Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Lilian Mathieu, Les années 70, un âge d’or des luttes

Paris, Textuel, «Petite encyclopédie critique», 2010, 140 p.
Vincent Chambarlhac
Référence(s) :

Lilian Mathieu, Les années 70, un âge d’or des luttes, Paris, Textuel, «Petite encyclopédie critique», 2010, 140 p.

Texte intégral

1Lilian Mathieu donne pour la collection « Petite encyclopédie critique », qu’il anime avec Philippe Corcuff, ce court opus. On sait l’engagement des deux hommes pour une sensibilité libertaire au sein du NPA qui reconsidèrerait l’expérience sociale démocrate (pour saisir ce projet, on pourra consulter http://www.mediapart.fr/​club/​blog/​philippe-corcuff/​130808/​de-la-lcr-au-npa-l-experience-sociale-democrate-libertaire-comme-analyseur d’enjeux actuels). L’argument d’un « âge d’or des luttes » procède de cette volonté. Disons-le tout net : l’affirmation est péremptoire, souffre d’une absence de démonstration. Appuyée sur la référence aux travaux de Xavier Vigna (L’insubordination ouvrière dans les années 68), la formule se suffit à elle-même. Elle n’a d’autre fonction ici que de permettre d’esquisser en conclusion une possible continuité avec les luttes actuelles, leur éclatement. L’auteur plaide alors contre le « refoulement » de cet héritage, qui a partie liée avec la détestation contemporaine de Mai 68.

2Auparavant, en de courts chapitres, l’auteur trace le répertoire de ces « seventies contestataires ». Tour à tour, le monde du travail, la lutte des immigrés, la politisation de l’intime, les luttes pour les espaces (territoires et cadres de vie), la lutte contre l’autoritarisme (contre la prison, le pacifisme, l’antimilitarisme) sont évoqués. L’encyclopédisme critique de la collection s’honorerait de ces synthèses, si celles-ci n’avaient oublié (mésestimé ?), les luttes dans l’éducation et la recherche. Pourtant, il y avait dans cet entrelacs contestataire bien repéré par l’auteur matière à tisser de nouvelles passerelles, de nouvelles résonances. L’inventaire cède ensuite le pas à l’analyse des interprétations de cette décennie contestataire. Rapidement évoquée, la sociologie contemporaine de la période des nouveaux mouvements sociaux (illustrée notamment par les travaux d’Inglehart et de Touraine) cède ensuite la place à l’hypothèse d’un cycle de contestation, motivée par l’emprunt à Sidney Tarrow du concept de « structure des opportunités politiques » : les écarts au modèle sont signalés, l’interprétation n’est pas suffisante. L’hypothèse générationnelle des transformations sociologiques semble davantage convaincre Lilian Mathieu ; le vieillissement des acteurs expliquerait en partie l’essoufflement des luttes, quand l’argument du déclassement forgé par Bourdieu et Mauger déplierait la polysémie de la vague contestataire, rationalisant finalement la pluralité des investissements militants (féminisme, prison, Larzac, Lip…). Un court chapitre consacré à l’interprétation de Luc Boltanski et Eve Chiapello (Le nouvel esprit du capitalisme) conclut ce tour d’horizon : critique artiste et critique sociale se sont nouées en 68 pour donner la force du mouvement, le capitalisme digère ensuite ces contestations. Avouons-le, la succession et la brièveté de ces interprétations lassent un peu, tant le politique semble en hors-champ de ces réflexions. Contestataires, les années 70 furent également idéologiques à leur orée, désenchantée ensuite. La 3e partie de l’ouvrage entend s’attacher « à une lecture politique d’une décennie de lutte ». La plume n’est pas à la hauteur de son ambition ici : le reflux gauchiste est certes croqué, le poids du PCF évoqué (bien trop sommairement), mais le grand absent du raisonnement demeure le travail de la social-démocratie française : trop peu de choses – convenues de surcroît – sur la deuxième gauche, rien sur la première, dont certaines composantes digérèrent les luttes par le biais technocratique (CERES notamment). La récupération mitterrandienne n’est donc jamais explicitée. à cet égard, les premières pages de François Cusset (La décennie, le grand cauchemar des années 80) paraissent plus éclairantes.

3Que conclure alors ? L’ouvrage constitue une agréable introduction à la complexité de cette décennie : des synthèses fluides, bien renseignées, une courte et éclairante bibliographie constituent autant de points forts. Demeure alors l’inachevé du récit, qui peine autant à circonscrire en quoi ces années furent un âge d’or qu’à éclairer historiquement les causes de leur essoufflement. Cet encyclopédie critique échoue donc à reconsidérer l’expérience sociale-démocrate, son rapport aux mouvements sociaux. L’histoire politique de ces rapports reste à écrire, avant que d’être synthétisée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Chambarlhac, « Lilian Mathieu, Les années 70, un âge d’or des luttes », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 111 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/2094

Haut de page

Auteur

Vincent Chambarlhac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page