Navigation – Plan du site
DOSSIER

La gauche et le mouvement ouvrier au début des années 1920 1

Zachary Lockman
Traduction de Didier Monciaud
p. 65-83

Résumé

L’Égypte des lendemains de la Première Guerre mondiale a vu émerger un modeste mais dynamique courant de gauche. Un parti socialiste, qui rapidement se transforma en un parti communiste, fut créé et développa des liens étroits avec un certain nombre de syndicats au travers de la fédération syndicale qui lui était affiliée. Cette tendance radicale au sein du mouvement ouvrier égyptien a eu une influence limitée mais néanmoins importante sur le mouvement dans son ensemble. Il propagea des conceptions de la société égyptienne et de l’identité de la classe ouvrière qui défièrent celles du Wafd, la gauche critiquant son nationalisme bourgeois. L’article examine les relations complexes et finalement tendues entre le premier mouvement communiste et le nationalisme égyptien incarné par le Wafd. Le PCE devait finalement être réprimé et le mouvement ouvrier épuré des influences de gauche. Mais le travail ouvrier des communistes eut des conséquences au-delà des cercles qui étaient directement en contact avec lui.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Égypte

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ce texte est extrait du livre de Joel Beinin et Zachary Lockman (ed.), Workers on the Nile. Nation (...)

1Avant la Première Guerre mondiale, des gens éduqués en égypte n’ignoraient pas les idées socialistes ni l’existence de puissants partis politiques sociaux-démocrates. Les ouvriers étrangers avaient souvent acquis une certaine familiarité ou même des expériences personnelles avec le socialisme, le syndicalisme ou l’anarchisme dans leurs pays d’origine.

2Mais aucune tendance socialiste distincte n’émergea en Égypte avant l’après-guerre, lorsqu’un petit nombre d’étrangers, plus tard rejoints par des Égyptiens, ont fondé les premières organisations socialistes.

3Un parti socialiste, qui rapidement se transforma en un parti communiste, fut créé et développa des liens étroits avec un certain nombre de syndicats au travers de la fédération syndicale qui lui était affiliée. Cette tendance radicale au sein du mouvement ouvrier égyptien a eu une influence limitée mais néanmoins importante sur le mouvement dans son ensemble. Il propagea des conceptions de la société égyptienne et de l’identité de la classe ouvrière qui défièrent celles du Wafd, la gauche critiquant son « nationalisme bourgeois ».

4Le premier mouvement communiste fut finalement réprimé et le mouvement ouvrier fut épuré des influences de gauche. Mais le travail ouvrier des communistes eut un impact qui fut ressenti au-delà des cercles qui étaient directement en contact avec lui.

5La personnalité clé dans l’aile socialiste du mouvement ouvrier et dans le premier mouvement socialiste d’une manière générale fut Joseph Rosenthal, un juif né en Palestine et joaillier de profession. Arrivé en Égypte au tournant du siècle, Rosenthal était socialiste depuis sa jeunesse. Rapidement, il commença à agir avec les syndicats organisés par des ouvriers étrangers à Alexandrie. Des années plus tard, il évoquera son militantisme des débuts :

  • 2  Al-Ahrâm, 7 mars 1924.

« J’ai commencé à lutter pour la formation de syndicats. Le premier syndicat à l’organisation duquel j’ai participé fut celui des ouvriers des cigarettes. Ensuite, j’ai pris part à la création d’autres syndicats pour les tailleurs, les ouvriers de la métallurgie et des imprimeries. Ces syndicats étaient pratiquement constitués d’ouvriers étrangers, parce que les ouvriers égyptiens étaient à ce moment une minorité dans l’ensemble des métiers et emplois par rapport à leurs collègues étrangers » 2.

  • 3  FO 141/779/9065/87, Public security department to the Residency, 21 juillet 1921.

6Rapidement, Rosenthal devint une figure bien connue parmi les étrangers radicaux de la ville portuaire. La police le considérait comme un homme « possédant des idées très avancées sur les questions sociales » 3.

7En 1919, les vagues de grève et de syndicalisation parmi les ouvriers étrangers et égyptiens conduisirent Rosenthal à commencer à agir pour la formation d’une confédération du travail qui unifierait l’ensemble des syndicats existants, structurerait les ouvriers inorganisés et établirait une présence socialiste au sein du mouvement ouvrier.

  • 4  F/42/Minute, Afrique n° 33, 12 mars 1921 ; Egyptian Gazette 2 mars 1921 ; Al-Ahrâm, 7 mars 1924.

8Il publia en 1920 un appel en faveur de la création d’une telle confédération. Des discussions commencèrent parmi les dirigeants syndicaux. Mais, affirma Rosenthal, « les chefs syndicaux saturés d’idées politiques (nationalistes) sentirent que l’établissement de syndicats réels qui se préoccuperaient des ouvriers entraînerait une perte de leur pouvoir et ferait obstacle à la réalisation de leurs objectifs politiques. Ils ont donc agi très durement pour maintenir leurs syndicats en dehors de la confédération et prolonger l’étape préliminaire d’une année supplémentaire ». Finalement, fin février 1921, une réunion se tint à Alexandrie au cours de laquelle fut fondée la Confédération Générale du Travail (CGT), connue sous ce nom des contemporains. Le docteur Skouphopoulos, dirigeant radical des syndicats ouvriers de Suez, présida la réunion à laquelle assista Rosenthal, l’avocat de gauche Amin ‘Azmi et d’autres dirigeants socialistes importants 4.

9Lors de sa fondation, la CGT, clairement modelée sur les confédérations syndicales européennes dirigées par des socialistes, représentait seulement une petite fraction même de la classe ouvrière organisée : 21 syndicats se sont affiliés à la nouvelle confédération. La plupart des 3000 ouvriers membres étaient des ouvriers étrangers à Alexandrie. Les importants syndicats égyptiens, dirigés par les « chefs » critiqués par Rosenthal, ne la rejoignirent pas. Par exemple, le Wafd n’avait aucune intention de laisser les organisations ouvrières dans son orbite passer sous influence d’étrangers radicaux. De même, ces dirigeants syndicaux indépendants, comme Mohammad Kamil Hussein, des traminots du Caire, ne voyaient rien à gagner à s’affilier.

10La formation de la CGT fut suivie en août 1921 par la création du Parti Socialiste Égyptien (PSE). Des discussions sur le socialisme et le projet de créer un parti socialiste en Égypte avaient été dans l’air depuis la fin de la guerre. Des militants socialistes impliqués dans ces projets aidèrent au lancement de la CGT. Certains Égyptiens avaient été très influencés par le socialisme européen. La révolution bolchevique en 1917 eut un effet encore plus radicalisant tant sur les Égyptiens que les étrangers.

11De nombreux intellectuels égyptiens, dont le plus connu est Salâma Mûsâ, commencèrent à propager des idées socialistes, bien qu’ils fussent souvent plus inspirés par le socialisme fabien que par le marxisme. Les étrangers plus radicaux, qui comprenaient Rosenthal, Skouphoulos et Yannakakis, commencèrent à organiser des groupes pré-parti. Le premier fut le Groupe d’Études Sociales établi en 1920 qui organisait des conférences et des débats. Il était essentiellement composé de Grecs. Peu après, le groupe Clarté, modelé sur les clubs communistes français du même nom, commença à se rencontrer. Ses membres étaient eux aussi surtout grecs et coïncidaient avec ceux du Groupe d’Études Sociales. Ces deux organisations étaient un moyen pour diffuser des idées socialistes et établir des contacts avec des individus sympathisants, à la fois étrangers et égyptiens.

12Les activités des petits cercles d’intellectuels reflétaient un intérêt public plus large pour le communisme. Les victoires des Bolcheviques furent vivement applaudies comme des défaites des puissances impérialistes, y compris de la Grande-Bretagne. Les autorités britanniques cherchèrent à riposter en lançant une campagne de propagande anti-bolchevique. Celle-ci comprenait la distribution d’une fatwa du grand Mufti d’Égypte condamnant le bolchevisme. La campagne fut si maladroite qu’elle fut ridiculisée dans la presse et accentua l’intérêt public pour le communisme. Début 1920, la police du Caire indiquait :

  • 5  FO 141/779/9065/2-17 ; FO 141/779/9065/41, Commandant, Cairo City police to General staff intellig (...)

« Il est notable que des discussions de café concernant le bolchevisme continuent à être rapportées. C’est entièrement vague, et cela est probablement un résultat indirect des propos alarmistes des dirigeants dans le Times plus que d’une propagande bolchevique. La tendance générale est que les bolcheviques sont en train de venir prendre l’Égypte. Donc, si un homme pauvre veut de l’argent, il va le prendre aux riches. Aussi vague que cela soit, ceci a son importance en tant que symptôme de troubles économiques »5.

  • 6  Sur l’histoire du premier mouvement communiste, présenté ici seulement dans sa relation au mouveme (...)

13Le Parti Socialiste Égyptien, fondé en 1921, représentait la convergence de deux groupes : des intellectuels égyptiens de gauche et des radicaux étrangers, grecs, juifs et autres, qui s’identifiaient avec la révolution bolchevique et la nouvelle Internationale Communiste 6.

14Le programme du nouveau parti appelait à la libération de l’Égypte de la domination étrangère, à une nouvelle société reposant sur la propriété commune des moyens de production, à une éducation obligatoire et gratuite, à l’amélioration de la condition des travailleurs par la formation de syndicats et l’élection de représentants ouvriers au parlement, et à l’émancipation des femmes.

15Ces objectifs devaient être réalisés par des moyens pacifiques. Ils reflétaient l’ampleur avec laquelle certains au moins des fondateurs du PSE suivaient l’exemple des partis sociaux-démocrates européens, spécialement le parti travailliste britannique.

16Mais la différence entre les sociaux-démocrates et les révolutionnaires au sein du parti était trop grande pour être ignorée. Au milieu de 1922, la direction du PSE avait été transférée de sa branche cairote, inactive et modérée, à la branche d’Alexandrie, plus radicale et orientée vers les ouvriers. Ceci conduisit au départ de Salâma Mûsâ et de certains autres intellectuels égyptiens influencés par le socialisme fabien et opposés au bolchevisme.

17Le parti, dirigé dorénavant par Mahmoud Hosnî al-‘Urabi, un avocat égyptien, l’avocat syrien Antun Maroun et Rosenthal (qui, avec d’autres étrangers, restèrent au premier plan) commença ouvertement à être identifié comme un parti communiste. Al-‘Urabi fut envoyé au IVe congrès de l’Internationale Communiste et revint fin 1922 pour superviser l’application des trois conditions qui lui avaient été imposées pour pouvoir appartenir au Komintern. Le parti devint officiellement connu sous le nom de Parti Communiste d’Égypte (PCE), un programme d’action parmi les paysans fut élaboré, et Joseph Rosenthal fut exclu. Cette dernière décision fut apparemment prise à cause de la réticence de Rosenthal à accepter la ligne de Moscou sans questionnement, et peut-être aussi en raison de son opposition aux changements dans la ligne du parti. Le PCE publia un nouveau programme en phase avec les 21 conditions du Komintern. En 1923, il entrait dans une nouvelle phase caractérisée par une activité plus intense et une plus grande souplesse.

  • 7  FO 371/E 6878/260/16 interview non publiée avec le correspondant de l’Egyptian Gazette,

18Entre sa fondation et la fin de 1922, la CGT, la confédération du PSE d’abord, puis du PCE, joua un rôle relativement mineur dans le mouvement ouvrier. Elle avait des liens étroits avec les ouvriers des cigarettes d’Alexandrie, dont les conseillers étaient Rosenthal et Amîn ‘Azmî, respectivement secrétaires européen et égyptien de la CGT. La confédération parraina des réunions au nom des ouvriers chômeurs et fit pression en faveur d’une action gouvernementale pour soulager leurs souffrances. La CGT organisa aussi une commémoration du premier mai à Alexandrie. Un Rosenthal enthousiaste dit plus tard à un journaliste que les traminots du Caire avaient montré aux ouvriers égyptiens qu’ils étaient capables d’action militante. « Vous pouvez être assuré, dit-il, que nous sommes à la veille de grands jours ici et que les os morts de ce lieu si ancien vont être sévèrement ébranlés au cours des prochaines années »7.

  • 8  FO 407/191/24 ; F/42 consulat français d’Alexandrie à Gaillard, 12 novembre 1921.

19Mais l’essor de la CGT était lent en partie à cause du déclin général de l’activisme ouvrier pendant l’année 1922 mais également parce que la direction de la CGT était de manière prédominante étrangère et plus radicale que la majeure partie de la base. En novembre 1921, quand Rosenthal lut une lettre du Profintern – la fédération internationale syndicale du Komintern — invitant la CGT égyptienne à adhérer, nombre des présents lors de la réunion hebdomadaire de la Confédération protestèrent. Rosenthal fut critiqué pour avoir même contacté les Bolcheviques. Certains des dirigeants syndicaux demandèrent que la CGT fasse une déclaration niant tout lien avec le bolchevisme, et la proposition d’adhésion fut mise en sommeil 8.

  • 9  FO 407/194/12.

20L’attitude de la gauche envers le nationalisme égyptien et le Wafd a aussi limité son caractère attractif auprès des ouvriers égyptiens. Cette attitude est illustrée par un incident qui eut lieu lors d’une réunion du PSE à Alexandrie en 1922 en présence de quelque soixante-dix personnes. Rosenthal avait juste fait un exposé sur le patriotisme. Le rapport britannique relate : un ouvrier égyptien habillé en gallabyah a demandé à être autorisé à parler. ‘Urabi lui donne la permission, il ne le connaissait pas personnellement et il dit à l’audience que celui-ci (l’ouvrier) serait responsable de ses propos. Le travailleur a alors parlé sous forme poétique de sa misère au début de la guerre, de sa carrière au sein du corps de travail égyptien où il fut obligé de travailler pour subvenir aux besoins de sa famille, bien qu’il haïsse les Anglais. Il conclut son poème avec deux vers consacrés à Zaghloul Pacha. A la mention de ce nom, l’audience se mit à applaudir en faveur de Zaghloul. Hosni al-‘Urabi ne masqua pas son mécontentement du fait que des membres du PCE « puissent ainsi compromettre leurs principes de socialisme en applaudissant un dirigeant nationaliste » 9.

21De son point de vue, Al-‘Urabî avait de bonnes raisons d’être ennuyé. Mais dans une situation où le Wafd de Zaghloul était populaire, d’une manière écrasante, la question de l’indépendance nationale dominant tout dans l’esprit public, il n’est pas surprenant que le parti s’aliénât les ouvriers égyptiens quand il minimisait l’importance de la lutte nationale et critiquait le caractère bourgeois de la direction nationaliste.

22Dans les années 1920, la question de la façon dont les partis communistes ,dans ce que l’on nomme aujourd’hui les pays du Tiers-monde, devraient se lier aux mouvements nationalistes à direction bourgeoise préoccupa les stratèges du Komintern. Le sujet était à la fois théorique et pratique, et eut des conséquences d’une importance extrême pour les mouvements communistes naissants dans des pays tels que la Chine, où le rival Kuomintang essayait d’unifier le pays, d’éliminer la domination étrangère et de briser le pouvoir des seigneurs de la guerre locaux et les vestiges de l’ancien régime. Les communistes devaient-ils rejeter toute alliance avec des forces nationalistes bourgeoises et lutter indépendamment sur un programme explicitement communiste ou devaient-ils former un front uni avec des secteurs de la bourgeoisie afin de mettre un terme à la domination impérialiste et défaire les forces réactionnaires locales ?

23La seconde option bien sûr exigeait que les communistes reportent la lutte révolutionnaire et, si nécessaire, étouffent la lutte de classe afin de préserver leur alliance. Cette option soulevait une nouvelle série de questions difficiles à propos de la forme que de telles alliances devraient prendre, la stratégie et la tactique qui devraient être adoptées et les forces de classe impliquées.

24Avant le retour d’Al-‘Urabî du IVe congrès de l’IC, le mouvement communiste égyptien avait considéré que la coopération avec le nationalisme bourgeois n’était ni possible ni désirable. La principale orientation du parti était anti-capitaliste plutôt qu’anti-impérialiste. C’est-à-dire qu’il concevait la lutte de classe des ouvriers égyptiens et étrangers comme fondamentale et la lutte dirigée par la bourgeoisie pour l’indépendance comme secondaire.

25Le Wafd était considéré comme le parti de la bourgeoisie nationaliste dont le but était de contraindre les Britanniques à abandonner le contrôle de l’Égypte à l’élite indigène afin qu’elle puisse exploiter plus efficacement les ouvriers et les paysans.

26Pour sa part, le Wafd n’était pas hostile à la coopération avec la gauche quand cela était à son avantage. Quand, par exemple, six députés ouvriers travaillistes sympathisants du Wafd visitèrent l’Égypte en septembre 1921, Zaghloul invita Rosenthal en tant que secrétaire de la CGT à participer aux cérémonies d’accueil. L’habile dirigeant du Wafd apparemment voulait impressionner les élus en montrant le soutien des syndicats de gauche à la cause nationale.

  • 10  FO 407/191/10 ; FO 371/E 336/189/16, rapport de la police de la ville d’Alexandrie, décembre 1921.

27Cependant, Rosenthal refusa d’être associé avec « le capitalisme » dans sa forme nationaliste égyptienne. Plus tard, il rencontra les députés séparément. Quelques mois plus tard, un agent de la police rapporta que Makram et Rosenthal avaient discuté des possibilités de participation de la CGT à la campagne de résistance populaire que le Wafd planifiait pour renverser le gouvernement ‘Adlî 10.

28Cela aurait certainement été à l’avantage du Wafd d’impliquer les syndicats radicaux dans la lutte nationale. Les nationalistes n’avaient rien à perdre à une telle coopération. Une alliance plus formelle, la formation d’un front uni entre le Wafd et le PCE, était cependant totalement hors de question même si les communistes avaient été intéressés avant 1923.

29La direction wafdiste était socialement conservatrice et anti-communiste. Elle n’avait aucune raison de partager le contrôle du mouvement nationaliste : elle bénéficiait déjà de l’écrasant soutien des ouvriers égyptiens et se considérait elle-même comme non seulement le représentant, mais l’incarnation de la nation égyptienne.

30Pendant les périodes de répression et de faiblesse, les dirigeants du Wafd avaient la volonté de coopérer avec la gauche quand cela servait leurs propres intérêts. Mais sur le long terme, ils considéraient les communistes comme une menace potentielle pour leur hégémonie et pour l’ordre social.

31A l’extrême fin 1922, le retour de Moscou de Mahmoud Hosnî al-‘Urabî entraîna un changement dans l’attitude du PCE envers les nationalistes et les rapports avec les autres forces politiques en général. Lors de son quatrième congrès, l’IC avait en effet recommandé que les partis affiliés dans les pays coloniaux et semi-coloniaux recherchent des alliances avec les forces nationalistes bourgeoises et adoptent des tactiques plus souples pour surmonter leur isolement des masses.

32L’amélioration du climat politique qui débuta en 1923, le desserrement de la répression et le renouveau du mouvement ouvrier, fournirent un contexte favorable à l’application par le PCE de cette approche nouvelle. La CGT, le lien du parti avec les ouvriers, aurait une part décisive à jouer dans ce cours nouveau. Dans le moindre événement, la direction de la confédération était à ce moment identique à celle du parti. Al-‘Urabî était secrétaire général à la fois du PCE et de la CGT. Son vice-président à la CGT, Mustafa Abu Harja, était un dirigeant du parti. Antun Maroun était conseiller de la CGT et plus tard secrétaire du syndicat, de même qu’il était secrétaire général adjoint du parti. Les deux organisations partageaient les mêmes locaux avec les Études Sociales, Clarté et les groupes juifs Goldfadden.

33La CGT joua un rôle important dans une des premières et des plus importantes grèves de 1923, celle des travailleurs du gaz et d’électricité d’Alexandrie en février. Le mois suivant, la CGT organisa une manifestation contre le bureau de conciliation du travail qu’elle considérait comme servant les intérêts des employeurs et trompant les ouvriers. Cette manifestation fournit aux autorités l’opportunité qu’elles attendaient pour agir contre le parti. Al-‘Urabî et Maroun furent arrêtés, le siège du parti subit une descente de police et fut fermé, ses journaux confisqués. Keown Boyd, la figure la plus puissante dans l’appareil sécuritaire britannique en Égypte, ordonna de tomber à bras raccourcis sur le PCE. Il était à ce moment le directeur général du département de sécurité publique au ministère de l’Intérieur et plus tard, il devint le chef de sa section européenne. Il était connu comme le tenant d’une « ligne dure », et pendant de nombreuses années comme le persécuteur de la gauche et du mouvement ouvrier.

  • 11  FO 371/E6287/85/15, rapport de Keown Boyd, 23 mai 1923 ; FO 141/779/9065/201, rapport de Keown Boy (...)

34Il s’attendait à ce que le tribunal militaire britannique poursuivant les deux dirigeants communistes les punisse sévèrement pour avoir organisé une manifestation interdite. Mais il fut déçu. « Malheureusement, se lamenta-t-il, ce tribunal, imbu de l’idée britannique que toutes les personnes disposent de la liberté d’exprimer leurs opinions et que vous ne pouvez leur faire quoi que ce soit pour de telles opinions jusqu’à ce qu’ils les transforment en action directe, acquitta ces gentlemen »11.

35Malgré le sarcasme de Keown Boyd, l’État égyptien n’était pas sans défense contre la menace de subversion. Afin de contrôler l’opposition politique et les troubles ouvriers après la fin de la loi martiale, le gouvernement égyptien contrôlé par les Britanniques promulgua fin 1923 une série de lois répressives. L’une d’elles requérait que la police soit avertie avant la moindre réunion publique. Elle pouvait interdire ou dissoudre de telles réunions si elle considérait utile de faire ainsi. Une seconde loi, visant les communistes, prévoyait des peines de prison de jusqu’à cinq années pour quiconque produisait haine ou outrage envers le gouvernement, propagerait des idées subversives contraires à la nouvelle constitution, ou défendrait l’altération des institutions fondamentales par des moyens illégaux.

36Les tribunaux pouvaient suspendre ou fermer de manière définitive les journaux qui contrevenaient à ces interdictions. Deux autres mesures avaient pour but de contrôler la classe ouvrière. Une loi prise en juillet 1923 permettait l’expulsion des villes des personnes définies comme vagabonds, le contrôle par la police des suspects et des anciens criminels, la résidence forcée et d’autres mesures de contrôle.

  • 12  F/41, 1er juin 1923 ; FO 141/767/886/13/31 ; FO 407/190/16, 191/32.

37Ce décret était particulièrement humiliant pour les ouvriers parce qu’il établissait dans la loi le droit de la police de rafler et d’expulser les chômeurs. Pour les travailleurs sans emploi, c’était une grande crainte. Dans des périodes de fort chômage comme en 1921, des centaines de travailleurs d’Alexandrie avaient été renvoyés dans leurs villages natals en Haute Égypte contre leur volonté. La peur d’une arrestation pour vagabondage était répandue parmi les ouvriers égyptiens et servait à faire chuter l’activisme ouvrier et politique. Une autre loi promulguée en septembre 1923 interdisait aux ouvriers des chemins de fer, des tramways et des services publics de faire grève avant qu’un préavis de quinze jours n’ait été donné 12.

  • 13  FO 407/197/36, 67 ; CP 15 juillet 1923.

38Après la libération de leurs dirigeants, le PCE et la CGT reprirent leurs activités sur la base de leur stratégie nouvelle et plus souple. Al-‘Urabî commença à soutenir ouvertement qu’au lieu d’attaquer le Wafd, le parti devrait commencer à travailler avec les chefs nationalistes pour mettre fin à l’occupation britannique et gagner l’indépendance complète de l’Égypte. Une fois cela accompli, les communistes pourraient reprendre leur combat pour une Égypte socialiste. Au même moment, la CGT appela tous les syndicats, affiliés ou non, à former un front uni autour d’un programme commun qu’elle avait élaboré. Ce programme comprenait les principales revendications du mouvement ouvrier égyptien : la journée de huit heures, les retraites, l’égalité de traitement entre travailleurs égyptiens et étrangers, la protection des femmes et des enfants travailleurs, la reconnaissance officielle des syndicats. Le programme refusait aussi le moindre rôle au bureau de conciliation du travail, proposant à la place que des conseils représentant les employeurs et les travailleurs soient formés pour régler les conflits 13.

39L’appel de la CGT à l’unité ne fut pas sans succès attirant les principaux syndicats égyptiens. Mais le syndicat des traminots d’Alexandrie rejeta de manière unanime la proposition de s’affilier et expulsa ses adhérents qui avaient rejoint l’organisation dirigée par les communistes. Les autres syndicats des tramways, chemin de fer et des services publics, restèrent également loyaux vis-à-vis des dirigeants nationalistes et refusèrent d’adhérer. Cependant la nouvelle insistance sur la solidarité et la coopération semble avoir attiré des membres d’autres secteurs, si bien qu’au début de 1924, on rapportait que la CGT avait entre 15 et 20 000 membres à Alexandrie, sa principale zone d’influence. Si cette estimation est exacte, la CGT était, de loin, la plus importante organisation ouvrière en Égypte et comprenait une proportion significative des ouvriers organisés du pays. De nombreux membres étaient des ouvriers étrangers relativement qualifiés dans des petites entreprises, mais la CGT disposait aussi d’adhérents dans plusieurs entreprises importantes.

40Parmi ceux-ci, on note la compagnie du canal de Suez (dont les employés permanents, essentiellement des étrangers, étaient dirigés par le radical Dr Skouphopoulos) ainsi que les usines Abu Shanab de Kafr al-Zayat et Egolin huile végétale à Alexandrie ou à proximité. La présence communiste dans l’usine Egolin était particulièrement forte. De nombreux ouvriers parmi les 750 étaient des juifs russes qui étaient conscients politiquement et avaient bâti un puissant syndicat affilié, dont des ouvriers autochtones musulmans étaient aussi partie prenante.

41Sur un des lieux d’extraction du pétrole, le propriétaire embaucha un « cheykh vert » qui dirait aux ouvriers blessés qu’ils ne devraient pas réclamer des indemnités. La confédération CGT contra cette initiative avec son propre « cheykh rouge », qui encouragea les travailleurs à faire pression en faveur de ce qui leur était dû.

  • 14  AP, 18 août 1923 ; FO 407/197/136, 14-27 novembre 1923 ; FO 371/41380. Muhammad Zein el-din, « Rep (...)

42Les liens étroits de la confédération avec les ouvriers des cigarettes d’Alexandrie eurent d’importantes conséquences pour le mouvement communiste au Moyen-Orient. Fou’ad Chemali, un ouvrier des cigarettes libanais, s’initia au communisme grâce à Rosenthal. Il fut actif au sein du PCE alors qu’il travaillait en Égypte au début des années 1920, retourna dans son pays natal en 1924 et fut le fondateur du mouvement communiste qui était au départ centré sur les ouvriers des tabacs 14.

  • 15  AP, 4 février 1923 ; FO 371/E1914/193/16. Al-‘Urabi avait voyagé à Berlin fin 1923 pour débattre a (...)

43Au début de 1924, la CGT était la force majeure dans le mouvement ouvrier alexandrin. En janvier, la victoire électorale du Wafd éleva Sa’d Zaghloul au poste de Premier ministre, éveillant de grands espoirs parmi les masses. Les communistes cherchèrent à tirer avantage des nouvelles circonstances politiques en encourageant l’activisme ouvrier, par exemple, dans la campagne pour la réduction du temps travail, lancée par le syndicat CGT des employés de vente dans les grands magasins d’Alexandrie. La gauche se sentit davantage encouragée par la formation d’un gouvernement travailliste en Grande-Bretagne. La direction du PCE décida de convoquer un congrès du parti le 23 février pour débattre du programme du parti, le modifier pour correspondre aux conditions existantes et élire des délégués au prochain congrès de l’IC 15. Les événements qui suivirent doivent être considérés dans le contexte de plusieurs conflits industriels de longue durée.

44Les travailleurs de la Filature Nationale d’Alexandrie étaient entrés dans une grève de ralentissement du rythme du travail le mois de novembre précédent pour dénoncer une baisse de salaire de 10 % imposée par la direction, avec la menace d’un lock‑out. D’autres syndicats, y compris la CGT, se rallièrent au soutien des ouvriers du textile. Mais début février 1924, les grévistes furent obligés de reprendre le travail et d’accepter la baisse. Le syndicat de la filature, la seconde plus grande usine de textile mécanique en Égypte, était affilié au Syndicat des Ouvriers des Métiers Manuels (SOMM) et représenté par Souleiman Hâfez du parti Watani.

45Les rapports entre ce parti et le Wafd s’étaient profondément détériorés depuis les journées enivrantes de 1919. Les nationalistes avaient été humiliés par leur écrasante défaite et ils avaient sévèrement attaqué le Wafd pour sa volonté de former un gouvernement malgré les limitations de la souveraineté égyptienne. Étant donné cette hostilité, Zaghloul considérait, sans surprise, cette agitation ouvrière de la fin février comme la preuve d’une campagne motivée politiquement contre son nouveau gouvernement qui n’avait pas encore été mis à l’épreuve. Muhammad Kamil Husayn avait tenté de faire intervenir les traminots du Caire le 18 février. Il y avait de l’agitation parmi les cheminots à Gabaj al-Zaytun, autre bastion du Watani. Le 22 février, les travailleurs de la Filature firent soudainement grève à cause du refus de leur employeur de ratifier l’accord qui avait conclu leur précédente grève ou de résoudre d’autres problèmes criants.

46Déterminés à ne pas être à nouveau en lock-out, les ouvriers de la Filature refusèrent de quitter l’usine jusqu’à ce que leurs revendications soient satisfaites. Stimulés par leur exemple, les travailleurs d’Egolin firent aussi grève et occupèrent les locaux, évoquant une liste de griefs fort anciens. Pendant des mois, la direction de l’entreprise avait renvoyé des ouvriers en prétextant des mauvaises conditions économiques. Les travailleurs, représentés par Antun Maroun, étaient volontaires pour travailler moins (donc gagner des salaires moindres) afin d’empêcher davantage de licenciements, mais la direction avait refusé. La vague de grèves et d’occupation se répandit dans les usines de Kafr al-Zayat et les raffineries d’Abu Chanab, dont les salariés étaient aussi représentés par Antun Maroun, l’entreprise Sel et Soude et l’usine de pétrole Vacuum. Anxieux de prouver son autorité, le gouvernement central répliqua avec force à cette explosion de l’action militante parmi les ouvriers d’Alexandrie. Zaghloul immédiatement envoya Keown Boyd et Ali Gamal Al-Din Pacha, vice-ministre de l’Intérieur, à Alexandrie pour rétablir l’ordre avec un bataillon d’infanterie égyptienne.

  • 16  Voir Al-Ahrâm de février et mars 1924 ; FO 407/198/7, 94, 108, 139 ; et FO 141/779/9065/152-155.

47Ces responsables furent rapidement capables de régler ce conflit à la Filature. Le travail reprit le 25 février. Ils portèrent ensuite leur attention sur Egolin où, avec la coopération d’Antun Maroun, un accord fut obtenu quelques jours après. Dans les autres installations pétrolières, les travailleurs acceptèrent de mettre un terme à leur occupation après que l’entreprise eut promis de les payer directement plutôt que de passer par des entrepreneurs 16.

  • 17  Al-Ahrâm, 5 mars 1924.

48Jusqu’ici, les conflits semblaient avoir été réglés plutôt facilement et avec la coopération des dirigeants de la CGT, mais la vague de protestation reprit. A Kafr al-Zayat, les travailleurs réoccupèrent leur usine le 1er mars et furent évacués par la police quelques jours plus tard. Les ouvriers d’Abu Chanab ont aussi réoccupé leur usine, le 3 mars, après avoir appris que leurs plaintes avaient été transmises au bureau de conciliation du travail en qui ils avaient perdu toute confiance. Cette fois-ci, Maroun, écœuré, refusa de leur conseiller de partir. Ils évacuèrent les locaux uniquement en réponse à une menace directe du Premier ministre : « Si vous respectez la propriété des autres et quittez les locaux de l’entreprise volontairement, vous serez considérés comme loyaux envers la loi et la nation. Mais si vous persistez à occuper la propriété d’autrui au cours de votre grève, vous serez traités comme des usurpateurs qui se sont placés eux-mêmes hors la loi »17. Le travail reprit dans les deux usines quelques jours après, et l’agitation retomba graduellement.

49Lorsque les grèves et les occupations surgirent, le gouvernement commença par affirmer qu’elles étaient à l’origine plus politiques qu’économiques. Le parti Watani était considéré comme étant derrière la grève de la Filature, alors que les communistes avaient, prétendument, organisé les grèves d’Egolin et d’Abu Chanab. Le gouvernement interdit la tenue du congrès du PCE prévu pour le 23 février. Les grèves de fin février et début mars auraient prétendument été lancées en représailles et comme un défi direct à l’autorité du gouvernement wafdiste. Sur ce prétexte, la police reçut l’ordre d’arrêter les dirigeants du PCE et de la CGT. Les bureaux du parti furent fouillés et mis sous séquestre. Une campagne de dénigrement débuta dans la presse favorable au Wafd. En une semaine, le mouvement communiste naissant avait été écrasé. Un examen méticuleux des faits suggère que les allégations du gouvernement étaient probablement fausses. Les dirigeants communistes n’étaient pas, en fait, coupables d’aventurisme irresponsable.

50La grève qui avait déclenché la vague d’agitation, à la Filature, n’avait rien à voir avec les communistes. Keown Boyd affirma qu’à Egolin, les ouvriers avaient compris le besoin de licenciements, mais qu’ils avaient été poussés à la grève par Maroun. Cette usine était, en effet, un centre d’activité communiste, mais étant donné leur activisme, l’ancienneté de leurs plaintes et le fait que de nombreux ouvriers étaient eux-mêmes des radicaux est-européens, il semble peu probable qu’il y ait eu besoin de Maroun pour les convaincre de faire grève.

51Dans tous les cas, Maroun avait été assez coopératif pour régler la première grève. Il avait convaincu les occupants à Egolin et à Kafr al-Zayat de quitter les usines lorsque les négociations avaient été terminées.

52La seconde vague d’occupation semble avoir plus été le produit de la colère des ouvriers devant l’absence de réponse à leurs revendications que des machinations de Maroun. Ses actions ne donnaient pas l’impression d’être celles d’un homme défiant délibérément le gouvernement en organisant et prolongeant des luttes ouvrières. De manière similaire, la tactique d’occupation des lieux de travail était un moyen très efficace pour mettre la pression sur les employeurs afin de négocier sérieusement et un moyen que les travailleurs n’avaient pas besoin d’avoir appris des communistes. Donc, même si les communistes étaient sans aucun doute impliqués dans les troubles et pouvaient avoir été en colère contre le gouvernement qui avait interdit leur congrès, les grèves et les occupations étaient fondamentalement le produit du mécontentement ouvrier.

  • 18  La Bourse Egyptienne, 29 février 1924. Pour cette analyse des événements de février-mars 1924 Tatt (...)

53Lorsque Gamâl Eddîn Pacha demanda à plusieurs ouvriers comment ils avaient appris à mener les occupations d’usine, on lui répondit : « Nous avons seulement répété ce que les ouvriers de Milan et d’autres villes italiennes ont fait avant que Mussolini n’arrive au pouvoir »18.

  • 19  FO 371/E1916/16.

54Il semblerait, donc, que le gouvernement égyptien ait utilisé les événements de février-mars comme un prétexte pour détruire le mouvement communiste, spécialement sa base dans le mouvement ouvrier. Une fois au pouvoir, Zaghloul Pacha n’était pas prêt à encourager la moindre opposition extra parlementaire du moindre secteur ou portant atteinte au droit à la propriété. Les grèves et les occupations furent perçues comme une menace à l’ordre public et comme une gène pour le nouveau gouvernement, spécialement parce que l’implication d’entreprises qui étaient des propriétés étrangères mettait en jeu la possibilité d’une intervention britannique à la veille de délicates négociations avec le gouvernement Mac Donald sur la question de l’indépendance complète. De ce point de vue, l’étouffement du mouvement communiste était une nécessité pratique pour le Wafd. Avec guère plus de 1500 membres dans tout le pays, le PCE était bien trop faible pour résister. Les Britanniques furent bien évidemment contents de l’action en force de Zaghloul. Un responsable au Foreign Office nota : « En Autriche, au cours des années récentes, ce sont les sociaux-démocrates et non la droite qui ont maintenu les communistes en respect. Il est à espérer que Zaghloul traitera le parti communiste aussi fidèlement dans ce pays. Il semble bien parti »19.

  • 20  La Bourse Égyptienne, 4 mars 1924.

55Comme la vague d’arrestations continuait, le Wafd mobilisa ses partisans au sein du mouvement ouvrier pour dénoncer publiquement les communistes et purger les syndicats des gens de gauche. Des rassemblements furent tenus où les dignitaires wafdistes attaquèrent avec véhémence les communistes comme des faiseurs de troubles étrangers qui avaient tenté d’induire en erreur les ouvriers d’Égypte. « Les communistes sont des gens qui ont fui leurs propres pays après les avoir ruinés. S’ils avaient réellement été des réformateurs, ils auraient commencé par réformer ceux-ci. Les communistes sont des gens qui viennent de l’extérieur. Ils ont déçu les ouvriers et sont arrivés à un accord avec plusieurs syndicats, rassemblant l’argent des ouvriers sous prétexte qu’ils agissaient dans l’intérêt des travailleurs contre les capitalistes et pour améliorer leurs salaires. Ceci n’est rien d’autre que supercheries et mensonges »20.

56Les syndicats loyaux envers le Wafd dénoncèrent en chœur les communistes et exprimèrent leur soutien aux mesures du « gouvernement du peuple ». Mahgoub Thâbet réunit le bureau exécutif du SOMM pour affirmer l’éloignement de ses membres de toute influence néfaste du communisme tout en ne manquant pas d’exprimer sa sympathie pour les justes revendications ouvrières aussi longtemps qu’elles étaient obtenues avec discrétion et patience.

  • 21  CP, 9 mars 1924.

57L’écrasante popularité du Wafd et l’isolement des communistes rendirent toute résistance pratiquement impossible, y compris parmi les syndicats affiliés à la CGT. Le 9 mars, le syndicat des plombiers d’Alexandrie réaffirma publiquement son allégeance à la CGT et dénonça l’arrestation de ses dirigeants. Peu après cependant, les voix de protestation se turent 21. Les risques de harcèlement policier et perte d’emploi étaient trop grands pour être supportés par les travailleurs. Même les syndicats de gauche comprirent rapidement que le prix de leur survie était le silence, la rupture des liens avec ceux qui étaient dénoncés comme communistes, et le retrait de tout engagement politique.

58Les dirigeants communistes furent emprisonnés jusqu’à leur procès à la fin du mois de septembre. Les onze inculpés – Mahmoud Hosnî al-‘Urabî, Antun Maroun, Chaykh Safwan Abu al-Fath, Al-Chahhat Ibrâhîm, ‘Abdel Hamid Tura, Mahmoud Ibrahim Al-Samkari, Cha’ban Hafiz, Muhammad al-Saghir, ‘Abdel Hâfez ‘Awwâd, Abraham Katz et Hillel Zanburg – furent accusés de conspiration en vue de renverser le gouvernement et d’établir un régime communiste.

59Les accusés admirent qu’ils étaient communistes mais ils nièrent qu’ils aient défendu ou employé des moyens violents. Le 6 octobre, la cour condamna les principaux dirigeants (al-‘Urabî, Maroun, Abu al-Fath, Ibrâhîm, Katz, Zanburg) à trois ans d’emprisonnement, les autres le furent à six mois, peine qu’ils avaient déjà purgée. Les communistes qui n’étaient pas de nationalité égyptienne furent expulsés. Les autorités voulaient spécialement se débarrasser de Rosenthal, le fondateur du communisme égyptien. Il fut interrogé au printemps et relâché faute de preuves. Mais au cours des mois suivants, le gouvernement songea à l’expulser, pour découvrir finalement qu’aucun pays ne lui accorderait un visa.

  • 22  Al-Ahrâm, septembre-octobre 1924 ; F/42, « D’Aumake à Herriot », 13 août 1924 ; FO 371/J3654/1153/ (...)

60Un responsable britannique obtint finalement un visa roumain par corruption, mais lorsque Rosenthal arriva là-bas, les autorités roumaines ne le laissèrent pas débarquer. Il fut renvoyé à Alexandrie. Une bataille juridique s’ensuivit alors que le gouvernement égyptien essayait de l’empêcher de rentrer. Au tribunal, Rosenthal soutint qu’en tant que citoyen égyptien il ne pouvait être expulsé. C’est uniquement après que des dirigeants du parti travailliste se furent intéressés à ce cas que les autorités égyptiennes se laissèrent fléchir : elles permirent à Rosenthal de rester en Égypte à condition qu’il reste éloigné de toute activité politique 22.

  • 23  FO 141/779/9065/200 ; FO 371/J2372, 26 août 1927. Certains des Russes identifiés par les informate (...)

61Des efforts furent déployés pour reconstituer le parti communiste en 1925 avec l’aide de militants envoyés de Palestine et d’Angleterre. Le groupe communiste dirigé par Rafiq Jabbour, un Syrien qui possédait la nationalité égyptienne, publia un journal, pendant une courte période, comme moyen de rétablir une présence dans le mouvement ouvrier. Mais la police secrète britannique fut assez efficace pour infiltrer et découvrir les cellules communistes. Davantage d’arrestations et d’expulsions suivirent. D’autres tentatives pour raviver le mouvement communiste furent faites à la fin des années 1920 et dans les années 1930. Elles furent toutes rapidement réprimées. Bien sûr, la vigilance officielle fut de grande ampleur pour empêcher tout renouveau de l’activité communiste. Par exemple, en 1927, Shapurji Saklatvala, le député communiste de Battersea, ne fut même pas autorisé à entrer en Égypte, sur sa route vers l’Inde. L’ambassade britannique à Rome insista pour que le gouvernement fasciste certifie qu’aucun ouvrier italien envoyé au Soudan pour un projet de construction d’un barrage n’était de tendance communiste 23.

62Après un bref intermède en 1921-1924, le communisme cessa d’exister comme mouvement politique fonctionnant en Égypte et il fut confiné jusqu’à la Seconde Guerre mondiale à quelques cellules éparpillées et isolées.

63L’échec du premier mouvement communiste en Égypte à survivre et à se transformer en une force politique significative peut être attribué à la fois aux circonstances historiques et à des erreurs politiques.

64La question centrale de la vie politique égyptienne de cette période était la lutte pour l’indépendance. La direction de ce combat était fermement entre les mains du Wafd. A la différence du Vietnam ou de la Chine, dans la période de l’entre-deux-guerres, un puissant mouvement nationaliste enraciné dans la bourgeoisie autochtone établie existait en Égypte, son mandat populaire étant gagné dans une lutte prolongée et souvent violente.

65Les communistes furent donc incapables d’assumer la direction du mouvement national et de mobiliser les masses en liant la cause de libération nationale au combat en faveur de la transformation sociale. L’hostilité ouverte des communistes envers le parti que la plupart des Égyptiens considéraient comme l’avant-garde de la cause nationale leur a aussi aliéné de nombreux ouvriers égyptiens. Alors que les idées sociales radicales et la conception de la CGT d’une classe ouvrière unifiée et combative attirèrent certains travailleurs égyptiens, l’internationalisme abstrait du mouvement communiste eut un faible pouvoir d’attraction dans une situation semi-coloniale. Pour cette raison, non seulement la base de la CGT se trouvait de manière prédominante parmi les ouvriers étrangers de la ville d’Égypte la plus cosmopolite, mais les syndicats égyptiens militants se tinrent aussi à l’écart des radicaux.

  • 24  Journal du Caire, 21 septembre 1923 in FO 407/197/97.

66La centralité de la question nationale a aussi eu l’effet de subordonner les questions sociales. Malgré l’émergence d’un mouvement ouvrier et les très réelles plaintes de la majorité paysanne du pays, l’attention publique était focalisée sur la question de l’indépendance comme la condition sine qua non de la résolution des autres problèmes du pays. Zaghloul lui-même exprima cette attitude dans une interview de 1923 : « Pour le moment, nous sommes seulement préoccupés par l’indépendance. Il sera temps de prendre en considération la politique domestique lorsque la fiction de notre indépendance, qui est purement nominale, sera terminée. Alors, sans aucun doute, il y aura une séparation entre partis politiques - conservateurs, progressistes, radicaux - lorsque les partisans du Wafd ne seront plus tous dans un seul camp »24.

67La claire conséquence de cela était que jusqu’à ce que l’indépendance complète soit obtenue, tous les Égyptiens devaient subordonner leurs intérêts personnels et de classe au bien de la nation tel qu’il était interprété par leWafd.

68La petite taille de la classe ouvrière, sa pauvreté, son analphabétisme, ses origines paysannes, rendaient difficiles aux communistes d’établir une base sûre parmi les ouvriers égyptiens. De nombreux militants communistes étaient étrangers et cela ne les aida pas non plus. Même avec les meilleures des intentions, il n’était pas facile pour des étrangers qui bénéficiaient d’un statut privilégié de dépasser les barrières d’ethnicité, de langue, de religion et de culture, et d’établir des liens étroits avec les travailleurs égyptiens.

69Les Égyptiens instruits qui rejoignirent le PC étaient très éloignés des larges masses autochtones, et trop tournés vers l’Europe (en particulier vers Moscou) pour analyser réellement et comprendre leur propre société, et développer un programme approprié aux réalités égyptiennes.

70Peu d’efforts furent faits pour toucher les paysans, même s’il est peu probable que les communistes auraient été capables de faire de réelles percées parmi eux sans de nombreuses années d’un travail patient.

71En bref, il est difficile de voir comment les communistes auraient pu avoir plus de réussite qu’ils n’en eurent au début des années 1920, même sans faire la moindre erreur. Étant donné la courte période au cours de laquelle ils furent capables d’agir, ils réussirent à établir une présence réelle (à défaut d’être durable) dans le mouvement ouvrier bien qu’ils fussent étroitement surveillés par les organes de sécurité.

72De plus, ils avaient peu de chance de bâtir des racines suffisamment profondes pour résister à la répression qui devait inévitablement se produire une fois qu’ils seraient une force significative et donc une menace efficace. Il n’y avait simplement pas assez de temps ni, étant donné l’hégémonie idéologique du Wafd, une réelle opportunité pour recruter suffisamment de membres et former suffisamment de cadres égyptiens engagés pour assurer la survie du parti.

73La courte période d’activité communiste laissa peu de traces durables sur le mouvement ouvrier égyptien. Les syndicats radicaux furent écrasés, intimidés ou soumis. Les conseillers de gauche furent destitués. Quelques intellectuels égyptiens socialistes restèrent sur la scène publique et cherchèrent à faire partager leur vision à des militants ouvriers pendant des périodes de résurgence ouvrière. Mais le socialisme, encore moins le communisme, ne devait pas être une force intellectuelle puissante en Égypte pendant deux décennies.

74Peut-être l’héritage le plus durable des premiers communistes fut-il la conception de l’unité de classe et la solidarité que la CGT avait promues. En insistant sur le besoin de solidarité ouvrière, en encourageant les ouvriers et les syndicats à se soutenir l’un l’autre dans leurs luttes, en construisant une organisation qui idéalement unifierait tous les travailleurs en Égypte, et en combattant pour les intérêts communs de la classe ouvrière dans son ensemble, les communistes ont introduit une vision nouvelle et potentiellement puissante dans le mouvement ouvrier égyptien.

75La perspective d’un mouvement ouvrier indépendant d’autres forces de classe et orienté vers la transformation sociale au travers du pouvoir politique et industriel fut brisée avec la CGT et le PCE en 1924. La lutte pour la raviver devait être longue et ardue. Mais même à cette date précoce, elle était suffisamment puissante pour que même les ennemis des communistes, y compris le Wafd, se sentent obligés de la prendre et de l’utiliser, bien que sous une forme dénaturée, lorsqu’ils cherchèrent à organiser le mouvement syndical. Les années passant, cette vision va continuellement réapparaître sous des formes nouvelles pour inspirer des syndicalistes égyptiens parce qu’elle reflétait une réalité nouvelle, une classe ouvrière en essor et toujours plus vigoureuse.

Haut de page

Notes

1  Ce texte est extrait du livre de Joel Beinin et Zachary Lockman (ed.), Workers on the Nile. Nationalism, Communism, Islam and the Egyptian Working Class 1882-1952, Princeton, Princeton University Press, 1987. Cet ouvrage reste encore aujourd’hui le meilleur sur le mouvement ouvrier égyptien. Nous avons choisi la partie intitulée : « La gauche et le mouvement ouvrier », du chapitre 5 « Les syndicats, la gauche et le Wafd 1920-1924 », qui aborde l’expérience du premier PC égyptien, p. 137-154.

2  Al-Ahrâm, 7 mars 1924.

3  FO 141/779/9065/87, Public security department to the Residency, 21 juillet 1921.

4  F/42/Minute, Afrique n° 33, 12 mars 1921 ; Egyptian Gazette 2 mars 1921 ; Al-Ahrâm, 7 mars 1924.

5  FO 141/779/9065/2-17 ; FO 141/779/9065/41, Commandant, Cairo City police to General staff intelligence, GHQ, Egyptian expeditionary forces, 21 février 1920. Certains responsables britanniques en Égypte avaient une conception extrêmement paranoïaque de la menace bolchevique. Ils voyaient les preuves partout d’une conspiration bolchevique-allemande-pan islamique prête à submerger le Moyen-Orient. Mais même les responsables les plus réservés se sentaient suffisamment menacés, dès mars 1920, pour envoyer des responsables de la police en Angleterre pour une formation spéciale aux « méthodes anti-bolcheviques », FO 141/779/9065/43-44.

6  Sur l’histoire du premier mouvement communiste, présenté ici seulement dans sa relation au mouvement ouvrier, voir Rifa’t al-Sa’îd, Tarîkh al-haraka al-ichtirâkia fî misr 1900-1925, Le Caire, 1975 ; Suliman Bashear, Communism in the Arab East 1918-1928, Londres, 1980, et Selma Botman, « Political opposition in Egypt : the communist movement 1936-1954 », thèse de doctorat, Université Harvard, 1984.

7  FO 371/E 6878/260/16 interview non publiée avec le correspondant de l’Egyptian Gazette,

8  FO 407/191/24 ; F/42 consulat français d’Alexandrie à Gaillard, 12 novembre 1921.

9  FO 407/194/12.

10  FO 407/191/10 ; FO 371/E 336/189/16, rapport de la police de la ville d’Alexandrie, décembre 1921.

11  FO 371/E6287/85/15, rapport de Keown Boyd, 23 mai 1923 ; FO 141/779/9065/201, rapport de Keown Boyd, « The communist movement in Egypt », 22juin 1925.

12  F/41, 1er juin 1923 ; FO 141/767/886/13/31 ; FO 407/190/16, 191/32.

13  FO 407/197/36, 67 ; CP 15 juillet 1923.

14  AP, 18 août 1923 ; FO 407/197/136, 14-27 novembre 1923 ; FO 371/41380. Muhammad Zein el-din, « Report on trade unionism in the Middle East », 1944. Sur les origines du communisme libanais, voir Hanna Batatu, The Old Social Classes and the Revolutionary Movement of Iraq, p. 382.

15  AP, 4 février 1923 ; FO 371/E1914/193/16. Al-‘Urabi avait voyagé à Berlin fin 1923 pour débattre avec des dirigeants communistes et demander une assistance financière pour le PCE, promise longtemps, mais jamais envoyée. Après son retour, Rosenthal fut réadmis, selon les rapports, au parti dans des circonstances qui demeurent obscures. FO 371/E 1916/16/Allenby à MacDonald, 23 février 1924.

16  Voir Al-Ahrâm de février et mars 1924 ; FO 407/198/7, 94, 108, 139 ; et FO 141/779/9065/152-155.

17  Al-Ahrâm, 5 mars 1924.

18  La Bourse Egyptienne, 29 février 1924. Pour cette analyse des événements de février-mars 1924 Tattawwur, op. cit., p. 538-542, et Walter Laqueur, Communism and Nationalism in the Middle East, Londres, 1956. Bien que ces auteurs divergent entre eux à propos de différents aspects de cet épisode, tous suggèrent que le PCE a délibérément défié le gouvernement en organisant des grèves et des occupations.

19  FO 371/E1916/16.

20  La Bourse Égyptienne, 4 mars 1924.

21  CP, 9 mars 1924.

22  Al-Ahrâm, septembre-octobre 1924 ; F/42, « D’Aumake à Herriot », 13 août 1924 ; FO 371/J3654/1153/16.

23  FO 141/779/9065/200 ; FO 371/J2372, 26 août 1927. Certains des Russes identifiés par les informateurs comme agents communistes et expulsés vers l’Union soviétique furent abattus à leur arrivée à Odessa, étant considérés comme des Blancs et des tsaristes. Cela conduisit la police à la conclusion tardive que certains de ses informateurs n’étaient pas fiables. Voir FO 141/779/9065/220, R.M. Greaves à la résidence, 21 septembre 1925.

24  Journal du Caire, 21 septembre 1923 in FO 407/197/97.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Zachary Lockman, « La gauche et le mouvement ouvrier au début des années 1920  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 105-106 | 2008, 65-83.

Référence électronique

Zachary Lockman, « La gauche et le mouvement ouvrier au début des années 1920  », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 105-106 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/539

Haut de page

Auteur

Zachary Lockman

Professeur à NYU (New York University), président de la MESA (Association des études sur le Moyen-Orient)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page