Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Aux sources de l'Histoire

Des historiens et des militants : l’Institut d’histoire sociale CGT de la Seine-Maritime

Pierre Largesse
p. 187-192

Résumé

Dans ce texte, l’auteur, syndicaliste, explique pourquoi et comment les membres de Institut d’histoire sociale CGT de Seine-Maritime travaillent à l’histoire. Il rappelle l’importance et la spécificité du rôle de ces militants, tous acteurs des luttes sociales, dans la collecte des documents, imprimés, photographies, dossiers, mais aussi témoignages oraux. La conscience vive que cette collecte est indispensable à l’histoire des luttes, à la compréhension de leur place dans les fonctionnements sociaux, est l’un des moteurs de cette mobilisation historienne. Mais les membres de l’IHS sont aussi des historiens qui participent, dans l’échange avec les historiens de métier et avec les militants, à l’élaboration de l’histoire du travail et du mouvement ouvrier de leur région.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

France

Chronologie :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Notre association, l’Institut CGT d’histoire sociale de la Seine-Maritime, est une « fille » de l’Institut national confédéral, fondé à l’initiative de Georges Séguy, il y a trente ans. Elle est originale dans la recherche historique, puisque ses adhérents sont en grande partie des syndicalistes. En France, 55 instituts ont été créés, les uns par profession (cheminots, énergie, mines,…), les autres par département ou région. Tous les ans, des « journées d’études » les rassemblent, permettant échanges, confrontations, élaboration de projets. Des secrétaires confédéraux, des secrétaires de fédérations, des professeurs d’université (et non des moindres) y participent.

2Association originale puisque, bien qu’issue du syndicalisme, elle a pu établir des contacts étroits avec des universitaires qui lui apportent leurs connaissances, leur savoir pour la méthode en histoire (recherches, critique des sources, rédaction).

3De leur côté les militants ont de multiples missions (cela figure dans les statuts). Citons les principales :

41. La collecte, la sauvegarde et le traitement d’informations, de témoignages et de documents ; dans cette démarche, nous avons contribué à ce que l’union départementale, des unions locales de syndicats, des syndicats d’entreprise, confient les dossiers qu’ils possédaient aux archives publiques départementales ou locales. Ce sont des sources pour les futurs historiens qui sont ainsi préservées. Est-il nécessaire de s’appesantir davantage sur l’importance de ces initiatives ? Trop de documents ont été perdus à cause de la négligence, des déménagements, ou bien pour « faire de la place ». Or, tous ces dossiers, ces registres, ces fichiers, ces photographies, ces tracts, sont les témoins de l’activité des militants et de la lutte sociale des syndicalistes de la CGT. Dans chaque réunion, à chaque congrès où nous sommes conviés, nous martelons cette consigne : « Préservez vos archives ! ». Autrement, que trouveront les futurs historiens ? Le point de vue de la presse, celui des élus ou des agents de l’administration, et celui de nos adversaires.

5C’est pourquoi, si nous attachons une grande importance aux documents syndicaux, à ceux conservés par les militants, cette démarche témoigne aussi de notre reconnaissance à ceux qui nous ont précédés. C’est une façon de leur rendre hommage, de ne pas oublier leurs combats, de valoriser toutes les heures, toutes les soirées, tout le temps – parfois leur vie même – qu’ils ont consacrés à défendre les travailleurs, leurs frères et sœurs, afin qu’ils puissent conquérir de nouveaux droits et les conserver.

6L’intérêt de déposer les archives dans un dépôt public, comme nous l’avons fait, c’est d’abord qu’elles restent notre propriété (le droit de consultation peut être subordonné à notre accord). C’est aussi qu’elles sont classées par des professionnels qui établissent des inventaires et des catalogues. Ce sont donc des archives facilement consultables, précieuses pour les étudiants et les historiens, en général.

72. C’est dans cette perspective que nous participons activement aux travaux du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français.

83. La mise en œuvre d’études, de recherches et de larges confrontations.

94. La contribution à l’information et à la formation des militants syndicaux, des travailleurs, des étudiants, des organisations ou de toute personne qui s’intéresse à l’histoire sociale.

105. Oui, nous en sommes conscients, la démarche des historiens et militants de notre institut est originale : grâce à leur expérience syndicale, formée au cours des ans, à leur bonne connaissance du terrain social et humain, à la facilité plus grande pour eux de recueillir les souvenirs des salariés qui furent des acteurs des luttes sociales.

11C’est aussi le cas en ce qui concerne plus précisément l’iconographie. Les militants peuvent recueillir avec moins de difficulté que d’autres des photographies conservées à titre privé chez les militants ou leur famille, ces éléments venant dès lors s’ajouter et enrichir nos archives syndicales et celles que nous avons déjà versées aux archives publiques. Sur l’aspect de la méthode dans la recherche, nous avons appris la consultation des archives publiques. Elle est indispensable : archives départementales, municipales (les rapports du maire et du commissaire de police, du préfet au ministre de l’Intérieur). Nous attachons aussi une grande importance à la lecture critique de la presse (même si c’est celle des adversaires).

126. La réponse aux médias désirant faire connaître tel ou tel point d’histoire sociale, notamment à l’occasion d’une commémoration.

13Les faits cités ci-dessus nous différencient, il est vrai, des chercheurs étudiants et universitaires en histoire. Mais pour ce qui reste essentiel, à savoir la méthode et le sérieux dans la recherche historique, loin de nous l’idée de négliger l’importance de cette démarche. Au point que nous avons la volonté de les y rejoindre.

14Dans notre démarche, nous sommes attentifs à la consultation et à l’étude de publications venant d’ailleurs. Je citerai les Annales de Normandie et Études normandes, mais aussi la Revue de Rouen, Présence Normande qui, en leur temps, publiaient des enquêtes sur les entreprises avec quelquefois des photos de salariés à leur poste de travail devant des machines. C’est une documentation rare. Nous avons l’intention d’engager l’inventaire de l’iconographie conservée dans les fonds anciens des grandes bibliothèques et des archives.

15Dans cette optique, il est nécessaire, lors de la rédaction de nos études, de porter à la connaissance de nos lecteurs ce qu’étaient les arguments patronaux et ce qu’ils valent. Il s’agit aussi de dire ce que fut la répression patronale contre les grévistes et nos militants, sans rien omettre de la réalité.

16Comment peut-on, par exemple, alors qu’on se réclame de l’histoire, passer sous silence le rôle d’un Louis Renault ou celui d’un Pucheu, l’homme du comité des Forges, ministre de l’Intérieur de Vichy, dans les exécutions de Châteaubriant ? Comment peut-on évoquer mai 68 sans dire qu’il y eut deux millions et demi de travailleurs en grève et quelles étaient leurs revendications ? Comment, sur la même période, reprendre la formule sur les « accords de Grenelle », alors que rien ne fut signé et que seul un constat des discussions fut établi ?

17Pour rédiger les articles parus dans les quarante numéros de notre publication Le fil rouge, il a bien fallu partir d’une problématique, chercher des sources, recueillir des témoignages (lorsque cela fut possible), les soumettre à la critique, les confronter. Démarches banales pour des historiens expérimentés, ce qui n’était pas notre situation.

18La question est posée : « Peut-on être engagé dans une vie sociale ou politique, et être objectif ? Loin d’être un handicap, nous revendiquons au contraire le fait que notre empathie, que notre subjectivité sont des atouts pour une plus grande objectivité.

19Il a fallu également se contraindre à citer nos sources. Ce fut ce que je me plais à nommer « la bataille des notes de bas de page ». Plus qu’être une anecdote amusante, ce fait montre notre souci d’objectivité à travers la dichotomie des affrontements sociaux et de leurs acteurs. C’est ainsi que nos publications tendent à se rapprocher le plus possible de la réalité historique.

20Notre expérience de quinze années nous montre que nous avons affaire à des événements porteurs de sens. Et il est évident, qu’à la place qui est la sienne, l’acteur syndicaliste en a l’expérience vécue.

21Nous avons évoqué ci-dessus nos travaux et nos publications, il est temps de les énumérer :

22Le fil rouge, notre revue départementale d’histoire sociale (trois à quatre numéros de 24 pages, par an). Jusqu’au n° 39, la mise en page fut l’œuvre de Gilles Pichavant.

23Index des articles parus (sujets, auteurs, lieux).

241936, ils ont osé, ils ont gagné.

25Mai-juin 68 en Seine-Maritime, Un printemps de luttes sociales qui ont changé la vie.

26Actes du colloque sur les luttes en mai et juin 68 des étudiants et des salariés de la Seine-Maritime. Ce colloque d’une journée eut lieu en mai 2008.

27Haute-Normandie, Pages d’histoire sociale, Témoignages de syndicalistes, interviews recueillis par Antoine Fiszlewicz, – avec un CD joint. (participation du Comité régional CGT de Haute-Normandie et financement par la région Haute-Normandie).

28Création d’un site Internet de notre institut (par Gilles Pichavant et Didier Guillemot).

29Cycle de conférences « Pour saluer Jaurès » (de Pierre Largesse, avec la participation de comédiens lecteurs de textes du leader socialiste et de ses adversaires, projection de photos et de caricatures). À Tourville-la-Rivière, Rouen, Saint-Saëns, Dieppe, Le Havre, Gonfreville-l’Orcher, Saint-Étienne-du-Rouvray, Le Tréport, et en septembre, devant la CMCAS d’EGF à Rouen, à Gamaches (Somme) et à Grand-Couronne. Plus de six cents personnes ont pu avoir ou auront, à l’occasion du cent cinquantième anniversaire de sa naissance, un aperçu de la pensée et de l’action de Jean Jaurès. Chacune de ces rencontres fut organisée par Jacques Defortescu et donna l’occasion de présenter les activités de notre institut.

30Participation à la publication par l’Institut CGT régional de Haute-Normandie à la Bibliographie sur le mouvement social et le mouvement révolutionnaire en Haute-Normandie.

31Je le souligne au nom de notre institut : notre intention permanente est de faire prendre conscience aux militants d’aujourd’hui que le déroulement des luttes passées ne fut pas « un long fleuve tranquille », qu’aucune conquête sociale ou pour vivre mieux n’est venue toute seule, par la force des choses. Mais elle est aussi de leur montrer combien sont permanents, au fil de l’histoire économique et sociale, les arguments employés par nos adversaires pour tenter de justifier la recherche du profit maximum. Il s’agit en effet, dans l’argumentation patronale d’hier et d’aujourd’hui, de combattre :

32• l’augmentation des salaires ;

33• la limitation de la durée du travail ;

34• les congés payés ;

35• les retraites ;

36• la Sécurité sociale ;

37• bref, les conquêtes sociales et démocratiques issues du Conseil

38 National de la Résistance.

39Prenant connaissance de ce que fut l’histoire sociale passée, il est certain que le lecteur y rencontrera des analogies avec ce qu’il vit aujourd’hui, avec des différences, certes, mais, en tout cas, il trouvera dans nos publications une connaissance de l’histoire sociale vécue, des éclaircissements et, de plus, des justifications à ses luttes présentes. C’est bien grâce à nos publications que sera mieux connue l’histoire sociale, but (ambitieux) que nous avions défini dès notre création en 1996.

40En conclusion, je voudrais souligner combien, pour nous, l’histoire est un combat syndical, combien elle est ancrée dans les luttes de notre temps.

41Notre conseil d’administration est à l’image de notre département, et de la CGT elle-même, divers. Il l’est par le lieu d’habitation de ses membres : Rouen, Le Havre, Dieppe, Le Tréport, Elbeuf, et d’autres villes ou villages. Il est divers par la profession ancienne ou actuelle : travailleurs du textile, de la métallurgie, de la chimie, des services publics, de l’enseignement, de la Poste ou de EDF, etc.

42Nous avons la volonté de tenir les deux bouts de la chaîne : connaître le passé et le comprendre, afin d’agir sur le présent. C’est une démarche militante. Elle a heureusement été entendue puisque nous dépassons aujourd’hui les deux cent cinquante adhérents.

Bureau de l’association en 2010 

43Président  : Gilles Pichavant (Télécom)

44Vice-président : Pierre Largesse (Énergie)

45Vice-président : Albert Perrot (Métallurgie)

46Vice-président : Robert Privat (Équipement)

47Secrétaire  : Jean-Paul Nicolas (Chimie)

48Trésorier/Délégué général : Jacques Defortescu (Métallurgie)

Bureau de l’association en 2011

49Président  : Serge Laloyer (Métallurgie)

50Vice-président : Pierre Largesse (Énergie)

51Vice-président : Albert Perrot (Métallurgie)

52Vice-président : Robert Privat (Équipement)

53Secrétaire  : Jacques Defortescu (Métallurgie)

54Trésorier : Jean-Jacques Lefebvre (Commerce)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Largesse, « Des historiens et des militants : l’Institut d’histoire sociale CGT de la Seine-Maritime », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 116-117 | 2011, 187-192.

Référence électronique

Pierre Largesse, « Des historiens et des militants : l’Institut d’histoire sociale CGT de la Seine-Maritime », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/2392

Haut de page

Auteur

Pierre Largesse

Diplômé de l’Université en études doctorales, université de Rouen, vice-président de l’IHS CGT 76

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page