Navigation – Plan du site
DOSSIER

Une trajectoire féminine dans la gauche égyptienne : dimensions et enjeux des engagements de Soraya Adham (1926—2008)

Didier Monciaud
p. 235-258

Résumé

La participation des femmes à la gauche égyptienne est un phénomène peu connu du lectorat francophone. Et pourtant, nombre d’Égyptiennes se sont investies dans ce que l’on a nommé en Égypte « le second mouvement » communiste, du milieu des années 1930 au milieu des années 1960. Cet article propose d’étudier un exemple à travers la riche trajectoire d’une militante, Soraya Adham. L’article aborde en premier lieu son itinéraire individuel dans le contexte politique et social de l’Égypte, dès les années 1940 à nos jours, puis analyse les formes d’un tel engagement et les rapports compliqués entre la gauche et la question des femmes.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Égypte

Chronologie :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur l’histoire de la gauche égyptienne, voir Selma Botman, Oppositional politics in Egypt: the com (...)

1La participation des femmes à la gauche égyptienne est un phénomène souvent méconnu du lectorat français ou francophone. Et pourtant, nombre d’Égyptiennes se sont investies dans ce que l’on a nommé en Égypte « le second mouvement »1 communiste, du milieu des années 1930 au milieu des années 1960.

  • 2  Voir son témoignage autobiographique dans ‘Âsem al-Dessouqî dir., Chahâdât wa ro’a, vol. 7, Le Cai (...)
  • 3  Nous avons fait sa connaissance dans les années 1990, lui avons rendu visite à plusieurs reprises (...)
  • 4  Sur l’histoire des femmes et le féminisme égyptien, voir les très intéressants travaux du centre f (...)

2Nous ne proposons pas ici une synthèse sur le sujet, mais l’étude d’un exemple particulier autour de la riche trajectoire2 d’une militante qui vient de s’éteindre au Caire en juin 2008, Soraya Adham, que nous avions le plaisir de connaître3. Dans une première partie, nous relaterons son itinéraire individuel à partir du contexte politique et social de l’Égypte depuis les années 1940. Dans une seconde partie, nous proposerons quelques pistes de réflexion sur les formes de cet engagement et les rapports compliqués entre la gauche et la question femme4.

Origines et éléments d’un parcours

  • 5  Cela n’est pas indiqué dans le court profil biographique que lui consacre Selma Botman dans sa thè (...)

3Née en 1926, Soraya Adham est la septième enfant d’une famille qui comprend neuf filles et un garçon. L’appartement familial regorge de livres. Son père, directeur d’école, a des opinions très libérales pour l’Égypte de l’époque. Officiellement musulmane, la famille appartenait en fait à la petite communauté bahaïe5.

  • 6  Rifa’t al-Sa’îd, «Layla fahmy fî ‘ich al-dabâbîr» dans Thoraîâ adham, monâdila min tarâz khâs, Le  (...)

4Leur immeuble est caractéristique du cosmopolitisme et de la diversité politique de l’Égypte6, surtout parmi les classes moyennes éduquées. On y trouve ainsi un chanteur et compositeur alors célèbre, le cheikh Hamouda, père d’un artiste connu, Ibrahim Hamouda. Des fêtes sont organisées dans son appartement, où la jeune enfant allait découvrir la musique, la danse et les arts. Dans un autre appartement réside la famille de Gabr al-Temîmî dont tous les garçons appartiennent aux Frères Musulmans. Mahmoud Labîb, officier responsable des Frères Musulmans dans l’armée, y habite aussi. Enfin, une famille juive est également présente, les Cohen, dont les enfants sont marxistes.

Participation aux mobilisations d’après guerre

  • 7  Voir Rifa’t al-Sa’îd, Tarîkh al yasâr al misri, vol. 2, op. cit.
  • 8  Voir les ouvrages cités de Rifa’t al-Sa’îd, Selma Botman, Rifa’t al-Sa’îd et Tariq Isma’il.

5Après des études dans une école de langue arabe, Soraya entre à l’université et étudie la littérature anglaise. Sous l’impulsion de sa sœur Fa’iza, étudiante à la faculté des sciences, elle fréquente très tôt les cercles de gauche. En effet, Fa’îza a commencé à assister aux réunions du Dâr al abhâth al ‘ilmia7(centre de la recherche scientifique), situé rue Nûbâr au centre de la capitale. Ce club culturel propose des conférences culturelles et scientifiques. Il est animé par des militants d’Iskra (l’Étincelle)8, une des organisations secrètes de la gauche communiste alors en pleine renaissance. Formée au départ autour de la figure d’Hillel Schwartz, elle comprend essentiellement des jeunes gens éduqués et de nombreux étrangers ou égyptianisés. Elle gagne de nombreux jeunes intellectuels égyptiens, notamment au lycée français du Caire et à l’université. Citons quelques exemples : ‘Abdel Ma’boud al-Gebali, ‘Abdel Rahmân Nâser, Ahmed Choukri Sâlem, Chuhdy Atteya, Anouar ‘Abdel Mâlek, Mohammad Sid Ahmed ou Cherif Hatata.

6Soraya découvre alors un nouvel univers avec des références et des analyses qui transforment ses perspectives. Elle est remarquée par Ingy Aflatoun, jeune militante et peintre. Sympathisante pendant six mois, elle participe à des réunions se déroulant une ou deux fois par semaine avec des lectures et des discussions avant d’être intégrée à Iskra.

  • 9  Entretien avec Soraya Adham, Le Caire, été 2005 et Selma Botman, op. cit., 1987, p. 21.
  • 10  Cité dans ‘Âdel Amîn, Mohâkama al chuyu’îîn al masryîn. Qadaya sana 1946. Hamla ismâ’îl sidqî did (...)
  • 11  Future figure de la scène intellectuelle et écrivaine égyptienne.
  • 12  Devenue une célèbre artiste peintre.
  • 13  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 1, 1996, p. 24.
  • 14  Âsem al-Dessouqî dir., op. cit., vol. 7, 2006, p. 56.

7Elle a aussi rejoint la Ligue des jeunes femmes de l’université et des écoles supérieures, fondée en 1944-19459, et se situant dans la mouvance d’Iskra. Cette association n’est pas une antichambre pour le recrutement mais plus une structure d’action large en direction des femmes. Selon la police, ses effectifs sont d’une cinquantaine de membres, des Égyptiennes et aussi des Soudanaises10. Soraya Adham devient une de ses principales animatrices aux côtés de Latîfa al Zayât11, Ingy Aflatoun12, Enayât Adham, Fatma Zaki, Sa’adia ‘Uthmân, Fa’yza Sa’id Adham, sa sœur, Horeya Moustafa, Assia al-Nimr, So’âd Kâmel, Latîfa Fathî ou Ihsân Mohammad ‘Ali13. Ces jeunes femmes engagées émergent dans les rangs des courants progressistes et deviennent des figures importantes des mobilisations en cours. Elles appartiennent principalement à la mouvance communiste, mais on trouve aussi parmi elles des indépendantes comme ‘Aycha Râteb14.

  • 15  Voir le document judiciaire lors de son interdiction dans ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 1, 1996, p. 2 (...)
  • 16  Ahdâfunâ, brochure de la Ligue des jeunes femmes de l’université et des instituts, Le Caire, 1945, (...)
  • 17  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 1, 1996, p. 24.

8La Ligue des jeunes femmes cherche à promouvoir la défense des intérêts spécifiques des étudiantes et des diplômées15. Elle réclame aussi l’égalité entre les hommes et les femmes selon des options radicales. Une brochure de cette organisation appelle ainsi les femmes à « lutter pour les plus larges libertés, lutter pour la libération de l’oppression, de la faim et de l’agression, lutter par et pour nous-mêmes, lutter pour créer une libre et noble vie pour les femmes égyptiennes sous la souveraineté d’un pays noble et libre, lutter pour réaliser la liberté démocratique qui ne peut arriver à l’ombre de l’impérialiste et de l’impérialisme ni à l’ombre de l’esclavage et de l’exploitation16 ». Cette structure dynamique n’a pourtant jamais obtenu d’autorisation légale du ministère des Affaires sociales17.

  • 18  Voir les mémoires d’Ingy Aflatoun, Moudhâkirât ingy aflatoun, Koweit, Dâr So’ad al-Sabbâh, 1993, p (...)
  • 19  ‘Âsem al-Dessouqî dir., op. cit., vol. 7, 2006, p. 56.
  • 20  Voir son témoignage dans Hanân Ramadân dir., Al Mar’a fî al haraka al chuyu’ya al misrya hatta ‘âm (...)
  • 21  S. Botman, op. cit., 1984, p. 85.
  • 22  Ces propos sont cités dans S. Botman, op. cit., 1984, p. 85.

9Ingy Aflatoun la représenta au congrès mondial de Paris organisé en novembre 1945 par la Fédération démocratique internationale des femmes18, aux côtés de Sâfeya Fâdel et de So’âd Kâmel19. Cette dernière y assiste àl’instigation d’Henri Curiel et de l’organisation rivale du MELN (Mouvement égyptien de libération nationale)20. L’émissaire de l’Union des Femmes Égyptiennes de Hoda Sha’arawi refuse d’y participer en raison du radicalisme de son orientation21. Ingy Aflatoun raconte : « J’ai fait un très puissant discours dans lequel j’ai lié l’oppression des femmes en Égypte à l’occupation et à l’impérialisme britanniques. J’ai non seulement dénoncé les Britanniques mais aussi le roi et les hommes politiques. C’était un discours très politique dans lequel j’ai appelé à la libération nationale et à la libération des femmes22 ».

10Un rapport de police décrit l’engagement de Soraya Adham :

  • 23  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 215.

« Son histoire communiste remonte avant 1946, quand elle était membre du Dâr al-Abhâth al-‘Ilmîa que le gouvernement a dissous. Elle était secrétaire de la Ligue des jeunes femmes de l’université et des instituts que le Dâr al Abhâth al ‘Ilmîa avait constituée à cette époque avec la participation au Congrès féminin mondial communiste à Paris en 1946 pour former le noyau de l’union féministe en Égypte qui appartient à la Fédération féminine démocratique  mondiale »23.

  • 24  Principale force politique nationaliste du pays depuis le soulèvement de 1919-1923 connue en Égypt (...)
  • 25  Voir Ahmed ‘Abdallah, The student movement and national politics in Egypt, Londres, Saqi Books, 19 (...)
  • 26  Voir Ingy Aflatoun, op. cit., p. 68 et après.
  • 27  Voir son témoignage dans ‘Âsem al-Dessouqî dir., op. cit., vol. 7, 2006, p. 225-244.
  • 28  Voir ses Mémoires traduites en français, Latifa Zayyat, Perquisition!, Paris, Sindbad, 1996.

11L’année 1945-1946 est marquée par la montée de la revendication d’indépendance. Un puissant mouvement anti-britannique se développe dans les écoles et les universités, dominé par les wafdistes de gauche24 et les tendances marxistes. En parallèle, le monde du travail connaît de puissantes mobilisations avec l’affirmation d’un syndicalisme puissant et combatif. Début 1946, la jonction entre ces deux sensibilités s’opère au sein du Comité National des Ouvriers et des Étudiants25. Outre son radicalisme et sa force de mobilisation, cette structure comprend des femmes, fait rare pour l’époque. Une douzaine de femmes sont ainsi élues à la tête des structures de mobilisation26, parmi lesquelles Fatma Zaki 27, Ingy Aflatoun, Latîfa al-Zayyât28.

  • 29  Voir ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 1, 1996 et Rifa’t al-Sa’îd, op. cit., vol 2.
  • 30  Voir le document de l’enquête judiciaire dans Rifa’t al-Sa’îd, Hakadha takallamu al chuîûîûn, Le C (...)

12En juillet 1946, cette puissante vague est finalement écrasée par la répression lancée par Premier ministre Isma’îl Sidqy. Ce dernier fait interpeller les principaux animateurs et des intellectuels de gauche ou libéraux comme Salama Moussa, Zaki ‘Abdel Qâder ou Mohammad Mandour. Plusieurs journaux et revues (al-Ba’th, al-Fagr al Gedîd, Umm Dormân, al-Damîr, al-Wafd al-Misri) sont interdits, de même que des maisons d’édition (Dâr al Qarn al ‘Acherîn, Dâr al Fagr), des clubs et des associations dont la Ligue des jeunes femmes de l’université et des instituts supérieurs29, le Dâr al-Abhâth al-‘Ilmîa30 ou le comité de diffusion de la culture moderne. Soraya est arrêtée tout comme Latifa al-Zayat, Hekmat al-Ghazali, Fatma Zaki ou Ingy Aflatoun.

  • 31  Voir Maria F. Curtis, «Soraya Adham», Middle East and North Africa Encyclopedia sur le site intern (...)
  • 32  Témoignage cité dans Selma Botman, op. cit., 1987, p. 23.

13L’engagement de ces femmes doit faire face à des préjugés très ancrés, notamment de la part de courants politiques conservateurs ou réactionnaires comme les Frères Musulmans. Soraya est ainsi victime de violences physiques en raison de ses activités31. Pour la même raison, Latîfa al-Zayyât est, elle, traitée de « putain » et subit d’autres insultes du même genre de la part des militants estudiantins intégristes32. Ces pratiques diffamatoires sont alors fréquentes contre les femmes investies en politique et se focalisent sur une prétendue immoralité, élément particulièrement stigmatisant dans un environnement conservateur.

Continuer à agir au sein de la gauche communiste

  • 33  Voir les études citées de Selma Botman; Joel Beinin et Zachary Lockman; Rifa’al-Sa’îd.

14Soraya Adham milite dans les rangs d’Iskra puis participe en 1947 au lancement de HADITU (acronyme arabe du Mouvement Démocratique de Libération Nationale), fusion de plusieurs courants marxistes dont les plus importants sont Iskra et le MELN. L’unité donne naissance à la plus grande organisation communiste. Elle sera toutefois de courte durée33.

  • 34  Témoignage cité dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir), op. cit., vol. 7, 2006, p. 57.
  • 35  Voir le témoignage de Fatma Zaki dans ‘Âsem al-Dessouqî dir., op. cit., vol. 7, 2006, p. 228.
  • 36  Voir la reproduction du document daté de 1946 de la Ligue des Ouvrières dans Taha Sa’d ‘Uthmân, «M (...)

15Soraya poursuit ses activités militantes34, notamment35 au sein36 du bureau « femmes », composé de trois secteurs : étudiantes, ouvrières et femmes au foyer (rabbât al buyût). Elle se spécialise dans le secteur des ouvrières, car « un grand nombre d’éléments féminins dans l’organisation avaient des racines étrangères et juives et donc il était difficile d’intervenir dans le milieu des ouvrières ordinaires ». Elle aide Fatma Zaki, responsable du secteur. Toutes deux supervisent la formation de jeunes ouvrières sur Choubra et Zaytoun. Ces travailleuses proviennent surtout de la Ligue des ouvrières animée par Hekmat al-Ghazâlî.

  • 37  Voir Nancy Gallagher, Egypt’s other wars: epidemics and the politics of public health, Syracuse, S (...)
  • 38  Sur ce journal voir Rifa’t al-Sa’îd, Al-Sahâfa al yasârîa fî misr 1925‑1948, dans vol. 2, op. cit. (...)

16Pendant l’été 1947, Soraya s’investit dans la solidarité contre les désastreux effets de l’épidémie de choléra 37 qui affecte durement l’Égypte. Elle joue par ailleurs un rôle décisif dans la mise en place et l’animation des groupes de lecteurs du journal al-Gamâhîr 38. Cet hebdomadaire, lancé par Shuhdy ‘Atteya en avril 1947, est d’abord l’organe d’Iskra avant de devenir celui de HADITU, avec l’unification en mai-juin de la même année. De grande qualité, al-Gamâhîr s’affirme comme un journal influent avant d’être interdit le 15 mai 1948 quand les autorités imposent la loi martiale dans le contexte de la guerre de Palestine. Sa large diffusion et la mise en place du réseau des lecteurs représente une importante opération dans la construction de ce courant politique.

17Suite à de sérieux différends sur l’orientation proposée par Henri Curiel et baptisée « la ligne des forces nationales patriotiques », le système des secteurs d’interventions de même que sur la personnalité d’Henri Curiel et le rôle des étrangers, HADITU connaît de nombreux troubles internes. Au départ, une « tendance révolutionnaire », autour de Shuhdy ‘Atteya et d’Anouar ‘Abdel Malek, émerge et anime l’opposition. Le confit dégénère et entraîne l’implosion de l’organisation en une kyrielle de groupes rivaux.

  • 39  Voir le témoignage de Sa’d Rahmî in Rifa’t al-Sa’îd, Hakadha takallamu al chuîûîûn, Le Caire, Mata (...)
  • 40  Voir Rifa’t al-Sa’îd, op. cit., 1989, p. 303
  • 41  Voir son témoignage dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir), Chahâdât wa ro’a vol. 3, Le Caire, Markaz al Buh (...)

18Fin 1948, le regroupement de la tendance « Nahwa monazama bolchefia » (Vers une organisation bolchévique)39 et d’éléments d’une autre sensibilité, « Sawt al mo’ârada » (La voix de l’opposition), donne naissance à l’OCE (Organisation communiste égyptienne)40, aussi dénommée mim chin mim à partir de ses initiales en arabe et surnommée « mich mich » (abricot), y compris par ses propres membres. Au départ, elle regroupe environ 500 militants, extrêmement dévoués et très actifs. On y retrouve notamment Sa’d Rahmî, Michel Kâmel, Mohammad Sid Ahmed 41, Fatma Zaki, Ahmed Nabîl al-Hilâlî, Mustafa Amîn, Mohammad ‘Abbâs Fahmî ou Sa’adia ‘Uthmân.

  • 42  Nabil Al Hilâli cité in Rifa’t al-Sa’îd, op. cit., 1989, p. 315.
  • 43  Voir Selma Botman, op. cit., 1984, p. 289 et suivantes; Rifa’t al-Sa’îd, op. cit., 1989.

19D’inspiration stalinienne et marquée par une rigueur proche du dogmatisme, son orientation est aussi marquée par son ouvriérisme autour du slogan : « 100 % d’ouvriers ». Sa composition repose toutefois majoritairement sur des étrangers, des égyptianisés et des enfants de l’élite 42. Dirigées d’une main de fer par Odette Hazan et son mari Sidney Salomon, ses formes organisationnelles sont rigides, ultimatistes et sectaires 43.

  • 44  Toujours aussi nuancé, Mustafa Tîba la qualifie même de «quasi fasciste» dans ‘Abdel ‘Azîm Ramadân (...)
  • 45  Témoignage cité dans ‘Âsem al-Dessouqî dir., op. cit., vol. 7, p. 62.
  • 46  Fatma Zaki citée dans Rifa’t al-Sa’îd, op. cit., 1989, p. 312.
  • 47  Fatma Zaki citée, idem, p. 311.
  • 48  Voir les témoignages de Sa’d Rahmî, Ahmed Nabîl al Hilâli, Mohammad Sid Ahmed, Fatma Zaki, Geneviè (...)
  • 49  Témoignage de Geneviève Sîdârôs dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir), op. cit., vol. 3, 2000, p. 14.
  • 50  Par exemple, So’âd al Tawîl se voit interdire de communiquer avec l’un de ses frères qui appartien (...)

20Odette Hazan, sa principale figure, bénéficie d’un charisme certain et d’un réel crédit auprès des militants. Elle est aussi autoritaire 44, « une personnalité négative et extrêmement dictatoriale »45, qui n’hésitait pas à être « très violente et extrêmement intransigeante (sârima) », utilisant « la méthode de la terreur (irhâb) et de fortes pressions ». Fatma Zaki se souvient qu’en conséquence, « cette méthode se transmit à nous, nous intervenions avec les cadres et la base avec la même violence et les mêmes pressions »46. La suspicion se généralise, de même que les accusations d’être au service de la police. Fatma Zaki considère que leur approche est marquée par « des positions extrémistes et violentes envers les autres organisations »47, leurs membres dénoncés comme des traîtres 48. Même en prison, il leur est interdit de parler aux prisonniers des autres tendances 49, même dans le cas de parents 50.

  • 51  Âdel Amîn, Mohâkama al chuyu’îîn al masryîn. Vol 2. Qadâîâ mâ qabl 23 iûlîh sana 1952, Le Caire, s (...)
  • 52  Exemple du n° 21, mars 1950 dans ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 2, p. 143-144.
  • 53  Âdel Amîn, op. cit., vol. 2, 1998, p. 149.

21La répression entraîne son délitement. Avec les arrestations, la plupart des écrits de ce courant ont disparu. On en trouve toutefois des extraits dans les documents des procès intentés contre certains de ses membres, par exemple les lycéens Mohammad Nour Eddîn, lycéen azhariste et Safouat ‘Abbâs Fahmy de l’école secondaire al-Isma’ili 51. Le dossier du procès de Mary et Ibrahim Marc Cohen comprend aussi des extraits de l’organe central Sawt al brolitaria (la Voix du prolétariat), manuscrit et ronéotypé 52, des brochures ou le projet de programme 53.

  • 54  Selma Botman, op. cit., 1987, p. 19.
  • 55  Selma Botman, op. cit., 1987, p. 19-20.

22Diplômée en 1948, Soraya devient enseignante d’anglais dans l’école de Qoba al-Fadâwîa. Mais elle doit rapidement y mettre un terme car son organisation la choisit comme permanente. Elle milite dans la région du Caire. Elle quitte le domicile familial en 1948, loue un appartement meublé dans le quartier de Boulaq et cherche à vivre seule, chose très rare à l’époque 54. À peine installée, la police locale lui rend visite, car elle est intriguée par une telle présence solitaire. Elle doit abandonner très vite ce logement 55.

  • 56  Cité dans ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 215.

23Le 8 octobre 1949, elle est arrêtée dans la rue alors qu’elle remet des documents. Détenue à la prison Misr, elle est condamnée deux fois. Lors de son procès, le juge Hussein Tantawi l’attaque avec virulence. Elle ne se laisse pas faire et réplique avec véhémence. Elle écope d’une double condamnation : elle est d’abord condamnée à un an de prison avec travaux forcés. La seconde peine est une amende de 50 livres et deux mois de détention pour son attitude envers la cour. Selon la police 56, elle a été jugée dans le procès 2322 de 1948 à Abdîn et dans le procès 12/1949. Elle est aussi impliquée dans le procès communiste numéro 3714 à Ezbekia en 1950, « avec son mari de l’époque, Ma’moun Hassan al Deghîdî », lui aussi militant communiste.

24Détenue, elle reste active avec des camarades étrangères ou égyptiennes comme So’âd Kâmel ou Geneviève Sîdârôs. Elle fera ainsi la grève de la faim pour l’amélioration des conditions de détention. Les principaux dirigeants de l’OCE, Sidney Salomon et Odette Hazan, sont arrêtés pendant qu’elle purge sa peine.

25Libérée le 23 novembre 1950, elle quitte immédiatement Le Caire, envoyée par son organisation à Alexandrie. Pendant cette période, son nom d’emprunt est Leyla Fahmy alors que son pseudonyme d’organisation est Sanâ’. En raison de leurs difficultés financières, elle doit se débrouiller pour trouver un emploi et rester sans le moindre contact avec sa famille. Recrutée dans une société de publicité où elle reste une année, elle est licenciée en raison d’une baisse d’activité de l’entreprise.

  • 57  Cité dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir), op. cit., vol. 7, 2006, p. 62.

26Son ancien patron l’aide à obtenir un emploi au célèbre hôtel Cécile où elle devient secrétaire du directeur. Ce dernier possède 16 hôtels dans le pays 57. Son très bon niveau en anglais l’aide. Elle est très appréciée de lui et il n’aura jamais aucun doute sur elle. Son patron l’apprécie tellement qu’il est prêt à l’aider à aller poursuivre ses études à l’étranger puisqu’elle prétendait alors ne posséder aucun diplôme. Son salaire est de six puis huit livres. Nourrie à l’hôtel, elle dispose d’un très grand bureau qui donne sur la place al-Raml et sur la mer. Son travail consiste en la lecture du courrier et de la presse en arabe. Elle assiste aussi à une série de réunions animées par des associations caritatives se situant dans la sphère d’influence britannique en Égypte. Elle remarque les régulières rencontres entre le directeur de l’hôtel, le secrétaire de la banque Barclays et le consul britannique et découvre qu’il est le responsable des services secrets britanniques sur la ville.

  • 58  Fatma Zaki citée dans Rifa’t al-Sa’îd, op. cit., 1989, p. 311.

27Son dévouement et son engagement sont tels qu’elle donne l’intégralité de l’héritage qu’elle reçoit alors à son organisation, six cents livres, une importante somme à l’époque. Elle est alors en contact avec Fatma Zaki, clandestine qui vit recluse dans un petit appartement. Avec quelques éléments ouvriers, celle-ci intervient en direction des usines du quartier de Moharram Bey, distribuant notamment la revue de l’organisation. D’autres éléments de michmich sont aussi présents sur Alexandrie: Sa’d al-Tawîl ou Eric Rouleau 58, journaliste au périodique The Egyptian Gazette.

  • 59  Sur l’histoire de cette entreprise voir Robert L. Tignor, «In the grip of politics: the Ford motor (...)
  • 60  Rifa’t al-Sa’îd, «Layla fahmy fî ‘ich al-dabâbîr» in Thoraîâ adham, monâdila min tarâz khâs, Le Ca (...)
  • 61  Idem.

28Après l’hôtel Cécile, Soraya trouve un emploi dans l’entreprise Ford présente à Alexandrie 59. Elle s’affronte au directeur égyptien de l’usine qui maltraite les ouvriers égyptiens, lui criant qu’il ne pouvait être égyptien. Elle doit donc quitter cet emploi 60. Brièvement, elle travaille dans une entreprise anglaise, puis elle trouve un emploi à Kafr al-Dawwâr, dans l’usine de soie industrielle. Responsable de la bibliothèque et des traductions, elle partage le bureau du responsable aux affaires juridiques où se rend régulièrement l’officier des renseignements généraux de la ville ainsi que ses contacts ouvriers. Elle les croise donc un à un et utilisera ces précieuses informations… Cet officier de renseignement deviendra l’objet de moqueries au sein de la police parce que trahi par une « simple » jeune femme 61 dont il n’avait jamais pensé à examiner le dossier, ni celui des ouvrières qu’elle contactait.

  • 62  Voir l’exemple de l’enquête policière contre Mary et Ibrahim Marc Cohen fin 1951 dans ‘Âdel Amîn, (...)
  • 63  Selma Botman, op. cit., 1984, p. 90.
  • 64  Cynthia Nelson, Doria Shafik egyptian feminist, a woman apart, Le Caire, American University dans (...)

29La répression touche si durement michmich qu’elle disparaît comme organisation centralisée 62. Malgré son isolement, Soraya poursuit ses activités. Le 8 octobre 1951, l’abrogation par le gouvernement wafdiste du traité de 1936 entraîne une vague de guérilla dans la région du canal contre les troupes britanniques. Cet épisode dure trois mois. Les militantes de gauche s’investissent dans le soutien à cette résistance armée 63. Autour de la féministe Ceza Nabaraoui, elles forment et animent le comité femme pour la résistance populaire 64.

  • 65  Voir Sayed ‘Achmaoui,, « Al-moqawma al-cha’biya», dans Ra’ouf ‘Abbâs Hâmed dir., Harb suez ba’d ar (...)
  • 66  Voir un exemple de brochure éditée par la section du comité populaire de l’école Abu al Farag, Al (...)

30En 1956, lors de l’attaque conjointe de la France, de la Grande-Bretagne et de l’État d’Israël, suite à la nationalisation du canal de Suez par le régime des Officiers Libres, la gauche participe à nouveau à l’animation de la résistance à l’agression. Cet épisode est connu sous le nom de résistance populaire 65. Soraya se retrouve isolée en raison de la répression et des strictes conditions de sécurité exigées. Elle participe malgré tout à la formation et à l’animation des comités féminins pour la résistance populaire sur la région de Kafr al-Dawwâr 66. Les interventions régulières de cette militante dans les zones industrielles finiront par intriguer les services de police.

  • 67  Groupe formé en 1949 par des étudiants de retour de France comme Fou’ad Morsy ou Isma’il Sabri ‘Ab (...)
  • 68  Discussion avec Soraya Adham, Le Caire, été 2006; témoignage Soraya Adham dans ‘Âsem al-Dessouqî d (...)
  • 69  Hormis deux minuscules groupes.
  • 70  Discussion avec Soraya Adham, Le Caire, été 2006.
  • 71  Autre organisation marxiste fondée en 1946 et qui remonte aux années 1930 autour d’un cercle compo (...)

31Elle retourne au Caire pour tenter de rétablir le contact avec ses camarades. Ensemble après des débats, ils décident finalement de rejoindre le groupe PCE al-Raya (le drapeau) 67 en 1957, considéré par eux comme le plus proche de leurs positions 68. Elle est membre du comité de la ville de Kafr al-Dawwâr. Le 8 janvier 1958, s’opère l’unification du mouvement communiste égyptien 69. L’unité attire de nombreux nouveaux adhérents. Mais les règles de sécurité ne sont plus aussi sérieusement suivies 70 et les divergences vont très vite ressurgir. Au bout de quelques mois, la nouvelle organisation explose. Deux ailes se forment : le PCE-Haditu regroupe l’essentiel des anciens courants issus du MDLN, et le PCE qui rassemble les anciens du PCR-al Raya, de Talî’a al-‘Ummâl 71 et des éléments issus de HADITU ayant refusé la scission.

  • 72  Sur sa trajectoire voir Selma Botman, op. cit., 1984, p. 526; les entretiens dans Rifa’t al-Sa’îd, (...)
  • 73  Voir ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 216.
  • 74  Fakhri Labîb, «Lamahât min hayat al monâdila thoraîâ adham», dans Thoraîâ adham, monâdila min tarâ (...)
  • 75  Voir ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 250.

32Au sein du PCE, Soraya joue un rôle important dans l’organisation de protestations sociales ouvrières sur Kafr al-Dawwâr dont elle est responsable. En 1958, lors d’un séjour au Caire, elle fait la connaissance de Helmi Yacine, membre du comité central du PCE 72. À la fin de cette même année, ils se marient. Elle milite dorénavant entre Kafr al-Dawwâr et Le Caire, au sein du comité du quartier du Sâhel 73 jusqu’à son arrestation le 28 mars 1959 au domicile de son beau-frère 74. Helmi Yacine a déjà été interpellé le premier janvier 1959 lors de la vaste opération d’arrestations contre la gauche lancée par le régime nassérien 75.

  • 76  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 175.
  • 77  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 183.
  • 78  Voir Ramsîs Labîb dir., Masryîat fî al sugûn wa al mo’ataqalât. Al mar’a al masrîa wa al yasâr, Le (...)
  • 79  Soraya Châker, «Khawâter ‘ann fath mo’taqal lil nisâ’fî sana 1959», dans Ramsîs Labîb dir., Masryî (...)

33Une seconde vague répressive se déroule en mars 1959. La répression militaire du président ‘Abdel Nâser du 27 mars 1959 concerne 436 militants 76. Les femmes visées sont inscrites en fin de liste avec les numéros 419 à 436. Soraya a le numéro 424 77. Parmi les militantes marxistes 78, on trouve : Eglâl al Samîhî, Omeyma Abu al-Nasr, Ingy Aflatoun, Asma’Halîm, Intisâr Khatâb, Yvonne Habâchî, So’âd Al-Tawîl, Fatma Zaki, Thoraya Ibrahim, Thoraya Châker, Leila al Châl, Leila Cho’ib, Mohsena Tawfiq, soit vingt-quatre militantes 79.

  • 80  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 215.
  • 81  Idem.
  • 82  Idem.
  • 83  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 216-17.
  • 84  Fakhri Labîb, «Lamahât min hayat al monâdila thoraîâ adham», dans Thoraîâ adham, monâdila min tarâ (...)

34Soraya est jugée lors du procès de mars 1959. Sur le document du juge Hassan al-Masîlhî, responsable du bureau de lutte contre le communisme 80, elle est l’accusée numéro onze. « Bibliothécaire » (amîna maktaba) dans la société de soierie industrielle, elle est présentée comme « une membre dirigeante de l’organisation du parti communiste »81. Un autre rapport 82 la désigne simplement comme « une épouse ». Les lettres personnelles échangées avec Helmi Yacine sont utilisées par l’accusation 83, y compris l’expression « mon grand amour »84.

  • 85  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 217.

35Lors d’un interrogatoire, elle affirme que les communistes égyptiens sont favorables à ce que « le peuple choisisse lui-même son système de gouvernement, que celui-ci élargisse les libertés politiques du peuple afin qu’il s’organise lui-même. […] De même, elle considère obligatoire l’élection d’une assemblée constituante pour élaborer la constitution de la République arabe unie que le peuple accepte et qui gouverne sur cette base. […] De même, elle considère que la nature du développement dans notre pays et de nos intérêts est que prédomine un système socialiste qui combatte l’exploitation et qui agisse pour l’extension (nachr) de la démocratie. […] De même, elle approuve tout ce que le peuple choisit concernant la nature du régime qu’il souhaite voir gouverner »85.

36Interrogée sur le communisme, elle réplique :

  • 86  Idem.

« Les communistes sont d’accord avec l’ensemble des éléments patriotiques pour la défense de l’indépendance du pays et pour combattre tous les complots colonialistes afin de bâtir une société libre et indépendante. Lors de l’agression tripartite, ils se sont mis, avec l’ensemble du peuple à Port Sa’îd, Isma’ilia et dans l’ensemble des comités de la résistance populaire, en faveur de l’écrasement de l’ignoble agression que les forces colonialistes alliées ont réalisée avec leur associé Israël contre notre peuple et contre notre pays dans le but de rebâtir le système colonialiste britannique. […] La confrontation avec les communistes et leur interpellation signifie repousser de nobles éléments patriotiques et les éloigner de leur rôle sur la voie de l’anéantissement de tout complot tenté par le colonialisme, avec à sa tête l’Amérique. […] Car le colonialisme ne cesse d’être proche de nous en Israël et reste présent en Algérie, en Transjordanie et à ‘Aden. Il frappe le peuple arabe de toutes ses forces et de toute sa sauvagerie »86.

  • 87  Le nom du parti unique à ce moment.
  • 88  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 218.

37Soraya Adham présente ensuite leurs revendications propres : « Libération de l’ensemble des internés ; libertés politiques ; appel à une assemblée constituante élue pour élaborer la constitution de la République arabe unie ; abrogation de la décision n° 8 de 1958 qui subordonne les élections à l’Union nationale 87 »88.

  • 89  Fakhri Labîb, «Lamahât min hayat al monâdila thoraîâ adham», dans Thoraîâ adham, monâdila min tarâ (...)

38Lors de son jugement, elle met en avant une défense strictement politique, une première dans l’histoire des procès politiques intentés contre des militantes 89. En décembre 1962, les prisonnières de gauche entament une grève de la faim. Quelque temps après, Soraya et d’autres grévistes sont hospitalisées au Caire dans un état très sérieux. Finalement libérée le 24 juillet 1963, elle agit alors en faveur des prisonniers, notamment ceux des oasis où se trouve notamment Helmi Yacine. Les communistes ne seront tous libérés qu’en avril et mai 1964.

  • 90  Sujet sensible, une partie des principaux dirigeants ayant déjà rejoint le régime avant même la te (...)

39La situation a radicalement changé : les marxistes sont très affaiblis, marginalisés même, face à un régime au sommet de sa popularité. En avril 1965, les communistes décident dans des conditions très particulières 90 de s’auto-dissoudre et de rejoindre l’expérience nassérienne en cours, sur la base d’une adhésion individuelle de certains des membres au sein de l’Union Socialiste Arabe et des institutions culturelles du régime.

L’après-dissolution

  • 91  Sur ce parti voir Imân Mohammad Hassan, Al-tagammu’, Le Caire, Kitâb al-Ahâlî, 1995; Basel Ramsès, (...)

40Au milieu des années 1970, Soraya participe à la fondation du Tagammu’91(Rassemblement), parti légal de gauche créé dans le cadre du pluripartisme initié par le président Anouar al-Sadate. Elle s’investit notamment dans la création et l’animation de l’Union des femmes progressistes (UFP), liée au Tagammu’. L’UFP est l’une des rares sections politiques féminines actives parmi les partis égyptiens au niveau de l’ensemble du pays.

41Avec l’âge, elle devient moins active tout en continuant à militer. Elle reste aussi toujours disponible pour discuter et pour évoquer son expérience, l’histoire de l’Égypte ou tout sujet politique ou culturel. Ainsi, nous lui avons rendu visite plusieurs fois, à elle et à Helmi Yacine. C’était toujours un immense plaisir de pouvoir la rencontrer, les rencontrer, tant du fait de son immense expérience, de l’argumentation de ses opinions que de son côté direct et incisif.

  • 92  Il n’existe pas de chiffres exacts. Selon certaines sources, ils seraient quelques milliers en Égy (...)
  • 93  Discussion avec Soraya Adham, Le Caire, été 2006.

42Dernièrement, elle s’intéressait à la question de la reconnaissance des bahaïs. Cette communauté issue d’une rupture au sein du chiisme duodécimain en Iran au XIXe siècle a développé une forme très particulière de syncrétisme religieux. Elle n’est pas reconnue au Moyen-Orient et est souvent victime de persécutions, particulièrement sanglantes dans l’Iran khomeiniste. Cette petite communauté religieuse 92 est présente en Égypte, mais n’a pas d’existence légale. Certains membres, notamment l’écrivain Somaya Ramadân, mènent une campagne réclamant la reconnaissance d’un statut légal depuis quelques années, notamment au travers d’un recours en justice pour l’inscription de cette confession sur les cartes d’identité. Elle-même d’origine confessionnelle bahaïe, Soraya suivait ces développements avec attention même si elle ne se sentait pas concernée par leur dimension religieuse 93.

  • 94  Par exemple dans al-Mar’a al Gedîda, n° 10, décembre 2001.

43Devenue une figure de référence, plusieurs hommages lui ont été rendus au cours des dernières années, de la part de l’Union des femmes progressistes, du Tagammu94, du comité de la mémoire des martyrs de la gauche égyptienne ou encore du centre de la Nouvelle Femme.

  • 95  Voir l’hebdomadaire du parti du Tagammu’, al-Ahâlî, juin 2008.
  • 96  Voir l’annonce in al-Ahâlî, 06.08.2008 et le compte rendu dans al-Ahâlî, 27.08.2008.
  • 97  «Thoraîâ adham, monâdila min tarâz khâs», Le Caire, 2008. Son titre «Une militante d’un genre part (...)
  • 98  Permettons-nous de renvoyer à notre interview avec lui, Didier Monciaud, «Commémoration et product (...)
  • 99  Par ailleurs, auteure de l’interview de Soraya Adham dans la série citée Chahâdât wa Ro’a.

44Très affaiblie, elle est décédée en juin 2008 95. Le 16 août de la même année, l’Union des femmes progressistes a organisé une cérémonie de commémoration à sa mémoire 96. Une brochure a été publiée 97 à cette occasion. Plus de soixante-dix personnes, essentiellement des vétérans, assistèrent à cette réunion au siège du Tagammu’en présence d’Helmi Yacine. Signe de son importance, le docteur Rifa’t al-Sa’îd, président de ce parti, ancien dirigeant de HADITU et l’un des principaux historiens de la gauche égyptienne, dirigea la réunion. Plusieurs personnalités de l’UFP prirent la parole comme sa secrétaire adjointe Leila al Châl ou sa secrétaire générale Fathia al-‘Asâl. De même, Zarif ‘Abdallah, ancien compagnon de lutte depuis l’époque de Dâr al-Abhâth al-‘Ilmia, intervint ainsi que plusieurs dirigeants du Tagammu’, son secrétaire général Sayed ‘Abdel ‘Âl, son vice-président Samir Fayyâd, Hânî al-Husseini, ‘Aryân Nâsef, également animateur du comité pour la mémoire des martyrs de la gauche égyptienne 98, de même99 que la journaliste et chercheuse Intisâr Badr, représentante des plus jeunes générations.

Retours sur un engagement : dimensions et tensions

45Nous proposerons dans cette seconde partie quelques pistes de réflexion et d’analyse sur les dimensions de cet engagement dans la gauche égyptienne et en particulier autour de l’action en faveur des droits des femmes afin de mieux comprendre cette riche trajectoire.

Une certaine adhésion au marxisme

  • 100  Charles Tillon, La révolte vient de loin, Paris, UGE 10/18, 1972.
  • 101  Charles Tillon, On chantait rouge, Paris, R. Laffont, 1977, p. 15.

46Sa condition de femme d’un pays dominé et le contexte de l’essor du mouvement national et de l’utopie progressiste de la fin de la Seconde Guerre mondiale occupent une place déterminante. On retrouve chez elle une logique de contestation où « la révolte vient de loin »100. Avec ce sentiment « régnait à fleur de terre une confuse espérance »101. Le militant dispose alors d’une confiance quasi inébranlable. Un tel mélange d’optimisme et d’espérance est décisif dans cette forme de conscience. Cela motive la détermination de Soraya et les sacrifices auxquels elle consentit.

  • 102  Alain Brossat, Le stalinisme entre mémoire et histoire, Paris, Éditions de l’Aube, 1991, p. 88.

47L’adhésion de Soraya Adham au marxisme repose d’abord sur un engagement militant. Sa filiation théorique s’enracine dans un événement ou un ensemble d’événements fondateurs. « C’est ce caractère fondateur qui va conférer, pour les militants, sa légitimité durable à son engagement »102. Une cohérence, une logique et une vision du monde se mettent en place.

  • 103  Annie Kriegel, Les communistes français, Paris, Seuil, 1985, p. 170-171.

48Son adhésion est-elle théorique ou intellectuelle ? Annie Kriegel distinguait trois types d’engagement communiste : politique, idéologique et existentiel. On pourrait considérer qu’il s’agit ici d’une adhésion existentielle. « Le fait de ceux pour qui appartenir au parti communiste constitue un état de nature, qui le sont « de naissance », pas nécessairement parce qu’ils sont nés dans des familles communistes, mais parce que l’option communiste a dérivé tout unanimement chez eux de leurs coordonnées nationales, sociales, professionnelles, culturelles 103.

  • 104  Maxime Rodinson, Marxisme et monde musulman, Paris, Le Seuil, 1973, p. 303.

49Elle représente d’abord un engagement vers l’action. Le marxisme fournit un cadre théorique avec des réponses qui peuvent conduire à des changements sociaux profonds. Il donne accès au progrès scientifique et technique, offrant aux hommes la maîtrise consciente de l’histoire avec d’immenses possibilités matérielles de réalisation effective d’une nouvelle société qui permettra de réaliser l’égalité et l’émancipation. Car cette idéologie apporte des explications à toute question. Elle incarne véritablement une « utopie rédemptrice » du temps présent car, « intensément démocratique comme s’opposant aux anciennes hiérarchies et niant la nécessite et l’existence de nouvelles, encourageant la diffusion de la connaissance qui était jugée en accord naturel avec la doctrine, exaltant la technique et les ressources intellectuelles et morales latentes de tous, niant toutes les facilités, la théorie nouvelle ouvrait grandes les portes de l’avenir »104.

  • 105  Maxime Rodinson, op. cit., p. 249.

50Une vision globale et alternative au monde existant est ainsi offerte. « Elle propose implicitement, mais vigoureusement, une éthique qui donne à chaque adhérent une pleine satisfaction morale de son engagement : le prolétariat doit renverser l’ordre social injuste et condamné par la science, l’homme en général doit, pour des raisons de morale universelle, favoriser ce renversement, l’individu ne sera en paix avec sa conscience que s’il collabore contre le mal »105.

  • 106  Alain Brossat, op. cit., p. 90.

51Le (a) militant(e) réalise l’histoire par son action. « Il vit, contrairement à la grande majorité des hommes, dans le sentiment de la présence de l’histoire, dans la conscience de l’histoire. Du coup, cette immersion de son existence personnelle dans l’histoire, ce sentiment de proximité avec l’histoire, la conviction qu’elle est l’œuvre des hommes et qu’il en est lui-même un acteur chargent sa perception de son cours d’une densité subjective indéracinable »106. Ce type de certitude s’appuie sur l’intime conviction d’être en phase avec le cours de l’histoire. La personne qui milite dispose alors d’une confiance quasi-inébranlable. Un tel mélange d’optimisme et d’espérance est décisif dans cette forme de conscience communiste. Soraya affiche ainsi une posture déterminée et prête à de nombreux sacrifices.

  • 107  Daniel Hémery, «Le communisme national: au Vietnam l’investissement du marxisme dans la pensée nat (...)
  • 108  Daniel Hémery, op. cit., p. 304

52Cette analyse correspond donc assez bien à la forme d’engagement des jeunes éduqués, ici des jeunes femmes, qui s’affirme avec l’essor de l’éducation. Soraya appartient à ce groupe que Daniel Hémery nomme dans le cas du Vietnam, de manière non péjorative, les « petits intellectuels »107. Dans le cadre du système colonial, disposant de capacités intellectuelles et professionnelles, ils revendiquent l’accès à des fonctions et à un statut différents. Cet exemple de militantisme au féminin se situe délibérément en rupture avec l’ordre social existant et opte pour sa contestation 108.

Une forme de communisme national

  • 109  Voir Georges Boudarel, Pierre Brocheux, Daniel Hémery, «L’insertion du communisme dans une réalité (...)

53Comme chez de nombreux communistes égyptiens, ce mode d’emprunt au marxisme s’opère au travers d’une matrice que l’on qualifiera de nationaliste : le nationalisme reste l’élément déterminant dans l’adoption des référents marxistes avec pour objectif premier de mettre en évidence sa dimension sociale émancipatrice. Car le projet nationaliste ne se réduit pas à la seule conquête de l’indépendance, mais il implique une transformation des structures sociales 109. On peut parler du prolongement d’un engagement nationaliste révolutionnaire et d’une « synthèse nationalo-marxiste ».

54Dans sa version marxiste soviétique, il offre avec la dimension anti-impérialiste la théorie du parti d’avant-garde sans oublier les modes d’action et les structures, la possibilité d’engager un nouveau type de combat. En continuité avec la tradition patriotique, il cherche aussi à insérer l’apport marxiste dans la culture nationale.

  • 110  Daniel Hémery, op. cit., p. 301.

55Daniel Hémery a montré comment la production de marxismes spécifiques a fonctionné comme autant de réponses aux crises des sociétés non occidentales. Cette idéologie y est appréhendée comme un système global capable de se substituer aux formes anciennes de pensée et aux projets tant traditionnels que nationalistes conservateurs selon une perspective de changement tant national que social. Elle apparaît alors comme l’aboutissement le plus cohérent et le plus rationnel du credo nationaliste car porteur d’une dimension scientifique. L’étroit lien avec le nationalisme est une donnée incontournable. Le marxisme représente un dépassement-intégration du nationalisme avec le projet avancé de construction d’une société débarrassée de toute présence coloniale, véritable « solution de rechange au nationalisme politique, comme réactualisation-dépassement de la problématique qui est la sienne »110. Il s’agit donc de l’essor d’un marxisme national selon un syncrétisme du nationalisme et du marxisme.

Le stalinisme, matrice fondatrice

  • 111  Hormis peut-être les travaux de Béchir al-Sibâ’î ou de Sherif Younis.
  • 112  À l’exception du minuscule groupe surréaliste Art et Liberté qui promut un marxisme antistalinien. (...)
  • 113  Sur le stalinisme voir Michael Löwy, «Le stalinisme», dans Pascal Ory, Nouvelle histoire des idées (...)

56Les différentes recherches ont fort peu pris en considération la matrice stalinienne du communisme égyptien 111. Or, l’hégémonie stalinienne sur le courant communiste 112 signifia l’importation des références théoriques et d’élaborations stratégiques 113 en provenance de Moscou et de son courant international.

57L’URSS est apparue comme la patrie du socialisme, mais selon une perception étroitement égyptienne. Pour ces patriotes en quête de réforme sociale, l’URSS fait figure d’allié. Cet exemple suprême s’impose comme la référence concrète des possibilités de profondes transformations sociales. Ce pays incarne la construction au quotidien de leur espoir-utopie-projet de société. Cette expérience concrète, crédible et fascinante de transformations rapides signifie développement économique et industrialisation, collectivisation de l’agriculture où l’état est l’agent de la transformation sociale. Elle devient la preuve qu’il est possible d’échapper au colonialisme. L’expérience russe est fondamentalement perçue comme productrice d’une nouvelle société nationale débarrassée des tares de la domination. Chez Soraya Adham comme chez bien d’autres militant(e)s, les réponses s’expriment en termes d’indépendance nationale, de réformes sociales et d’égalité concrète. La société doit se débarrasser de l’exploitation et de la misère pour construire une nouvelle communauté de citoyens libres où les travailleurs et les femmes occuperont une place pleine et entière. Le projet historique proposé paraît bien exaltant à ces militants en quête de changement. On ne trouve nulle mention des dimensions autoritaires de l’expérience soviétique.

  • 114  Maxime Rodinson, op. cit., p. 302.

58La notion de synthèse stalinienne prend son sens : « Tout y était : conception du monde de type moderne, sociologie universaliste ouvrant le même espoir à tous les peuples, explication du phénomène impérialiste, méthode pratique de modernisation et de développement, recettes d’organisations, de stratégies et de tactiques, éthique sacralisant les projets séculiers que la situation rendait pressants et même théorie esthétique. Une philosophie optimiste et militante, apparemment totale, coiffait une science encyclopédique »114. À cela s’ajoute une codification dogmatique des textes des grandes figures du marxisme qui s’appuie sur des conceptions mécaniques de lois objectives.

  • 115  Michael Löwy, op. cit., p. 395.

59Curieusement, la notion de stratégie a été peu utilisée pour étudier les mobilisations politiques égyptiennes. Pour les courants communistes, cela signifie en premier lieu l’adoption de la théorie de la révolution par étapes : « La théorie de la révolution par étapes, selon laquelle, dans les pays dits coloniaux et semi-coloniaux, l’accomplissement d’une révolution démocratique bourgeoise, en alliance avec la bourgeoisie nationale, est une étape historique préalable à toute révolution socialiste future »115. Ces fondements expliquent l’approche qui va amener les communistes à soutenir le régime nassérien, à s’auto-dissoudre et à le rejoindre.

Un engagement entre question des femmes et féminisme 116

  • 116  Sur les femmes et la gauche en Égypte, voir Selma Botman, «Women’s participation in radical egypti (...)

60Avec l’exemple de Soraya Adham, on voit comment des Égyptiennes s’engagent dans l’action politique nationale au sein de la gauche communiste à partir des années 1940. Ces militantes jouent un rôle important non seulement dans la lutte pour les droits des femmes mais plus encore pour l’action patriotique et le combat en faveur de réformes sociales.

61Les rapports entre la gauche et la question femme sont cependant loin d’être simples. D’abord, cet engagement n’a concerné qu’un nombre assez réduit de personnes, quelques centaines sur l’ensemble de la période. Le nombre de militantes ayant exercé des responsabilités importantes est également resté assez modeste. Avec quelques autres figures comme Ingy Aflatoun, Latîfa Al Zayat, So’âd Zohîr, Fatma Zaki ou Zaynab al-‘Askari, Soraya Adham représente un exemple de cadres féminins. Elle devait même être un temps permanente. Rappelons aussi la figure d’Odette Hazan, la redoutable chef de michmich, unique exemple de dirigeante de tout premier plan.

62La défense et la promotion des droits des femmes ont occupé une place importante dans le discours et l’action de la gauche communiste sans jamais être centrale. L’approche des femmes communistes égyptiennes repose sur la primauté d’une approche classiquement classiste comme solution à l’oppression des femmes. Leur engagement s’est révélé être en fait plus en faveur des droits des femmes que véritablement féministe, dans le sens de leur affirmation d’un mouvement autonome. Dans ses différentes sensibilités, la gauche communiste a proposé une articulation question nationale/réforme sociale où la lutte contre la domination coloniale était centrale. L’oppression des femmes se trouva donc subordonnée à la lutte nationale et sociale.

  • 117  Ingy Aflatoun, Nahnû…. Al nisâ’a misryiât, Le Caire, Matba’a al-Sa’âda, 1949. Voir la présentation (...)
  • 118  Figure respectée de ce curieux petit courant, héritier du parti de Mustafa Kâmel et de Mohammad Fa (...)

63La meilleure expression des idées de la gauche se retrouve dans l’ouvrage d’Ingy Aflatoun 117, publié en 1949 avec une introduction d’Abdel Rahmân al-Rafî’î, avocat, historien et militant nationaliste du parti Watani 118. Ce livre réclame l’égalité et les droits civils et politiques de la femme. Dénonçant la situation de la femme dans la famille, devant la loi, en matière de travail ou d’accès à l’enseignement, Ingy Aflatoun insiste sur l’enseignement et l’éducation sans oublier la réforme judiciaire avec l’interdiction de la polygamie, la limitation de la répudiation, l’égalité entre les deux époux, le droit de l’épouse au divorce. Elle insiste aussi sur le droit à entrer dans la vie économique, elle réclame la participation de la femme à la vie sociale et l’obtention des droits politiques y compris pour les analphabètes. Le droit de la femme au travail dans l’islam est rappelé de même que ses droits en matière de divorce.

64S’inscrivant dans la lignée des penseurs critiques Qâsem Amîn et Salâma Moussa, le livre met en avant plusieurs revendications en matière de droits individuels (abrogation de la polygamie, limitation du droit des hommes à la répudiation…), d’extension de l’éducation des femmes, de promotion du droit au travail de la femme et la reconnaissance des droits politiques complets. On note là la tendance à se focaliser sur les droits politiques afin de promouvoir, dans le cadre d’un projet développement, l’accès au travail et de favoriser la conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale. L’analyse de la famille est plutôt contournée, en tout cas limitée à ses aspects les plus contraignants. On sent là la grande difficulté à articuler oppression et exploitation. Sans parler de l’épineuse question de la légitimation religieuse.

  • 119  Voir Geneviève Sîdârôs dans ‘Âsem al-Dessouqî dir., op. cit., vol. 3, 2000.
  • 120  Fatma Zaki dans Hanân Ramadân, op. cit., p. 50.

65La gauche éprouve une forme de méfiance, voire d’hostilité, envers l’expression autonome des femmes malgré une réelle participation des femmes communistes à des structures spécifiques comme la Ligue des jeunes femmes de l’université et des instituts, le comité jeune de l’Union des Femmes Égyptiennes ou les comités femmes de soutien à la résistance populaire. Après l’interdiction de la Ligue des jeunes femmes, la construction d’un mouvement autonome des femmes n’a plus été envisagée 119. Le travail en direction des ouvrières animé, entre autres, par Hekmat al-Ghazâlî et Fatma Zaki, dépend de la section des ouvriers sur Choubra al-Khyma 120.

  • 121  Cité dans Hanân Ramadân, op. cit., p. 45.
  • 122  Voir So’âd Zohîr dans Al mar’a fî al haraka al chuîu’îa al misrîa, op. cit., p. 16.

66Lorsque Fatma Zaki, l’une des principales dirigeantes de gauche à l’université et l’une des premières élues à la tête de l’union estudiantine à la faculté des sciences, lance un bulletin intitulé « heya » (elle), la question des femmes n’y est pas centrale : « C’était seulement son titre »121. Les revendications des femmes y ont une place réelle, mais elles ne sont jamais centrales. L’épisode de la représentation égyptienne au congrès international des femmes démocrates de Paris en novembre 1945 montre l’acuité des enjeux organisationnels. Ingy Aflatoun, issue des rangs d’Iskra, est la principale déléguée. En réaction, Henri Curiel favorise le départ de So’âd Zohîr, militante d’un groupe rival, le Front Socialiste autour de Fathî al-Ramlî. Lors du congrès, le rapport d’Ingy Aflatoun insiste sur l’occupation britannique 122.

  • 123  Voir les exemples de plusieurs militants qui reconnaissent avoir été choqués par les fêtes, la mix (...)

67La lutte contre les conservatismes au quotidien et pour la transformation des comportements individuels (mœurs, mariage, éducation des enfants…) reste extrêmement compliquée. Le refus initial du PCE al-Raya d’accepter des femmes, même s’il ne dure pas, est un autre exemple du poids de ces conservatismes. De même, les réticences de plusieurs communistes devant les libertés prises ou affichées par des militantes témoignent aussi de ces contradictions 123.

  • 124  Soraya Adham, témoignage cité dans ‘Âsem al-Dessouqî dir., op. cit., vol. 7, 2006, p. 66.
  • 125  Voir Hanân Ramadân, op. cit,, p. 49.

68Car il reste bien difficile de lutter contre le conservatisme de la société. Ainsi, Hekmat Ghazali, figure symbolique de l’action en direction des travailleuses de l’industrie, devait même disparaître de la scène militante avec son mariage et les maternités. Latîfa al-Zayât, principale figure féminine de la gauche en 1945-1946, a abandonné la politique en 1951 après son mariage avec Râchad Rochdy 124. Fatma Zaki explique ainsi le positionnement progressiste d’Ingy Aflatoun par le fait que son époux était progressiste 125. Autant d’indications sur les énormes difficultés pour changer les choses au quotidien.

  • 126  Voir Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.
  • 127  Voir Cynthia Nelson, op. cit., chapitre 13.
  • 128  Voir ‘Âsem al-Dessouqî dir., vol. 3, op. cit., 2000.

69La quasi-absence de pensée radicale sur la famille, l’extrême complication de la formulation d’une critique de la légitimation religieuse de l’oppression et le choix d’une démarche qui ressemble souvent à un contournement traduisent l’ampleur des difficultés. La puissante « naturalisation des rapports sociaux »126 justifie les inégalités comme étant des données naturelles autour notamment des figures de la différence et de l’inégalité. L’approche des militantes n’a que peu pris en considération les enjeux du système social qui instaure un rapport de forces au profit des hommes et leur accorde de nombreux privilèges, individuels et collectifs, matériels et symboliques. La priorité des revendications nationalistes s’exprimera clairement lors de l’épisode autour de Doria Chafiq. Les actions de cette féministe furent dénoncées au nom du soutien au régime nassérien dans sa lutte contre l’impérialisme 127. Des décennies après, So’âd Zohîr continue à dénoncer Doria Chafiq, l’accusant de chercher « à réaliser des intérêts personnels et publics »128.

  • 129  Yousri Moustafa, op. cit., 2006, p. 134-135.

70Si l’ approche novatrice de ces femmes s’opposait au conservatisme dominant, il n’y a pas eu de construction d’une véritable alternative. Sans doute le poids et la nature du conservatisme ne l’ont pas permis. Mais la stratégie des communistes n’a pas cherché à favoriser l’affirmation d’une alternative dans le domaine des relations de sexe. Yousri Moustafa parle, avec une sévérité d’autant plus grande qu’elle est rétrospective, d’un « discours sans identité », insistant sur les tensions entre projet de gauche et projet féministe 129.

  • 130  Voir Michèle Riot-Sarcey, «Les femmes et la gauche en France: entre discours émancipateurs et prat (...)

71Mais la gauche égyptienne ne fait pas exception : un peu partout dans le monde, le discours dominant des gauches ne s’est pas montré capable de prendre en charge la lutte des femmes de manière effective 130. Longtemps, la lutte des classes et la lutte anti-coloniale ont été considérées comme les luttes primordiales. La lutte contre l’oppression des femmes est donc considérée comme « secondaire », l’émancipation des femmes devait être réglée dans un tel cadre. On peut parler d’une approche par la hiérarchisation de la lutte contre l’oppression au nom de lutte principale porteuse du projet global. D’où les interférences tendues entre exploitation sociale et oppression patriarcale

  • 131  Friedrich Engels, L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, Paris, Éditions So (...)

72Une telle approche s’explique d’abord grandement par l’influence des analyses inaugurées par Friedrich Engels 131. La place subordonnée des femmes dans la société relève non d’un ordre naturel mais d’une évolution sociale et historique. Influencé par les travaux de Lewis Morgan, l’un des premiers anthropologues, Friedrich Engels se focalise sur la mise en place de l’appropriation privée des richesses dans les sociétés comme base de l’oppression des femmes. La solution repose pour lui dans la remise en cause de la propriété privée des moyens de production et dans la socialisation des tâches domestiques.

  • 132  Voir par exemple Paola Tabet, «Les mains, les outils, les armes», L’Homme, vol. XIX, n° 3-4, 1979, (...)
  • 133  Comme dans des sociétés de chasseurs-cueilleurs ou d’horticulteurs, voir Françoise Héritier, «Le s (...)

73Depuis, de nombreuses recherches ont renouvelé ces approches, notamment des recherches concernant les sociétés matrilinéaires et les sociétés matriarcales 132. En outre, la domination existe aussi dans des sociétés dépourvues de propriété privée, de classes sociales ou d’État 133. F. Engels insiste sur le lien entre la subordination de la femme et sa place marginalisée dans la production. Cependant, l’oppression des femmes a précédé le capitalisme, même si ce dernier la modifie profondément en pénétrant l’ensemble des sphères sociales et des rapports sociaux. Dans les formations sociales dominées, la question se révèle bien plus compliquée du fait de l’acuité de la domination coloniale.

74Les communistes égyptiens ont aussi eu tendance à percevoir le féminisme comme étant d’origine bourgeoise et divisant la lutte nationale et sociale. Ils ne l’ont jamais vraiment considéré comme la lutte des femmes elles-mêmes, c’est-à-dire leur action et leur organisation collective pour revendiquer et imposer par leurs luttes un rapport de force favorable qui oblige à des changements. De même, l’existence d’une oppression spécifique n’a pas été effectivement prise en compte. Il y a eu focalisation sur l’exploitation capitaliste des femmes. Les questions du surtravail, de la répartition des tâches entre hommes et femmes ou du travail domestique n’ont pas été directement abordées.

Conclusion

75L’itinéraire de Soraya Adham est fait de courage et d’abnégation. Soraya  représente un exemple de femme active en politique dans le cadre d’une société dominée. Elle a joué un rôle clé dans plusieurs épisodes de l’histoire de l’Égypte contemporaine : la création de la première organisation féminine progressiste, la Ligue des femmes de l’université et des instituts, les mobilisations anti-coloniales de l’après-guerre, la construction d’un courant communiste dans la société égyptienne, l’animation d’un parti politique de gauche et d’une fédération politique des femmes.

76Sa trajectoire montre la richesse et la diversité des interventions des marxistes égyptiens du « second mouvement », notamment dans les mobilisations anti-coloniales, les luttes sociales, l’action politique en direction des ouvrières ou dans les provinces. Elle illustre aussi l’impact significatif des organisations communistes dans la politique égyptienne, et cela à plusieurs reprises.

77Ses expériences militantes montrent aussi que l’action en faveur des droits des femmes s’est développée selon une approche insistant sur l’obtention de droits politiques et sociaux. Une telle matrice politique n’a pas conçu la possibilité de luttes collectives des femmes visant à ouvrir de nouveaux espaces de libertés pour l’ensemble des femmes. Sans parler des difficultés à aborder la question de la sphère de la vie privée, domaine extrêmement sensible qui concerne les pratiques individuelles en société.

78Malgré ces remarques, la figure de Soraya Adham montre comment, même dans des sociétés très conservatrices, de nouvelles voix peuvent s’élever et refuser l’ordre établi et l’organisation de la société et proposent des perspectives alternatives et émancipatrices pour l’ensemble des opprimés.

Haut de page

Notes

1  Sur l’histoire de la gauche égyptienne, voir Selma Botman, Oppositional politics in Egypt: the communist movement 1936-1954, Thèse de doctorat, Université Harvard 1984; Joel Beinin et Lockman, Zachary, Workers on the Nile: nationalism, communism, Islam and the egyptian working class 1882-1952, Princeton, Princeton University Press, 1987; Selma Botman, The rise of communism 1939-1970, New York, Syracuse University Press, 1988; Tariq Ismael et Rifa’t Al-Sa’id, The communist movement in Egypt 1920-1988, New York, Syracuse University Press, 1990. En arabe, on renverra aux nombreux travaux de Rifa’t al-Sa’îd.

2  Voir son témoignage autobiographique dans ‘Âsem al-Dessouqî dir., Chahâdât wa ro’a, vol. 7, Le Caire, Markaz al Buhûth al ‘arabya, 2006, p. 45-72.

3  Nous avons fait sa connaissance dans les années 1990, lui avons rendu visite à plusieurs reprises à son domicile et l’avons croisée chez des connaissances communes et lors de réunions ou débats publics. Nous avons aussi eu des discussions sur l’histoire de la gauche égyptienne avec elle et son époux, Helmi Yacine, lui aussi figure de la gauche depuis les années 1940, à leur domicile.

4  Sur l’histoire des femmes et le féminisme égyptien, voir les très intéressants travaux du centre féministe al-Mar’a al Gedîda (la Nouvelle femme), «Safâhât min nidâl al mar’a al misrîa», Tîba, n° 0, mars 2002, p. 12-67 ou une version réduite, Nidâlât al mar’a al misrîa ‘achia intilâq hadîth al taghîr: ma’it âm min al irtibât bil-qadya al watania «al malâmeh wa al hisâd», Al-Bôsla, n° 4, juillet 2007, p. 34-41. Voir aussi Akram Khater et Cynthia Nelson, «Al haraka al nissa’iyya: the women’s movement and political participation in modern Egypt», Women’s Studies International Forum, vol. 2, n° 5, 1988, p. 465-483; Margot Badran, Feminists, islam and nation: gender and the making of modern Egypt, Le Caire, American University Press, 1996; Nadje Al-Ali, Secularism, gender and the state in the middle east. The egyptian women’s movement, Cambridge, Cambridge Universitry Press, 2000. En arabe, on mentionnera Amal al-Sobky, Al-haraka al nisa’i fî misr, Le Caire, Al-hay’at al-âma lil-kitâb, 1987.

5  Cela n’est pas indiqué dans le court profil biographique que lui consacre Selma Botman dans sa thèse, Selma Botman, op. cit., 1984, p. 499.

6  Rifa’t al-Sa’îd, «Layla fahmy fî ‘ich al-dabâbîr» dans Thoraîâ adham, monâdila min tarâz khâs, Le Caire, Hezb al Tagammu’et Ittihâd al nisâ’al taqadumi, 2008.

7  Voir Rifa’t al-Sa’îd, Tarîkh al yasâr al misri, vol. 2, op. cit.

8  Voir les ouvrages cités de Rifa’t al-Sa’îd, Selma Botman, Rifa’t al-Sa’îd et Tariq Isma’il.

9  Entretien avec Soraya Adham, Le Caire, été 2005 et Selma Botman, op. cit., 1987, p. 21.

10  Cité dans ‘Âdel Amîn, Mohâkama al chuyu’îîn al masryîn. Qadaya sana 1946. Hamla ismâ’îl sidqî did al-‘anâser al watania wa al dimoqratia, vol 1, Le Caire, s.e., 1996, p. 24.

11  Future figure de la scène intellectuelle et écrivaine égyptienne.

12  Devenue une célèbre artiste peintre.

13  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 1, 1996, p. 24.

14  Âsem al-Dessouqî dir., op. cit., vol. 7, 2006, p. 56.

15  Voir le document judiciaire lors de son interdiction dans ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 1, 1996, p. 24-25.

16  Ahdâfunâ, brochure de la Ligue des jeunes femmes de l’université et des instituts, Le Caire, 1945, citée dans Selma Botman, op. cit., 1984, p. 83.

17  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 1, 1996, p. 24.

18  Voir les mémoires d’Ingy Aflatoun, Moudhâkirât ingy aflatoun, Koweit, Dâr So’ad al-Sabbâh, 1993, p. 52-61.

19  ‘Âsem al-Dessouqî dir., op. cit., vol. 7, 2006, p. 56.

20  Voir son témoignage dans Hanân Ramadân dir., Al Mar’a fî al haraka al chuyu’ya al misrya hatta ‘âm 1965, Le Caire, Dâr al-Amîn, 2002.

21  S. Botman, op. cit., 1984, p. 85.

22  Ces propos sont cités dans S. Botman, op. cit., 1984, p. 85.

23  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 215.

24  Principale force politique nationaliste du pays depuis le soulèvement de 1919-1923 connue en Égypte comme «la révolution de 1919».

25  Voir Ahmed ‘Abdallah, The student movement and national politics in Egypt, Londres, Saqi Books, 1985.

26  Voir Ingy Aflatoun, op. cit., p. 68 et après.

27  Voir son témoignage dans ‘Âsem al-Dessouqî dir., op. cit., vol. 7, 2006, p. 225-244.

28  Voir ses Mémoires traduites en français, Latifa Zayyat, Perquisition!, Paris, Sindbad, 1996.

29  Voir ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 1, 1996 et Rifa’t al-Sa’îd, op. cit., vol 2.

30  Voir le document de l’enquête judiciaire dans Rifa’t al-Sa’îd, Hakadha takallamu al chuîûîûn, Le Caire, Matab’a al Amal, 1989, p. 290-95.

31  Voir Maria F. Curtis, «Soraya Adham», Middle East and North Africa Encyclopedia sur le site internet www.answers.com. Cet incident est loin d’être isolé.

32  Témoignage cité dans Selma Botman, op. cit., 1987, p. 23.

33  Voir les études citées de Selma Botman; Joel Beinin et Zachary Lockman; Rifa’al-Sa’îd.

34  Témoignage cité dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir), op. cit., vol. 7, 2006, p. 57.

35  Voir le témoignage de Fatma Zaki dans ‘Âsem al-Dessouqî dir., op. cit., vol. 7, 2006, p. 228.

36  Voir la reproduction du document daté de 1946 de la Ligue des Ouvrières dans Taha Sa’d ‘Uthmân, «Min târîkh al haraka al nisâ’ia», Al Mar’a al Gedîda, n° 4, février 1990, p. 16-20 et des photos de manifestations de travailleuses à l’époque dans Taha Sa’d ‘Uthmân, Modhâkirât wa wathâ’iq min târîkh ‘ummâl misr, vol. 1, Le Caire, s.e., 1983.

37  Voir Nancy Gallagher, Egypt’s other wars: epidemics and the politics of public health, Syracuse, Syracuse University Press, 1990.

38  Sur ce journal voir Rifa’t al-Sa’îd, Al-Sahâfa al yasârîa fî misr 1925‑1948, dans vol. 2, op. cit., p.184-234; Selma Botman, op. cit., 1984, p. 553‑554.

39  Voir le témoignage de Sa’d Rahmî in Rifa’t al-Sa’îd, Hakadha takallamu al chuîûîûn, Le Caire, Matab’a al Amal, 1989, p. 307.

40  Voir Rifa’t al-Sa’îd, op. cit., 1989, p. 303

41  Voir son témoignage dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir), Chahâdât wa ro’a vol. 3, Le Caire, Markaz al Buhûth al ‘arabya, 2000, p. 260-267.

42  Nabil Al Hilâli cité in Rifa’t al-Sa’îd, op. cit., 1989, p. 315.

43  Voir Selma Botman, op. cit., 1984, p. 289 et suivantes; Rifa’t al-Sa’îd, op. cit., 1989.

44  Toujours aussi nuancé, Mustafa Tîba la qualifie même de «quasi fasciste» dans ‘Abdel ‘Azîm Ramadân, ‘Abdel Nasser wa azmat mâris 1954, Le Caire, Rose al Youssef, 1976, p. 271.

45  Témoignage cité dans ‘Âsem al-Dessouqî dir., op. cit., vol. 7, p. 62.

46  Fatma Zaki citée dans Rifa’t al-Sa’îd, op. cit., 1989, p. 312.

47  Fatma Zaki citée, idem, p. 311.

48  Voir les témoignages de Sa’d Rahmî, Ahmed Nabîl al Hilâli, Mohammad Sid Ahmed, Fatma Zaki, Geneviève Sidârôs.

49  Témoignage de Geneviève Sîdârôs dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir), op. cit., vol. 3, 2000, p. 14.

50  Par exemple, So’âd al Tawîl se voit interdire de communiquer avec l’un de ses frères qui appartient à un autre groupe, voir son témoignage dans Sanâwât fî sufûf al-yasâr. Saba’chahâdât ta’akharat, Le Caire, Al-‘Arabî lil nachr, 2003, p. 14.

51  Âdel Amîn, Mohâkama al chuyu’îîn al masryîn. Vol 2. Qadâîâ mâ qabl 23 iûlîh sana 1952, Le Caire, s.e., 1998, p. 39-74.

52  Exemple du n° 21, mars 1950 dans ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 2, p. 143-144.

53  Âdel Amîn, op. cit., vol. 2, 1998, p. 149.

54  Selma Botman, op. cit., 1987, p. 19.

55  Selma Botman, op. cit., 1987, p. 19-20.

56  Cité dans ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 215.

57  Cité dans ‘Âsem al-Dessouqî (dir), op. cit., vol. 7, 2006, p. 62.

58  Fatma Zaki citée dans Rifa’t al-Sa’îd, op. cit., 1989, p. 311.

59  Sur l’histoire de cette entreprise voir Robert L. Tignor, «In the grip of politics: the Ford motor company of Egypt 1945-1960», Middle East Journal, vol. 44, n° 3, 1990, p. 383-398.

60  Rifa’t al-Sa’îd, «Layla fahmy fî ‘ich al-dabâbîr» in Thoraîâ adham, monâdila min tarâz khâs, Le Caire, Hezb al Tagammu’et Ittihâd al nisâ’al taqadumi, 2008.

61  Idem.

62  Voir l’exemple de l’enquête policière contre Mary et Ibrahim Marc Cohen fin 1951 dans ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 2, 1998, p. 127-57.

63  Selma Botman, op. cit., 1984, p. 90.

64  Cynthia Nelson, Doria Shafik egyptian feminist, a woman apart, Le Caire, American University dans Cairo Press, 1996, p. 176.

65  Voir Sayed ‘Achmaoui,, « Al-moqawma al-cha’biya», dans Ra’ouf ‘Abbâs Hâmed dir., Harb suez ba’d arba’în ‘âman, Le Caire, Markaz dirâsât al siyasisa wa al-istrategiya Al-Ahrâm, 1997, p. 347-380.

66  Voir un exemple de brochure éditée par la section du comité populaire de l’école Abu al Farag, Al Moqawma al cha’bia tabana misr al ghad, Le Caire, Al-Mo’asassa al qawmia lil nachr wa al tawzî’, 1956.

67  Groupe formé en 1949 par des étudiants de retour de France comme Fou’ad Morsy ou Isma’il Sabri ‘Abdallah avec des scissionnistes de HADITU comme Sa’d Zahran, Mustafa Tiba, Da’oud ‘Azîz…

68  Discussion avec Soraya Adham, Le Caire, été 2006; témoignage Soraya Adham dans ‘Âsem al-Dessouqî dir., op. cit., vol. 7, 2006, p. 64. Voir aussi l’évocation de discussions par So’âd al-Tawîl dans Sanâwât fî sufûf al-yasâr. Saba’chahâdât ta’akharat, op. cit., p. 20. Elle évoque leurs débats conduisant à cette décision au domicile de Mahmoud al-Mistikâwî avec Ahmed Nabîl Al-Hilâlî, Boulos Lotfallah, Mourad al-Mistikâwî et Sa’d al-Tawîl. Elle situe cela en 1956.

69  Hormis deux minuscules groupes.

70  Discussion avec Soraya Adham, Le Caire, été 2006.

71  Autre organisation marxiste fondée en 1946 et qui remonte aux années 1930 autour d’un cercle composé par Sâdeq Sa’d, Raymond Doueik, Youssef Darwiche, rejoint pendant la guerre par de jeunes éduqués (Ahmed Ruchdî Sâleh, Helmî Yacine, Abou Seif Youssef, Adîb Dimitri,…) et des syndicalistes (Youssef al-Medarek, Mahmoud al-‘Askari, Taha Sa’d ‘Uthmân…).

72  Sur sa trajectoire voir Selma Botman, op. cit., 1984, p. 526; les entretiens dans Rifa’t al-Sa’îd, op. cit., 1989; son témoignage dans ‘Âsem al-Dessouqî dir., Chahâdât wa ro’a, vol. 3, Le Caire, Markaz al Buhûth al ‘arabya, 2000, p. 27-56.

73  Voir ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 216.

74  Fakhri Labîb, «Lamahât min hayat al monâdila thoraîâ adham», dans Thoraîâ adham, monâdila min tarâz khâs, op. cit.

75  Voir ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 250.

76  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 175.

77  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 183.

78  Voir Ramsîs Labîb dir., Masryîat fî al sugûn wa al mo’ataqalât. Al mar’a al masrîa wa al yasâr, Le Caire, Lagna Ihya dhikri shuhâdâ’wa monâdilî al yasâr al masrî, 2003.

79  Soraya Châker, «Khawâter ‘ann fath mo’taqal lil nisâ’fî sana 1959», dans Ramsîs Labîb dir., Masryîat fî al sugûn wa al mo’ataqalât. Al mar’a al masrîa wa al yasâr, Le Caire, Lagna Ihya dhikri shuhâdâ’wa monâdilî al yasâr al masrî, 2003, p. 11-19

80  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 215.

81  Idem.

82  Idem.

83  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 216-17.

84  Fakhri Labîb, «Lamahât min hayat al monâdila thoraîâ adham», dans Thoraîâ adham, monâdila min tarâz khâs, op. cit., 2008.

85  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 217.

86  Idem.

87  Le nom du parti unique à ce moment.

88  ‘Âdel Amîn, op. cit., vol. 7, 2000, p. 218.

89  Fakhri Labîb, «Lamahât min hayat al monâdila thoraîâ adham», dans Thoraîâ adham, monâdila min tarâz khâs, op. cit., 2008.

90  Sujet sensible, une partie des principaux dirigeants ayant déjà rejoint le régime avant même la tenue des conférences devant prendre la décision de la dissolution, sans parler de pressions exercées par certains cadres pour faire passer une telle option.

91  Sur ce parti voir Imân Mohammad Hassan, Al-tagammu’, Le Caire, Kitâb al-Ahâlî, 1995; Basel Ramsès, «Le Tagammu’et les élections ou la conception du parlementarisme chez un parti de gauche» dans Sandrine Gamblin dir., Contours et détours du politique en Égypte, les élections législatives de 1995, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 165-195; Imân Mohammad Hassan, Hizb al-tagammu’, Le Caire, Markaz Dirâsât al siyâsia wa al istratigia al Ahram, 2005.

92  Il n’existe pas de chiffres exacts. Selon certaines sources, ils seraient quelques milliers en Égypte.

93  Discussion avec Soraya Adham, Le Caire, été 2006.

94  Par exemple dans al-Mar’a al Gedîda, n° 10, décembre 2001.

95  Voir l’hebdomadaire du parti du Tagammu’, al-Ahâlî, juin 2008.

96  Voir l’annonce in al-Ahâlî, 06.08.2008 et le compte rendu dans al-Ahâlî, 27.08.2008.

97  «Thoraîâ adham, monâdila min tarâz khâs», Le Caire, 2008. Son titre «Une militante d’un genre particulier» fait écho à la version arabe du livre de Gilles Perrault consacré à Henri Curiel publié sous ce titre en arabe.

98  Permettons-nous de renvoyer à notre interview avec lui, Didier Monciaud, «Commémoration et production d’un héritage de la gauche égyptienne: entretien avec le coordinateur du Comité de commémoration des martyrs et des militants de la gauche égyptienne (lagna ihyâ’dhikra shuhada wa monadilî al yasâr al masrî)», entretien», Cahiers d’Histoire. Revue d’histoire critique, n° 93, octobre-décembre 2004, p. 137-144.

99  Par ailleurs, auteure de l’interview de Soraya Adham dans la série citée Chahâdât wa Ro’a.

100  Charles Tillon, La révolte vient de loin, Paris, UGE 10/18, 1972.

101  Charles Tillon, On chantait rouge, Paris, R. Laffont, 1977, p. 15.

102  Alain Brossat, Le stalinisme entre mémoire et histoire, Paris, Éditions de l’Aube, 1991, p. 88.

103  Annie Kriegel, Les communistes français, Paris, Seuil, 1985, p. 170-171.

104  Maxime Rodinson, Marxisme et monde musulman, Paris, Le Seuil, 1973, p. 303.

105  Maxime Rodinson, op. cit., p. 249.

106  Alain Brossat, op. cit., p. 90.

107  Daniel Hémery, «Le communisme national: au Vietnam l’investissement du marxisme dans la pensée nationaliste», dans René Gallissot éd., Les aventures du marxisme, Paris, Syros, 1984, p. 306.

108  Daniel Hémery, op. cit., p. 304

109  Voir Georges Boudarel, Pierre Brocheux, Daniel Hémery, «L’insertion du communisme dans une réalité nationale, la convergence vietnamienne», dans Catherine Coquery-Vidrovitch éd., Connaissance du Tiers-Monde, Paris, UGE, 1977, p. 254.

110  Daniel Hémery, op. cit., p. 301.

111  Hormis peut-être les travaux de Béchir al-Sibâ’î ou de Sherif Younis.

112  À l’exception du minuscule groupe surréaliste Art et Liberté qui promut un marxisme antistalinien. Voir Béchir al-Siba’i, Miraya al mouthaqafin, Alexandrie, Dâr al-Nîl, 1986.

113  Sur le stalinisme voir Michael Löwy, «Le stalinisme», dans Pascal Ory, Nouvelle histoire des idées politiques, Paris, Hachette, 1987, p. 392-400.

114  Maxime Rodinson, op. cit., p. 302.

115  Michael Löwy, op. cit., p. 395.

116  Sur les femmes et la gauche en Égypte, voir Selma Botman, «Women’s participation in radical egyptian politics 1939-52», Khamsin, n° 6, 1987, p. 12-25; Giuseppe Contu, «Le donne comuniste e il movimento democratico femminile in egipto fino al 1965», Oriente Moderno, mai-juin 1975, p. 237-247; Yousri Mustafa, «Al-haraka al chou’you’ia al-misrîa wa qadâîâ al mar’a», Tiba’, n° 4, mars 2004, p. 22-36 ; Yousri Mustafa, «Al-yasâr al-misrî wa qadâîâ al nisâ. Khitâb bilâ howiya», Tiba’, n° 6, juin 2006, p. 117-125 ; la brochure Ramsîs Labîb dir., Al-Mar’a al misrya wa al-yasâr, Le Caire, Lagna Ihya dhikri shuhâdâ’wa monâdilî al yasâr al masrî, s.d.; et l’atelier du comité des archives du mouvement communiste égyptien: Hanân Ramadân dir., Al Mar’a fî al haraka al chuyu’ya al misrya hatta ‘âm 1965, Le Caire, Dâr al-Amîn, 2002.

117  Ingy Aflatoun, Nahnû…. Al nisâ’a misryiât, Le Caire, Matba’a al-Sa’âda, 1949. Voir la présentation de ‘Ayda Seif El-Dawla, al-Mar’a al-Gedîda, n° 3, juin 1988.

118  Figure respectée de ce curieux petit courant, héritier du parti de Mustafa Kâmel et de Mohammad Farîd, radical en discours, mais étant dans les faits à la périphérie des partis de la minorité proche du Palais et proche de la mouvance nationaliste islamiste.

119  Voir Geneviève Sîdârôs dans ‘Âsem al-Dessouqî dir., op. cit., vol. 3, 2000.

120  Fatma Zaki dans Hanân Ramadân, op. cit., p. 50.

121  Cité dans Hanân Ramadân, op. cit., p. 45.

122  Voir So’âd Zohîr dans Al mar’a fî al haraka al chuîu’îa al misrîa, op. cit., p. 16.

123  Voir les exemples de plusieurs militants qui reconnaissent avoir été choqués par les fêtes, la mixité.

124  Soraya Adham, témoignage cité dans ‘Âsem al-Dessouqî dir., op. cit., vol. 7, 2006, p. 66.

125  Voir Hanân Ramadân, op. cit,, p. 49.

126  Voir Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

127  Voir Cynthia Nelson, op. cit., chapitre 13.

128  Voir ‘Âsem al-Dessouqî dir., vol. 3, op. cit., 2000.

129  Yousri Moustafa, op. cit., 2006, p. 134-135.

130  Voir Michèle Riot-Sarcey, «Les femmes et la gauche en France: entre discours émancipateurs et pratiques de domination», dans Jean-Jacques Becker et Gilles Candar dir., Histoire des gauches en France, Paris, La Découverte, p. 362-378, ou Brigitte Studer, «La femme nouvelle», dans Le Siècle des communismes, Paris, L’Atelier, 2000, p. 377-387.

131  Friedrich Engels, L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, Paris, Éditions Sociales, 1974. Pour une lecture critique, voir Josette Trat, «Engels et l’émancipation des femmes», dans G. Labica et M. Delbraccio dir., Engels, savant et révolutionnaire, Paris, PUF, 1997, p. 175‑192.

132  Voir par exemple Paola Tabet, «Les mains, les outils, les armes», L’Homme, vol. XIX, n° 3-4, 1979, p. 5-61; Alain Testart, «Sur les fondements de la division sexuelle du travail chez les chasseurs-cueilleurs», La Recherche, n° 181, octobre 1986, p. 1195-1201; Nicole-Claude Mathieu, «Origines ou mécanismes de l’oppression des femmes», Histoire et Sociétés Contemporaines, n° 16, 1994.

133  Comme dans des sociétés de chasseurs-cueilleurs ou d’horticulteurs, voir Françoise Héritier, «Le sang du guerrier et le sang des femmes», dans Françoise Héritier dir., Masculin/féminin: la pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996, p. 205-235; Maurice Godelier, La production des grands hommes, Paris, Fayard, 1982; Nicole-Claude Mathieu, «Quand céder n’est pas consentir», dans L’anatomie politique, Paris, Éditions Côté-femmes, 1991, p. 131-225.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Monciaud, « Une trajectoire féminine dans la gauche égyptienne : dimensions et enjeux des engagements de Soraya Adham (1926—2008) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 105-106 | 2008, 235-258.

Référence électronique

Didier Monciaud, « Une trajectoire féminine dans la gauche égyptienne : dimensions et enjeux des engagements de Soraya Adham (1926—2008) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 105-106 | 2008, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/550

Haut de page

Auteur

Didier Monciaud

Cahiers d’Histoire-Revue d’histoire critique et GREMAMO (Paris VII)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page