Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

André Berelowitch, La hiérarchie des égaux, la noblesse russe d’Ancien Régime (XVIe-XVIIe siècles)

Paris, Éd. du Seuil, 2001, 475 p.
Philippe Goujard
Référence(s) :

André Berelowitch, La hiérarchie des égaux, la noblesse russe d’Ancien Régime, xvie-xviie siècles, Paris, Éd. du Seuil, 2001, 475 p.

Texte intégral

1Si des travaux récents ou plus anciens ont profondément renouvelé notre connaissance des noblesses occidentales, il n’en est pas de même de celles de l’Europe orientale. A. Berelowitch vient combler cette lacune dans un livre largement nourri de sources originales, riche de comparaisons et rendu  particulièrement vivant, au-delà des attraits de l’exotisme, par un style alerte et des exemples toujours significatifs.

2Le récit d’une querelle de préséance tranchée en 1616 permet à l’auteur de passer en revue les divers aspects d’un problème très complexe. Il montre ensuite l’importance du Temps des Troubles, classiquement décomposé par lui en une phase dynastique (1598-1610), sociale (1606-1610) et nationale (1610-1613). Tout commence avec l’avènement de Boris Godounov, devenu tsar à la suite de la mort du fils d’Ivan le terrible, mort sans héritier puisqu’un autre fils d’Ivan, Dimitri, était mort mystérieusement à l’âge de deux ans : cette mort allait conduire aux événements à venir. B. Godounov n’était pas un usurpateur puisqu’il avait été élu tsar par une assemblée d’environ 600 participants, évidemment membres de la haute noblesse – 337 participants – et du haut clergé – 160 participants –, mais cette assemblée avait été sensible à la pression du peuple de Moscou : ce ne fut pas la dernière fois qu’un tsar aux pouvoirs théoriquement illimités fut élu « à la manière polonaise ». Des doutes planèrent donc très vite sur la légitimité du nouveau tsar dont la popularité s’effondra à la suite d’une épouvantable crise économique, marquée par trois années de famine consécutives, 1601, 1602 et 1603. Ce climat permit à un moine défroqué – pour autant qu’on en soit sûr – de se faire passer pour Dimitri, miraculeusement sauvé. Avec l’appui discret du roi de Pologne – mais pas de la Diète –, la complicité plus ou moins active de certains boiars, mais surtout le soutien des Cosaques des marches du sud-ouest et de paysans réduits à la misère, le Faux Dimitri, entouré de conseillers jésuites, marcha sur Moscou. La mort de Boris Godounov lui valut le ralliement de l’aristocratie. En juillet 1605, le Faux Dimitri était couronné tandis que le fils et successeur de Boris était assassiné. Son règne ne dura que onze mois : vite considéré comme une marionnette des Polonais, soupçonné de vouloir convertir la Russie au catholicisme, plus honni encore que l’islam des Mongols, il fut victime d’une conjuration de l’aristocratie. Assassiné, son corps fut brûlé. L’avènement de Vassili Chouiski, un des chefs de la conjuration, ne mit pas fin aux troubles. Les faux tsars se multiplièrent lors de la phase sociale : à son propos, l’auteur reprend les thèses de l’historiographie –non soviétique- classique : si les révoltes virent la participation de paysans,  elles ne furent pas des jacqueries, les déclassés et surtout les Cosaques y jouant un rôle majeur. A. Berelowitch insiste aussi sur l’attitude hésitante de la noblesse moyenne, certes soucieuse d’être du côté du vainqueur mais doutant surtout de la légitimité du tsar en place autant que de celle des multiples prétendants. La crise d’autorité était aussi une crise de légitimité. En témoigne le manque de ferveur religieuse des protagonistes, alors que celle-ci avait été une des grandes caractéristiques de l’aventure du premier Faux Dimitri. La crise renforça les autonomies locales : communautés urbaines et villageoises communiquèrent entre elles, tentant de coordonner leur défense : c’est dans ce mouvement qu’était l’ardeur religieuse. Ces « fédérations » allaient jouer un rôle déterminant dans la troisième phase, dite nationale. Le désordre en Moscovie provoqua l’intervention de la Pologne : après que le peuple de Moscou eut déposé Vassili, une assemblée, au demeurant très restreinte, élut tsar Ladislas, le fils de Sigismond III, roi de Pologne. On peut alors parler d’un sursaut, sinon national, du moins religieux orthodoxe qui s’appuya sur le mouvement des confédérations des communautés. A la tête d’une milice formée de nobles, mais aussi de négociants, tout particulièrement de Nijni Novgorod, et de paysans et fort du soutien de l’Église orthodoxe,  Pojarski prenait Moscou. Le 21 février 1613, une assemblée de 700 à 800 personnes où dominaient certes la haute noblesse et le haut clergé mais qui comptait aussi des membres de la petite et moyenne noblesse et des représentants des villes, élisait le jeune Michel Romanov. Le  Temps des Troubles avait consolidé l’autocratie et la noblesse, premier rempart du pouvoir.

3Il n’est pas aisé de définir les caractères distinctifs de la noblesse russe puisqu’il s’agit, dit l’auteur, d’une « classe en gestation », ce que montrent les incertitudes terminologiques et le flou des critères d’appartenance tels que les définissent et le pouvoir et la noblesse elle-même. Trois critères conjoints peuvent cependant se dégager : l’hérédité, le service armé du souverain, la possession de la terre, celle-ci n’étant pas, comme on le croit d’après les textes, le monopole de la noblesse, les roturiers pouvant utiliser des prête-noms. Au début du xviie siècle, 63% des terres arables appartiennent à la noblesse, 16% à l’Église, 10% à la Couronne et le reste aux autres groupes sociaux. Au xviie siècle, s’élaborent et se fixent les frontières d’une noblesse qui voit croître ses effectifs : 12 000 hommes de plus entre 1627 et 1632, et encore 12 000 hommes nouveaux entre 1632 et 1651. A la veille du  Temps des Troubles,  la cour comptait moins de 2 000 dignitaires ; elle en compte 2 000 en 1627 et 4 000 en 1651. C’est que la noblesse russe est avant tout – comme toute noblesse ? – une noblesse de service, et de service armé. Le besoin d’une administration plus complexe et plus encore d’une armée plus nombreuse a contraint le pouvoir à intégrer de nouveaux venus : au fil du temps, un nombre plus grand de lignages se partagent les postes de moyen prestige, la haute noblesse continuant de monopoliser les rangs les plus prestigieux. Pour absorber les nouveaux sans froisser les anciens, qui assurent la continuité nobiliaire, le tsar multiplie les grades. Dans un état autocratique, le tsar n’est pas le premier des nobles, mais leur supérieur ce que marque une pesante étiquette, héritée de Byzance, qui donne à voir l’incommensurable distance qui doit séparer le tsar de tous ses sujets, dont les nobles font partie. Noblesse de service, elle est astreinte à des obligations militaires, généralisées et précisées par Ivan le Terrible en 1556. En échange, le tsar doit la rémunérer en argent ou en terre. Ici apparaît une forte contradiction entre la théorie et la pratique : les gages sont très mal et très irrégulièrement versés et l’absentéisme nobiliaire lors des campagnes militaires atteint parfois des proportions inquiétantes. C’est que l’échange de services matériels compte sans doute moins que le rapport personnel entre le souverain et le noble.

4Une conséquence fondamentale de cette situation fut une grave distorsion de revenus à l’intérieur de la noblesse. Et l’auteur de rappeler, un peu vite peut-être, une des caractéristiques majeures du xviie siècle, le développement du servage, conséquence, entre autres, de la volonté de l’État de donner les moyens de mettre en valeur des terres originellement concédées en échange du service. C’est une minorité de nobles qui possède la terre et les serfs : vers 1630, la noblesse moyenne possède 41% du sol mais seulement 28% de la main d’œuvre alors que l’aristocratie des Conseils dispose de 18% des terres mais du tiers des serfs. Il est des nobles qui ne possèdent qu’un serf ou deux. L’État tend à corriger cette tendance en donnant des terres aux plus démunis ; mais, comme il lui faut satisfaire aussi les appétits d’une aristocratie qui peut menacer son pouvoir –l’autocratie russe étant, on le sait et les premiers Romanov gardent le souvenir du Temps des Troubles, un « despotisme tempéré par l’assassinat »-, la concentration foncière s’accélère au xviie siècle : en 1627  comme en 1646, la noblesse de Moscou possède 72% des feux paysans, et 82%  en 1678. En même temps, la situation de la moyenne noblesse s’améliore, passées les années 1650. Les victimes ont été les petits nobles, fondus dans la roture ou engagés comme fantassins dans une armée qui s’organise de plus en plus, et avant Pierre le Grand, à l’occidentale et n’a plus que faire de la nombreuse cavalerie nobiliaire d’antan.

5Si la hiérarchie des grades est rigoureusement fixée comme celle des préséances, qui prévoit les places à la table du banquet comme dans l’ordre des batailles, ces deux systèmes ne coïncident pas. Ou plutôt, alors que la hiérarchie des grades est presque immuable, celle des préséances est susceptible de changements permanents dans la mesure où le noble russe n’hérite pas, à la différence de son homologue d’Occident, d’une préséance, mais d’un ensemble d’avantages acquis qui manifestent sa préséance, avantages qui peuvent être toujours et à chaque instant mis en cause. De là, le grand nombre de conflits de préséance qui opposent les individus, et non les corps. Ces querelles voient s’affronter dans leur grande majorité des gens de rang égal, ce qui accroît le caractère apparemment individuel des disputes. C’est toujours l’inférieur qui provoque, mettant l’autre au défi de prouver qu’il lui est supérieur. L’ouverture de la querelle se fait par des injures stéréotypées : basse naissance ou défauts moraux. Fait plus important, ce sont fréquemment les nouveaux venus dans la noblesse qui déclenchent ces conflits: il s’agit alors d’une stratégie délibérée pour se faire reconnaître. Il fallut cinq générations aux Léontiev pour obtenir des positions reconnues à la Cour : et c’est dans la phase d’ascension du lignage que ses membres recoururent le plus volontiers aux procès de préséance. C’est le tsar qui juge. La peine infligée est la fustigation à laquelle assiste le vainqueur de la procédure – car le procès est un duel –, comme si l’injure à l’honneur n’était vraiment lavée que par la souffrance physique de l’adversaire. L’autre punition est la reddition à merci, rituel par lequel l’offenseur s’excuse publiquement auprès de l’offensé. Selon A. Berelowitch, ces rituels se sont substitués au duel par la volonté du tsar, soucieux d’ordre public, et par celle de l’Église orthodoxe, dont l’influence sur les comportements est sans doute plus forte que celle des Églises d’Occident, et surtout parce que, contrairement aux apparences, ces conflits opposaient plus des lignages que des individus : dès lors, un duel était toujours insuffisant pour rétablir l’honneur du clan. Une profonde solidarité unit les vivants aux morts. Le membre du clan est responsable de l’honneur du clan tout entier, ce qui explique la surveillance des aînés – individus ou branches – sur les cadets. Et ce fut souvent à l’honneur de l’ancêtre d’un clan de vieille souche que s’attaquaient les membres d’un lignage plus récent pour que leur dignité soit reconnue. Car, contrairement aux considérations de Montesquieu et aux récits des voyageurs – que reprend M. Heller dans son Histoire de la Russie et de son empire –, le noble russe a un sens aussi aigu de l’honneur que le noble occidental, même si ses formes d’expression ne sont pas les mêmes.

6Au total, voilà donc un livre riche d’informations et de questions. Oserais-je formuler deux regrets ? D’une part, l’auteur a une conception un peu trop étroite de son sujet qui lui fait ignorer les relations entre noblesse et paysannerie : peut-être les sources manquent-elles, mais il lui était alors permis de le dire. D’autre part et surtout, j’aurais tendance à contester l’inflation du mot arriération quand il compare, ce qui est de bonne méthode, les comportements de la noblesse russe à ceux de la noblesse occidentale, comme si les chemins empruntés par l’Europe occidentale de façon au demeurant très diverse selon les pays voire les régions, constituaient un modèle d’évolution permettant de mesurer les autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Goujard, « André Berelowitch, La hiérarchie des égaux, la noblesse russe d’Ancien Régime (XVIe-XVIIe siècles) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 89 | 2002, mis en ligne le 11 octobre 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/1558

Haut de page

Auteur

Philippe Goujard

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page