Navigation – Plan du site

Le mot de la rédaction

Anne Jollet
p. 3-8

Texte intégral

1Nous nous sommes réjouis ces dernières années que l’histoire retrouve une place dans les grands débats publics de la société française, que l’histoire soit ressaisie par les enjeux vifs du présent. On peut dire que, pour celles et ceux qui ont été historiens dans les années 1990, l’ampleur du retour des affrontements sur les lectures du passé, sur leur diffusion, enseignement, pouvait apparaître comme une bienheureuse sortie de la « fin de l’histoire ». Mais nous n’avions sans doute pas anticipé à quel point ce retour se ferait à travers la valorisation agressive d’une histoire productrice de sens unifié, d’identités nationales glorieuses, d’une histoire au passé, traduisant la nostalgie d’un ordre social ancien mythifié.

  • 1 Voir sur http://cvuh.blogspot.fr/ le manifeste du CVUH. à l’origine de l’initiative, notamment les (...)
  • 2 Le site de l’association est : http://www.lph-asso.fr/ Son président est l’historien Pierre Nora.
  • 3 Voir le site des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, Sébastien Jahan, Alain Ruscio dir., (...)

2Nous avions été un certain nombre à avoir été abasourdis par le vote tranquille de la loi de février 2005 disant les « aspects positifs de la colonisation ». Nous avions été nombreux à construire des réponses face à un tel déni de réalité historique. Des historiens ont constitué le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH)1. D’autres, s’insurgeant principalement contre l’incursion du pouvoir politique dans le domaine historique, ont créé l’association « Liberté pour l’histoire »2. Aux Cahiers, nous avons, dès mars, rassemblé des historiens/nes autour d’une table ronde et nous avons consacré l’un des dossiers qui ont suivi aux actes de cette table ronde3. Nous nous réjouissions de l’intérêt renouvelé des jeunes historiens/nes pour l’histoire de la colonisation et des luttes pour les indépendances, mais nous minimisions encore la force des résistances s’opposant aux relectures de ce passé enfoui.

3On perçoit mieux en effet aujourd’hui combien, depuis le début des années 2000, se développent les résistances face à l’extraordinaire décloisonnement de notre monde et à la prise en charge par les historiens/nes d’histoires qui ne s’inscrivent pas dans l’affirmation glorieuse des politiques de l’État national. Les groupes de pressions mémoriels les plus conservateurs agissent de plus en plus au grand jour, pesant sur les pouvoirs publics, les grands médias publics et privés, cherchant à dominer l’expression publique de l’histoire.

4Exemplaires de la situation dans laquelle nous nous trouvons, loin de l’extraordinaire renouvellement de l’histoire en cours, les échanges publics sur l’histoire se sont polarisés ces derniers mois en France sur la déploration des soi-disant échecs de l’histoire enseignée, de ses lacunes mesurées à l’aune de la nostalgie d’une mémoire collective nationale anciennement partagée. Le livre d’un auteur, acteur comme des centaines de milliers d’autres de l’enseignement secondaire, a pu devenir la référence du journal de 20H de France 2, sur la base d’un titre provocateur, jouant sur les sous-entendus propres à une pensée du complot. L’histoire fabriquée ? Ce qu’on ne vous a pas dit à l’école, livre publié par les éditions du Rocher en septembre 2012. Beau titre propre à susciter la curiosité d’un public amateur d’affaires louches et prêt à gamberger sur l’identité de ce « on », tapi dans les couloirs des pouvoirs qui cache à l’humble Français ce qu’un courageux penseur libre va lui dévoiler. Le procédé est connu qui consiste à désigner la source du mal dans un ennemi tentaculaire dont l’unité est constituée pour les besoins de la cause. Il revient particulièrement offensif dans les grandes périodes de crises sociales comme celle que nous connaissons, nourrissant, et se nourrissant, du sentiment global d’incompréhension, de craintes et de malheur qu’engendrent de tels moments.

5On ne peut néanmoins qu’être atterré par l’immense relais médiatique offert à cette production et par sa convergence, amplifiée par les médias, avec d’autres ouvrages criant eux aussi à la décadence. Des entretiens sur toutes les grandes radios nationales au passage à l’heure de plus grande écoute sur la première chaîne publique, les conservateurs qui affectent de voir leur pensée ostracisée peuvent être comblés. Les pamphlets dénonciateurs du soi-disant « politiquement correct » trônent aux vitrines des librairies en vu des achats du prochain Noël.

  • 4 Voir : http://aggiornamento.hypotheses.org/994, collectif initié par Laurence de Cock.

6La formidable création idéologique que fut la notion globalisante de « repentance » fonctionne au cœur de cette critique, suggérée d’une façon si faussement courtoise qu’elle en a un petit air innocent : « le simple fait de dire que les manuels sont peut-être trop repentants sur certains sujets »… mais « c’est du nazisme pour les gens qui ne lisent pas les livres ». La subtilité de l’offensive est là ! La voix est libre pour ceux qui opposent à la supposée « repentance » la « fierté nationale ». Ainsi l’offensive ravageuse pour la pensée critique de ceux qui mélangent sciemment morale et histoire se déploie ces derniers mois à travers la médiatisation du livre de Dimitri Casali, L’histoire de France interdite. Pourquoi ne sommes-nous plus fiers de notre histoire ? Opposé au « on » des puissances obscures surgit le « nous » de l’unité nationale, d’une histoire unifiée, sans sexe, sans âge, sans groupes sociaux bien sûr. Le « nous » d’une nation unie derrière les choix des grands, chefs de guerre, d’Église, d’État comme l’ont bien montré dans une critique courageuse de ces livres les auteurs/es du groupe de réflexion sur l’enseignement de l’histoire, Aggiornamento histoire-géographie4.

7Face à cette injonction à être « fiers » se love la nostalgie d’une histoire pourvoyeuse d’identités unifiées par les vainqueurs, condamnant les vaincus aux silences et à l’incompréhension quant à leurs défaites, leurs souffrances comme leurs résistances, gommant les antagonismes de ceux qui sont appelés à s’identifier aux vainqueurs comme la diversité du sort des vaincus.

8Bien sûr, il ne s’agit en histoire ni de haïr ni d’aimer. Ni d’être fiers ni d’avoir honte des comportements des femmes et hommes du passé. Plus que jamais, ces renoncements de la pensée critique, tendant complaisamment le miroir doré d’une exaltation nationale comme réponse aux injustices du temps, nous conduisent à poursuivre nos lectures des processus de domination.

  • 5 Voir la pétition initiée par Alain Ruscio et Rosa Moussaoui contre le transfert des cendres de Bige (...)

9Face à ceux qui conduisent les dirigeants de l’État en France à rendre un hommage public au général Bigeard, officier des guerres coloniales qui a, jusqu’à la fin de sa vie, considéré la torture en Algérie comme « un mal nécessaire », il s’agit plus que jamais de comprendre les ressorts de ces faits de domination idéologique dans le passé comme dans le présent5.

  • 6 Sylvie Chaperon (dir.), Sexualité et dominations, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° (...)

10Le présent dossier des Cahiers s’inscrit dans cette traque des processus de domination, armature de la ligne éditoriale des Cahiers d’histoire depuis leur mue de 1996. Dès 2009, Sylvie Chaperon a proposé dans les Cahiers l’« ébauche d’un bilan historiographique » de l’histoire des sexualités en introduction d’un dossier qu’elle a coordonné autour de Sexualité et dominations6. L’histoire des homosexualités en Europe n’est pas seulement histoire des dominations. Elle est certes histoire de sexualités, niées, entravées, condamnées, plus que d’autres, mais elle est aussi, comme nous le rappellent les auteurs/es de ce gros dossier, inventions, subversions, luttes libératrices. Elle est aussi dans des histoires, nationales, sociales, culturelles diverses. Elle est aussi de genre, tout en contribuant à brouiller les frontières des genres.

11Après une approche historique du travail des pouvoirs sur les corps, les Cahiers poursuivent cet élargissement des investigations historiennes des champs des dominations. élargissement en phase avec l’émergence de nouveaux champs de recherche bien sûr. La sexualité est devenue, tardivement en France, un objet d’histoire et les coordonnatrices du présent dossier, Sylvie Chaperon et Christelle Taraud, peuvent l’une et l’autre être qualifiées d’historiennes des sexualités.

12Faut-il pour autant y voir l’effet d’une mode et, dans le cas des Cahiers d’histoire, l’effet d’une complaisance à l’air du temps et d’un dessaisissement de la question longtemps considérée comme fondatrice des identités sociales de l’aliénation dans le travail salarié ? C’est sans doute ce que suggérait à la fois dubitatif et goguenard un vieil ami des Cahiers quand, à l’annonce du thème de ce nouveau dossier, il me disait : « mais on ne parle plus que de sexe dans cette revue ». Le prolétaire du xxie siècle est un ou une prolétaire, être sexué/e et être sexuel/le comme l’historien et l’historienne qui font ces histoires. Plus d’un siècle après Freud, il est temps que l’histoire soit saisie par ses mises en mots d’un psychisme humain qui n’est ni que de raison ni que d’idée, habité qu’il est par un corps, contraint et contraignant, être de désir et de peur. C’est dans cet effort de pensée globale de l’humain dans la diversité des contraintes des organisations du social que nous poursuivons notre travail. Travail donc nécessairement de juxtaposition de pensées disjointes dont nous espérons par le croisement faire apparaître l’évidente complémentarité, non pas au sens d’une complétude reconstituée, faisant le tour du problème, pour dire familièrement cela, mais plutôt les linéaments communs, le même dans des constructions sociales extérieurement si variées.

13Ainsi Chantiers parle-t-il tout autrement de l’ordre social, des effets de domination, non plus à l’échelle des corps sexués, mais dans l’horizon des rapports de force internationaux au sein des organisations internationales du second xxe siècle. Ici, c’est singulièrement l’influence du Vatican et des réseaux catholiques à l’Unesco que présente en bonne spécialiste d’une histoire-monde Chloé Maurel. Plus loin, c’est à la question des archives départementales et de leurs initiatives en matière de publication que s’intéresse Pierre Crépel, déplaçant l’investigation en matière d’effet de domination dans ce coin bien territorialisé de la production culturelle. Ceci dans notre rubrique « Aux sources ». Puis l’échelle d’observation change à nouveau avec une présentation du livre de notre collègue états-unien Vijay Prashad, Les nations obscures. évoquer l’Histoire populaire du tiers monde inscrit l’histoire que nous faisons dans cette histoire de l’histoire, démarche réflexive fondatrice de l’histoire critique, qui étudie l’histoire comme reproductrice et productrice des processus de domination. Nous disons ainsi dans cette rubrique « Transmettre » la tension perpétuelle de notre travail pour contribuer à une histoire qui en énonçant le cheminement des dominations, y compris dans le champs des savoirs, ouvre des espaces de pensée des processus émancipateurs. Cette gymnastique incessante pour mettre à jour les coins obscurs de nos savoirs, si souvent miroirs des effets de domination passés, redoublements sans pitié des défaites, conclut ce numéro des Cahiers avec la synthèse que propose Catherine Coquery-Vidrovitch autour de « Histoire africaine de langue française et mondialisation ».

14Les comptes rendus de lecture de ce numéro 119 des Cahiers d’histoire sont particulièrement nombreux. Nous ouvrons avec ce numéro une diversification des comptes rendus qui, espérons-nous, permettra aux lecteurs et lectrices des Cahiers de mieux s’y retrouver. Une partie de ces comptes rendus sera thématique et rattachée au dossier, une autre gardera la diversité des champs historiques que nous balayons, une troisième sera consacrée à l’histoire pour la jeunesse, répondant ainsi au développement spectaculaire de cette production et de ses enjeux publics quant à la diffusion de l’histoire.

15Dans ce cadre, le prochain numéro des Cahiers d’histoire apportera sa contribution à la réflexion sur la guerre en Algérie cinquante ans après, avec un ensemble de comptes rendus de livres qui ont marqué ce moment anniversaire d’un passé qui passe si mal. Ceci à la suite d’un dossier qui, lui aussi, essaiera de donner du champ pour penser, ici, l’étrange machine à rêves mondialisée que sont devenus les sports aujourd’hui. L’« Autre sport » travaillera l’exotisme d’autres enjeux, d’autres passions, avant celles des entrées en bourse. Les auteurs/es, rassemblés/es par Marion Fontaine et Guillaume Quashie-Vauclin, nous conduiront à leur façon à nouveau sur cette ligne conflictuelle où se joue l’incessant basculement des processus sociaux entre aliénation et émancipation.

16Avant ce numéro 120 qui, c’est promis, arrivera plus vite que ce fort numéro 119, à nos chers/es lecteurs et lectrices, nous souhaitons bonne lecture de ces histoires de ces « Homosexualités européennes xixe-xxe siècle, entre domination et subversion ».

Haut de page

Notes

1 Voir sur http://cvuh.blogspot.fr/ le manifeste du CVUH. à l’origine de l’initiative, notamment les historiens Gérard Noiriel, Nicolas Offenstadt, Michèle Riot-Sarcey. Le CVUH, présidé par Laurent Colantonio (vice-présidentes : Sylvie Aprile, Anne Jollet), est toujours actif aujourd’hui, développant la diffusion des enjeux publics de l’histoire en particulier à travers des journées de réflexion et publications (collection CVUH aux éditions Agone).

2 Le site de l’association est : http://www.lph-asso.fr/ Son président est l’historien Pierre Nora.

3 Voir le site des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, Sébastien Jahan, Alain Ruscio dir., Relectures d’histoires coloniales, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 89, 2006.

4 Voir : http://aggiornamento.hypotheses.org/994, collectif initié par Laurence de Cock.

5 Voir la pétition initiée par Alain Ruscio et Rosa Moussaoui contre le transfert des cendres de Bigeard aux Invalides (contact@nonabigeardauxinvalides.net) et finalement le transfert de ces cendres au Mémorial des guerres d’Indochine à Fréjus en présence du ministère de la Défense ce mois de novembre 2012, et Alain Ruscio, « Deux ou trois choses que nous savons du général Bigeard », dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique n° 118, Le corps territoire politique, p. 145-163.

6 Sylvie Chaperon (dir.), Sexualité et dominations, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 84, 2001. Dans ce dossier, Florence Tamagne évoquait les difficultés à faire l’histoire de l’identité lesbienne ; Florence Tamagne, « L’identité lesbienne : une construction différée et différenciée ? Quelques pistes de recherche à partir des exemples français, allemands et britanniques dans l'entre-deux-guerres », op. cit., p. 45-57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 119 | 2012, 3-8.

Référence électronique

Anne Jollet, « Le mot de la rédaction », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 119 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/2684

Haut de page

Auteur

Anne Jollet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page