Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le colportage religieux genevois à destination de la France au XIXe siècle

Bernard Delpal
p. 47-68

Résumé

La Société évangélique de Genève a diffusé en France de 1831 à 1946 des centaines de milliers de bibles, nouveaux testaments et traités religieux sous forme de brochures. Bernard Delpal étudie avec soin l’organisation de la diffusion ainsi que le recrutement, la formation et l’action des colporteurs. Il montre aussi que ces efforts méticuleux, s’ils rencontrent certains succès, s’émoussent avec le temps et se heurtent à certaines réactions hostiles.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur le rôle moteur de la BBFS., se reporter à l’article d’André Encrevé, « Bible et sociétés bibli (...)

1Avec le retour à la paix, en 1814 et 1815, les gouvernements et les Églises s’entendent pour rétablir un ordre moral que la Révolution et l’Empire étaient censés avoir ruiné. La restauration religieuse est donc ouvertement encouragée par les autorités politiques. En France, par suite d’une sorte de compromis institutionnel, la Charte affirme simultanément que le catholicisme est la religion de l’État (article 6), mais prend acte des temps nouveaux en réaffirmant la liberté des cultes (article 5). Si le catholicisme s’est plutôt mal accommodé du libéralisme appliqué aux consciences, le protestantisme s’est appuyé sur une conjoncture favorable pour lancer sur les routes, dans toute l’Europe, des colporteurs d’un genre nouveau, les « colporteurs bibliques », formés et encadrés par de puissantes « sociétés bibliques » ou « évangéliques ». Le modèle de ces organisations et la formation des premiers colporteurs proviennent du Royaume-Uni. En 1804, des anglicans et des membres des Églises protestantes minoritaires ou dissidentes fondent à Londres la British Bible and Foreign Society (Société biblique britannique et étrangère). Son but principal consiste, en profitant du retour à la paix européenne assuré par le traité d’Amiens, à diffuser massivement la Bible en Grande-Bretagne, et plus encore sur le continent, en favorisant l’émergence de relais capables, dans chaque pays, de prolonger ses efforts et de distribuer ses imprimés 1.

  • 2  Historique publié à Genève en 1836, p. 1-3, sous le titre : Notice sur la Société Biblique de Genè (...)

2Précisément, les Britanniques purent compter, la même année 1804, sur une société amie en Helvétie, la Société biblique de Bâle, première société fondée sur le modèle londonien. Elle essaime rapidement, plutôt dans les cantons protestants de la Confédération. La Société biblique de Genève est fondée le 31 décembre 1814. Pendant plus de dix ans, elle rayonne sur les cantons de la Suisse romande et développe des campagnes de distribution de la Bible, Ancien et Nouveau Testament, en France voisine 2.

  • 3  Archives, mss et imp., de la Société Évangélique de Genève (ou SEG), circulaires, rapports, compte (...)

3Mais la société qui retient ici l’attention, à la fois par l’ampleur de son activité, sa longévité et l’attention toute particulière qu’elle accorde au territoire français jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, c’est la Société Évangélique de Genève (ou : SEG). Fondée en 1831, elle est encore active en 1946. Ce sont ses activités, ses membres, ses archives, conservées à Genève, qui fournissent l’essentiel de la matière abordée dans la présente étude 3. Les papiers de la Société biblique de Genève, son aînée de quelques années, fournissent un complément en cas de besoin, justifié par le fait que plusieurs personnalités, des pasteurs notamment, appartiennent aux deux sociétés. Elles se fondent littéralement dans les missions lointaines, dénommées « missions païennes » dans les rapports fournis par leurs missionnaires respectifs (hors d’Europe) au cours de la période étudiée, pour les distinguer des missions et évangélisations opérées en Europe dans une perspective de restauration religieuse.

4Si la SEG déploie ses activités dans de multiples directions, c’est bien le colportage religieux en France qui mobilise l’essentiel de ses forces jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Le phénomène, par son ampleur et les questions qu’il suscite, mérite que l’on y revienne et, d’abord, en le replaçant dans son contexte. Ce premier point permettra d’aborder la question de la diffusion de la Bible et des textes qui lui sont directement rattachés dans une stratégie qui privilégie l’accès aux couches populaires, la lutte contre l’ignorance et le recours aux textes fondateurs pour structurer la construction sociale selon des normes chrétiennes.

5Puis, dans une deuxième étape, ce sont les institutions mêmes du colportage, les colporteurs, les conditions de leur action de propagande qui seront étudiés. Les sources incitent à accorder une attention particulière à la fois aux moyens mis en œuvre, aux supports imprimés et aux actions morales d’accompagnement, à la pédagogie employée lors de ces « missions », marquées par des temps forts ou « saisons d’évangélisation », reprises d’une fois sur l’autre grâce à des « stations fixes », sortes de relais que l’on peut considérer à la fois comme des observatoires et des points d’appui ou bases arrière pour de nouvelles opérations.

  • 4  Michèle Sacquin le rappelle dans un article fort documenté : « Un aspect de la controverse antipro (...)

6Enfin, dans un troisième point, seront analysées les réactions à ces actions de propagande religieuse et populaire, d’abord auprès des milieux concernés, puis dans les cercles cléricaux et savants, tant catholiques que protestants, enfin chez les moralistes et écrivains de l’époque, pamphlétaires, publicistes intéressés par l’émergence du peuple dans le processus de diffusion de l’écrit et de la culture qui se combine aux progrès de la scolarisation. Ces facteurs, qu’il est convenu de ranger dans la « modernité », viennent nourrir une intense controverse entre catholiques et protestants, et parfois même à l’intérieur des grandes confessions, sur l’opportunité de laisser les « classes inférieures » accéder au savoir et à la culture savante, tout particulièrement dans les matières sacrées. Ce débat n’est pas nouveau 4. Il a déjà opposé les catholiques aux réformés au xviie siècle. Mais reprend dans des formes nouvelles au xixe siècle, et, surtout, au lieu de déboucher sur la violence religieuse, il contribue au contraire à en rendre le retour impossible, à l’exception de l’Irlande. On remarquera cependant que la question irlandaise, tout au long de la période, suppose, pour être intelligible, de faire intervenir des facteurs très extérieurs à l’approche ici proposée.

« Aller au peuple pour hâter le Règne de Dieu »

  • 5  Circulaire du Comité particulier du colportage, de la Société biblique de Genève, aux amis de l’Év (...)

7Cette expression, en forme de maxime pour les colporteurs du début du xixe siècle, est tirée de l’un des tout premiers textes « stratégiques » lancés par la Société évangélique genevoise à l’intention de ses membres, particulièrement les bienfaiteurs et autres bailleurs de fonds 5. Elle est révélatrice d’une conviction et d’une priorité : la conviction, c’est que le peuple, tout entier, catholiques et réformés confondus, est victime d’une ignorance effrayante. Et, la conviction, c’est que, pour hâter le Règne, les élites ont le devoir d’éveiller (ou réveiller) le peuple, de le guider, et, ensemble, de sauvegarder le christianisme.

  • 6  Pasteur Tronclin, Assemblée générale de la Société Évangélique de Genève, 3 mai 1832, 2e édition, (...)
  • 7  Ibid., p. 27.

8L’ignorance, qui revient comme un leitmotiv dans les papiers de la SEG tout au long du premier xixe siècle, se mesure d’abord à l’effondrement des impressions de la Bible, dont les Lumières sont rendues responsables avant que la Révolution ne soit ensuite incriminée. La désaffection éprouvée par les populations à l’égard de l’Écriture se relève dans tous les milieux, mais surtout chez les protestants eux-mêmes, comme le note un pasteur genevois en 1832, en expliquant que cette désaffection est d’autant plus sensible et préoccupante qu’elle intervient dans une société où la référence à l’Écriture est essentielle pour fonder la relation des fidèles à Dieu autant que leur conscience morale (« Sola Fide, sola Scriptura ») 6. Signe supplémentaire de cette désaffection : la Bible, chez beaucoup, est devenue depuis la fin du xviiie siècle, quand elle n’a pas disparu des foyers, « un simple livre de bibliothèque… alors qu’elle (devrait) être la nourriture de tous les jours pour chaque membre de la famille »7.

9Dans les milieux catholiques, la même ignorance vient se cumuler avec les réticences traditionnelles du clergé romain face aux tentatives de diffusion du texte biblique vétéro-testamentaire auprès du peuple. L’Église post-tridentine, à plusieurs reprises, avait adopté des positions très radicalement hostiles à l’impression et à la distribution de l’Ancien Testament. Au milieu du xviiie siècle, et malgré le désintérêt dont souffre la Bible, la congrégation romaine de l’Index renouvelle et renforce l’interdiction d’imprimer la Bible en langue vulgaire, sauf à recourir aux versions autorisées par le Saint-Siège et propagées sous couvert de son autorité. Et même ces textes autorisés ont besoin d’une médiation cléricale pour circuler (décret du 13 juin 1757).

  • 8  Bible latine et française, avec l’explication du sens littéral et spirituel, 1672-1700, 32 vol., i (...)
  • 9  M. Sacquin, « Un aspect de la controverse antiprotestante…. », p. 396, note 1.

10Un tel dispositif, venu s’ajouter aux effets des Lumières, entraîne un véritable effondrement des ventes, puis des impressions de la Bible. Signe de l’intensité de cette crise, même les volumes de la Bible de Sacy 8, texte bilingue, français et latin, en principe toléré dans les milieux catholiques, s’accumulent chez leur imprimeur, contraint, à partir de 1778, de liquider son stock 9.

  • 10  SEG, circulaire du 26 octobre 1835 sur les origines de la SEG et l’urgence des tâches à accomplir (...)

11Ces phénomènes affectent en priorité les élites. Ne serait-ce qu’en raison du prix élevé de la bible de Sacy, hors de portée des milieux populaires. Cependant, comme le notent plusieurs comités ou sociétés bibliques au début du xixe siècle, par un effet de contagion, les comportements des élites et du peuple tendent à se rejoindre dans un commun éloignement des sources sacrées 10.

  • 11  Bernard Lescaze, La Société genevoise d’utilité publique en son temps, 1828-1978, Genève, 1978, 95 (...)
  • 12  Jean-François Pitteloud, « Bons livres » et « mauvais lecteurs ». Politiques de la lecture populai (...)

12Ces observations ont joué un rôle notable lors de la formation des sociétés bibliques (ou « biblistes », autre dénomination). Dans le cas genevois, deux autres facteurs sont à prendre en compte : d’une part le dynamisme de la philanthropie, d’autre part les conséquences du Réveil dans l’essor des sociétés bibliques ou évangéliques, à commencer par la SEG. Comme le note Jean-François Pitteloud, la philanthropie genevoise s’inscrit, pour une part, dans la continuité des Lumières et, pour une part essentielle, dans une sorte d’intimité avec « la bourgeoisie aisée, aristocratique encore, des gouvernants, des professeurs et des pasteurs de la République restaurée », autrement dit avec la haute société protestante. Convaincus qu’ils ont une responsabilité personnelle dans la lutte contre la « démoralisation du peuple » (comprendre : l’affaiblissement du discernement en matière morale), contre le paupérisme, l’analphabétisme et plus généralement l’ignorance, ils fondent d’innombrables sociétés et comités, à partir des années 1820, capables d’intervenir dans tous les secteurs de la vie sociale, auprès de toutes les catégories d’âge, de sexe, d’origine géographique et sociale, en privilégiant d’un côté les déshérités, et à l’autre bout de la chaîne, ceux que leur position sociale désigne naturellement comme « bienfaiteurs » et « ouvriers du bien », ceux que le rang, la fortune et l’éducation placent au sommet de la société. Le modèle de ces sociétés est fourni, probablement, par la Société genevoise d’utilité publique (1828), mère de très nombreuses sociétés philanthropiques genevoises du xixe siècle 11, y compris la Croix-Rouge (1863). On retrouve, chez les membres fondateurs, eux-mêmes cadres des sociétés affiliées, le souci quasi obsessionnel de l’éducation populaire, par l’école et les livres, à commencer par le Livre, par la Bible. Aussi, note encore Jean-François Pitteloud, constate-t-on que l’alphabétisation du peuple «… se généralisa beaucoup plus vite en pays protestants qu’en pays catholiques », phénomène largement explicable par le fait que les élites réformées, notamment calvinistes, ne nourrissaient pas les mêmes réticences que leurs homologues catholiques à l’égard de l’instruction du peuple 12.

  • 13  Sur le Réveil, son sens, ses formes renouvelées de piété, Histoire du Christianisme, t. 11 : Libér (...)

13À ces données d’ordre culturel et social, il faut ajouter une donnée plutôt religieuse, c’est la parenté de la philanthropie avec le Réveil, tout spécialement lorsqu’ils s’épaulent mutuellement pour favoriser l’accès du peuple à la Bible, en une alliance très caractéristique de l’activité des sociétés genevoises, notamment la Société biblique et la SEG. Le courant revivaliste, qui compte des réformés de toutes sensibilités, aussi bien « orthodoxe » que « libérale », ne se distingue pas par une théologie propre, mais bien plutôt par une sensibilité religieuse active et affective, en mettant l’accent sur les dispositions personnelles des fidèles et en privilégiant leur relation à l’Écriture 13.

  • 14  André Encrevé, « Bible et sociétés bibliques.. », p. 114.
  • 15  On renverra ici aux rapports de mission rédigés entre 1890 et 1910 par les colporteurs à destinati (...)

14Les revivalistes peuvent s’appuyer, en Suisse en général, et à Genève en particulier, sur une expérience et une activité remarquables en matière d’impression et de diffusion de la Bible. À côté de la bible de Sacy, venue par la France voisine, les biblistes helvétiques peuvent recourir à des traductions, des éditions critiques et des impressions de grande réputation. Il convient de mentionner ici la bible d’Ostervald (publiée en 1744), la plus utilisée au xixe siècle en milieu protestant, très attentive à la qualité de la traduction. En 1835 paraît la première version protestante originale, due à Munier, du Nouveau Testament (distribué et vendu sous l’appellation « N. T. de Genève »), comme on en trouve de multiples mentions dans les catalogues de bibliothèque municipale ou populaire en Suisse et en France au cours du deuxième xixe siècle 14. À la fin de la période apparaissent une traduction et une édition qui, sans faire disparaître les précédentes, se répandent avec succès. Il s’agit de la bible de Louis Segond, que l’on trouve à égalité de fréquence avec les bibles précédentes dans les collections distribuées par les colporteurs de la fin du xixe siècle et début xxe 15.

Colportage et colporteurs de la SEG au xixe siècle et au début du xxe

15Comme il vient d’être signalé, une partie de la propagation des bibles est liée au colportage et à l’activité des colporteurs. La SEG, qui a recouru dès sa fondation à ce type de diffusion, fournit les archives, les récits et les rapports internes qui permettent de connaître le phénomène dans ses multiples aspects et sur son territoire de prédilection : les départements français.

16Lors de sa fondation, en 1831, la SEG est formée de membres effectifs (payant cotisation régulière) et de « membres libres ». Les premiers sont considérés comme permanents. Ils adhèrent publiquement aux statuts et participent aux travaux des différents comités, secrétariats, bureaux. Ils approuvent le rapport annuel et surveillent les opérations financières, notamment les placements. Les membres « libres » sont des associés temporaires en raison d’un don exceptionnel ou de l’achat groupé de publications qui sont ensuite distribuées à très bas prix par les colporteurs.

  • 16  Rapport et comptes de la Société Évangélique de Genève, dixième année, du 1er avril 1840 au 31 mar (...)

17Les membres et donateurs réguliers appartiennent essentiellement à la bourgeoisie moyenne et supérieure de la cité genevoise. Les pasteurs sont présents, en nombre (19 noms sur 33 au total dans le rapport d’activité de 1841) 16. Si l’on considère la structure de la SEG, la Vénérable Compagnie des Pasteurs de l’Église protestante de Genève possède avec elle des liens organiques forts.

18Dès l’origine, le fonctionnement de la Société repose sur trois départements distincts par leur financement, leurs comités, leur tâche : les départements de Théologie, de l’Évangélisation, de l’Œuvre biblique et du Colportage.

  • 17  Cette présentation s’inspire étroitement du Règlement organique de la SEG de 1831, mis à jour en 1 (...)
  • 18  Rapport général pour le Jubilé centenaire de 1931, SEG, Genève, p. 23‑25. Arch. BPU, Gf 410, Soc-é (...)

19Le premier dans la hiérarchie est le Département de théologie. Il a pour tâche de recruter des professeurs, admettre des étudiants, distribuer des bourses, organiser deux cycles d’études (un cycle dit de l’École préparatoire, l’autre dit « cycle supérieur », confié à l’École de Théologie), fixer les programmes et veiller au bon déroulement des examens. L’École de Théologie a pour vocation « de former au véritable ministère sacerdotal ». Elle reçoit également, dans le cycle préparatoire, les évangélistes et les colporteurs (envoyés par les deux autres départements de la SEG). Son enseignement, proche du Réveil, est hostile à l’enseignement officiel donné par la faculté de Théologie qui dépend du Conseil d’État (de la république de Genève), qualifié de « froidement rationaliste »17. Après la fermeture du Département de Théologie, en 1921, le flambeau est repris par la Faculté autonome de Théologie, liée à la fois à l’université de Genève et à l’Église protestante, de façon « saine et organique », dans la ligne de la SEG 18.

  • 19  Selon le long rapport de 1931 « C’est le Colportage qui donna naissance au Département de l’Évangé (...)

20Le deuxième Département est celui de l’Évangélisation, subdivisé en 1840 en deux sections, celle de l’Intérieur (zone géographique : la Suisse) et celle de l’Extérieur (les pays européens limitrophes, à commencer par la France et les pays outre-mer, dénommés « pays de mission lointaine » 19). La première a cessé ses activités en 1886, date à laquelle la Société de l’Évangélisation populaire la remplace. La seconde se maintient jusqu’en 1920. Les membres de ce Département sont appelés « les évangélistes ». Formés à Genève, par le Département de Théologie, ils sont appelés à travailler en stations fixes, pour consolider les résultats des missions de colportage, ouvrir des écoles évangéliques, collaborer à la publication de textes édifiants.

  • 20  Voir tableau du budget, document annexe, pour 1840-41 : le Département du colportage est doté du b (...)

21Le troisième Département, celui de l’Œuvre biblique et du Colportage, accomplit la vocation essentielle de la Société : «… il (lui) donne sa raison d’être 20» (Règlement organique de 1861). Le Règlement de1841 le présente et fixe ses charges :

« -Article 30.

Le Département est chargé de travailler à la dissémination des Saintes Écritures et des livres religieux.

a) Il pourvoit à l’acquisition des livres saints, des traités et des ouvrages religieux, selon les besoins de l’œuvre.

b) Il correspond avec les sociétés bibliques et avec les sociétés de publications ou de traités religieux.

c) Il engage les colporteurs, il les dirige, il leur assigne leur champ d’activité, les révoque s’il y a lieu.

  • 21  Règlement organique de 1841, p. 10-11.

d) Il peut publier des traités ou d’autres écrits religieux » 21.

  • 22  Se reporter, en annexes, aux tableaux 1 (part de chaque département dans le budget de la SEG) et 2 (...)

22Pour accomplir ces tâches, le Département utilise ses ressources propres (pour une faible part, correspondant à moins de 20 % en moyenne des recettes globales) et les subsides qui lui sont remis par la SEG, soit sous forme de dons directs, soit par le biais de subventions et de produits financiers. Il puise aussi largement dans les ressources en livres que lui procure la Bibliothèque religieuse de la SEG (fondée en 1832, avec 550 titres au départ) et recourt aux ouvrages imprimés en grand nombre par le Département Évangélisation 22.

  • 23  L’essentiel de ce qui suit est tiré de : Société Évangélique de Genève, Récits et souvenirs de que (...)
  • 24  Deux exemples caractéristiques : Soirée amusante ou les tribulations d’un colporteur de bibles, Ge (...)

23Ces ouvrages, décrits dans les rapports annuels et dans les souvenirs des colporteurs 23, appartiennent à quatre catégories principales : les Bibles, les Nouveaux Testaments, les abrégés et morceaux choisis des Écritures, appelés « portions détaillées des Écritures », les Almanachs. Les deux dernières catégories nécessitent d’être présentées plus précisément. Les « portions » sont en fait des abrégés de la Bible, imprimés en caractères plus gros, avec un appareil critique réduit au minimum et un recours exceptionnel aux notes infra-paginales et caractères italiques. Ils privilégient certains passages de l’Ancien Testament (Sodome, la Terre promise) ou certaines figures (Moïse, Sarah). Quelques versions abrégées des Évangiles, également. La catégorie des Traités comprend les études sur l’Écriture, en forme de réflexions, exégèses, sermons, instructions, des exercices spirituels, à réaliser seul ou en famille, ou en groupe accompagné (plus du tiers du total). Dans cette même rubrique, l’on trouve également l’ensemble des ouvrages de controverse avec les catholiques romains (le terme de papistes disparaît à partir de 1835-40), souvent des brochures de 40-50 pages, en petit format 24. Enfin, la partie de loin la plus volumineuse correspond aux almanachs et albums dits de « conseils ». À l’intérieur du groupe des almanachs, deux titres occupent un peu plus du tiers de l’ensemble, Le Bon Almanach, destiné plutôt aux populations rurales et aux gens de mer, et L’Almanach du Tempérant, organe de la lutte contre l’alcoolisme. Entre préceptes religieux ou moraux et conseils de vie pratique (dates des foires, horaire des marées), le lecteur trouve les repères de sa vie spirituelle et pratique, aussi bien pour la bonne gestion de l’économie domestique que pour se préparer à un culte important au temple ou diriger ses enfants.

24Rédigés en français, destinés à atteindre aussi bien l’habitant du hameau reculé de la Creuse que le canut de la Croix-Rousse à Lyon, aussi bien l’aristocrate que le pauvre et le vagabond, ces ouvrages sont vendus à prix coûtant ou à perte, toujours modulé en fonction de la situation de l’acheteur. Certains ouvrages sont distribués systématiquement à titre gratuit : L’Almanach du Tempérant, quand la situation locale l’exige, les Traités (près du tiers du total à la fin du xixe siècle).

25À ce propos, il faut évidemment insister sur le rôle primordial des colporteurs. Ce sont des hommes jeunes, célibataires, quelquefois très jeunes (16, 17 ans), distingués par les pasteurs ou les comités de la SEG, soit en France, soit, plus généralement, en Suisse romande. Il est souhaitable, lorsqu’ils sont contactés, qu’ils aient déjà un métier, ou bien soient sur le point d’en exercer un. Car le colportage n’est pas une occupation professionnelle, mais un temps de l’existence (entre deux ans et sept-huit ans, au maximum), à l’issue duquel le colporteur retourne à la vie ordinaire pour gagner sa vie et fonder une famille, à l’exception de ceux qui vont devenir pasteurs ou responsables de « stations fixes » de colportage, c’est-à-dire de relais placés sur le territoire français (dans le cas qui nous occupe), véritables bases stratégiques pour stocker des réserves de livres et brochures, ou fonder une école évangélique, ou soutenir une paroisse évangélique nouvelle (distincte, presque toujours, de la paroisse « officielle » de l’Église réformée de France).

  • 25  Récits et souvenirs de quelques-uns de ses ouvriers…, p. 145.
  • 26  Ibid., p. 132.

26Les colporteurs sont plutôt recrutés dans les milieux modestes (petits artisans, en majorité), pour trouver les mots justes, ceux qui vont toucher leurs semblables 25. Ils ont donné des gages de sympathie, au minimum, pour le Réveil et sont connus des pasteurs qui en diffusent l’enseignement et les pratiques. Une partie d’entre eux sont des catholiques convertis. Peu nombreux (4 à 5 sur 45 en moyenne, par an), ils disposent d’un espace rédactionnel très avantageux dans les circulaires, en raison sans doute de leur importance stratégique auprès des populations catholiques. À tous, protestants d’origine ou catholiques convertis, il est demandé de faire clairement acte de candidature préalable au recrutement. Celui-ci est généralement vécu, par le futur colporteur, comme « le signe d’un appel de Dieu » 26.

27Après une rapide formation à l’École préparatoire (Département de Théologie), les postulants reçoivent leur feuille de route du Comité du Colportage (Département du Colportage), une petite réserve d’imprimés (ils vont refaire des provisions auprès des stations fixes), et partent, à pied, par deux, généralement après les semailles d’automne, et jusqu’au printemps. Une tournée dure, selon les cas, de quinze jours à trois mois, guère plus en raison du Heimweh (nostalgie du pays natal) qui guette les jeunes colporteurs. Pour vivre, ils peuvent compter sur l’aide des évangéliques locaux (notamment à Lyon, Dijon, en Charente, Saintonge), sachant qu’ils ne sont pas toujours bien reçus par les pasteurs « officiels ». Leur rémunération ne leur permet pas de gagner de l’argent, mais de faire face aux frais de route. Les colporteurs « réguliers » reçoivent un traitement, les volontaires occasionnels sont rémunérés « à la remise » (en fonction des imprimés vendus).

  • 27  Rapport pour l’année 1891, SEG, Genève, 1892, p. 3.

28La mission du colporteur ne se borne pas à l’acte de vente : « Nos colporteurs ne sont pas seulement des marchands de livres, ils sont de plus en plus des évangélistes, capables d’expliquer simplement les Écritures, de prier, et aussi, quand cela est nécessaire, de soutenir une controverse » 27. Le colporteur, sur le terrain, commence par essayer de vendre un almanach, ou donne un traité. Puis engage la conversation, pose une bible sur la table, interroge son interlocuteur : depuis combien de temps n’a-t-il pas ouvert une bible ? Sait-il que ce Livre n’a pas été conçu par des hommes, et qu’il contient la Parole ? Si besoin est, face à un curé, ou un séminariste, ou un incroyant, ou un protestant ennemi du Réveil, il engage la controverse, argumente. Il ne parle pas à un homme jeune comme à un vieillard, sait s’adapter à un public féminin.

  • 28  Rapport présenté en 1931 par le président de la SEG, Merle d’Aubigné, Jubilé centenaire de 1931…, (...)

29Concrètement, quand le colporteur aborde une ville inconnue, ou une zone hostile, il s’installe dans un lieu public (foire, auberge), ou bien à la sortie d’un culte, ou bien sur une place publique où il dresse une sorte de stand. Il accorde une attention particulière aux lieux clos, comme les hôpitaux. Il n’hésite pas à aborder les autorités civiles (le maire, les adjoints) et religieuses (catholiques autant que protestantes), car le colporteur répand l’Écriture, apostolat qui le place hors de portée, en principe, des attaques sournoises et des attitudes intolérantes. N’apporte-t-il pas le bien 28 ?

  • 29  Aux arch. de la BPU (cote Ba 4677), on en trouve plusieurs centaines.

30Chaque quinzaine, le « couple » des rapporteurs envoie un rapport manuscrit. Ces rapports, partiellement conservés, ont fourni une mine de situations, d’anecdotes, de souvenirs. Soigneusement triés et exploités par le Comité genevois du Colportage, ces comptes rendus ont nourri des « bonnes feuilles », manuscrites et polygraphiées, distribuées sous la dénomination de « circulaires », réalisées au rythme de une par semestre entre 1831 et 1880, environ, une formule qui cède la place au rapport annuel imprimé ensuite 29.

31Ces circulaires rassemblent l’expérience idéale, la référence qui inspire ensuite la conduite des débutants en déroulant sous leurs yeux une gamme complète de situations, un panel exhaustif des interlocuteurs courants et probables, des argumentaires utiles et éprouvés pour se sortir des situations difficiles.

32Voici quelques exemples, choisis pour le nombre de mentions dont ils bénéficient, et tirés des circulaires de 1856-1864 :

a- lieux-types d’intervention :

– gares, auberges, marchés, foires, places publiques, fontaines, ports, abords des casernes ;

– domiciles privés, au cœur d’un quartier urbain, en bout de hameau ;

– à proximité d’une école, d’un édifice du culte ;

b- interlocuteurs avec lesquels s’engagent les plus longues conversations :

– côté catholique : le curé hostile, le curé ouvert, le séminariste, le prêtre retiré (âgé) -types de fidèles : très ignorants, analphabètes, à l’écart des offices depuis longtemps, hommes célibataires âgés, très jeunes gens, mères de famille soucieuses d’éduquer leurs enfants ; catholiques fervents et soumis à Rome, à leurs prêtres, craignant de lire une bible sans autorisation ni intermédiaire, religieux et religieuses ;

  • 30  « Le darbysme et la mondanité avaient amené un déclin considérable de la vie spirituelle », Récits (...)

– côté réformé : soit les protestants soumis à un « pasteur rationaliste », en lutte contre le Réveil, soit un « sectaire », soit un darbyste 30;

– les incroyants, agnostiques, « socialistes », athées ;

c- situations :

– elles vont de l’hostilité à la conversion, en passant par l’indifférence, la controverse sur les textes, les notes en italique, les discussions sur l’histoire de la Bible et de sa rédaction ; il arrive que les colporteurs soient dénoncés aux autorités civiles, pour absence de patente ou pour passeport défectueux, propos séditieux (après 1848) ; les circulaires, sans les minimiser, relatent les autodafés de bibles et traités des années 1831-1848, puis les tracasseries facilitées par la loi de 1849 sur le colportage, par crainte d’une alliance possible avec les sociétés secrètes, obsession déferlante après les journées de Juin 1848. En revanche, les circulaires insistent sur le renfort apporté par les sociétés bibliques britanniques, américaines, danoises ou scandinaves, en particulier dans le Midi. Les succès déclarés consistent en fondations de stations fixes ou en retrouvailles de « convertis », d’une tournée sur l’autre, avec vérification que l’acquisition des livres ou des brochures a porté ses fruits entre les deux passages.

La réception du colportage genevois en France

33Les tournées des équipes de colporteurs ont-elles atteint les buts fixés par les fondateurs de la Société évangélique de Genève ? Sur un plan strictement quantitatif, il est certain que l’œuvre de colportage n’a cessé de se développer jusqu’au début du xxe siècle, à s’en tenir aux rapports, bilans financiers, circulaires, récits des jubilés et anniversaires. La longue rétrospective publiée en 1931 insiste sur ce qui est considéré comme un ensemble de succès.

  • 31  Jubilé centenaire de 1931…, p. 21.
  • 32  Jubilé centenaire de 1931…, p. 16-17.

34D’abord, la croissance régulière du nombre des colporteurs qui sillonnent la France. Leur nombre passe de 7, pour 5 départements, à 60 en 1841, 70 en 1892, pour 40 départements visités, auxquels il faut ajouter l’Algérie. Les colporteurs sont itinérants. Mais ils réussissent à faire venir et à fixer en France 20 pasteurs et missionnaires permanents, 10 évangélistes (« des laïques dévoués à l’évangélisation »), 20 instituteurs (pour des écoles évangéliques) au cours de la période 1831-1881. Si bien que l’Église évangélique libre s’est développée à côté de l’Église réformée officiellement reconnue par le Concordat. Ses paroisses ont demandé ultérieurement à être rattachées « à l’Union des Églises libres de France ou à l’Église réformée » 31. Le rapport présenté en 1931 insiste également sur l’implantation des « stations d’évangélisation », véritables relais du Réveil, gardiens de stocks importants d’imprimés où viennent puiser les colporteurs : « 117 au total, à savoir 27 dans l’Est français, 26 dans le Sud-Est, 7 dans le Sud-Ouest, 39 dans l’Ouest, 2 en Algérie, 7 hors de France » 32.

  • 33  Circulaire de 1846, région d’Alençon, à propos des « athées et saint-simoniens », Arch. BPU, Ba 46 (...)

35Ainsi se combinent passage des colporteurs, implantations durables (stations, postes évangéliques, réseau scolaire), dans un véritable maillage du territoire. Pour le rapport de 1891, le Bureau de la Société fait éditer une carte des départements français où apparaissent, par coloriage, ceux qui ont reçu des colporteurs entre 1831 et 1891. Ce document, reproduit dans les annexes, donne une idée assez précise de l’ampleur du colportage genevois. À partir des départements proches de la Suisse, ceux de la France voisine, une grande zone est couverte à l’est d’une ligne Dunkerque-Toulouse, sauf le nord-est du Bassin parisien. La zone inclut des départements de forte catholicité, dans le Massif central, comme des départements où le protestantisme (luthérien dans le Doubs, calviniste ailleurs) est fortement implanté (Triève, Drôme, Ardèche du sud, Gard, Hérault, Albigeois). À l’ouest de cette zone, le passage des colporteurs a abouti à des résultats discontinus, tantôt en raison de la résistance du vieux protestantisme (Charente), de la résistance des catholiques (extrémité bretonne) ou de la froideur normande envers toute religion (Orne) 33.

36Cette carte vient rappeler que le colportage de la SEG depuis les origines s’adresse à la fois aux catholiques et aux protestants, les premiers « pour les convertir » et les seconds « pour les réveiller », selon une formule couramment employée à l’époque chez les pasteurs du Réveil tournés vers la France.

  • 34  M. Sacquin, « Un aspect de la controverse antiprotestante… », p. 405‑413. L’auteur donne des extra (...)
  • 35  Rapport de l’évangéliste Hoffmann, saison de colportage d’août 1835, Saône-et-Loire, arch. BPU, Ba (...)

37C’est précisément cette double ambition qui a attiré aux colporteurs et à la SEG de solides animosités, tant du côté catholique que de celui des « pasteurs officiels », souvent qualifiés de « rationalistes » ou « libéraux froids ». L’opposition catholique au colportage a été étudiée de façon approfondie par M. Sacquin 34. Son étude montre combien les réflexes post-tridentins se trouvent ravivés sous la Restauration, dans un contexte d’hostilité à la liberté des cultes, quand ils permettent le libre choix de la confession et de l’appartenance, spécialement dans les régions « mixtes ». À ces attitudes d’intolérance se combine la défiance, partagée par les protestants hostiles au Réveil, à l’égard des méthodistes et des « évangéliques libres » de manière générale. Même si ce n’est pas pour les mêmes raisons, ils désapprouvent la dissémination des traités, des almanachs, des abrégés des Écritures dans la mesure où ces distributions, surtout quand elles sont gratuites ou presque, mettent les classes « peu éclairées » au contact de la Bible 35.

  • 36  Flora Tristan, Promenades dans Londres, 1839, introduction de François Bédarida, Maspero, 1978, 35 (...)

38Cette thématique n’est pas propre aux ministres protestants ou aux religieux catholiques chargés des missions anti-protestantes (assomptionnistes, capucins, franciscains, oblats), souvent organisées de façon préventive quand l’arrivée des colporteurs, les « marchands de Bible et de consciences », est connue. En Grande-Bretagne, où la controverse sur la question de la dissémination de la Bible dans les basses classes fait rage, Flora Tristan, en s’appuyant sur ses observations dans la Loire et le Rhône, écrit, en 1839 : «… Certes, la plus monstrueuse des stupidités est l’existence d’une société nombreuse dont l’objet est de distribuer la Bible à tous, sans distinction. Qu’on examine au hasard dix, cent ou mille des personnes qui l’ont lue, et l’on se convaincra que la plus grande partie des Écritures passe la portée du commun des intelligences ; cependant les souscripteurs de la Société biblique ont cru, sur parole, faire œuvre méritoire en donnant leur argent pour faire une distribution aveugle de la Bible. S’ils eussent compris ce saint livre, ils auraient jugé qu’une instruction préalable était indispensable afin que sa lecture pût améliorer le lecteur sans pour autant jamais le pervertir. En effet, ne serait‑on pas tenté de croire que les criminels trouvent dans la Bible des motifs pour persister dans le crime ? Il est constaté que ces friands lecteurs de Bible sont des récidivistes repris sans cesse pour de nouveaux attentats contre la société. Du point de vue religieux, ne peut‑on pas considérer comme une profanation de confier les révélations que Dieu a faites à ses élus aux mains d’une horde de brigands ? C’est sans doute un odieux sacrilège, dont rien de bon ne saurait résulter » 36.

  • 37  Revue du monde catholique, 10 avril 1866, p. 71.

39Cette prise de position n’est pas sans rappeler celle de Louis Veuillot, qui reprend en 1866 toutes les imprécations courantes du monde catholique contre les « momiers » et les « biblistes » pour dénoncer l’âpreté au gain et l’esprit de lucre de ces « commis-voyageurs » vendeurs de « bibles falsifiées » 37.

  • 38  SEG, Rapport pour l’année 1871, Genève, 1872, p. 28.

40La première période de l’évangélisation par le colportage s’étend, selon les rapports et notamment celui du Jubilé de 1931, de la fondation (1831) aux années 1880. Période de forte expansion des ventes et des distributions d’imprimés, de vocations nombreuses pour le colportage, de créations nombreuses d’annexes et de stations fixes. Elle est marquée par de vigoureuses controverses, par des autodafés d’imprimés répandus par les colporteurs, incidents isolés, mais qui occupent une grande place dans la partie narrative des circulaires. Le contexte peut également avoir de fortes incidences sur le colportage : à la fin de la Restauration et les dix dernières années de la monarchie de Juillet, la chasse aux sociétés des droits de l’homme facilite les confusions malveillantes entre « évangéliques » et « séditieux » ; amalgame qui connaît des regains en 1848-49, en 1851, en 1871 et qui vient s’ajouter aux accusations de « défaitisme » lancés contre une Société à la fois étrangère, protestante et suspecte de sympathie pour la Prusse 38.

41Le rapport pour le Jubilé de 1931 distingue ensuite une deuxième période, de 1891 à 1931. Après l’apogée de 1881, la SEG entre dans un long déclin, qui se manifeste par une stagnation des distributions et des ventes d’imprimés, par une forte érosion des recettes et des dons. Le Département de Théologie est la première victime, suivie par l’Évangélisation et, enfin, par le Colportage.

  • 39  Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe xvie-xixe s., A. Michel, 1993, 334 p. (p. 207) (...)
  • 40  Sur ce remplacement progressif du colportage par de nouvelles formes ou facilités de distribution, (...)

42Comment expliquer ces reflux ? Quatre raisons peuvent être proposées. La première provient du déclin général du colportage, discrédité comme culture itinérante et pratique suspecte, stigmatisé au même titre que le vagabondage 39. La deuxième raison tient au développement de nouvelles formes de vente et de propagation de l’imprimé (bibliothèques municipales et populaires, bibliothèques scolaires, bibliothèques de gares, librairies, baisse du coût des livres et feuilletons, à relier aux effets de la scolarisation 40). La troisième raison provient du recul, comme priorité, de l’évangélisation populaire en Europe, au profit de « la mission païenne », autrement dit de la mission lointaine. Cette réorientation, esquissée peu avant la Grande Guerre, s’accélère à partir de 1920.

43La dernière raison est propre à l’histoire religieuse et politique française. La série des lois laïques et anticongréganistes, de 1880 à 1904, édifice couronné par la loi de Séparation en 1905, va, paradoxalement, banaliser le recours à la Bible par les fidèles, dans la mesure où la sécularisation des institutions et la fin du système concordataire, en même temps qu’elles donnent davantage de liberté aux Églises, desserrent un peu plus l’emprise du clergé sur les laïques. Le rapport de la SEG publié en 1908 signale qu’après une courte euphorie en 1906-1907, le déclin des ventes et distributions de bibles et traités reprend, aussi bien chez les catholiques que chez les protestants.

44Si l’on considère les résultats du colportage qui prennent en compte la distribution des imprimés (tableau 3, en annexes), on observe d’abord une forte progression des imprimés, pris globalement, entre le milieu et la fin du xixe siècle, ce qui confirme l’apogée des années 1890-1891. Le maximum se situe en 1909, trois ans après l’entrée en vigueur de la loi de Séparation. Les rapports des colporteurs signalent que l’après-Séparation a fortement stimulé la demande du côté des catholiques, heureux d’échapper à l’emprise cléricale et trouvant ainsi un palliatif aux associations cultuelles qu’ils n’avaient pas eu l’autorisation de créer.

45Mais l’analyse de la ventilation interne des ventes-distributions suggère les quelques observations qui suivent :

– la part de la Bible est faible d’un bout à l’autre de la période examinée (de 0,5 à 1,3 % du total) ;

– la progression du Nouveau Testament, bien qu’irrégulière, se situe à des niveaux élevés après la Guerre, ce qui confirme la reprise de la demande de spiritualité après le conflit ;

– la progression des abrégés des Écritures (formule plus populaire et plus accessible) est complétée par celle des traités (exégèse, sermons..) ;

– le produit le plus largement distribué, et de loin, c’est l’Almanach. Il atteint le chiffre assez étonnant de 406 304 exemplaires en 1909, le point culminant de l’échantillon. Les colporteurs sont à la fois conscients de la prépondérance de cet Almanach et rassurés par le rôle incitateur qu’il joue en direction d’autres acquisitions (voir la corrélation entre la poussée des Almanachs et celle des Traités).

Conclusion

46La propagation des Écritures et des traités par les réformés n’est pas une nouveauté au xixe siècle. Cette pratique s’était déjà développée au xvie et au début du xviie siècle. Mais le procédé de distribution et de vente employé au xixe siècle, le colportage, est en soi un objet d’enquête pour l’historien.

47D’abord parce qu’il suppose une organisation et un processus d’acculturation de Genève vers la France. Formation initiale, recrutements en Suisse et relais en France, maillage du territoire : on a pu mesurer l’intensité et la ténacité des efforts déployés, et la sauvegarde des succès obtenus.

48Premier résultat, en termes quantitatifs : l’imprimé religieux a connu une progression forte en France, et ce grâce au colportage. De ce point de vue, le colportage biblique (ou évangélique) a pris sa part, à côté du kiosque, de la librairie, de la bibliothèque populaire, de la progression de l’écrit dans les couches populaires.

49Cette dissémination a eu des conséquences culturelles. D’abord, en renforçant la relation directe et personnelle aux sources du christianisme, dans tous les milieux, et chez certains catholiques (pas tous, et sur ce point les circulaires ont tendance à exagérer systématiquement l’impact en milieu catholique… pour stimuler la générosité des donateurs, généralement attentifs aux conversions obtenues). Ensuite, en obligeant le clergé catholique (et, pour une part, le corps des pasteurs) à réagir à cette dissémination, porteuse de questionnements nouveaux chez les fidèles (histoire de la Bible, histoire de son écriture).

  • 41  Assemblée générale de la Société Évangélique de Genève, 15 juin 1886, 55e anniversaire, Genève, 18 (...)

50Comme il a été signalé, le colportage ne se borne pas à la vente d’un produit de librairie. En amont, il suppose tout un travail de mise en page, de typographie (taille des caractères, choix des styles, notes de bas de page…). En aval, il incite les évangélistes à engager des discussions, soutenir des controverses, développer un argumentaire. Celui-ci n’est pas le même selon les couches sociales et les lieux visités. Nos colporteurs sont peut-être aux sources d’une sorte d’anthropologie religieuse. Nous voyons bien que le discours s’adapte au public concerné. Un des thèmes récurrents dans la controverse qui suit (ou qui appuie) la remise des imprimés, c’est celui du mal et de la société. Quand le colporteur rencontre des bourgeois, il combat devant eux les thèses de J.-J. Rousseau : « En affirmant que ce sont les circonstances extérieures qui rendent l’homme méchant, Rousseau s’est trompé… Il n’est pas exact que l’homme soit naturellement bon. C’est le contraire qui est vrai (il en résulte que) la société, qui est la somme de toutes ces unités mauvaises, ne peut être que mauvaise et pour l’améliorer, il faut commencer par la régénération de chacun de ceux qui la composent » 41.

  • 42  Ibid., p. 37.

51Quand le colporteur s’adresse à des femmes et des hommes du peuple, il affirme qu’il n’est pas possible de construire une morale indépendante de la religion : « La morale n’est que l’application pratique des enseignements de la religion » 42.

52Le débat n’est pas nouveau. Il avait été ouvert sous la Renaissance ; mais la nouveauté, c’est qu’il pénètre dans les foyers populaires via la brochure à deux sous, placée dans la corbeille du colporteur.

53Cette pratique eut au moins un autre effet socio-culturel. En réveillant la controverse, via les libelles et autres placards, en expansion spectaculaire après les années 1830, le colportage a contribué à faire reculer le fanatisme et l’intolérance. En favorisant l’appropriation personnelle de l’Écriture, le colportage, malgré la dépréciation qui frappe la vente itinérante, a contribué à donner au catholicisme populaire une meilleure connaissance des fondements de la religion et à l’autorité scripturaire une influence beaucoup plus profonde, et pas seulement dans les milieux protestants.

54On observe que les sociétés évangéliques, agissant comme des aiguillons sur les flancs des institutions officielles, ont contribué aussi à renouveler les rapports des fidèles au texte, notamment dans les couches populaires. Ce travail d’adaptation est marqué par le jeu de la taille des polices de caractères, des styles (italique, romain), par le format, le prix, la qualité du papier. Tous ces éléments matériels ont facilité le travail du colporteur. Ainsi a-t-il pu mener une véritable stratégie de pénétration dans les milieux hostiles, ou de faible niveau culturel. Ce travail peut se comparer, toutes choses égales, à celui que les missionnaires lointains mènent dans les pays « païens ».

55Enfin, et malgré le style épique des circulaires lorsqu’elles font état des « autodafés de livres », il faut noter que la violence religieuse a disparu en France. Elle n’apparaît pas dans la période étudiée. Au contraire, les observations des colporteurs eux-mêmes, sur le terrain, confirment que les catholiques et les protestants se rencontrent ; qu’ils s’opposent, certes, mais durant des missions catholiques ou lors des tournées de colportage, et autour de livres ou brochures partagés, sur des sujets qui permettent de renouer avec la controverse sans retomber dans la guerre de religion. La Séparation de 1905 renforce le processus auquel la Grande Guerre et la fraternité d’armes donnent un caractère irréversible.

Haut de page

Annexe

Tableau n°1 : budget de la SEG par département, 1840-1841 (exercice du 1er avril 1840 au 31 mars 1841)

Tableau n°1 : budget de la SEG par département, 1840-1841 (exercice du 1er avril 1840 au 31 mars 1841)

Source : Circulaire du Comité particulier du colportage, de la Société biblique de Genève, aux amis de l’Évangile et de la Société évangélique, Genève, déc. 1842 (BPU, Gf 3460/36).

Tableau n° 2 : comptes du seul département de colportage de la société évangélique de Genève (comparaison des années 1841 et 1912)

Tableau n° 2 : comptes du seul département de colportage de la société évangélique de Genève (comparaison des années 1841 et 1912)

Source : même que pour le tableau précédent.

Tableau n° 3 : résultats du colportage. Comptes des sociétés et comités de la Société évangélique de Genève. Ventilation des imprimés distribués 1841-1931

Tableau n° 3 : résultats du colportage. Comptes des sociétés et comités de la Société évangélique de Genève. Ventilation des imprimés distribués 1841-1931

Remarque : pour 1906, 72 031 traités ont été donnés et non vendus ; pour les almanachs, 34 067 sont des Almanachs du tempérant ; il y a eu 77 colporteurs, dont 43 « réguliers », c’est-à-dire avec traitement, et 34 volontaires, à la « remise » ; 45 départements ont été parcourus.

Sources : Rapport pour l’année 1891, SEG, Genève, 1892. Jubilé centenaire de 1931, op. cit., p. 19.

Carte des départements français auxquels la SEG a envoyé des colporteurs réguliers (plus de trois tournées pour les cinq ans qui précèdent).

Carte des départements français auxquels la SEG a envoyé des colporteurs réguliers (plus de trois tournées pour les cinq ans qui précèdent).

Source : même que pour le tableau précédent.

Haut de page

Notes

1  Sur le rôle moteur de la BBFS., se reporter à l’article d’André Encrevé, « Bible et sociétés bibliques dans le protestantisme français », Le monde contemporain et la Bible, sous la direction de Claude Savart et Jean-Noël Aletti, Beauchesne, 1985, p. 111-132 (p. 112).

2  Historique publié à Genève en 1836, p. 1-3, sous le titre : Notice sur la Société Biblique de Genève et ses Comités auxiliaires, Genève, imp. Bonnant, 1836, conservée à La Bibliothèque publique et universitaire de Genève (désormais : BPU) sous la cote Ba 4867.

3  Archives, mss et imp., de la Société Évangélique de Genève (ou SEG), circulaires, rapports, comptes, brochures). Un ouvrage contient une mine d’enseignements : Récits et souvenirs de quelques-uns de ses ouvriers. 1831-1881, Société Évangélique de Genève, Genève, 1882, 375 p., ainsi qu’une précieuse rétrospective historique : Jubilé centenaire 1931, Société Évangélique de Genève, Genève, 1932, 47 p. Le corpus essentiel est formé, à la BPU de Genève, des circulaires, notices et brochures de propagande de la Société, à compléter par celles, conservées dans les mêmes rayons, de la Société biblique de Genève.

L’autre site intéressant est celui des Archives d’État de la République de Genève. Quatre fonds sont à signaler : celui de l’Église protestante de Genève (Église établie, au sens britannique), les fonds Fatio, Rigaud et Girod. Ces collections contiennent aussi bien des brochures imprimées (par exemple pour la controverse) que des circulaires, des rapports de mission rédigés par les colporteurs, des procès-verbaux internes des Églises. Fonds particulièrement riches pour le xixe siècle (de 1804 à la Grande Guerre).

4  Michèle Sacquin le rappelle dans un article fort documenté : « Un aspect de la controverse antiprotestante : l’Église catholique et les sociétés bibliques en France de 1814 à 1870 », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, juillet-août 1995, t. 41, p. 395-427.

5  Circulaire du Comité particulier du colportage, de la Société biblique de Genève, aux amis de l’Évangile et de la Société évangélique, Genève, déc. 1842 (BPU, Gf 3460/36).

6  Pasteur Tronclin, Assemblée générale de la Société Évangélique de Genève, 3 mai 1832, 2e édition, Genève et Paris, 1832, p. 24.

7  Ibid., p. 27.

8  Bible latine et française, avec l’explication du sens littéral et spirituel, 1672-1700, 32 vol., in 8°. Traduction d’Isaac Lemaître de Sacy, explications de Sacy, Thomas du Fossé et Huré. Réimpression à Lyon en 1696, puis à Paris 1789-1802 en 12 vol. Beaucoup de curés, sous la Restauration, estiment que cette bible de Sacy répand un état d’esprit janséniste.

9  M. Sacquin, « Un aspect de la controverse antiprotestante…. », p. 396, note 1.

10  SEG, circulaire du 26 octobre 1835 sur les origines de la SEG et l’urgence des tâches à accomplir après la Révolution et l’Empire en commençant par «...le peuple, victime de son ignorance et du mauvais exemple que lui ont donné les classes éclairées », BPU, ms Ba 4677, 16e circulaire.

11  Bernard Lescaze, La Société genevoise d’utilité publique en son temps, 1828-1978, Genève, 1978, 95 p. La devise de cette Société » Post tenebras, lux », est de source réformée.

12  Jean-François Pitteloud, « Bons livres » et « mauvais lecteurs ». Politiques de la lecture populaire à Genève au xixe siècle, Société d’Histoire et d’Archéologie de Genève, 1998, 616 p. ( p. 20-21).

13  Sur le Réveil, son sens, ses formes renouvelées de piété, Histoire du Christianisme, t. 11 : Libéralisme, industrialisation, expansion européenne (1830-1914), Desclée, 1995, p. 81-83 (chapitre dû à André Encrevé)

14  André Encrevé, « Bible et sociétés bibliques.. », p. 114.

15  On renverra ici aux rapports de mission rédigés entre 1890 et 1910 par les colporteurs à destination du « Dépôt de la Société biblique de Genève », établissement d’approvisionnement commun à plusieurs sociétés. Du rapport présenté par le colporteur Revel, le 18 février 1902 (sur son activité de l’année précédente), on retient que les 18 bibles vendues à bas prix se répartissent ainsi : 4 de Sacy, 6 d’Ostervald, 4 en langue italienne, 4 bibles Segond ; les Nouveau (x) Testament(s) se répartissent ainsi : 10 d’Ostervald, 8 de Segond, deux de provenance non stipulée. Archives d’État de Genève (AEG), Eg-Ed 12-5-11, 1902. Ce rapport peut être considéré comme représentatif de la période pour le colportage genevois.

16  Rapport et comptes de la Société Évangélique de Genève, dixième année, du 1er avril 1840 au 31 mars 1841, Arch. BPU, Gf 410, Soc-éva.

17  Cette présentation s’inspire étroitement du Règlement organique de la SEG de 1831, mis à jour en 1841. Arch. BPU, Gf 410, Soc-éva.

18  Rapport général pour le Jubilé centenaire de 1931, SEG, Genève, p. 23‑25. Arch. BPU, Gf 410, Soc-éva. Les expressions citées sont tirées de ce rapport.

19  Selon le long rapport de 1931 « C’est le Colportage qui donna naissance au Département de l’Évangélisation à l’Extérieur », Jubilé centenaire de 1931…, p. 14.

20  Voir tableau du budget, document annexe, pour 1840-41 : le Département du colportage est doté du budget le plus important (43 890 CHF, contre 56 040 CHF pour les deux autres ensembles). Le rapport pour le Jubilé de 1931 précise : « Si l’École de Théologie était le monument que la Société Évangélique élevait à la foi à laquelle elle tenait si fort, le Colportage biblique fut dès l’origine son œuvre de prédilection », Jubilé centenaire de 1931…, p. 13.

21  Règlement organique de 1841, p. 10-11.

22  Se reporter, en annexes, aux tableaux 1 (part de chaque département dans le budget de la SEG) et 2 (budget du département de Colportage, principaux postes).

23  L’essentiel de ce qui suit est tiré de : Société Évangélique de Genève, Récits et souvenirs de quelques-uns de ses ouvriers, publié à l’occasion de son jubilé cinquantenaire, 1831-1881, Genève, 1882, 381 p. ( p. 131-134).

24  Deux exemples caractéristiques : Soirée amusante ou les tribulations d’un colporteur de bibles, Genève, Imp. catholiques, 1853 (janvier), 16 p., ou : Le colporteur biblique travesti ou conversations curieuses entre un catholique romain et un vrai colporteur de bibles au sujet des tribulations d’un colporteur imaginaire, Genève, Bonnant, 1853 (février), 32 p., deux libelles imprimés par la SEG (conservés aux AEG).

25  Récits et souvenirs de quelques-uns de ses ouvriers…, p. 145.

26  Ibid., p. 132.

27  Rapport pour l’année 1891, SEG, Genève, 1892, p. 3.

28  Rapport présenté en 1931 par le président de la SEG, Merle d’Aubigné, Jubilé centenaire de 1931…, p. 25

29  Aux arch. de la BPU (cote Ba 4677), on en trouve plusieurs centaines.

30  « Le darbysme et la mondanité avaient amené un déclin considérable de la vie spirituelle », Récits et souvenirs de quelques-uns de ses ouvriers…, p. 109.

31  Jubilé centenaire de 1931…, p. 21.

32  Jubilé centenaire de 1931…, p. 16-17.

33  Circulaire de 1846, région d’Alençon, à propos des « athées et saint-simoniens », Arch. BPU, Ba 466-536

34  M. Sacquin, « Un aspect de la controverse antiprotestante… », p. 405‑413. L’auteur donne des extraits significatifs des textes pontificaux (Pie VII à Pie IX) qui ont légitimé et fortifié les ripostes du clergé, depuis le simple vicaire jusqu’aux archevêques les plus écoutés.

35  Rapport de l’évangéliste Hoffmann, saison de colportage d’août 1835, Saône-et-Loire, arch. BPU, Ba 4677.

36  Flora Tristan, Promenades dans Londres, 1839, introduction de François Bédarida, Maspero, 1978, 358 p. (p. 187).

37  Revue du monde catholique, 10 avril 1866, p. 71.

38  SEG, Rapport pour l’année 1871, Genève, 1872, p. 28.

39  Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe xvie-xixe s., A. Michel, 1993, 334 p. (p. 207). L’auteur insiste sur les effets ravageurs de la loi de 1849 contre le colportage, appliquée dans toute sa rigueur par les préfets, au motif que les corbeilles des colporteurs propageaient le vice : « Les préfets ont brisé la marée de l’immoralité », p. 213.

40  Sur ce remplacement progressif du colportage par de nouvelles formes ou facilités de distribution, voir Noël Richter, Les bibliothèques populaires, Paris, 1978, 227 p. Cependant, Jean-Jacques Darmon montre que si les bibliothèques se sont développées tardivement et lentement en France, par comparaison avec la Grande-Bretagne, cela tient à la bonne résistance du colportage et du kiosque : Le colportage de librairie en France sous le Second Empire, grands colporteurs et culture populaire, Paris, 1972, 316 p.

41  Assemblée générale de la Société Évangélique de Genève, 15 juin 1886, 55e anniversaire, Genève, 1886, p. 36.

42  Ibid., p. 37.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau n°1 : budget de la SEG par département, 1840-1841 (exercice du 1er avril 1840 au 31 mars 1841)
Crédits Source : Circulaire du Comité particulier du colportage, de la Société biblique de Genève, aux amis de l’Évangile et de la Société évangélique, Genève, déc. 1842 (BPU, Gf 3460/36).
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/1449/img-1.png
Fichier image/png, 75k
Titre Tableau n° 2 : comptes du seul département de colportage de la société évangélique de Genève (comparaison des années 1841 et 1912)
Crédits Source : même que pour le tableau précédent.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/1449/img-2.png
Fichier image/png, 73k
Titre Tableau n° 3 : résultats du colportage. Comptes des sociétés et comités de la Société évangélique de Genève. Ventilation des imprimés distribués 1841-1931
Légende Remarque : pour 1906, 72 031 traités ont été donnés et non vendus ; pour les almanachs, 34 067 sont des Almanachs du tempérant ; il y a eu 77 colporteurs, dont 43 « réguliers », c’est-à-dire avec traitement, et 34 volontaires, à la « remise » ; 45 départements ont été parcourus.
Crédits Sources : Rapport pour l’année 1891, SEG, Genève, 1892. Jubilé centenaire de 1931, op. cit., p. 19.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/1449/img-3.png
Fichier image/png, 51k
Titre Carte des départements français auxquels la SEG a envoyé des colporteurs réguliers (plus de trois tournées pour les cinq ans qui précèdent).
Crédits Source : même que pour le tableau précédent.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/1449/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Delpal, « Le colportage religieux genevois à destination de la France au XIXe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 90-91 | 2003, 47-68.

Référence électronique

Bernard Delpal, « Le colportage religieux genevois à destination de la France au XIXe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 90-91 | 2003, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/1449

Haut de page

Auteur

Bernard Delpal

Institut d’histoire du christianisme, UMR 5035, Lyon, Professeur suppléant à l’Université de Genève

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page