Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Didier Lett, Un procès de canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire sociale

Paris, PUF, 2008, 474 p.
Blaise Dufal
Référence(s) :

Didier Lett, Un procès de canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire sociale, Paris, PUF, 2008, 474 p.

Texte intégral

1Le livre de Didier Lett, professeur d’histoire médiévale à l’université de Paris VII, est la reprise de son Habilitation à Diriger des Recherches soutenue en 2006 et en partie remaniée pour la publication. L’auteur a jusqu’ici beaucoup travaillé sur les représentations et les conditions sociales des enfants ainsi que sur les questions de construction des identités sexuelles au Moyen Âge. Dans cet ouvrage, il développe, autour d’un objet historique extrêmement précis, le procès de canonisation de Nicolas de Tolentino, une analyse rigoureuse et détaillée, tout en proposant de multiples pistes de réflexion dans les différents champs de l’histoire sociale. Centré sur l’étude de la production des documents historiques, le travail de Didier Lett propose une approche micro-historique qui aboutit au final à élaborer une véritable histoire totale d’un fait social.

2L’enquête sur la sainteté de Nicolas de Tolentino (1245-1305) est menée, dans le sud-est de l’Italie, durant les 3 mois de l’été 1325 et elle aboutit à la canonisation du personnage en 1446. Didier Lett propose d’analyser le processus de fabrication du social, en plaçant les documents du procès au centre du récit historique, pour sortir d’une approche de la sainteté restreinte à l’histoire religieuse. Refusant de se focaliser sur la « fabrique des saints », pour mieux mettre en avant la fabrique de la société, il procède à une déconstruction de sa source pour en comprendre les formes de production sociale. À travers l’étude de l’élaboration des sources, « de ce qu’une société a pu venir dire à la barre » (p. 183), l’auteur dégage des groupes d’acteurs, des formes de paroles et des espaces où s’inscrivent des inégalités sociales. Cette « source a produit une société qu’on ne trouve nulle part ailleurs, une version, un type de vérité » (p. 410).

3L’émergence documentaire des premiers témoignages de la sainteté de Nicolas de Tolentino est contemporaine de la bulle papale annonçant l’ouverture du procès en juin 1324. L’apparition du culte, datée de 1340-1350, montre que ce culte, s’il n’attend pas la canonisation, est par contre promu par le procès. C’est la fama sanctitatis,la renommée de sainteté, qui légitime l’ouverture du procès. En démontrant que la sainteté ne préexiste pas au procès, l’auteur critique la sociologie religieuse d’André Vauchez qui postule une sainteté réelle qui ne ferait que s’adapter aux différents contextes historiques. La canonisation n’est donc pas forcément la reconnaissance d’un culte mais le résultat d’une construction sociale de la sainteté par certains groupes dominants qui produit une dévotion populaire.

4Didier Lett, considérant que ces documents montrent le discours d’une procédure et non le récit d’une histoire, met en évidence les critères des sélections successives des témoins, qui relèvent d’un « choix conscient de la part des organisateurs du procès » (p. 141). Dans ce procès où 664 personnes furent citées à comparaître, mais où seulement 371 dépositions furent enregistrées, la prééminence quantitative et qualitative des clercs sur les laïcs est flagrante. La réorganisation des témoignages, par la marginalisation de certains et la focalisation sur d’autres, manifeste le contrôle étroit exercé par les enquêteurs sur l’image qu’ils veulent donner du saint. Les sources à la disposition de l’historien, issues d’une adaptation de la langue vulgaire orale à un latin juridique écrit, sont donc « le fruit d’un long travail d’écriture et de réécriture au niveau local par les notaires sollicités par les commissaires et les requérants, et au niveau curial par des copistes au service de la papauté avignonnaise » (p. 183). Cette étude décrit comment se met en place la procédure d’inquisitio, basée sur une enquête in partibus dont le but est de faire « jaillir la vérité par un aveu, qui est aussi une manière de reconnaître la toute-puissance de celui qui fait avouer, la papauté » (p. 124).

5À travers ce procès, nous voyons se déployer l’un des modes de gouvernement de la papauté, celui du pouvoir de canoniser. La curie modèle à son goût un personnage spirituel qui fait rayonner son pouvoir et lui permet de s’aliéner les groupes sociaux désireux de promouvoir cette canonisation. Relais de la politique pontificale de pacification des Marches, Nicolas de Tolentino, qui sécurise les routes et libère les prisonniers, n’apparaît pourtant pas comme un saint réconciliateur, car il prend toujours fait et cause contre les gibelins (partisans de l’empereur). Son dossier de canonisation est défendu par les Ermites de saint Augustin qui prennent le parti de la papauté de Jean XXII dans le débat sur la pauvreté évangélique qui l’oppose aux Spirituels franciscains. Dans ce contexte très tendu, les partisans de Nicolas n’insistent pas sur sa pauvreté pour ne pas nuire à sa cause, mais développent les questions de possessions démoniaques qui préoccupent beaucoup à cette époque une papauté en pleine « invention de la démonologie ». Ce procès de canonisation est entrepris à l’initiative de l’ordre des Ermites de saint Augustin qui se cherche alors un saint patron pour assurer sa légitimité. Cet ordre monastique, récemment créé, qui a obtenu la reconnaissance papale en 1256, cherche à démontrer par ce procès son allégeance à la papauté et la supériorité d’un saint augustin sur un saint franciscain, ordre mendiant rival.

6Didier Lett, utilisant les travaux du sociologue Maurice Halbwachs, s’intéresse à la construction du travail de mémoire dans les dépositions qui créent une mémoire collective autour d’un homme, le saint. La procédure inquisitoriale sollicite la production de mémoire, mais en insistant sur les formes de concordance entre les mémoires individuelles : « dans un système aussi dogmatique que la religion catholique, la mémoire individuelle est écrasée et ne s’exprime efficacement qu’en s’ajustant à la mémoire historique. Ce nécessaire effacement de la mémoire autobiographique explique en partie le lissage des témoignages » (p. 228). S’attelant à la délicate question du passage de l’oral à l’écrit, l’auteur met au jour le rôle des commissaires qui mènent l’enquête dans la construction de la mémoire collective. Les témoins, rapportant la renommée de sainteté, ne sont ainsi pas tous égaux dans l’accès et le temps de leur prise de parole dont la légitimité varie selon leur statut social et leur identité sexuée.

7Didier Lett développe alors une étude du genre comme critère discriminant dans le traitement des témoins. Les procès de saints issus des ordres mendiants font souvent plus appel à des femmes comme témoin, mais cette tendance est surtout due à la « procédure inquisitoire qui impose une plus grande diversité des déposants ». Cependant cette présence n’empêche pas une réelle disqualification de la parole des femmes, « liée à la logique interne qui organise le système de la preuve judiciaire » (p. 190). Par exemple, le discours sur la renommée est un monopole masculin quand les femmes sont plus sollicitées pour témoigner des miracles. Il y a donc une médiatisation sexuée du rapport à la mémoire, notamment dans sa dimension spatiale.

8En insistant sur l’inscription spatiale des rapports sociaux, l’auteur se place dans un courant historiographique français marqué par une vision très « bourdieusienne » et post-marxiste du langage du pouvoir et de ses symboles sociaux. Il étudie la manière dont l’itinéraire de la commission et l’enregistrement des témoignages produisent un espace social particulier. « Le marquage de l’espace correspond à la dimension spatiale de la violence symbolique […] ce qui compte dans ce processus de marquage c’est le fait d’avoir été vu et entendu » (p. 290). Par ce procès, la papauté circonscrit un espace de la sainteté où elle imprime son pouvoir idéologique et politique. Le culte de Nicolas se répand en suivant les zones d’influence de la ville de Tolentino et le réseau des couvents de l’ordre des Augustins.

9Ainsi l’enquête pontificale est un moment de réaffirmation et de renforcement par les dominants sociaux de leur prééminence. « Nicolas procure aux humbles une aide pour la subsistance, dans la mesure où ses interventions divines les aident à vivre ou à survivre. Aux notables, il leur apporte une aide pour la promotion car la très grande majorité de ses intercessions permet à l’élite de Tolentino d’asseoir sa domination sociale » (p. 406). L’enquête est donc un enjeu politique « où le contrôle de la parole des témoins devient une arme de domination » (p. 409). La construction de la sainteté permet alors à l’élite de Tolentino de se convertir métaphoriquement pour mieux servir la cité, la transformer en havre de paix et obtenir la validation de ses positions sociales par l’institution pontificale.

10Cette étude, abordant les formes d’interactions sociales dans le processus de production de vérité, insiste sur la force de structuration des discours dans une société. Ce livre renouvelle largement l’historiographie sur les procès de canonisation et il propose en sortant ces documents du carcan de l’histoire religieuse de les replacer dans la longue durée de la construction de la « société du procès ». Didier Lett nous offre ainsi une monographie parfaitement maîtrisée mais aussi une remarquable leçon de méthode montrant concrètement et rigoureusement l’utilisation bénéfique que l’historien peut faire des grilles de lecture fournies par la sociologie et l’anthropologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blaise Dufal, « Didier Lett, Un procès de canonisation au Moyen Âge. Essai d’histoire sociale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 107 | 2009, mis en ligne le 10 septembre 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/1367

Haut de page

Auteur

Blaise Dufal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page