Navigation – Plan du site
DOSSIER

Introduction : Pourquoi l’histoire globale ?

Chloé Maurel
p. 13-19

Texte intégral

  • 1 Hugh Trevor-Roper, The Rise of Christian Europe, New York, Harcourt, Brace & World, 1965, p. 9 ; ci (...)

1L’histoire globale a le vent en poupe. Le temps est désormais loin où un éminent professeur d’Oxford pouvait écrire : « Il y aura peut-être à l’avenir une histoire de l’Afrique à enseigner, mais à présent il n’y en a pas : il n’y a que l’histoire des Européens en Afrique ; le reste est ténèbres » (!), et conseillait à ses collègues de ne pas perdre de temps en « s’amusant avec les mouvements sans intérêt de tribus barbares dans des coins du monde pittoresques, mais qui n’ont exercé aucune influence ailleurs »1. Dans la continuité du courant des Area Studies développé aux États-Unis, puis dans le reste du monde à partir des années 1950, l’histoire globale constitue une ouverture sur le monde, et notamment sur les continents et régions jusque-là négligés par une historiographie longtemps occidentalocentrée.

  • 2 Cf. Chloé Maurel, « La World/Global History : questions et débats », Vingtième siècle, n° 104, octo (...)
  • 3 Entreprise conjointe du GESI [Institut des études européennes et globales de l’université de Leipzi (...)

2Témoignent de cet essor de l’histoire globale non seulement le nombre croissant de livres consacrés à ce courant depuis les années 19802, mais aussi l’institutionnalisation de cette histoire par la création de chaires d’histoire globale (essentiellement dans le monde anglo-saxon), de revues, d’associations, et l’organisation de congrès. Ainsi la World History Association a été créée aux États-Unis en 1982, et en 1990 est né le Journal of World History, suivi en 2006 du Journal of Global History. Si l’histoire globale s’est développée initialement surtout aux États-Unis, les autres continents ont suivi : ainsi la revue Comparativ, créée dans le cadre de l’université de Leipzig (Allemagne), paraît depuis 1991. Toujours à Leipzig, a été créé en 2000 le European Network in Universal and Global History (ENIUGH) ; ce réseau tiendra son quatrième congrès à Paris en 2014. L’Allemagne a ainsi été pionnière dans le développement de l’histoire globale en Europe. Citons-en comme exemple également l’instauration en 2004 de la liste de diffusion et du forum en ligne multilingue geschichte.transnational3. De plus, depuis 2000 est publiée à Hanovre la Zeitschrift für Weltgeschichte (revue d’histoire mondiale).

3Sur les autres continents aussi, l’histoire globale se développe et se fédère : ainsi a été créé le Réseau africain d’histoire mondiale en 2009, l’Asian Association of world historians (AAWH) en 2008. Toutes ces associations régionales d’histoire globale sont réunies dans le Network of Global and World History Organizations (NOGWHISTO), créé en 2010.

  • 4 Olivier Pétré-Grenouilleau, Les Traites négrières. Essai d’histoire globale, Paris, Gallimard, 2004
  • 5 Philippe Norel, L’histoire économique globale, Seuil, Paris, coll. « Points économie », 2009.
  • 6 Pierre-Yves Saunier, Akira Iriye (dir.), Palgrave Dictionary of Transnational History, Londres, Pal (...)
  • 7 Philippe Norel et Laurent Testot (dir.), Une histoire du monde global, Paris, Éditions sciences Hum (...)
  • 8 André Caillé et Stéphane Dufoix (dir.), Le « tournant global » des sciences sociales, Paris, La Déc (...)
  • 9 Revue d’histoire moderne et contemporaine sur « Histoire globale, histoires connectées : un changem (...)
  • 10 Le Débat, numéro intitulé « Écrire l’histoire du monde », n° 154, mars-avril 2009.
  • 11 Le Mouvement social, « Travail et mondialisations » sous la direction de Marcel van der Linden, n° (...)
  • 12 Actuel Marx, n° 53, printemps 2013 : dossier « histoire globale ».

4En France, plusieurs historiens ont contribué ces dernières années à diversifier les problématiques de l’histoire globale, comme Olivier Pétré-Grenouilleau, auteur des Traites négrières. Essai d’histoire globale (2004)4, Philippe Norel, auteur de L’histoire économique globale (2009)5, ou Pierre-Yves Saunier qui a dirigé, avec Akira Iriye, auteur d’un article de ce dossier, le Palgrave Dictionary of Transnational History paru en 20096. De plus, en 2012 la revue Monde(s). Histoire, espaces, relations a vu le jour sous l’impulsion de Robert Frank. Cette même année est aussi paru le livre dirigé par Philippe Norel et Laurent Testot, Une histoire du monde global7, et, en 2013, c’est un ouvrage de réflexion historiographique, Le « Tournant global » des sciences sociales, sous la direction d’A. Caillé et S. Dufoix8 qui envisage une perspective transdisciplinaire du global. Ce sont aussi plusieurs numéros de revues françaises qui sont consacrés depuis ces dernières années à l’histoire globale : le numéro de la Revue d’histoire moderne et contemporaine sur « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? » coordonné par Caroline Douki et Philippe Minard (2007)9, le numéro intitulé « Écrire l’histoire du monde » de la revue Le Débat (2009)10, le numéro de la revue Le Mouvement social intitulé « Travail et mondialisations » sous la direction de Marcel van der Linden (2012)11 ; le numéro de la revue Actuel Marx du printemps 2013 consacré à l’histoire globale12.

  • 13 Marc Bloch, article « Comparaison », Bulletin du Centre international de synthèse, juin 1930 (appen (...)
  • 14 Michel Espagne et Michael Werner (éd.). Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace fr (...)
  • 15 Citons entre autres : Sanjay Subramanyam, Explorations in Connected History : From the Tagus to the (...)
  • 16 Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales. Récits d’une rencontre, Orient-Occident (xvie-xviie siè (...)
  • 17 Patrick Manning, The African Diaspora. À History through Culture, Columbia University Press, 2010.

5Que ressort-il de tous ces écrits ? L’histoire globale apparaît comme un ensemble large de méthodes et de concepts, incluant plusieurs sous-courants comme l’histoire comparée, l’histoire des transferts culturels, l’histoire connectée, l’histoire croisée, l’histoire transnationale… Toutes ces appellations ne doivent pas être conçues comme des conceptions rivales, mais bien plutôt comme différentes facettes d’un tout. Ainsi l’histoire globale emprunte à l’histoire comparée (développée par Marc Bloch dès 1928-193013) l’idée de faire des comparaisons entre des sociétés distinctes, voire entre des lieux et des époques éloignées. Elle emprunte à l’histoire des transferts culturels (développée par Michel Espagne et Michael Werner à propos des transferts culturels franco-allemands dès les années 198014) l’idée qu’il ne faut pas concevoir les sociétés que l’on compare comme des entités closes, cloisonnées, mais que les éléments d’une culture, en se déplaçant vers une autre culture, se modifient. L’histoire connectée, développée par Sanjay Subramanyam15, puis Romain Bertrand16, apporte l’idée de décentrer le regard vers des sociétés extra-occidentales et d’accorder aux sources extra-occidentales la même importance qu’aux sources occidentales. Ainsi Romain Bertrand, dans L’histoire à parts égales (2011), donne une « part égale » aux sources hollandaises et aux sources javanaises pour étudier les premiers contrats entre Hollandais, Malais et Javanais sur l’île de Java au tournant du xviie siècle. Dans le même esprit, c’est-à-dire dans l’idée de reconnecter des histoires qui ont été découpées à la suite du cloisonnement produit par l’essor des historiographies nationales, l’historien américain Patrick Manning, spécialiste de l’Afrique, a montré les connexions entre le mouvement des droits civiques aux États-Unis dans les années 1950-1960 et le mouvement d’indépendance des colonies africaines au même moment, ou entre le courant de la Harlem Renaissance aux États-Unis dans les années 1930 et le courant de la négritude développé au même moment par Aimé Césaire et Léopold Sedar Senghor17. En outre, l’histoire globale intègre les apports de l’histoire transnationale, qui insiste sur le fait que les historiens ne doivent plus se contenter d’étudier les relations interétatiques, mais aussi les phénomènes, de plus en plus nombreux, qui se passent au-delà de l’action des États : échanges entre intellectuels de différents pays, action dans le monde entier des firmes multinationales, rôle d’associations et ONG internationales comme Amnesty International ou le Conseil mondial de la paix, etc.

  • 18 Ludovic Tournès, La philanthropie américaine et l’Europe : contribution à une histoire transnationa (...)
  • 19 Sandrine Kott, communication orale au séminaire « Histoire globale » à l’ENS, 24 janvier 2013.
  • 20 Marie Scot, « Faire école : les Alumni universitaires indiens de la London School of Economics », H (...)

6Enfin, l’histoire globale implique l’idée que les échanges, les influences entre sociétés et cultures, ne se font pas seulement à sens unique, mais souvent à double sens et qu’il y a des circulations culturelles, des circulations de savoirs, qui s’établissent entre espaces dominés et espaces dominants. Ainsi, Ludovic Tournès, dans ses travaux sur les fondations philanthropiques américaines (Ford et Rockefeller notamment), a montré que ces fondations sont certes un outil de diffusion du modèle américain vers l’Europe, mais que les échanges sont en réalité à double sens : par exemple, dans le domaine des sciences médicales, ces fondations ont beaucoup emprunté au modèle allemand avant de le transformer et de le diffuser à nouveau en Europe18. Sandrine Kott, dans ses travaux sur l’Organisation internationale du travail (OIT), a montré que pendant la guerre froide, malgré le rideau de fer, des circulations de savoirs en matière de management du travail se faisaient entre l’Est et l’Ouest : les représentants de l’Est ont emprunté des savoirs dans ce domaine aux Occidentaux avant de les diffuser auprès des pays du Sud auxquels ils fournissaient une importante assistance technique19. Une autre historienne, Marie Scot, étudiant les parcours des étudiants indiens de la London School of Economics (LSE) dans les années 1930-1940, étudie comment, revenus dans leur pays, ils ont réutilisé les savoirs acquis à la LSE tout en les détournant puisqu’ils n’ont pas hésité à critiquer le système colonial. Cette historienne met en évidence la complexité des processus de réception et de transmission des savoirs20.

  • 21 Philippe Norel, L’histoire économique globale, Paris, Seuil, 2009.
  • 22 Laurent Berger, « La place de l’ethnologie en histoire globale », Monde(s) : Histoire, Espaces, Rel (...)
  • 23 Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché : enquête sur les postcolonialismes, Paris, Stock, 2008 ; Je (...)
  • 24 Marc Abélès, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 2008 ; Marc Abélès (dir.), Des anthro (...)
  • 25 Saskia Sassen, La globalisation. Une sociologie, Paris, Gallimard, 2009 ; Saskia Sassen, The global (...)
  • 26 Gisèle Sapiro, « Globalization and cultural diversity in the book market : the case of translations (...)

7Un dernier élément important de l’histoire globale est la dimension interdisciplinaire : ainsi l’histoire globale, dans la lignée de ses pères fondateurs tel André Gunder Frank qui était à la fois historien, économistémeociolog « c Abélèsue et géograph« ssocie volontiers plusieurs disciplines. Des économists comme Philippe Norel21, des an Abélèsues comme Laurent Berger22, Jean-Loup Amselle23 et Marc Abélès24, des eociolog s comme Saskia Sassen25 et Gisèle Sapiro26, l’enrichissent de leurs travaux qui se situent au carrefour entre différentes disciplines.

  • 27 Chloé Maurel (dir.), Essais d’histoire globale, préface de Christoph Charle, Paris, L’Harmattan, 2 (...)

8Depuis quelques années en France, dans différentes structures universitaires ou CNRS, comme à l’EHESS autour de Nancy Green, ainsi qu’à l’IHTP autour de François Dosse, des équipes mènent des réflexions historiographiques et épistémologiques sur l’histoire mondiale, globale, transnationale. De 2010 à 2013, j’ai moi-même organisé un séminaire « histoire globale » à l’École normale supérieure dans le cadre de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC) qui a suscité la publication d’un ouvrage, Essais d’histoire globale27. C’est aussi la radio qui se fait l’écho de cet intérêt croissant pour l’histoire globale. En avril 2013, une table ronde a été organisée dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne sur le thème « Qui écrira l’histoire de la mondialisation ? », diffusée ensuite sur France Culture dans l’émission d’Emmanuel Laurentin, « La Fabrique de l’histoire ». Pourtant, en France, l’institutionnalisation de l’histoire globale tarde à se faire. Peu de postes de maîtres de conférences ou de professeurs portent pour intitulé « histoire globale » ou « transnationale », contrairement à ce qui a cours aux États-Unis.

  • 28 David Armitage et Sanjay Subrahmanyam (dir.), The Age of Revolutions in Global Context, c. 1760-184 (...)

9Dans le cadre des problématiques des Cahiers d’histoire, à savoir l’histoire critique, l’histoire des dominations, l’histoire globale apparaît comme une boîte à outils utile : par le décentrage du regard qu’elle permet, elle amène l’historien à s’intéresser à des aires, à des peuples extra-occidentaux, longtemps négligés par l’historiographie. Par les comparaisons qu’elle permet d’effectuer entre des zones et des périodes éloignées, elle donne la possibilité d’éclairer certains phénomènes jusque-là analysés séparément, comme celui des révolutions ainsi que l’ont fait récemment David Armitage et Sanjay Subrahmanyam28. De plus, concernant l’histoire du très contemporain, l’approche globale apparaît comme la mieux adaptée pour saisir les phénomènes sociaux liés à la mondialisation (conséquences sociales des délocalisations, politique sociale des multinationales et de leurs sous-traitants), et les mouvements sociaux transnationaux (phénomène des « indignés », des « printemps arabes »). L’histoire sociale gagnerait donc à être pratiquée à l’échelle mondiale, avec les outils de l’histoire globale.

10Les articles réunis ici visent à explorer des pists en histoire globale. Christoph Charle, pionnier de l’histoire des élites et des intellectuels et de l’histoire comparée, propose dans son article un panorama de l’histoire mondiale des universités. L’historien américain, Thomas G. Weiss, évoque quant à lui un projet précis d’histoire globale qu’il a dirigé : il a coordonné de 1999 à 2010 une recherche collective, le « projet d’histoire intellectuelle des Nations unies ». L’article de l’historienne allemande, Katja Naumann, traite, comme Christoph Charle, de l’enseignement universitaire, mais du point de vue des contenus des enseignements. Alors que l’on présente souvent l’histoire globale en Europe comme une nouveauté, issue d’une rupture radicale avec l’histoire universelle traditionnelle, et aux États-Unis comme un tout nouveau concept, cette historienne montre, à travers l’étude des programmes universitaires, que l’histoire globale a une histoire. Elle explique comment les États-Unis de par leur propre histoire se sont engagés dans la voie de l’histoire mondiale puis de l’histoire globale. L’objet de son article est de retracer la mise en place des cursus d’histoire aux États-Unis depuis le début xxe siècle. L’historien allemand, Matthias Middell, s’interroge quant à lui sur la délimitation du champ de recherche de l’histoire globale. Il évoque aussi les résistances à l’histoire globale (notamment de ceux qui reprochent à l’histoire globale de faire preuve d’hégémonie) et s’attache à les réfuter. L’historien américain Akira Iriye propose un parcours à travers l’histoire récente, permettant de comprendre comment, au fil du xxe siècle et particulièrement depuis les années 1990, la communauté historienne s’est de plus en plus intéressée au phénomène de la mondialisation et à l’histoire globale et transnationale. Enfin, j’ai tenté de dresser un panorama des récentes tendances en histoire globale dans le monde, me concentrant sur les travaux réalisés hors de France et notamment sur ceux portant sur l’histoire sociale. Ainsi, avec ce dossier, les Cahiers d’histoire entendent contribuer au débat d’idées sur l’histoire globale et espèrent orienter l’histoire globale vers des préoccupations plus liées aux enjeux sociaux mondiaux, aux phénomènes de domination et de résistance à celle-ci.

Haut de page

Notes

1 Hugh Trevor-Roper, The Rise of Christian Europe, New York, Harcourt, Brace & World, 1965, p. 9 ; cité dans Romain Bertrand, « Histoire globale, histoires connectées : un “tournant” historiographique ? », in André Caillé et Stéphane Dufoix (dir.), Le « tournant global » des sciences sociales, Paris, La Découverte, 2013, p. 44-66.

2 Cf. Chloé Maurel, « La World/Global History : questions et débats », Vingtième siècle, n° 104, octobre-décembre 2009, p. 153-166.

3 Entreprise conjointe du GESI [Institut des études européennes et globales de l’université de Leipzig] et de l’unité mixte de recherches UMR 8547 Transferts culturels du CNRS à Paris.

4 Olivier Pétré-Grenouilleau, Les Traites négrières. Essai d’histoire globale, Paris, Gallimard, 2004.

5 Philippe Norel, L’histoire économique globale, Seuil, Paris, coll. « Points économie », 2009.

6 Pierre-Yves Saunier, Akira Iriye (dir.), Palgrave Dictionary of Transnational History, Londres, Palgrave Macmillan, 2009.

7 Philippe Norel et Laurent Testot (dir.), Une histoire du monde global, Paris, Éditions sciences Humaines, 2012.

8 André Caillé et Stéphane Dufoix (dir.), Le « tournant global » des sciences sociales, Paris, La Découverte, 2013.

9 Revue d’histoire moderne et contemporaine sur « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? » coordonné par Caroline Douki et Philippe Minard, numéro spécial, 54-4 bis, 2007.

10 Le Débat, numéro intitulé « Écrire l’histoire du monde », n° 154, mars-avril 2009.

11 Le Mouvement social, « Travail et mondialisations » sous la direction de Marcel van der Linden, n° 241, octobre-décembre 2012.

12 Actuel Marx, n° 53, printemps 2013 : dossier « histoire globale ».

13 Marc Bloch, article « Comparaison », Bulletin du Centre international de synthèse, juin 1930 (appendice à la Revue de synthèse historique, t. XLIV) p. 31-39 (projet d’article pour le Vocabulaire Historique) ; Marc Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Revue de synthèse historique, t. XLVI, 1928, p. 15-50.

14 Michel Espagne et Michael Werner (éd.). Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (xviiie-xixe siècles), Paris, éditions Recherches sur les civilisations, 1988.

15 Citons entre autres : Sanjay Subramanyam, Explorations in Connected History : From the Tagus to the Ganges, Delhi-Oxford University Press, 2004, et Sanjay Subramanyam, Explorations in Connected History : Mughals and Franks, Delhi-Oxford University Press, 2004.

16 Romain Bertrand, L’Histoire à parts égales. Récits d’une rencontre, Orient-Occident (xvie-xviie siècle), Paris, Seuil, 2011.

17 Patrick Manning, The African Diaspora. À History through Culture, Columbia University Press, 2010.

18 Ludovic Tournès, La philanthropie américaine et l’Europe : contribution à une histoire transnationale de l’américanisation, mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Université Paris-I Panthéon Sorbonne, 2008 ; Ludovic Tournès, Sciences de l’homme et politique. Les fondations philanthropiques américaines en France au xxe siècle, Paris, Éditions des Classiques Garnier, 2011.

19 Sandrine Kott, communication orale au séminaire « Histoire globale » à l’ENS, 24 janvier 2013.

20 Marie Scot, « Faire école : les Alumni universitaires indiens de la London School of Economics », Histoire@Politique, Revue du Centre d’histoire de Sciences Po, n° 15 septembre 2011.

21 Philippe Norel, L’histoire économique globale, Paris, Seuil, 2009.

22 Laurent Berger, « La place de l’ethnologie en histoire globale », Monde(s) : Histoire, Espaces, Relations, n° 3, à paraître en 2013 ; Laurent Berger, Anthropologie de la mondialisation. Capitalisme et royauté sacrée à Madagascar, Paris, CNRS éditions, à paraître en 2013.

23 Jean-Loup Amselle, L’Occident décroché : enquête sur les postcolonialismes, Paris, Stock, 2008 ; Jean-Loup Amselle, Branchements : anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion, 2001.

24 Marc Abélès, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 2008 ; Marc Abélès (dir.), Des anthrolèsues à l’OMC. Scènes de la gouvernance mondiale, Paris, CNRS éditions, 2011.

25 Saskia Sassen, La globalisation. Une sociologie, Paris, Gallimard, 2009 ; Saskia Sassen, The global city : New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press, 2001.

26 Gisèle Sapiro, « Globalization and cultural diversity in the book market : the case of translations in the US and in France », Poetics, vol. 38/4, 2010, p. 419-439 ; Gisèle Sapiro, Les contradictions de la globalisation éditoriale, Paris, Nouveau Monde Éditions/Sociétés et Représentations, 2009 ; Gisèle Sapiro, Translatio : Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS éditions, 2008.

27 Chloé Maurel (dir.), Essais d’histoire globale, préface de Christoph Charle, Paris, L’Harmattan, 2013.

28 David Armitage et Sanjay Subrahmanyam (dir.), The Age of Revolutions in Global Context, c. 1760-1840, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Maurel, « Introduction : Pourquoi l’histoire globale ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 121 | 2013, 13-19.

Référence électronique

Chloé Maurel, « Introduction : Pourquoi l’histoire globale ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 121 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/3146

Haut de page

Auteur

Chloé Maurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page