Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Pierre Prins, Une histoire inconnue de l’Afrique centrale (1895-1899)

Paris, Éditions du CTHS, 2013, 400 p. et 582 p., 35 €.
Jean Duma
Référence(s) :

Pierre Prins, Une histoire inconnue de l’Afrique centrale (1895-1899), édition établie et présentée par Viviane Prins-Jorge et Yves Boulvert, Paris, Éditions du CTHS, 2013, 400 p. et 582 p., 35 €.

Texte intégral

1Un regard de « colonisateur »

2Entre novembre 1884 et février 1885 se tient la conférence de Berlin. Quinze pays y participent, pour l’essentiel appartenant à la vieille Europe, mais sont aussi présents l’Empire ottoman et les États-Unis. Il s’agit pour les participants de se partager l’Afrique où les grands empires traditionnels sont en crise face à la poussée d’une présence coloniale de plus en plus affirmée. La France, pour sa part, dans sa rivalité avec l’Angleterre témoigne d’un grand intérêt pour l’Afrique centrale. Savorgnan de Brazza se lance dans l’exploration du Congo. Il envoie Paul Crampel en direction du lac Tchad. C’est le temps des explorations souvent difficiles en raison de conditions sanitaires déplorables, des affrontements avec les royaumes locaux, des fortes rivalités entre les puissances européennes. C’est dans ce contexte qu’a lieu, à la fin des années 1890, la mission Gentil. Ce dernier se lance dans plusieurs expéditions avec pour objectif de trouver une voie praticable entre le Gabon et le Tchad pour unifier les possessions françaises. Il veut descendre le Chari pour atteindre le lac Tchad et offrir le protectorat de la France à certains des chefs locaux, notamment le sultan Senoussi du Dar Kouti et Gaourang, sultan du Baguirmi, qui s’affronte à Rabah, devenu sultan du Bornou.

3C’est de ce contexte que rendent compte les mémoires inédits de Pierre Prins qui constituent un témoignage précieux et une contribution importante à la connaissance de cette période et de cet espace.

4Pierre Prins est une personnalité originale, à l’image de son parcours. Il est né en 1870 dans une famille d’artistes : son père, Pierre-Ernest Prins, sculpteur, peintre et pastelliste s’attache à peindre la nature ; sa mère, Fanny Claus, altiste et violoniste virtuose, figure debout sur la toile d’Édouard Manet, Le balcon, et meurt lorsque son fils a sept ans. Durant toute sa jeunesse, il accompagne son père lorsque ce dernier « arpente la campagne pour peindre la nature sur le motif ». En 1888, il s’engage volontairement pour trois ans dans l’armée et quelques années après la fin de cet engagement militaire, le 23 juillet 1895, à 25 ans, il s’embarque pour l’Afrique aux côtés d’Émile Gentil et participe à la seconde mission de ce dernier. C’est alors qu’il commence à prendre les notes qui ont fourni la matière, dans les années 1930, de la rédaction d’un manuscrit dont les descendants de Prins ont souhaité, aujourd’hui, la publication.

5Dans un premier temps, Pierre Prins se voit confier la mission d’entrer en relation avec le sultan Senoussi du Dar Kouti. Il va ainsi parcourir, seul Européen avec deux tirailleurs d’escorte et quarante porteurs, 300 kilomètres en pays inconnu. Son ambassade est un succès et aboutit à la rédaction du premier volume de ses mémoires : De l’Atlantique au Chari : Un raid chez le sultan Mohamed Senoussi chef des assassins de la mission Crampel, qui couvre la période de septembre 1895 à l’année 1897.

6Ensuite Pierre Prins, seul encore, est envoyé en tant que résident de France au Baguirmi et le deuxième tome de ses mémoires, Une année de résidence auprès du sultan du Baguirmi Mohamed Abd Er Rhaman Gaourang. La mission de Béhagle La mission Bretonnet, rend compte de cette entreprise et constitue un témoignage de première main sur la vie d’un sultan esclavagiste d’Afrique centrale avant la colonisation.

7Au total, ces cinq années 1895-1899 constituent la matière de ces mémoires inédits qui sont un témoignage bienvenu et éclairent d’un jour nouveau la connaissance que l’on peut avoir de l’Afrique centrale au tournant de ce siècle, le déroulement des explorations comme l’irruption des Européens. Ils mettent bien en valeur le caractère difficile et hasardeux de l’entreprise.

8La durée des séjours que Pierre Prins effectue seul dans des régions qui viennent d’être découvertes par les Européens fait qu’il a pu observer de près la vie de ces sociétés, identifier les coutumes, saisir les modes de vie, voir le poids de ces grands féodaux exploiteurs et la domination qu’ils exercent sur les populations animistes, les tensions et affrontements qui en résultent. Cela fait toute la richesse et l’intérêt de son témoignage. D’autant plus que c’est aussi une description de cet espace puisque Pierre Prins s’intéresse également à la botanique et à la zoologie, décrit le rythme des saisons, la vie du fleuve Chari dont il dresse la première carte hydrographique.

9Il rend bien compte du caractère très précaire de ces entreprises où les Européens qui les développent sont confrontés à des difficultés de toutes sortes, maladies, attaques diverses, qui rendent leurs entreprises plus que périlleuses avant que la force leur permette de s’imposer.

10Ce témoignage est d’autant plus intéressant que Pierre Prins, bien qu’homme de son temps, n’hésite pas à prendre quelques distances avec les idées alors dominantes sur l’Afrique et les Africains et sur la « mission civilisatrice » que s’attribuent alors les diverses puissances européennes. Il apporte aussi un regard nouveau sur la mission Gentil.

11Après son retour en France, entre 1900 et 1910, il partage néanmoins son temps entre l’Afrique et la France. Il multiplie les articles et les conférences, en particulier pour la Société de géographie où il défend des idées originales qui sont loin d’être dominantes. Il estime préjudiciable l’emploi de la force en Afrique centrale. Il est partisan d’une pénétration pacifique et commerciale de la France prenant appui sur les sultanats récemment islamisés. Il souligne la place d’un islam bienfaisant car interprété sans fanatisme, tout en voyant, de façon parfois prémonitoire, que cela peut être, pour l’avenir, un facteur de déstabilisation. Il préconise la lutte contre l’esclavagisme local et l’arrêt de la chasse à l’éléphant et du commerce de l’ivoire. Il défend l’idée que ces pays doivent produire et non être exploités et que l’avenir de ces territoires sera hypothéqué si on les exploite et les saigne « à blanc » au lieu de les aider à se développer.

12Ce témoignage passionnant par sa précision, par la qualité et la quantité des renseignements qu’il contient, par ce qu’il révèle de son auteur, un jeune marqué par un réel désir de participer à ce qu’il considère comme une entreprise civilisatrice mais qui se heurte à une réalité plus difficile, donne un portrait de l’Afrique plein d’empathie mais sans concession vis à vis des différents acteurs de cette entreprise, qu’ils soient autochtones ou extérieurs. Il contribue à alimenter des débats historiographiques très actuels sur l’histoire de l’Afrique centrale : le rôle de la traite orientale trop longtemps sous-estimée parce que mal connue et qui est analysée avec pertinence ; le poids de la diversité ethnique et religieuse et les tensions que cela suscite ; un éclairage nouveau sur la mission d’émile Gentil relatée dans « La chute de l’empire de Rabah » ou sur certains acteurs à l’image de Rabah, un « Napoléon noir ».

13L’ouvrage comprend en outre les glossaires dressés par Pierre Prins, un complément à ces glossaires, des indications biographiques sur les personnages mentionnés par Pierre Prins, une liste des animaux sauvages et des espèces végétales mentionnés par Pierre Prins ainsi qu’un index, le tout établi par Yves Boulvert, ce qui facilite grandement sa consultation et sa lecture. Une lecture qui intéressera ceux qui veulent connaître le déroulement des explorations et l’irruption des Européens en Afrique centrale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Duma, « Pierre Prins, Une histoire inconnue de l’Afrique centrale (1895-1899) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 128 | 2015, mis en ligne le 03 septembre 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/4691

Haut de page

Auteur

Jean Duma

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page