Navigation – Plan du site
DOSSIER

Les hommes politiques de la voix à l’image

Retour sur le débat télévisé John Kennedy/Richard Nixon en 1960
Romain Huret1
p. 49-62

Résumé

La confrontation entre Kennedy et Nixon lors de l’élection de 1960 a souvent été décrite à l’aune d’un débat télévisé ayant tourné à l’avantage du premier. L’auteur revient sur cette élection en relativisant l’impact de l’algarade médiatique. Il rappelle que Nixon est d’abord le favori et que les deux candidats ont des programmes politiques extrêmement proches (fédérés notamment par l’anticommunisme). Les styles de Nixon et Kennedy sont en revanche différents : le premier veut lisser son image et faire jouer sa maturité politique de vice-président, le second critique l’immobilisme d’une administration républicaine en place depuis huit ans. Les primaires n’ont pas été favorables à Nixon qui, faute d’adversaire, est apparu isolé. Le premier débat télévisé (sur les quatre au total) tourne à l’avantage de Kennedy : fatigué et nerveux, Nixon fait pâle figure. Mais les trois autres débats, rappelle l’auteur, sont incontestablement à son avantage. L’article détaille ensuite les campagnes des deux candidats et signale les hésitations de Nixon (sur les droits civiques), son incapacité à mettre en valeur ses propres positions, ses rapports tendus avec la presse. L’auteur rappelle enfin que l’élection fut particulièrement serrée. Finalement, si le débat de 1960 n’est pas le révélateur de la victoire finale de Kennedy, il marque toutefois l’entrée du politique dans l’ère médiatique et sa totale subordination aux normes qui s’y déploient.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

États-Unis

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 2  William Miller, Henry Cabot Lodge. À Biography, New York, 1967, p. 320 ; Gary Donaldson, The First (...)

1Pendant la convention républicaine qui se tient à Chicago au cours du mois de juillet 1960, Nixon réunit les principaux cadres du parti à l’hôtel Blackstone de Chicago. Dans la grande salle de réunion, la Sheraton Room, alors que les verres de scotch sont avalés rapidement et les cigares fumés avec délectation, les cadres du parti règlent le sort du vice-président devant figurer aux côtés de Nixon sur le ticket républicain. Si les discussions ont été vives, Richard Nixon a choisi Henry Cabot Lodge, une figure rassurante, incarnation d’un républicanisme modéré dominant depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale2. Le choix est révélateur du pari nixonien : renforcer coûte que coûte son image consensuelle car il sait qu’elle est mauvaise dans l’opinion publique. Nixon a eu le temps de réfléchir à cette élection depuis de longues années. « Efface ton image d’assassin ! » lui conseille encore Henry Cabot Lodge quelques heures avant son premier entretien télévisé face à John Kennedy ; « fais oublier l’image d’Herblock » lui demandent d’autres. Pour être élu, Nixon comprend qu’il doit offrir une image plus consensuelle, éloignée de cette image de Richard le Tricheur (Tricky Dick) qui lui colle à la peau. Depuis son entrée en politique, sa réputation ! Cette vision négative contraste avec la rapidité et le succès de sa carrière politique : élu à la Chambre des représentants en 1946, puis sénateur en 1950, il devient vice-président en 1952, se forgeant peu à peu une stature d’homme d’État. Toutefois, les critiques ne cessent pas, notamment de la part des caricaturistes qui se plaisent à décrire sa vilenie. Herbert Block, qui signe ses dessins Herblock, voit en lui un personnage brutal et dangereux. Le plus célèbre de ses dessins, publié dans le Washington Post en 1954, présente le vice-président sortant d’un égout pour propager son fiel anticommuniste, le visage bouffi, mal rasé, avec un costume à l’étoffe grossière et une valise de représentant de commerce. En réaction à ce dessin qu’il juge insultant, Nixon résilie son abonnement au quotidien. Toutefois, ce problème d’image ne l’inquiète pas trop car le vice-président est l’incontestable favori de l’élection. Depuis huit ans, il a patiemment parcouru le pays et noué des contacts étroits avec des groupes d’intérêt, adoptant ainsi une stratégie qui a remarquablement fonctionné avec les libéraux (liberals). Plus encore, il fait valoir son importante expérience gouvernementale, notamment dans le domaine de la politique étrangère. En 1959, Nixon n’a pas anticipé les transformations en cours de la vie politique américaine, en particulier le renforcement de la médiatisation avec le rôle nouveau joué par la télévision et les mutations de la sociologie de l’électorat, plus jeune et féminisé. Pour la première fois de la vie politique américaine, les deux candidats en présence vont s’affronter à la télévision. Et ce débat a donné, semble-t-il, un avantage considérable à un jeune sénateur du Massachusetts, alors peu connu du grand public, John Fitzgerald Kennedy. Cette entrée de l’image télévisée a placé le débat de 1960 dans la légende politique en lui donnant une légitimité forte : les images ont révélé au peuple américain la valeur intrinsèque des deux candidats et dévoilé les turpitudes nixoniennes qui se révèleront quelques années plus tard avec la tragique affaire du Watergate. Toutefois, et c’est l’espoir de cet article, si son rôle n’est pas négligeable, l’impact du débat est fortement à relativiser.

Une élection placée sous le signe du consensus

  • 3  Theodore White, The Making of the President, 1960, New York, Atheneum Publishers, 1961.

2Le récit de l’élection de 1960 est souvent très défavorable à Richard Nixon. Texte fondateur, le compte rendu du journaliste Theodore White, The Making of the President, narre l’inexorable défaite du candidat républicain, dont la fadeur et la rouerie contrastent avec le charisme et l’optimisme de celui qu’une légende rose dépeint déjà sous les traits du légendaire Camelot3. Proche du clan Kennedy, et notamment de l’épouse du président, Jackie, White écrit un ouvrage à charge motivé par d’évidentes raisons politiciennes. Cette description d’une victoire inexorable est un contresens dans la mesure où Nixon est incontestablement le favori de l’élection.

  • 4  Christopher Matthews, Kennedy & Nixon. The Rivalry that Shaped Postwar America, New York, Touchsto (...)

3Jusqu’à cette date, l’homme n’a connu que des victoires et espère mettre à profit son expérience. Il possède l’expérience des rouages de l’État ainsi qu’une base électorale large qui lui permettent de se distinguer de son concurrent démocrate John Kennedy, alors peu connu du grand public, à tel point que le choix par les démocrates du jeune sénateur du Massachusetts est accueilli avec satisfaction. Les deux hommes se connaissent bien car ils sont issus de la même génération politique d’après-guerre. Extrêmement jeunes pour briguer un tel poste, quarante-sept ans pour Nixon, quarante-trois pour Kennedy, entrés tous les deux au Congrès en 1946, ils n’en sont pas moins très différents4. L’héritier bostonien a peu de choses en commun avec le fils de petit commerçant californien. Mais si les origines sociales les distinguent, le style et le contenu politique les rapprochent fortement. L’un et l’autre ont fait de l’anti-communisme leur cheval de bataille. Du côté de Nixon, on retrouve les relents populistes d’une partie de la population qui a toujours rejeté l’idée même de communisme ; du côté de Kennedy, l’anti-communisme est à chercher dans ses origines catholiques : à plusieurs reprises, le sénateur du Massachusetts a dénoncé le « long combat contre les ténèbres » et exprimé avec virulence sa haine viscérale du modèle communiste. Les deux hommes sont également unis par une approche virile de la vie politique. Face à la volonté infructueuse du parti démocrate de mettre en avant des candidats trop intellectuels, dont Adlai Stevenson fut par deux fois l’exemple le plus frappant, Kennedy a joué à l’inverse la carte de la virilité et de la force politique. La campagne électorale entre les deux hommes s’annonce donc particulièrement musclée. Sans surprise, en raison de la similitude du programme et des conceptions identiques en matière de politique étrangère, les deux candidats rencontrent des difficultés pour se distinguer. Preuve de ce consensus, Nixon déclare alors qu’il a beaucoup d’admiration pour le président démocrate Harry Truman ! De façon intéressante également, alors que la campagne est extrêmement dure sur le terrain entre les militants, la courtoisie domine entre les deux candidats. Conscient de l’intérêt qu’il suscite chez les électeurs catholiques, Nixon refuse d’utiliser la carte de l’anticatholicisme, souvent efficace aux États-Unis. Du côté de Kennedy, le choix est également motivé par la volonté d’apparaître comme un homme d’expérience, capable de maîtriser ses nerfs.

  • 5  Cité dans William Leuchtenburg, Troubled Feast. American society since 1945, Boston, Little, Brown (...)
  • 6  Voir Michael Latham, Modernization as Ideology. American Social Science and « Nation Building » in (...)

4Face à la similitude de la substance, les deux hommes décident de se différencier par un style différent. Soucieux de lisser son image dans l’opinion, Nixon joue la carte de la maturité, notamment en matière de politique étrangère, pour mieux rappeler l’inexpérience du sénateur de Boston. Le changement de ton amuse les démocrates : « Nixon a jeté son épée et se présente désormais sous les traits d’un scout », ironise l’ancien candidat à la présidence, Adlai Stevenson5 ! Du côté de Kennedy, la stratégie consiste à critiquer l’immobilisme des années de gouvernance de Dwight Eisenhower, dont Nixon est le coresponsable. La métaphore du retard (gap) occupe une part importante dans les discours du candidat : en matière de missiles, d’écoles, de santé, le pays souffre d’un retard que les huit années de gouvernance républicaine ont contribué à creuser. Pour l’équipe de Kennedy, la récession économique de 1958 n’est pas un accident : elle reflète les insuffisances d’une politique économique trop gestionnaire et incapable d’anticiper sur l’avenir. L’équipe du président popularise alors l’idée de grands desseins nationaux pour promouvoir la nécessité de réformes rapides face à l’avance prise par l’URSS. Entouré d’idéologues de la modernisation, dont Walt Rostow est le plus actif, Kennedy renvoie son adversaire dans les cordes de la tradition et du conservatisme6. Cette rhétorique du risque rompt avec celle de la sécurité utilisée jusqu’alors par les candidats démocrates.

  • 7  Cité dans Stephen Ambrose, Eisenhower, New York, Simon and Schuster, 1983-1984, p. 524.
  • 8  Cité dans Gary Donaldson, The First Modern Campaign, op. cit, p. 62.
  • 9  Arthur Schlesinger, Kennedy or Nixon : Does It Make Any Difference ?, New York, Macmillan, 1960.

5Du côté des républicains, le début de campagne est laborieux. De façon délibérée, le président Eisenhower ne facilite pas la tâche à son ancien vice-président. Interrogé par des journalistes pour citer une seule mesure proposée par Nixon, le président, bien peu charitable, réclame une semaine pour répondre7 ! Si certains ont eu raison de rappeler que le travail du vice-président était souvent secret lors de ses voyages à l’étranger, le manque d’empressement est pour le moins gênant à l’approche de la campagne électorale. Alors qu’il est rôdé au jeu électoral, Nixon peine à entrer en campagne. L’absence de rivaux au sein du parti républicain rend le déroulement des primaires inintéressant pour les journalistes et l’opinion publique et contribue à isoler le candidat. Certains élus républicains tentent de le mettre en garde contre les dangers de cette routine élective. Au cours du mois d’avril, le sénateur de l’Ohio, John Bricker, s’entretient avec lui des risques de ce désintérêt médiatique alors que la lutte entre les deux candidats à l’investiture démocrate, John Kennedy et Hubert Humphrey, bat son plein et focalise l’attention des médias. Nixon lui répond que ce timing décalé lui sera profitable car cela lui permet de conserver un état de fraîcheur qui sera décisif à l’automne8. Mais la stratégie produit un effet inattendu : Nixon tend alors à apparaître comme un homme seul. Cet isolement nixonien est largement mis en scène par ses adversaires, en particulier les milieux intellectuels qui se mobilisent fortement contre lui. Schlesinger sonne la charge contre la dangerosité du personnage. Dans son ouvrage, Kennedy or Nixon : Does It Make Any Difference ?, il met en garde ses compatriotes contre la vilenie du personnage : le rôle de Nixon dans le procès Hiss ou encore la campagne délétère de 1950 contre Helen Douglas9. Les caricaturistes, notamment Herbert Block qui travaille au Washington Post, rafraîchissent la mémoire des citoyens en rappelant l’anticommunisme intrinsèque du personnage et ses méthodes.

6Cette focalisation sur le style des candidats donne un intérêt important aux quatre débats organisés pour la première fois à la télévision américaine.

La campagne en images : John Kennedy et Richard Nixon à la télévision

  • 10  Richard Tedlow, « Intellect on Television : The Quiz Show Scandals of the 1950s », American Quarte (...)
  • 11  Theodore Sorensen, Kennedy, New York, Norton, 1965, p. 196-197.

7Cette élection diffère des autres par la tenue pour la première fois de débats à la télévision entre les deux candidats. À cette date, plus de huit Américains sur dix possèdent une télévision. Les audiences sont alors considérables pour la majorité des émissions, comme le montre l’écho rencontré par le scandale d’un jeu télévisé à la fin des années 1950, impliquant un fils d’une bonne famille de la côte est, les Van Doren. Charles Van Doren avait été accusé de tricherie puisqu’il connaissait les réponses aux questions par avance10 ! La beauté et le charisme du jeune homme avaient été à dessein utilisés par la chaîne de télévision et les annonceurs pour attirer une audience croissante. Le pouvoir de conviction et de manipulation de la télévision est alors dans tous les esprits lorsque la campagne présidentielle débute. Pour permettre l’organisation des débats, le Congrès américain accepte de modifier la loi électorale qui impose un temps de parole identique sur les ondes à tous les candidats. Si quatorze candidats se présentent à l’investiture suprême en 1960, seuls les candidats des deux partis ont le droit de participer aux débats. Produits successivement par les trois grands réseaux de télévision, CBS, NBC et ABC, quatre débats opposent John Kennedy et Richard Nixon entre le 26 septembre et le 21 octobre11.

8La légende noire du débat, fortement entretenue par le texte de White et par Nixon lui-même, évoque l’excellente maîtrise des moyens de communication par le sénateur du Massachusetts et l’incapacité de Nixon à apparaître affable. Pourtant, au cours de l’été, Nixon est extrêmement confiant. La télévision ne l’effraie pas : en 1952, alors qu’il est empêtré dans une affaire de corruption électorale, n’a-t-il pas réussi à retourner l’opinion publique grâce à un discours à la télévision au cours duquel il parla de son chien, Checkers, et détailla avec une complaisance stupéfiante l’ensemble des biens et des crédits de sa famille ? En 1959, n’a-t-il pas réussi à damer le pion, devant les caméras, à Nikita Khrouchtchev lors du célèbre débat dans une cuisine (Kitchen Debate) au cours de l’exposition Moscou ? En 1960, il confie sa certitude à Earl Mazo qui rédige une biographie du candidat :

  • 13  Don Hewitt, Tell me a story : Fifty years and 60 minutes in television, New York, 1999, p. 67.

9Le premier débat, qui se tient le 26 septembre à Chicago, surprend tout le monde car le vice-président est malmené. L’équipe de Kennedy a parfaitement préparé le rendez-vous comme le confirme le producteur de CBS, Don Hewitt13. Dans son hôtel de Chicago, Kennedy a répété le débat avec ses proches conseillers. Pour sa part, Nixon n’arrive que la veille à Chicago et ne souhaite pas accorder la moindre importance au débat, pariant sur la spontanéité de l’échange et ses qualités de débatteur. Avant de se rendre dans le studio, il souhaite prononcer un discours devant le syndicat des charpentiers de la ville. L’emploi du temps chargé lui fait perdre de sa fraîcheur. C’est un Nixon fatigué, les traits tirés et le teint pâle, qui arrive dans les studios. Hewitt lui conseille d’utiliser les services d’une maquilleuse. Nixon refuse car Kennedy n’a pas voulu y avoir recours ! De plus, il aime débattre et demeure persuadé qu’il ne va faire qu’une bouchée du sénateur de la côte est.

10Le déroulement du débat semble ne pas contredire cette assurance. Les deux hommes commencent par évoquer les problèmes de politique intérieure. Comme ils le reconnaissent assez rapidement, ils ont un projet politique identique et diffèrent principalement sur les méthodes. L’un et l’autre revendiquent une Amérique en mouvement, une meilleure égalité des chances et une croissance économique durable. Kennedy évoque la difficile situation des Africains-Américains :

11Pour sa part, soucieux de renvoyer l’héritier Kennedy dans les cordes, Nixon évoque son expérience personnelle de la pauvreté, un rien mythifiée car la famille Nixon n’a jamais connu la grande pauvreté :

12Dans la mesure où Nixon accepte le consensus d’après-guerre, il reprend à son compte les grandes lignes du programme démocrate forgé au temps du New Deal et se distingue seulement en évoquant une gestion plus efficace et rationnelle des deniers des citoyens. Au cours de la série de questions-réponses qui suit les interventions liminaires des candidats, rien ne vient modifier ce sentiment de proximité idéologique des candidats. Toutefois, comme les deux candidats le comprennent après coup, le regard des spectateurs s’est déplacé du fond vers la forme.

  • 16  Jean-Baptiste Thoret, 26 Secondes. L’Amérique éclaboussée. L’assassinat de JFK et le cinéma améric (...)

13Dans ce domaine, Nixon perd beaucoup de points par rapport à son adversaire. Il apparaît usé, nerveux, fatigué, par opposition à la décontraction et à la jovialité de son adversaire. Face au teint hâlé de Kennedy, Nixon, qui vient de passer une semaine à l’hôpital, apparaît bien pâle et hagard. Un jeune réalisateur qui a fait ses premières armes à la télévision, Arthur Penn, a été recruté pour conseiller le candidat Kennedy. Penn reçoit l’autorisation d’aider à la réalisation. En coulisse, Penn comprend tout l’intérêt qu’il peut tirer de cette impréparation nixonienne et de son état de méforme16. De façon très habile, le jeune réalisateur demande des plans serrés sur son propre candidat, persuadé que l’équipe de Nixon va le suivre. Lors de la prise de parole de Nixon, l’effet attendu est au rendez-vous : les gouttes de sueur qui perlent sur le visage de Nixon, la nervosité apparente, la barbe peu soignée donnent une image désastreuse du candidat à la présidence. Les critiques récurrentes des caricaturistes sont désormais vues en gros plan par les Américains devant leur télévision.

  • 17  Theodore White, The Making of the President 1960, New York, Atheneum, 1961, p. 293.
  • 18  Gary Donaldson, The First Modern Campaign, op. cit.,p. 120-121.

14Preuve de la prise de conscience de l’erreur stratégique nixonienne, au lendemain du débat, son conseiller Herb Klein se voit enjoindre de « virer le maquilleur17 » ! Ce malaise est confirmé par la lecture de la presse. À l’unanimité, les journalistes estiment que Kennedy a remporté une importante victoire en réussissant son examen de passage auprès de la population américaine. Par rapport à Nixon l’expérimenté, le jeune sénateur n’a pas fait pâle figure et a, au contraire, démontré de réelles capacités de ténacité, tout en proposant un style présidentiel inédit, loin de la raideur un rien militaire proposée par Eisenhower et reproduite de façon mimétique par Nixon. Certes, l’échec de ce débat est compensé par des prestations plus réussies au cours des débats suivants où Nixon se montre plus habile sur les questions de politique intérieure et n’a de cesse d’exploiter l’inexpérience de son adversaire. À la différence de ce qui s’est déroulé à Chicago, Nixon semble beaucoup plus à son aise. Au cours du troisième débat, organisé le 13 octobre par la chaîne de télévision ABC, les deux candidats ne sont pas sur le même plateau, Kennedy est à New York et Nixon à Los Angeles. Ils s’adressent directement au peuple américain. L’absence physique de son adversaire semble convenir à Nixon. Il est particulièrement virulent et efficace ce soir-là et attaque Kennedy sur le sort des îles Quemoy et Matsu. Ces îles, contrôlées par Taïwan, sont réclamées par la Chine et servent à opposer les deux candidats, preuve une fois de plus de l’absence de différence majeure dans leurs positions18.

Un impact à relativiser

15C’est surtout sur le terrain strictement politique que Nixon échoue. Habitué à des campagnes de terrain, aimant parcourir le moindre recoin de sa circonscription, Nixon envisage dans un premier temps de parcourir l’ensemble des États américains de la même façon compulsive qu’il avait parcouru la Californie en 1946 et 1950. Cette volonté démiurgique apparaît impossible à mettre en œuvre et le vice-président doit sélectionner les États à parcourir. Le candidat hésite également sur la stratégie à suivre : faut-il poursuivre la lente conquête des États du Sud dans la continuité des résultats de 1952 et 1956 ? Eisenhower avait fait d’étonnants résultats au regard de la tradition démocrate de ces États. Le catholicisme de Kennedy pourrait être un repoussoir dans des États acquis depuis la guerre de Sécession au parti démocrate, pense alors Nixon. En Virginie, Robert Byrd ne cache pas son malaise face au choix des démocrates et l’affiche publiquement. Mais un tel choix l’oblige à ne pas soutenir l’électorat afro-américain qu’il a fortement courtisé dans les années 1950. Ces hésitations expliquent le manque de réactivité de son équipe en ce qui concerne les droits civiques qui occupent le devant de la scène médiatique au cours de l’année. Cette inaction est d’autant plus étonnante que Nixon a tissé des liens anciens avec les dirigeants afro-américains.

  • 19  Mark Stern, Calculating Visions : Kennedy, Johnson, and Civil Rights, New Brunswick, N.J., Rutgers (...)
  • 20  Richard Nixon, Six Crises, Doubleday, New York, Garden City, 1962, p. 362.
  • 21  Theodore White, The Making of the President 1960, op. cit., p. 424.

16Au cours de cette année électorale, le mouvement s’intensifie notamment sous la pression du Congress of Racial Equality (CORE). Fondé en 1942 par des étudiants de l’université de Chicago, le CORE entend appliquer les principes de la non-violence de Gandhi à la situation raciale américaine. Une vague de sit-in commence en février 1960 lorsque quatre étudiants de Greensboro, en Caroline du Nord, s’assoient dans la cafétéria d’un magasin Woolworth’s réservée aux Blancs. Dès le lendemain, les protestataires sont au nombre de dix-neuf, quatre-vingt cinq le surlendemain, et les sit-in s’étendent à toute la région. Martin Luther King Jr et la Southern Christian Leadership Conference n’en sont pas à l’origine, mais ils se rallient au mouvement en octobre 1960, après quelques hésitations. Le 19 octobre, Martin Luther King est arrêté avec une cinquantaine de manifestants afro-américains au cours d’un sit-in. Une semaine plus tard, il est à nouveau arrêté sous un prétexte fallacieux de plaques d’immatriculation non conformes alors qu’il circule en Géorgie. C’est à ce moment que le mouvement pour les droits civiques entre véritablement dans la campagne électorale. Les deux candidats hésitent à apporter leur soutien à King pour ne pas s’aliéner les voix des électeurs du Sud. L’équipe Kennedy prend l’initiative. Le lendemain de son arrestation, le conseiller de Kennedy pour les droits civiques, Harris Wofford, pense qu’une intervention de King permettrait de faire gagner des voix en nombre important dans une communauté qui est encore hésitante, le père de King ayant lui-même affiché des préférences pour Nixon car il avait des craintes du fait du catholicisme de Kennedy19. Pour éviter de perdre les voix du Sud, Kennedy décide simplement d’appeler la femme de Martin Luther King, Coretta, pour lui affirmer son soutien, pendant que son frère Bobby appelle le juge de Géorgie. La libération de King en échange d’une caution de 2 000 dollars est un coup médiatique important pour le candidat. Inversement, le coup est rude pour Nixon qui perd en quelques heures un travail de sape débuté alors qu’il était vice-président. Comme il le reconnaît lui-même dans son ouvrage publié en 1962, Six Crises, ce fut une erreur car dans une élection aussi serrée chaque voix comptait20. Kennedy peut désormais compter sur les voix des Afro-Américains dans les villes du nord-est, un appoint dans les États serrés de l’Illinois, du New Jersey, du Michigan, de la Caroline du Sud et du Delaware21. Le pourcentage de l’électorat afro-américain qui vote pour le parti démocrate passe alors de 63 % à 74 %.

  • 22  Cité dans Richard Nixon, Six Crises, op. cit., p. 321.

17Cette incapacité du candidat Nixon à choisir une ligne de conduite lisible pour l’électorat est fréquente. Le 12 octobre, en visite dans le quartier de Harlem à New York, le candidat à la vice-présidence, Lodge, annonce qu’en cas d’élection Nixon nommera un Afro-Américain auprès de lui pour prendre en charge la question des discriminations22. Kennedy estime alors la proposition étonnante : pourquoi privilégier un groupe ethnique au détriment des autres s’interroge-t-il ? Kennedy refuse donc le principe d’une discrimination positive et réclame la mise en œuvre d’une méritocratie, fondée sur le seul talent des individus et non sur leur couleur de peau :

  • 24  Theodore White, The Making of the President 1960, op. cit., p. 370.
  • 25  Allen Matusow, Nixon’s Economy. Booms, Busts, Dollars, and Votes, University Press of Kansas, Lawr (...)

18C’est exactement la position défendue par Nixon depuis son entrée dans la vie publique. Une fois de plus, ce dernier a des difficultés à faire valoir ses propres positions. Cette incapacité à apporter du contenu à son projet politique dessert de plus en plus le candidat républicain. D’autres éléments conjoncturels favorisent également John Kennedy. Le sénateur démocrate utilise habilement le bilan des années Eisenhower. Sa rhétorique de la Nouvelle Frontière (New Frontier) séduit un électorat avide de changement après huit années de présidence républicaine. Certes, Nixon a essayé de prendre ses distances avec son propre bilan. Sous couvert d’anonymat, un membre de l’équipe du président en exercice a expliqué à un journaliste que « tout ce que nous voulons d’Ike [Eisenhower], c’est de contrôler Khrouchtchev et les Nations unies pour éviter que cela pète. C’est tout24. » La dernière phrase est prononcée avec insistance, droit dans les yeux du journaliste. Le ralentissement de l’économie a également sa part. Dès le début de l’année, Nixon a été averti des risques de récession par le responsable du Council of Economic Advisers, Arthur Burns, qui prévoit même une dégradation de la situation économique au cours de l’automne. Toutefois, en dépit des demandes répétées de Burns, le président refuse de prendre les mesures adéquates, notamment à cause du refus du président du Federal Reserve Board, William Mc Chesney Martin25.

  • 26  Bill Lawrence, Six Presidents. Too Many Wars, New York, Saturday Review Press, 1972, p. 289.
  • 27  Cité dans Christopher Matthews, Kennedy and Nixon : The Rivalry that Shaped Postwar America, New Y (...)

19Enfin, et cela permet de mettre en perspective le débat à la télévision, le rapport entre Richard Nixon et les journalistes se détériore. Jusqu’alors, ses rapports avaient été cordiaux, sans chaleur particulière certes, mais sans aucune forme d’animosité. Au cours de l’élection, les incidents se multiplient. Dans l’équipe de Nixon, des rumeurs font état de blagues moquant le personnage ou de chansons hostiles chantées par les journalistes. La plus célèbre reprend avec humour le seul enjeu de la campagne : « Nous voulons Quemoy/Nous voulons Matsu/Nous voulons Nixon/Pour être leur président26. » Nixon prend conscience de son problème d’image. Jusqu’alors, il avait su parfaitement jouer de son image de jeune premier, fringant et dynamique, qui adorait débattre à la radio et à la télévision. Sa pilosité sur le visage pose un problème corporel inédit. Comme il s’en explique à plusieurs reprises, « quand les gens prennent des photographies de vous ou quand vous apparaissez à la télévision, vous pouvez ne pas faire l’impression qu’ils attendent… Je peux me raser trente secondes avant de passer à la télévision et toujours avoir une barbe27. » Cette prise de conscience conduira Nixon à s’entourer de conseillers en communication pour améliorer son image auprès de la population américaine.

  • 28  Richard Nixon, Six Crises, p. 412
  • 29  AFL-CIO : la puissante centrale syndicale américaine.

20In fine, l’élection de 1960 est extrêmement serrée : dix-huit États se jouent avec un écart inférieur à 2 % des voix. Kennedy remporte 49,9 % des suffrages, alors que Nixon n’en compte que 49,6 %. Mais le système électoral américain donne un avantage net à Kennedy qui remporte 303 grands électeurs contre 219 pour Nixon. Kennedy l’a largement emporté dans les grands États où il a pris soin de mener patiemment campagne : New York, Pennsylvanie, Michigan, Illinois, Texas, New Jersey et le Massachusetts tombent dans son escarcelle. Des suspicions de fraudes émanent des deux camps. À Chicago, une blague locale raconte que les Afro-Américains ont voté pour tous leurs ancêtres qui n’ont pas eu le droit de voter dans le passé ! Toutefois, aucun candidat ne conteste la validité des votes. Certes, Nixon hésite. Dans son ouvrage, Six Crises, il reconnaît que si des soupçons de fraude existent, ils ne disposaient pas d’assez de preuves pour contester le résultat28. À plus d’un titre, Kennedy a bénéficié de structures politiques et démographiques favorables depuis la refondation de Roosevelt dans les années 1930. À Chicago, William Dawson, l’un des lieutenants de Daley, est plus particulièrement chargé de garantir le vote de la communauté afro-américaine dans le quartier du South Side. La négociation fonctionne parfaitement. Dawson garantit des emplois et des contrats en échange de la loyauté politique. Il combat en faveur des droits civiques avec cependant une ligne de conduite bien établie : ne pas mettre en danger la coalition libérale en renforçant l’hostilité des populations blanches. À New York, à Cleveland ou Philadelphie, les quartiers polonais, italiens et irlandais votent pour lui. Les syndicats jouent bien leur rôle. À Baltimore, le Sud-Est de la ville vote traditionnellement démocrate grâce au travail du Committee on Political Education de l’AFL-CIO29. Les facteurs structurels d’affiliation favorisent aussi la victoire politique des démocrates. Richard Nixon n’a pas réussi à casser cette dynamique favorable comme il avait su le faire au cours de ses victoires en 1946 et 1950.

Conclusion

  • 30  Henry Fairlie, The Kennedy Promise. The Politics of Expectation, Garden City, N.Y., Doubleday, 197 (...)
  • 31  Joe McGinnis, The Selling of the President 1968, New York, Trident, 1969, p. 58.
  • 32  Daniel Boorstin, The Image, Or what Happened to the American Dream,London, Weidenfeld and Nicolson (...)

21Au lendemain de la défaite de 1960, la rancœur de Nixon est palpable contre les journalistes et les médias qu’il accuse ouvertement d’être responsables. De façon révélatrice, il refusera, en 1968 et en 1972, l’organisation de débats à la télévision contre ses opposants. Toutefois, le score serré démontre le faible impact des débats en termes électoraux, d’autant plus que le candidat républicain a fait de belles prestations au cours des trois autres débats après avoir échoué au premier. Sur des points importants, notamment les droits civiques, Nixon échoue à faire entendre son projet politique. La force de Kennedy tient à sa capacité à se démarquer en englobant son programme consensuel dans un projet global pour la population américaine. Si l’élection de 1960 nous dit quelque chose de l’évolution de la vie politique, c’est précisément cette réduction du débat à de grands slogans au détriment d’une opposition politique. Au cours de cette ère du consensus, les programmes se ressemblent dans leurs grandes lignes. Dès lors, l’image du candidat devient un élément crucial. De façon révélatrice, la présidence de Kennedy sera fortement critiquée pour son manque d’action concrète30. Encore plus significatif, Nixon cherche à modifier son image en inventant un « nouveau Nixon » (New Nixon) : au cours de l’élection de 1968, ce nouvel homme l’emportera à l’aide d’une rhétorique efficace de l’Amérique silencieuse. Dans l’ouvrage qu’il publie en 1969, The Selling of the President, Mc Giniss estime que les conseillers médiatiques ont réussi à transformer l’arène politique en un monde « où le vent ne soufflerait jamais, la température ne monterait ni ne baisserait jamais et où la balle ne rebondirait jamais de façon imprévisible sur l’herbe artificielle31 ». Cette création d’un monde politique aseptisé ne désole alors personne, notamment dans le camp démocrate, trop heureux d’avoir battu Richard Nixon. Seul l’historien Daniel Boorstin dénonce l’étonnant tournant médiatique du jeu politique : « Si nous évaluons les candidats présidentiels par leurs capacités à répondre à des questions à la télévision, nous allons choisir des présidents qui ne sauront faire que cela32… »

22L’avertissement ne sera entendu par personne. La vie politique est inexorablement entrée dans le monde de l’image, les débats à la télévision n’en seront qu’un révélateur parmi d’autres.

Haut de page

Notes

1  Historien des États-Unis à l’époque contemporaine, a publié notamment La fin de la pauvreté ? Les experts sociaux en guerre contre la pauvreté aux États-Unis (1945-1974), Éditions de l’EHESS, 2008 ; De l’Amérique ordinaire à l’État secret : le cas Nixon, Presses de Science po, 2009 et L’Amérique pauvre, Paris, Éditions Thierry Magnier, 2010 ; dans les Cahiers d’histoire, n° 108, 2009, « Le “modèle américain” », dossier coordonné par Romain Huret, Alexandre Rios-Bordes, Jean-Christian Vinel.

2  William Miller, Henry Cabot Lodge. À Biography, New York, 1967, p. 320 ; Gary Donaldson, The First Modern Campaign, New York, Rowman & Littlefield, 2007, p. 90-91.

3  Theodore White, The Making of the President, 1960, New York, Atheneum Publishers, 1961.

4  Christopher Matthews, Kennedy & Nixon. The Rivalry that Shaped Postwar America, New York, Touchstone, 1996.

5  Cité dans William Leuchtenburg, Troubled Feast. American society since 1945, Boston, Little, Brown, 1973, p. 115.

6  Voir Michael Latham, Modernization as Ideology. American Social Science and « Nation Building » in the Kennedy Era, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2000.

7  Cité dans Stephen Ambrose, Eisenhower, New York, Simon and Schuster, 1983-1984, p. 524.

8  Cité dans Gary Donaldson, The First Modern Campaign, op. cit, p. 62.

9  Arthur Schlesinger, Kennedy or Nixon : Does It Make Any Difference ?, New York, Macmillan, 1960.

10  Richard Tedlow, « Intellect on Television : The Quiz Show Scandals of the 1950s », American Quarterly, vol. 28, n° 4, 1976, p. 483-495 ; Joseph Stone, Tim Yohn, Prime Time and Misdemeanors : Investigating the 1950s TV Quiz Scandal, New Brunswick, Rutgers University Press, 1992.

11  Theodore Sorensen, Kennedy, New York, Norton, 1965, p. 196-197.

12  Cité dans Robert Mason, Richard Nixon and the Quest for a new majority, Chapell Hill, University of North Carolina Press, 2004, p. 243.

13  Don Hewitt, Tell me a story : Fifty years and 60 minutes in television, New York, 1999, p. 67.

14  The Joint Appearances of Senator John F. Kennedy and Vice President Richard M. Nixon (ci-après Joint Appareances), Part III, p. 74.

15  Joint Appearances, p. 77-78.

16  Jean-Baptiste Thoret, 26 Secondes. L’Amérique éclaboussée. L’assassinat de JFK et le cinéma américain, Pertuis, Rouge Profond, 2003.

17  Theodore White, The Making of the President 1960, New York, Atheneum, 1961, p. 293.

18  Gary Donaldson, The First Modern Campaign, op. cit.,p. 120-121.

19  Mark Stern, Calculating Visions : Kennedy, Johnson, and Civil Rights, New Brunswick, N.J., Rutgers University Press, 1992.

20  Richard Nixon, Six Crises, Doubleday, New York, Garden City, 1962, p. 362.

21  Theodore White, The Making of the President 1960, op. cit., p. 424.

22  Cité dans Richard Nixon, Six Crises, op. cit., p. 321.

23  Cité dans Gary Donaldson, The First Modern Campaign, op. cit., p. 131.

24  Theodore White, The Making of the President 1960, op. cit., p. 370.

25  Allen Matusow, Nixon’s Economy. Booms, Busts, Dollars, and Votes, University Press of Kansas, Lawrence, 1998, p. 18.

26  Bill Lawrence, Six Presidents. Too Many Wars, New York, Saturday Review Press, 1972, p. 289.

27  Cité dans Christopher Matthews, Kennedy and Nixon : The Rivalry that Shaped Postwar America, New York, Simon & Schuster, 1996, p. 145.

28  Richard Nixon, Six Crises, p. 412

29  AFL-CIO : la puissante centrale syndicale américaine.

30  Henry Fairlie, The Kennedy Promise. The Politics of Expectation, Garden City, N.Y., Doubleday, 1973.

31  Joe McGinnis, The Selling of the President 1968, New York, Trident, 1969, p. 58.

32  Daniel Boorstin, The Image, Or what Happened to the American Dream,London, Weidenfeld and Nicolson, 1961, p. 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Huret1, « Les hommes politiques de la voix à l’image », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 115 | 2011, 49-62.

Référence électronique

Romain Huret1, « Les hommes politiques de la voix à l’image », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 115 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/2294

Haut de page

Auteur

Romain Huret1

Maître de conférences à l’université Lyon II

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page