Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Yannick Ripa, L’Affaire Rouy. Une femme contre l’asile au xixe siècle

Paris, Tallandier, 2010, 296 p.
Nicole Edelman
Référence(s) :

Yannick Ripa, L’Affaire Rouy. Une femme contre l’asile au xixe siècle, Paris, Tallandier, 2010, 296 p.

Texte intégral

  • 1  Yannick Ripa, Contribution à une histoire des femmes, des médecins et de la folie à l’âge d’or de (...)
  • 2  Mlle Hersilie Rouy. Mémoires d’une aliénée, publiés par É. Le Normant des Varannes [avec une préfa (...)
  • 3  Ces détails biographiques précis (et beaucoup d’autres points encore) sont à lire dans le tome 3 ( (...)

1Yannick Ripa, spécialiste de l’histoire des femmes au xixe siècle, retrouve après quelques décennies les sujets qu’elle avait traités dans sa thèse1 puis dans son livre La ronde des folles. Femme, folie et enfermement au xixe siècle publié en 1986. Hersilie Rouy (1814-1881) est en effet une femme bien connue des historiens de la folie puisqu’elle a tenu un journal d’enfermement, dont une publication, sous le titre Mémoires d’une aliénée2, témoigne. Née dans un milieu aisé, elle a reçu une bonne éducation – elle est tour à tour institutrice et pianiste – mais son père, ancien épicier devenu mathématicien et astronome, est… bigame, puisqu’il a épousé sa mère en étant encore marié à une première femme. Sa naissance (ainsi que celle de ses quatre frères et sœurs) est donc marquée par l’illégitimité, tandis que son demi-frère, issu du premier lit, se trouve être le seul enfant légitime, le seul donc à pouvoir se réclamer du nom de Rouy. L’histoire commence en 1854, quand Hersilie Rouy se trouve internée pour… quatorze ans, arbitrairement et sous une identité qui n’est pas celle de son patronyme. Les raisons de sa séquestration sont complexes : si certains de ses voisins se sont plaints de son comportement, si ses lettres sont parfois délirantes, si le problème de son identité est sans doute nodal, c’est son demi-frère, enfant légitime donc, qui l’a fait interner illégalement. Ballottée d’asile en asile, Hersilie Rouy ne cessera jamais de proclamer et d’écrire qu’elle est séquestrée arbitrairement et que les traitements asilaires sont aberrants, inefficaces voire cruels. Ses lettres, réclamations, plaintes sont incessantes et ses écrits d’enfermement prennent donc la forme d’un journal, l’ensemble parvenant peu ou prou à l’extérieur de l’asile. Finalement après quatorze années, le directeur de l’hospice d’Orléans, dernier lieu de son internement, Édouard Le Normant des Varannes, soutenu par son épouse, croit à son histoire et la fait enfin sortir en 1868. La lutte d’Hersilie Rouy ne se termine pas pour autant : elle veut obtenir réparation et porte plainte devant la justice, puis dépose une pétition en juillet 1870 au président de l’Assemblée nationale, mais la guerre franco-prussienne et la Commune retardent toute décision. Pourtant, la IIIe République lui accorde une pension en 1877 augmentée en 1878, mais Hersilie Rouy veut plus encore, elle exige des excuses. C’est alors que commence « l’affaire Rouy » qui rejoint le mouvement anti-aliéniste déjà commencé activement et la lutte pour la révision de la loi asilaire de 1838. Cependant, Hersilie Rouy ne verra pas ces démarches aboutir puisqu’elle meurt en 1881 Si cet éclairage biographique est connu3, le livre de Yannick Ripa ne le laisse découvrir que très lentement, souvent de manière confuse, ce qui, à moins de vouloir écrire un roman, gêne la lecture et la compréhension historique.

  • 4  Certes, Y. Ripa cite les travaux d’A. Fauvel qui dépassent largement le cas d’Hersilie Rouy, mais (...)
  • 5  Marc Ways, directeur de l’IREFL (Institut de recherche sur les fous littéraires) sait où se trouve (...)

2Le titre du livre L’Affaire Rouy laissait penser que Yannick Ripa situerait son travail d’historienne parmi ceux des nombreux chercheurs4 ayant déjà étudié cette aliénée, la plus célèbre du xixe siècle, et nous proposerait une solide présentation historiographique en nous montrant en quoi elle renouvelle l’approche de cette question. Il n’en est rien et, pour un néophyte de cette question, l’ouvrage peut laisser croire qu’elle est la seule à avoir vraiment étudié le cas de cette femme. En effet, les treize premiers chapitres, soit les deux grandes premières parties de l’ouvrage, racontent une histoire qui suit pas à pas le récit des Mémoires d’une aliénée publié en 1883. Yannick Ripa traite ainsi ce récit comme s’il était un vrai témoignage, celui « d’une femme contre l’asile au xixe siècle », comme l’indique le sous-titre de son livre. Manifestement, elle ignore donc que ces Mémoires sont une version censurée des écrits d’Hersilie Rouy5 ! Certes, Yannick Ripa éclaire ici et là les noms d’aliénistes et d’asiles cités, définit des nosologies de la folie, rappelle les conditions de vie asilaires souvent déplorables, etc, mais elle ne fait dans ces chapitres qu’un récit linéaire de l’histoire d’Hersilie Rouy. Elle cite souvent – et très longuement – les Mémoires, n’hésitant pas à approuver l’indignation d’Hersilie Rouy et sa charge contre ses conditions d’enfermement, argumentant pour elle bien souvent sur le thème d’une société misogyne et d’un monde médical d’aliénistes remplis de préjugés (y compris nosologiques). Elle la fait vivre, l’imaginant à certains moments de sa vie, ainsi : « C’est sur le quai de la gare de Lyon qu’Hersilie fait ses premiers pas dans le monde des gens ordinaires qui la frôlent sans lui prêter attention, le monde des gens normaux. On l’imagine un peu perdue, ivre d’espace, si ce n’est encore de liberté. » (p. 149)

  • 6  Les deux ouvrages sont publiés chez Gallimard.

3Ce n’est donc que dans la troisième et dernière partie (chapitres 14 à 17), que, tout en restant attachée aux Mémoires, Yannick Ripa traite de « l’affaire Rouy » elle-même, affaire familiale (fort complexe et la nombreuse fratrie d’Hersilie aurait dû être analysée dans ses liens compliqués) et surtout politique puisque ses écrits vont s’inscrire dans le mouvement anti-aliéniste, dès la fin des années 1879. Or, si ces chapitres répondent bien au titre du livre, tous les éléments en sont déjà bien connus, notamment depuis la thèse de l’historienne Aude Fauvel, Témoins aliénés et « Bastille moderne ». Une histoire politique, sociale et culturelle des asiles en France (1800-1914), qui a profondément renouvelé l’approche de l’histoire de la folie et des aliénés et qui va très prochainement donner lieu à une publication, travail que Y. Ripa connaît (mais ne cite qu’en note comme une référence parmi d’autres). Ainsi, l’approche des Mémoires d’une aliénée et de « l’affaire Rouy » que propose Yannick Ripa n’ouvre pas de perspective historique novatrice. L’une des pistes, sans doute la moins bien connue, celle qui ouvre sur l’occulte, aurait pu être explorée plus avant. En effet, l’ouvrage, publié en 1882 par Édouard Le Normant des Varannes, l’homme même qui libéra Hersilie Rouy, intitulé Les Mémoires d’une feuille de papier écrites par elle même, présente une Eucharis Champigny (pseudonyme manifeste d’Hersilie Rouy), comme une fille cachée de Henri V (Hersilie a signé des lettres ainsi) et comme une nouvelle sibylle et le livre dévoile l’existence d’une société secrète qui doit détruire la société. Cet espace de l’occulte n’est pas pour autant analysé, même si Yannick Ripa note que « sauf à croire que les contemporains de Le Normant des Varannes sont tous atteints de troubles mentaux, le succès de l’ouvrage prouve que son récit répond à une demande et est révélateur des mentalités d’alors » (p. 233). « Mentalités » que l’auteur n’éclaire que de quelques remarques entremêlant spiritisme, occultisme et magnétisme, montrant une grande incompréhension des liens dialectiques existant entre science et croyance au XIXe et une méconnaissance des travaux récents sur ces thèmes. Par ailleurs, Yannick Ripa ne traite pas de certaines questions méthodologiques pourtant essentielles pour une historienne : celle de l’écriture même d’Hersilie Rouy, celle du rapport à la parole malade, voire délirante, celle de la véracité d’un « témoignage » et plus généralement celle du statut de ces Mémoires. Et si elle parle des « fous littéraires », c’est pour citer ceux qui en ont parlé, dont le roman de Raymond Queneau, Les enfants du limon publié en 1938, et non sa réflexion beaucoup plus fine qui n’a pu être publiée qu’en 2002, Aux confins des ténèbres. Les fous littéraires6, qui ouvre sur une profonde analyse de cette question.

4Pour conclure, on peut donc regretter que Yannick Ripa n’ait pas choisi de nous proposer une réédition des Mémoires d’une aliénée ou… d’écrire un roman historique sur cette femme extraordinaire.

Haut de page

Notes

1  Yannick Ripa, Contribution à une histoire des femmes, des médecins et de la folie à l’âge d’or de l’aliénisme français (1838-1860), thèse de troisième cycle, 1983.

2  Mlle Hersilie Rouy. Mémoires d’une aliénée, publiés par É. Le Normant des Varannes [avec une préface de Jules-Stanislas Doinel], In-18, XII-540 p., portrait, plan et fac-similé, Paris, P. Ollendorff, 1883.

3  Ces détails biographiques précis (et beaucoup d’autres points encore) sont à lire dans le tome 3 (Annexes) et le tome 1 (p. 213-221) de la thèse d’Aude Fauvel, Témoins aliénés et « Bastille moderne ». Une histoire politique, sociale et culturelle des asiles en France (1800-1914), soutenue en 2005 à l’EHESS.

4  Certes, Y. Ripa cite les travaux d’A. Fauvel qui dépassent largement le cas d’Hersilie Rouy, mais sans jamais les analyser ! Sont cités aussi les articles de Le coq héron, n° 152, 1998, de Laurent Soulayrol et de Anne Roche, mais pas le livre de Suzanna Wilson. Voices from the Asylum. Four French Women Writers, 1850-1920. New York/Oxford, Oxford University Press-USA, 2010, ni le site Internet qui fait d’Hersilie Rouy l’une des premières résistantes à l’oppression psychiatrique : http://www.picosearch.com/cgi-bin/ts.pl?index=452669 & query = hersilie + rouy & search = Search

5  Marc Ways, directeur de l’IREFL (Institut de recherche sur les fous littéraires) sait où se trouve l’original complet.

6  Les deux ouvrages sont publiés chez Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Edelman, « Yannick Ripa, L’Affaire Rouy. Une femme contre l’asile au xixe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 112-113 | 2010, mis en ligne le 03 mars 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/2178

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page