfets et propriétaires éleveurs poussant au partage après les aliénations des xvie-xviie siècles, et l’attrait de la ville dont le genre de vie paraît de plus en plus confortable par rapport à celui de la montagne. Pourtant la province à la fin du xixe siècle a mieux résisté aux difficultés que d’autres régions rurales : la crise des prix céréaliers de 1880-1910 l’épargne puisqu’elle ne vend pas de grains, le phylloxera ne l’atteint pas, faute de vignes, au contraire les routes et le chemin de fer donnent des débouchés à ses productions locales : châtaignes, bovins, tuiles et la proto-industrie développée depuis le xviiie siècle (tissage des laines et chanvres du pays, clouterie, serrurerie sur les fers locaux) arrive à se maintenir et rares sont avant 1914 les hameaux entièrement désertés. De plus, depuis le siècle des Lumières, discrètement, beaucoup plus nettement depuis 1840, il y a eu des changements notables. Jamais total, l’isolement a commencé à diminuer. Des chemins vicinaux sont améliorés dès la fin de l’Ancien Régime, sous la Monarchie de juillet on reconstruit ou construit des ponts ; l’élevage chevalin chez les propriétaires aisés, surtout anciens militaires, commence. Les foires et comices institués à l’initiative de notables après 1840 stimulent l’activité. Il en résulte une différenciation croissante à l’intérieur de la société avec l’apparition d’une petite aisance marquée par la construction de maisons à plusieurs pièces et à un étage, le sol en terre battue cède la place au plancher ou la dalle. On perce des fenêtres munies de carreaux après 1850, ce qui permet de fermer la porte du logis laissée ouverte jusque-là pour la lumière ; la tuile ou l’ardoise remplace le chaume sur le toit, l’évier est installé après 1880. En même temps les micro-propriétaires subsistent grâce à une ou deux activités complémentaires, la régression de l’autoconsommation favorisant les commerces, et apparaissent des rassembleurs de terres, bourgeois ou paysans, qui achètent les fonds abandonnés par les émigrés. Sous la Troisième République de nouvelles occasions de raffermir la sociabilité se manifestent : élections municipales depuis 1831 et surtout 1848, fêtes paroissiales, fêtes scolaires dans la nouvelle école, conseils de révision, sociétés de musique, 14 juillet. Ces conditions sociales contribuent à asseoir la gauche dans l’électorat, au profit même du Parti Communiste après 1920, et les enfants des paysans devenus ouvriers montrent une combativité vis-à-vis du patronat bien différente de la réputation habituelle de docilité des populations industrielles d’origine rurale, ainsi les grèves de femmes en 1904, puis d’ouvriers mégissiers en 1905 à Glane près de Saint-Junien.

5Terre difficile, le Limousin fut donc toujours une province à forte identité, une rare contrée de démocratie véritable bien qu’encore limitée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Lemarchand, « Jean Tricart (dir.), Le village des Limousins. Etudes sur l’habitat et la vie rurale, du Moyen Âge à nos jours », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 96-97 | 2005, mis en ligne le 24 juin 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/1054

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page