Navigation – Plan du site
MÉTIERS
Transmettre l'Histoire

Une micro-histoire collective pour comprendre l’enracinement culturel humain

Entretien avec Claude Mazauric, à propos de son livre : Destins. Quatre poilus originaires de Collorgues dans la Grande Guerre, (Paris, Éditions de la Fenestrelle, 2014). Propos recueillis par Annie Burger-Roussennac.
Claude Mazauric et Annie Burger-Roussennac
p. 145-153

Texte intégral

1Comment est né le projet de votre livre ?

2En février dernier, lors d’une conférence sur cette affaire, le patron d’une nouvelle maison d’édition, la Fenestrelle, présent dans la salle, m’a proposé d’éditer mon récit et mes entretiens avec les villageois, sous une forme ramassée, pour le printemps. J’ai rédigé immédiatement tout ce que je venais de raconter. Cela explique que mon livre soit construit comme un entretien et qu’il fut écrit rapidement, en deux mois tout au plus. Mais l’enquête qui l’a précédé fut une longue affaire.

3D’autres historiens marxistes se sont essayés à la micro-histoire, mais aucun n’a mené une enquête sur des gens de sa propre famille. Cette démarche est à la mode aujourd’hui. Pourquoi vous l’êtes-vous appropriée ?

4Quand j’étais gosse, mon père, comme tous les mutilés de guerre et les anciens combattants, ne parlait pas de sa guerre. Quand je suis devenu étudiant en histoire, il a eu l’impression que ça m’intéressait professionnellement et il est devenu éloquent. J’ai eu également les récits de mes oncles. Cela m’est resté en mémoire. Ces récits intimes aux nomenclatures vagues étaient sans chronologie précise, sinon les dates de naissance des quatre poilus. Lorsque j’ai pris ma retraite dans le Gard, j’ai confronté mes souvenirs aux sources. J’ai eu la surprise extraordinaire de trouver que tous les récits étaient fondés d’une manière incroyablement précise. Il suffisait d’établir des chronologies, des occurrences, de retrouver des témoignages plus concrets, de se référer au contexte, à la réalité villageoise. Les registres matricules, les enquêtes agricoles sur le village de Collorgues, les cadastres évidemment, les actes notariés de la propriété du grand-père, une carte postale, des photographies et puis des éléments de confirmation dans les archives de la guerre, au château de Vincennes. J’ai cherché partout des documents sur l’école de mutilés de Nîmes, mais les archives ont complètement disparu. Ainsi, j’ai réussi à refonder en sources vives, incontestables, la véridicité du récit des quatre poilus. Cette rencontre entre le récit vécu et les sources, c’était finalement de la micro-histoire collective. La micro-histoire ne nous apprend rien du tout sur la guerre de 1914-1918, ni sur ses causes, ni sur les faits. Cela nous raconte simplement comment des individus, des ruraux, ont pu être concernés. Mais je n’ai retrouvé aucune lettre, aucune correspondance, sauf une carte postale. C’étaient des paysans, des artisans de village, ils n’écrivaient pas. Ils racontaient à la rigueur. Ils n’ont raconté leur guerre à personne d’autre que moi. Mes cousins n’ont jamais eu le centième des récits dont j’ai bénéficié du fait de ma qualité d’historien.

5L’originalité de votre propos tient donc aux liens de famille qui vous unissent à vos poilus ?

6Les poilus ne racontaient rien. Les derniers vivants interviewés dans les années 1980-1990 ne racontaient jamais le détail des opérations, ce qui leur était arrivé. Ils répétaient toujours la même chose, la dure vie des tranchées, les odeurs, au point de rendre leurs récits abstraits. Un récit doit pouvoir être situé. L’attaque du mont Cornillet a marqué profondément mon père. Il y a perdu l’épaule et le pavillon de son oreille. Il était le seul survivant de son commando. Dans ma jeunesse, ce mont Cornillet était une sorte de mythe, d’incarnation d’une horreur incompréhensible. Je ne savais pas où il était. J’y suis allé en janvier avec mon ami Pascal Dupuy. C’est toujours sur un terrain militaire, j’ai retrouvé le boyau par où l’attaque a été menée, la ferme des Marquises où les blessés ont été reçus. J’ai appris que la prise du mont Cornillet en juillet, trois mois après la blessure de mon père, a coûté la vie à près d’un millier de soldats bavarois. Un obus de 140 français est tombé par le tunnel d’aération de la fortification allemande. Son explosion a tué tout le monde et a permis à l’armée française de reprendre le mont Cornillet sur le front de Champagne. Mon père ne l’a jamais su. Un monument, une stèle, salue les régiments chargés de le reprendre en avril 1917 et en 1918. Cette terre arrosée de sang, dont le moutonnement du plan stratigraphique supérieur a intensifié les bombardements, est assez poignante. Quand j’y suis passé, cela m’a fait un effet formidable.

7Stéphane Audoin-Rouzeau et Ivan Jablonka ont récemment raconté des gens de leurs familles. Comment vous situez-vous par rapport à eux ?

8Mes parents étaient des artisans de village et des paysans compétents dans leur domaine. Trois d’entre eux, mais pas mon père, avaient le certificat d’études primaires et avaient reçu l’instruction primaire minimale. Ils étaient au sens propre des gens du petit peuple, qui ne fournit que des soldats de seconde classe. Mon oncle Lucien, né en 1878, a été sous-officier de réserve, mitrailleur, les autres de simples soldats. Ils ne sortaient pas des élites urbaines éduquées comme les gens étudiés par Stéphane Audoin-Rouzeau. Ils étaient issus des couches populaires du Languedoc rural. Leur village viticole était ouvert sur le marché, avait des relations avec la ville, mais eux n’avaient pas d’autre ambition que de soutenir la République et le socialisme. Ils étaient jaurésiens et des lecteurs de Compère Morel. En 1913, pour lui rendre hommage, ils sont allés tirer la calèche avec laquelle il faisait sa tournée électorale dans le canton. Ils ont mis des oriflammes bleu-blanc-rouge aux animaux de trait. Ils étaient touchés par la propagande socialiste. C’était le Midi rouge socialiste républicain. La question des ambitions étrangères et de l’impérialisme leur était totalement étrangère. Aucun des quatre ne m’a jamais parlé de ces questions-là. Ils étaient favorables à Jaurès parce que Jaurès, c’était la paix. Leur père Gaston, né en 1848, avait fait la guerre de 1870 et était revenu à pied après avoir été désarmé à Pontarlier. Il avait traversé la Suisse, était arrivé à Chambéry, de là avait pris le train pour Marseille, et ainsi revenir à Collorgues. Mon oncle Albin, prisonnier de guerre en Allemagne durant l’été 1918, est revenu par le même chemin que son père. S’est-il échappé ? A-t-il été libéré ? Il n’a jamais répondu à cette question que je lui ai posée plusieurs fois. Il est arrivé à Marseille en septembre 1918, à temps pour être remis sous les drapeaux, malgré son handicap du bras gauche.

9Vous avez écrit qu’il ne pouvait pas tenir sa baïonnette…

10Un obus Shrapnel lui avait arraché toute la viande de l’avant-bras droit et griffé l’os. Les chirurgiens allemands en Bavière ont réussi à lui faire un semblant de muscle. Il pouvait s’en servir pour des petites opérations, il n’a pas perdu son bras et ses doigts fonctionnaient. Mon oncle était très fier de ce miracle de la chirurgie de guerre. Il m’a montré son bras qu’il cachait par ailleurs. C’était un os avec quelque chose autour, une espèce de maillot. Il était droitier, taillait la vigne avec son bras, mais sa force musculaire était dans le bras gauche avec lequel il tenait son mulet, son seul compagnon. Il était devenu misogyne et misanthrope. Il ne parlait à personne d’autre. Il avait l’impression que le monde entier le méprisait. Il m’aimait beaucoup et était assez fier que je sois étudiant alors que cela ne lui rapportait rien. Il était le premier paysan de Collorgues à avoir une voiture.

11Et un tracteur ?

12Il en a eu un à la fin de sa vie, en 1955, quand il a pris un fermier chez lui, qu’il a logé dans une partie de son mas, un dénommé Moulin que j’ai connu, un ouvrier agricole qui d’un coup est devenu métayer. Il avait trois ou quatre enfants et une maîtresse femme fort sympathique. Mon oncle s’entendait très bien avec son fermier, mais il continuait à habiter séparément dans une crasse invraisemblable avec son mulet.

13Vous écrivez qu’il avait mis son diplôme militaire dans la mangeoire de son mulet.

14C’est là que je l’ai retrouvé. Je l’ai mis sous verre et je l’ai gardé. Il avait aussi une charrette, que j’ai réhabilitée, que mon père est allé chercher en 1912 à Uzès sur le marché, chez le forgeron. Ils avaient cette « jardinière » pour livrer leurs légumes, le grain. Elle a servi durant la guerre de 1914 et jusqu’en 1922, quand mon oncle Albin et son père ont acheté une voiture, la première automobile à moteur de Collorgues. En 1940, on a ressorti la charrette avec le mulet, et je l’ai connue. En 1948-1949, l’oncle a racheté une voiture, une 4 CV Renault. Il s’est tué avec en 1961.

15Vous parlez d’entretiens réalisés avec vos oncles alors que vous étiez fort jeune. Comment les avez-vous recueillis ?

16J’avais 17 ans pour les premiers. À la Libération, j’avais posé des questions. Je voulais comprendre et mon père m’avait parlé, mais j’étais gamin. Les récits ordonnés sont arrivés l’année où j’ai passé le bac. En hypokhâgne, quand j’ai annoncé mon intention de faire de l’histoire, j’ai demandé à mes oncles de me raconter leur guerre. Je n’ai pas pris de notes. J’ai fait fonctionner ma mémoire. J’ai raconté ce qu’on m’avait raconté à mes sœurs, ce qui a permis d’entretenir le récit oral. Je n’ai jamais eu l’idée d’en faire une connaissance objective. Je voulais avoir une idée de la manière dont ces quatre-là sont revenus, ont pu faire cette guerre et survivre.

17Ces souvenirs gardés 50 ans en mémoire avant de les remobiliser sont un matériau historique assez étrange…

18C’est vrai, mais j’ai été formé par ces récits, ils font partie de ma personnalité. La guerre pour moi c’est l’horreur. J’ai horreur de la guerre. Je sens de nouveau des odeurs de guerre partout. Penser que 6 000 hommes par jour pendant quatre ans ont été tués sur le front est quelque chose d’abominable. Je ne parle pas de la Seconde Guerre mondiale où les civils ont « dégusté » encore plus que les militaires. Cette présence de la guerre de 1914-1918 m’a formé et explique mes engagements politiques. Quand je lisais L’impérialisme, stade suprême du capitalisme, que j’ai relu et étudié à plusieurs reprises, j’imaginais le partage et les guerres coloniales, l’oppression, les massacres, les inventions techniques. Et puis il y avait ce récit de mon père, un homme plein d’humour et de finesse, tout paysan qu’il était à l’origine. Quand on lui demandait comment il voyait sa vie, il disait : « Je préfère nettement la deuxième moitié de mon premier centenaire à la première, parce qu’il n’y a pas de guerre, j’ai une certaine aisance, j’ai une retraite du combattant et mes enfants ont réussi leurs vies et leurs études. » C’était une histoire intérieure, pas mon histoire, mais celle de mes ascendants, un récit familial. On est une dynastie de roturiers cévenols du côté de mon père, de paysans savoyards du côté de ma mère. Mon père en était très fier. Avoir trouvé toutes ces sources et avoir fondé le récit est assez drôle.

19Votre récit reconstitue des parcours de guerre, des convictions républicaines et socialistes, mais vous ne dites rien d’un possible refus. Pourquoi ?

20C’est une question qui dépasse la micro-histoire. Je n’ai jamais eu le moindre commentaire. Mon père m’a toujours dit que cette guerre était abominable, on présentait les Allemands comme de véritables bandits, mais c’était une opinion d’après-guerre, construite dans une durée. La micro-histoire ne donnera pas la clé, seule la connaissance du rapport de l’armée à la nation en 1913-1914 le pourrait. On me demande souvent, quand je présente le livre, s’ils ont participé à des manifestations, fraternisé dans les tranchées. Je n’ai aucun souvenir de cela. Ils n’en ont jamais parlé. Ils savaient que ça existait. Ils en parlaient comme d’un fait acquis appris. Pour le comprendre, il faut aussi comprendre pourquoi cette armée, ces soldats ont combattu, pourquoi mon père était volontaire dans un commando quand il a été blessé.

21Votre père a précédé l’appel, alors que vos deux oncles étaient déjà blessés…

22Il était tout simplement gagné par l’ambiance patriotique. Il pensait que son devoir était de partir, de s’engager dans l’armée, de participer à la défense de la patrie, c’est un élément d’acceptation de cette guerre. Il s’engage en 1915, un an avant d’être appelé. L’armée française, Antoine Prost et Stéphane Audoin-Rouzeau le racontent, était une armée républicaine. L’encadrement militaire dans l’infanterie au niveau des officiers était excellent. Il n’y avait plus de remplacement depuis 1873. Mon père était clairement républicain et patriote. La guerre a pesé tellement lourd dans leur conscience qu’en 1919, et cela correspond à un souvenir précis, leur mot d’ordre était : « Plus jamais ça ». En 1940, mon père était maréchaliste parce que pacifiste. En 1942, quand les Allemands ont franchi la ligne de démarcation, il a considéré qu’il fallait faire autre chose, mais je ne dirai pas participer à la Résistance. Mes deux sœurs y ont participé, il n’était pas d’accord avec elles. La micro-histoire ne donne pas les clés. Elle permet de comprendre l’enracinement culturel humain.

23Votre incipit fait penser à ceux des romans de Louis Aragon. Quel rôle souhaitiez-vous donner à l’écriture dans votre enquête ?

24J’ai voulu faire un incipit qui traduise ce que j’ai cru comprendre de l’attitude des gens de Collorgues quand la mobilisation a été affichée, le 2 août 1914. On me l’avait raconté. Il y avait une sècheresse terrible, les vendanges, le battage du blé qui se faisait encore sur l’aire à battre, tout le monde se demandait début août : « Est-ce qu’ils seront revenus pour le mois de septembre ? » J’ai voulu me servir d’une écriture distanciée et romanesque pour accrocher le lecteur et montrer que la micro-histoire est toujours une forme de roman. On n’a pas tout. Pour ma part, je voulais que cette écriture ne soit qu’un habillage, une introduction pour un travail rigoureux d’historien construit sur des faits. C’est la raison de mon long chapitre sur Collorgues et de tous les détails sur l’exploitation familiale.

25Mais vous inscrivez votre histoire familiale dans le temps long…

26Et encore, je n’ai pas tout dit ! J’aurais pu raconter les défrichements du xviie siècle. La modeste métairie de mon grand père, que j’ai récupérée en 1962, a été construite en 1691. C’est la thèse d’Emmanuel Le Roy Ladurie de facto, une métairie de colon, qui à mi-fruits défrichait la garrigue. J’ai lu l’acte chez le notaire, mais je ne l’ai pas recopié. Tout n’a pas été versé aux archives à sa mort. Il a disparu. Mais on a toujours le compoix de Collorgues. Je pourrais retrouver les parcelles. J’ai fait grâce de tout cela au public.

27Ce que vous dites de l’enracinement paysan cévenol protestant est tout aussi passionnant.

28La seule chose surprenante chez mon père est qu’il ait épousé une savoyarde catholique du Beaufortin. Mais leur rencontre est aussi liée à la guerre de 1914-1918. Quand mon père est sorti de l’école de mutilés de Nîmes, on lui a donné une formation intellectuelle lui permettant de gagner sa vie avec un bras paralysé. Il a d’abord été affecté aux chemins de fer, puis aux douanes. Il était sur la ligne de Camargue. Mon grand-père de Savoie ne trouvant plus de foin pour ses vaches, il les a fait descendre en Camargue en chemin de fer. Ma mère et son frère avaient une centaine de bestiaux à garder et à traire. Ma mère, fort baraquée, portait chaque jour le lait et cherchait des sacs de sel pour fixer les vaches dans les prés non clos, près de la gare où travaillait mon père. Ils se sont mariés en 1919, en Savoie, dans la sacristie et non dans l’église, parce que mon père était protestant. Leur mariage n’a été accepté par l’évêché qu’en 1932. Chez les protestants huguenots cévenols, le mariage n’est pas un sacrement. Mon père n’était pas pratiquant du tout, ni croyant. Il était simplement marqué par la culture huguenote. Il a eu des obsèques civiles de sa propre volonté. Il était déiste, il croyait à une cause première, comme Mitterrand (rires).

29Avez-vous cherché des archives pour comprendre l’importance du protestantisme dans l’attitude de vos poilus pendant la guerre de 1914-1918 ?

30À Collorgues, il n’y avait pas de pasteur, c’est le pasteur d’un village voisin qui venait. Les pasteurs ont prononcé toutes les paroles qu’il fallait pour exalter le patriotisme et la soumission aux ordres de l’état-major. Les feuilles catholiques de Nîmes se distinguaient en disant que mourir au champ d’honneur, c’était gagner son paradis. Chez les protestants, on n’allait pas jusqu’à ces extrémités. Quand André Chamson a publié en 1924 Roux le bandit, l’histoire d’un réfractaire, d’un objecteur de conscience qui a refusé d’aller à la guerre au nom de sa foi, cela a été un véritable scandale.

31Dans votre épilogue et votre titre, vous soulignez les limites de votre exercice en insistant sur l’embarquement des individus dans une histoire dont ils ne sont pas vraiment des acteurs. Ces limites, Pierre Bourdieu les dépasse avec les notions de champ et d’habitus. Qu’en pensez-vous ?

32J’ai voulu marquer ma différence. Je crois qu’on peut toujours rapporter la micro-histoire à l’histoire générale en voyant dans l’une le fondement de l’autre, et dans l’autre l’illustration de la première, mais une interaction, une interconnexion c’est téléologique. On ne peut le penser qu’après les événements et le récit, lorsqu’on les surplombe. Dans la pratique, on vit dans l’innocence. Je suis très rousseauiste. J’ai voulu montrer que mes quatre poilus avaient fait la guerre qui s’imposait à eux. Ils n’ont porté de jugement sur elle qu’après coup. Mon père développait beaucoup la thèse que la guerre permet des progrès considérables, qu’elle avait été sa fortune, au double sens du terme : le destin, au sens latin, et ce qui lui avait permis de sortir de la misère à laquelle il était condamné comme ouvrier agricole. J’ai voulu montrer que la micro-histoire ne dit rien, dès lors qu’on n’a pas une réflexion critique documentée, distanciée, et une théorie qui met en jeu les grandes forces de la grande histoire. Bourdieu veut les articuler, mais en fin de compte, il rapporte toutes les micro-histoires possibles à quelque chose qui les dépasse, les grandes structures mises à jour par sa sociologie. C’est sous-jacent à ma démarche. Je l’ai éliminé et ramené à quelques idées simples, je ne voulais pas introduire un débat doctoral. Je voulais souligner l’innocence de la vie au milieu des grandes déterminations de classes.

33Je vous trouve quand même bien sévère sur la micro-histoire. Elle donne tout de même chair à l’histoire…

34Je suis d’accord, j’ai essayé de le dire mais cela n’explique rien. Carlo Ginsburg n’explique rien. Il dit simplement que le matérialisme était devenu le fromage et les vers. Tout Aristote se retrouvait dans une métaphore, et quelqu’un était condamné parce qu’il avait aristotélisé son existence, d’une façon finalement hérétique en pleine période où la science était en train de naître. Ce n’est pas sévère. Je crois que la micro-histoire se fonde sur le roman, qui donne chair à tout. Dans les romans d’Aragon, dans Aurélien, on est en pleine micro-histoire. On voit bien que la détermination traverse tout cela. Il le subodore in fine, mais il passe toujours à côté alors que nous savons bien quel était l’axe. Non, je ne suis pas sévère envers la micro-histoire, j’y porte même un grand intérêt.

35Les statistiques toutes seules n’apprennent rien non plus…

36Tout de même, il y a une prévisibilité qui permet de deviner, plutôt d’établir, ce que dit la grande histoire. Je pense à Fernand Braudel. Dans La Méditerranée, un livre que j’ai lu et médité, il y a les deux parties. Dans l’une on est dans les déterminations avec un socle quasiment géologique, et puis un socle historique, les grandes tendances. Dans la deuxième partie, on est dans l’histoire la plus événementielle des règnes de Philippe II, III et IV. Je me suis toujours dit : comment articule-t-il ces deux parties ? Braudel aussi a travaillé de mémoire. Il était prisonnier de guerre. La deuxième partie est simplement déterminée par la première. Philippe II envoie la grande Armada et pense que la tempête a dispersé ses navires, et non pas le basculement de la Méditerranée vers l’Atlantique. Bon, voilà, mais là on est dans la pataphysique…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Mazauric et Annie Burger-Roussennac, « Une micro-histoire collective pour comprendre l’enracinement culturel humain », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 128 | 2015, 145-153.

Référence électronique

Claude Mazauric et Annie Burger-Roussennac, « Une micro-histoire collective pour comprendre l’enracinement culturel humain », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 128 | 2015, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/4655

Haut de page

Auteurs

Claude Mazauric

Articles du même auteur

Annie Burger-Roussennac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page