Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

Le fonds Moyen-Orient de l’Institut international d’histoire sociale à Amsterdam

Didier Monciaud
p. 101-109

Résumé

L’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam est une institution importante pour la recherche historique. Elle dispose de fonds d’archives très importants. Ses centres d’intérêt concernaient essentiellement au départ les pays européens. Progressivement, il s’est orienté vers d’autres horizons, notamment les pays du tiers monde et les différents mouvements politiques et sociaux qui peuvent y exister. Dans un premier temps, nous proposerons un bref historique de cette institution, nous évoquerons ensuite ses activités en direction du Moyen-Orient avant de présenter les différents fonds de cet ensemble.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’origine de l’International Institute of Social History (IISH) remonte aux années 1910. En 1914, le Netherlands Economic History Archive (NEHA) est créé.

2Cet organisme cherche surtout à trouver les archives d’entreprises. Il s’intéresse aussi aux documents d’histoire économique et ouvre ses activités à des individus et organisations du mouvement ouvrier néerlandais. Puis en 1935, est créé l’Institut international d’histoire sociale. La situation politique en Europe rend urgente l’organisation d’un sauvetage des archives. Avec l’aide financière d’une compagnie d’assurances d’origine social-démocrate, et de la ville d’Amsterdam qui fournît le bâtiment, la nouvelle institution est destinée au sauvetage de papiers devenus politiquement indésirables de Moscou à Madrid et de Berlin à Rome. Jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale, l’IIHS réussît à sortir d’Allemagne, d’Autriche, d’Espagne et d’ailleurs, souvent dans des conditions difficiles, des archives et bibliothèques menacées par le nazisme, le fascisme ou le stalinisme. S’y ajoutèrent des collections privées d’émigrés italiens, russes ou autres qui furent déposées à la filiale parisienne de l’Institut ouverte en 1936.

3L’Institut transporta par la suite, jusqu’en septembre 1939, les collections les plus sensibles en Angleterre où elles ont échappé à la guerre et à l’occupation. En mai 1945, les collaborateurs ont trouvé l’Institut totalement vide, les nazis ayant dispersé les collections à travers toute l’Europe. Heureusement, la partie la plus grande fut retrouvée. Une autre partie, par contre, fut saisie, en Europe de l’Est, par la police politique soviétique qui la transféra et la retint à Moscou sous le plus grand secret. Elle y reste jusqu’ici. Ce n’est que vers la fin des années 1960 que le sauvetage de documents a repris, d’abord en Amérique latine, puis en Turquie, en Chine, en Europe de l’Est et en Asie. L’Institut a bénéficié de l’intérêt grandissant pour l’histoire des mouvements sociaux. Des fonds substantiels en provenance de l’Amérique latine ont été acquis. Dans les années 1980, une série d’interventions a permis l’accès à des documents de partis, syndicats et individus turques. Les papiers du mouvement démocratique chinois de 1989 ont été rassemblés par les participants aux événements de Pékin.

4L’IIHS dispose d’un million de livres et de périodiques, d’une très riche collection audio-visuelle, de plus de deux mille fonds d’archives dans différents domaines : fonds d’ organisations et individus socialistes, anarchistes, communistes de l’Europe entière ; collections non-européennes, – signalons celles sur les mouvements communistes de la Turquie, d’Iran, d’égypte, du Soudan, de l’Asie du Sud – ; fonds des mouvements de gauche en Hollande, Allemagne, France, au Royaume-Uni, les « nouveaux mouvements sociaux » hollandais et allemands. L’Institut est aussi le dépôt d’organisations internationales telles l’Internationale socialiste, la Confédération internationale des Syndicats libres, la Confédération syndicale européenne, la War Resisters International, Amnesty International ; on y trouve aussi les fonds des partis politiques de gauche et des principaux syndicats des Pays-Bas.

5Depuis 1979, l’Institut travaille dans le cadre de l’Académie Royale des Pays-Bas pour les Arts et les Sciences. Le Musée Netherlands Press s’y est aussi installé. L’Institut édite la prestigieuse International Review of Social History, publiée par Cambridge University Press. Il organise aussi la Conférence européenne d’histoire sociale qui regroupe des chercheurs de dizaines de pays et de nombreuses disciplines.

Activités en direction du Moyen-Orient 1

  • 1  Pour plus de renseignements voir la présentation de Roel Meijer et Mohammed Abd al-Hamid sur le si (...)

6Les actions de l’IIHS concernant le Moyen-Orient ont commencé au début des années 1990. L’égypte et le Soudan ont été les premiers pays concernés. D’autres l’ont été ensuite. La collecte vise d’abord les mouvements communistes de manières diverses (clubs, syndicats, action femmes…). Mais il s’agit de chercher à préserver et à rendre accessible l’histoire de l’ensemble des mouvements sociaux. Chaque accord d’obtention prévoit que les donateurs conservent les originaux ou disposent d’un exemplaire des documents reproduits. Les conditions d’accès au fonds s’opèrent sur la base d’un accord entre les deux parties. À ce jour, le fonds Moyen-Orient comprend surtout des documents d’égypte, du Soudan mais aussi d’Irak et de Palestine. La section Moyen-Orient cherche à élargir ses activités. L’IIHS a ainsi développé des contacts avec des courants de gauche du Bahrein et avec le Parti communiste libanais. Il vise aussi à fournir une aide aux intéressés sur place pour qu’ils inventorient leurs fonds et les rendent accessibles aux chercheurs. La digitalisation des documents est à l’étude. Avec une telle option, les difficultés liées au transport et à l’accueil qui restent pour les acteurs très lourds, à la conservation des documents seraient ainsi dépassées. L’IIHS est bien sûr ouvert aux autres sensibilités politiques de cette région. Il est demandeur de contacts avec toutes les personnes ou organisations intéressées par ses activités en matière d’archives.

Présentation des différents fonds Moyen-Orient

Le fonds d’Islam Al-Din Hifni Nasif (1899-1969)

7Un des premiers et des plus importants penseurs socialistes en égypte, il s’investit dans la politique nationale pendant la révolution de 1919. Sa radicalisation le conduit au socialisme. Il suivit la voie ouverte par ses aînés Chibli Chmayl et Salâma Musa (1887-1958). Ses inspirations sont multiples : socialisme allemand, marxisme… Il élabore une analyse originale des réalités sociales égyptiennes. Il devait être confronté à la répression pour ses activités politiques. Il fut arrêté de nombreuses fois (1919, 1921, 1924, 1931, 1933, 1936 et 1946) et connut plusieurs procès en 1930… Il publie un magazine, Rûh al-’Asr (l’esprit de la période), et fonde une organisation politique, le Hizb al-’Ummâl wa al-Fallahîn (le parti ouvrier et paysan). Citons ses différents ouvrages : `al-Tajdîd al-Ijtimâ’i (le renouveau social), Abhâth fî Chu’un al-Ummâl wa al-Fallahîn’(innovation sociale, études sur la situation des ouvriers et des paysans), al-Mabâdi’al-Ichtirakiyya (principes du socialisme) ou encore un roman ‘Asifa Fawq Misr (tempête sur l’égypte).

  • 2  Figure historique et historien de la gauche marxiste égyptienne.

8Le fonds donné par le Dr. Rif’at al-Sa’id 2 consiste surtout en des coupures d’articles de presse écrits par Hifni Nasif de même que d’autres écrits à propos de ses analyses. On trouve aussi des documents concernant ses procès en 1924, 1933 et 1948. Le fonds comprend également des notes manuscrites diverses.

Le fonds du groupe de Rome (Papiers Henri Curiel)

9Ce fonds baptisé « papiers du groupe de Rome » aborde la seconde vague du mouvement communiste égyptien qui débute dans les années 1930. L’essor s’opère à partir d’éléments étrangers et des minorités. Il débute divisé en plusieurs groupes. L’un d’entre eux, le Mouvement égyptien de Libération Nationale (EMNL), est fondé par Henri Curiel (1914-1978). Il fusionne avec un autre groupe, Iskra, pour donner naissance au MDLN (Mouvement Démocratique pour la Libération Nationale). Expulsé en Europe, Curiel et ses proches continuent d’agir avec la formation du groupe de Rome, en réalité présent à Paris. Cette branche d’un courant communiste devait exister jusqu’en 1957. Il fut dissous pendant le processus d’unification des différentes organisations issues du MDLN.

10Ces documents sont connus comme les papiers Henri Curiel. En fait, il s’agit d’un ensemble de documents et d’archives de son organisation. Ils comprennent les différentes correspondances avec les membres, les campagnes de solidarité avec les prisonniers communistes en égypte, des brochures et textes communistes. Après l’assassinat de Curiel à Paris en 1978, Joseph Hazan conserva ces documents et devait les déposer à l’IIHS en 1992. D’autres documents furent déposés ultérieurement en 1995. Il s’agit de correspondance et de manuscrits appartenant à Curiel. L’IIHS a aussi reçu des documents du groupe Solidarité formé par Curiel et ses proches au sortir de la guerre d’Algérie, groupe de soutien aux mouvements de libération nationale du tiers monde.

11Ce fonds est d’un accès difficile en raison de nombreux pseudonymes et il a exigé un travail patient d’identification des auteurs. Un lexique a du être constitué avec l’aide de Roel Meijer.

Le fonds Chuhdi ‘Atiyya Al-Chafi’i

12Chuhdi ‘Atiyya al-Chafi’i, né en 1912, participe au mouvement étudiant des années 1930. Il adhère au groupe Iskra, met en place Dâr al-Abhâth al-‘Ilmiyya (Maison de recherches scientifiques), association culturelle qui attire de nombreux égyptiens instruits.

  • 3  Chuhdi ‘Atiyya al-Chafi’i et Muhammad ‘Abd al-Ma’bud al-Gebali, Ahdafuna al-Wataniyya, Le Caire, 1 (...)

13Il rédige avec Muhammad ‘Abd al-Ma’bud al-Gebali le programme d’Iskra sous la forme d’un ouvrage intitulé Ahdafuna al-Wataniyya (Nos objectifs nationaux)3. Il joue un rôle important dans les mobilisations nationalistes, notamment avec le Comité National des étudiants et des Ouvriers en février-mars 1946 contre les négociations du gouvernement égyptien avec Londres. En 1947, Iskra lance un hebdomadaire, al-Gamâhîr (les masses), et Chuhdi ‘Atiyya est son directeur. Membre de la direction du MDLN, il s’oppose à Henri Curiel à propos de l’orientation stratégique et des alliances. Le MDLN connut une multitude de scissions, souvent de taille réduite. Le rassemblement des différents morceaux issus du MDLN ne devait avoir lieu qu’en 1955. Emprisonné en 1948, à l’approche de la guerre de Palestine, Chuhdi ‘Atiyya devait être libéré au moment où le mouvement était en opposition avec le régime des Officiers Libres qui avait pris le pouvoir en juillet 1952. Il apporta ensuite son soutien au régime militaire considéré comme progressiste. Arrêté avec la majeure partie des cadres communistes le premier janvier 1959, il continue à soutenir le régime. Il décède des suites des tortures subies à la prison d’Abu Za’baal le 15 juin 1960.

  • 4  Rifa’t al Sa’id est un responsable de premier plan du Tagammu’. Il est aussi un des principaux his (...)

14Le fondsa été fourni en 1997 par le docteur Rif’at al-Sa’îd 4. Il comprend des projets et les manuscrits de l’étude historique que Chuhdi ‘Atiyya al-Chafi’i écrivit en 1956, intitulé Tatawwur al-Haraka al-Wataniyya al-Misriyya, 1882-1956. (Essor du Mouvement national égyptien, 1882-1956). Le fond comprend aussi des notes et de la documentation utilisées par l’auteur pour sa recherche. Il s’agit surtout de données statistiques et économiques, des rapports de banques, des coupures de presse, etc. On trouve enfin des manuscrits, dont une brochure sur Nasser, des projets de nouvelles intitulées Hara Umm al-Husayni (quartier de Ummal-Husayni) et ‘Aziza ainsi que son travail plus philosophique Mawkib al-Bishriyya. Ces documents sont intégraux et dans leur version finale.

Le fonds Talî’a Al ‘Ummâl (1945-1956)

  • 5  Voir l’énorme ouvrage dirigé par Abu Seif Youssef, Watha’iq wa mawaqif, min tarikh al yasar al mas (...)

15L’Institut a réussi a obtenir les archives du courant communiste égyptien Talî’a al ‘Ummâl (la voie des travailleurs). Ce courant a été au départ animé par un cercle de trois jeunes juifs égyptiens : Youssef Darwiche, Sadeq Sa’d et Raymond Doueik. Il a joué un rôle important dans la politique égyptienne des années 1940 et 1950. À titre d’exemples, on citera l’animation d’une revue marxiste, al Fagr al Gedid (l’aube nouvelle) ou encore une place spécifique dans le syndicalisme ouvrier. Un premier travail de collecte de document avait été réalisé en égypte autour d’Abu Seif Youssef qui avait lancé un projet d’étude de ce courant5. Après des discussions compliquées, un accord a pu finalement être trouvé. L’ensemble comprend de nombreux documents internes au mouvement, des journaux, des brochures, des appels…

Le fonds du Parti communiste égyptien

  • 6  L’explication avancée sur le site de l’ISSH à ce propos est erronée. Elle présente ce cercle comme (...)

16En 1965, les deux principales tendances du PCE se dissolvent pour rejoindre sur une base individuelle le parti unique du régime nassérien, l’Union Socialiste Arabe. Avec la faillite croissante de l’expérience nassérienne, des cercles communistes clandestins se reconstituent. Leur unité progressive aboutira à la refondation du parti communiste 6. Après avoir publié différents textes signés Ahmed ‘Urabi al-Misri, le cercle commence la publication en 1973 de al-Intisar (la Victoire). L’unification a lieu. Le premier mai 1975, le nouveau PC est officiellement recréé. Son premier congrès se tient en septembre 1980, le second en 1984 et le troisième en 1987. La ligne générale du PCE est d’être contre le pouvoir et de prôner la constitution d’un front large.

17Le fonds est obtenu grâce au Dr. Rif’at al-Sa’id et amené en 1995 de Minsk en Biélorussie où il était caché. C’est probablement une réserve des archives du PCE et consiste en des documents dupliqués. Bien qu’incomplet, cet ensemble permet d’avoir une vision de la pensée et de la stratégie du PCE. Il s’agit de documents de congrès, de résolutions, d’analyses, des textes sur les activités spécifiques du PCE. On y trouve également des périodiques du PCE comme al-Intisar, al-Nachra al-Tanzimiyya et al-Wa’y. De même, on trouve des articles de journaux et des documents rassemblés par des membres du PCE.

18Signalons enfin que les papiers de Michel Kamel ont été transmis à l’IIHS. Figure historique de la gauche depuis les années 1940, il a participé à la refondation du PCE avant d’animer une revue à Beyrouth puis à Paris al Yasar al‘Arabi (La Gauche Arabe). Il a été en outre le principal animateur d’un courant de gauche au sein du PCE qui refusant la ligne considérée comme modérée s’est séparé et a lancé un nouveau parti clandestin le hizb al cha’b al ichtiraki (parti socialiste du peuple).

Le fonds Ahmed Abdalla

19Ahmed ‘Abdalla, dirigeant étudiant important, fut président du « Comité national supérieur » de l’université du Caire qui dirigea le soulèvement étudiant de 1972. Il devait ensuite obtenir un doctorat en Angleterre sur le mouvement étudiant en Égypte.

20Militant et chercheur, il a accumulé une base documentaire impressionnante sur les années 1970 et 1980. Il en a fait don en 1997. Elle comprend de nombreux documents tant sur les activités d’égyptiens en Angleterre que des coupures de presse. On y trouve des brochures, des journaux du PCE, de d’autres organisations communistes, du Tagammu’(le rassemblement) et du mouvement étudiant. C’est un ensemble riche sur les différentes composantes de l’opposition au régime de Sadate pour la période 1979-1982. La collection complète du mensuel progressiste al-Yassar al-‘Arabi (La Gauche Arabe) se trouve également dans ce fonds.

Le fonds du Parti du Tagammu’(Rassemblement)

  • 7  Une seconde représente la « droite », la troisième le « centre » autour de Sadate.

21Le parti du Tagammu’ou Hizb al-Tagammu’al-Watani al-Taqaddumi al-Wahdawi (Parti National Progressiste Unioniste) a été fondé en avril 1976. C’est au départ la plate-forme de gauche 7 au sein du parti unique Union Socialiste Arabe, mis en place au début des années 1960 par Nasser. Présidé par un des fondateurs des Officiers Libres, Khalid Mohî al-Din, il regroupe beaucoup d’anciens communistes et des marxistes. Ses animateurs l’envisagent comme un regroupement avec des éléments nationalistes arabes, des socialistes, des religieux éclairés… C’est le seul parti de gauche légalement reconnu en égypte. Principal courant d’opposition légale à l’ère Sadate, il a connu un réel recul avec la montée de l’islamisme. Il reste un acteur important mais en crise.

22Le fonds a été donné en 1997 par Bertus Hendriks, chercheur néerlandais qui travailla sur ce parti entre 1977 et 1990. On y trouve de nombreux exemplaires de journaux de partis politiques égyptiens (al-Ahali, al-Cha’b, al-Wafd et al-Ahrar). Les documents sont surtout des résolutions, des brochures, des tracts, des communiqués du parti, nationalement ou localement. On y trouve aussi des documents internes de formation, du matériel de campagnes électorales des années 1984, 1987 et 1990. Enfin, de nombreuses notes du chercheur sont disponibles.

Le fonds Jan Keulen

23Jan Keulen, journaliste pour le quotidien de Volkskrant et des radios, fut correspondant au Moyen-Orient. En 1984, il reçut le plus important prix de journalisme pour sa couverture de la guerre civile libanaise. Devenu enseignant, il écrivit plusieurs ouvrages sur la région. Avec l’aide de Ramona al-Karah, il a rassemblé une substantielle documentation sur le Liban, spécialement pour la période 1980-1986. Il s’agit surtout de coupures de presse, brochures, bulletins, tracts et documents imprimés divers.

Le fonds du Parti communiste soudanais

24Le PC soudanais (al-Hizb al-Shuyuci al-Sudani) fut créé en 1946 par des militants soudanais influencés par le MELN d’Henri Curiel. Son nom premier fut le MSLN (Mouvement Soudanais de Libération Nationale) avant de devenir en 1956 le PCS. Son organe al Midan a été créé en 1954.Pendant la phase de lutte pour l’indépendance, sa ligne fut celle de l’autodétermination pour le peuple soudanais, ligne dirigée tant contre la Grande-Bretagne que contre l’égypte. Le courant a été capable de gagner une large audience tant parmi les gens instruits que parmi les noyaux de la classe ouvrière.

25Très actif dans le mouvement syndical, il a réussi à former le syndicat des chemins de fer à Atbara, cœur du système ferroviaire soudanais. En 1950, la Fédération des Unions des Syndicats de Travailleurs du Soudan fut créé et devint une des plus fortes organisations syndicales dans le monde arabe. Dans les années 1950 et au début des années 1960, il réussit à devenir une force politique dynamique dans le pays.

26Malgré de réelles percées, le PCS resta en termes d’influence politique une petite organisation nationale dans une société encore conservatrice et marquée par les clivages tribaux et religieux. Le rôle dominant du PCS dans les syndicats ouvriers et dans le mouvement étudiant, les organisations professionnelles, lui permit cependant d’appeler à la grève générale qui renversa les militaires pendant la « révolution d’octobre » 1964. Entre 1964 et 1969, il ne sut tirer profit de son influence. Aux élections de mai 1965, il gagna seulement 11 sièges, dont la première femme élue. Une violente campagne des Frères Musulmans se termina par l’interdiction du PCS le 24.11.1965. Pour échapper à une telle décision, il opta pour le nom de Parti Socialiste du Soudan et gagna un siège aux élections d’avril 1968.

27En 1969, des officiers nationalistes prennent le pouvoir. Le PCS soutient le nouveau régime de Ja’far al-Nimeiri. Cette période compliquée voit la division du PCS. Une aile soutient avec enthousiasme le régime, l’autre reste plus prudente. Nimeiry demande la dissolution du PCS. Il essaie en février 1971 d’écraser le PCS en interdisant les organisations étudiantes, de jeunesse et de femmes liées à lui. Certains officiers communistes tentent alors un coup d’état. L’intervention de la Libye et de l’égypte le font échouer. Nimeiry de retour au pouvoir réprime le PCS et fait exécuter ses principaux dirigeants ‘Abd al-Khaliq Mahjub, al-Shafica Ahmed al-Sheikh et Josef Garang avec les officiers communistes qui avaient agi de leur propre initiative. Pendant 14 ans, le PCS est interdit. La révolte de 1985 renverse le régime. Une période démocratique s’ouvre. Un nouveau putsch y met un terme en 1989. Le PCS toujours interdit est dans l’opposition au régime islamiste.

28Le fonds a été rassemblé par des militants vivant en Angleterre. Il consiste en une série de rapports, de comptes rendus des réunions du CC, de tracts, brochures, exemplaires du journal du parti, al-Midan, entre 1972 et 1999. De plus, on trouve de nombreux documents du mouvement étudiant, des syndicats, des sections du PCS en exil. Ce fonds a été transféré en 1997 et 1999 à l’IIHS. Il comprend aussi des livres écrits par des communistes soudanais, des exemplaires de al-Midan de la période 1985-1989 et le bulletin Sudan, la revue Qadaya Sudaniyya, publiés par le PCS à l’étranger entre 1990 et 1999. Enfin, il comprend les vidéos des commémorations pour le quarantième et le cinquantième anniversaire du PCS, tenues en 1987 à Khartoum et en 1997 à Londres, une cassette contenant un discours de Abd al-Khaliq Mahjub fait à Khartoum en 1966 et une cassette d’interview avec sa veuve Ni’mat Malik réalisé e en janvier 2000.

Le fonds du commandement unifié de l’Intifada (1987-1990)

  • 8  Jean-François Legrain, Les voix du soulèvement palestinien, Le Caire, 1991, CEDEJ.

29Ce fonds, reçu en 1989, regroupe les communiqués du commandement unifié de l’Intifada entre janvier 1988 et septembre 1989. Ils émanent d’un travail commun entre des membres du Fatah, le Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP), le Front Démocratique pour la Libération de la Palestine (FDLP), ainsi que le HAMAS et d’autres organisations. Les documents émis entre 1987 jusqu’à la fin 1988 ont déjà été publiés 8. Cette structure apparaît comme un compromis entre le FPLP, le FDLP, le Fatah et le PCP. Le CNU est le produit des groupes locaux qui portent le soulèvement à Gaza et en Cisjordanie. Une organisation politique de lutte de masse émerge alors. La répression frappe régulièrement cette structure. Elle réussit presque chaque fois à se reconstituer. Mais avec l’intensification de la répression, c’est finalement l’OLP qui reprendra en charge la publication des communiqués.

Conclusion

30L’existence des fonds Moyen-Orient à l’Institut International d’Histoire Sociale représente une opportunité de taille pour quiconque s’intéresse à cette région. On espère voir un développement substantiel de ces fonds et trouver des documents d’autres courants politiques et sociaux qui font la politique du Moyen-Orient. Il serait utile d’élargir les acquisitions ou d’autres sensibilités politiques : autres courants de gauche, courants nationalistes, libéraux, intégristes islamiques. Les contextes politiques autoritaires et les difficultés de préservation des archives sur place rendent tout travail documentaire, et donc de recherche, aléatoire. Les journaux, les brochures, les tracts et déclarations sans parler des documents internes, deviennent vite rares.

31Il conviendrait de commencer dès à présent la recherche d’accords avec des associations et des ONG. Depuis les années 1980, la « société civile » représente une expression « politique » singulière dont il convient aussi de préserver les traces.

32On souhaite bonne chance aux animateurs de ce projet. Au Moyen-Orient, l’acquisition d’archives s’avère en effet souvent extrêmement compliquée. On incitera enfin les étudiants et les chercheurs sur le Moyen-Orient à faire une visite à l’IIHS. Celle-ci ne pourra être que fructueuse !

Haut de page

Notes

1  Pour plus de renseignements voir la présentation de Roel Meijer et Mohammed Abd al-Hamid sur le site web de l’IISH.

2  Figure historique et historien de la gauche marxiste égyptienne.

3  Chuhdi ‘Atiyya al-Chafi’i et Muhammad ‘Abd al-Ma’bud al-Gebali, Ahdafuna al-Wataniyya, Le Caire, 1945.

4  Rifa’t al Sa’id est un responsable de premier plan du Tagammu’. Il est aussi un des principaux historiens du mouvement communiste.

5  Voir l’énorme ouvrage dirigé par Abu Seif Youssef, Watha’iq wa mawaqif, min tarikh al yasar al masri 1941-1957, Le Caire, 2000, Al Amal lil nachr wa al taba’, 1151 p.

6  L’explication avancée sur le site de l’ISSH à ce propos est erronée. Elle présente ce cercle comme étant celui qui refonde le PCE. Ceci est inexact. Il exista d’autres cercles comme Chorouq ou al Humr. C’est leur unification qui produisit la refondation du PCE.

7  Une seconde représente la « droite », la troisième le « centre » autour de Sadate.

8  Jean-François Legrain, Les voix du soulèvement palestinien, Le Caire, 1991, CEDEJ.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Monciaud, « Le fonds Moyen-Orient de l’Institut international d’histoire sociale à Amsterdam », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 89 | 2002, 101-109.

Référence électronique

Didier Monciaud, « Le fonds Moyen-Orient de l’Institut international d’histoire sociale à Amsterdam », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 89 | 2002, mis en ligne le 01 octobre 2005, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/1554

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Associé au GREMAMO (Groupe de recherche sur le Maghreb et le Moyen-Orient)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page