Navigation – Plan du site
DOSSIER
Archives

Les archives du Parti communiste italien

Cristiana Pipitone
p. 166-176

Résumé

Dans les deux textes de cette rubrique, Pierre Boichu, archiviste aux archives départementales de Seine-Saint-Denis, et Cristiana Pipitone, archiviste à la Fondation Institut Gramsci de Rome, présentent une partie du patrimoine archivistique du PCF et du PCI. Notamment, ils s’attachent à décrire les fonds les plus intéressants du point de vue de l’histoire comparative et croisée des deux partis. En présentant ces archives, les auteurs ouvrent aussi de nouvelles pistes de recherche.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Italie

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Les archives du Parti communiste italien sont les plus structurées et les plus consistantes des archives de partis politiques dans l’Italie d’aujourd’hui. Elles couvrent l’existence entière du parti, de sa fondation jusqu’à la veille du congrès de dissolution, en janvier 1991, les documents originaux étant toutefois conservés dans des lieux variés et éloignés les uns des autres. Des papiers du parti communiste d’Italie (1921-1943) sont encore aujourd’hui conservés à Moscou, dans les archives du « Rossiiskii gosudarstvennyi arkhiv sotsial’no- politicheskoi istorii » (ex institut pour le marxisme-léninisme), et la Fondation de l’Institut Gramsci en possède des copies microfilmées et numérisées. Les originaux du fonds du Parti communiste italien (1943-1990) ont été, en revanche, intégralement versés à la Fondation en 1996.

2Il s’agit de plus de 4000 dossiers, formant environ 500 mètres linéaires de documentation, qui contiennent les archives du Secrétariat, une série de fonds personnels et les papiers des sections de travail. Tous sont totalement consultables jusqu’à l’année 1984. La structure des archives est extrêmement complexe : elles se composent en effet de différents blocs formés au gré des événements qu’ont connus les papiers et du traitement qui leur a été réservé par les archivistes du parti. L’ampleur de la documentation témoigne bien de l’importance que le parti accordait à leur entretien et conservation : c’est précisément d’ailleurs l’intérêt à partir à leur sauvegarde qui explique cette complexité.

  • 1  Sur l’histoire des archives du PCI, nous renvoyons à Linda Giuva, introduction à Guida agli archiv (...)
  • 2  Linda Giuva, L’Archivio del Partito comunista italiano in Gli archivi dei partiti politici, Rome, (...)

3En ce qui concerne l’histoire du fonds d’archives du PCI à l’époque républicaine1, trois grandes périodes peuvent être distinguées : la première va de 1945 à la fin des années 50, une seconde couvre la décennie suivante, une troisième, enfin, part de 1969 pour arriver aux années 90. À la fin du second conflit mondial, malgré la dissolution de l’Internationale communiste et la création de ce qu’on appelait le « parti nouveau », le lien avec l’Union soviétique demeurait très fort, celle-ci étant toujours considérée – entre autres – comme un lieu sûr pour conserver et protéger la documentation. Entre 1950 et 1958, en effet, la documentation qui était considérée comme la plus politiquement significative était envoyée à Moscou afin d’y être conservée, « pour des raisons dans lesquelles il est difficile de distinguer les préoccupations de sauvegarde physique des papiers du lien politique très fort entre le PCI et le Parti communiste de l’Union soviétique2 ».

  • 3  Daniela Boni, Fondo Mosca (1939-1958). Inventario.

4L’expédition des papiers de l’autre côté du rideau de fer se produisit à différents moments : « Les premiers envois de matériel documentaire vers l’Union soviétique remontent à la semaine comprise entre Noël 1950 et le jour de l’an 1951. Sur la base d’une reconstruction opérée par les permanents du PCI, il semblerait que cette première expédition ait été suivie de six autres, dont une en juillet 1953 et cinq entre le 8 avril 1955 et juillet 1958. Le deuxième envoi, qui transita et vraisemblablement s’arrêta à Prague, concernait exclusivement le matériel produit et recueilli par l’Ufficio quadri (la Section pour la montée des cadres) qui fit le nécessaire pour l’expédier en paquets numérotés de 1 à 15. La première et les cinq dernières expéditions furent, en revanche, organisées par le Secrétariat du PCI qui dans le premier cas, fit envoyer trois paquets numérotés de 31 à 33, et dans les autres cas, un total de 104 enveloppes contenues dans 17 paquets3. »

  • 4  Fondazione istituto Gramsci, Archivi del Partito comunista italiano (APCI), Ufficio archivio, mf 2 (...)
  • 5  « Les paquets 31, 32, 33, celle de l’Ufficio quadri, numérotés de 1 à 15 et les 17 envoyés par le (...)

5La documentation envoyée à Moscou était, disait-on, celle que l’on considérait la plus importante et la plus sensible : elle comprenait, en effet, les procès-verbaux des organes dirigeants, ceux des commissions de travail du Comité central, une partie de la correspondance de ces derniers et une documentation abondante du Bureau politique, au sein de laquelle se trouvait un ensemble consistant de dossiers personnels de militants. Au début des années 1970, Cesare Colombo, archiviste à la Fondation Gramsci, et Giovanni Aglietto, du service des archives du PCI, furent chargés de se rendre à Moscou pour dresser un premier inventaire de la documentation qui y était conservée et procéder à l’acquisition de copies. En 1975, leur travail fut microfilmé par l’Institut du marxisme-léninisme4. Le retour en Italie de la documentation originale date de 1989. Au moment de la restitution, les permanents du PCI procédèrent à une redivision des paquets d’origine et à une nouvelle numérotation, dont la trace est conservée grâce à un tableau sommaire des correspondances entre les dates d’expédition, la numérotation d’origine et celle consécutive au premier réagencement effectué au siège du parti5.

  • 6  D. Boni, Introduction à l’Inventario del Fondo Mosca.

6Le Fonds Moscou est composé de 4591 dossiers6 et fut versé directement à la Fondation en même temps que l’ensemble des archives conservées « via delle Botteghe oscure ». Comme il était impossible aux archivistes de le réintégrer dans la documentation des années correspondantes, le fonds fut donc fiché et inventorié dossier par dossier et, quoique faisant partie intégrante des archives du PCI, il demeure séparé physiquement des papiers plus récents. La documentation a été classée en séries correspondant aux organes dirigeants, aux commissions de travail ; on y trouve également quelques divisions thématiques, relatives, par exemple, à la guerre de Libération, à la question de la Marche Julienne, aux rapports avec le Kominform (Bureau d’information des partis communistes) et à l’activité de gouvernement.

  • 7  L. Giuva, L’Archivio del Partito comunista italiano, op. cit., p. 72.

7Les années 60 avaient, entre-temps, marqué un tournant dans la gestion documentaire. D’une part, on avait arrêté d’envoyer à Moscou les papiers ordinaires, et d’autre part, à partir de 1961, avait commencé le processus de récupération de la mémoire du PCI sur la base d’une décision prise à l’occasion des célébrations du 40e anniversaire de la fondation du parti. C’est alors, en effet, que commencèrent à l’Institut du marxisme-léninisme les missions destinées à évaluer la consistance des archives du PCI et à en obtenir les copies7. Les papiers nécessaires à l’activité quotidienne des sections de travail continuaient à rester au siège. Si nous avons pour cette décennie des informations sur le travail de récupération de la documentation historique, celles relatives à la gestion des archives courantes sont, elles, plutôt maigres. Au début des années 60, chaque section continuait à gérer ses propres archives en les classant selon des critères propres, différents d’une section à l’autre.

  • 8  APCI, Apparato, mf. 489 ff. 3254-54, Note pour le Bureau du Secrétariat, 8 janvier 1963.

8Au début de l’année 1963 fut posé le problème de la constitution d’un dépôt central d’archives : « La méthode actuelle des archives pour chaque section, voire pour chaque bureau est irrationnelle et archaïque […] à chaque niveau de l’appareil existent au moins dix armoires pour ces mystérieuses archives. Au sein de l’appareil, on n’a pas idée – ni critère de définition – de ce que doivent être des archives, du matériel que l’on devrait y trouver et de la manière dont il faudrait les classer pour les mettre à la portée de quiconque en a besoin, sans perte de temps » 8, lit-on dans une note pour le Bureau du Secrétariat.

9Le vrai tournant se confirma en 1969, lorsque fut institué un service des archives avec pour mission de faire classer les archives historiques, déposées et courantes. Comme tâche préalable, le nouveau service devait procéder à la récupération de la documentation de travail, tant en Italie qu’en Union soviétique. Quant aux sections de travail, on leur demanda de déposer aux archives centrales leurs propres papiers. Il ne semble pas que toutes les sections se soient empressées de remettre leurs archives.

  • 9  APCI, Ufficio archivio, mf. 060 f. 004, Rapport de Checchini pour Aglietto et Mauro Galleni, 25 no (...)

10Un an plus tard, en 1970, Alva Bucci, employée au service des archives, signalait la récupération de 120 dossiers de la Section de l’Organisation contenant de la correspondance et de la documentation relative aux fédérations provinciales et aux sections locales. En 1971, le travail de récupération des documents était encore en cours : un rapport adressé à Aglietto et à Mauro Galli se plaignait justement du fait que les sections de travail n’avaient pas versé de matériel aux archives centrales ; elle signalait, en outre, qu’en novembre 1971, n’avaient remis leur documentation que « la Section d’Organisation, pour laquelle les données de 1944 à 1960 constituent la part prépondérante des archives » et « la Section des Affaires étrangères, qui a remis du matériel relatif aux rapports avec les partis communistes jusqu’à 1968-1969 ». L’auteur de la note signalait comment en réalité les sections de travail étaient rétives à l’idée de verser leur propre documentation et semblait donner pour dépassée l’idée de construire un unique dépôt pour l’ensemble des papiers du parti9. En mars de la même année, le travail de réagencement des documents était cependant commencé : il comportait la remise en ordre, le classement et le microfilmage des documents.

  • 10  L. Giuva, L’Archivio del Partito comunista italiano, op. cit., p. 73.

11Le matériel recueilli par Giovanni Aglietto et Ivano Sabatini fut réorganisé chronologiquement. À l’intérieur de chaque année, les papiers furent disposés en fonction d’un cadre de classement qui prévoyait deux types de catégories : l’une de nature structurelle avec référence aux organes centraux et périphériques qui produisaient et envoyaient les documents (direction, sections et commissions de travail, fédérations et comités régionaux, instituts culturels, organes de presse) ; l’autre relative au contenu des documents (organes de l’État et d’intérêt public, partis politiques, pays étrangers, organisations internationales, associations et instituts variés)10.

  • 11  APCI, Ufficio archivio, mf 057, ff. 518-21.

12Pour le début des années 70, les rapports périodiques du service des archives acceptent de suivre le progrès des travaux destinés à « mettre en sécurité » la mémoire du parti. Comme en témoignent aussi les rapports périodiques, furent également classés les papiers des congrès, les procès-verbaux du Comité central, de la direction, du Bureau politique, du Secrétariat et du bureau du secrétariat. En 1975, on prévoyait de pouvoir conclure le travail sur l’ensemble des papiers des archives du Secrétariat pour la période 1945-197111. Le travail comportait le réagencement des papiers (d’après le cadre de classement), leur numérotation et leur microfilmage. Un catalogue de la documentation contenue dans les microfilms fut rédigé.

13Le service des archives avait un registre qui était une copie de celui du Secrétariat : sur celui-ci était notée la date d’arrivée du document aux archives et son classement. Ces registres témoignent du fait qu’à partir de 1973, le service des archives gérait aussi les archives courantes et que la présence des documents dans les bureaux était en réalité très brève, tandis que les dates des catalogues de la documentation microfilmée nous démontrent que les papiers étaient envoyés à la conservation permanente en un laps de temps très bref par rapport au moment de leur production.

14Le premier registre des archives que nous trouvons remonte à 1969 : les enregistrements sont très limités pour la première partie de l’année et augmentent au second semestre ; l’emplacement des documents est donné et nous trouvons quelques notes relatives à la formation de nouveaux dossiers. Il manque toutefois le classement des documents qui n’apparaît qu’en 1973. De 1973 à 1981, les papiers sont, en effet, microfilmés au cours de l’année même, à un rythme initialement trimestriel, et par la suite bimestriel : le trimestre janvier-mars 1973 fut, en effet, microfilmé au mois de juin de la même année, celui du trimestre juillet-septembre fut, en revanche, microfilmé en janvier de l’année suivante. À partir de 1982, cependant, le travail de microfilmage fut effectué annuellement.

15Vraisemblablement élaboré au début des années 70, le cadre de classement subit au cours des années, qui suivirent des modifications et ajustements qui, par ailleurs, n’en affectèrent pas la structure : subsistaient, en effet, une partie « structurelle » et une partie subdivisée par sujet thématique. Les modifications intéressèrent surtout la première partie, structurelle, et les ajustements suivirent la réorganisation interne et l’évolution des structures.

16En ce qui concerne les organes de direction, le cadre de classement demeura assez stable jusqu’en 1991. En 1983 disparut la série consacrée au président du parti et, en 1986, celle relative au Secrétariat fut divisée en davantage encore de sous-séries. La modification la plus importante intervint en 1986 lorsque disparut la série consacrée à la commission des affaires générales et qu’elle fut attribuée à la coordination et au bureau du Secrétariat (avec un important découpage interne), précédemment considérés comme des subdivisions du Secrétariat. S’agissant de la partie relative aux structures internes, une première modification essentielle apparut dans le cadre de classement de 1979, quand les sections de travail furent réorganisées en départements, même s’il subsista un noyau assez consistant de sections qui demeuraient autonomes (les sections méridionales et féminines, celles concernant l’école, les régions et autonomies locales, le Centre d’études politiques internationales – CESPI les problèmes de l’État, les groupes parlementaires, l’appareil et les archives).

17Au fil du temps se dessina une tendance au regroupement en départements (la dénomination subit toutefois une modification de 1986 à 1989 quand ils furent appelés commissions), une tendance toujours plus accentuée et qui culmina en 1989 avec une réorganisation qui unifia toutes les structures en grands domaines (politiques du parti, politiques sociales et activité de masse, politiques internationales, trésorerie, collectivités locales, état et droits, économie, formation politique et instituts culturels), parallèlement à un découpage interne étendu. En 1989 furent aussi modifiés les classements qui, dans les années précédentes, n’avaient pas été changés en dépit des regroupements. La partie thématique subit en revanche des modifications mineures et resta pour l’essentiel inchangée dans sa structure et ses articulations : s’y ajoutèrent évidemment des rubriques relatives aux forces politiques au fur et à mesure que ces dernières apparaissaient sur la scène politique.

  • 12  APCI, Ufficio archivio, mf 057, ff. 779 et suiv.
  • 13  À l’exception d’Angelo Tasca qui, selon les compilateurs du document, avait laissé « un vide altér (...)
  • 14  Ibidem, p. 780.

18En 1974, une résolution votée par la direction du parti fixait le règlement interne pour la consultation des papiers12. Celle-ci était concédée librement jusqu’au 25 juillet 1943 et, après autorisation du Secrétariat jusqu’au 25 avril 1945. Pour les années suivantes, elle était exclue, à moins que le Secrétariat n’autorise la consultation de documents en particulier. Étaient également exclues de la consultation les archives privées versées aux archives du parti. La même résolution consacrait du reste une large place à la question des papiers privés des dirigeants eux-mêmes : le texte rappelait le caractère complet des archives du parti pour la période 1921-1943, attribuant une telle exhaustivité au fait que les dirigeants n’avaient pas gardé de documents par devers eux13. Il faisait « appel à la responsabilité et à la compréhension des camarades pour qu’ils confient au parti les archives personnelles qu’ils s’étaient constituées au cours de leur activité »14. La recommandation fut de fait entendue par les dirigeants du parti qui évitaient d’emmener la documentation à leur domicile ou (dans le cas où ils l’auraient fait par le passé) préparaient le retour de leurs papiers au parti après leur mort (c’est le cas, par exemple, d’Agostino Novella et d’Edoardo D’Onofrio : les papiers de ce dernier furent intégrés dans la documentation du parti). Les fonds personnels des dirigeants furent en partie traités et microfilmés par le service des archives et, pour une autre partie, sont parvenus à la Fondation où ils ont été traités. Les fonds personnels sont donc une partie intégrante des archives du parti communiste.

  • 15  APCI, Ufficio archivio, mf, 510, ff. 2888-2900.

19En 1982, un rapport de Bruno Sclavo récapitule l’état des travaux : le service des archives s’occupe des papiers du Secrétariat (même si ce terme inclut aussi le Comité central et la direction) et met en lumière la nécessité d’étendre les compétences du service des archives au point de créer ce qui définit les archives du parti elles-mêmes, c’est-à-dire la gestion de la documentation du Secrétariat (au sens large) et des sections de travail. En 1982, encore, chaque section continuait à gérer sa propre documentation et effectuait des versements aux archives centrales seulement en cas de changement de responsable, de déménagement des bureaux, etc. L’idée de Sclavo était d’instituer un registre pour toutes les sections de travail (alors que seules quelques-unes utilisaient cet instrument) et d’étendre aussi aux sections la méthodologie de la gestion des documents qui était appliquée pour le Secrétariat. Elle proposait, en outre, de créer différents niveaux d’accès à la documentation. Pour la documentation du parti, l’accès libre devait être consenti seulement aux membres de l’organe qui produisait la documentation : le reste du personnel de l’appareil devait obtenir l’autorisation écrite du Secrétariat. La documentation définie comme « semi-publique », en revanche, était librement accessible à chaque membre de l’appareil et des demandes de consultation pouvaient être faites par des chercheurs, par l’intermédiaire de l’Institut Gramsci, ou par des journalistes, via le service de presse15.

20Les archives du Parti communiste italien se composent donc de trois gros noyaux qui documentent la même période. D’abord, la partie des papiers traitée et classée par les archivistes du parti qui est organisée par année et, au sein de chaque année, est ordonnée sur la base du cadre de classement : il s’agit des archives reclassées par le service des archives jusqu’au début des années 70 et des papiers du Secrétariat à partir de 1973. Ceci est le noyau le plus consistant des archives : il contient de la correspondance, des notes, des rapports ainsi que de la « littérature grise » ou des publications. Ensuite, la partie des papiers expédiée à Moscou et revenue en Italie, laquelle a été réordonnée sur la base des indications retrouvées sur les chemises. Et enfin, une partie non classée qui rassemble surtout les papiers des différentes sections de travail. Dans ce bloc-là ont été retrouvés quelques dossiers originaux, à côté de la documentation simplement intégrée d’après le bureau de provenance. Il s’agit de correspondance, de rapports, de matériaux d’étude et de « littérature grise » ou de matériaux de documentation. Il existe un fichier informatisé de cette partie.

  • 16  Pour une description d’ensemble des archives du PCI, nous renvoyons à la Guida ondine des archives (...)

21Une recherche profitable, compte tenu de la structuration complexe des papiers, devra nécessairement explorer tous les noyaux de documentation. Actuellement, donc, les archives du parti sont consultables en utilisant différents outils de recherche : le fichier analytique des procès-verbaux des organes dirigeants (en base de données pour ce qui est des archives de Moscou ou en version papier pour les années comprises entre 1958 et 1972) qui comporte les ordres du jour et – pour les comités centraux – également les personnes présentes ; les catalogues de la documentation microfilmée, malheureusement inégaux entre eux pour ce qui concerne le niveau analytique et descriptif (dans quelques cas chaque document est indiqué, alors que dans d’autres n’existe qu’une indication générique) ; l’inventaire analytique et informatisé de la partie non microfilmée (tant classée que non classée)16.

  • 17  APCI, Fondo Mosca, Direzione, mf. 117, procès verbal du 18 janvier 1955.

22L’organe qui, avec le Secrétariat, s’occupait de la gestion des relations internationales était la section des Affaires étrangères. Réorganisée après le VIe congrès (1948) sous le nom de commission du Comité central pour la politique étrangère et les liaisons avec les autres partis communistes, ses missions relevaient initialement moins de « l’activité directe » que de l’étude ou de la documentation, s’employant toutefois à maintenir les rapports avec les partis communistes de différents pays. En 1955, il lui fut proposé l’augmentation de ses compétences, par l’attribution de missions d’études sur des questions de politique internationale, de maintien des liens avec les partis communistes ou les associations d’amitié17. Au cours des années qui suivirent, son champ d’action s’accrut progressivement : elle s’occupait non seulement des relations avec les partis « frères », mais aussi, en général, des rapports avec les pays étrangers. Bien que la documentation conservée dans les séries dédiées à la section des Affaires étrangères soit, pour la majeure partie, de type « organisation interne » (circulaires aux fédérations et comités provinciaux pour l’organisation de voyages, vacances à l’étranger, etc.), les documents relatifs à des questions d’ordre général n’y font pas défaut, non plus que, parfois, des notes ou des rapports développés par des permanents de la section sur des sujets de grande importance.

23La majeure partie de la matière consacrée aux relations internationales est cependant conservée dans la série « Étranger » des archives. Celle-ci est divisée en plusieurs sous-séries. La sous-série « Pays » contient la documentation relative aux différents pays : il s’agit de correspondances principalement avec des partis communistes et socialistes, de matériel documentaire, de correspondance relative à des pays étrangers, de notes et rapports de voyage, de protocoles de collaboration, etc. « Rencontres internationales » concerne la documentation relative aux colloques et rencontres internationales. « Europe » apparaît à partir des années 70 et contient surtout de la documentation relative aux travaux du Parlement européen et des organes communautaires. « Organisations internationales des partis et mouvements » rassemble du courrier, des programmes et des notes sur les organisations internationales. « Associations d’amitié » contient de la correspondance, des programmes et des rapports d’activité des différentes associations d’amitié avec les pays socialistes. « Instituts » recueille de la correspondance et de la documentation relative à différents instituts, à des actes de colloque et des rencontres internationales. « Mouvements pour la paix » contient de la correspondance et de la documentation diverse, ainsi que de nombreux actes de colloque. « Nouvelle revue internationale. Problèmes de la paix et du socialisme » regroupe de la correspondance, des notes, des articles ou ébauches d’articles et de la documentation de la rédaction italienne dont des rapports d’activité. « Organismes internationaux », enfin, contient de la documentation au sujet de colloques et rencontres internationales.

24Pour ce qui concerne les relations internationales et, en particulier, les relations entre le PCI et le PCF, la majeure partie de la documentation se trouve dans la série « Étranger » et dans le dossier qui était tous les ans consacré à la France. Ce dossier annuel contient la documentation courante sur les rapports avec le PCF et d’autres partis français, ainsi que du matériel se référant à la France en général. D’habitude, il s’agit de correspondance (dont beaucoup de type « protocolaire » comme des invitations, des vœux de début et de fin d’année, des communiqués relatifs aux anniversaires des secrétaires et leaders). Celle-ci est relative pour la plus grande partie à l’organisation de délégations, d’invitations aux fêtes de l’Unità et de L’Humanité. D’un intérêt tout particulier est la correspondance qui transmet des documents politiques ou les notes concernant des rencontres. Dans les cas de rencontres entre délégations ou de visites, les communiqués de presse conjoints, les déclarations et, en général, la documentation produite durant la rencontre, y figurent. À côté néanmoins de la documentation pour ainsi dire externe, on trouve les notes internes, adressées au Secrétariat, que les permanents du PCI rédigeaient pour chaque voyage ou rencontre, voire pour un simple entretien ou appel téléphonique. En plus de la documentation relative aux rapports avec les partis communistes des différents pays, les dossiers par pays de la série « Étranger » contiennent des données concernant le pays en général. La France ne fait évidemment pas exception et les dossiers contiennent un matériel abondant qui traite les questions les plus variées concernant ce pays : correspondance individuelle avec des citoyens (pas nécessairement militants du PCI ou du PCF), interviews de dirigeants du parti, invitations à des colloques, manifestations à caractère politique ou culturel et, finalement, échanges de courrier avec les partis du pays autres que le PCF.

25Outre le dossier annuel de la série « Étranger », la documentation relative aux relations entre le PCI et le PCF se retrouve aussi dans d’autres séries documentaires. La plus importante – au moins en ce qui concerne l’attitude des sommités du parti italien – se trouve dans les procès-verbaux des organes dirigeants et, en particulier, de ceux de la direction, où le débat est précisément rendu par le compte rendu sténographique. Les procès-verbaux du Secrétariat sont plus concis (puisque comprenant parfois seulement les décisions prises), tandis que pour le Comité central, le sténogramme n’est pas toujours conservé.

26À partir des années 60, et dans une plus large mesure pour la décennie suivante, une autre documentation intéressante se trouve dans la série « Rencontres internationales », lorsque augmentent progressivement les rencontres entre les partis communistes des pays européens et, en particulier, ceux des pays de l’Europe capitaliste. En plus des actes des rencontres officielles, on y retrouve du matériel préparatoire, des courriers et des notes internes. Quoique ne concernant pas nécessairement le lien entre PCI et PCF, les papiers du Bureau de l’Émigration contiennent aussi des données qui intéressent la France, les conditions de vie des émigrés italiens dans ce pays et l’activité du PCI parmi eux.

Haut de page

Notes

1  Sur l’histoire des archives du PCI, nous renvoyons à Linda Giuva, introduction à Guida agli archivi della Fondazione Istituto Gramsci, Rome, Editori riuniti, 1994.

2  Linda Giuva, L’Archivio del Partito comunista italiano in Gli archivi dei partiti politici, Rome, Ministero per i beni culturali e ambientali, 1996, p. 74.

3  Daniela Boni, Fondo Mosca (1939-1958). Inventario.

4  Fondazione istituto Gramsci, Archivi del Partito comunista italiano (APCI), Ufficio archivio, mf 209, ff. 1240-1, « Nota su viaggio a Mosca (dal 19/2 al 27/2/1975) per le questioni d’archivio », de Giovanni Aglietto pour Armando Cossutta.

5  « Les paquets 31, 32, 33, celle de l’Ufficio quadri, numérotés de 1 à 15 et les 17 envoyés par le Secrétariat entre 1955 et 1958 ont été transformés en 76 “paquets”. Durant ces opérations, fut malheureusement perdue la numérotation originale, sur laquelle nous avons des informations grâce au tableau ci-dessus, mais relativement à laquelle manque l’exacte correspondance avec la numérotation attribuée par les permanents du PCI, ainsi que avec chaque dossier. Ainsi, dans le cas des cinq derniers envois, n’est-il pas possible de reconstituer l’ordre exact des expéditions : le matériel parvenu en 22 paquets progressivement numérotés était originellement réparti en 104 enveloppes (17 paquets) ; il est presque impossible de reconstituer lesquels furent envoyés avant et lesquels après, lesquels originellement formaient un bloc unique et lesquels ont été éventuellement déclassés après leur récupération », dans D. Boni, Fondo Mosca (1939-1958). Inventario.

6  D. Boni, Introduction à l’Inventario del Fondo Mosca.

7  L. Giuva, L’Archivio del Partito comunista italiano, op. cit., p. 72.

8  APCI, Apparato, mf. 489 ff. 3254-54, Note pour le Bureau du Secrétariat, 8 janvier 1963.

9  APCI, Ufficio archivio, mf. 060 f. 004, Rapport de Checchini pour Aglietto et Mauro Galleni, 25 novembre 1971.

10  L. Giuva, L’Archivio del Partito comunista italiano, op. cit., p. 73.

11  APCI, Ufficio archivio, mf 057, ff. 518-21.

12  APCI, Ufficio archivio, mf 057, ff. 779 et suiv.

13  À l’exception d’Angelo Tasca qui, selon les compilateurs du document, avait laissé « un vide altérant gravement l’exhaustivité des archives ».

14  Ibidem, p. 780.

15  APCI, Ufficio archivio, mf, 510, ff. 2888-2900.

16  Pour une description d’ensemble des archives du PCI, nous renvoyons à la Guida ondine des archives de la Fondation, de l’Institut Gramsci http://www.fondazionegramsci.org/guida_gramsci/index_ok. htm

17  APCI, Fondo Mosca, Direzione, mf. 117, procès verbal du 18 janvier 1955.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cristiana Pipitone, « Les archives du Parti communiste italien », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 112-113 | 2010, 166-176.

Référence électronique

Cristiana Pipitone, « Les archives du Parti communiste italien », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/2148

Haut de page

Auteur

Cristiana Pipitone

Archiviste Fondation Institut Gramsci

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page