Navigation – Plan du site
DOSSIER

De l’histoire coloniale à l’histoire nationale, les enjeux de la question du pouvoir colonial

Marianne Boucheret
p. 7-12

Texte intégral

  • 1  Cf. l’écho important rencontré par la publication des travaux de Raphaëlle Branche, La torture et (...)
  • 2  Gérard Noiriel, Les origines républicaines de Vichy, Hachette, 1999, 335 p.

1Ce dossier témoigne de la curiosité actuelle envers des objets historiques appartenant à un passé proche et qui continuent d’être particulièrement présents par les réflexions qu’ils suscitent, dans le domaine de la recherche mais aussi dans les débats politiques voire les institutions judiciaires. En France, des procès à grand retentissement, passés ou à venir, mettent sous les projecteurs des pans importants de l’histoire nationale récente, jusque-là volontiers laissés dans l’ombre par les dirigeants du pays et de la société. La mise en accusation de fonctionnaires pour leur attitude sous Vichy et pendant la guerre Algérie a favorisé la volonté de connaître une histoire qui a des résonances dans la France actuelle 1. Comme fut posée la question d’un continuum entre régime républicain et régime vichyssois 2 se pose celle de la persistance de regards et d’actes entre la France coloniale et la France postcoloniale. La méfiance à l’égard des immigrés et la xénophobie, encore prégnantes dans la société française, ne plongent-elles pas leurs racines dans un rapport aux peuples colonisés marqué par l’affirmation d’une supériorité raciale ?

  • 3  Conférence du 2 mai 2001 à la BNF consacrée à « L’esprit colonial » ; séance du 7 janvier 2002 du (...)
  • 4  Journées d’études « Post-Colonial Studies : Regards croisés France/États-Unis » des 30-31 mai 2001 (...)

2Cette actualité du passé explique en partie la tendance à un retour de l’histoire « coloniale », dont témoignent l’inscription de moments qui lui sont dévolus 3 dans les colloques, les conférences et les séminaires de recherche ainsi que la tenue de journées d’étude, la publication d’ouvrages et de dossiers qui lui sont entièrement consacrés 4. Pour autant « l’histoire coloniale » se cherche encore. Non qu’elle n’ait déjà eu ses lettres de noblesse, ses penseurs cherchant à donner du sens à la masse des faits collectés. Mais entre les interrogations qui surgissent dans le champ historiographique actuel et la manière dont était souvent pensée et pratiquée l’histoire de la colonisation puis de la décolonisation une rupture s’affirme. L’histoire « coloniale » récente tente de se débarrasser du caractère légitimateur qui marqua nombre de productions antérieures.

  • 5  Voir par exemple l’ouvrage, L’administrateur colonial, cet inconnu, Étude historique et sociologiq (...)
  • 6  Ibidem, la justification du projet est présentée dans la préface.
  • 7  Aimé-Louis Grimald, Gouverneur dans le Pacifique, Berger-Levrault, 322 p., 1990, p. 34.
  • 8  Auteur de l’ouvrage, Les vrais chefs de l’Empire, Gallimard, 1939, 262 p.
  • 9  Voir par exemple l’École Française d’Extrême-Orient.
  • 10  Cf. Patrice Morlat, Les affaires politiques de l’Indochine (1895-1923). Les grands commis : du sav (...)

3Car les ouvrages portant sur l’empire français célébrèrent longtemps la geste coloniale et ses acteurs, découvreurs, missionnaires, gouverneurs, etc. Encore aujourd’hui, certaines publications, dont il n’est pas toujours aisé de déterminer si elles appartiennent à la catégorie des travaux historiques, laissent transparaître une certaine fascination à l’égard de ce qui est considéré comme une « épopée » et en louent les « héros ». Cela est patent lorsqu’il s’agit d’écrits d’anciens coloniaux cherchant à se justifier et/ou visant à perpétuer une mémoire qu’ils sentent leur échapper ou devenir étrangère au sentiment dominant ; ils sont capables d’habiller leur projet d’un langage et de démarches empruntés aux sciences sociales 5. Leur but est de réagir à une image des Français d’outre-mer qui serait celle d’« alcooliques paresseux et brutaux, exploiteurs de populations asservies » 6. L’accent est mis sur l’œuvre accomplie, magnifiée par l’esprit de sacrifice qui aurait animé les colons… et les colonisés. Évoquant la création de plantations en Cochinchine, l’ancien gouverneur Aimé Louis Grimald écrivit ainsi en 1990 que « dans leur bataille contre la nature, indigènes et Blancs (sic) chiffrèrent leurs pertes par milliers » 7. Des communications, des publications à caractère a priori scientifique reflètent également une certaine empathie pour les cadres de l’empire colonial, perçus d’abord comme les serviteurs d’un territoire auquel ils se seraient attachés ainsi qu’à des populations avec lesquelles ils auraient fraternisé. Ce type d’approche révèle l’influence d’un discours colonial qui est restitué sans être véritablement disséqué et confronté à d’autres faits. Les réflexions de Robert Delavignette 8 sont données à lire comme la preuve d’un commandement juste exercé dans l’empire, d’une « bonne colonisation » en somme. Un autre courant pourtant que celui louant la geste coloniale fut présent dans l’histoire traditionnelle des colonies. Des contemporains de la colonisation regardèrent de l’autre côté du miroir hexagonal et s’intéressèrent aux civilisations d’outre-mer. Des spécialistes firent école et donnèrent une histoire souvent pointue, parfois folklorique, des langues, des us et coutumes, du patrimoine des peuples colonisés 9. Mais cette approche n’avait pas un caractère plus « neutre » vis-à-vis de l’entreprise de colonisation que la précédente, la connaissance servant généralement de support à la domination, comme l’ont montré les travaux d’inspiration foucaldienne. Nombre d’experts présents sur le terrain colonial entretinrent d’ailleurs des relations étroites avec un appareil administratif qu’ils intégrèrent parfois 10.

  • 11  Cf. les analyses développées par Frederick Cooper dans l’introduction à son ouvrage, Decolonizatio (...)
  • 12  Gérard Challand, présentation de la réédition en 1991 de Frantz Fanon, Les damnés de la terre, Gal (...)

4S’opposant à une histoire coloniale empreinte d’un sentiment de supériorité du Blanc, dans sa version républicaine pour la France, une histoire de l’outre-mer nouvelle émergea au moment des guerres puis de l’accès à l’indépendance des pays dominés. L’histoire de ces derniers fut alors lue à travers le prisme du mouvement national et/ou révolutionnaire qui avait permis leur émancipation 11. Il s’agissait de légitimer les processus menant à l’indépendance, y compris la violence dont le recours fut analysé par Frantz Fanon comme la suite logique du phénomène d’aliénation subi par les colonisés. De la préface de son ouvrage Les damnés de la terre, signée par Sartre, se dégagea « un sentiment de culpabilité » avec pour corollaire une « sacralisation de la victime » 12, peu propices à une lecture froide de l’histoire coloniale. Une vision téléologique du passé se développait, conduisant là encore, par-delà les prises de position radicalement différentes des tenants de l’histoire coloniale classique, à une présentation unilatérale du phénomène colonial. Dans un cas comme dans l’autre, colonisateurs et colonisés étaient le plus souvent présentés comme appartenant à des camps étanches.

  • 13  Cf. l’analyse des contacts entre colonisateurs et colonisateurs dans l’ouvrage au titre évocateur (...)
  • 14  Frederick Cooper, op. cit..
  • 15  Cf. pour l’Asie, Claudine Salmon ed., Récits de voyages des Asiatiques, Genres, mentalités, concep (...)

5Rompant donc avec une histoire monolithique, se dessine aujourd’hui une histoire qui s’efforce de redonner toute sa complexité au passé. La perception des populations des territoires colonisés est dégagée de stéréotypes qui les condamnaient à ne les voir que dans une seule dimension, celle des dominés. On s’aperçoit que non seulement elles ont inventé de multiples façons de résister à la pression coloniale mais aussi qu’elles ont entretenu des relations parfois complexes avec les détenteurs du pouvoir 13, voire qu’elles ont à leur tour influé sur la politique coloniale. Enfin une histoire sociale semble possible 14. D’autre part, elles ne sont plus confinées dans l’espace créé par la colonisation, les horizons plus larges qui étaient les leurs leur sont restitués 15. En outre le découpage entre histoire pré-coloniale, histoire coloniale et histoire post-coloniale tend, sinon à disparaître, du moins à perdre son caractère obligé. Sans que la colonisation ne soit considérée comme une simple parenthèse, les populations qui l’ont subie gagnent le droit à une histoire sur la longue durée.

  • 16  Charles-Robert Ageron, France coloniale ou parti colonial ?, PUF, 304 p., 1978.

6Ces démarches n’induisent pas que soit gommée la domination imposée par la puissance coloniale. L’histoire des colonisateurs est, elle aussi, revisitée, répondant à l’appel lancé par Charles Robert Ageron dès 1978 dans son ouvrage sur « l’esprit colonisateur », distingué de « l’esprit colon » 16. Deux approches la renouvellent. La première met l’accent sur la caractéristique majeure de la colonisation, la violence. Et cela quelle que soit la forme qu’elle prit, actes de brutalité commis par des colons ou répression institutionnelle. La violence est analysée comme part inhérente au système colonial, qu’elle accompagne sa mise en place lors des conquêtes, qu’elle s’exerce durant la période où il triomphe, ou bien encore qu’elle tente de le faire survivre lorsque il est contesté. Dans le même temps, une deuxième approche a le souci de montrer d’une part le caractère non homogène du groupe des dominants et d’autre part le caractère non statique de la politique coloniale. C’est plus que de nuances dont il s’agit mais de véritables outils permettant de comprendre les possibles dans l’histoire.

  • 17  Frederick Cooper, op. cit.

7En somme, c’est un travail « d’historicisation » qui semble à l’œuvre. On continuera, par commodité, de parler « d’histoire coloniale », tout en ayant à l’esprit la nécessité de la travailler, en évitant hagiographie et jugement moral, comme un champ de l’histoire en relation avec la connaissance globale du passé national. Certes, cette histoire continue de se caractériser, comme d’autres champs de l’Histoire mais peut-être plus encore, par un émiettement. Des découpages géographiques anciens, hérités d’ailleurs de la colonisation, demeurent le cadre de la plupart des études qui la composent. Il y a toujours des « africanistes » et des « indochinois », qui se rencontrent mais travaillent peu ensemble. Récemment, il y a eu quelques efforts pour croiser les regards sur différents empires coloniaux 17 mais ces tentatives restent exceptionnelles. Par contre, une question traverse de nombreux travaux quel que soit le cadre géographique retenu, celle du pouvoir colonial.

8La question est essentielle dès lors que l’on estime que la connaissance du « terrain » local, aussi érudite soit-elle, ne suffit pas à comprendre ce que fut la colonisation et que celle-ci ne doit pas non plus être regardée exclusivement depuis la métropole. De surcroît, il ne s’agit pas seulement de mieux comprendre le fait colonial en lui-même, mais également de passer par lui pour revisiter l’histoire de la France. L’attention portée à la contradiction apparente entre d’une part les principes de liberté et d’égalité et d’autre part les pratiques coloniales entachées par une vision raciale et le recours à la force, renvoie ainsi à l’analyse de la République. C’est dans cette perspective, et en ayant conscience des limites actuelles de la réflexion sur le sujet, que nous avons choisi ici de proposer un dossier autour de la question du pouvoir colonial tel qu’il était pensé, exercé et perçu dans l’empire français au xxe siècle. Plutôt que de tenter une synthèse qui aurait été prématurée, nous nous sommes résolus à demander à chacun des contributeurs de traiter la question en partant de leurs travaux respectifs, en espérant que les différentes approches permettraient de mieux cerner les principes et les pratiques qui caractérisaient le système colonial, à la fois prolongement de la métropole d’où étaient censés partir les ordres et « ailleurs », lieu d’exception de droit et de fait.

9Patrice Morlat, auteur de travaux sur la répression coloniale au Vietnam qui l’ont conduit à scruter la carrière de hauts fonctionnaires qui y étaient en poste, montre en quoi la politique menée par ces « grands commis » d’Indochine au lendemain de la Première Guerre mondiale s’inspira des projets réformateurs élaborés par Albert Sarraut, successivement gouverneur et ministre des Colonies. Me penchant à mon tour sur la colonie extrême-orientale dans les années vingt, je me suis demandé si le gouverneur y était alors à la botte du planteur, autrement dit si les intérêts privés commandaient la politique du pouvoir colonial en matière de main-d’œuvre.

10Pierre Ramognino, qui vient de terminer une thèse sur le gouverneur de l’AOF Boisson, propose une réflexion inspirée par l’ouvrage de W. B. Cohen sur les « empereurs sans sceptre » qu’auraient été les administrateurs d’outre-mer. Il formule l’hypothèse qu’au moins en Afrique, ce sont les gouverneurs généraux qui détenaient véritablement les rênes du pouvoir colonial. Adoptant un point de vue différent, Jean-Paul Rothiot retient, lui, de son travail sur une chefferie au Niger non seulement la volonté de l’autorité coloniale d’utiliser des structures qui lui sont antérieures mais aussi et surtout la capacité de certains « indigènes » de s’adapter à cette situation, voire de retourner la domination. Il retrace ainsi l’exceptionnelle carrière d’Aouta, fidèle collaborateur du pouvoir blanc en apparence, et fondateur d’une puissante dynastie qui survécut à la décolonisation.

11Avec Marc-Olivier Gavois, nous remontons au nord de l’Afrique pour nous interroger sur le rapport entre métropole et colonies. À travers le cas particulier de l’Algérie, il examine la perception du pouvoir exercé par la métropole par des colons loin de soutenir continûment l’action de la puissance publique avant même l’éclatement de l’insurrection.

12Qu’ils s’appuient sur l’utilisation de matériaux classiques, discours et rapports des détenteurs de l’autorité, ou sur des sources plus originales, témoignages oraux recueillis dans les pays ex-colonisés notamment, qu’ils privilégient une approche politique dominante en histoire coloniale ou explorent les dimensions économiques, juridiques ou mentales du phénomène colonial, les différents articles du dossier croquent le pouvoir colonial tel qu’il s’exerça ou qu’il fut perçu en différents endroits de l’empire au xxe siècle. Il ne s’agit pour l’instant que d’un travail par touches mais nous espérons qu’il aura contribué à faire naître un portrait d’ensemble du pouvoir colonial, exercé conjointement par des hommes dont le sort était lié au suffrage universel ou qui gravissaient les échelons d’une carrière administrative, qui travaillaient dans l’hexagone ou étaient attachés à un territoire d’outre-mer plus ou moins lointain, qui étaient en butte ou non à l’opposition des colons ou des colonisés. Tous ils étaient des agents de la domination de la France sur son empire mais l’étude de cette domination gagne à notre avis à connaître leur diversité.

Haut de page

Notes

1  Cf. l’écho important rencontré par la publication des travaux de Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie, 1954-1962, Gallimard, 474 p., et Sylvie Thenault, Une drôle de justice. Les magistrats dans la guerre d’Algérie, La Découverte, 360 p., ouvrages dont il est rendu compte dans ce numéro.

2  Gérard Noiriel, Les origines républicaines de Vichy, Hachette, 1999, 335 p.

3  Conférence du 2 mai 2001 à la BNF consacrée à « L’esprit colonial » ; séance du 7 janvier 2002 du Séminaire Paris IV/École Normale Supérieure sur les questions d’historiographie contemporaine prévue sur le thème « Colonisation, décolonisation : les nouvelles tendances de l’historiographie » ; groupe de travail de l’IHTP mis en place pour l’année 2001-2002 sur le thème « Répression, contrôle et encadrement dans le monde colonial ».

4  Journées d’études « Post-Colonial Studies : Regards croisés France/États-Unis » des 30-31 mai 2001 organisées par le Laboratoire de Démographie Historique de l’EHESS, « État et pratiques administratives en régime colonial » dans le cadre du séminaire « Servir l’État » organisé par l’EHESS et l’IHTP ; appel à contributions lancé par la revue French Historical Studies pour le printemps 2002 sur le thème « What is colonial history ? »

5  Voir par exemple l’ouvrage, L’administrateur colonial, cet inconnu, Étude historique et sociologique d’une promotion de l’École Nationale de la France d’Outre-Mer, réalisé « à la demande et avec le concours de l’association des anciens élèves », L’Harmattan, 242 p., 1998.

6  Ibidem, la justification du projet est présentée dans la préface.

7  Aimé-Louis Grimald, Gouverneur dans le Pacifique, Berger-Levrault, 322 p., 1990, p. 34.

8  Auteur de l’ouvrage, Les vrais chefs de l’Empire, Gallimard, 1939, 262 p.

9  Voir par exemple l’École Française d’Extrême-Orient.

10  Cf. Patrice Morlat, Les affaires politiques de l’Indochine (1895-1923). Les grands commis : du savoir au pouvoir, L’Harmattan, 1995, 320 p.

11  Cf. les analyses développées par Frederick Cooper dans l’introduction à son ouvrage, Decolonization and African Society, The labor question in French en British Africa, Cambridge University Press, 677 p., 1996.

12  Gérard Challand, présentation de la réédition en 1991 de Frantz Fanon, Les damnés de la terre, Gallimard, p. 22.

13  Cf. l’analyse des contacts entre colonisateurs et colonisateurs dans l’ouvrage au titre évocateur de Pierre Brocheux et Daniel Hemery, Indochine, la colonisation ambiguë, 1858-1954, La Découverte, 431 p., 1994.

14  Frederick Cooper, op. cit..

15  Cf. pour l’Asie, Claudine Salmon ed., Récits de voyages des Asiatiques, Genres, mentalités, conceptions de l’espace, Actes du Colloque EFEO-EHESS 1994, 468 p., 1996 ; Christopher Goscha, Thailand and the Southeast Asian Networks of the Vietnamese Revolution, 1885-1954, Curzon-Nordic Institute of Asian Studies, 419 p., 1999.

16  Charles-Robert Ageron, France coloniale ou parti colonial ?, PUF, 304 p., 1978.

17  Frederick Cooper, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Boucheret, « De l’histoire coloniale à l’histoire nationale, les enjeux de la question du pouvoir colonial », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 85 | 2001, 7-12.

Référence électronique

Marianne Boucheret, « De l’histoire coloniale à l’histoire nationale, les enjeux de la question du pouvoir colonial », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 85 | 2001, mis en ligne le 01 octobre 2004, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/1733

Haut de page

Auteur

Marianne Boucheret

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page