Navigation – Plan du site
DOSSIER

Histoire et engagement : avec Claude Mazauric

Introduction
Julien Louvrier
p. 11-14

Texte intégral

1Les entretiens avec l’historien Claude Mazauric qui constituent l’ensemble de ce dossier des Cahiers d’histoire ont été réalisés dans le cadre de recherches menées depuis plusieurs années dans la perspective d’une thèse de doctorat consacrée à l’historiographie jacobine de la Révolution française dans la seconde moitié du xxe siècle. Associant une approche socio-historique de la communauté des historiens de la Révolution française à l’analyse plus classique des productions historiographiques, cette enquête doit permettre de mieux caractériser les différentes étapes qui ont structuré l’histoire de l’historiographie révolutionnaire au cours des cinquante dernières années.

2Toutefois, cette entreprise comporte un certain nombre de difficultés tenant notamment à la rareté des sources et aux insuffisances de la documentation disponible. Pour le dire simplement, les chercheurs qui s’intéressent à l’historiographie sont confrontés à un drôle de paradoxe : les historiens du xxe siècle qu’ils étudient ont laissé derrière eux bien peu d’archives. L’absence de fonds caractérisés1 a rendu nécessaire la mise en œuvre d’un important travail d’invention et de production de sources, aboutissant à une série d’entretiens avec différents acteurs de l’historiographie de la Révolution française, choisis sur le critère de leur participation visible aux études révolutionnaires pour la période 1945-1989 (articles dans les Annales Historiques de la Révolution Française, thèse soutenue sur l’époque révolutionnaire, participation au séminaire d’Albert Soboul à la Sorbonne, intervention dans des colloques spécialisés, publication de sources, participation aux assemblées générales de la Société des Études Robespierristes, etc.). On a ainsi pu constituer un corpus d’une vingtaine d’entretiens avec des spécialistes français et étrangers2, complété par un nombre plus réduit d’échanges avec des observateurs ou des spécialistes de l’historiographie choisis pour leur extériorité au champ en question3. Au milieu de ces témoignages s’est distingué celui de Claude Mazauric, fort développé et très argumenté. En raison de sa longueur et de l’intérêt particulier qu’il présente pour l’historiographie, mais également pour la connaissance intellectuelle et politique du second xxe siècle, il nous a semblé pertinent d’en publier la transcription.

3C’est donc la voix de Claude Mazauric devenue objet d’histoire, voix d’historien à son tour source d’histoire, que nous avons choisi de mettre à la disposition du lecteur. Pour les besoins de l’enquête, nous avons délibérément choisi de ne pas retoucher aux structures générales du texte dont l’organisation respecte l’ordre dans lequel les propos ont été recueillis. De la même façon, il a été décidé de limiter le travail d’édition, notamment en ne procédant à aucun rééquilibrage, afin de laisser en l’état les propos tenus au cours des entretiens. Aussi, le document que nous proposons oscille entre « l’histoire de vie », un genre largement autobiographique tendant davantage vers la reconstruction a posteriori d’une trajectoire – avec ses passages obligés, sa structure souvent chronologique, ses longueurs subjectives –, et une analyse intellectuelle, fruit du travail de l’historien sur son expérience intellectuelle, conscient des travers d’un exercice dont Pierre Bourdieu a si bien décrit les dangers4. Ceci étant dit, la double nature du texte ne doit pas troubler le lecteur outre mesure. Il pourra se retrouver dans les différentes thématiques et époques abordées en se reportant aux outils qui accompagnent le texte : déroulé, notes de bas de page et index.

4Né en 1932, Claude Mazauric a fini sa carrière en 1996 à l’université de Rouen qui l’avait accueilli en 1965, lors de sa création. Au cours de sa carrière professionnelle, il a rempli de nombreuses responsabilités dans des collectifs de chercheurs nationaux et internationaux : à la direction collégiale de la Société des études Robespierristes (éditrice des Annales historiques de la Révolution française), au sein du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), à la Commission internationale d’histoire de la Révolution française (CIHRF) près le Comité international des sciences historiques (CISH), à la Commission Nationale de la Recherche Scientifique (CNRS) préparatoire au bicentenaire de 1989 ; il a également présidé l’Association nationale « Vive 89 » et participé à des dizaines de colloques, congrès, conférences qui ont accompagné dans le monde la commémoration du bicentenaire de la Révolution française. L’autre caractéristique du personnage est un engagement durable, public et actif au sein du PCF, engagement qu’il associe toujours à son travail d’historien. A la différence de nombreux intellectuels, il a assumé des responsabilités institutionnelles dans ce parti, notamment en étant membre de 1979 à 1987 du Comité central et en assurant la direction des Éditions sociales de 1982 à 1986.

5Selon la méthode de l’entretien semi-structuré propre aux enquêtes qualitatives, Claude Mazauric a répondu à des questions rédigées à l’avance et qui constituaient en quelque sorte la grille de l’entretien : quelles étaient ses origines familiales ? Quels avaient été les éléments marquants de son enfance savoyarde ? Quels souvenirs gardait-il de son parcours scolaire ? Se reconnaissait-il dans les portraits que l’on avait faits de lui ? Comment se représentait-il la position qu’il occupait et avait occupé dans le champ historique et politique ? Comment assumait-il sa double casquette de militant syndical et politique et d’historien de profession ? Avait-il le sentiment que certains de ses engagements avaient eu des retentissements sur le déroulement de sa carrière ? Dans quelle mesure sa vision de l’histoire avait pu se trouver ou non en discordance avec ses engagements ?

6A la recherche d’un témoignage général sur l’évolution de l’historiographie de la Révolution française de la fin des années 1950 jusqu’aux années 1980 susceptible de s’ajouter à des données parcellaires recueillies par ailleurs, l’entretien avec Claude Mazauric avait également pour objet de dépasser la question biographique pour évoquer des problématiques plus larges. Il s’agissait tout particulièrement de vérifier une intuition– corroborée depuis par les premiers résultats de nos recherches–, à savoir que contrairement à ce qui avait pu être affirmé, notamment par François Furet, l’histoire « universitaire » de la Révolution française5n’avait pas connu la fossilisation dénoncée ou ressentie, du moins pas en termes de recherches érudites et de travaux inédits, mais avait au contraire jamais cessé de se renouveler, proposant de nouvelles catégories pour décrire les structures sociales en révolution, imaginant de nouvelles approches du social par le culturel et les mentalités, ou enfin puisant dans les travaux de certains penseurs (chez Marx, Althusser ou Gramsci notamment) des thèmes et des concepts inédits.

7Au terme de cette courte introduction, je remercie Claude Mazauric d’avoir accepté de relever le défi du questionnement direct, mais aussi d’avoir su articuler des éléments relevant de la singularité biographique qui témoignent des multiples hasards qui fabriquent un adulte, avec des explicitations d’ordre politique et intellectuel qui renvoient à des aspects saillants des débats au cours des quarante dernières années : rapport à Sartre, à Marx, décolonisation, engagement, fonctionnement des structures académiques, sociabilité communiste.

Haut de page

Notes

1  À titre d’exemple, la Société des Études Robespierristes, qui vient tout juste de célébrer son centenaire, n’a jamais su se constituer de fonds à partir de ses propres archives de fonctionnement, et cela malgré une activité pérenne depuis sa création en 1907, seulement interrompue par la guerre entre juin 1940 et janvier 1945.

2  Notamment Jean-Paul Bertaud, Haim Burstin, Robert Devleeshouwer, Marcel Dorigny, Roger Dupuy, Alan Forrest, Philippe Goujard, Jacques Guilhaumou, Guy Lemarchand, Raymonde Monnier, Anna-Maria Rao, Michel Vovelle.

3  Notamment Olivier Bétourné, Marc Ferro, Alice Gérard.

4  Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », in Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 62/63, p. 69-72.

5  François Furet, « Histoire universitaire de la Révolution française », in François Furet et Mona Ozouf (dir), Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988, 1122 p., p. 979-987.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Louvrier, « Histoire et engagement : avec Claude Mazauric », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 104 | 2008, 11-14.

Référence électronique

Julien Louvrier, « Histoire et engagement : avec Claude Mazauric », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 104 | 2008, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/303

Haut de page

Auteur

Julien Louvrier

Doctorant en histoire à l’Université de Rouen, membre du GRHIS (EA 3831)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page