Navigation – Plan du site
LIVRES LUS

Roy Wagner, L’invention de la culture

Paris, Zones sensibles, 2014, 224 p.
Jérôme Lamy
Référence(s) :

Roy Wagner, L’invention de la culture, Paris, Zones sensibles, 2014, 224 p.

Texte intégral

1La publication en français du maître ouvrage de Roy Wagner, L’invention de la culture, constitue un événement éditorial d’importance. Centré sur les questions propres à l’anthropologie, le livre est d’un intérêt capital pour l’ensemble des sciences humaines et sociales, et pour l’histoire en particulier. La construction progressive de la problématique et le déploiement patient d’un argumentaire serré donnent à l’ouvrage une structure impressionnante. Wagner pose la double question de l’invention et de la culture. L’articulation de ces deux mots ne va pas de soi et il faut décaper les mésusages attachés à chacun des termes pour construire une critique efficace du relativisme culturel.

2Dans le premier chapitre, Roy Wagner interroge « la culture comme présupposé » (p. 19). Il distingue deux sens distincts du mot culture. Dans une acception large, culture désigne à la fois les pratiques humaines en général et des manières de faire spécifiques à des groupes restreints. L’anthropologue ne peut absolument pas échapper à sa propre culture lorsqu’il côtoie une culture qui lui est étrangère. Le chercheur en vient à connaître les pratiques et les conceptions qui ne sont pas les siennes à partir de ses propres soubassements culturels. Les incompréhensions, les malaises, les problèmes de communication sont en fait autant de points de passage entre deux cultures. Et l’anthropologue ne fait qu’inventer (littéralement) la culture qu’il découvre. Il l’invente au sens où il crée des liens singuliers entre ses propres manières de faire et de penser (lestées de toute une culture acquise et sédimentée) et celles qu’il explore. Il s’agit de « rendre visible » les phénomènes culturels (p. 23). Les réactions des populations étudiées (les défenses qu’elles mettent en place) sont en fait un moyen d’entrer en contact avec les éléments culturels à étudier. Dans un mouvement de renversement réflexif, l’anthropologue comprend également (et donc invente) sa propre culture au fur et à mesure qu’il s’immerge dans une autre culture. « Ce que le chercheur invente, sur le terrain, c’est sa propre compréhension » (p. 32). S’appuyant sur l’exemple de la peinture de Brueghel l’ancien, Wagner montre que son travail allégorique sur les paysans est réflexif et qu’il inclut une interprétation « dans le processus d’interprétation » (p. 37).

3Le terrain anthropologique est d’abord un travail, c’est-à-dire une activité réglée, répétitive et encadrée. Wagner rapporte son expérience chez les Daribis de Nouvelle-Guinée, qui s’interrogeaient sur ce labeur quotidien et sur cet intérêt pour leurs propres manières de vivre. La relation se noue vraiment entre les acteurs, lorsque les Daribis parviennent à placer l’anthropologue dans leur référentiel de valeurs (notamment le fait qu’il soit célibataire). Ceci permet de questionner le référentiel occidental dont Wagner est porteur : la distinction entre une productivité laborieuse prégnante et une vie privée plus périphérique est peu opératoire pour repérer la « productivité » des mythes daribis ou des activités cérémonielles. L’écart entre ce que l’anthropologue imagine être une culture et ce que font les autochtones n’est pas improductif. Il ouvre au contraire le « concept de “culture” à des possibilités supérieures et à un degré plus élevé de généralisation » (p. 51). La muséification de certaines pratiques participe d’une réification de ce que les chercheurs désignent par le terme de culture, mais qui s’avèrent être, bien souvent, une sorte de recréation circonstancielle. Wagner suggère très justement qu’en saturant le réel observé de nos propres conceptions culturelles, nous avons érigé au rang de structure des activités très disparates et très hétérogènes. Mais l’inverse est vrai aussi : le culte du cargo témoigne des projections sociales de certaines populations sur les pratiques occidentales.

4La question de l’ « invention » d’une culture s’articule à celle de la définition d’un contexte. Ce dernier est bien « à la fois une composante de l’expérience et quelque chose que notre expérience construit » (p. 66). La convention vient à la fois donner un certain ordre du monde ; elle dit comment doivent s’organiser les choses. Mais dans le même temps, elle découpe dans l’épaisseur du réel des « environnements contextuels » (p. 73). C’est au niveau de la symbolisation que deux grandes attitudes émergent : la « symbolisation conventionnelle » procède par une rationalisation d’éléments contextuels hétérogènes ; la « symbolisation différenciante », au contraire, va caractériser et typifier des conventions en créant des frontières (p. 74). La capacité de la conscience à « masquer » la symbolisation sous-jacente (que nous effectuons pourtant en permanence) conduit à naturaliser toutes nos pratiques. Nous prenons pour des conduites guidées par nos propres choix ou par nos propres motivations ce qui résulte en fait d’une régulation des symboliques mobilisées. Le maillage de l’individuel et du collectif opère à travers un processus décrit d’une manière assez semblable au couple champ-habitus chez Pierre Bourdieu : l’invention fait fond sur des dispositifs conventionnels structurés et ces derniers offrent des prises aux surgissements. Lorsqu’un « contexte régulateur » est révélé, les acteurs se trouvent face à une situation de « démasquage » (p. 90) et ils ont l’impression d’un « trucage ». L’exemple de la publicité en Amérique est symptomatique de ce retissage permanent de la culture. La publicité projette des conventions qu’elle associe à des objets. Les posséder serait accéder à ces conventions. En somme, dans le fait culturel publicitaire se loge une série de représentations qui vont conditionner leur réappropriation et leurs réinventions, dans un espace mental conventionnel.

5Roy Wagner s’attaque à l’une des dimensions culturelles les moins évidentes (car les plus incorporées à nos manières de faire) : le temps. Il montre que l’ensemble des découpages (années, mois, semaines, jours de repos, cycles historiques) relève du même processus de mise en convention (et donc d’invention culturelle). Il en va de même pour la science et la technique qui sont posées a priori dans l’ordre naturel, pour être ensuite (re)découvertes sous l’empire de conventions sophistiquées.

6Le « soi », ce for intérieur que l’on peine à saisir, n’échappe pas à la dialectique invention/convention. Toutes les disruptions mentales, toutes les catégories de classement ne sont que des découpages culturels ressaisis ex post. Mais ce travail autour de l’invention et de la convention suppose, pour la personnalité, une capacité à saisir le jeu du conventionnel et de l’inventif, à se mettre à distance du jeu (sérieux) des représentations que l’on donne de soi.

7Les différences entre les appréhensions occidentales et appréhensions tribales, religieuses et paysannes résident dans la désignation du conventionnel et du personnel. Chez les Occidentaux, le savoir (appuyé sur un mode d’organisation logique) est un moyen de gérer le flux chaotique des événements ; ailleurs c’est une « application » qui vient s’appuyer sur une « organisation pratique » (p. 130). Le « ça » freudien et occidental est différent de l’âme tribale en ce que le premier se veut une sorte de précipitation du moi à l’aune d’un jeu conventionnel, alors que la deuxième est le surgissement du conventionnel. Roy Wagner prend l’exemple de la honte comme moyen d’apprentissage à la fois du conventionnel et du forçage de ses limites. Le dépassement des cadres réglés du personnel et du conventionnel ne s’opère que pour mieux rappeler les équilibres en place. Et les religieux occidentaux ou les shamans des populations tribales ont ici, à l’égard du doublet inné/culture le même rôle de franchissement : ils doivent « apprendre à inverser l’action conventionnelle, à transférer aux exigences de sa puissance le sérieux dont bénéficient ordinairement la convention et la morale, sans pour autant donner l’impression de le faire » (p. 146).

8Pour comprendre comment « s’invente » la société, Roy Wagner prend l’exemple du langage qui ne cesse d’être composé par un rapport tensoriel entre des éléments conventionnels (la grammaire, le vocabulaire…) et des inventions expressives. Le langage, quoique marqué du sceau de la conventionnalité (sinon nous ne nous comprendrions pas) est aussi un régime d’invention permanente (p. 156). Cette logique est à l’œuvre dans l’invention continuée et continue de la société. Ainsi les cérémonies sont des rappels des conventions, capables de créer de l’individuation (que l’on songe aux rites initiatiques) et, dans le même temps, les différentiations individuelles vont organiser des référentiels collectifs. Roy Wagner souligne, à ce point précis de son raisonnement, une perspective fondamentale pour la saisie historique de ces mises en tension perpétuelle : « une société qui entreprend de médiatiser le changement dialectique en articulant des contextes conventionnalisés se condamne à percevoir et à chercher à résoudre des problèmes sociaux en termes non sociaux » (p. 175). L’anthropologue conduit, à l’aune de cette assertion, une analyse des transformations de la société féodale en termes de classes faisant jouer leurs propres particularités dans une tentative de médiation non linéaire : des crises viennent tenter de résoudre les contradictions latentes et c’est finalement la bourgeoisie qui a imposé son mode de médiation entre les fragmentations sociales à l’œuvre.

9Et Roy Wagner de tirer les conséquences politiques de ses propositions pour la discipline anthropologique. Focalisée sur le doublet nature/culture, cette dernière n’aurait eu de cesse de reconduire, dans les explications qu’elle propose des mondes explorés, des modalités conventionnelles. En « inventant » systématiquement une nature sur laquelle sont projetés des éléments régulateurs, les anthropologues ratent, selon Roy Wagner, ce qui fait l’essentiel du processus de socialisation humaine, l’articulation permanente des conventions et de l’invention.

10Ouvrage théorique puissant, parfois difficile d’accès, mais soucieux de restituer les linéaments les plus fins d’une pensée en mouvement, L’invention de la culture, quarante ans après sa publication initiale, n’a rien perdu de son acuité. Roy Wagner a le mérite de proposer un dépassement des apories traditionnelles de l’analyse avec lesquelles les sciences sociales n’ont pas cessé de se débattre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Roy Wagner, L’invention de la culture », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [En ligne], 134 | 2017, mis en ligne le 26 mai 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/5826

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page