Navigation – Plan du site
DOSSIER

Le PCI, le PCF et les luttes anticoloniales (1955-1975)

Marco Galeazzi
p. 77-97

Résumé

Marco Galeazzi analyse un aspect particulier mais fondamental pour comprendre la stratégie internationale du PCF et du PCI, celui des lectures faites des luttes coloniales. Il reconstruit sur un arc chronologique large les différents aspects de la stratégie des deux PC face aux luttes anticoloniales, en liant les dimensions nationales à celles de l’appartenance au mouvement communiste international et à celle du poids des intérêts de la politique de l’URSS.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Europe

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Sur les rapports entre le PCI et le PCF, sur l’enracinement des partis communistes dans les deux pays au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il existe aujourd’hui une riche littérature scientifique, favorisée par l’ouverture des archives des deux partis et – pour une première phase – par l’ouverture des archives de Moscou.

2Mais l’un des aspects les plus intéressants de cette analyse comparative est peut-être celui de la politique internationale. Nous allons ici examiner le lien entre les deux partis communistes européens (en mettant l’accent sur le PCI) et les nouveaux enjeux apparus après 1914, depuis la crise du colonialisme jusqu’au développement des mouvements de libération d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. Cette recherche a été conduite dans les archives du PCI, du PCF et au sein des Archives de Belgrade (notamment les Archives Josip Broz Tito).

  • 1  Calchi Novati G., « I paesi non allineati dalla Conferenza di Bandung ad oggi », dans Rainero R. H (...)
  • 2  Sur la ligne du Komintern face aux luttes anticolonialistes, voir Gallissot R. « L’imperialismo e (...)

3Le processus de décolonisation, l’émergence du tiers monde et des pays non-alignés1 sont strictement entrelacés, ce qui explique la difficulté de distinguer ces phénomènes pendant le xxe siècle. En ce qui concerne la ligne du mouvement communiste à ce sujet, l’héritage de l’eurocentrisme et des catégories du marxisme-léninisme fut commun au PCI et au PCF de 1945 jusqu’à la moitié des années cinquante (sinon jusqu’au début des années soixante-dix)2.

  • 3  Fondazione Istituto Gramsci, Archivio del Partito comunista italiano (APCI), Fondo Palmiro Togliat (...)
  • 4  Calchi Novati G., « Mediterraneo e questione araba nella politica estera italiana », dans Barbagal (...)

4La stratégie du PCI, comme Togliatti l’avait reconnu au cours du Comité central de juillet 1947, était tournée vers l’Europe, du fait de la guerre froide3. L’évolution des pays extra-européens n’influait pas de façon décisive sur l’action du parti qui, à la veille du traité de paix, partageait la perspective nationaliste des forces modérées et gouvernementales sur le destin des colonies italiennes en Afrique4.

  • 5  Voir Rioux J.-P., La France de la Quatrième République, t. 2, L’expansion et l’impuissance, Nouvel (...)

5De même, le PCF, en dépit de son internationalisme, exprimait depuis 1945 une attitude parfois contradictoire sur les luttes du Vietnam et de l’Algérie pour l’indépendance, étant obligé de tenir compte de la mentalité colonialiste d’une grande partie de l’opinion publique et des forces politiques françaises5.

  • 6  Westad O. A. , The Global Cold War. Third World Interventions and the Making of Our Times, New Yor (...)
  • 7  Zubok V. M., A Failed Empire The Soviet Union in the Cold War from Stalin to Gorbachev, University (...)

6Les deux partis étaient liés aussi à l’évolution de la politique de Moscou. Après la mort de Staline, le groupe dirigeant de l’Union soviétique commença à redéfinir sa politique extérieure envers les pays afro-asiatiques, comme l’ont noté Westad6 et Zubok7. L’abandon du dogme du « socialisme dans un seul pays » s’accompagna du renoncement à soutenir des partis communistes faibles et isolés au sein des masses populaires et de la volonté d’établir des relations profondes avec les bourgeoisies nationales, jusque-là jugées fascistes et réactionnaires. De cette orientation témoignent la visite de Khrouchtchev en Inde (en décembre 1955) et la conduite de l’URSS lors de la crise de Suez de novembre 1956, qui, d’ailleurs, contribua à améliorer son image, ternie par l’intervention militaire en Hongrie.

  • 8  Galeazzi M., « Terracini e i movimenti di liberazione nazionale », dans A. Agosti (éd.), La coeren (...)

7Ce tournant ne pouvait pas ne pas conditionner la stratégie du PCI face aux pays coloniaux. En 1953, Terracini insista sur l’importance du neutralisme comme nouvel enjeu de la politique internationale8 : une position tout à fait inédite, surtout si l’on considère la critique sans appel que les communistes italiens avaient formulée à l’encontre du leadership des nouveaux états asiatiques, notamment l’Inde et l’Indonésie, en cohérence avec le refus de la « terza forza » dans les relations Est-Ouest.

8Dans son intervention à la Chambre des députés (13 juin 1956), Togliatti mit l’accent sur la lutte de libération des peuples extra-européens et sur la naissance à Bandung de l’afro-asiatisme :

  • 9  Togliatti P., Discorsi parlamentari, II (1952-1964), Seduta del 13 giugno 1956, Camera dei Deputat (...)

9«À côté des deux blocs, affirmait Togliatti, en existe un troisième. Il comprend des peuples et des états qui n’appartiennent ni au bloc des vieux États capitalistes dirigés par l’impérialisme américain ni au système des États socialistes. Il comprend un système de nouveaux États qui, ne faisant pas partie des deux groupes précédents, sont désignés comme neutres. Ce terme n’est pas exact, il ne rend pas compte de la situation […] Dans ces États domine la tendance à ne pas adhérer aux blocs, mais ils affirment et défendent un principe général, celui de la coexistence et de la coopération entre tous les États, au-delà de leur politique intérieure, de leur structure économique et sociale. Au sein de ce groupe d’États sont nés les Cinq points de Bandung, qui sont à mon avis le plus moderne et le plus actuel programme de politique extérieure jamais formulé, puisqu’ils proposent une formulation concise et précise des moyens les plus avancés et les plus humains pour régler aujourd’hui les rapports entre les grandes communautés organisées, en évitant le risque de conflits et en donnant une base solide à une paix durable9. »

  • 10  Togliatti P., Intervista a Nuovi Argomenti, dans L. Gruppi (éd.), Palmiro Togliatti Opere, vol. 6 (...)
  • 11  Galeazzi M., Togliatti e Tito Tra identità nazionale e internazionalismo, Roma, Carocci, 2005, p.  (...)
  • 12  Galeazzi M., « Appunti sulle relazioni tra i comunisti italiani, francesi e jugoslavi (1948-1964)  (...)

10Dans son interview à Nuovi Argomenti10, le secrétaire du PCI soulignait l’exigence d’établir des relations avec les forces politiques non communistes des pays extra-européens, sur la base de l’analyse de Khrouchtchev lors du XXe Congrès. Mais il insistait aussi sur le principe du polycentrisme, qui avait déterminé une entente stratégique avec Tito lors des rencontres de mai 1956 à Belgrade11. En dépit des divergences sur la question du stalinisme (concept toujours refusé par Togliatti) et sur le lien avec l’URSS (considéré comme essentiel par le PCI, convaincu de la supériorité du socialisme soviétique), les deux leaders avaient défini dans leurs échanges de vues une perspective ambitieuse et avancée du passage au socialisme. Mais sur cette voie, ils avaient dû constater la prise de distance de Thorez, qui n’hésita pas à confirmer la continuité de la ligne du PCF avec l’âge de Staline et à dénoncer le danger du dialogue entre le PCI et la Ligue des Communistes Yougoslaves pour l’unité du mouvement communiste international. Dans son rapport au Comité central du PCF (4-6 juin 1956), Maurice Thorez avait notamment déclaré12 : « Staline reste un géant et je ne veux pas remplacer le culte de la personnalité de Staline par celui de Tito. »

11Si Thorez craignait l’alliance Tito-Togliatti, qui pouvait provoquer l’isolement de son parti, fidèle au principe du marxisme-léninisme et à l’hégémonie de l’URSS et du PCUS, les critiques de Moscou et les crises de Pologne, puis plus encore celle de Hongrie poussèrent Togliatti à accepter la discipline imposée par le bloc soviétique en renonçant à l’espoir d’une évolution culturelle et politique, renvoyée à un contexte international moins dramatique.

  • 13  Togliatti P., La via italiana al socialismo, dans Id., Opere, vol 6, op. cit., p. 153-54.

12Au cours du VIIIe Congrès du PCI, il exprima la conviction que les peuples du tiers monde, en repoussant l’american way of life, étaient naturellement orientés vers le socialisme et que l’appui de l’URSS aux luttes anticolonialistes représentait un facteur décisif de leur victoire13.

  • 14  Ferro M., 1956, Suez, naissance d’un Tiers-Monde, Bruxelles, Éditions Complexe, 2006.
  • 15  Togliatti P., Rapporto all’VIII Congresso del Partito comunista italiano, dans Id., Opere, vol. 6, (...)
  • 16  Calchi Novati G., I paesi non allineati, op. cit., p. 216-217.
  • 17  Galeazzi M., « Appunti sulle relazioni tra i comunisti italiani, francesi e jugoslavi... », op. ci (...)
  • 18  Archives de la République yougoslave (AJ), Comité Central du KPJ (CK SKJ), IX-48/I, 223, Note sur (...)
  • 19  APCI 1959, Estero Cina, Incontro con Liu Sciao Ci, Peng Cen, Wang Gio Giang, Tang Chiang Kun, Liu (...)
  • 20  APCI 1959, Estero Movimento anticoloniale, Nota sulla III Conferenza anticoloniale del mediterrane (...)
  • 21  APCI 1959, Estero Cina, Incontro della delegazione con il Ministro degli esteri compagno Cen Yi, d (...)
  • 22  Voir Horne A., La guerra d’Algeria, Milano, Rizzoli, 2007.

13Cette clef interprétative était appliquée par Togliatti à la crise de Suez, considérée à juste titre par l’historien Marc Ferro comme le moment de la « naissance d’un tiers monde14 » : cette crise confirmait les difficultés de l’impérialisme, tendu vers la « recherche fébrile » d’une sortie de ses contradictions, et ne pouvait pas de ce fait être considérée comme la conséquence d’une « machination de l’État russe, comme à l’époque de la “Question d’Orient” du xixe siècle15 ». Au moment où Tito devenait l’un des leaders du mouvement des « non-alignés », après la conférence de Brioni avec Nasser et Nehru16 et ensuite par ses nombreux voyages dans les principales capitales africaines et asiatiques, le communisme national yougoslave provoquait la critique du PCF, en mars 195717, et le PCI ne mettait pas, de son côté, une grande confiance dans le front de Bandung. Face à la crise au Moyen-Orient, lors de l’été 1958, Pajetta souligna le choix de Nasser de se rendre à Moscou18 : à son avis, sans l’appui de l’Union soviétique, le régime égyptien risquait de s’effondrer. Au cours de sa visite en Chine, en avril 1959, Pajetta partagea la critique des dirigeants de Pékin envers la LCY, en affirmant : « Lorsque nous voyons que Tito voyage en Asie, nous pensons qu’il vaut mieux qu’il s’occupe des problèmes de son pays19. » Dans cette phase, la critique portée à l’encontre du groupe dirigeant de Belgrade concernait surtout sa ligne de refus systématique des deux blocs20 : le PCI n’acceptait pas de mettre sur le même plan les deux blocs et il voyait la Conférence afro-asiatique du Caire (décembre 1957-janvier 1958) comme une preuve de l’alliance entre le Sud anticolonialiste et les pays de l’Est européen. Lors de la rencontre entre le PCI et le PCC, on discuta de toutes les principales questions de politique internationale : la querelle indochinoise sur la frontière du Tibet, les perspectives de la lutte de classes et le risque d’un conflit mondial entre capitalisme et socialisme, que les leaders de Pékin semblaient ne pas craindre, et surtout la guerre d’Algérie21, qui était au centre de l’activité de la diplomatie et de l’attention de l’opinion publique internationale22.

  • 23  Vaïsse M., La puissance ou l’influence ? La France dans le monde depuis 1958, Paris, Fayard, 2009, (...)
  • 24  APCI 1961, Estero Algeria, Appunti sui precedenti storici, mf.483, p. 2387-88.
  • 25  Archives Départementales de la Seine-Saint-Denis, Archives du Parti Communiste Français (APCF), Fo (...)

14La « sale guerre » représentait, en effet, le principal défi pour la France de De Gaulle. D’un côté, tenant compte d’une partie de l’opinion publique intérieure, la France s’était engagée à sauver ses colonies, et de l’autre, elle cherchait à favoriser l’indépendance algérienne pour développer la politique de grandeur envisagée par le Général23. Le conflit en Algérie constituait une tâche fondamentale aussi pour le PCF, oscillant entre l’internationalisme et l’exigence de ne pas être isolé sur le plan intérieur. D’ailleurs, Thorez depuis les années trente avait considéré l’Algérie, « une nation en formation24 ». Cette ambiguïté eut des conséquences évidentes au sein du Bureau politique : en 1956, le BP lança une « campagne contre les mesures de répression devant entraîner une large part des masses populaires et liant cette action à la lutte générale pour la paix en Algérie ». En même temps, il affirma que « après les déclarations et propositions de Ferhat Abbas, insister sur le fait que la négociation est possible avec des interlocuteurs valables pour aboutir au cessez-le-feu et à un règlement pacifique du problème algérien25 ».

  • 26  APCF, BP, réunion du 28 octobre 1958.
  • 27  Ibidem.

15Deux années plus tard, le Bureau politique dut reconnaître son échec lors du référendum constitutionnel organisé par de Gaulle, où le « oui » combattu ardemment par le PCF avait été important chez les ouvriers français. Il dénonça l’« illusion » consistant à penser que « le problème algérien va se régler sans difficultés par la seule présence de De Gaulle », alors que celui-ci essaiera de faire des « concessions de forme pour conserver l’essentiel des positions impérialistes26 ». À ce sujet, le PCF déclara « qu’une victoire militaire française n’est pas possible ; que par la poursuite de la guerre la France risque de tout perdre27 ».

  • 28  APCI 1958, Verbali della direzione riunione del 3 ottobre, mf.022, p. 2.

16La question algérienne a joué un rôle décisif dans les rapports entre le PCI et le PCF. Les déclarations publiques de Togliatti s’inspiraient de l’internationalisme, mais elles ne donnaient pas une analyse objective de la politique étrangère de De Gaulle. Dans le cadre de la direction du parti, le secrétaire exprimait ouvertement ses critiques de la politique des communistes français et du terrorisme, adopté comme forme de lutte privilégiée par le Front de Libération Nationale : « Ne pas se mettre à critiquer les camarades français bien qu’il y en ait les raisons. Aujourd’hui présence de groupes monopolistes qui ont pris la direction de plusieurs pays, avec une hégémonie inédite. Ça rend évident notre isolement en France. À l’exception de l’avant-garde ouvrière et de secteurs limités de la petite bourgeoisie, personne n’a résisté à de Gaulle. Durant ces dix dernières années, la social-démocratie, surtout en France, est devenue un parti de gouvernement de la grande bourgeoisie. Tendance qui peut devenir générale, même sous des formes différentes. Façon par laquelle le PCF a opéré sur le plan parlementaire, ne parvenant pas à faire comprendre au peuple la gravité de la situation. Façon limitée de soulever le problème de l’unité après la prise du pouvoir par de Gaulle, ce qui a donné des résultats restreints. Conséquences profondément négatives du terrorisme algérien pour la lutte démocratique qu’on avait engagée. Réduction des “non” prévus surtout dans les centres industriels. Difficulté de l’action même au moment de l’attaque à Suez. Incapacité du PCF à poursuivre la grande politique de 1934. À l’action des monopoles pour organiser et influencer les larges masses, le parti aurait dû répondre avec une organisation adéquate. Il n’est pas souhaitable de rendre publiques actuellement ces critiques28. »

  • 29  Galeazzi M., Togliatti e Tito, op. cit., p. 207.

17Togliatti avait dénoncé les limites et les contradictions du PCF, qui avait donné en 1956 son appui à la ligne de Guy Mollet sur l’Algérie. Mais deux ans après, l’éventualité de la mise hors la loi du PCF amenait le PCI à envisager de prendre des mesures pour accueillir les dirigeants français, dans le cas où ils seraient contraints à la clandestinité29.

  • 30  APCI 1958, Estero Francia, Incontro del 23 dicembre, mf.457, p. 2486.

18Cette situation poussait à ne pas envenimer la polémique. De ce fait, lors de la rencontre de décembre 1958, les deux partis confirmèrent leur engagement commun pour le Maghreb et l’espoir qu’« un nouvel ordre international se réalise entre les pays de la Méditerranée30 ».

  • 31  Galeazzi M., Togliatti e Tito, op. cit., p. 205-207.

19À la lumière des sources actuellement disponibles, on peut formuler l’hypothèse que le PCI s’apprêtait à assumer la responsabilité des rapports entre le mouvement communiste européen et les mouvements de libération africains à la place du PCF. Le ministère de l’Intérieur italien rédigea des rapports sur les nombreuses missions des leaders du PCI en Afrique allant dans ce sens31. La même opinion a été formulée – comme on le verra ci-dessous – par l’ambassadeur italien à Alger.

20Il faut aussi noter que, face aux méthodes de lutte adoptées par le FLN, Togliatti appella à un retour à la négociation, confirmant sa vision « gradualiste » de la politique, et cherchant aussi à endiguer le tiers-mondisme présent au sein de la gauche italienne, en particulier le rêve de la lutte armée cultivé par quelques secteurs, toutefois marginaux, du PCI.

  • 32  APCI, Verbali della direzione 1960, riunione del 7 novembre, mf.468, p. 839-843.
  • 33  Righi M.L. (éd.), Il PCI e lo stalinismo Un dibattito del 1961, Editori Riuniti, Roma, 2007, p. 22 (...)

21Néanmoins, l’héritage de la IIIe Internationale inspirait encore la stratégie du parti de Togliatti, qui ne réussissait pas à évoluer sur le plan culturel, partageant les mots d’ordre de la Conférence des 81 partis communistes de Moscou (1960). Togliatti et Berlinguer soulignaient, certes, la valeur de la « démocratie nationale » dans les pays du tiers monde32. Mais la discussion développée au cours du Comité central de novembre 1961 mit en évidence la fin de l’unanimisme et l’isolement du secrétaire, critiqué par plusieurs dirigeants. à cette occasion, Natoli arriva à proposer – sans succès – un congrès extraordinaire qui fût capable d’élaborer une nouvelle stratégie à la hauteur des défis du monde contemporain33.

  • 34  Ivi, p. 186.

22Pajetta fut sévère en dénonçant le monolithisme qui, dans le passé, avait empêché de critiquer le PCF pour sa faiblesse au sujet de la lutte du peuple algérien : « Nous avons eu durant ces années – et Spano qui me regarde en sait quelque chose – des discussions, parfois dures, avec le parti français parce que nous ne reconnaissions pas le rôle et la fonction du parti communiste d’Algérie et parce que nous admettions, au contraire, que le FLN soit ce qu’il est. Je reconnais que le Front de Libération Nationale a commis bien des choses mauvaises contre les communistes algériens, mais on ne peut pas nier que le Front National est une réalité avec laquelle il faut compter, que le parti communiste est devenu petit et qu’on ne peut pas le considérer comme le seul ou bien comme le principal représentant du peuple34»

  • 35  Tortorella A., « I paesi non allineati e la coesistenza. Intervista di Tito al nostro giornale », (...)

23Au début des années soixante, le PCI accorda une attention croissante au mouvement des non-alignés, qui avait tenu sa première Conférence à Belgrade. Le quotidien du PCI en suivit les travaux et publia une interview du président Tito35, qui souligna l’importance de l’événement politique pour le développement et la paix, au-delà des différents systèmes économiques et sociaux existant, position en opposition avec la politique extérieure de l’URSS, qui considérait les non-alignés comme des alliés naturels du bloc de l’Est et le tiers monde comme un immense laboratoire du socialisme soviétique.

  • 36  Togliatti editorialista 1962-1964, Editori Riuniti, Roma, 1971, p. 43-45.
  • 37  APCF, Fonds Waldeck Rochet (FWR), 307, J 103, Italie 1961-1970, « Quelques aspects des positions d (...)
  • 38  APCF FWR 1944-1971, Algérie 1963-68, 307, J, 88, 1962, « Allocution de WR à Auboué saluant le cess (...)
  • 39  « Quelques aspects des positions… », op. cit., p. 1 et 3.

24Face aux luttes de libération du tiers monde, le PCI rétablit son entente stratégique avec la Ligue des communistes yougoslaves, pendant que les rapports avec les communistes français étaient marqués par une forte polémique, à propos surtout de l’indépendance algérienne. Togliatti saluait celle-ci avec enthousiasme, dans l’espoir que la voie de la lutte armée ne serait adoptée que lors de situations extrêmes, et serait donc remplacée par des négociations diplomatiques et des formes de lutte démocratiques36. Le PCF critiqua la tendance du PCI à « surestimer le contenu social et politique du mouvement algérien37 », bien que Waldeck Rochet en ait lui-même souligné l’importance38, et dénonça le silence presque total de la presse communiste italienne sur le rôle et la contribution du PCF à la paix en Algérie et même sur les positions du Parti communiste algérien39.

  • 40  Voir Pappagallo O., Il PCI e la rivoluzione cubana la « via latino-americana al socialismo » tra M (...)
  • 41  APCI, Verbali della direzione 1962, riunione del 31 ottobre, mf.26, p. 523.
  • 42  Pappagallo O., Il PCI e la rivoluzione cubana, op. cit., p. 126-131.
  • 43  Ingrao P., « Nel 1964, a Cuba con il Che », dans Il Manifesto, 7 novembre 1998 ; « Il compagno Ing (...)
  • 44  Ceccarelli F., Il guerrigliero a Montecitorio, dans La repubblica, 9 ottobre 2007. Voir Caprara M. (...)
  • 45  Pappagallo O., Il PCI e la rivoluzione cubana, op. cit., p. 226-231.
  • 46  Dans son rapport, Jacques Denis exprima des opinions enthousiastes sur le climat politique et soci (...)

25Au sein du PCI se dessinait une conscience plus mûre, bien que limitée à une partie du groupe dirigeant, des faiblesses de l’action du mouvement communiste par rapport aux nouveautés de l’interdépendance et l’exigence d’une réflexion profonde sur les principes et les tâches de l’internationalisme. Cette évolution s’exprima au cours de la discussion au sein de la direction du parti sur la crise des missiles à Cuba en octobre 196240 : les déclarations publiques sur la validité de la ligne de Moscou, considérées comme indispensables à l’unité et à la solidité de la base, étaient en fait contradictoires avec le jugement négatif sur le silence de Zorine, représentant soviétique à l’ONU, au sujet de la présence des missiles dans l’île des Caraïbes41. Après la résolution de la crise, l’attention des communistes français comme italiens à l’expérience de Castro et Guevara fut extrême : mais, à ce sujet, leurs positions furent une fois de plus différentes. D’un côté, le PCI avait tendance à prendre ses distances avec le PC de Cuba, qui visait à un rigide anti-impérialisme et se voulait un exemple pour les mouvements de libération du tiers monde : la mission de Sandri en Amérique latine en juillet 196442, celle de Ingrao à Cuba en janvier 196443, la rencontre entre Togliatti et Che Guevara, trois mois après44, et le voyage de Alicata et Chiarante, journalistes de Rinascita, à La Havane (en mai 1965) 45, avaient pour but de vérifier la connaissance de la « voie italienne » et l’enracinement du message révolutionnaire du PC cubain en Amérique latine et, en même temps, de dépasser le traditionnel eurocentrisme des communistes italiens. Le PCF, quant à lui, exprimait un fort appui à la ligne cubaine, dont témoigne la visite de Jacques Denis dans l’île en janvier 196546.

  • 47  APCI 1963, Sezione esteri, Appunti sulla situazione e le prospettive del nostro lavoro internazion (...)
  • 48  APCI, Verbali del Comitato centrale 1963, riunione del 24-26 luglio, mf. 489 p. 63-108 ; Documento (...)

26Durant les dernières années de sa vie, Togliatti s’efforça de renouveler profondément la culture politique et l’organisation de la section de politique extérieure du PCI. Dans cette optique, Giuliano Pajetta soulignait la nécessité d’établir des rapports plus durables avec les puissances du tiers monde, en insistant sur la nécessité d’une attitude à la fois ferme et ductile vis-à-vis du PCF, sans se taire sur les difficultés dans les relations bilatérales47. Au cours des Comités centraux de juillet et du 1er octobre 1963, le mot d’ordre de « l’unité dans la diversité » devint la base d’un rapport systématique et cohérent avec les mouvements de libération nationale et avec les pays-guide du non-alignement48, même si la prudence envers ceux-ci et la perspective stalinienne du rôle central de l’URSS étaient enracinées dans la mentalité collective de la base et de la majorité des dirigeants.

27Les missions d’Ingrao à Cuba, de Longo à Alger et de Togliatti à Belgrade témoignaient de l’ambition hégémonique du PCI au sein du communisme européen, visant à faire du parti le pivot des nouvelles problématiques qui allaient s’imposer dans les relations internationales.

  • 49  APCI 1964, Estero Algeria, del Informazione della compagna Maria Antonietta Macciocchi sul viaggio (...)

28Ces rencontres confirmaient le prestige dont le PCI jouissait dans les pays du tiers monde et la diplomatie internationale au cours des années soixante. Lors de sa rencontre avec Longo, l’ambassadeur italien Betteroni lui posa, sans les nuances du langage diplomatique, une question essentielle : « Votre visite ici m’a beaucoup étonné ; j’ai su ensuite que la direction des communistes algériens et tunisiens ainsi que des mouvements de libération de l’Afrique du Nord a été enlevée au PCF et confiée aux communistes italiens. Voulez-vous me dire si ça correspond à la vérité 49 ? » On ne connaît pas la réponse du secrétaire, mais cet épisode ne faisait que confirmer les rapports du ministère de l’Intérieur italien.

  • 50  APCI, FPT, Carte Marisa Malagoli 15-21 gennaio 1964 ; AJ CK SKJ, 507, IX-48/I, 6, Materiali sulla (...)
  • 51  Ivi, p. 78.

29Mais ce fut surtout la visite de Togliatti en Yougoslavie50, quelques mois avant sa mort, qui favorisa l’élaboration d’une ligne commune avec Tito sur les principaux thèmes de la politique internationale, sur l’Amérique latine, que le président yougoslave considérait comme n’étant plus liée strictement aux États-Unis, sur le monde arabe, au sein duquel était en cours une révolution tout à fait différente du modèle socialiste traditionnel. Les deux hommes politiques envisagèrent la question décisive du développement, en exprimant un point de vue original et très éloigné de la politique extérieure de l’URSS, qui refusait de reconnaître l’existence d’un rapport Nord-Sud. La proposition de Togliatti d’une action unitaire des pays de l’Est, du mouvement communiste européen et des états socialistes fût approuvée par Tito, ainsi que l’idée de promouvoir des conférences régionales, en premier lieu des pays riverains de la Méditerranée51.

  • 52  APCI 1964, Estero Jugoslavia, Sull’incontro tra le delegazioni dei Comitati centrali del PCI e del (...)
  • 53  AJ CK SKJ, Verbale dei colloqui, op. cit., p. 6.

30Le secrétaire du PCI précisait dans ses notes : « En général, les camarades yougoslaves ont réaffirmé que la position yougoslave reste celle de la politique du dégagement, mais pas de l’équidistance entre les deux blocs52 ». Au cours des rencontres, Togliatti souligna la nécessité fondamentale d’établir un lien stratégique entre démocratie et socialisme : les libertés assurées dans les régimes bourgeois devaient trouver une réalisation encore plus durable dans les sociétés socialistes, pour permettre de donner une réponse crédible aux critiques de la base, qui affirmait qu’à l’Est il y avait la dictature du prolétariat, mais pas la démocratie53.

  • 54  « Per l’unità del movimento operaio e comunista internazionale », Rapporto al Comitato centrale e (...)
  • 55  Ivi, p. 804-5.

31Cette intuition du leader italien le poussa à dénoncer les faiblesses du mouvement communiste européen, qui « n’a pas bien accompli la tâche qui lui appartient dans la lutte contre l’oppression coloniale et en faveur du mouvement des peuples opprimés54 ». Il était pour lui nécessaire et urgent d’établir un programme concret et de créer des relations durables avec les pays et les gouvernements indépendants pour contribuer à la transformation de l’économie et des sociétés du tiers monde en direction du socialisme55.

  • 56  Centre Historique Archives Nationales (CHAN), 626 Affaires Politiques (AP), Fonds Thorez Vermeersc (...)

32La polémique entre PCI et PCF devint alors plus aiguë : Thorez jugeait négativement – une fois de plus – l’entente entre Tito et Togliatti, et le Bureau Politique du PCF refusa d’inviter le secrétaire du PCI à son congrès, en renvoyant la demande d’une rencontre bilatérale, qui aurait eu lieu après la mort de Togliatti56.

  • 57  Togliatti P., Promemoria sulle questioni del movimento operaio internazionale e della sua unità, d (...)

33Durant l’été 1964, l’inquiétude des communistes italiens monta face aux difficultés au sein des non-alignés, notamment la polémique entre Cuba et la Yougoslavie, et aux contradictions toujours plus graves qu’affrontaient beaucoup d’entre eux. L’édification du socialisme en égypte, en Algérie, en Indonésie, la crise en Indochine à la veille de la guerre du Vietnam étaient observées avec beaucoup de préoccupation par le vieux leader du PCI, qui dans le Promemoria di Yalta57, son véritable testament politique, essaya d’indiquer une stratégie nouvelle pour le mouvement communiste européen, sans cacher son pessimisme sur le futur de l’Union Soviétique et le leadership de Khrouchtchev. Dans le Promemoria, Togliatti insistait sur la nécessité d’une plate-forme commune des partis communistes étendue à toutes les forces progressistes engagées dans la lutte anti-impérialiste : une ouverture qui découlait de sa conception d’un monde interdépendant et qu’il aurait probablement développée plus tard s’il avait vécu, autour du pouvoir effectif de Khrouchtchev au sein du PCUS et de l’analyse objective de la crise internationale.

  • 58  APCI, 1964, Estero, Algeria, Viaggio in Algeria in occasione delle celebrazioni del 1° novembre, m (...)

34Tel quel, ce document et cette position étaient un héritage précieux que Togliatti confiait à ses successeurs. Ceux-ci allaient devoir se mesurer avec une situation mondiale difficile dans laquelle la situation du tiers monde était conditionnée profondément par la compétition bipolaire entre États-Unis et Union soviétique. L’éviction de Khrouchtchev provoqua des réactions différentes au sein des groupes dirigeants africains : si Ben Bella affirmait avoir perdu un interlocuteur essentiel de sa politique, les déclarations de Marcelino Camacho, leader du Frelimo, témoignaient – selon Dina Forti, représentante du PCI lors de la célébration de l’anniversaire de la révolution algérienne – que « les mouvements de libération ne voulaient pas se mouiller58 ».

  • 59  Ivi, p. 229.
  • 60  ACS, Ministero dell’Interno Gabinetto, Partiti politici 1944-1966, b.23, Fasc. 161/P/9, Nota dell’ (...)
  • 61  Voir l’Unità, 15 ottobre 1964.

35Au cours de la rencontre d’Alger, Jeannette Vermeersch (comme les représentants des autres partis de l’Est) affirma son hostilité vis-à-vis des délégués italiens du fait de leur position critique sur les changements en URSS59, qui venait de provoquer une discussion très dure entre Berlinguer, Bufalini et les nouveaux leaders du Kremlin60. La continuité avec Togliatti, soulignée par Berlinguer au Comité central d’octobre61, avait provoqué un profond isolement du PCI au sein du mouvement communiste, isolement qu’il était difficile de compenser par le prestige du PCI dans les rapports avec le tiers monde (par ailleurs forcé de se positionner face à la rivalité sino-soviétique).

  • 62  Ledda R., Dal Cairo un ruolo attivo per il mondo non allineato, dans Rinascita, XXI, 41, 17 ottobr (...)
  • 63  APCI 196, Estero Egitto, Rapporto della delegazione del P.C.I. nella R.A.U., 10-22 febbraio 1965, (...)
  • 64  APCI 1964, Estero Algeria, mf.520, pp. 213-217 ; APCI 1965. Estero Algeria, Colloquio con Boularou (...)
  • 65  APCI 1965, Estero Incontri internazionali, Discorso di Berlinguer all’incontro di Mosca (marzo 196 (...)

36Mais la volonté intacte de poursuivre sur la ligne indiquée par Togliatti poussa le parti italien à s’adresser aux pays non-alignés, dans la perspective d’une unité d’action entre ceux-ci, les partis communistes de l’Europe capitaliste et les pays socialistes. Romano Ledda, envoyé à la IIe Conférence du Mouvement au Caire (en octobre 1964), souligna dans son aide-mémoire destiné à la direction la maturité et les progrès du Mouvement par rapport aux résultats – qu’il jugeait limités – de Bandung et de Belgrade. La « vague équidistance » entre les blocs et la « passivité », ainsi que l’attitude de « noble témoignage moral » de 1955 et de 1961, avaient été dépassées par la coexistence active et par l’engagement des pays sous-développés en faveur d’un « nouvel ordre international »62. S’agissait-il des prolégomènes de la réflexion originale du PCI des années suivantes, ou l’analyse de Ledda restait-elle tributaire de la culture kominternienne ? Cette ambiguïté était évidente. On la retrouve à l’occasion du voyage de Pajetta en Égypte, au début de 196563 : celui-ci ne semble pas alors réussir à comprendre la complexité de l’état africain et les orientations de Nasser, visant à imposer l’hégémonie du panarabisme. On la retrouve aussi dans les correspondances de Loris Gallico depuis l’Algérie64, correspondances inspirées par un optimisme parfois acritique, en dépit de son expérience en Tunisie et dans le Maghreb dans les années trente. Tous les deux exprimaient la tendance à faire prévaloir la conception marxiste-léniniste traditionnelle sur les dynamiques profondes de la société de ces pays, où la recherche de la modernisation était inséparable de la tradition religieuse et des conditions de vie dramatiques des couches populaires et du « lumpenprolétariat » urbain et paysan. Cependant, la rencontre de Pajetta avec les leaders égyptiens donnait une nouvelle preuve de l’attention accordée au PCI par les diplomaties des différents pays de l’Ouest et par les gouvernements afro-asiatiques. Le parti était considéré comme « un État dans l’État », grâce surtout au renouveau organisationnel achevé depuis 1962. Mais son prestige, qui se traduisait dans une activité toujours plus intense dans les principaux domaines de la politique internationale, ne s’accompagnait pas d’une évolution culturelle parallèle, et sa culture politique restait inspirée par les principes de l’internationalisme prolétarien. La conviction partagée par plusieurs dirigeants de la nécessité et même de la valeur du « lien de fer » empêchait de réaliser une pleine autonomie, dans la crainte – surtout chez Berlinguer – de l’isolement et, pire, des réactions du Kremlin, qui par ailleurs visait à assigner aux communistes italiens un rôle subsidiaire. De plus, au sein du groupe dirigeant du PCI se développa un débat qui mit en évidence les différences d’analyse, entre ceux qui soutenaient le mot d’ordre d’un « nouvel internationalisme » et la génération intermédiaire, formée à l’école de la IIIe Internationale. Au milieu des années soixante, Berlinguer, dans une solitude qui n’était cependant pas un isolement, fit part aux leaders soviétiques de l’exigence d’une conception du mouvement communiste fondée sur le dépassement du schématisme passé et souligna l’action de son parti quant à l’établissement de relations positives avec les mouvements révolutionnaires africains, notamment avec le FLN et l’Union Socialiste Arabe65.

  • 66  APCI 1965, Estero Francia, Incontro Longo-Waldeck Rochet (Ginevra 24-25 maggio 1965), mf. 527, p.  (...)
  • 67  Incontro Longo Waldeck Rochet, op cit., p. 2464 ; Information du cam. Jacques Denis, op. cit., p.  (...)
  • 68  Ivi, p. 5. Longo ajouta qu’il ne fallait pas parler de centres organisés et se demanda s’il fallai (...)

37Mais à côté du dialogue avec les pays du Sud, les rapports au sein du communisme ouest-européen restaient décisifs. La rencontre entre Longo et Waldeck Rochet (les 24 et 25 mai 1965) 66, nouveaux dirigeants qui devaient se mesurer à l’héritage de Togliatti et de Thorez, exprima la nécessité de donner une réponse efficace à la question posée par la guerre du Vietnam67. Les deux secrétaires partagèrent l’objectif d’une unité à l’échelle européenne pour favoriser une solution politique de la crise du Sud-Est asiatique, sans attribuer aucune identité à la gauche du vieux continent. « Il vaut mieux ne pas parler d’une gauche qui n’existe pas » déclara Longo, préoccupé d’éviter toute polémique avec son interlocuteur, qui critiquait la proposition de rencontres bilatérales ou multilatérales68.

  • 69  A. Natoli, Hanoi banco di prova dell’internazionalismo. Esperienze del viaggio in Vietnam, Rinasci (...)
  • 70  APCI 1965, Verbali della direzione riunione dell’11 maggio, mf. 029.
  • 71  APCI 1965, Verbali della direzione riunione del 9 settembre, mf. 029, p. 868.
  • 72  APCI 1965, Estero Algeria, mf. 527, pp. 1597-1612.
  • 73  APCI 1965, Estero Algeria, Nota su una conversazione con Jacques Denis (PCF) (su Algeria e altre q (...)
  • 74  APCI 1965, Estero Algeria, Sandri e Natoli a Parigi (9.10 settembre 1965), mf. 527, p. 2549-2553.
  • 75  APCF, Fonds Gaston Plissonnier (FGP), 264, J 12, Lettera di A. Natta, 12.7.1965, p. 3.

38Au même moment, une délégation du PCI se rendit à Hanoï pour exprimer à Ho Chi Minh son appui internationaliste à la lutte du peuple du Vietnam, position défendue au Parlement comme dans la société civile italienne69. Mais la nécessité de ne pas se limiter aux formes traditionnelles était de plus en plus évidente. L’inquiétude et la division qui parcouraient le mouvement communiste et révolutionnaire, reconnues par Mario Alicata, obligeaient à « trouver quelque chose de nouveau, même dans la formulation70 ». Tandis que la guerre du Vietnam menaçait de s’étendre, en impliquant la Chine, les crises régionales et les coups d’État au Brésil en 1964, en Algérie, au Ghana et en Indonésie au cours de l’année suivante, faisaient obstacle aux efforts du PCI pour devenir un véritable protagoniste des processus de transformation des équilibres mondiaux. Alicata pouvait affirmer qu’il y avait « une difficulté objective dans notre initiative de politique étrangère. Si les forces anti-impérialistes ne sont pas d’accord sur la ligne qui doit être adoptée, c’est sans doute plus difficile d’imposer aux États-Unis la fin de l’agression au Vietnam71 ». Dans cette phase, l’oscillation de Hanoï entre Moscou et Pékin rendait problématique l’unité des non-alignés, mise en cause aussi par la polémique entre Cuba et Belgrade sur les moyens à utiliser. En effet, Castro et Guevara opposaient la guérilla à la négociation diplomatique invoquée par Tito. Les événements d’Algérie rendaient plus dramatique encore ce contexte. La position du PCI face au coup d’état du 19 juin s’inspirait plutôt du wishful thinking, exprimé par Loris Gallico qui, dans ses articles, insistait sur la faiblesse de Boumediene et la capacité des masses populaires à faire avorter le putsch des militaires72, que d’une analyse non idéologique et concrète de la situation. L’initiative de Moscou de reconnaître le nouveau gouvernement avait surpris le PCI et embarrassé le PCF, comme le déclara J. Denis au cours d’une conversation avec Giuliano Pajetta73. Les rencontres à Paris entre la délégation italienne, composée par Sandri et Natoli, et les représentants du PCA en exil, confirmèrent la difficulté du parti italien à faire progresser son idée d’une relance des forces anti-impérialistes74. Néanmoins, le PCI ne renonça pas à développer ses efforts en faveur d’un dialogue ouvert entre les partis de l’Europe capitaliste, des pays socialistes et les mouvements de libération. Dans une lettre adressée au PCF, Natta écrivait : « une nouvelle unité internationale doit être cherchée sur un terrain plus vaste que celles (sic) sur lesquels agissent les partis nés de la vieille souche de la IIIe Internationale » et, au sujet des forces anti-impérialistes et non marxistes, il ajoutait : il faut « repousser toute tentation, qui peut découler des récents faits d’Algérie, de regarder avec une méfiance préjudiciable ces forces en Asie, en Afrique et en Amérique latine75 ».

  • 76  Galluzzi C., La svolta Gli anni cruciali del partito comunista italiano, Milano, Sperling e Kupfer (...)

39Au début de 1966, à la veille du XIe Congrès du PCI, où s’affirma la polarisation entre la gauche menée par Ingrao et la droite par Amendola, Berlinguer s’efforça de défendre l’héritage de Togliatti en l’adaptant aux profondes transformations d’un monde multipolaire. Il s’agissait d’une tentative compliquée de synthèse entre nouveauté et continuité, couronnée par ailleurs de succès significatifs. En premier lieu, l’initiative diplomatique parallèle du PCI et du Saint-Siège aboutit à la mission de décembre 1966 au Vietnam, au sein de laquelle Berlinguer, Galluzzi et Trombadori furent les porte-parole de la demande faite par Paul VI à Ho Chi Minh d’assurer la liberté religieuse des catholiques, tandis qu’en retour le pape s’engageait à soutenir l’autonomie du peuple vietnamien. Au début de 1968, le PCI s’impliqua dans une initiative qui, à travers l’action de l’ambassadeur d’Orlandi et l’appui du ministre des Affaires étrangères Fanfani, aurait dû amener à la convocation d’un sommet à Rome entre les états-Unis et la République du Vietnam76.

  • 77  Ibidem.

40Ce projet fut abandonné soit à cause des erreurs du PCI, reconnues par Galluzzi, responsable de la section de politique extérieure du PCI depuis 1962, soit à cause de l’évolution de la guerre car, à la suite du cessez-le-feu décidé par Washington, les Vietnamiens préférèrent Paris, où beaucoup d’entre eux avaient commencé leur cursus honorum pendant l’entre-deux-guerres77.

  • 78  APCI 1966, Estero Francia, Incontro Waldeck Rochet – Longo (1 aprile 1966), mf. 536 p. 1860.
  • 79  APCI, Verbali della direzione 1966, riunione del 13 maggio, Informazione sull’incontro con i compa (...)

41La stratégie du PCI ne changea pas pour autant, même en présence d’obstacles importants. En particulier, le parti avait beaucoup de mal à maintenir l’entente avec Tito et à sauvegarder l’unité du mouvement communiste. Lors de la rencontre entre Longo et Waldeck-Rochet d’avril 196678 et durant celle des deux partis à San-Remo, un mois plus tard, on demanda d’une façon explicite au PCI de ne pas aborder la question du rapport entre la classe ouvrière de l’Europe capitaliste et les mouvements de libération nationale79.

  • 80  AJ CK SKJ IX-48 I p. 354.
  • 81  APCI, Verbali della direzione 1965, riunione del 23 dicembre, mf. 29, p. 1141.

42À ce sujet, Alicata déclara à Bulatovic, dirigeant yougoslave : « Nous pensons que le PCF n’a pas réglé le problème de l’Algérie, qu’il n’est pas capable de coopérer avec le FLN en tant que pouvoir réel, avec ses limites et sa force80. » La méfiance envers le PCF était évidente, avouée par Longo dès la fin de l’année précédente : « Soviétiques et Français ont tendance à entamer quelque chose (sic) qui pourrait compromettre notre autonomie81. »

  • 82  AJ CKJ IX-48 I, Nota sui colloqui tra Tito e Luigi Longo nella Villa Bianca di Brioni (20 gennaio (...)

43Le PCI rencontrait des difficultés semblables vis-à-vis de Belgrade. Au cours de sa visite en Yougoslavie, en janvier 1967, Longo essaya de convaincre Tito de l’opportunité de participer à la Conférence mondiale des Partis Communistes, souhaitée par Souslov depuis le 14 février 1964 et axée contre la Chine. Il espérait que le soutien de la LCY pouvait aider le PCI à faire prévaloir ses positions sur le dialogue avec le tiers monde, notamment face au PCF82. Mais Tito refusa, craignant que sa présence au sommet n’affaiblisse le rôle de la Yougoslavie au sein du non-alignement. Bien que le PCI et la LCY aient renforcé leur alliance, l’opposition yougoslave à la présence des forces navales des deux blocs en Méditerranée compliquait la recherche d’une unité des forces politiques des pays riverains mise en œuvre par le PCI. L’ouverture du PCI aux non-alignés entrait donc en contradiction avec le ralliement au bloc socialiste. Par ailleurs, les rapports entre le PCI et le FLN avaient été marqués par un coup d’arrêt au lendemain du coup d’État de 1965. Ce fut seulement à la fin de 1967 que les relations bilatérales entre les deux partis purent sortir de l’impasse, malgré leurs divergences sur le problème du Moyen Orient et sur la question palestinienne entre la guerre des Six Jours et celle du Yom Kippur.

  • 83  APCI, Verbali della direzione 1968, riunione del 12 gennaio, mf.20, p. 474.
  • 84  APCI 1968, Estero Cuba, Viaggio di Giancarlo Pajetta, mf. pp.1085 – sgg.
  • 85  Ivi, p. 1092-98.
  • 86  APCF, Section de politique extérieure (en cours de classement,) FFF J 4.1, Conférence Méditerranée(...)

44Mais la stratégie du PCI n’était pas acceptée unanimement par ses dirigeants. Pajetta affirmait dans ses interventions la suprématie de l’URSS et jugeait négativement la thèse (à peine ébauchée) de Berlinguer du dépassement du bipolarisme. Il essayait aussi de donner une interprétation vraisemblable du « socialisme arabe » et ne manquait pas de polémiquer durement avec Castro au cours de sa visite à Cuba, en février 1968, au lendemain de la mort de Che Guevara : une visite qui avait été précédée de tensions, mises en évidence par Luca Pavolini, chargé de préparer la mission de Pajetta. La direction du PCI s’interrogeait à ce sujet : « Si les camarades français ne sont pas allés à La Havane, il valait mieux ne pas y envoyer Pavolini83. » Castro et Pajetta discutèrent de tous les problèmes de politique internationale, de la convocation de la Conférence des partis communistes à la situation du tiers monde84. La polémique entre eux concernait la Conférence Tricontinentale, que Cuba avait lancée en 1966 en réponse aux initiatives des non-alignés, et pour imposer sur le mouvement anti-impérialiste son hégémonie. De son côté, Castro rappella la crise des missiles d’octobre 1962, en confirmant sa position critique envers l’action développée par l’URSS85. Pajetta n’exprimait pas une ligne alternative à celle du futur secrétaire ; mais il n’y avait pas de doute que son autorité et son rôle autonome pouvaient faire évoluer la politique internationale du PCI. L’exigence de lutter contre l’impérialisme et l’OTAN, soulignée par Pajetta dans son intervention au cours de la Conférence sur la Méditerranée en avril 196886, provoqua une prise de distance vis-à-vis du FLN, qui avait invoqué le retrait de toutes les flottes présentes dans la région. Sur cette question, le PCI et le PCF se retrouvèrent d’accord vis-à-vis du rigide refus des deux blocs exprimé par les Algériens et les Yougoslaves.

45En cette phase cruciale, la politique du PCI témoigna d’une forte oscillation entre la recherche d’une ligne autonome à l’égard de l’URSS en direction du tiers monde et la nécessité de ne pas s’exposer à l’isolement en restant aligné sur la perspective bipolaire, malgré l’impasse de la politique des superpuissances. L’invasion de la Tchécoslovaquie par les forces du Pacte de Varsovie fut dénoncée par la direction du parti, qui toutefois restait convaincue de l’exigence d’une normalisation des rapports avec le PCUS.

  • 87  APCI 196, Sezione esteri (21 aprile 1969), mf.305, p. 188.

46La crise du monde contemporain imposait une réflexion courageuse sur la culture et les principes qui avaient caractérisé la stratégie du PCI depuis 1964. En ce sens, la discussion au sein de la section de politique extérieure fut inspirée par une profonde autocritique des thèses formulées sur le rôle des pays du Sud. Ledda dénonça la force du néocolonialisme, qui avait empêché le progrès des pays sous-développés, malgré les illusions de la « décennie du développement ». Surtout, il jugeait négativement la position du PCI, qui avait « travaillé sur une perspective qui jugeait condamné l’impérialisme dans la compétition sur le tiers monde87 ».

  • 88  Ibidem.

47Par ailleurs, le mouvement anti-impérialiste était passé du neutralisme actif à une position de neutralité faible, d’équidistance, puis à l’entente avec les États-Unis et les pays capitalistes, sur la base des intérêts des groupes dominants88.

  • 89  Voir Longo L, « I tre fronti della lotta antimperialista » dans Rinascita, 24 novembre 1967.

48Il fallait, selon Ledda, s’engager dans la recherche d’une nouvelle unité internationaliste, fondée sur les trois fronts du mouvement révolutionnaire, indiqués par Le Duan, secrétaire général du Parti communiste vietnamien89. Cette position, qui n’était pas dénuée de contradictions, exprimait toutefois la conscience des nouveaux défis de l’interdépendance. Berlinguer partagea cette volonté et l’exposa à la tribune de la Conférence des partis communistes de Moscou en juin 1969. La décision courageuse de souscrire à un seul des quatre chapitres de l’Appel final de la conférence confirma le tournant stratégique du PCI, bien qu’il ne sût pas en tirer les conséquences inévitables, qui furent renvoyées à la fin des années quatre-vingt. Cette ambiguïté empêcha de saisir l’occasion historique du renouveau culturel du parti entre le XIe Congrés et le Printemps de Prague. Durant ces années, le PCI aurait pu sauvegarder la spécificité de son expérience, et ne pas disparaître lors d’une crise brutale.

  • 90  APCI 1971, Sezione esteri, Relazione di Enrico Berlinguer al Comitato centrale e alla commissione (...)
  • 91  Berlinguer E., Rinnovamento nei rapporti internazionali, sviluppo economico, difesa della legalità (...)
  • 92  Berlinguer E., Una sola via per uscire dalla crisi : cambiare il meccanismo di sviluppo, dans La « (...)
  • 93  Berlinguer E., « Per una Carta della pace e dello sviluppo », dans id., Idee e lotte per la pace, (...)
  • 94  Ivi, p. 66.
  • 95  APCI, Fondo Enrico Berlinguer (EB), Unità archivistica (UA) 130, f.174.2, Incontro 12 ottobre 1981

49On ne peut néanmoins nier la contribution de Berlinguer à la recherche d’un nouvel internationalisme et d’un communisme démocratique. Sa réflexion, menée dès avant son élection comme secrétaire du parti, anticipait la vision mondiale qu’il exprima entre 1979 et 1984, malgré l’échec de sa proposition politique. Il est possible d’en discerner les racines dans l’analyse des nouveaux et urgents problèmes qui se posaient aux partis de gauche de l’Europe capitaliste. Les questions de l’environnement et d’une « qualité de vie différente », celle de la souveraineté de tous les peuples et États, de leur autonomie envers les grands puissances, de l’émancipation des pays du Sud à l’égard des économies des pays riches, le mot d’ordre d’un « gouverment mondial », fondé sur la coopération et sur l’abandon des armements nucléaires, proposés par le leader italien dans ses rapports au Comité Central de novembre 197190, de février 197391 et de décembre 197392, n’étaient pas le résultat d’une utopie, mais exprimaient une perspective originale, partagée par les principaux représentants de la social-démocratie européenne, Brandt, Palme, Mitterrand et, en plus d’un sens, prophétique face aux défis du xxie siècle. Certes, d’un côté, ces idées étaient en contradiction avec l’héritage culturel stalinien, la défense du lien de fer avec l’URSS, dont Berlinguer continuait à soutenir la supériorité morale, la vision eschatologique de la crise objective du système capitaliste et l’anti-américanisme. Cet anti-américanisme, d’ailleurs, trouvait sa raison d’être pendant la guerre du Vietnam et par les effets que celle-ci produisait dans l’opinion publique et dans les sociétés occidentales des deux rives de l’Atlantique. Mais, d’un autre côté, ces idées témoignaient d’une prise de conscience progressive de la fin du mouvement communiste et de la nécessité fondamentale d’établir un rapport durable avec les nouveaux protagonistes des relations internationales à la fin du xxe siècle. Sans doute, le dialogue avec Tito (notamment la rencontre entre les deux leaders à Belgrade au lendemain du XIVe Congrès du PCI) fut-il décisif pour renforcer la conviction du secrétaire du PCI de la fin de l’unité et de la raison d’être du mouvement communiste. Son regard s’étendait au-delà des vieilles frontières, à la recherche d’une coopération et d’un gouvernement à l’échelle du globe, proposés dans la Carta della Pace e dello sviluppo93 de 1979 et, en 1981, dans son discours à Cancun94, quelques jours après la rencontre avec Castro95, prononcé sur fond d’un total désaccord avec l’invasion soviétique de l’Afghanistan, que le « Líder Maximo », lui, soutenait, dans sa tentative pour rétablir l’« alliance naturelle » du bloc soviétique et des non-alignés, sans pouvoir en empêcher le déclin désormais inévitable.

Haut de page

Notes

1  Calchi Novati G., « I paesi non allineati dalla Conferenza di Bandung ad oggi », dans Rainero R. H. (éd.), Storia dell’età presente I problemi del mondo dalla II guerra mondiale ad oggi, vol. I, Milano, Marzorati, 1985, p. 183-269.

2  Sur la ligne du Komintern face aux luttes anticolonialistes, voir Gallissot R. « L’imperialismo e la questione nazionale e coloniale », dans Storia del marxismo, Dalla crisi del’29 al XX Congresso, vol. 3 t. 2, Torino, Einaudi, 1981, p. 829-894.

3  Fondazione Istituto Gramsci, Archivio del Partito comunista italiano (APCI), Fondo Palmiro Togliatti (FPT), Scritti e discorsi (SD), Rapporto al Comitato Centrale 1-4 luglio 1947, p. 3.

4  Calchi Novati G., « Mediterraneo e questione araba nella politica estera italiana », dans Barbagallo F. (éd.), Storia dell’Italia repubblicana, vol. II, t.1, p. 202.

5  Voir Rioux J.-P., La France de la Quatrième République, t. 2, L’expansion et l’impuissance, Nouvelle Histoire de la France contemporaine, Paris, Seuil, 1983 ; Id., La Guerre d’Algérie et les Français, Paris, Fayard, 2000. Sur l’histoire du PCF, voir Courtois S., Lazar M., Histoire du parti communiste français, PUF, 1995. Pour une analyse comparative du PCI et du PCF, voir Lazar M., Maisons rouges. Les partis communistes français et italien de la Libération à nos jours, Paris, Aubier, 1992. Au sujet du communisme européen : A. Agosti, Bandiere rosse. Profilo storico dei comunismi europei, Roma, Editori Riuniti, 1999.

6  Westad O. A. , The Global Cold War. Third World Interventions and the Making of Our Times, New York, Cambridge University Press, 2005.

7  Zubok V. M., A Failed Empire The Soviet Union in the Cold War from Stalin to Gorbachev, University of North Carolina Press, 2007.

8  Galeazzi M., « Terracini e i movimenti di liberazione nazionale », dans A. Agosti (éd.), La coerenza della ragione Per una biografia politica di Umberto Terracini, Roma, Editori Riuniti, 1998, p. 180.

9  Togliatti P., Discorsi parlamentari, II (1952-1964), Seduta del 13 giugno 1956, Camera dei Deputati, Roma, 1984, p. 928.

10  Togliatti P., Intervista a Nuovi Argomenti, dans L. Gruppi (éd.), Palmiro Togliatti Opere, vol. 6 1956-1964, Roma, Editori Riuniti, 1984, p. 127-148.

11  Galeazzi M., Togliatti e Tito Tra identità nazionale e internazionalismo, Roma, Carocci, 2005, p. 149-152.

12  Galeazzi M., « Appunti sulle relazioni tra i comunisti italiani, francesi e jugoslavi (1948-1964) », dans Romero F., Varsori A. (éds) Nazione, interdipendenza, integrazione Le relazioni internazionali dell’Italia (1917-1989), vol. 2, Roma, Carocci, 2006, p. 63.

13  Togliatti P., La via italiana al socialismo, dans Id., Opere, vol 6, op. cit., p. 153-54.

14  Ferro M., 1956, Suez, naissance d’un Tiers-Monde, Bruxelles, Éditions Complexe, 2006.

15  Togliatti P., Rapporto all’VIII Congresso del Partito comunista italiano, dans Id., Opere, vol. 6, op. cit., p. 188

16  Calchi Novati G., I paesi non allineati, op. cit., p. 216-217.

17  Galeazzi M., « Appunti sulle relazioni tra i comunisti italiani, francesi e jugoslavi... », op. cit, p. 65.

18  Archives de la République yougoslave (AJ), Comité Central du KPJ (CK SKJ), IX-48/I, 223, Note sur la rencontre avec Luigi Longo et Giancarlo Pajetta du 18 septembre 1958 (1er octobre), p. 1.

19  APCI 1959, Estero Cina, Incontro con Liu Sciao Ci, Peng Cen, Wang Gio Giang, Tang Chiang Kun, Liu Wing Yi, mf. 464 p. 2875.

20  APCI 1959, Estero Movimento anticoloniale, Nota sulla III Conferenza anticoloniale del mediterraneo e M.O., Belgrado, 2-5 dicembre 1959, mf. 465, p. 2191-suiv.

21  APCI 1959, Estero Cina, Incontro della delegazione con il Ministro degli esteri compagno Cen Yi, della direzione del partito, mf 464 pp. 2800-suiv.

22  Voir Horne A., La guerra d’Algeria, Milano, Rizzoli, 2007.

23  Vaïsse M., La puissance ou l’influence ? La France dans le monde depuis 1958, Paris, Fayard, 2009, p. 352-59.

24  APCI 1961, Estero Algeria, Appunti sui precedenti storici, mf.483, p. 2387-88.

25  Archives Départementales de la Seine-Saint-Denis, Archives du Parti Communiste Français (APCF), Fonds du Bureau politique (BP), réunion du 14 juin 1956.

26  APCF, BP, réunion du 28 octobre 1958.

27  Ibidem.

28  APCI 1958, Verbali della direzione riunione del 3 ottobre, mf.022, p. 2.

29  Galeazzi M., Togliatti e Tito, op. cit., p. 207.

30  APCI 1958, Estero Francia, Incontro del 23 dicembre, mf.457, p. 2486.

31  Galeazzi M., Togliatti e Tito, op. cit., p. 205-207.

32  APCI, Verbali della direzione 1960, riunione del 7 novembre, mf.468, p. 839-843.

33  Righi M.L. (éd.), Il PCI e lo stalinismo Un dibattito del 1961, Editori Riuniti, Roma, 2007, p. 229-230.

34  Ivi, p. 186.

35  Tortorella A., « I paesi non allineati e la coesistenza. Intervista di Tito al nostro giornale », dans l’Unità, 12 settembre 1961.

36  Togliatti editorialista 1962-1964, Editori Riuniti, Roma, 1971, p. 43-45.

37  APCF, Fonds Waldeck Rochet (FWR), 307, J 103, Italie 1961-1970, « Quelques aspects des positions du parti communiste italien sur le problème algérien » (5 avril 1962), p. 1.

38  APCF FWR 1944-1971, Algérie 1963-68, 307, J, 88, 1962, « Allocution de WR à Auboué saluant le cessez-le-feu en Algérie et la signature des accords d’évian », p. 1-3.

39  « Quelques aspects des positions… », op. cit., p. 1 et 3.

40  Voir Pappagallo O., Il PCI e la rivoluzione cubana la « via latino-americana al socialismo » tra Mosca e Pechino (1959-1965), Roma, Carocci, 2009.

41  APCI, Verbali della direzione 1962, riunione del 31 ottobre, mf.26, p. 523.

42  Pappagallo O., Il PCI e la rivoluzione cubana, op. cit., p. 126-131.

43  Ingrao P., « Nel 1964, a Cuba con il Che », dans Il Manifesto, 7 novembre 1998 ; « Il compagno Ingrao è tornato da Cuba », dans l’Unità, 19 gennaio 1964.

44  Ceccarelli F., Il guerrigliero a Montecitorio, dans La repubblica, 9 ottobre 2007. Voir Caprara M., Quando le Botteghe erano oscure, Milano, Il saggiatore, 2007.

45  Pappagallo O., Il PCI e la rivoluzione cubana, op. cit., p. 226-231.

46  Dans son rapport, Jacques Denis exprima des opinions enthousiastes sur le climat politique et social du régime castriste (Note sur notre voyage à Cuba (25.1.1965), APCF FWR, 307, J. 93, Cuba).

47  APCI 1963, Sezione esteri, Appunti sulla situazione e le prospettive del nostro lavoro internazionale, mf.489, p. 2720-suiv.

48  APCI, Verbali del Comitato centrale 1963, riunione del 24-26 luglio, mf. 489 p. 63-108 ; Documento del Comitato Centrale del PCI (24 ottobre 1963), dans Documenti politici dal X all’XI Congresso del PCI, Roma, Editori Riuniti, 1966, p. 151-185.

49  APCI 1964, Estero Algeria, del Informazione della compagna Maria Antonietta Macciocchi sul viaggio della delegazione del PCI in Algeria, mf.520, p. 151.

50  APCI, FPT, Carte Marisa Malagoli 15-21 gennaio 1964 ; AJ CK SKJ, 507, IX-48/I, 6, Materiali sulla visita della delegazione del partito comunista italiano (15-21 gennaio 1964), Verbale dei colloqui delle delegazioni della LCY e del PCI.

51  Ivi, p. 78.

52  APCI 1964, Estero Jugoslavia, Sull’incontro tra le delegazioni dei Comitati centrali del PCI e della LCY svoltisi a Belgrado (15-21 gennaio 1964), mf 520 p. 1406.

53  AJ CK SKJ, Verbale dei colloqui, op. cit., p. 6.

54  « Per l’unità del movimento operaio e comunista internazionale », Rapporto al Comitato centrale e alla commissione centrale di controllo del PCI (21-23 aprile 1964), dans Palmiro Togliatti, Opere, 6 op. cit., p. 804.

55  Ivi, p. 804-5.

56  Centre Historique Archives Nationales (CHAN), 626 Affaires Politiques (AP), Fonds Thorez Vermeersch (FTV), PCI 1960-64, 117 c, Rencontre Allard – Thorez (13 mars 1964) ; M. Galeazzi, Appunti sulle relazioni tra I comunisti italiani, francesi e jugoslavi (1948-1964), op. cit., p. 75-6.

57  Togliatti P., Promemoria sulle questioni del movimento operaio internazionale e della sua unità, dans Id., Opere, op. cit., p.823-833.

58  APCI, 1964, Estero, Algeria, Viaggio in Algeria in occasione delle celebrazioni del 1° novembre, mf.520, p. 225.

59  Ivi, p. 229.

60  ACS, Ministero dell’Interno Gabinetto, Partiti politici 1944-1966, b.23, Fasc. 161/P/9, Nota dell’ambasciatore Straneo, 7 novembre 1964, p. 1.

61  Voir l’Unità, 15 ottobre 1964.

62  Ledda R., Dal Cairo un ruolo attivo per il mondo non allineato, dans Rinascita, XXI, 41, 17 ottobre 1964 ; Id., Le differenti realtà del non-allineamento, dans Rinascita, 42, 24 ottobre 1964.

63  APCI 196, Estero Egitto, Rapporto della delegazione del P.C.I. nella R.A.U., 10-22 febbraio 1965, mf.527, p. 2327-suiv.

64  APCI 1964, Estero Algeria, mf.520, pp. 213-217 ; APCI 1965. Estero Algeria, Colloquio con Boularouf ambasciatore di Algeria (28.1.1965), mf. 527, p. 1592-1594.

65  APCI 1965, Estero Incontri internazionali, Discorso di Berlinguer all’incontro di Mosca (marzo 1965) mf. 528 p. 864-65.

66  APCI 1965, Estero Francia, Incontro Longo-Waldeck Rochet (Ginevra 24-25 maggio 1965), mf. 527, p. 2465. Sur la rencontre entre les deux leaders cf. aussi Information du cam. Jacques Denis sur la rencontre entre les camarades WR et L. Longo (8.6.1965), APCF, FWR 307 J 103 Italie 1961-70.

67  Incontro Longo Waldeck Rochet, op cit., p. 2464 ; Information du cam. Jacques Denis, op. cit., p. 3.

68  Ivi, p. 5. Longo ajouta qu’il ne fallait pas parler de centres organisés et se demanda s’il fallait donner la preuve de la division au sein du mouvement (ibidem).

69  A. Natoli, Hanoi banco di prova dell’internazionalismo. Esperienze del viaggio in Vietnam, Rinascita, XXII, 22, maggio 1965 ; Nel cuore del Vietnam, « Vie Nuove », 20 maggio 1965.

70  APCI 1965, Verbali della direzione riunione dell’11 maggio, mf. 029.

71  APCI 1965, Verbali della direzione riunione del 9 settembre, mf. 029, p. 868.

72  APCI 1965, Estero Algeria, mf. 527, pp. 1597-1612.

73  APCI 1965, Estero Algeria, Nota su una conversazione con Jacques Denis (PCF) (su Algeria e altre questioni), mf.527, p. 2566.

74  APCI 1965, Estero Algeria, Sandri e Natoli a Parigi (9.10 settembre 1965), mf. 527, p. 2549-2553.

75  APCF, Fonds Gaston Plissonnier (FGP), 264, J 12, Lettera di A. Natta, 12.7.1965, p. 3.

76  Galluzzi C., La svolta Gli anni cruciali del partito comunista italiano, Milano, Sperling e Kupfer, 1983, p. 159-166.

77  Ibidem.

78  APCI 1966, Estero Francia, Incontro Waldeck Rochet – Longo (1 aprile 1966), mf. 536 p. 1860.

79  APCI, Verbali della direzione 1966, riunione del 13 maggio, Informazione sull’incontro con i compagni francesi(3-4.5.66), mf. 18, p. 647-48.

80  AJ CK SKJ IX-48 I p. 354.

81  APCI, Verbali della direzione 1965, riunione del 23 dicembre, mf. 29, p. 1141.

82  AJ CKJ IX-48 I, Nota sui colloqui tra Tito e Luigi Longo nella Villa Bianca di Brioni (20 gennaio 1967), p. 14.

83  APCI, Verbali della direzione 1968, riunione del 12 gennaio, mf.20, p. 474.

84  APCI 1968, Estero Cuba, Viaggio di Giancarlo Pajetta, mf. pp.1085 – sgg.

85  Ivi, p. 1092-98.

86  APCF, Section de politique extérieure (en cours de classement,) FFF J 4.1, Conférence Méditerranée (avril 1968), p. 2-5.

87  APCI 196, Sezione esteri (21 aprile 1969), mf.305, p. 188.

88  Ibidem.

89  Voir Longo L, « I tre fronti della lotta antimperialista » dans Rinascita, 24 novembre 1967.

90  APCI 1971, Sezione esteri, Relazione di Enrico Berlinguer al Comitato centrale e alla commissione Centrale di Controllo (11 novembre 1971), mf.159, p. 467-68.

91  Berlinguer E., Rinnovamento nei rapporti internazionali, sviluppo economico, difesa della legalità democratica, dans id., La « questione comunista », vol. 2, Roma, Editori Riuniti, 1975, p. 528-567.

92  Berlinguer E., Una sola via per uscire dalla crisi : cambiare il meccanismo di sviluppo, dans La « questione comunista », vol. 2, op. cit., p. 659-674.

93  Berlinguer E., « Per una Carta della pace e dello sviluppo », dans id., Idee e lotte per la pace, Cuen, Napoli, 1986, p. 61-70.

94  Ivi, p. 66.

95  APCI, Fondo Enrico Berlinguer (EB), Unità archivistica (UA) 130, f.174.2, Incontro 12 ottobre 1981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Galeazzi, « Le PCI, le PCF et les luttes anticoloniales (1955-1975) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 112-113 | 2010, 77-97.

Référence électronique

Marco Galeazzi, « Le PCI, le PCF et les luttes anticoloniales (1955-1975) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/2132

Haut de page

Auteur

Marco Galeazzi

Fondation Institut Gramsci, Rome

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page