Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Michel Cadé, L’écran bleu, la représentation des ouvriers dans le cinéma français

Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, Collection Études, 2000, 272 p.
Frédérick Genevée
Référence(s) :

Michel Cadé,L’écran bleu, la représentation des ouvriers dans le cinéma français, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, Collection Études, 2000, 272 p.

Texte intégral

1Michel Cadé, historien du mouvement ouvrier, est aussi un historien du cinéma. Il nous livre ici un ouvrage qui croise ses deux préoccupations. Son livre est d’abord un outil de travail utile : bibliographie, filmographie, index des réalisateurs et des films, il rend ainsi accessible un corpus incontournable pour qui s’intéresse à la représentation des ouvriers dans la fiction française.

2S’interrogeant d’abord sur les questions de méthodologie et de l’utilisation des sources cinématographiques, il nous fait part de sa réflexion sur la question. Il affirme ainsi que partant du cinéma, on peut approcher le regard que porte une formation sociale sur le vécu des hommes qui la composent. Cette proposition théorique s’enracine dans la nature doublement collective du cinéma tant dans l’élaboration que la réception du film (p. 13).

3Son parti pris découle de cette affirmation. Sans occulter la dimension technique propre au cinéma et l’analyse filmique, il a délibérément choisi d’entreprendre une analyse sérielle du cinéma français. Il a délimité un corpus qui exclut les films documentaires et les films proprement militants. Il retient donc seulement les œuvres de fiction en général dont la vocation était de toucher un large public en salles. L’auteur s’est ensuite limité aux films qui donnent évidemment la première place aux ouvriers mais qui d’une manière générale renseignent sur la situation ouvrière même si le patron est le personnage principal. Il aboutit à un ensemble de plus de 140 films, ce qui représente une infime portion de la production française (1,5 %) depuis les débuts du cinématographe parlant. Michel Cadé aborde ensuite des thèmes transversaux qui lui permettent de construire une chronologie fine de ce type de cinéma. Il ressort alors que les figures ouvrières occupent un peu plus la tête d’affiche à quatre moments distincts qui ne correspondent pas toujours à un contexte d’offensive du mouvement ouvrier organisé : les années du Front populaire, la Libération et ses prolongements, les suites de mai 1968 et la seconde moitié des années 1990. Il s’agit ensuite de représentations des ouvriers contemporaines de la réalisation des films. Rares sont les films historiques. Comme si les réalisateurs étaient à la recherche d’une authenticité que ne donnerait que la description au présent. Michel Cadé poursuit ensuite son analyse de la géographie de la représentation, du type d’ouvriers privilégié, de la mise en image de leur travail, du lien social à travers les conflits et la sociabilité ouvrière. Les grèves font ainsi l’objet d’une attention soutenue de Michel Cadé. Là encore, plusieurs moments sont mis en évidence : le début du siècle où les sociétés cinématographiques cherchent à la fois un public populaire et tentent d’exorciser la question sociale en la caricaturant, l’après-68 avec au contraire l’influence du cinéma militant et enfin la fin du xxe siècle. Si la description du corpus est parfois fastidieuse et aussi parfois sans surprise n’est-ce pas le signe que la démarche méthodologique a été validée. Le cinéma nous en apprend donc beaucoup sur les représentations qui font partie du réel et sur les ouvriers au xxe siècle.

4À propos du retour actuel des ouvriers à l’écran se pose alors un étonnant paradoxe. Alors que « sociologiquement » la classe ouvrière serait en voie de disparition, elle n’aurait jamais été aussi présente dans le cinéma. S’agit-il alors d’un long requiem ou comme l’estime Michel Cadé l’indice que le monde ouvrier retrouve dans la tempête de la crise force et vigueur.

5Évidemment, cette hypothèse, comme il le dit lui-même, est aussi une prise de position. Elle montre a contrario que la construction des représentations est aussi un enjeu de l’analyse du réel et des choix politiques qu’elle implique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérick Genevée, « Michel Cadé, L’écran bleu, la représentation des ouvriers dans le cinéma français », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 87 | 2002, mis en ligne le 28 octobre 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/1687

Haut de page

Auteur

Frédérick Genevée

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page