Navigation – Plan du site
DOSSIER

Lorsque l’engagement entre maîtrise d’ouvrage et maîtres d’œuvre encourage l’innovation architecturale: le cas du centre ville d’Ivry-sur-Seine, 1962-1986

Bénédicte Chaljub
p. 77-94

Résumé

Ivry-sur-Seine, ville de banlieue communiste située aux portes de la capitale, offre en son centre-ville l’image d’un laboratoire d’inventions de logement collectif. Édifiées des années 1970 au milieu des années 1980, rarement égalées en France, ces expérimentations commandées par la municipalité se présentent comme des alternatives à la production courante du moment. Les architectes Renée Gailhoustet et Jean Renaudie y réalisent des édifices majeurs, si bien qu’Ivry-sur-Seine illustre l’accomplissement de leurs parcours. Cet article veut montrer que l’innovation architecturale est le fruit de négociations politiques, économiques et réglementaires permanentes rendues possibles par l’engagement de la maîtrise d’ouvrage. Son accompagnement auprès des architectes est tel qu’elle sacrifie en apparence certaines promesses–comme le fait de vouloir édifier exclusivement des logements sociaux–au profit de gageures architecturales. Au final, les opérations proposées offrent une nouvelle lecture de la relation entre architecture et politique.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Les expérimentations de Renée Gailhoustet et de Jean Renaudie sont inscrites dans une tradition communale audacieuse en matière de logement initiée dès les années 20.

Une tradition d’innovation

  • 1  Ivry, 20 ans de gestion municipale communiste, 1946, 16 min, Film conservé aux archives départemen (...)

2Avant même de devenir en 1925 l’un des bastions communistes de la ceinture rouge de Paris, Ivry-sur-Seine se dote en 1924 d’un Office Municipal d’Habitations à Bon Marché. Si son activité ne débute réellement qu’en 1927, il a dès le départ l’ambition de faire du logement social un terrain d’innovations, inscrit dans une politique prophylactique de salubrité et d’hygiène destinée à la population ouvrière au même titre que les vacances populaires enfantines. En 1928, l’Office municipal livre son premier ensemble collectif social, le Groupe Insurrection comprenant 280 logements livrés avec chauffage collectif et douches ; parallèlement, en 1929, la ville installe sa première colonie de vacances aux Mathes en Charente-Maritime. Pendant 40 ans, le destin d’Ivry-sur-Seine est intimement lié à celui d’une figure maîtresse, son maire Georges Marrane (1888-1976). Marrane est l’un des fondateurs du Parti Communiste Français, ponctuellement conseiller de la République de la Seine, député de la Seine, et même ministre de la Santé publique sous le gouvernement de Paul Ramadier (1947). Avec un mandat qui court de 1925 à 1965, il fait d’Ivry-sur-Seine un modèle de gestion municipale. De 1946 à 1964, il est appuyé par le député Maurice Thorez. À ses côtés, Venise Gosnat (1887-1970) est directeur de l’OPHBM à partir de 1934, puis régulièrement premier adjoint de 1945 à 1965. Instrument de propagande au même titre que les équipements sportifs, scolaires ou sanitaires, le logement est surtout la vitrine de la gestion municipale. Il est présenté comme critère de progrès social. Le film Ivry, 20 ans de gestion municipale communiste, réalisé en 1946 par la ville, en souligne les points forts : « Nos élus ont eu le souci constant d’améliorer les conditions d’architecture et de confort : des cuisines modèles, des intérieurs aux larges baies, de confortables terrasses où le travailleur peut se reposer après sa dure journée. Les enfants y trouvent, à l’abri des accidents de la rue, en même temps que de nombreux camarades de jeu, des espaces sains propices à leurs ébats. Cités de demain, en 1948, notre effort joyeux et efficace aura réalisé le programme de la municipalité communiste d’Ivry…1 »

3De 1925 à la rénovation du centre-ville décidée en 1962, les opérations sont clairsemées dans la ville et confiées à des maîtres d’œuvre locaux, la famille Chevallier. À l’issue d’une rencontre avec le banquier et philanthrope Fernand Fourcade, fondateur de la société d’HLM « Le Progrès », Louis Chevallier (1869-1931), installé dans la commune depuis 1896, est l’auteur en 1912 de la première cité de logements pour ouvriers, Pax et progrès, construite à Ivry-sur-Seine. À partir de 1927, il s’adjoint ses fils Henri et Robert qui lui succèdent en 1931 ; le cabinet travaille aussi bien sur des commandes publiques que privées, villas ou immeubles de rapport, mais aussi usines. Jusqu’en 1957, cette famille reste le maître d’œuvre exclusif dans le domaine du logement. Un petit-fils, Jean-Pierre Chevallier, sera encore le contemporain de Renée Gailhoustet et Jean Renaudie.

  • 2  « Ivry-sur-Seine, groupe d’HLM, Henri et Robert Chevallier architectes », Techniques et Architectu (...)

4Les commandes publiques édifiées dans ce cadre tentent à chaque fois de s’accorder avec les avancées techniques de leur temps afin d’apporter le maximum de confort sanitaire et spatial. Il y aura le groupe Insurrection avec ses 290 logements, 11 boutiques, le groupe Denis Papin de 125 logements édifiés en 1932, puis l’ensemble Marat Robespierre avec 440 logements bâtis entre 1936 et 1939 et 170 réalisés entre 1948 et 1950, auxquels s’ajoute notamment le groupe scolaire Michelet livré en 1938. Le groupe d’habitations Maurice Thorez inauguré en 1953 parachève et résume parfaitement cette période. Coiffé d’un majestueux paratonnerre (aujourd’hui étêté), son volume s’impose dans le paysage de la ville, à l’image du personnage qu’il symbolise, tel un emblème, un monument de la politique de logement du mandat Marrane. Situé sur la rue Lénine (actuelle avenue Georges-Gosnat) à une centaine de mètres de la mairie, il est constitué de trois barres de 100 à 200 mètres de long, articulées autour d’un noyau central d’escaliers et d’ascenseurs. Son gabarit s’échelonne de 8 à 14 étages. L’ossature est en béton armé, avec des murs de remplissage composés à l’intérieur de parpaings et à l’extérieur d’une paroi de briques apparente car « à Ivry, centre usinier, les enduits sont prohibés, devenant « lépreux en peu de temps2 ». Les menuiseries sont métalliques. Les plans des 350 logements et leurs équipements révèlent le degré de confort que la municipalité prévoit pour ses futurs locataires : ils bénéficient d’un chauffage collectif, ont un vide-ordures sur le palier ; les cuisines sont équipées ; quand les habitations ont deux orientations, cuisine et salle de séjour ne sont séparées que par un buffet bas. À peine dix ans plus tard, le grand ensemble Pierre et Marie Curie de 1000 logements situé sur le plateau, conçu et édifié avec les mêmes architectes, illustre autant la fragilité inhérente à la construction de masse que le changement en cours au début des années 60 dans les conditions de production.

Une rénovation « militante »

5La Rénovation Urbaine du centre-ville est contemporaine d’une politique de modèles pour les logements alliant architectes et entreprises dans laquelle s’investissent les Chevallier. L’opération Amédée Huon Coutant, située à deux pas, illustre la pauvreté à laquelle aboutit le procédé technique. Engagée avec d’autres architectes que les Chevallier, prévue sur 17 hectares avec un programme comportant au départ 2000 logements, la rénovation démontre une capacité d’innover dans un cadre de production a priori pourtant peu favorable.

6Enclenchée en 1962 sous le mandat Marrane, elle est rapidement le témoin d’un changement sur l’échiquier politique : Georges Gosnat, fils de Venise, remplace le défunt Maurice Thorez en 1964 au mandat de député puis Jacques Laloé succède à Georges Marrane en 1965. À cela s’ajoute l’arrivée d’une personnalité significative au sein de l’OPHLM d’Ivry-sur-Seine, Raymonde Laluque. D’abord simple employée de bureau, elle arrive peu à peu, sous la coupe de Venise Gosnat, au poste de directrice en 1965. Issue d’un milieu ouvrier, elle est de ces personnalités qui se forgent par leur militantisme au sein du Parti Communiste.

  • 3  Gérard Althabe, Monique Selim, B. Lége, Urbanisme et réhabilitation symbolique, Ivry, Bologne, Ami (...)

7La reconfiguration du centre-ville d’Ivry-sur-Seine est incitée par la Direction Départementale de l’Équipement, laquelle impose à la fin des années 50 l’élargissement et le dévoiement par l’alignement des principales voies du centre-ville, la rue Lénine et l’avenue Danielle-Casanova. Afin d’éviter la spéculation foncière et de contrôler l’aménagement de son centre-ville, le conseil municipal se saisit en 1960 des mesures de Rénovation Urbaine lancées par l’État gaulliste en 1958 et en vote les premières applications. La rénovation sera plus tard présentée comme une « conquête sociale […] produit de la lutte de la municipalité qui arrache à l’État les moyens de ces réalisations, chacune d’entre elles est un moment fort de l’alliance entre le pouvoir local et la population3 ».

  • 4  Ivry rénovation centre – ville, rapport réalisé par Architecture et construction (Bagneux), fév. 1 (...)

8Elle induit un changement d’échelle des interventions de la municipalité et l’élaboration de nouveaux outils afin de les contrôler : en 1963, suite à une convention entre le conseil municipal et l’OPHLM, ce dernier est désigné organisme rénovateur concessionnaire de l’opération ; en 1969, la création d’une Société d’Économie Mixte en charge des programmes dont l’Office ne pourra s’occuper, avec à sa tête Marc Mann, subordonnée à ses décisions et intégrée dans ses locaux, en prolonge la mission4. Si jusque-là les opérations de logement se trouvent clairsemées en dehors du périmètre à proprement parler du centre, l’affaire de la rénovation est l’occasion de forger une identité municipale forte sur une table rase de l’existant, avec une équipe renouvelée et de nouvelles ambitions. Il suffit de comparer la qualité des opérations qui s’y construisent avec l’ensemble Huon Coutant pour se convaincre des objectifs qualitatifs que la municipalité jouxtant Paris réserve à son centre-ville. Prévu pour n’être constitué que de HLM, il doit revêtir un caractère social et s’inscrire dans un engagement « militant ». À l’architecture de donner ensuite corps à cet aspect idéologique.

  • 5  Propos de Renée Gailhoustet recueillis en octobre 2009.

9En 1960, Roland Dubrulle (1907-1983), aguerri aux programmes de logement à grande échelle comme l’illustre son travail pour la ZUP d’Argenteuil, est désigné architecte en chef de la Rénovation par le ministre de la Construction. Début 1962, après l’apprentissage comme étudiante dans les agences de Jacques-Henri Labourdette (association Boileau-Labourdette), de Georges Candilis/Alexis Josic/Shadrach Woods ou de Michel Ecochard, l’obtention de son diplôme et une inscription à l’ordre des architectes en janvier, Renée Gailhoustet entre comme salariée de l’agence de Roland Dubrulle afin de travailler sur le plan-masse d’Ivry-sur-Seine. La relation de Renée Gailhoustet avec le Parti Communiste est antérieure. En effet, peu après son arrivée à Paris en 1947 où elle s’installe afin de suivre des études de philosophie, elle s’inscrit au Parti Communiste dans la cellule correspondant à cette discipline. Lorsqu’elle se réoriente vers des études d’architecture, elle se retrouve ensuite dans la cellule de l’école des Beaux-Arts. Elle n’interprète pas cette adhésion comme un acte relevant du militantisme, et précise qu’à l’époque, après la Libération, nombre d’étudiants étaient communistes5. Toujours est-il que la grande majorité des maîtres d’ouvrage de ses opérations futures seront de cette obédience et ses commandes de nature publique consacrées très majoritairement à l’édification de logement social.

  • 6  Propos de Raymonde Laluque recueillis en 2005.

10À Ivry-sur-Seine, Renée Gailhoustet a comme principale interlocutrice Raymonde Laluque avec laquelle se noue peu à peu une complicité. À partir de l’entrée en scène de l’architecte dans l’histoire de la rénovation, maître d’ouvrage et maître d’œuvre marcheront main dans la main, au point que cette dernière invitera d’autres confrères à se joindre à elle. La fabrique des opérations à venir se réalise par une « convergence de synergie6 », portée par une confiance réciproque. Cela permettra à chacun de trouver les moyens de concrétiser des architectures innovantes.

11Le plan masse, composé par Renée Gailhoustet pour Roland Dubrulle, est approuvé en juillet 1962 par la municipalité. Il présente des tours et des barres d’habitation qu’accompagnent les équipements publics nécessaires. En 1964, avec la commande de la première tour d’habitation que lui octroie Roland Dubrulle, la tour Raspail, Renée Gailhoustet fonde sa propre agence rue du Port-Royal à Paris, déménagée ensuite rue des Fossés-Saint-Marcel. Elle aura dans le même temps la commande de l’aménagement de la Banque Commerciale de l’Europe du Nord à Paris (banque russe officielle). Un autre nom apparaît sur les cartouches des premiers plans de la tour, avec le même statut d’architecte d’opération que Renée Gailhoustet, celui du communiste Claude Le Goas ; mais ce dernier n’est qu’un auteur fantôme imposé par Roland Dubrulle car, dans la réalité, seule Renée Gailhoustet est en charge du projet. Cette dernière prend de plus en plus de responsabilités dans le dessin de la rénovation, écartant malgré elle un Roland Dubrulle finalement davantage prêt à accepter les compromis.

La rupture induite par la tour Raspail de Renée Gailhoustet

  • 7  Note 4 ; introduction au chapitre « Les logements ».
  • 8  Anatole Kopp, Ville et révolution. Architecture et urbanisme soviétiques des années 20, Paris, Ant (...)
  • 9  A. Kopp, cité par B.B. Taylor dans « L’utopie est-elle habitable ? », L’Architecture d’aujourd’hui (...)
  • 10  Kenneth Frampton décrit une « nouvelle typologie » dans la préface de l’ouvrage de M. Guinzburg, L (...)

12Dans un document récapitulatif de la rénovation datant de 1975, la municipalité donne le ton sur la manière dont elle a finalement envisagé « la conception même des logements [qui] traduit une volonté d’offrir, à partir de prestations normales, un cadre différent des standards habituels7 ». Afin de dessiner la tour de logements en semi-duplex étudiée avec des financements ILN (Immeuble à Loyer Normal), plus importants que les crédits alloués aux HLM, Renée Gailhoustet s’appuie sur plusieurs modèles. L’Unité d’Habitation de Le Corbusier est une référence persistante chez elle, exerçant une sorte de fascination, comme pour nombre d’architectes de sa génération. Livré en 1953 à Marseille, ce bâtiment gigantesque, évoquant la métaphore du paquebot, comprend plus de 300 logements majoritairement en duplex, desservis par des rues en hauteur, des commerces ainsi qu’une école maternelle logée sur ce qui devient le pont, toiture sommitale accessible par l’ensemble de ses habitants. Renée Gailhoustet est aussi fortement inspirée par les semi-duplex construits au Maroc par l’Atelier des Bâtisseurs (l’ATBAT) découverts lorsqu’elle travaille dans l’agence formée par ses principaux protagonistes Georges Candilis, Shadrach Woods et Alexis Josic. La réflexion de Renée Gailhoustet est enfin singulièrement imprégnée par les expérimentations soviétiques des années 20, remarquées dans un ouvrage de Anatole Kopp publié en 19678. Le Corbusier affirme déjà puiser à ces nouvelles formes d’habitat communautaires qu’il visite en URSS, notamment l’immeuble Narkomfin de duplex et semi-duplex, accompagnés de services communs, édifié en 1929 par les architectes Moisej I. Guinzburg et I.F. Milinis. Si Renée Gailhoustet avait déjà dessiné la tour avant de connaître l’ouvrage de Kopp, il n’en reste pas moins que son contenu résonne, l’architecture tentant ici de se mettre au diapason de la nouvelle politique : « la cellule type F [combinaison d’un appartement en semi-duplex et d’un duplex] n’est pas le résultat d’une recherche purement technique et architecturale, mais la solution à un problème où les facteurs politiques et sociaux jouaient un rôle essentiel9 ». Entre 1928 et 1930 émerge ainsi dans la Russie soviétique une série de prototypes conduisant à une « typologie » inédite, un « organisme social nouveau10 », la « Dom-Kommuna », décrite comme ayant une vertu pédagogique (stimuler plutôt que décréter), étape dans le passage à un mode d’habitat communautaire, aidant à la différenciation entre les fonctions sociales et familiales, stimulant l’usage des locaux collectifs (Guinzburg). La tour Raspail comporte des logements, des locaux d’activités, mais également un atelier collectif situé au dernier étage ainsi qu’une grande terrasse sommitale livrée avec de la terre où chaque habitant peut prendre un bain de soleil.

13La tour Raspail est une première. La municipalité d’Ivry-sur-Seine n’avait jusqu’à présent jamais livré de duplex et encore moins de semi-duplex. Cette disposition par demi-niveaux offre l’avantage d’individualiser des espaces au sein d’un même appartement en maintenant une continuité spatiale. Aussi, afin de rendre compte des espaces imbriqués des appartements à la directrice de l’OPHLM, l’architecte fabrique une maquette. Raymonde Laluque est d’autant plus réceptive qu’elle a, pour ainsi dire, les mêmes références que l’architecte. En effet, au moment où elle les découvre, elle est encore très impressionnée par un reportage vu à l’âge de quatorze ans sur l’Unité d’Habitation de Marseille, diffusé aux actualités d’une salle de cinéma de quartier.

14Néanmoins, la réception de la tour livrée en mai 1968 outrepasse l’engagement personnel sensible de cette dernière.

  • 11  Note 6.
  • 12  Note 5.
  • 13  Note 5.

15En rupture avec la production de logements menée sous le mandat Marrane, tant au niveau de son échelle – 18 niveaux –, que de son aspect architectonique – façade en béton brut de décoffrage –, la tour Raspail provoque des discordes au sein du bureau municipal. Renée Gailhoustet aura eu le tort, à cette occasion, de faire référence aux expériences soviétiques, car elle se retrouve violemment critiquée par Georges Gosnat11... Le jeune maire, Jacques Laloé, affirme ne pas s’habituer à la tour12… Roland Dubrulle refuse de soutenir Renée Gailhoustet, préférant rejoindre la ligne dictée par les élus, c’est-à-dire « revenir à des HLM normaux13 ». À partir de là, la rénovation représente pour la maîtrise d’ouvrage une aventure qui ne fait pas l’unanimité au sein du pouvoir local. En effet, d’après Raymonde Laluque, des oppositions naîtront à chaque étape de son évolution. Mais transportée par un enthousiasme et une passion sans limites, et soutenue par un Venise Gosnat plutôt conquis par les semi-duplex, la directrice de l’Office n’aura de cesse de convaincre les plus réticents de ses interlocuteurs. Figure majeure, incontournable, elle se trouve à l’interface entre décideurs locaux et architectes.

Une nouvelle rupture : les étoiles de Jean Renaudie

16Finalement, les locataires de la tour Raspail, puis plusieurs publications dans des revues spécialisées (Techniques et Architecture, Cree, Architektura CSSR) comme au sein de journaux féminins (Elle, La Maison de Marie-Claire) souligneront l’intérêt de ses logements. Trois ans plus tard, en 1972, Renée Gailhoustet livre l’ensemble Spinoza plus influencé encore par l’organisation de l’Unité d’Habitation ; ce bâtiment comprend des logements locatifs, des locaux d’activités, un foyer de jeunes travailleurs accompagnés d’équipements publics (une crèche départementale sur le toit, une bibliothèque pour enfants, un centre médico-psycho-pédagogique). Dans son œuvre, cet ensemble marque la fin d’un cycle. En effet, au même moment, Jean Renaudie livre l’immeuble à terrasses-jardins de l’avenue Danielle-Casanova. Conquise, Renée Gailhoustet n’aura dès lors plus la même façon de concevoir le logement collectif…

  • 14  D’après un entretien avec Renée Gailhoustet, janv. 1979. Cassette audio, Archives municipales d’Iv (...)

17Mais la tour Raspail forme une étape importante dans la rénovation, car le fait que le semi-duplex soit admis, pourtant « intégré dans un bâtiment encore perçu comme issu des grands ensembles », paraît ensuite faciliter l’acceptation des formes urbaines inédites de Jean Renaudie14. En 1969, quelques mois après la livraison de la tour, la démission de Roland Dubrulle laisse à sa cadette la possibilité de maîtriser entièrement le projet de la rénovation, qu’elle aura à cœur de faire évoluer. Depuis 1961, elle partage sa vie avec l’architecte Jean Renaudie (1925-1981) rencontré à l’École Nationale des Beaux-arts dans l’atelier extérieur de Marcel Lods/André Hermant/Henri Trezzini. De quatre ans son aîné, Jean Renaudie vient d’une famille extrêmement modeste du Limousin. Résistant à 18 ans en 1943, il monte à Paris après la Libération pour suivre des études de peinture à l’École Nationale des Beaux-Arts. Il s’oriente finalement vers l’architecture. Une situation matérielle difficile l’incite à faire ce choix, sachant qu’il pourra ainsi se « faire la place » chez des architectes afin de financer ses études. Après avoir travaillé dans les agences de Paul Genuys, de Jacques Gauthier entre 1952 et 1956, puis être salarié chez Michel Ecochard, tout juste associé aux deux brillants étudiants Pierre Riboulet et Gérard Thurnauer entre 1956 et 1958, Jean Renaudie fonde avec ces deux derniers auxquels s’adjoint Jean-Louis Véret l’Atelier de Montrouge situé dans la commune éponyme. Il exerce donc indépendamment de Renée Gailhoustet. Mises à part une crèche départementale et une caserne de pompiers édifiées dans la même commune entre 1960 et 1968, les autres études menées par lui, telles que le village de vacances de Gigaro (1963-1964), le quartier des Francs-Moisins (1966-1967) ou la ville nouvelle du Vaudreuil (1967-1968), n’auront pas de suite.

18En 1968, l’incompréhension de ses associés face à l’audace de sa proposition pour la ville nouvelle du Vaudreuil l’incite à se séparer d’eux. Il se retrouve alors sans commande, au moment même par ailleurs où il quitte Renée Gailhoustet. Frappée par la pertinence de son dessin de ville implantée sur les falaises de la Seine, convaincue de son talent et des possibilités d’explorer des pistes semblables pour Ivry-sur-Seine, souhaitant aussi plus prosaïquement lui trouver du travail, Renée Gailhoustet l’invite à rencontrer Raymonde Laluque. Aussitôt séduite par son charisme et le contenu du Vaudreuil, cette dernière lui offre l’occasion de réfléchir sur le plan-masse d’Ivry-sur-Seine, d’abord de façon informelle. En 1969, après la démission de Roland Dubrulle, Renée Gailhoustet est nommée architecte en chef. Jean Renaudie le devient également, mais plus tard, en 1970. Cette lente évolution explique d’ailleurs qu’entre 1968 et 1970 le nom de ce dernier ne figure pas sur les plans masse alors qu’il a déjà pleinement contribué à en faire évoluer le principe. Sous sa houlette, le plan formé au préalable de la juxtaposition d’objets architecturaux, barres, tours, masses des équipements, présente ensuite des organisations continues en réseaux franchissant les voies, s’immisçant entre les six tours du plan liminaire. Ces réseaux prennent l’allure de constructions à gradins.

  • 15  Rouleau « Dausse – Beru, 1 étude Jeanne Hachette », fonds Renée Gailhoustet, Centre d’archives d’a (...)
  • 16  « Autre habitat, autre mode de vie ? », entretien de Jean Renaudie avec G. Haumont, Avenir 2000, n (...)
  • 17  D’après l’entretien avec Jean Renaudie réalisé en janv. 1976 par Architecture et Construction, dac (...)
  • 18  D’après des propos de Jean Renaudie dans le film de Jean‑François Grunfeld, Marcher sur le dos des (...)

19À partir de 1970, Jean Renaudie a à sa charge deux commandes : l’immeuble de 80 logements ILN et de locaux d’activités de l’avenue Danielle-Casanova et l’ensemble Jeanne Hachette de 40 logements en accession accompagnés d’une galerie commerciale et de locaux d’activités. Les premiers plans de Casanova révèlent des coupes à gradins, rappelant la proposition des immeubles cruciformes aux profils échelonnés des Francs-Moisins dessinés à l’Atelier de Montrouge. Jean Renaudie travaille les deux programmes simultanément, l’un enrichissant l’autre. Jeanne Hachette se situe sur le terrain de l’usine Dausse où doit dès l’origine s’implanter un centre commercial ; plusieurs plans sont dressés à cet effet par Renée Gailhoustet entre 1967 et 196815. Jean Renaudie se trouve dans la même situation originale que Henri Sauvage lorsque ce dernier dessine l’îlot des Amiraux en 1926 : pour que les logements s’étagent en gradins, il est nécessaire d’inventer un programme qui puisse se loger au cœur de la pyramide. Henri Sauvage propose l’installation d’une piscine, Jean Renaudie profite de l’existence du programme de galerie commerciale pour l’intégrer à son bâtiment. Afin de faciliter l’implantation des différents éléments, il choisit un système de structure sur poteaux-dalle, plutôt que des voiles porteurs. Début 1971, la géométrie orthogonale laisse la place à une construction organisée sur la diagonale du carré. L’architecte décrit les plans de l’immeuble Casanova comme étant « désarticulés16 »tout en affirmant qu’ils restent « traditionnels », répondant aux usages17. Il dit renouveler l’organisation de « l’immeuble bateau traditionnel18 ». Les logements de l’immeuble Casanova bénéficient de terrasses de pleine terre, ont des plans à chaque fois différents et très ouverts, sans séparation la plupart du temps entre cuisine, chambre des parents et séjour, ce dernier devenant distributif. Chambres et salles de bains sont relativement petites, laissant la pièce commune se déployer sous des formes diverses. Les logements en duplex de Jeanne Hachette obéissent aux mêmes caractéristiques. Si la tour Raspail fait référence à des édifices existants, les « étoiles » de Jean Renaudie offrent une alternative totalement inédite et étrangère à la production courante de logement collectif.

  • 19  Urbanisme et réhabilitation symbolique, op. cit., p. 44.
  • 20  Françoise Lugassy, Compagnie française d’économistes et de psychologues (CEP), Les réactions à l’i (...)
  • 21  Urbanisme et réhabilitation symbolique, op. cit., p. 43-62.

20À la livraison de Casanova en 1972, l’Office organise des portes ouvertes autour d’un appartement témoin meublé, qui sera ensuite fermé par la municipalité, au bout de seulement 48h… C’est dire que l’architecture proposée par Jean Renaudie heurte certains élus. Est-ce au point que l’« hostilité l’emporte au sein du pouvoir local19 »comme le suggère l’ouvrage Urbanisme et réhabilitation symbolique ? Les réactions des locataires publiquement révélées par l’enquête de Françoise Lugassy commandée par le ministère de la Construction20 ainsi que les publications dans des revues spécialisées auront raison de l’entêtement de certains élus, frileux et désorientés. Et c’est assez rapidement que ces réalisations « occupent la position dominante […] non seulement à la base de la représentation qui est donnée de la rénovation, mais aussi de l’organisation et de l’expression de leurs habitants ou de la relation que la municipalité établit avec eux21 ». Leur réception dépasse le cadre d’Ivry-sur-Seine, si bien qu’en 1978, Jean Renaudie obtient le Grand Prix National d’Architecture. Plusieurs maîtres d’ouvrage potentiels ayant visité les réalisations d’Ivry-sur-Seine, et de même étiquette politique, permettront à Jean Renaudie et Renée Gailhoustet de fourbir leurs armes dans d’autres contextes. La Sodédat, Société d’Économie Mixte du département de la Seine-Saint-Denis, avec à sa tête Jean-Pierre Lefebvre, confie notamment à Renée Gailhoustet des commandes à Aubervilliers, Saint-Denis, Romainville, Villetaneuse, Montfermeil et à Jean Renaudie des programmes à La Courneuve et Villetaneuse. Ces constructions seront finalement réalisées par les collaborateurs de l’atelier, Jean Renaudie ayant disparu à l’automne 1981. Seule l’opération située sur la colline des ruines du château de Saint-Gérald, dans le centre-ville de Givors, est achevée de son vivant ; menée à partir de 1974 sous la houlette du Plan Construction, elle apparaît comme une synthèse de ses aspirations, exprimant pleinement la capacité de son architecture à faire corps avec la topographie.

Engagement des architectes auprès de la municipalité

  • 22  Note 5.

21Prosaïquement, toutes les opérations situées à l’intérieur du périmètre de la rénovation du centre-ville d’Ivry-sur-Seine sont prises en charge par Renée Gailhoustet ou Jean Renaudie, à l’exception seulement des programmes de la zone 6 et de la maison de l’enfance confiés à Francis Gaussel, un ami architecte rencontré aux Beaux-Arts. Il n’y a donc pas d’appel d’offres, les commandes étant directement attribuées à des architectes issus d’un réseau de relations, d’ailleurs pas toujours affiliés au PC. La confiance établie entre les maîtres d’œuvre et Raymonde Laluque dépasse la question même de leur engagement au PC. En effet, au moment où les architectes sont pleinement impliqués dans le projet de la rénovation, ils ont déjà pris du recul vis-à-vis du Parti suite à l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes soviétiques. Quelques années plus tard, ils ne reprendront pas leur carte, décision visiblement sans incidence sur les relations avec la directrice de l’Office ni sur la possibilité de continuer à travailler avec des mairies de cette obédience22.

  • 23  Voir B. Chaljub, La politesse des maisons. Renée Gailhoustet, architecte, Paris, Actes Sud, coll. (...)

22Par leur présence, les architectes soutiennent les actions de la municipalité auprès des locataires, des élus : ils participent aux réunions de consultation concernant la rénovation, aux conseils municipaux lorsque ce thème s’inscrit à l’ordre du jour, accompagnent la maîtrise d’ouvrage afin de dialoguer avec un représentant de l’État, dressent parfois les plans nécessaires à convaincre d’autres décideurs, etc. Leur engagement se concrétise encore davantage lorsqu’ils décident d’habiter et d’exercer à Ivry-sur-Seine dans des opérations construites par eux, faute aussi de pouvoir se loger ailleurs. Renée Gailhoustet habite la tour Raspail puis l’ensemble à terrasses du Liégat, livré en 198223. Elle installe aussi dans cette dernière opération les locaux de l’agence. Jean Renaudie emménage son logement puis les locaux de son activité dans le premier immeuble à terrasses situé avenue Danielle-Casanova livré en 1972. L’omniprésence dans les années 1970 et 1980 de ces architectes et de leurs proches, Serge Renaudie le fils, Nina Schuch la troisième compagne, ou encore d’Iwona Buczkowszka, élève de Renée Gailhoustet, tous habitant encore Ivry-sur-Seine aujourd’hui, rappelle la dynastie des Chevallier.

23Leur cadre de travail est étroitement lié au fonctionnement de ces municipalités où, par ailleurs, des situations d’accaparement du marché par une seule entreprise ne sont pas rares. Le recours à une entreprise générale est imposé par la maîtrise d’ouvrage (SGCI et Hervé à Ivry-sur-Seine). Leur attitude est parfois double, allant du refus d’assumer la complexité des propositions à l’invention de systèmes constructifs adaptés ou encore à la complicité. Jean Renaudie et Renée Gailhoustet entretiennent une relation d’amitié avec les frères Svitone, au départ conducteurs de chantier de la SGCI puis à leur propre compte pour l’édification de l’école Einstein de Jean Renaudie. Certaines entreprises détiennent un monopole à Ivry-sur-Seine, comme le BERIM, bureau d’études techniques imposé par la mairie aux architectes à cause de ses relations au Parti.

Engagement du maître d’ouvrage envers les architectes

24Malgré certaines pratiques peu transparentes, les conditions de travail de la rénovation permettent non seulement à Jean Renaudie de proposer des architectures inédites à terrasses en gradins, mais à Renée Gailhoustet de poursuivre naturellement la voie ainsi ouverte par lui, et même de la prolonger au-delà de la disparition prématurée de leur auteur. Ivry-sur-Seine apparaît comme un accomplissement et le seul projet qu’ils partageront en tant que maître d’œuvre indépendant à l’issue d’une connivence tissée pendant quinze ans. Il est un laboratoire d’expérimentations multiples où se révèle notamment l’infléchissement que Renée Gailhoustet opère dans son œuvre après la construction de l’immeuble Casanova.

  • 24  Propos de J.-P. Tohier dans l’émission « Métropolitains » consacrée à Jean Renaudie, diffusée sur (...)
  • 25  « Qualité du logement, réglementation et politiques publiques », Programme de recherche proposé pa (...)

25Si Jean-Pierre Tohier, l’économiste des deux architectes, est en effet convaincu que « l’architecture de Jean Renaudie ne coûtait pas plus cher24 », l’OPHLM et la SEMI se sont réellement investis aux côtés des maîtres d’œuvre afin de trouver les règlements et financements nécessaires à la concrétisation de leurs ambitions. Raymonde Laluque décrit un travail très important, se cristallisant par moment pour elle en «lutte politique», en «bataille», à la fois auprès des élus mais aussi auprès des services de l’État concernés. Renée Gailhoustet souligne encore que « le cadre réglementaire était le même que pour toute opération de l’époque, aucune réglementation ne favorisant l’innovation25 ».

  • 26  Extraits d’entretiens issus de la thèse de doctorat de B. Chaljub, Les œuvres des architectes Jean (...)
  • 27  « L’intégration des équipements sociaux dans les immeubles d’habitation », ancienne maquette du do (...)
  • 28  Quelques exemples de logements sociaux en semi-duplex : Alexis Josic réalise l’opération du Pont- (...)

26Le prototype de la tour Raspail, concrétisé à un seul exemplaire, forme le premier jalon de cet engagement de la maîtrise d’ouvrage.L’architecte rappelle que l’organisation en duplex dans le logement social relève de la gageure, allant contre des schémas établis, tant culturels que financiers. Elle décrit par exemple que « le duplex avait des adversaires très violents qui ne supportaient pas que l’on installe un logement sur deux niveaux avec des idées du genre cela fatigue la ménagère, on ne peut pas vraiment surveiller les enfants. Alors que le duplex est maintenant plutôt considéré positivement, sans doute à travers l’image qu’il donne d’une maison particulière, d’une maison individuelle avec le séjour en bas et les chambres en haut, les degrés d’intimité différents selon les lieux qu’il peut offrir26 ». Elle précise aussi que « les appartements en duplex, desservis par des coursives intérieures, représentent un type d’habitat qui se trouve être pénalisé par le mode de calcul des surfaces HLM. En effet, si un couloir, quelles que soient ses dimensions, est considéré comme surface habitable, la surface occupée par un escalier n’est pas financée ; ceci paraît extrêmement anormal eu égard à l’intérêt que présentent duplex et semi-duplex dans l’organisation intérieure du logement et dans les possibilités d’articulation des cellules27 ». Lorsque Renée Gailhoustet propose une organisation de logement social en semi-duplex, il n’existe jusqu’alors aucune expérience construite de ce genre en France, et depuis, très peu de réalisations de ce type ont vu le jour28. Le permis de construire de la tour Raspail inclut également la tour Lénine située en face de la mairie, laquelle, ne bénéficiant que de financements HLM, ne comportera aucun semi-duplex mais des duplex n’exploitant pas la double-hauteur. Les deux autres tours finalement prévues, Casanova et Jeanne Hachette, ainsi que l’ensemble Spinoza déjà décrit, subiront peu ou prou le même sort.

  • 29  « Un office dans les étoiles : interview de Raymonde Laluque, directrice de l’Office Public de HLM (...)
  • 30  Note 25.
  • 31  Michel de Certeau, L’invention du quotidien. Vol. 1 Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.
  • 32  Renée Gailhoustet, « Banaliser les terrasses-jardins, un enjeu écologique », mars 1998, Archives p (...)
  • 33  Note 25.

27À la question « comment faire cette architecture dans les normes et les financements du logement social ? », Raymonde Laluque répond qu’il « est nécessaire de transgresser les normes29 ». Gailhoustet souligne que « les modalités du montage financier […] sont indissociables du contexte politique et de la relation entre la ville et l’État ». Elle poursuit en précisant que le rapport au cadre réglementaire « constitue un indice du statut traditionnellement attribué à l’architecte. Il peut aussi rendre manifeste une évolution de son rôle30 ». Autrement dit, le montage des opérations s’opère dans un déplacement des compétences car chacun des acteurs réinterprète afin de réinventer des « manières de faire »31. Dès les premières opérations, l’OPHLM mise sur l’espace plutôt que sur les prestations. La directrice raconte que les dossiers d’appel d’offres sont mis à l’adjudication avec les prestations souhaitées ; les prix proposés étant nettement au-dessus du budget proposé, s’ensuit une négociation autour d’une table avec les architectes, le bureau d’études, l’Office, la SEMI, les entreprises. Renée Gailhoustet rappelle aussi que les conditions particulières des procédures de Rénovation Urbaine autorisent un dépassement du budget de 10 %32. C’est sans doute pour cette raison que l’Office n’hésite pas à dépasser les normes de surface appliquées au logement social, et qu’il peut financer les surfaces des terrasses proposées par Jean Renaudie dans l’immeuble Casanova, non comprises dans les financements ILN. Renée Gailhoustet souligne que les règles mises en jeu par la législation des zones de rénovation sont « utilisées mais aussi infléchies en fonction des objectifs propres de la commune »33. En ce qui concerne les terrasses-jardins, ces règles sont ensuite relayées par la création des règles PLA de financements des logements sociaux en 1977 permettant d’obtenir des crédits propres. L’Office pourra ainsi continuer à bâtir des opérations à terrasses jusqu’au milieu des années 80.

28D’autres questions de financement se posent. Mêlant différentes fonctions au sein d’un même ensemble construit, les opérations proposées par les architectes réclament des montages financiers originaux ainsi que la création de règlements juridiques inédits. Raymonde Laluque souligne que la législation de l’époque n’était pas adaptée, et qu’il a fallu inventer, avec l’aide de l’assistance juridique de la SEMI. Jeanne Hachette nécessite, par exemple, de réfléchir sur la façon de faire passer les voies couvertes dans le domaine communal en l’absence de textes appropriés. Après avoir commencé à régler les questions de propriété des lots avec une division en millièmes issue de la loi de 1965, la SEMI trouve un principe inédit, plus simple, puisé dans une opération contemporaine, la division en volumes. Ces inventions juridiques, ensuite appliquées à l’ensemble Marat de Renée Gailhoustet, prolongement physique de l’opération Jeanne Hachette livré en 1986, rendent compte de l’engagement de la maîtrise d’ouvrage auprès des architectes.

Adéquation entre architecture et politique

29La dimension politique de la rénovation se dévoile implicitement à travers d’autres aspects.

30D’abord, le fait de raser complètement l’existant, d’annihiler le parcellaire, de gommer la propriété privée, et de décréter que l’ensemble du sol de la ville soit public, tissé par les figures de « promenées » abritées proposées par les architectes, parfois chauffées, passant en pont au-dessus des rues, est un des aspects non négligeables de la position de la municipalité. La parcelle est évincée en tant que représentation d’un ordre politique et social rejeté.

  • 34  Voir B. Chaljub, « Jean Renaudie, la colline habitée », AMC, n° 190, sept. 2009, p. 113-120.
  • 35  Propos découverts dans le livre de F. Choay, L’urbanisme, utopies et réalités, une anthologie, Par (...)

31Ensuite, cette dimension politique se manifeste à travers les formes architecturales proposées. Les organisations de la tour Raspail et de Spinoza ont été dépeintes dans leur filiation avec les expériences communautaires soviétiques. L’ensemble Jeanne Hachette aurait pu poursuivre les mêmes objectifs si son programme n’avait pas consisté en l’implantation d’une galerie commerciale combinée à un nombre très restreint de logements en accession. Il n’y a en effet que 40 logements dans Jeanne Hachette pour 96 dans la tour Raspail ; ce décalage de rentabilité entre constructions à gradins et tours nécessitera au final de conserver dans le plan général et d’édifier plus tardivement les tours Casanova et Jeanne Hachette. La difficulté de construire l’opération mérite aussi d’être soulignée, nécessitant rien moins que 5 campagnes de chantier. Mais, si le programme de Jeanne Hachette livré en 1975 est finalement peu fidèle aux objectifs sociaux affichés par la mairie, son principe ouvre des perspectives sur le mode de pensée de Jean Renaudie, notamment sur la relation entre architecture et politique. Jeanne Hachette est une colline en béton brut récréée artificiellement, étageant ses terrasses en étoiles ; des chemins y serpentent depuis le bas, pour que l’on puisse s’y promener, comme sur un véritable relief, le béton jouant le rôle du rocher. « On marche sur le dos des maisons » comme l’affirme Jean Renaudie. C’est sur la colline du centre-ville de Givors que l’architecte pourra ensuite pleinement explorer la figure obsédante et à chaque fois opératoire des projets précédents34. Parce qu’elle est antinomique à la nature même du logement collectif, cette figure lui permet de le réinventer. La relation de Jean Renaudie au territoire dépasse la question même d’une sensibilité profonde au paysage et interroge plus globalement la logique d’implantation des bâtiments, en dehors du cadre de la propriété foncière. À ce titre, il cite volontiers des propos de l’architecte américain Frank Llyod Wright : « si la libre disposition du sol était assurée dans des conditions vraiment démocratiques, l’architecture résulterait authentiquement de la topographie ; autrement dit les édifices s’assimileraient, en une infinie variété de formes, la nature et le caractère du sol sur lequel ils seraient construits : ils en deviendraient partie intégrante35 ». Non seulement la topographie inspire Jean Renaudie, mais avec l’évincement de la question parcellaire, son architecture peut faire corps avec elle. S’appuyant sur cette expérience sans précédent de Jeanne Hachette, Renée Gailhoustet réactive les mêmes règles dans la conception des ensembles de logements à terrasses-jardins combinant d’autres programmes tels que le Liégat et Marat à Ivry-sur-Seine, puis avec la Sodédat 93, le quartier de La Maladrerie à Aubervilliers, l’îlot 8 dans la ZAC Basilique à Saint-Denis. L’ensemble de ces opérations ont comme toile de fond la peinture brossée par les propos de Frank Lloyd Wright. Renée Gailhoustet y introduit d’autres figures antinomiques du logement collectif, comme l’appartement à patio.

32Depuis quelques années, les architectures inventives de Renée Gailhoustet et de Jean Renaudie d’Ivry-sur-Seine doivent autant supporter la dégradation de l’espace public que la confrontation à des réalisations récentes bâties à proximité, déléguées à d’autres maîtres d’ouvrage que l’Office municipal ; ces opérations illustrent un conformisme certain, bien loin de l’invention foisonnante du centre-ville. Raymonde Laluque cesse son activité en 1994 ; Renée Gailhoustet livre une dernière opération à Ivry-sur-Seine en 1986 et interrompt son exercice en 1998. Cette situation prouve que l’innovation architecturale nécessite autant d’être intégrée dans un projet commun, politique et culturel, qu’elle est le fruit d’une alchimie de compétences de personnalités singulières.

Annexes

Haut de page

Notes

1  Ivry, 20 ans de gestion municipale communiste, 1946, 16 min, Film conservé aux archives départementales.

2  « Ivry-sur-Seine, groupe d’HLM, Henri et Robert Chevallier architectes », Techniques et Architecture, n° 11-12, « Reconstruction » [1953], p. 42-45.

3  Gérard Althabe, Monique Selim, B. Lége, Urbanisme et réhabilitation symbolique, Ivry, Bologne, Amiens, Paris, Anthropos, 1984, p. 45.

4  Ivry rénovation centre – ville, rapport réalisé par Architecture et construction (Bagneux), fév. 1975, 139 pages ; « Politique du maître d’ouvrage » p. 29.

5  Propos de Renée Gailhoustet recueillis en octobre 2009.

6  Propos de Raymonde Laluque recueillis en 2005.

7  Note 4 ; introduction au chapitre « Les logements ».

8  Anatole Kopp, Ville et révolution. Architecture et urbanisme soviétiques des années 20, Paris, Anthropos, 1967.

9  A. Kopp, cité par B.B. Taylor dans « L’utopie est-elle habitable ? », L’Architecture d’aujourd’hui, n° 196, avril 1978, p. 3.

10  Kenneth Frampton décrit une « nouvelle typologie » dans la préface de l’ouvrage de M. Guinzburg, Le style et l’époque, Liège, Pierre Mardaga, 1982 (1924). Kopp décrit un « organisme social nouveau ».

11  Note 6.

12  Note 5.

13  Note 5.

14  D’après un entretien avec Renée Gailhoustet, janv. 1979. Cassette audio, Archives municipales d’Ivry-sur-Seine.

15  Rouleau « Dausse – Beru, 1 étude Jeanne Hachette », fonds Renée Gailhoustet, Centre d’archives d’architecture du xxe siècle, DAF, CAPA.

16  « Autre habitat, autre mode de vie ? », entretien de Jean Renaudie avec G. Haumont, Avenir 2000, n° 40, 1977.

17  D’après l’entretien avec Jean Renaudie réalisé en janv. 1976 par Architecture et Construction, dactylographié à l’occasion du colloque « Qualités urbaines » des 9 et 10 novembre 1983, Archives personnelles B. Chaljub.

18  D’après des propos de Jean Renaudie dans le film de Jean‑François Grunfeld, Marcher sur le dos des maisons, 1978.

19  Urbanisme et réhabilitation symbolique, op. cit., p. 44.

20  Françoise Lugassy, Compagnie française d’économistes et de psychologues (CEP), Les réactions à l’immeuble Danielle Casanova à Ivry, Plan Construction, mars 1974.

21  Urbanisme et réhabilitation symbolique, op. cit., p. 43-62.

22  Note 5.

23  Voir B. Chaljub, La politesse des maisons. Renée Gailhoustet, architecte, Paris, Actes Sud, coll. L’Impensé, 2009.

24  Propos de J.-P. Tohier dans l’émission « Métropolitains » consacrée à Jean Renaudie, diffusée sur France Culture le 30 octobre 2002.

25  « Qualité du logement, réglementation et politiques publiques », Programme de recherche proposé par Renée Gailhoustet pour le Plan Construction (non retenu), 1993. Archives personnelles de l’architecte.

26  Extraits d’entretiens issus de la thèse de doctorat de B. Chaljub, Les œuvres des architectes Jean Renaudie et Renée Gailhoustet. 1958-1998- Théorie et pratique, Université Paris VIII, école doctorale Ville et Environnement, 2007.

27  « L’intégration des équipements sociaux dans les immeubles d’habitation », ancienne maquette du dossier réalisé par l’organisme Architecture et construction (Bagneux), « Ivry centre-ville », mai 1972, p. 41, Archives personnelles de Renée Gailhoustet.

28  Quelques exemples de logements sociaux en semi-duplex : Alexis Josic réalise l’opération du Pont- de -Bois à Villeneuve d’Ascq entre 1972 et 1978 ; Roland Simounet construit l’îlot Basilique à Saint-Denis entre 1976 et 1986 ; Paul Chemetov, Jean Perrotet, Valentin Fabre et Christian Devillers livrent un ensemble de logements à l’entrée de Pantin en 1981.

29  « Un office dans les étoiles : interview de Raymonde Laluque, directrice de l’Office Public de HLM d’Ivry », Techniques et architecture, sept. 1982, n° 343, p. 105.

30  Note 25.

31  Michel de Certeau, L’invention du quotidien. Vol. 1 Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.

32  Renée Gailhoustet, « Banaliser les terrasses-jardins, un enjeu écologique », mars 1998, Archives personnelles de l’architecte [texte donné en annexe de la thèse de B. Chaljub].

33  Note 25.

34  Voir B. Chaljub, « Jean Renaudie, la colline habitée », AMC, n° 190, sept. 2009, p. 113-120.

35  Propos découverts dans le livre de F. Choay, L’urbanisme, utopies et réalités, une anthologie, Paris, Seuil, 1965.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Chaljub, « Lorsque l’engagement entre maîtrise d’ouvrage et maîtres d’œuvre encourage l’innovation architecturale: le cas du centre ville d’Ivry-sur-Seine, 1962-1986 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 109 | 2009, 77-94.

Référence électronique

Bénédicte Chaljub, « Lorsque l’engagement entre maîtrise d’ouvrage et maîtres d’œuvre encourage l’innovation architecturale: le cas du centre ville d’Ivry-sur-Seine, 1962-1986 », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 109 | 2009, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/1921

Haut de page

Auteur

Bénédicte Chaljub

Architecte et plasticienne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page