Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Dominique Durand, Marie-Claude Vaillant-Couturier. Une femme engagée du PCF au procès de Nuremberg

Balland, Paris, 2012, 442 p.
Annie Burger-Roussennac
Référence(s) :

Dominique Durand, Marie-Claude Vaillant-Couturier. Une femme engagée du PCF au procès de Nuremberg, Balland, Paris, 2012, 442 p.

Texte intégral

1Depuis le Maurice Thorez de Stéphane Sirot et le Waldeck Rochet de Jean Vigreux, la biographie a gagné ses lettres de noblesse auprès des historiens du communisme : elle s’éloigne toujours davantage de ses modèles initiaux, la vie de saint ou le procès à charge. L’échelle individuelle, le niveau « micro » non pas opposé mais intégré au niveau « macro », y permet un renouvellement des questionnements valables au-delà des biographies pour toute l’histoire du communisme.

Une fidélité longue lue à travers des sources inédites

2Comment une jeune femme bourgeoise de 22 ans, appelée à seconder son père, un patron de presse influent, arrive-t-elle au début des années 1930 à s’engager durablement dans le mouvement communiste français et à y jouer un rôle éminent jusqu’à sa mort en 1996 ? Quels fils, quelles expériences tissent, fondent et structurent cette fidélité longue ? à ces questions, la biographie de Dominique Durand consacrée à Marie-Claude Vaillant-Couturier, parue en novembre 2012, apporte des éléments de réponse nouveaux. Fin connaisseur des réalités de la résistance et de la déportation, ancien président de l’association française Buchenwald-Dora et journaliste communiste, Dominique Durand a construit un ouvrage pour un large public, très fouillé et d’une grande honnêteté intellectuelle, une sorte de biographie totale. Il n’escamote aucun aspect de son sujet. La vie publique et la vie privée sont scrutées comme les deux revers d’une même pièce. Il privilégie une écriture littéraire et un mode de construction syncopé, non linéaire, fait d’allers-retours dans le temps. Pour hiérarchiser et éclairer les multiples trouvailles de sa minutieuse enquête, il utilise des travaux universitaires, mais sans les références précises que s’imposent les historiens de métier. Les matériaux collectés pendant plus de cinq années sont constitués, en plus des imprimés, de documents d’archives inédits (des notes à caractère biographique par exemple du Parti communiste français) conservés à Bobigny, de correspondances et d’entretiens enregistrés issus de fonds privés (Ginsburger et Viens). Le premier entretien fut accordé au début des années 1980, à l’historien Claude Willard lorsqu’il préparait son livre sur Pierre Villon (Roger Ginsburger), le deuxième époux de Marie-Claude, le créateur du Front national de la Résistance. Les seconds, une série de plusieurs entretiens réalisée durant les années 1980 (une datation hélas vague), sont l’œuvre de la responsable communiste Yann Viens, son amie, et auraient dû servir pour écrire un authentique récit de sa vie de femme communiste, une forme de biographie qui n’existait pas, selon elle, pour les communistes. Il n’a pas vu le jour. Marie-Claude avait pris sa retraite politique et faisait le bilan de son action à l’heure où le socialisme soviétique cherchait en vain à se renouveler. Ces entretiens font entendre sa vérité. On peut regretter que ces témoignages n’aient pas fait l’objet d’une critique plus importante et d’un recoupage plus systématique avec d’autres sources.

Le poids des réseaux

3Pour Dominique Durand, la fidélité initiale de Marie-Claude Vaillant-Couturier naît de ses ancrages familiaux et de sa vie de jeune femme des années 1930. Pour le démontrer, il met en avant les réseaux dans lesquels elle évolue et choisit des prénoms comme titres de chapitres, soulignant ainsi le poids déterminant des liens interpersonnels. En 1920, son père, Lucien Vogel, membre alors du Parti socialiste, vote l’adhésion à la IIIe Internationale, en reste là, mais demeure fasciné par l’Union soviétique au moins jusqu’à la veille de la Deuxième Guerre mondiale. L’histoire d’amour que Marie-Claude noue avec Paul Vaillant-Couturier, écrivain, responsable du lien avec les intellectuels et journaliste communiste entre 1932 et 1937 commence pour son biographe non comme une rupture mais en continuité avec ce terreau. Elle l’épouse en septembre 1937, dix jours avant sa mort, après 3 ans de vie commune.

4L’expérience de la déportation et ses conséquences immédiates, la présence de Marie-Claude lors du procès de Nuremberg en janvier 1946, sont évoquées sur plus de 180 pages. Elles semblent comme « cristalliser » sa fidélité communiste. Elles fixent une image (« Sainte Marie-Claude p. 255 ») et donnent à Marie-Claude Vaillant-Couturier l’ancrage permanent d’un cercle d’amies indéfectibles, avec lesquelles ensuite elle ne rompt jamais, quelles que soient les vicissitudes de la vie politique. Son vécu de déporté communiste fait d’elle durablement un témoin privilégié, car elle fut la première à témoigner de l’expérience concentrationnaire devant une cour de justice, dans le mouvement communiste et au-delà. Elle joue ce rôle dans des contextes et avec des finalités variées. Tout au long de sa vie pour faire traduire en justice les auteurs de crimes contre l’humanité. En décembre 1964, à nouveau par exemple, pour faire aboutir en France la loi sur l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité (p. 337), enfin, après sa retraite politique entre 1973 et 1985 jusqu’à la fin de sa vie, comme témoin aux procès Barbie et Touvier, et comme présidente de la Fondation pour la mémoire de la déportation, un rôle que Dominique Durand résume dans la formule titre du chapitre, la « femme mémoire ». Au début de la guerre froide, au moment des procès Kravtchenko et Rousset en 1949 et 1950, quand il est question de possibles camps soviétiques, sa parole de déportée sert à légitimer d’autres combats (p. 373), ses combats politiques de l’heure. Dominique Durand n’escamote pas cet engagement et l’explique dans les termes de Marie-Claude par la violence de la conjoncture politique de l’époque, où tout s’interprète comme un acte de guerre d’un camp contre l’autre.

5La déportation aboutit aussi à fixer sa place dans le mouvement communiste français. Malgré – ou à cause de son charisme ? –, elle milite comme la majorité des résistants dans les « couronnes extérieures » du mouvement et non dans les instances dirigeantes (bureau politique). Elle est élue en 1945 membre suppléante du Comité central du Parti communiste, député dans la circonscription de Paul Vaillant-Couturier et secrétaire d’une organisation internationale de femmes communistes et pacifistes, la FDIF qui l’éloigne longuement de Paris et de sa famille. Cette place et ce rôle de deuxième plan, un placard consenti (le consentement mériterait à lui seul une étude), ont sans doute été une chance pour elle, car ils lui ont permis de garder le contact avec le peuple communiste, avec des compagnons de route, parmi lesquels figurent d’authentiques non-communistes. C’est ainsi qu’elle fait connaissance en 1963 à Orly de Yann et Gaston Viens (p. 430). Elle y respire un air plus riche, au contact des syndicalistes ou des journalistes de la presse communiste, et évite les querelles de pouvoir. Deux conditions sine qua non pour durer avant le Comité central d’Argenteuil, et bien au-delà dans un Parti où les turbulences frappent plus violemment les militants intellectuels qu’ouvriers.

La « femme » communiste

6L’analyse du féminisme de Marie-Claude Vaillant-Couturier ouvre des perspectives sur une possible analyse « genrée » du militantisme communiste, un chantier relativement neuf de l’histoire du communisme.

7Celle-ci passe, dans le cas de Marie-Claude, par l’étude de ses fonctions au sein du mouvement communiste, de son travail au sein du mouvement communiste des femmes, une étude faite par Dominique Durand. Elle pourrait aussi s’appuyer sur la question du patronyme choisi en 1937, à la mort du rédacteur en chef de l’Humanité. « Alors les copains m’ont appelée Vaillant-Couturier (p. 8) », soulignait Marie-Claude à ses interlocuteurs, quand ils lui posaient la question de cette fidélité longue. Dominique Durand choisit de suivre sans discuter le propos de son témoin. Cette première explication, outre qu’elle indique un accord à étudier avec une décision masculine, n’était peut-être pas la seule. Le choix du patronyme a vraisemblablement été refait inconsciemment et consciemment pendant la guerre et à la Libération. Il a été utilisé officiellement par le Parti communiste, dès la mort de Vaillant-Couturier, et s’est imposé ensuite sans que personne ne songe à discuter cette évidence, comme si la militante Marie-Claude devait exister au sein du mouvement à travers cette identité de « femme de », de « veuve de ». Danielle Casanova et Mai Politzer portaient aussi le nom de leur mari. Mathilde Péri avait rajouté le prénom de son mari. En revanche, Jeannette Vermeersch avait conservé son nom de jeune fille, l’a accolé à celui de son mari, montrant ainsi que le choix du patronyme n’était pas seulement une concession/ soumission à l’esprit du temps, mais bel et bien une des ambiguïtés de la place accordée aux femmes dans et par l’organisation communiste. Fille de, femme de, intellectuelle, militante, les rôles féminins et au féminin dévolus, assumés et construits par Marie-Claude Vaillant-Couturier durant sa vie militante sont des terrains que les éléments apportés par l’étude de son cas donnent envie de revisiter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Burger-Roussennac, « Dominique Durand, Marie-Claude Vaillant-Couturier. Une femme engagée du PCF au procès de Nuremberg », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 121 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/3218

Haut de page

Auteur

Annie Burger-Roussennac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page