Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Vijay Prashad, Les nations obscures. Une histoire populaire du tiers monde

Montréal, Écosociété, 2009, 358 p.
Vincent Chambarlhac
Référence(s) :

Vijay Prashad, Les nations obscures. Une histoire populaire du tiers monde, Montréal, Écosociété, 2009, 358 p.

Texte intégral

1« Le tiers monde n’était pas un lieu. C’était un projet » (p. 8). Vijay Prashad débute ainsi son histoire de ces « nations obscures », pressées entre les blocs de la guerre froide. Classiquement pour l’historien, l’ouvrage se subdivise en trois parties. La première, « La Quête », est somme toute la plus connue pour un lecteur francophone peu au fait de la question. Elle s’attache à décrire la naissance du concept de tiers monde, déclinant sa genèse en autant de scènes. « Paris » forme le prologue, le lieu où s’inventerait les linéaments du concept ; « Bruxelles » accouche, en 1927, de l’idée avec la fondation de la Ligue contre l’impérialisme, donnant selon Sukarno, alors présent, « un nouvel élan » à la lutte pour l’indépendance. C’en est alors fini des capitales européennes (du « 1er monde »). La plume de Prashad suit ensuite cette quête en Asie, avec Bandung (1955), puis en Amérique latine, en Iran, jusqu’à la conférence de Belgrade en 1961, consacrant le mouvement des non alignés. La quête se clôt classiquement par la conférence de la Tricontinentale, à la Havane, en 1966. Un second temps de l’analyse s’ouvre alors, celui des difficultés inhérentes aux situations postcoloniales : difficultés socio-économiques nées de la « matrice coloniale » (p. 154), difficultés politiques liées à la pression des deux premiers mondes, l’Ouest libéral et l’Est communiste. Ce sont donc ce que l’auteur nomme des « écueils » qui sont évoqués dans cette seconde partie. Tour à tour, l’autoritarisme de l’État (Alger), l’Armée (La Paz), la question communiste (Bali), les enjeux politico-économiques liés au pétrole (Caracas) sont abordés. Le choix d’une capitale par question complique parfois la lecture, nécessitant le retour sur d’autres analyses pour aborder la complexité des faits. Le chapitre consacré à la « sale guerre » de Tawang constitue l’une des pépites de cette partie, revenant sur le conflit de 1962 entre la Chine et l’Inde. L’épisode est peu connu, historiographiquement délaissé ; il a pourtant largement contribué à la déstabilisation du mouvement des non alignés (p. 225-226). Dernier écueil de cette partie, « Arusha » (Tanzanie) permet à l’auteur de développer la thèse d’un socialisme construit à la hâte, suicidaire dans son application par les nations obscures. « Assassinats » clôt cette histoire du Tiers-monde. Le titre vaut par sa sobriété. L’essentiel de la démonstration procède des logiques économiques qui contraignent les nations obscures : endettements, dépendances, plans d’austérité du FMI sont autant de coups portés aux « nations obscures ». La globalisation apparaît comme la négation du projet tiers-mondiste. En guise d’épilogue, le crépusculaire chapitre consacré à l’exportation du wahabisme (La Mecque) montre comment l’Arabie Saoudite incarne une réaction victorieuse au projet socialiste du Tiers monde. Prashad peut ainsi conclure : « le nationalisme culturel est en vérité le cheval de Troie de la globalisation pilotée par le FMI » (p. 342).

2Au terme de cette trop rapide chronique, saluons la synthèse. L’écriture est alerte, le choix d’inscrire chaque thématique des chapitres en un lieu dépayse la lecture, participant de l’horizon du projet tiers-mondiste ainsi géographiquement décliné. Pour autant la démonstration procède d’une pratique de l’histoire fort orthodoxe, entre politique et économie. L’effet de contraste avec le titre saisit alors. L’histoire qu’écrit Prashad est celle d’un projet, politique, économique, et son échec. Elle n’est pas « populaire », ou si peu. Howard Zinn, signifié par le sous-titre (une histoire populaire du tiers monde) est, par ailleurs, absent. Pour qui souhaitait trouver dans ce livre une forme de provincialisation de l’Europepropre aux postcolonial studies, il y a dans le titre une forme de leurre et dans certains passages, une légère déception. Ainsi du chapitre consacré à la sale guerre de Tawang abruptement terminé par l’analyse d’un trop court passage du roman, La moitié d’un village (Aadha Gaon) de Rahi Masoom Raza. Il y avait là matière à tisser, à partir du roman, une analyse plus ample des processus de dénaturation du lien social, des effets des guerres frontalières sur les populations. Prashad l’esquisse à peine, choisissant l’écriture d’une histoire plus classique. C’est à la fois la force et le talon d’Achille de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Chambarlhac, « Vijay Prashad, Les nations obscures. Une histoire populaire du tiers monde », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 110 | 2009, mis en ligne le 04 juillet 2010, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/2041

Haut de page

Auteur

Vincent Chambarlhac

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page