Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Jean-Jacques Goblot, Essais de critique marxiste. Histoire, esthétique, politique

Paris, La Dispute, 2011, 270 p.
Jean-Numa Ducange
Référence(s) :

Jean-Jacques Goblot, Essais de critique marxiste. Histoire, esthétique, politique, Paris, La Dispute, 2011, 270 p.

Texte intégral

1C’est une très belle entreprise que les éditions La Dispute ont décidé de mener en publiant un choix de textes de Jean-Jacques Goblot, intellectuel communiste récemment disparu, dont les travaux sur le marxisme ont été injustement (presque) oubliés. Auteur d’une magistrale histoire du journal Le Globe, organe de la pensée libérale française sous la Restauration (voilà un marxiste qui ne craignait pas de choisir un thème avec des figures qui ne lui étaient pas particulièrement sympathiques !), Goblot travailla également sur la période antique et ne rechignait pas, tout en conservant un temps non négligeable à la recherche scientifique, à intervenir politiquement, y compris à travers des écrits approfondis sur des thèmes sensibles. C’est de cet ensemble que le présent ouvrage rend compte en réunissant des articles divers produits sur plusieurs décennies.

2À lui seul, le premier « article » (en vérité une contribution longue et majeure, plusieurs articles jadis publiés sous forme d’ouvrage en 1973) justifiait une telle réédition, à savoir « L’histoire des “civilisations” et la conception marxiste de l’évolution sociale ». Au-delà de son caractère conjoncturel et d’intervention ponctuelle (il s’agissait de réagir à l’idée de « civilisation » alors très en vogue, qui régissait une partie des programmes scolaires en histoire), l’article offre une excellente réfutation des aspects mécanistes de la conception matérialiste de l’histoire, rigidifiée par les « cinq stades » obligatoires dans l’histoire officielle du marxisme-léninisme (communisme primitif, esclavagisme, féodalisme, capitalisme, socialisme…), en même temps qu’une présentation stimulante des possibilités qu’offre Marx pour qui veut comprendre les développements complexes des sociétés humaines. Être marxiste en prenant garde au dogmatisme mais sans tout rejeter de façon stérile, position difficile au début des années 1970 qui fait honneur à la mémoire de son auteur.

3L’article sur « Lénine et la genèse du stalinisme », rédigé dans le même esprit, s’inscrit au cœur des débats des années 1970 sur la responsabilité supposée de Lénine dans le développement ultérieur du stalinisme. Article nuancé qui refuse les solutions simplistes, il constitue également un rappel à tous ceux pour qui les vieux volumes de Lénine n’ont plus d’intérêt aujourd’hui ; on ne saurait mieux dire que Lucien Sève, ami de Goblot, dans la préface de cet ouvrage : « Les marxistes aujourd’hui ne lisent plus Lénine ; avec Jean-Jacques Goblot, ils mesureront ce qu’ils perdent. » Les articles portant sur les questions esthétiques (sur Eschyle et C. Caudwell, écrivain et poète méconnu) donnent une idée de ce que l’intellectuel marxiste pouvait produire de meilleur pendant les années 1960-1970 : érudition et réflexion théorique sur l’histoire n’empêchaient nullement une culture étendue dans d’autres domaines, indispensables pourrait-on dire pour mieux comprendre les sociétés humaines. À la lecture de l’ensemble, on s’en rend mieux compte, ce qui explique la profondeur du premier article sur l’histoire présenté ci-dessus. Signalons enfin une mise au point suggestive sur l’utopie et l’évolution de son sens à travers les siècles et une réflexion inachevée sur la démocratie, qui pourra paraître en retrait par rapport au texte magistral sur l’histoire, mais au contenu néanmoins suggestif pour qui veut comprendre les modes de domination et d’expression politique sur le long terme. Un témoignage de Catherine Goblot-Cahen et une bibliographie des principaux travaux de Jean-Jacques Goblot complètent un ensemble indispensable, d’un intérêt élevé tant pour la variété des contributions qu’il contient que par la largesse de vue qu’il offre pour la méthode historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Numa Ducange, « Jean-Jacques Goblot, Essais de critique marxiste. Histoire, esthétique, politique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 116-117 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/2417

Haut de page

Auteur

Jean-Numa Ducange

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page