Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Philip Dray, There is Power in a Union. The Epic Story of Labor in America

New York, Doubleday, 2010, 784 p.
Chloé Maurel
Référence(s) :

Philip Dray, There is Power in a Union. The Epic Story of Labor in America, New York, Doubleday, 2010, 784 p.

Texte intégral

1Dans ce volumineux ouvrage (plus de 770 pages), l’auteur, historien et journaliste, dresse une vaste fresque de l’histoire du travail et des mouvements sociaux aux États-Unis, du milieu du xixe siècle à nos jours. Il évoque des événements marquants comme, par exemple, le massacre de Haymarket Square à Chicago en mai 1886, point culminant de la lutte pour la journée de huit heures aux États-Unis et élément majeur à l’origine de la fête du Travail célébrée, depuis, le 1er mai ; ou la Pullman Strike, conflit social d’ampleur nationale qui eut lieu en 1894 et au cours duquel le président Grover Cleveland envoya les troupes fédérales à Chicago pour faire cesser la grève ; ou la grève des ouvrières du textile organisée en 1909 par l’International Ladies’Garment Workers Union (ILGWU) ; ou encore l’incendie de l’usine Triangle Shirtwais en 1911 à New York, l’une des catastrophes industrielles les plus meurtrières de l’histoire de la ville, qui causa la mort de 146 ouvriers, essentiellement des femmes, et conduisit à la promulgation d’une loi requérant l’amélioration des normes de sécurité dans les usines. Il évoque aussi le massacre de Ludlow dans le Colorado, au cours duquel plus d’une dizaine de mineurs grévistes trouvèrent la mort en avril 1914 à la suite d’un long affrontement entre les 1 200 grévistes et les soldats de la garde nationale (ce fut l’événement le plus sanglant de la longue grève du charbon du Colorado en 1913-1914) ; ou la Poor People’s Campaign, organisée en 1967-1968 par Martin Luther KingJr., et la Southern Christian Leadership Conference (SCLC), organisée afin de lutter pour la justice sociale ; ou encore la désastreuse grève du syndicat américain des contrôleurs aériens, PATCO, en 1981 –du fait de la loi qui interdisait les grèves des syndicats d’employés de l’État, les 11 000 contrôleurs qui refusèrent de reprendre le travail furent renvoyés par le président Reagan et le syndicat PATCO perdit son accréditation légale.

2L’auteur évoque également des grandes figures du syndicalisme comme le socialiste Eugene Debs, l’un des fondateurs du syndicat des Industrial Workers of the World (IWW), qui fut candidat du Parti socialiste pour les élections présidentielles à cinq reprises ; Mother Jones (Mary Harris Jones), militante syndicaliste et socialiste, membre des IWW, qui s’est illustrée en organisant des manifestations de femmes et d’enfants, et notamment en 1903, une marche d’enfants travaillant dans les manufactures et les mines de Kensington (Pennsylvanie), et qui a contribué à mettre la question du travail des enfants en débat sur la place publique ; « Big », Bill Haywood, figure centrale du mouvement ouvrier, dirigeant de la Western Federation of Miners, membre fondateur et leader des IWW et membre du comité exécutif du Parti socialiste ; Joe Hill, chanteur engagé, membre des IWW, exécuté pour meurtre après un procès controversé et devenu le sujet d’une célèbre folksong ; John L. Lewis, président de l’United Mine Workers of America de 1920 à 1960, et président du Congrès des organisations industrielles de 1935 à 1940 ; et Walter Reuther, président de l’United Auto Workers de 1946 à 1970 et président, de 1952 à 1955,du Congress of Industrial Organizations (CIO) qu’il mena à la réunification avec l’AFL pour former l’AFL-CIO.

3Philip Dray relate aussi les étapes et les circonstances de l’obtention des grands acquis sociaux, comme ceux du New Deal (le NIRA notamment), l’Equal Employment Opportunity Act en 1964, la création du Medicare en 1965, le Fair Housing Act en 1968.

4Cet ouvrage de synthèse, destiné aussi bien au grand public qu’aux étudiants et historiens, offre un panorama foisonnant de l’histoire des mouvements sociaux et des luttes syndicales aux États-Unis. Toutefois, le propos se perd parfois dans le détail des événements et, inversement, certains épisodes importants ne sont traités que de manière allusive. Malgré un certain manque de clarté, l’ouvrage est intéressant et peut être utile aux américanistes français car il tient compte des recherches récentes dans le domaine de l’histoire sociale des États-Unis et en offre un récit unifié sur une longue période. De nombreuses notes et la bibliographie font référence à des travaux spécialisés, et un index permet de se repérer dans cette vaste « épopée » de l’histoire des travailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Maurel, « Philip Dray, There is Power in a Union. The Epic Story of Labor in America », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 114 | 2011, mis en ligne le 22 juin 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/2252

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page