Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

La colonne, récit de Christophe Dabitch, dessins et couleurs de Nicolas Dumontheuil

Tome 1 : Un esprit blanc, Paris, Futuropolis, 2013, 77 p. ; Tome 2 : Exterminez-moi toutes ces brutes, Paris, Futuropolis, 2014, 87 p.
Elara Bertho
Référence(s) :

La colonne, récit de Christophe Dabitch, dessins et couleurs de Nicolas Dumontheuil, Tome 1 : Un esprit blanc, Paris, Futuropolis, 2013, 77 p. ; Tome 2 : Exterminez-moi toutes ces brutes, Paris, Futuropolis, 2014, 87 p.

Texte intégral

1Dans sa préface, le journaliste et écrivain ivoirien Venance Konan décrit l’histoire de la colonne Voulet-Chanoine (juillet 1898-juillet 1899) comme « une histoire terrible et vraie qui n’est enseignée nulle part, ni en France, ni en Afrique », avant de conclure : « Tous les Africains devraient la connaître » (préface, p. 2, T. 1). Cette bande dessinée en deux tomes a en effet pour objectif de mettre en lumière un épisode particulièrement violent de la colonisation de l’Afrique de l’Ouest.

  • 1 Voir par exemple l’adaptation littéraire qu’en donne Jacques-Francis Rolland, Le Grand Capitaine, P (...)
  • 2 Finn Fuglestad, « À propos de travaux récents sur la mission Voulet-Chanoine », Revue française d’h (...)
  • 3 Le père de Jules Chanoine, le général Chanoine, a tout fait pour laver la réputation de son fils. V (...)
  • 4 Tierno Monénembo, Le roi de Kahel : roman, Paris, Seuil, 2008, 261 p. ; Joseph Conrad, Heart of Dar (...)

2Le récit est bien informé, et retrace assez précisément le parcours de la colonne, depuis sa création dans les salons parisiens du secrétaire d’État aux colonies (où l’on reconnaît André Lebon), puis à Saint-Louis, où les premiers tirailleurs sont enrôlés, puis encore leur course au Tchad à la poursuite de Rabah, le trafiquant d’esclaves (par Tombouctou, Say, Sansanné-Haoussa), jusqu’à la mort des deux officiers sur la route de Zinder, dans l’actuel Niger. Avec un dessin proche graphiquement de la caricature, le texte offre une présentation pédagogique d’un aspect ponctuel de la colonisation, en dénonçant avec force la brutalité et le sadisme des deux officiers français, dont les noms sont à peine voilés : Boulet pour Paul Voulet, Lemoine pour Julien Chanoine. Indignés par Fachoda et l’affaire Dreyfus, les deux officiers mènent leur colonne à des pillages et des tueries de masse. La hiérarchie, prévenue, s’alerte. La colonne s’émancipe alors de son autorité, et lorsque le colonel Klobb, envoyé pour les arrêter, somme les deux officiers de se rendre, à Dankori, Voulet ouvre le feu et le tue, le jour de la fête nationale, le 14 juillet 1899. Craignant d’être déclarés hors la loi et de ne pas toucher leur solde, les tirailleurs assassinent Voulet et Chanoine quelques jours plus tard. Dabitch et Dumontheuil suivent la thèse de la folie des officiers français1, qui a été depuis critiquée2 mais a offert à l’armée l’avantage de ne pas ouvrir d’enquête sur les conditions de la conquête3. Le dessin burlesque permet de renforcer la démesure des rêves de conquêtes des deux personnages. Voulet est d’ailleurs dépeint sur le modèle de Kurtz dans Au cœur des ténèbres, ou d’Aimé Olivier de Sanderval, dans Le roi de Kahel4, notamment lorsqu’il s’imagine régner sur un royaume coupé du monde : « Un territoire à nous… Pourquoi pas ? Il est temps de couper, de s’affranchir ! Nous avons les armes et les hommes, nous avons le pouvoir. On va voler le Tchad à la France, et tu en seras le roi ! » (p. 57, T. 2).

3Le procédé narratif est intéressant : la colonne est personnifiée et représentée par un esprit, portant un masque, qui s’affirme à mesure que la colonne s’agrandit (elle comptera près de 800 tirailleurs et auxiliaires, et près de 600 porteurs) puis dépérit et s’étiole jusqu’à l’évaporation lorsque la colonne est dissoute. L’« esprit blanc » parle donc, lui qui « est né à Paris » (p. 8, T. 1) tout en se parant d’un masque africain (« le climat me colle à la peau… Je m’adapte, il faut bien. », p. 60, T. 1), et il s’adresse à Souley, le tirailleur qui a abattu Voulet, pour retracer l’histoire de son ascension et de sa chute. Leur dialogue, leurs souvenirs complémentaires, leurs disputes constituent le fil du récit, dans un long flashback, près du cadavre de Voulet devenu dérisoire. Souley se parle et parle à l’esprit, en se remémorant le désastre : l’enjeu de mémoire à double focale (à l’intérieur du récit pour Souley, avec la vocation pédagogique pour les deux auteurs) se conclut sur la reprise de la marche des tirailleurs vers Zinder, avec deux nouveaux officiers, Joalland et Meynier.

  • 5 Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, suivi de Mort à crédit, Paris, Gallimard, Pléiad (...)

4Le récit n’est pas manichéen et affronte le problème de la très grande participation des tirailleurs à la conquête coloniale. L’esprit de la colonne demande ainsi à Souley : « Comment expliques-tu que tes camarades noirs aient mis tant d’énergie à tuer d’autres Noirs ? » (p. 72, T. 1). De nombreuses planches illustrent cette réalité de la colonisation comme une guerre intra-africaine (p. 36 et 70-71, T. 1). Souley explique son enrôlement à 17 ans, pour pouvoir acheter une grande concession, porter un fusil et rendre les voisins jaloux (p. 33-35, T. 1), ce qui n’est pas sans rappeler les motivations du jeune Bardamu5, qui s’engage dans l’armée pour suivre la belle musique et ressembler au fringant colonel qui passait devant lui. À la fois artisan de la colonisation (« On a mené des campagnes contre des chefs. J’ai bien appris, j’étais fort, la France était contente », p. 36, T. 1) et victime de sa propre naïveté, Souley côtoie les mercenaires, engagés pour tuer sans pitié, véritables sanguinaires, quasiment aussi fous que les officiers français. Mais le personnage gagne sa rédemption en tuant Voulet, ce qui a pour conséquence d’escamoter une part de responsabilité des tirailleurs africains, tout en donnant pourtant une cohérence narrative aux deux tomes.

  • 6 Abdoulaye Mamani, Sarraounia : le drame de la reine magicienne, Paris, L’Harmattan, Collection Encr (...)
  • 7 « Du temps que la nature en sa verve puissante/ Concevait chaque jour des enfants monstrueux/ J’eus (...)

5Le second tome est davantage consacré aux résistances africaines à la colonisation. Le volume suit l’organisation narrative d’adaptations littéraires et cinématographiques d’œuvres consacrées à la reine magicienne Sarraounia6. Le combat des Français contre les habitants de Lougou (Niger) a connu de nombreuses adaptations, et le chapitre « La princesse rebelle » s’en inspire largement. Malgré quelques incohérences historiques, comme l’existence à Lougou d’amazones entraînées à la guerre, ou l’usage systématique du canon par les deux officiers, l’affrontement face à Sarraounia est très graphique. La reine devient ainsi un fantasme pour Voulet, qui rêve d’elle dans de nombreux épisodes de délires (p. 54 et 80-81, T. 2) : elle cristallise subtilement un inaccessible. Dans l’une des dernières scènes, elle prend la forme d’une géante baudelairienne7 que Voulet, rendu minuscule, attaque sabre au clair, et dans laquelle il se perd, en finissant par se noyer. Elle vient signifier l’échec du fantasme colonial et, tandis que Voulet l’imagine sensuelle et abandonnée, elle l’engloutit au contraire, et le conduit à sa chute.

  • 8 Ils n’ont pas été les seuls. L’affaire a fait scandale à l’époque, en France, dans les cercles anti (...)

6Le trait et l’esthétique empruntent à la fois à la satire et au dessin humoristique. La veine en est parfois franchement comique, avec un couple Voulet-Chanoine représenté sur le modèle des duos comiques : un petit brun hâbleur à l’embonpoint marqué, accompagné d’un grand blond distingué. Néanmoins, la tonalité générale reste celle de la dénonciation de leur folie, ainsi que de l’entreprise coloniale dans son ensemble. Le lieutenant Peteau (Péteaux dans le texte, qui présente sa démission, dégoûté des exactions auxquelles il a dû assister, p. 15, T. 2) et le colonel Klobb sont exempts de cette caractérisation satirique, puisqu’ils ont dénoncé vivement la brutalité des deux officiers8. Mais ils ne contrebalancent pas l’impression générale. Le tout vire parfois au grotesque. Cependant, les caractères en capitales sont un mauvais choix graphique, car ils donnent l’impression que tous les personnages crient en permanence.

7Cette adaptation en bande dessinée d’un sujet sensible, parce que particulièrement violent et inexistant dans les manuels scolaires des collèges et lycées, gagne le pari de la présentation didactique. Il fournit une approche originale de la question, notamment grâce au système narratif du tirailleur se parlant à lui-même, avec plusieurs niveaux d’analyse imbriqués, qui apporte une grande profondeur au récit.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple l’adaptation littéraire qu’en donne Jacques-Francis Rolland, Le Grand Capitaine, Paris, Grasset, 1976. Plus récemment, voir cette thèse de la folie reprise dans le film de Serge Moati, scénario de Yves Laurent, musique de Gérard de Battista, Capitaines des ténèbres, Arte, 2004.

2 Finn Fuglestad, « À propos de travaux récents sur la mission Voulet-Chanoine », Revue française d’histoire d’outre-mer, 67 (1980/246-247), p. 73-87, qui analyse le thème de la folie des officiers telle qu’elle est énoncée dans la thèse de doctorat de Muriel Mathieu, qui l’édite sous le titre La mission Afrique centrale, Racines du présent, Paris, L’Harmattan, 1996, 281 p.

3 Le père de Jules Chanoine, le général Chanoine, a tout fait pour laver la réputation de son fils. Voir le recueil de documents qu’il a publié de manière anonyme, qui contient des pièces d’archives et des lettres accusant Paul Voulet de folie : [Charles Paul Jules Chanoine], Documents pour servir à l’histoire de l’Afrique occidentale française de 1895 à 1899. Correspondance du capitaine Chanoine pendant l’expédition du Mossi et du Gourounsi. Correspondance de la mission Afrique centrale. Annexes : extraits des rapports officiels du Lieutenant-gouverneur du Soudan, pièces justificatives, Andenne, Imprimerie de Puffet-Morelle, 1905.

4 Tierno Monénembo, Le roi de Kahel : roman, Paris, Seuil, 2008, 261 p. ; Joseph Conrad, Heart of Darkness, in Blackwood’s Magazine, 1899, dont la parution est exactement contemporaine des faits discutés. Voir aussi du même auteur, deux ans auparavant, An Outpost of Progress, in Cosmopolis, 1897.

5 Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit, suivi de Mort à crédit, Paris, Gallimard, Pléiade, 1932 (1962), 1088 p.

6 Abdoulaye Mamani, Sarraounia : le drame de la reine magicienne, Paris, L’Harmattan, Collection Encres noires, 1992, 159 p. Voir l’adaptation cinématographique qui en est dérivée : Med Hondo, Sarraounia, adaptation et dialogues par Abdoulaye Mamani, bande originale de Pierre Akendengue, direction de la cinématographie nationale du Burkina Faso, Films Ô, 1986. Ce film a été projeté pour le lancement du numéro « Rebelles à l’ordre colonial » de la revue Cahiers d’histoire, revue d’histoire critique, le 5 juin 2015.

7 « Du temps que la nature en sa verve puissante/ Concevait chaque jour des enfants monstrueux/ J’eusse aimé vivre auprès d’une jeune géante/ Comme au pied d’une reine un chat voluptueux », « La géante », dans Charles Baudelaire, Les fleurs du mal, 1857.

8 Ils n’ont pas été les seuls. L’affaire a fait scandale à l’époque, en France, dans les cercles anticoloniaux, et au-delà. Voir par exemple la dénonciation faite par Paul Vigné d’Octon, La Gloire du sabre, préface d’Urbain Gohier, Paris, Flammarion, 1900, 152 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elara Bertho, « La colonne, récit de Christophe Dabitch, dessins et couleurs de Nicolas Dumontheuil », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 129 | 2015, mis en ligne le 08 novembre 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/4754

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page