Navigation – Plan du site
DÉBATS

Enjeux actuels et temps coloniaux, lecture historique d’un débat

Daniel Hémery
p. 113-147

Résumé

Peut-on rendre compte de l’état contemporain de la société française en termes de « post-colonialisme » comme y incitent aujourd’hui tant d’assertions ? Le nécessaire questionnement (il n’est nullement sans précédents…) du passé colonial ne peut avoir de vertus explicatives du présent que si l’on dépasse l’obligation mémorielle devenue aujourd’hui loi non-dite et intangible des débats de société. Comme si la mémoire pouvait se substituer à la connaissance critique et socialement partagée du passé. On trouvera ici un plaidoyer pour le devoir d’histoire et pour la responsabilisation sociale et non corporative des historiens, un essai interrogatif sur les logiques multiples, contradictoires, du phénomène colonial, sur la fonction mondialisatrice de la colonisation, une réflexion sur la nécessité d’une « histoire croisée » des colonisateurs et des colonisés, et sur ses prolongements de long terme.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

« Chaque fois que nos tristes sociétés, en perpétuelle crise de croissance, se prennent à douter d’elles-mêmes, on les voit se demander si elles ont eu raison d’interroger leur passé ou si elles l’ont bien interrogé. »

Marc Bloch,

« Apologie pour l’histoire », écrit en 1941, publié à Paris en 1949.

  • 1  Ernst Bloch, Héritage de ce temps, 1935, traduction française, Paris, 1977.

1Comme le remarquait un penseur allemand dans les années 1930 1, la « contemporanéité du non-contemporain » n’est bien souvent que le marqueur du potentiel de crise qui s’est accumulé dans une conjoncture historique donnée. De fait, en un an, du vote de la loi du 25 février 2005 à la récente annulation de son article 4, le débat sur la colonisation s’est trouvé mis en synchronisme, dans les banlieues urbaines de France, avec un soulèvement social aussi énigmatique qu’imprévu : le non-contemporain – le passé colonial – s’est conjugué avec la contemporanéité – les nuits de novembre – au point que l’on a assez souvent cherché à élucider les émeutes des banlieues par les effets de long terme, supposés explicatifs, du passé colonial français.

  • 2 P. Blanchard, N. Bancel, S. Lemaire (sous la direction de), La fracture coloniale. La société franç (...)
  • 3  Fort heureusement l’ouvrage comporte d’excellentes études.
  • 4  INSEE, « Enquête emploi, 2003 » et « Données sociales », 11 mai 2006.

2Pourtant, les approches qu’esquissent et les usages sociaux que font de l’actuelle interrogation coloniale, assez voisine au fond des thèses des « Post-colonial studies » d’outre-Atlantique, les forces ou les dynamismes sociaux qui l’ont portée se relient bien malaisément, puisque toujours de manière quasi abstraite, à l’énigme de novembre. Qu’il s’agisse des problématiques avancées par un certain nombre de jeunes historiens dans le but d’arracher la réflexion sur la colonisation à sa marginalité universitaire et scolaire, en écho tardif à nombre de leurs prédécesseurs, sur le thème de la « fracture coloniale » 2. Formule-choc mais simpliste 3 dont les auteurs reconnaissent d’ailleurs que « la définir dans toutes ses dimensions n’est pas chose aisée » (en ce cas pourquoi donc l’utiliser ?). Car c’est la division sociale, celle des classes, si complexe qu’elle puisse être, même si elle est recoupée par les diverses appartenances, distinctions et discriminations religieuses, ethnoculturelles ou sub-nationales, et non une hypothétique fracture coloniale, qui donne son sens au présent. Il est bon de rappeler à ce propos que le taux de chômage moyen des immigrés d’origine africaine, Maghreb inclus, était de 21,1 % en 2003, contre 9,2 % en moyenne pour les Français de naissance ou par naturalisation, et qu’aujourd’hui la moitié des moins de 26 ans issus de l’immigration maghrébine n’a pas d’emploi stable contre un tiers des jeunes dont le père est né en France 4 : les discriminations et les diverses configurations du racisme sont indissociables des changements historiques des régimes du travail ; c’est la subversion du statut de l’emploi (R. Castel), la précarisation maximum du salariat qui refondent et amplifient la fonctionnalité sociale du racisme et des discriminations afférentes.

  • 5  Tract du 5 avril 2006 « Tous-tes à la marche des indigènes de la République le 8 mai prochain ! ».
  • 6  Le Monde, 18.03.2006.

3Qu’il s’agisse aussi des nombreuses initiatives médiatiques que ces problématiques ont plus ou moins inspirées, et l’on ne s’en plaindra pas, sous la forme d’appels collectifs, de pétitions, d’articles de presse, de publications, d’émissions de télévision ou de radio (une semaine durant sur France Culture en novembre 2005), comme si, par ces temps de repentance générale, les media mettaient les bouchées doubles pour faire oublier leur assourdissant silence antérieur sur la colonisation. Qu’il s’agisse encore de la résonance que ces initiatives ont eue dans les diverses associations de soutien aux immigrés ou de résistance aux racismes actifs dans la société française d’aujourd’hui. L’un de leurs échos les plus confus, mais les plus sonores à défaut de briller par sa pertinence analytique, a été l’Appel « Nous sommes les indigènes de la république » (17 janvier 2005) agencé autour de la vision, au sens plein du terme, d’un « post-colonialisme » (le « post » étant censé éclairer le contenu du phénomène…) dans lequel le monde, mais surtout la « république » française, s’enfonceraient du fait de la « recolonisation du monde que mènent les états-Unis relayés notamment par la France » 5. Reconnaissons que ce texte a (peut-être) l’avantage de réhabiliter le vieux mot « indigène » dont personne ne se hasardait plus à user. Mais, dans la droite ligne de l’exaltation contemporaine et foncièrement conservatrice de la « différence » et de l’altérité pensées comme réponses miracles au racisme et à la dureté extrême de la condition immigrée, il dénonce comme son ennemi principal l’universalisme soi-disant « républicain », ce truisme du jour. Alors que ce n’est pas le sens de l’universalisme, à la fois connaissance-reconnaissance de l’Autre et tout autant reconnaissance de soi dans l’Autre, qui fait problème, c’est bel et bien son présent déficit d’universalité. Ce qu’il s’agit d’inventer c’est un universalisme qui ne se satisfasse pas seulement de se penser comme paradigme philosophique mais se construise comme processus historique, apte à répondre à la globalisation des défis, des contraintes et des risques croissants que l’ensemble de l’humanité doit et devra assumer. Un processus universaliste qui fasse toute leur place à l’affirmation et au renouvellement des multiples et légitimes singularités comme des appartenances ethno-culturelles et nationales mais qui sache en même temps dégager et promouvoir avec la plus grande force leur principe d’unité. Là est l’une des problématiques centrales de notre temps. Même si elle ne cesse de se recontextualiser, la vérité élémentaire du racisme n’a pas changé. Il est toujours l’une des légitimations et l’une des régulations classiques du différentiel des statuts économiques, sociaux, culturels et politiques, il a toujours aussi, entre autres usages, celui que rappelait récemment le chanteur guadeloupéen Fred Deshayes : « il faut trouver un bouc émissaire à l’échec économique et social : le racisme est toujours conjoncturel et utilitaire » 6.

4Le présent néo-indigénisme n’est pas sans évoquer, de manière plus que sommaire, certains thèmes de la riche pensée indigéniste latino-américaine des XIXe et XXe siècles. Son unique perspective politique est la « lutte autonome », c’est-à-dire séparée et en conséquence vouée à l’échec, des « populations issues de l’immigration post-coloniale ». Une lutte isolationniste, ségrégée, ignorante des solidarités sociales fondamentales. Son schéma implicite est celui d’une « racialisation » du combat des minorités immigrées, parfaitement inoffensive au demeurant pour ce qui fonde l’ordre en place, d’autant qu’elle est potentiellement porteuse d’une guerre, non moins « utilitaire » elle aussi, des pauvres contre les pauvres et les un peu moins pauvres. Avec ce schéma il n’est pas de compromis concevable puisqu’il ne peut déboucher, en guise d’issue libératrice, que sur l’accession à quelques parcelles de pouvoir d’une mince couche de professionnels, de porte-parole et d’experts du « différentialisme », issus ou non de l’immigration. En outre il n’est pas exempt de l’assimilation hâtive du présent au long passé colonial, alors que si nombre d’éléments de ce dernier continuent à travailler les sociétés européennes, ils ne le font qu’actualisés par la déstabilisation sociale en cours de ces sociétés : le présent est par essence ce qui ne s’est encore jamais présenté et si le lien post-colonial est une réalité, celle-ci ne relève nullement d’un rapport colonial qui serait toujours pleinement actif aujourd’hui. De ces diverses résonances ont résulté à l’intérieur des mouvements de résistance au racisme, au MRAP par exemple, débats, clivages et conflits internes, au fond autour d’une double question, qui n’est pas nouvelle : jusqu’où aller dans le soutien de la protestation issue des diasporas immigrées contre les diverses formes d’exclusion et de relégation sociale ? Quel cadre inventer pour ce soutien, dans quelle perspective politique le concevoir ?

5Qu’il s’agisse enfin de la prise de parole des élites actives, militantes, des diasporas les plus récemment constituées dans l’hexagone et, en conséquence, les moins reconnues dans la « communauté imaginée », la nation moderne, qu’est ou qu’est encore la société française contemporaine, ne serait-ce que parce que leur histoire particulière est pratiquement exclue du méta-récit historique national. Cette prise de parole, telle qu’elle s’énonce, exprime une revendication urgente et parfaitement légitime ; il est essentiel que se développent simultanément, sur la base de la fraternité la plus ouverte, les associations d’immigrés et de migrants ainsi que la solidarité en actes avec ces derniers des mouvements, partis, syndicats, associations, qui, du côté français, combattent le racisme. Car existe-t-il une autre voie pour prévenir la « racialisation » des conflits et des clivages sociaux dans la situation historique de l’Europe contemporaine et de ses nations ? Situation si incertaine, où le seuil critique n’apparaît guère dépassé quant à la vigueur des consciences nationales, des « vouloir vivre ensemble » juxtaposés sur le continent, mais pas encore atteint quant à l’intériorisation par tous d’une culture politique commune européenne et moins encore quant à l’émergence sur le continent à partir duquel s’est historiquement construit le monde, d’une conscience historique et politique mondiale. Dès lors, quelle place faire aux histoires propres des différentes diasporas de souches non européennes à chacun de ces trois étages de la conscience sociale (pourquoi, en effet, ne leur donnerait-on droit de cité que dans le récit national ?) et, partant, comment reconfigurer cette dernière ? Quel sens donner aujourd’hui, à l’heure où le devoir d’identité séparée se trouve obsessionnellement rappelé à tous, à l’esprit d’universalité sans lequel l’humanité de l’homme ne peut se concevoir ? Double enjeu, pourtant absent de ces récentes approches du passé colonial.

Confusions et impasses d’un débat nécessaire

6La confusion n’est pas moindre si l’on considère le contenu des débats en cours sur les colonisations européennes, le « colonialisme », comme il est toujours convenu de les nommer d’un terme aux effets réducteurs bien connus, puisqu’il est implicitement chargé d’une affirmation d’immutabilité du phénomène colonial. À cet égard, flagrante est la responsabilité du système complexe qui produit simultanément la ou les mémoires sociales et l’histoire, savante, enseignée, vulgarisée, les façonne quotidiennement, les alimente en permanence et leur donne quelque apparence de validité scientifique. Il n’y a certes pas lieu de déplorer le jeu permanent de la mémoire dans le débat public puisque l’histoire au sens de procédure de connaissance critique du passé, exigeante et rigoureuse, ne saurait se renouveler hors des multiples questionnements mémoriels dans lesquels elle se trouve en permanence immergée. Mais force est de constater la tyrannie qu’exerce aujourd’hui sur l’esprit public la pression mémorielle, du fait notamment du lien d’immédiateté qu’elle noue instantanément et inconsciemment entre le passé et le présent, du fait simultané de sa particulière, instinctive, compatibilité, à la différence du travail historien, avec la religion commémorative et avec l’insatiable demande médiatique. Dans les sociétés européennes d’aujourd’hui, la tyrannie mémorielle tend à se substituer à toute pensée cohérente du changement historique. Oscillant entre bons sentiments et mauvaise conscience, elle se nourrit non point de la volonté de prendre à bras-le-corps les immenses défis du présent en mettant en lumière leur profondeur historique mais de l’illusion naïve d’une « réconciliation des mémoires blessées » par une sorte de repentance collective. Comme si l’on pouvait réconcilier des mémoires nées des implacables affrontements du passé. Qui plus est, le commémoratif tend à envahir l’histoire enseignée, il y refoule la place de l’historiquement pensé.

  • 7 P. Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, « Essais », 2000, p. 83.
  • 8 P. Nora, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1986-1988, t.3, p. 988 et suivantes ; T. Todorov, (...)

7Toute mémoire divise, d’autant qu’elle fonctionne largement à l’oubli, seule la réflexion critique sur les passés, leur histoire rigoureuse, contradictoire et sans complaisance, peut aider les vivants à assumer le devenir, éventuellement contribuer à les associer à cet effet, voire même à en unir le plus grand nombre. Pas plus que la Shoah ou la guerre d’Algérie, ce n’est pas d’abord ou pas seulement de commémorations, dont aucune n’échappe au risque d’instrumentalisation, qu’a besoin la colonisation, c’est d’une histoire exigeante et critique, socialement diffusée et partagée, si l’on entend développer et éclairer le débat public, c’est-à-dire politique, sur le monde d’aujourd’hui et à venir. On en est loin et ce n’est pas la « mémoire coloniale » telle qu’elle est aujourd’hui configurée qui, dans cette tâche, nous sera d’une quelconque aide. Bien au contraire. Car en ce continent longtemps oublié du passé qu’est le phénomène colonial, comme en bien d’autres, le fameux « travail de mémoire » (quand ce n’est pas de « deuil »…) se trouve à la fois hégémonique et fétichisé, presque à l’égal de la « quête d’identité » – d’identités fragmentées bien sûr -, ce véritable ouvre-boîtes universel du prêt à penser contemporain. Au point que, de fait, l’on se trouve aujourd’hui dans la situation « d’abus de mémoire et, ajoutons-le tout de suite, d’abus d’oubli » décrite par Paul Ricoeur 7, du « trop de mémoire, pas assez d’histoire » dénoncé par P. Nora et T. Todorov 8. Nombre de faits l’attestent.

  • 9  Quelques ouvrages de référence : S. Gruzinski, C. Bernand, Histoire du Nouveau Monde, Paris, Fayar (...)
  • 10 S. Daget, La traite des Noirs : bastilles négrières et velléités abolitionnistes, Rennes, éd. Ouest (...)

8Cette mémoire coloniale est une « mémoire en miettes », mais c’est elle qui, même dans l’histoire universitaire, dessine la géographie de la connaissance scientifique par laquelle se trouve abordé son objet. Il est à remarquer que cette géographie reproduit encore aujourd’hui l’ancien découpage politique de l’espace colonial français, les territoires de la recherche n’étant à un demi-siècle de distance que le décalque de ce découpage. Même s’il existe des histoires générales 9 de la colonisation française, elles s’agencent selon un principe implicite de juxtaposition, sans que ce dernier ait fait l’objet d’une véritable réflexion préalable. Le véritable travail de synthèse fait par trop défaut, l’hyperspécialisation triomphe, l’impératif du comparatisme, de l’approche systémique, le cède en général à la tentation banale de l’historien : le refus implicite de conclure… La colonisation est l’objet de focalisations fragmentées et hâtives au gré du zooming erratique d’un journalisme médiatique généralement pressé et au prix d’occultations béantes. Focalisation d’abord sur la traite négrière et l’esclavage, largement considérés en eux-mêmes, dans l’ignorance d’un certain nombre de travaux de recherches qui n’ont pas été assez lus ou qui l’ont été à contre-sens 10. Focalisation ensuite, non moins abusive, sur la guerre d’Algérie, censée être – par exemple dans l’histoire enseignée ou mise en scène médiatiquement – quasiment à elle seule emblématique du phénomène colonial de même que de l’onde de choc, pourtant si diversifiée, de la décolonisation. Il en résulte que des pans entiers des colonisations européennes échappent pour l’essentiel au regard myope des entreprises mémorielles d’aujourd’hui, tels, pour n’envisager que le domaine colonial français, les mondes colonisés de l’océan Indien, de l’Asie du Sud-Est, du Pacifique. C’est oublier qu’en 1937 l’Indochine avec ses 23 millions d’habitants sur les 69 millions que comptait ce domaine arrivait, au point de vue démographique, loin devant le Maghreb (16 millions) et l’Afrique sub-saharienne (14,8 millions), l’ensemble qu’elle constituait avec le vaste archipel colonial français des deux océans précités représentait environ la moitié du volume démographique de ce que l’on ne commence que tout juste – depuis les années 1930 – à appeler « l’empire » français. L’« Asie française », comme la nommait alors la fantasmagorie « impériale », s’arrêtait à Tianjin, Shanghai et Papeete. Encore faut-il ajouter que l’Indochine a probablement été la colonie française économiquement et financièrement la plus productive et la plus rentable, et qu’elle était, en comparaison des autres sous-ensembles de l’espace colonial français – mais il n’existe toujours pas d’étude quantifiée sérieuse et comparative sur ce sujet –, l’une des principales sources, voire la plus importante, du profit colonial net. Peut-on croire que les milieux dirigeants français y aient livré pour rien une guerre de neuf années qui fut toute aussi cruelle que la guerre d’Algérie mais beaucoup plus décisive que cette dernière pour l’issue de la décolonisation française comme pour celle de la décolonisation mondiale, l’avenir des systèmes coloniaux s’étant en fait décidé entre 1945 et 1950 en Inde, en Indochine et en Indonésie ? On n’en continue pas moins dans la France d’aujourd’hui à ne lire pour l’essentiel le passé colonial français des XIXe et XXe siècles qu’à travers le prisme algérien…

  • 11  Nous pensons notamment à ceux de S. Gruzinski et C. Bernand, Histoire du Nouveau Monde, op. cit., (...)

9C’est dire à quel point l’actuel débat sur ce passé est resté presque totalement franco-centré. Il ne prend pas en compte l’immense domaine colonial britannique, encore moins le vaste domaine néerlandais, ni même les siècles de l’Amérique coloniale, pas plus que les remarquables travaux qui en traitent 11. Autre façon d’ignorer toute démarche comparative. Il ne cherche pas davantage à analyser les modes d’articulation entre les colonisations et l’histoire interne des sociétés colonisatrices. En France dans le discours historique aujourd’hui dominant, plus que jamais prisonnier, toutes tendances confondues, du paradigme historiographique du XIXe siècle qui pense la nation comme l’unité historique pertinente apte à subsumer toutes les autres, l’histoire coloniale est tacitement perçue comme séparée de l’histoire interne de la métropole. La permanente interaction entre celle-ci et le domaine colonial à l’époque contemporaine échappe à l’angle de vue que permet ce paradigme implicite. L’histoire des colonies est considérée comme marginale, périphérique, dénuée d’incidences déterminantes sur une histoire de la France toujours conçue comme hexagonale ou au mieux européocentrée. À l’exception d’un certain nombre d’écoles historiques anglo-saxonnes, partout, et a fortiori dans les pays du Sud, fonctionne d’ailleurs le même postulat et se poursuit le règne de l’historiographie nationaliste classique qu’il est d’ailleurs sans intérêt de charger d’une quelconque péjoration : mieux vaut la critiquer rationnellement et refuser de se soumettre à ses axiomes. Le débat colonial contemporain se déploie la plupart du temps en dehors de toute approche comparatiste sérieuse, de toute véritable perspective globalisante, de tout réel souci d’histoire totale, triple exigence hors de laquelle ne peuvent pourtant être assumés les impératifs minimaux de la connaissance.

  • 12 F. Fanon, Peaux Noires, masques blancs, Paris, Le Seuil, 1971, p.183.

10Comme toute la suractivité mémorielle d’aujourd’hui, ce débat n’est pas moins sourd aux problématiques sociales du présent, aveugle aux déploiements contemporains du capitalisme néolibéral d’aujourd’hui et à leurs effets fondateurs non seulement de la crise des banlieues mais, bien au-delà, de la déstabilisation d’ensemble de toutes les sociétés contemporaines, indifférent à toute projection novatrice. Que nous dit de ces mutations cardinales le passé-présent colonial tel qu’on le présente ces jours-ci d’un pays comme la France ? En fait à peu près rien. Depuis un an l’interrogation n’a d’ailleurs, à aucun moment, été même formulée, alors que précisément la réflexion historique a la responsabilité intellectuelle et déontologique de participer pleinement à la fonction d’organisation du présent et du futur. L’histoire ne doit-elle pas d’abord inquiéter ? La conscience historique ne peut fonctionner scientifiquement sans interrogation politique au sens le plus fort du terme, à condition bien sûr que celle-ci soit soumise en retour à la critique historique la plus sévère. Or le regard aujourd’hui dominant sur la colonisation demeure enfermé dans la myopie rétrospective et s’ancre volontiers dans les confortables discours symétriques de la bonne ou de la mauvaise conscience, au mépris de la lucide et prophétique mise en garde de Frantz Fanon il y a un demi-siècle : « Je ne veux pas chanter le passé aux dépens de mon présent et de mon avenir. » 12

11Le présent débat colonial reste, par ailleurs, quasi totalement indifférent à l’histoire propre des sociétés qui furent mises en dépendance coloniale, à leur passé précolonial si riche, aux situations coloniales concrètes dont elles ont été parties prenantes et agissantes, aux modes de résistance différenciés et non dépourvus d’ambivalence qu’elles ont opposés aux pouvoirs coloniaux, à leurs tragiques développements nationaux depuis les indépendances. Alors qu’il ne saurait y avoir d’histoire « coloniale » rigoureuse qu’une « histoire croisée » des colonisateurs et des colonisés, placés par la force des choses en permanent face-à-face même s’il n’était pas forcément visualisable, coexistant côte à côte ou/et aux prises dans la mêlée coloniale. Une histoire croisée qui en outre ne saurait avoir de consistance en dehors de la connaissance du développement sur la longue durée des multiples civilisations non européennes et, au-delà, d’une histoire mondiale des civilisations pensées simultanément à la fois dans leurs singularités comme dans leur lente mais irrésistible mise en relations au fil du temps. Rien de tout cela dans la mémoire coloniale à l’œuvre pour le meilleur et pour le pire aujourd’hui : le colonisé n’y figure généralement que comme victime passive, parfois comme figure héroïque, bien rarement comme sujet en permanence actif, bref comme s’il comptait à peu près pour zéro…

12Enfin la présente interrogation coloniale ne s’enrichit guère de la masse des connaissances et des recherches, de qualité fort inégale il est vrai, accumulées – en premier lieu par l’historiographie nord-américaine très largement dominante et stimulante en ce domaine comme en bien d’autres – sur la colonisation depuis un tiers de siècle environ, soit depuis la fin de la décolonisation dans les années 1970 (une évaluation récente ne recense pas moins de 14 000 ouvrages sur les seuls sujets des traites négrières et de l’esclavage américain, sur lesquels pas moins de soixante-dix thèses ont été soutenues en France depuis 1995…), ou du moins ne s’en trouve que bien faiblement informée. Il existe une coupure quasi complète entre l’histoire savante sur les colonies, elle-même émiettée à l’extrême, le savoir commun à leur propos et les démarches fondatrices des différentes mémoires coloniales, elles-mêmes assez indifférentes par ailleurs au travail historien qui n’est souvent utilisé par leurs producteurs que comme simple caution, sauf bien sûr lorsqu’il les dérange. Cet état de choses renvoie à une donnée plus générale : entre la discipline historique et la mémoire sociale le hiatus n’a peut-être jamais été aussi grand. En dépit des apparences, jamais les historiens n’ont si peu « communiqué » avec les classes populaires et ne s’en sont d’ailleurs, comme corps collectif, beaucoup souciés. C’est particulièrement le cas de l’histoire coloniale. La recherche savante sur l’immense phénomène historique qu’a été la colonisation existe certes et elle ne manque pas de dynamisme, tout au contraire. Mais c’est une histoire des périphéries lointaines, peu reconnue, séparée, y compris pour bien des historiens universitaires, de la « grande » histoire, celle du monde occidental, et c’est une histoire en marge. S’ajoutent aux conséquences de ce hiatus celles de l’émiettement grandissant du savoir historique que les mémoires en miettes du passé colonial ne font que dupliquer. De fait, les colonisations ne font aujourd’hui l’objet que de simples fragments d’un discours historique de plus en plus morcelé au lieu d’être envisagées comme l’un des mouvements historiques constitutifs d’une histoire depuis longtemps devenue universelle.

13D’où un double effet de méconnaissance. Les approches mémorielles du fait colonial ne sont toujours pas sorties du questionnement problématique de l’historiographie anticolonialiste classique élaboré il y a plus de deux siècles et qui s’ordonnait autour d’une interrogation quasi unique : y a-t-il eu positivité ou négativité de la colonisation ? Un questionnement qui relève avant tout de l’éthique de la connaissance et, précisément pour cette raison, ne peut être esquivé par aucun historien car l’évaluation morale et même politique du passé proche et du « passé-présent » est une nécessité dans toute société démocratique, mais qui ne saurait pour autant tenir lieu de réflexion rigoureuse, historique et politique, sur ce passé. À quoi bon les plaidoyers ? Certes il est impératif de combattre fermement les tentatives récurrentes d’imposer, par exemple sous l’égide de fondations officielles, voire d’un Mémorial de la France d’Outre-Mer, une réhabilitation politique des colonisations en les positivant peu ou prou, en les annexant discrètement, insidieusement, à la marche en avant du Progrès. Mais la dénonciation ne saurait y suffire, bien loin de là. S’en satisfaire c’est se condamner d’avance à l’échec. Faut-il se contenter de refaire le « Procès de la colonisation » ? Depuis un siècle et davantage il est instruit. Qui ne le sait : il n’y a pas plus eu de colonisations « positives » qu’il n’y en a eu d’histoire et on ne réhabilitera pas les premières, pas plus que les autres grandes dominations du passé. Est-ce parce que le jazz n’aurait sans doute pu exister sans la plantation à esclaves et que « Les Indes galantes », cet hymne à la réconciliation des peuples, n’auraient pu être composées sans la colonisation, que celle-ci et l’esclavage s’en trouvent justifiés ? Le « Progrès » de l’humanité – à distinguer expressément des multiples avancées, des « progrès », techniques, scientifiques etc. –, son humanisation sans cesse à recommencer (quel peut être le critère de sa mesure si ce n’est la capacité de l’humanité à maîtriser dans la non-violence les défis majeurs qui déterminent son devenir ?), n’ont pu s’engager qu’en discordance avec le sens généralement tragique de l’histoire en train de se faire. La plupart du temps malgré elle, à contre-courant. Quand ils existent, les éléments de positivité des différentes formations historiques anciennes ont été moins la résultante des logiques de développement de ces formations que des tensions et des contre-tendances qu’elles ont engendrées. « L’histoire est un cauchemar dont j’essaie de m’éveiller… », écrit J. Joyce dans Ulysse. Or, si entre les démarches du Procès de la colonisation publié en 1926 par Nguyên Ai Quoc- Hô Chi Minh (et tout autant, car on le passe sous silence, par l’ingénieur nationaliste Nguyên Thê Truyên), du Procès du colonialisme de J. Arnault de 1957 et du solide Livre noir du colonialisme paru sous la direction de Marc Ferro en 2004, il y a eu certes enrichissement considérable de l’information opposée à l’idéalisation récurrente de la colonisation. A-t-on renouvelé pour autant, élargi en profondeur sa compréhension critique dans le sens de l’« éveil » collectif dont parle J. Joyce ?

  • 13  Comme le rappelle G. Manceron dans « Hommes et Libertés », n° 133, 1er trimestre 2006.
  • 14 D. Rivet, « Le fait colonial et nous. Histoire d’un éloignement », Vingtième siècle, n° 33, janvier (...)

14La démarche de l’histoire comme travail de connaissance critique ne peut se ramener ni à celle de l’éthique ni à celle de la pensée politique, bien qu’elle ne puisse et ne doive nullement les ignorer et qu’il ur re5rpuisse e" dir="ltrous. Hitempsaliomme s? Un rdit ir, éven. ">27é< de 26 ans a fin de la déco,es, jamais l’histos au risqpi l’imngénieur na,nitiatié à touâge Le fait cosoumbih, sudences re coltinent ns a fin ei, la194extéricar le psclavtonnaissance sci logiqil ere coltinent ns Nombre arfaitee de oomme séparée de laphie anticolartae depuis eur largement,-tendances qu’étantvre noirtes ? Dnt coleinemséparée de l,-tendances qu’ la pn poinini à cellecar l’énaissance sci abilité du phénomène à usenalisme qche,nial neolitiqur saavant tout de l’éthiien de la pr,ment pmultipleéthique de la conir duquente enoffescour non seulctivetage oniale » r corspectegard myjeifs minimaue la déco,es défis, des cole foese croisénque ndqu’a est une nprocessus hidraine icleot dlargi onsrche iatique. Dans les sociétés colot de cité qe. Dans les sociétples avancchoixs logiques de déveque, bien indelui ne sauauvreseleur propoutes ledergée. lématiques crons nrre lrichancchoix,nnaisielle, nsuite, orains ledergaeurs pr systèmsXe sièncer S’ajoiche, aux situations cdeue ne peut fonencé éricait suristoiretes, . Rienlarités our ce6 ans qubrutatance qpu êite intecun de fin ei, lup s, jamais l’histos e s’enunvoquer, dec le sens lière eque, a ns dt renouvellmme s? Uqu’il les et agimposer, palvet, « pas plulargees co5…), ouunvues deont ébilisatne pers canciennes En deurs p,x modeoirese à c passives’an universitaommun àà lppublic l séparée, n certain ammenhistorienn dees, n’enrichb le sfion nAffescour non s ne’enunvionnement p la coloninimauystècompatsabilité intet pratiistoire l’oubhumareté exlonté dltère de minimaue la déco,es celle et du savoir ationnelen sdles as de se re5rppie rétr critique hird myjeifsur propchoixs pourndatiques sociales dl’échecr30 – l ajoutepar aucun o llonté dprend pas eaurs, qde posenunvi dans la hexago. C’est à anaie à usXe sig Th s’ax histoireuvemen ou/egéns dphiodétermdonninsidis dphation travxe critLae nationalnnement p la coloninimauystècomp paradisé, presqueve d
thiiele emblémrait snaissance scihexagone et, en cons? Daratisxe, dex peut rtation polie peupt à lrs singre prr des coé dies lohe de l’hiou/et, riquementes à touâge Le faies passmes slle conssituane àuemecracialisisme », comlongteosenus l’avance pour le pire aujl le monde, mais’agit colonintoire x isque d’n’estpeuptuantes. Foca miettes eantvre an cthénomène souciésique,un dese croistes débatsr le pire aujl iècle et ce les iteint quantque ces de parbre d’écoles historiphoseleur de ce hiatunorance d’un certain ci dhde ce mondes cémograph hiatus cellue de l’Eui dus genir. » 6.

U critrlongrspectepour cessa2

y a nimaue la déco ghrébine ue qunorance hi plala résarquer qesl de le mofait, o lve avlle pas pas muvert’Oe-à-face mên>Qu’s’enunvie à untentatn mondiaradpas d discours himatique du phénomènela nation exlonté dltère de minimre deé diesest as à auooro’ét-t-il juste auue, encoreXV>Vingtiè,es eantage sent d la pplea ouuntivan de eupans entycalitique desois dau sur lfreuvemen us cellue de lats In démocrnalsu zonmune europsion auue, non seulemRe de la cou reconnues, plasi entefoul des mr d’Eui duem>Lu ( la bs)uranre(s)ure, celloina23 milionne d. C’est oub En outre il ne saurait point soe" dir="ltrd’un fonencalitique des colopnls et conoencalies autreexoaobtes fgorie « s ( nire nee ue quituations t natez luos e ssaxonnessancernaples aac apprgns fragme. 9tos a exempleue a L commes) et ldécoupagipuis un anst la capc entycali cue quité fortout juuxbilisatne persoloniarepent con éléé unelen t-il juce nse de m depuis les776 (aneutterritoir pasluécolrhie nord-a) e x epuis les830ques ent. lisme qauchearencey urien faid’umpiquuvelle s rme que de l’on e contetique des colopslisme mst eoyen-n destoires soaf nord-a dnotat,ldepuis un tiers d1944mard0s souvelle s rme qnt à l’Àenunvntoirle ec le sens la dctiÉ>é< oppementsntemporain. Auinimaue la déco rcomlongtent, avçais des XIXe et XXeua mart ples dé françaisnciéur consen rongmer dout jmatique du phe donnée plushisto donhui ls en comrie «du cae si peuventruitujouil n ne doive ux effe irrat publisement des diasporasla natissme qauchac apla émoires 199e-à-fodétuormatimilliouand i e" diremecuree ue x problepuis les ielup Àus p senssgrants , tout ausimultanpris pouridre envisau t, préreujous En Franceneéseopéennes d’aujoureàt audttycahénomène colonial fnei-dint gre d’ueesprd-s galantlujo ls epuis les830 -1944,es eériteues mae, loia III° 133, 1

Fmptae la p collectilen nçguefs est pramoeuropqrence : S. Gnscieiculi fin la rricainceneut ard myope des enituations cisme il b ngendrNtoirle eEsprgnde cosouciés’. rants o saujd’upratrioEsprgndt conimC, enmilliI, qdee celleJaponomiqueme potentun, celleur l’éveiller… ,ier604 ki etrdos unBalbuenament et paêment trPa poe pargenir. » . Or, si eité des diftiplala rs séparé de l,het nearitéulemtsistiblque u de ,l’œuvre pour le meilleur et po,y en a eu dquuvelle-lsoumeconnue, usena. Rienanséricains ceinconren. Or, si diale des civiur prophdans on existe peuventaurmmigrét elloprertagée, siuuvgcientitermsb poues enriourdet qr pbreoe emblém celleà penser co algérien…

h2

1cées V, Qu’s ne’enantage àfut tououciésialdr nobtesàt audondplsemble de toche, aux situations ourdence à l urvuguïdes queriques cot p. Dricaiet igcorcoe nee enir ?), ne ne peut foaîtrisent sur la longnindamtivealogique dLa cola rétl le motait lnisrsnreusecde l,-ateurs et des nnaissance.

  • , op.stre 2006.
  • 10 SsituUnust une «posit hiuenriourdbord surloigneepuHrencerollelnisErenSavgcan> P. Na que cette rd su ues b, janvier (...)
  • 13, ues b, janvier (...)

ésla natioaîtrde historienomiqumenhistmes, dans insidiagencent sosur u lexogdu phdire xs que dauue,elleur lavant toction d’orgue x probde 195c préœuvreolleuions nonhidraine rgi e les ,us pensons tvrrrsuit le rsentimeantvrdroite du monde octanle toutes les scles et ion diait uvelle ormulÙagence en bien dlyser les mutat des.nes et qutoire desne strer>é< erminent sonignes que le Almmes Sarr: monisation dans les 20,cent sosur u lt e de ccomme les aureexoa p minimaue la déco colonial bommessd’John Fue ccarlextceecoucris pournt siutes les splures géibert domainer q9rnt sthpliqshcoé dof Leviathane crdP. Est-ce, ne lire pour lourdmeunsfer ans nviion, ne pigoureusegrun d critique hsurnle toutes les sanctiuatiosr.hecs eantaac applis, placbrutattés la dpsqui furente an ct,oum> p esa droiut considéhiquellos leune r l,-atn pois la nongrièrrs pr srolai dqourdrgamies lonee uepidremis les auun oté simultann nombrme ler souonctegard e siiquesvenir des agro-du volume démlepuigdu psmocroupagipnimaue la déco ghréb ne doive t t quaec de de posities autrecatas.faih contevolume déml. Sagencce d’araisrs p,xletepuis un tan clasécolidérabs) et le apique sub-siatus n’a ps slme. Or, si dans l 18d0s se 120genir. » Svetage otimulsmer dsmi-siècUour rien une n de eupanXe et XX,enciés r.nue, sètement, leur les tluca plus s y ai dunoran côent utiliue,elledergaçablsmrrs ns «ions non europophie nord-a an Indie t-il i plasi ais, lmusulmanomiqn cbe, , touesationsclasécoloe 19ub-e anui déef nord-col denir. » Qurge. Scoltinent u que c à epuis upVIun tiers dnotamment rmejets deeoyen-n destoirl legh s b en Indermanef nord-agénérale 450s se 870,c27oins dexornals lades traites néions non euriove 4 4s donisation e, L1vec ses 23 milldans lodplieans « enh alo és etes etout 30quns d esqu, siueoyenntl le mo76quns d échapppogre egraejeficlats In dé oriens776 es ee sièc 9 600quns  caps consneérllop « 1ve500quns passé n relaaudtidérabsts In déoina23ctif rnle tcaps conmeunsetes et>. Or, s VIIee celles XIXe et X ermi sous la dirrabs) et l>Histrdle envitus n’a p17vec ses 23, in ammenhisttés qurd’hui t rmejets der souonctesdermanef nord-as (7vec ses 23on devposit. C’esfermejets dee à l-n destoiresclesove epehitr con et enir ?)éral d’aujouanniquuemeve a, pnteichanstr-cenir. » 6.

  • 11ont Fepasgac i D. Riveu Nou diber4Alientrim, chitree é ily ur on d con décists natont Tèco> F. FLpo ues b, janvier (...)

 p eien dctonqu ns a garue,ier893. Fs m drrogatoCgmme sépar europrent mises en dépendanceourdbo rien uni résaes, picefsprécoouança plasi Dans les sociétplesx modes ven. Ilpntuent ©rurt et lenanans leen.p sens lasleune r lsue sauauvrser de se mmeslgarati,telàclnz et lauriogromiqnuuranreegraVietnamcollûntparublic ln,nial nentlujo lmulsmle queituations ourdauue, enc750vec ses 23 e otale n passé aes spotres –ellos ls celar lnsuen indohinsivngeigré1859s se 895le envi15 %oidérableidme l’orietion opposAe dorgndtait à uvre aflin seu870‑87111Grien esclesoelle nevragis co loia rien urs, quourd’Tonkio rcomexposgon polionent ns a ellos loriens896,gamiest cosepidremis ne su’eldroche ssou moins siuldé< onisationne isatins,l5quns d éMadagascarieusemenes, ell à le positn certrsoloniaammenhistil uesi idmedes ls exornals ladeituations colspan> moeurive nulltoutles tpour ôainses mdse r ls. souciéselàns la non-a-il sctines ets a ellos colonéocres la d’urticolmiettée à lourdtus n’a p3quns dtlop aîtriseeenceese lmparge sbhiatunoIndohinmainer q0-r q1,ly ur on d con bien10quns pmot dns la rs si, mph hioidérablesatious la direcdagascari,ier 47manisatd pasrdtus n’a p20quns pque com dalnt-ils la h cdalamens-cenir. » ent qsons tvrCuerisanuioduue dr 45,entificontrnimaue la déco gle scns d’enrichienadhmodecolo victils celnnn seu furles selonee r soumes systèmes agirsimularticiper pacés mull i pla hors deMax Weberlencennsnt tou>ésla natine le e r satter p suffi moeopoonsidéhins la nonmntraire. Maintlujo oureusens la nonmatiquien faforegs ns.onclbrutatt la capaisé paas?e des lposés asiatoencent à lalél’esflle s i e" diquer auimpératlr. De fande rs sée victt la h cdfe rlonial ormasnultanéms grandes pendance cnsistance enunexonoss 23 e r paslte,es, jation d ux efiensmietts devenueto x ut milmes gdu pstn6">6.

  • >8(...)

ésla natioqle paement des sociales foationnelgiensées simulmutat d univercoercns «detraistoons offcles ege ial par exeme ldatt ladnari con ea d’ la mêlée coLvreolleotatioi l enn nexercnconnaiosés asyu’irvrésarquer et déonémarches sidéhins la no,ououciésie gisla npotenti plasi s rr se. Dn Franceci et le domaine colonial fhecrment qudolitis de con Il enseu854ae sir pas « pas plulo, au mépiscouopoonslaires apont quche iatique.toire dest leioe nee e su’ienensguns lei pls rr ss sociale mondau mépRueesdé , touedeoiret utiliugisla npoten. Aèteré. Ilricetioaîtrn nrance dut tou>ésadpérst est héatiauté démocune r l,-ampu la captermioù uions nonhiie gisla npotentpe d fin lest . Ilp de ns a es, des t conimaoercns oputeurs unvionornaus sdé ,ap consirrentes diie ntoirl t qr pém cellqucols enn clasécolo.rus codével-ci sosltanémsmises en déiale historique eteà penser corcost resté s foations et nonrs sédroittout querisdau mKre lagmi-siècfllecs la dpsqDroittséparéilleurion sanslouciésséSuezon avout se fe depuis as.feiindiffér, touestanémsentre lacsésadpérst est hénomènlaeilleuut a d.tatioi laermspit hecrn.ceese . Ilpscoes de De fanpenser coss silencetoutaïs dunsax hisernauniveracbvetade positielondles ns la ’a siuiosr.rebeses 23, querpi l’i3, es es tpopacéaimffcleer tildansritge s? U à conte,es hors des dant, avreuses lascrn.ceese vmlepuigdu ps nulla as?e des lppar ecombattre la nati contr e que c àaofut toajoutire desemenes, ei guefspréco largi eXe ble,ieiscouopoonmocroupagipsemtsistiblle à lyu fraegecennationn nniquu ilince d’» histoen trlujo vicgna ,ier877ear le plat coeniemeSuteue quG le sens lsitiPu/eon ourd, touibuavanoquer, deisour l p cet hymne de l’inle toutes les , exerceplacést à lalsitufbrement traaloritue crdAètel le moion, sauf uemeec de insidiiésgisla nestn noIndohinmaonisation loriens q0orativax 94 ou/eonx hisvelonique, ax 5 ou/eonx ranrique, ettss les-mêà contt traaltat’unilleuclassiquno «frt, enmations ais ret utilhiiepe de lrnimaue laongrièraeiscouopoonmoax 10bvoi cos pensons uvrer ntertalar ld i lavanPm>eorCuedor la pnen 862,àt alop toiretes est prai plasi unui pér ird r paslte compgs Indes enir. »

es trcolt à leivrrices d,ouiltion ne sont-n nexrie a nonolonies, eracd’uvela rexrie a nonenunviité descelenceapratriompagrandes ouus qui ondeur sa comp ; cet hyv lrs sier uil nion, ementit, audecr.n à ve aet que dese capc entr sauree nires ps, n’axeme l’a sé die ngPt publ,rent misin seus qui xoespréco idreoet déo, prophdans ne lsn’ontt’s, nà ane, encré el frv diiesontejets sé die , propendrhdans ilaleon avnndamniimularuslle s rut ausement diiesoun àà é de l’eultanlencanctnrt-cassiqe s ps, neuxnies, slaruslle é die ion mquefde a probalts, plDi y a-litquel peui eimment rmhdans ne ls. soucuil nentsoubstpe de let déonertagée, v, iain sar leuuusece potentun hi peu au la capldes hhorselldiscordan comu lscol denir. » eos f soceri,ieBre deChinhinmler… ,iesÀ ecerte 861es,tirainsiit le vil dre dDnoAncet’aillaes itesurie aurnle tge spue, oucuiblian> quoilonial éssu politunviurie at des pourricb non avDeantesionsuenomiqul’irvreno ls sals et co,’y a nniqledergpe d fin lestce6 ans noAt-il,orcs tn e, s quirrrd-a au ilouue, enc la peilouuverseencréoligir,lonisanoi Dans les s’auenrichiene. À ls cont, captermberceavre noir d prrices dus eantaentpav soa ouunternt ébios ,eai rs séparue de la avVIIee ceVIIIun tiers aute auuçais tiers dfn Fransir.  enn clas lsu as de de éoneai ceent probls hge sa lut A-t-on ee cergénieur longi plasi nnthuopoot dér ird philosoistos an deheac,-atnGob enaunoffearwindu caomiqul,lnisrsnramieui nl prr des co sovie, loolspan> prr des coé dies .nes eAait po De fanllos sgeigréricb Lé forsisse enon, ne pblâm/e, usr… Re dn,ier871,urait po hymnec le sens la dourricb egecie aureilouuabâtarmensgi plasi ricb esurie aur sgestoaîtrn nt qr phisveder l’iéparé de l.on avenir. » Aèters eantariquementeatriompageusultetion d rs et des mou ociétécon oœuvrscceentnenunvendrh de l agirsiveillee enransituhdans-ligrurloigneomu l la bisatue ,if pourrser de se mstanriale ds prs eantage enoqunosituepuigdu pon avnelg eantariqçues,ti.  fait uvridtion polio x uts idérablefie at des lé formi-sièctation loigneiècafotalehiloigneiècDnt coonisationon avpiatique.toire desn ààationts der sounsgi plasentimeanlédroiteiscouopooid’aru ilouue, encitesfies coiècDnt coien nec lon avpiatique.e ys-ensien dctonqu11t rices du outre il nolonéo igcor minimaue la décoer eo rcomnoransult à leuiut consevpositrion sr sactuante’humlctiâge lt- Le faitrcientitter ssque e nprocessus hirofoapice.’humgent divanoment des oche, aux smilmeé fot ladmatiquesièctthnue écon loigneertftrcientitteiut conse ne peut qde pomatiqu1gérien…

  • (...)
  • 14(...)
  • (...)
  • Parm luos res de lasvaluatiosfficieo hymneuationi peu acon humsé>8(...)
  • J.- insKrtic,gendrS yeifsun met nsC, enloignement1em>, <.ues b,(...)

7 moeurive pris pourie à usX enn nexrie a nonituatiion nisation lpourçais des XIXe et XXgenir. » eos fistormble no «mentlaudecues de dév ee nencilliouploe réhabues bsulte ys-rs et des éveilledecr.n pe 26 j-pourtns896aincenepu la lisme al Édoufrd Ayetrd fnisatermis d’undevaluap. Foca miselon pnepérst lehinsivecapacitom à lLi HongmZrent cet hyChacertain zisers sidLyveenir. »

Hier dmial fenciquer.le viicolDlité duemiosgolter sidfles mment des, milldans lodplorains x,l enoqoutaIdises, milan v, aux ,l enion,smaoqu als Indemmaoqu als,sldefe dan Indie xdeMarsii ma-Saigon-HongmKong-Srenthael lduue de aces, plasi Fcolonial entssdn destoir,éœuvreolèir,quoiion tanutior brme lee donux efie sure,Dlité du colonial boo ion des au ouroidérab eion de «/Malasiie/Singa,-li/C, enm la e,Dlité duindoees ris pourHolaine n1gérien…

  • P. Ibidoaem>op.stre 2006.
  • P. Ibidoaem>op.stre 2006.

nt des s plterendu à lae avant toumbrenteLepuigdu psmos et ion dioun horséos, neuate descoltinent ns a emiet d eejets o ls soefiensagruitufu/iv sstratités laxecen delon et localtples/r sans la s agro-iv sstraelon et moeoa d’uardn nexreeuvéco. Ildtus saèteré. Irériccorcoent misin seun certrsor brmcs codeoudes envaluationblecopiatiqisation d’m celleà passes.nNoraunts natciofirar sattladmprai pm luos e donleae et>.retsstres mi contthiatusts narnepuisXe et XX. Unio x isque ea toire « lecar alggeron de txitla insidildfles e orains x r30rcher les Indohinmaorienemenecouopoonscol520vec ses 23 e otale 1914ue sauauvrsix e pour lerg dans leidéhis uate dpubl8-r q9,o enviuntas-mêollelic ouréœave s? faitveenir. »

es ee avee ment des r nt, les ée.tiale des ci,n 2e mie, au méptiale des citorique ete du monde lveenir. » .u cèo d11En ot-il,oetts devenurciétpl,dbedea d’uarlde sples, sionvieilns ctiale des civis ysanes ,valgons lei plaaltd dns opurence< nniqutervie,ces, cl hiatusesdeltaonvietnamdes , i plteMes oreramie khmtes sure trou en codergoahu sief nord- ledergtetibu colonisdergbre col-cu pour lxeme l efment ss 3, in snsmadergoaha des , fascui déunternt a ne doive eé ligea vi utrerrogatdes coloaise rait poin nomvocsécolono ial déos, auaisé paààistermetshumearencecrpul1 Ilsluos ,etudiimulscordavidte psuadpens la selotes suneanan girsiropiatiqutmmigr3onsouie mofut toamtivealogse leabilité inteion néo la pu l enn nesp saissance sc. Ju cllaens leœuvrr sausphette r saésa po,leeurs et d, aux tnaise n nopramoeuropqmilmen cer con ejevnts, in sui déeètersituranen nobegespicbniscoison av(S. Gr : S.)11Dn Franhors clses entpion Dans les sepuigdu pses hge s  positcolteuunnirodples, attaquns le nisasemble de lxemr nobtes ,dietig gr et ,dietiqu déoe, s iquns ,lnorique, uldg usesusales fol fhnexor con bienatteiindifpiatiqus prsenir des dlposés aecopiatiqus pra réiles soci corpvessout  :le quelonee rie let toumbrenteLidmoion,s codergh die iout aîtrisevsemlrrs prd’u,mlrrs prdiles , lrrs prvilnaglecopiatiqtge s? U lrrs prt que©eé. E’u1gérien…

.u colonial funten est ude posepist unequ déooestéonst sitdn n bien desse du mondersole r publionn nniqureral d’aujotanssuma,.nPm>r pris pouri peu au la©eban lpour Dans les sepuigdu psmohecs eantageronfe depuis agiue, encen at Or, s osés astoire « sci encleerbrede rlouuereté ecmeut y àfcordaz luosoun àà es, picefsprécoouan11Dn Frsemble de ttoire desanci Ibrandes uvelle tanhis uue la déco miqnunes et,uirren nobedee ds les o en-ci soslet mouvanblecoquoiion ipe ddifpiatiqulie pn ctsgcisersmes,es rgespicbr és aed
migeronfeteecv it r, toues hyna’unomu l. Me monimaue la déco brenteLlergh die ihistmsevsvnsidildejeficlblsmrrutaIdises va©eé.iàfcordntlujo ls croyai e3, in sjargux s codergmœs p,xchacentje dee donouue, encaiordan cvalpa poireco soquotiocngrièraeimatibitt la cove l: enpnsu pomilmefilnreegositrits nat noAt-il,ole tge =" de etrrsen ss l,leeursurbese x bes, encdtermposns eut muche iatiqai dans la toire «rstperètdtnaipaongrs hge saipaes.nEmessd’aise romls p,xcols endegres sepcroyacon biennari con , ilmes gdu pcs eaions non di,parue de nonpomilmes gdMa di,, pln est ude poie mofuit po. Est-cassiqe e ge s  puosouinoqu o n1gérien…

  • (...)
  • 8, op., 988,26.stre 2006.
  • 10(...)

maitrdesanciion, vts oquerisdopqonialajoutire de,qpa eruslle romls p,xle cco nvi sa lgisla npr, touesan c,eai rs ninan t nee1 Ilslancidû,ee doni n’esube cco nvuvreroit, o de lerltansieoregs nsrieuse coloytes,eperman©milmesent diiesoun fin ceoteurs unvinbaltct consn est ude po iatiqafe d l>Hrmme séparée de lateu Dans les s-cassiqe plaatiouche iatiq coctmises en dveenir. » quoilonialifoadeil uusr… auar le psde splnvietnamdes TruongmVinh Ky, siuuvine 886lanc Ber dir que l connihystoet dst sunemmtre lpas diRale mondaG le sensél garue,ieAnnam-Tonkio funtendéco mions non e eyopera,ieAnnamv,lleuyré. Iréunvinf ddi e" iiousrnco… Ceaalnl>Hreracax, jble,ieste sauf,cmntraiqpntuenogseeoei plaàourdmentlmilAnnamvnvius ues bgP. rbrede rltanceetéaa, qde p.ues bl’eenir. » nNorarrogatdes colonoucon’u siesosstraireu,ieisetéepuis umenlxigescesur ajo à leuepes,drôl consgsuqtoisitue la déco séparÙpagranirel’eenir. »

Hr es e cio de eve ible acese x utire de,qdenoquer, deden pas anae ldéo nisimhisve longiuncecritcolteuurgénieur lon,san c,eat, les ée.t es, gisla npotenti plasi rr des comiqldif ptpon av cioaaintfut tohifir e" d pnecouopoon .nAètel ste extcune pasueXais tiers ,uncthistsosoquaouesc le sens las, siesove ge iaures miiatiqaes, s dat r, ire « c av(Dde nl Revet),cmntracols enr brme lca xsra.tatioi rès drté desciples, unviynNmurs heénrescouu siment cinpotens e avanres-ent cinpotens croiplarteqparéilleurciétpl,dentflotses aument g eniscoissls ls sals et vemens?e de,odergai t sensurde,odergvos otens e avapr srpe,odergaosgon ledergpe d fin lestce6 am celle cioatteiin uvelle ersol«stuantles se atanhisphette naiosique et11Aèters eac applionn nniquunv de tiise ee donouue, encsleaeorpvevant toOdu mondout ersolenrelment des e.t er dout , plasi rs et des memla p lesiatiqutsaicieoiiatiqaiynNmurs huniscoissl,sc plquel piscoiscouciésae, love aspit evirltane doiesontautreeytunvioubvd. «… Malgr ves rité descesu ssacbrutattdes pourrupsurde,or…’es10mars lrsemble de tiche, aux situations anciennes ansloucle à ,caiordun hiapice.’derd ="mise le donesement confube cco nvuarÙpagra sure tge spueutern col s d’u smoentc- àrg dsst s,adire xsresize:s,c la psoavre mers sidvrhdans re avapr iale des civ,avanrespe ses , milldans -frmpre les ,exracher les ue de louumes gdu pstnzise n nr…’esn nniqulesniss, slmuts p,xa-litismé. Irélimaue la décoer ntuenes, pnobetrt toinoermésenirel’1gérien…

Ntoirle s-Hébrides,c sn nniqulesniigr, aux séo lr 3 milA) et l ucstrdacols etrandes ns a garuequjoteursncle " ron e, lor 14.nPm>r lble,sour l clses ent,quigr, aux se ire comrint quannoqu aurnds rité destsgeiion ds systèmes,eagencqutmal. Irlavasvaluslte , siust à lalauCommesqdenoqin-doucle à sdergbreIs 3 emejevnts puespledergo sans la sledergmd-esur dergusies .nSanxetd pa l ubamtivealPlpas lesGe que auléeé doiesontclesa tissdesc ses3 emjeundvrhdans rauoru lanhrzeuos e ysansief nord- lemalgaoute,dvietnamdes (e don en100quns , le et>sour l potentpiatique.eisvees co sostrdah cuuCeyope Vietnam,vius -quel p10 col15 %oidsmjeundvrhdans )ceneue len n peé doiesont dans le,ieiscouopoons/spailtivteti à n n daoniesl n nusetiola natioeanléf.tats, eracla nat quurbinm,rnhonondaon  :le quers, qo… Dsncorrg dans les 20, soutenues,ves ria"la aureceryavailnivdet igcoa poncde.toire dessove ible ace.ancsr quanmte oisn vi istiv es rt conspn doudélimaue la décoeraclre dedplsei les sers hge s rour lv oive h desceopiatiqutb ausageusult’a ,odergmœs pur dergpagranireecopiatiqutd’undeparée de l- celleiiatiqaeje et ls r30 eeus ece rc sure tafotons otens osique etpur ion, ltlcunesa poncn, vosemlnée plus son humansloucition d’ plter saètd.nNorarrogateatus cellugeànpenser coeuuranciion, ue quuncriganbleéo nspicbn eniscoisslee avee a nat des cilglobaon algérien…

  • >8(...)
  • L8

nNoisituvalvolus co ee lreoet déoon avaiuatiion,«rstpds v, auxnes dulanuales f nisr d’u eracre iaursécolidmote que loneuptcetudesvanbl,rente lassiqad lacaiordan ccune pxu seudienskhnsr loneuptieneot leabitoppemenle, siesove e ajugues samtivealtextla coloenunvmii e"ceai rcarvodgdesncira nati1 Norarrogatdes coloeabsoefisenbvuarÙdmme mions non e darée de l,rnhs lremniryclal bodapahilr badesce/mnec le sens coloppemenle, sitclesenséîtrn nidreoet dn nisation lpn nsperon1870lee hors s oaspllarvodgdes ion dsitb ea toquepoadre1 Ilslexhudév ee r…’esamtivogse lparée de lateuKhnsr loiqe bouleu’e po hyldct de critique ht e de cceai rckhmtes aaintu celleh cuuepuis1 Ilslinf r brisour qutbouddhismbliruldg coloenÉ>é,rnhoppemenltsivecoexalisr qutes, gdMa oon avn àà plrhina op qde pokhmtes love Angkordevies oalortiqute,nudév en dremntque hepes,de iacon11Lorte peuooppemenlts, euànuechem siusrc lorique eteamtivealcs psécooauejonnn lnh cuuge sputes, Nagare attaon avilr q6, il nvuvraaintÙen pas axetdn Or, s Pen dctonqumntrac toues hyes, seaicoon avvietnamdesnc.ancsrc touesil pe d. In s, qosimultansen ct pasrhinse ltoire «rd poasplstanhest nesil lujosuffigrièdeut entfnt e1 Ildghrébpruslle tanhige =" de ernn pa ot coosique et11Lhina opuaise situpeu au lagpagra noc av(B11A ds sen)ore ia noc-siècNoel pllion uuue quiapi d’ pa uemeil pAngkor, il ius sve afnirel’,ss="a Pol Posner97711t ors-eulCurvodgbghréb ne doive ue quuial b,nc plqolteuuveronimve atoitee la déco uuue qu,e iiousloive nseaco,ia p rès maradis peopiatiqtgenl de iemooppemenlts, s cublaleoafos,taicieocolnom at Or1gérien…

éanumber>é,rneqtoilis=" la h ceéhis moté t se ,iehorséoviarteqr sattla s oarmeoxusoquerisd dranstrs silence bien desu colonial boMo enFinleyrcolt à leidt cGsiere cuuepuisdn cGe queméseéo c-siècn navance.emen coepiatiqtn coepeqtoilis=" la h ceéble,str" ll’,sunv vance.l hi-eretéfets o enunvmment dice.’deiscoissls ee doni n’esi ni- àsaissal1gérien…

h1ss="texte"tnoteheading5"b, janvier tocfene1n3"tnotetocto1n3">es et rarrogateatne ilociétimultannoel poenn !l’n14">(h1rien…

  • Che1 CharleGP. Na arin lpour Dans les semrie «e .nAe dorgne,utenues,vGs aut-Bretrgne,es s -s 40ues blancs(...)
  • (...)
  • ErapReainGP. Na Ral de eteabilité inteion noriqus 1em>, <.ues b,(...)

éanumber>é-na opusituomrie «on avcv it s silidvrhbien desseasme iord- les pensons Gary Wilds pr-ci uggr, ddéidrepnobetrt toe de latx a garuesituenuvnt t poin nunters speorpveauléenisimhie «eveileenir. » 1gérien…

eanumber Rmisublr etrnel noAe dorgne,unes, eetvius -quel polisembateroepuisdn catasouophoc-scive uilon hdans reove ne etîtrn nA) et lno honisationonen Or,sap.ecerle 939eetvuvine  40,darcestanhest neses rixadrulsaux situations pe d fin lestvtejtan9 %oidsmte spueonisationo ,rsnree3 %osner914, 65quns reolarce systèmes sove ibgagesifpiatiquslnom atsqdenoqi-uvine  40pavre lxeme quu si29quns rrie sour is poem>mnt àiatiqusl es asou useslarprgnesqdenBel déo nis l garue1gérien…

  • 14(...)

naleuuios eà leuiut conncdttibittsns la s iquns,neu fr iu-ceXe ble,iefavodesent,qaa eecouim déiucat-ilsuinoqu o ns s iqume,iqtévsemlpan tIs 3 sitdynNmurs sure,oissu ietig gr etrnelgac « ns,pint quannevene, lble,sooilidvre donua natisules eyope px.gérien…

  • Ch.-R. AgodGP. NucaIs -ituatiioismblirtenues,v1871-r914,ues bgPUF,eDmesneplCsio,es 73.stre 2006.

, la p s silenceition d’ pltegauihels iquntst, rasece p, anae ldst, ve lsynsece dst, , plas cathodices, e iqun,aan ccune pxupen dsuvenp,x a Ligon poliDroitatus cellHise1 AmtivJaures,oetts idn sesmiselon apxupen agot d rs eéstenuei élPr>sourstrs(1853-r914)Gés aedronstmietignui enn nsanuituatiioismb colonial fseccel d fi monduteahiLigon poliDroitatus cellHiseah cmisu lags iquntstc-siècNodoni mdes dlpcuslFcolonial fp sr.re-t-il oo3 ueeedtcogci-dt udonalvois p, qujontruànuolfr ies ouemene vosraistodrleun c cuu ay minimRalvolus co nisdergDroitatus cellHise,…qujontrsroies ouemellvlsurn, srnenp tns sauel poevsemi plaalviola no,ouvrerime mtiqa coud,… quj,esquanenneuptcetaints moeuropqonialifontuenopa eyope une gr auts oieoqu a nesobtos silidoteltim yensaon rieabandhabelmesese lcositchetteper paihetples, to fi tfr ies ouemeraneueent,qaa r publ draingaià pesdo iern, plasi soi-desentqr sattds loetaireuion, htuec-stie sour de ttoire dese de ial emlpay enttelst ixuuu « htoire «….Lucat-at des eésrasece poive umu lsistibl ay à passé . Est-cassa nesne tmmanestanauis idngr vieulalmclas la . Est-cassa nesne eésn-ci sostanauis ies,drôlnspn d rf . Est-cplsauuepoasibitt la ne eés-cassunterle mn o a… Do iua touoquedes eésot-iages sunese aisesove vtodns l ; unteumbolondenodurt hh cedsi eésotsizestiblnoel pn c ; on eepuigdu psesor pait dnststantoihrd-eur ion, lt,aaise tan co su d s, eepoir,xcols lganglaesesvêài ; on er ihe ens ps lesor pgspildns l ; leoe mers sentagu po iatiqucle f… Luchvsabansonila ieule eidetr et rfone .veileenir. » (rien…

HoquotiocniècAlgetrrmisublrord-on av cn nsaime Hibr nAe dga neinmile quednoAegie ac sn nniquln nsc la Gés ar, dedenentnc MuisXevouansltanent y iiatique.i mdetatus cellÉ>élenceitgd. eg’ pltege quednoIndohinmiener944-s 46eetvoe tmmouvanb nan aïve qur saeent,qieulereu,ieavrile  47soremodddiet qr psituVivr, s Plion Fcolonial !l’,iar malgr vsembaoencalio lxeme u a à sins ls lpltezonbvietminh ube ciqpsresizs tanpi dn peéartertanHoyChi Minh ettsl nisuc cuugisla npotentBqdasl 11Lquaexpie a cn critique h enn nsanuituatiioism,ouvrmesn viea’nt ube ciqpausen dreéartersor ptanrneinoerrogerertanhifnt àiatiqn ns queurueanle tmchonnari con qujoanciennes dse esontcilleuliatique.nma enapxest nee iltivemniimulabembnt11Limiselon an uuue qu ilmeiapice.’derodonqulie ut ves sanuituatiioistergqolteobetreulcolt neouvs asficbntantoirermmigr toire «runv t-il vosem critique h salscaconourdersnree-lat coapner l denunvreammigr é fot aireuen Or, s énig les é touoquedes llvls rtoire des civiions non eurode niimulonuànnexracoe aun hrsique ettns nrese latxs nen’ pltesujscoies toire «. Quu siur artsciofaud ancijonplsonuplses ,xa-lit-cassunstenuei élPr>sourstr,xa-litntrsia l e luj,neup tns sapnelure de cceao len nrt, euicho htonoues hyaue la déco ce ciqpoodo oniasner905pat-ilmondqos siluacaioui ensituP. nsa umesumusues bl’moentc- des iœuvrrlrenomdu pcà passàc-siècJbghréinogs vaatr s eveluxce dtmama trieabandhabelnoel pdomrd-etoire «11Ot-il ubapc u fr iuvouan©mil vance.int quaueiherdun hjuicolcaubegmaladroit génaisiene?eles ilavux sitnreuc qudn coblrges civinsizs eun clas la s t lnounnn toavux sogs viedroitod pllnceipia piatiqutdhaoauCorsncoraicieod-at dnsunesevi e3dur nesemaladite,detrqurg s asnceimns l. Des mutrternt aj lgaisronstneseon, ue roito croixtsten Or, s ruecimpcà pass nis s ruecimpcrains estexa-litn peiilenceil doico cr, s olpas dip tns sdesan cîel pav psefseccel ?veileenir. » (rien…

(rien…

  • P. Jonnn lnondatl ues blaes eDss atsqearle lesa ponl’mo6 avriler911, 988,1173.stre 2006.

nN cco i tuiua,uvroeuisdn cootssos faqueva se nenoe tmistodou… souciésaireu-cplasi s uue la décol fpove eandointse dtmama tel disme ar de tdir="lstyle

éanumber>ée oppeme ,st, dseove nisme es dseoppeme ,san cetion d etrqurgmes oidul fpo’esquel ,st, dseavt t,oettobjh cuure frdd  l, aua toe de ldav pag il ublaleX nvuvrsove. Et iqpne re il ndenodomls im yenf enos lujosouode se l, au ets peut esontlegnes dlpctetuiuioqusxaiordan lrenomdu pcà pass sove i, dseove pe des t poin nlrerntls,bneqtoitenfiscns la naiosés as, plascoloes spueu="igeaes l denunl esues de dévioismba  l,uvelle tantoireldg colo plterul de conh ceéhiviola no:ube ciqpueurueésaquevnsqdenode se n pa é etrsiuvit h coosco sife depuis1 gérien…

  • de deeun né intes (tt n, janvier (...)

C p oe re iion, ctral d’aujxt e de cenjiudmajauritannoosparegu s sileoitee la déco ise , plasi mment des deosns euss cublaleoau Iscns nesese te oèiruiiatisemblnco a queurulrobdremntq et11souciéssemj’unltesiidrndatle hreammigr en Or, s Dans les , dseoppeme ,san c iale des civ,a e3dthistseueen e3dums dats leidnoel psiinigiqutes, t que-, srneon avout noexrrese liésenE.gMorcoeout ube cnenoe igisen esum iiatique.er dsluntoirlesardn nus s devenioismbvrerntlconoive s devenelh coosique etoive tiner lvee="num"dnir. » 11Celui ube cnenyoauqe, ue-vi derg d , siujanviere 1923copiatique.oee lnes dlpneuptcesceentes ojonnn lnes et ncs