Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, La démographie de l’époque moderne

Paris, Belin-Sup, 1999, 334 p.
Guy Lemarchand
Référence(s) :

Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, La démographie de l’époque moderne, Paris, Belin-Sup, 1999, 334 p.

Texte intégral

1On pouvait se demander après l’Histoire de la population française, t. 2, dirigée par J. Dupaquier (1989) et l’Histoire des populations de l’Europe, t. 1-2 dirigée par J. Dupaquier et J.‑P. Bardet (1997-98), s’il ne fallait pas attendre quelques décennies pour publier une nouvelle synthèse sur la démographie de l’époque moderne. Sc. Beauvalet a tenu et gagné la gageure. Son livre est utile car son point de vue est assez différent de celui de ses prédécesseurs, auquel d’ailleurs il ne s’oppose pas, et donc il ne fait pas double emploi. Elle porte l’accent sur les structures relativement permanentes et sur l’environnement global, religieux, juridique, moral et économique du fait démographique, avec la multiplicité des déterminants qui interviennent sur l’objet, externes apparemment à celui-ci ; et elle rappelle les discussions qu’ils suscitent entre historiens. Sous la dénomination de manuel, par conséquent d’ouvrage destiné essentiellement aux étudiants, c’est une vaste étude d’ensemble réfléchie qu’offre ce livre qui permettra, même aux spécialistes, de faire le point sur une discipline mouvante.

2Divisé logiquement en six chapitres, l’ouvrage s’ouvre par la description des sources de cette époque « pré-statistique » et souvent même non-statistique : évidemment registres paroissiaux et, beaucoup moins utiles, tables de mortalité du xviiie siècle, travaux des arithméticiens politiques, mais aussi dénombrements par feux, mortuaires hospitaliers et actes notariés. Les difficultés de traitement de ces divers documents sont indiquées, sans tomber dans l’hypercritique impuissante. Concernant le peuplement et son évolution chiffrée du xvie au xviiie siècle, à côté de l’analyse attendue de la répartition de la population à l’échelle internationale et des crises périodiques avec la trilogie épidémie, guerre et famine, sont particulièrement développés les phénomènes migratoires pour lesquels l’auteur nuance l’idée de faiblesse de la mobilité géographique en évoquant la multiplicité des micro-déplacements pour la recherche des conjoints ou pour le travail (pour les locations de métairies ou de grandes fermes…), et le volume notable des migrations saisonnières et temporaires à partir des montagnes. L’urbanisation est longuement décrite en utilisant la notion de « réseau » et en insistant sur l’importance, inégale suivant les régions, des petites villes de 2 000 à 10 000 habitants (la moitié de la population urbaine à la fin du xviiie siècle) et le rôle de l’immigration (un tiers au moins des habitants sont de nouveaux arrivants) dans le maintien et l’accroissement du peuplement de la cité.

3Tout en donnant l’essentiel et en commençant à poser le concept de « système démographique d’Ancien Régime », le chapitre consacré au mariage s’attarde peu sur les données statistiques (taux de nuptialité, âge au mariage, taux de remariages…). Par contre sont évoqués avec détail la législation et la pratique sur le caractère indissoluble du mariage voulu par l’Église, la juridiction partagée entre l’État et le clergé sur la séparation de corps et la séparation de biens, l’autorité écrasante de la famille sur le choix du conjoint (interdits religieux et notion de « stratégie familiale » avec le rôle du souci du patrimoine et de la renommée), ainsi que l’usage de la « fréquentation » préalable au mariage et des fiançailles tolérées mais codifiées par la communauté paroissiale et par l’Église. Le chapitre sur la naissance décrit la censure ecclésiastique sur l’acte sexuel, l’obligation du baptême et la cérémonie des « relevailles » de la mère voulue par l’Église, les conceptions médicales sur la fécondation encore proches d’Hippocrate et Aristote, la pratique de l’accouchement avec l’apparition des sages-femmes professionnelles au xvie siècle et le rôle croissant à partir du début du xviiie siècle des chirurgiens et même des médecins après 1750 qui critiquent vivement les habitudes des matrones et préconisent toujours l’allaitement, encore universel à l’époque.

4Une place importante ensuite est réservée dans le livre à la famille. C’est dans ce cadre que sont exposés, à juste titre, les taux de fécondité – beaucoup plus significatifs que les taux de natalité –, la question des intervalles intergénésiques et la révolution contraceptive du xviiie siècle, les taux de conceptions prénuptiales et de naissances illégitimes et les chiffres d’abandons d’enfants, croissants du xvie au xviiie siècle. L’analyse de la structure familiale dépasse et nuance fortement le tableau classique de P. Laslett (1969). S’il reste vrai que la famille nucléaire (le ménage conjugal) domine, les familles élargies et les familles multiples (plusieurs ménages au foyer) n’en sont pas moins nombreuses et se rencontrent même hors de la Provence ou du Périgord, provinces toujours citées à cet égard. De toute façon la famille paraît d’autant plus solide que l’autorité du père souveraine sur l’épouse et les enfants en est le ciment et que le Concile de Trente et la Réforme la confirment, tout en mettant l’accent sur l’idée d’éducation. Orphelins et bâtards demeurent des individus en situation mineure. Néanmoins les chiffres en expansion de naissances illégitimes et d’abandons d’enfants posent la question et d’un relâchement de la prégnance du religieux et de la baisse de l’emprise de la famille, au moins après 1750.

5Le dernier chapitre porte sur la mort et complète l’énoncé de la notion de « système démographique ». Là encore sont exposées les difficultés méthodologiques liées aux carences des sources (sous-enregistrement des décès d’enfants) et les divers taux de mortalité, notamment la mortalité infantile effroyable (200-400 %o). L’accent est mis sur l’omniprésence de la mort dans l’existence quotidienne voulue par la Contre-Réforme et entretenue par les données matérielles. La préparation à l’issue fatale est martelée par la prédication ecclésiastique, le testament en est un moyen et les obsèques sont soigneusement organisées et codifiées avec le souci du spectacle et une tarification qui introduit la distinction sociale. Pourtant les idées évoluent et la déclaration royale de 1776 expulsant les cimetières hors des villes marque un souci de la vie terrestre qui amoindrit la terreur suscitée par la croyance aux Enfers et même la crainte du Purgatoire représenté sous des couleurs presque aussi horrifiques. Encore fondée sur la théorie des quatre humeurs du corps, la médecine a pour rôle davantage de soulager que de guérir car la maladie est vue comme un châtiment dicté par Dieu. Cependant quelques progrès apparaissent, à nouveau, au xviiie siècle. Son enseignement est réglementé par l’édit de 1707 et la scientification de la chirurgie est consacrée par la création en 1748 de l’Académie Royale de Chirurgie. Avec l’urbanisation le nombre des médecins (4,2/10 000 habitants dans les 80 villes les plus grandes vers 1789) et des hôpitaux, surtout grâce à la création des hôpitaux généraux sous Louis XIV (près de 40), l’équipement sanitaire s’améliore quelque peu. Pourtant si la peste disparaît après 1720, la variole et la syphilis sont toujours massivement présentes au xviiie siècle, en dépit de l’inoculation pour l’une et du recours au mercure pour l’autre, sans parler du paludisme, de la typhoïde ou de la dysenterie.

6Évidemment dans un ensemble de considérations aussi vaste, on pourra toujours discuter telle prise de position de l’auteur, opinion du reste toujours présentée avec beaucoup de prudence. Ainsi il me semble qu’elle est un peu optimiste sur la politique royale et ses effets sur la population. Donner les importations de grains organisées par le Contrôle Général des Finances comme l’une des causes de la diminution de la gravité des crises de subsistances sous Louis XV et Louis XVI n’emporte pas la conviction. Les volumes de denrées sur lesquels portent ces opérations sont faibles, ils arrivent souvent avec un retard important par rapport à l’évolution du marché et ils sont vendus fréquemment à prix coûtant encore trop élevé pour nombre de consommateurs. Par ailleurs les mesures en faveur de la santé prises à la fin de l’Ancien Régime ne provoquent guère d’amélioration non seulement, comme l’écrit Sc. B., parce qu’elles se heurtent à la mauvaise alimentation de la part majeure de la population, les classes populaires, et à l’insalubrité de ses conditions de vie, mais aussi parce que l’État et les élites consacrent en fait peu de moyens financiers à la distribution des boîtes de médicaments ou aux subventions aux hôpitaux, en dépit des initiatives charitables qui fleurissent ici ou là. Est-il bien sûr également que les hôpitaux généraux de Louis XIV soient plus des instruments d’assistance que de répression ? Assurément ils sont les deux à la fois, mais la liberté dont jouit le pensionnaire dans leurs murs est tout de même très restreinte, le pauvre étant considéré comme un pêcheur responsable de son sort ainsi que le note Sc. B. elle-même, et si les demandes pour entrer dans ces établissements sont assez nombreuses, on doit penser également au dénuement qui fait accepter toute solution fournissant au moins la pitance quotidienne, et voir aussi combien de vagabonds fuient au contraire le « renfermement ». Et les dépôts de mendicité du xviiie siècle ne paraissent pas plus accueillants. Il faut compter en fait avec la peur sociale suscitée par le flot de l’immigration urbaine. De plus, évoquées sommairement, les conditions de travail des populations mériteraient un paragraphe particulier et systématique.

7Mais ces quelques remarques ne doivent pas faire oublier la masse des informations rassemblées dans le livre et la maîtrise de l’auteur qui montre fortement combien la démographie historique s’est ouverte, diversifiée et affinée. On est loin de la tendance au pan-démographisme qui s’esquissait dans les années 1970, et la population n’est pas présentée aujourd’hui comme la clé universelle et autonome de l’histoire. Comme le rappelle l’auteur, dans ces mêmes années 1970 nombreuses ont été – et encore en 2000 – les critiques inspirées par la micro-histoire contre la macro-histoire quantitative et donc, entre autres, contre la démographie historique qui serait une histoire froide écrasant le vécu des individus. En fait il suffit de comparer ce livre à un ouvrage équivalent d’il y a une trentaine d’années, par exemple de P. Guillaume et J.-P. Poussou Démographie historique (1970), pour voir le chemin parcouru. D’abord cette discipline a étendu son registre en direction aussi bien de l’histoire religieuse en tenant compte des croyances populaires plus que des dogmes, de l’histoire du droit longtemps laissée aux juristes des Facultés de droit, de l’ethnologie en appréhendant les statuts et rôles dans la famille et la société, de l’histoire de la médecine avec la considération des pratiques courantes et de l’équipement médical plus que des découvertes scientifiques qu’exposent les spécialistes des facultés de médecine, de l’histoire écologique de l’environnement naturel retravaillé par l’homme, et enfin de l’histoire sociale en retrouvant partout le poids de l’inégalité et des difficultés de vie des plus pauvres. En outre, le livre établit parfaitement qu’il n’y a aucune incompatibilité entre l’histoire statistique de masse et la saisie de l’individu. C’est tout simplement l’étude de cas, vieille et juste méthode qui apparaît dans de nombreuses pages et qu’on n’a pas attendu la micro-histoire pour utiliser. Quant au souci de restituer l’intégrité de l’archive dans sa pureté originelle, j’ajouterai que si les historiens démographes en étaient restés à la contemplation béate des textes, ils n’auraient vu dans les registres paroissiaux que des amas de baptêmes, de sépultures et de mariages…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Lemarchand, « Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, La démographie de l’époque moderne », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 85 | 2001, mis en ligne le 22 novembre 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/1771

Haut de page

Auteur

Guy Lemarchand

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page