Skip to navigation – Site map
DOSSIER

De 1937 à 2017, les enjeux politiques de la culture

Autour de l'Exposition internationale de 1937
Pascal Guillot
p. 13-19

Full text

  • 1 Pascal Ory, « Introduction », dans Isabelle Chalet-Bailhache et Sylvie Clavel (dir.), Paris et ses (...)

1Alors que les médias se focalisent exclusivement sur la candidature de Paris aux Jeux olympiques de 2024, la France est en passe de pouvoir de nouveau accueillir une exposition internationale sur son territoire l’année suivante. Depuis 1937, la France a renoncé à cette ambition culturelle universelle. À deux reprises, des velléités venues de la gauche de l’échiquier politique ont été balayées d’un revers de main par la droite parlementaire. Pour 1989, à l’occasion du bicentenaire de la Révolution française, le président de la République François Mitterrand avait eu l’audace de souhaiter organiser à Paris une exposition universelle. Jacques Chirac, maire de Paris depuis 1977, a finalement refusé le projet en 1983 au nom de la maîtrise des dépenses publiques. En 2004, une exposition internationale devait se tenir sur un territoire à l’image souvent malmenée, la Seine-Saint-Denis. Le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin remit en cause ce projet déjà bien avancé en invoquant le même motif. Alors que des pays émergents organisaient leur exposition, comme la Chine à Shanghai en 2010, ou que certains de nos voisins, en situation économique bien plus fragile, organisaient la leur, comme Séville en 1992 ou Milan en 2015, la France renonçait à ce qui avait profondément marqué son histoire. Pourtant, Paris est la « capitale » des expositions universelles, « en ce sens qu’elle est la seule ville au monde qui en a accueilli autant, pas moins de six [entre 1855 et 1937] », écrit Pascal Ory1. Ce manque d’ambition traduit bien la dérive libérale en œuvre dans notre pays depuis les années 1980 et l’absence de considération pour la culture de la part d’une grande partie du personnel politique français.

2Certes, les expositions, ces espaces-temps de l’économie monde, héritières des grandes foires médiévales, témoins de l’image qu’une époque se fait d’elle-même et de son avenir, ne sont plus aujourd’hui dédiées à mettre en avant le progrès industriel et le prestige national, mais plutôt à trouver des solutions aux défis globaux de notre époque, comme la qualité de vie en ville à Shanghai en 2010 ou l’alimentation en 2015 à Milan. Il n’en demeure pas moins que ces expositions gardent une dimension culturelle fondamentale et une vocation à l’universalité.

  • 2 Voir le site du Bureau international des expositions (BIE) : <www.bie-paris.org>

3Selon l’article 1 de la Convention de Paris du Bureau international des expositions (BIE), l’exposition « est une manifestation qui, quelle que soit sa dénomination, a un but principal d’enseignement pour le public, faisant l’inventaire des moyens dont dispose l’homme pour satisfaire les besoins d’une civilisation et faisant ressortir dans une ou plusieurs branches de l’activité humaine les progrès réalisés ou les perspectives d’avenir2 ».

4En fait, l’Expo 1937 est déjà la trente-huitième d’une longue série commencée en 1851 à Londres. Cette exposition de Londres avait notamment donné naissance au magnifique bâtiment éphémère de verre et de métal de Joseph Paxton. Au départ, les expositions étaient organisées par les États les plus développés, moteurs de la révolution industrielle. C’est pourquoi Paris en accueillit autant. Certes, en 1937, les expositions ne sont plus une manifestation unique et magique du génie humain dans laquelle l’avenir s’apparente à une longue marche vers la prospérité, à l’échelle de l’humanité tout entière. De même, elles ne développent plus une pédagogie du progrès comme au temps de la révolution industrielle. Et l’intérêt du public s’est aussi déplacé, des innovations techniques et des réalisations artistiques vers les attractions, c’est-à-dire vers la séduction ludique.

  • 3 Edmond Labbé, Rapport général, Exposition internationale des arts et techniques dans la vie modern (...)

5En revanche, les expositions restent encore liées à une commémoration. Celle de 1889, voulue par la Troisième République pour commémorer le centenaire de la Grande Révolution, a été en conséquence boudée par les monarchies européennes. En 1937, on célèbre le tricentenaire du Discours de la méthode de Descartes. Mais surtout, ses artisans ont voulu en faire la grande fête de la paix, d’une Europe enfin hors de danger3.

6Quand la France se porte candidate, le BIE, organisme intergouvernemental chargé de superviser le calendrier, la candidature, la sélection et l’organisation des expositions, codifie la tenue des expositions depuis 1928 en raison de la multiplication du nombre d’expositions et pour protéger le concept. L’Exposition de 1937 est la septième exposition parisienne : elle développe comme les précédentes une thématique - les arts décoratifs et industriels modernes en 1925, les colonies en 1931 -, en l’occurrence les arts et techniques dans la vie moderne. En ce sens, elle se veut internationale et non pas universelle.

  • 4 Bertrand Lemoine et Philippe Rivoirard (dir.), Paris 1937 : cinquantenaire de l’Exposition des art (...)
  • 5 Isabelle Chalet-Bailhache et Sylvie Clavel (dir.), op. cit.
  • 6 Voir notamment Pascal Ory, L’Exposition universelle, Bruxelles, Éditions Complexe, 1989, 153 p.
  • 7 Parmi ces ouvrages, on peut mentionner, parmi les synthèses, Brigitte Schrœder-Gudehus et Anne Ras (...)
  • 8 Ces fonds se trouvent essentiellement aux Archives nationales (sous-série F-12) et à l’Institut fr (...)
  • 9 Parmi ces travaux, on peut citer, Myriam Bacha (dir.), Les Expositions universelles à Paris de 185 (...)
  • 10 Voir notamment Sylvain Ageorges, Sur les traces des expositions universelles, Paris 1855-1937. À l (...)

7L’Exposition de 1937, bien que moins étudiée que ses aînées, a fait l’objet de nombreux travaux, notamment lors du cinquantième anniversaire de la manifestation en 1987. Le musée d’Art moderne de la ville de Paris, qui occupe l’une des ailes du palais de Tokyo créé à l’occasion de la manifestation de 1937, lui a consacré une exposition et un catalogue, codirigé par Bertrand Lemoine et Philippe Rivoirard4, auquel ont contribué plusieurs historiens, dont Madeleine Rebérioux. Une autre exposition consacrée aux cérémonies parisiennes, dont celle de 1937, a eu lieu une vingtaine d’années plus tard, en 2008, à Paris , dans les bâtiments de la Conciergerie. Elle a également donné lieu à une publication, sous la direction d’Isabelle Chalet-Bailhache et de Sylvie Clavel, réunissant des textes des principaux spécialistes de la question5. Les expositions internationales se situent dans le champ historiographique de l’histoire culturelle, alors en profond renouvellement. Figure éminente de cette dimension culturelle de l’histoire sociale, Pascal Ory a consacré plusieurs ouvrages et articles à ces expositions6. Ainsi, une effervescence éditoriale s’est manifestée entre la fin des années 1980 et le début des années 19907, s’appuyant sur des fonds d’archives considérables alors redécouverts8. Il s’agit souvent d’ouvrages collectifs ou de mémoires universitaires de recherche9. C’est principalement la dimension architecturale des expositions, centrée essentiellement sur Paris, qui est privilégiée à travers ces ouvrages, Depuis, l’intérêt des éditeurs s’est atténué, sauf en direction du grand public, auquel s’adressent des ouvrages de vulgarisation mettant à profit une iconographie abondante10. On a déjà écrit beaucoup sur la question, et la période que nous traversons est peu propice à l’étude d’expériences universelles et émancipatrices.

  • 11 Ce séminaire était placé sous la direction scientifique d’Emmanuel Bellanger, de Christine Langé, (...)
  • 12 Nous avons rendu compte de cette exposition à travers un entretien avec Éric Lafon, l’un des commi (...)
  • 13 Le colloque « Cent ans après la révolution d’Octobre : peut-on écrire une histoire française du pa (...)

8En revanche, des séminaires ou tables rondes ont eu lieu récemment, qui sont revenus sur les expositions, soit sur le temps long, soit en se focalisant exclusivement sur 1937. Le séminaire « Région parisienne, territoires et cultures », co-organisé par les Archives départementales de Seine-Saint-Denis, le Centre d’histoire sociale de l’université Paris 1 et les Archives nationales, a été consacré en 2016 et 2017 au thème : « Les expositions et la ville (XIXe-XXIe siècles)11 ». De son côté, le Musée d’histoire vivante de Montreuil, dans le cadre de sa très belle exposition de 2016 sur « 1936. Nouvelles images, nouveaux regards sur le Front populaire12 », a organisé une table ronde, en partenariat avec les Cahiers d’histoire, le 19 novembre 2016, sur « Le Front populaire, la culture et le peuple. Autour de l’Exposition internationale de 1937 ». L’intérêt des débats politiques suscités par l’Exposition de 1937 a amené à faire des interventions de cette table ronde le présent dossier, auquel Gilles Candar, Pascal Guillot et Annie Burger-Roussennac ont accepté de participer. Enfin, de nouveaux aspects de l’Exposition sont désormais mis en évidence, comme les vestiges de certains pavillons. Ainsi, après les découvertes de l’INRAP et l’exposition qui a eu lieu en 2010 à la Cité de la musique à Paris des vestiges du pavillon soviétique, notamment les fragments des bas-reliefs de l’artiste Joseph Moiseevitch-Tchaikov, retrouvés dans le château de Baillet jadis propriété de la CGT, et les travaux de François Gentili, un colloque se tiendra à Paris sur ce patrimoine13.

9Le dossier examine donc la façon dont de grandes figures du mouvement ouvrier, élus de la banlieue parisienne, les socialistes Jean Longuet et André Morizet, et le communiste Paul Vaillant-Couturier, perçoivent l’événement qu’est l’Expo dans la dynamique du Rassemblement populaire. Ces trois personnalités, pour lesquelles la culture et le mouvement ouvrier sont indissociables, ont chacune une vision différente de ce que doit être une exposition internationale. Ils en tirent des enseignements différents sur les enjeux politiques de la culture et sur l’articulation entre création artistique, aménagement urbain et volontarisme politique.

  • 14 Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire culturelle de la France. Le temps de (...)
  • 15 Pascal Ory, La belle illusion…, op. cit.

10Comme le révèle le cahier iconographique confectionné par Georges Vayrou, la manifestation de 1937, qui rassemble cinquante-deux « pays » et couvre une superficie totale de cent hectares, traduit bien la grande ambition culturelle de l’époque. Elle l’exprime à travers « sa capacité non pas tant à fondre qu’à faire coexister en un savant équilibre les différentes tendances d’une production foisonnante ». À cet égard, La Fée électricité, le célèbre tableau de Raoul Dufy, avec ses 600 mètres carrés de peinture, résume bien non seulement l’union des arts et techniques, thème de l’Exposition, mais aussi « l’esprit 37 », « brillant entre-deux culturel dans lequel se trouve alors la France » selon Jean-François Sirinelli14. Dans cette même optique, Pascal Ory évoque un temps qui est à la « belle illusion », rapprochant deux moments de cinéma français (La Grande Illusion de Jean Renoir et La Belle Équipe de Julien Duvivier) à la politique du Front populaire, et l’affirmation d’une politique culturelle, d’une vision du progrès face au péril fasciste15. Cette diversité est clairement assumée, mais elle est aussi fortement critiquée pour ne pas laisser assez de place à l’avant-garde en émergence : d’un côté l’académisme triomphant des palais de la République, de l’autre Le Corbusier relégué Porte Maillot. C’est précisément grâce au volontarisme politique du gouvernement de Front populaire que des « sites de gauche » voient le jour et que l’avant-garde artistique, représentative de son temps, est enfin sollicitée. Cette orientation se manifeste notamment à travers les pavillons de l’Hygiène, de l’Enseignement et de l’Agriculture. Le gouvernement de Front populaire confie aussi à la CGT la réalisation d’un pavillon du Travail. La réalisation de l’un des bustes des figures du mouvement ouvrier qui doivent orner le pavillon, celui de Jules Guesde, est confiée à Karl-Jean Longuet, fils de Jean Longuet, maire socialiste de Châtenay-Malabry. Le Front populaire donne aussi une nouvelle orientation à l’Exposition : il en démocratise le programme mais aussi l’accès, en proposant une journée à tarif réduit le lundi et des billets de chemin de fer à prix également réduit ; il confie à de grands artistes d’avant-garde la réalisation de murs, fresques et panneaux. Ainsi, Sonia et Robert Delaunay décorent les portes, façades et murs des pavillons de l’Aéronautique et des Chemins de fer. La création du palais de la Découverte au sein du Grand Palais traduit aussi cet état d’esprit. Gilles Candar montre ici l’engagement de Jean Longuet dans l’exposition des jardins, qui anticipait bien des manifestations futures et qui avait aussi le mérite de se dérouler à la périphérie de la capitale.

  • 16 André Bloc, « En vue de l’Expo de 37, le concours des musées d’art moderne », dans L’Architecture (...)

11Pourtant, comme nous le montre l’étude du dossier consacrée au sénateur-maire socialiste de Boulogne-Billancourt André Morizet, ce dernier ne perçoit pas du tout cette orientation. Déçu que l’Exposition, repliée sur sa centralité parisienne, ne puisse pas permettre l’urbanisation de la région et être la matrice d’une urbanité nouvelle, Morizet déserte. Esthète et très attentif aux préoccupations des avant-gardes architecturales, il partage les orientations d’une revue spécialisée, L’Architecture d’aujourd’hui, dont il est l’un des seuls élus avec Henri Sellier à faire partie du comité de patronage. La revue, en amont, présente des projets, comme ceux de Baudoin et Lods ou de Le Corbusier, qui proposent de situer l’Exposition à la périphérie de Paris, pour construire entièrement un vaste quartier. La revue pourfend le manque d’ouverture des concours d’architecture, la frilosité des jurys excluant d’emblée certains architectes et le défaut d’ambition urbanistique. André Bloc, architecte et directeur de la publication, met en garde les gouvernements dès 1934 : « 1937 ne doit tout de même pas assurer le triomphe de la médiocrité », écrit-il16.

  • 17 l’Humanité, 25 mai 1937, éditorial et p. 8.
  • 18 Luc Decaunes, « Un panorama vivant des arts plastiques français », l’Humanité, 12 juin 1937, p. 8.
  • 19 Paul Vaillant-Couturier, « Nous continuons la France », l’Humanité, 24 septembre 1937, p. 1 et p.  (...)

12Dans une démarche très différente, l’intellectuel communiste Paul Vaillant-Couturier, député-maire de Villejuif, étudié par Annie Burger-Roussennac dans le présent dossier, investit l’Exposition. Alors que le Parti communiste était plutôt réticent sur la tenue d’une telle manifestation, analyse qu’exprimait la position initiale d’André Marty, critiquant une initiative trop complaisante avec les forces du capital et peu propice à mobiliser les masses, le rédacteur-en-chef de l’Humanité déploie toute son énergie pour obtenir l’Exposition, puis pour la couvrir. Pendant le déroulement de l’Expo, l’organe central du Parti communiste rend compte tous les jours de la manifestation, se félicite de l’affluence, comptabilise le nombre des entrées quotidiennes. Il incite les lecteurs du journal, alors tiré à 500 000 exemplaires, à se rendre sur les lieux. Il s’agit pour le Parti communiste de démocratiser la culture et d’imaginer la politique culturelle comme un tout. Le 25 mai 1937, l’Humanité titre « Le soleil a inauguré l’Expo », évoquant « un miracle du travail17 ». Il voit dans l’Exposition une puissante machine émancipatrice, d’autant qu’il y a des pavillons amis, en l’occurrence ceux de l’URSS et de la République sœur espagnole, réalisé par l’architecte du mouvement moderne José-Luis Sert, avec en son sein les œuvres de Picasso et de Miró. Populariser la culture, c’est ce à quoi invite notamment le poète Luc Decaunes dans le quotidien : il incite à y découvrir « un panorama vivant des arts plastiques français » et vante la mise en place de visites populaires « guidées et gratuites18 ». Paul Vaillant-Couturier lui-même évoque, enthousiaste, l’exposition des chefs-d’œuvre de l’art français au palais de Tokyo : « Notre parti, en faisant de son corps un rempart à la culture française et à l’intelligence menacées par la barbarie des fascismes, notre parti, attaché aux valeurs spirituelles, a bien le sentiment qu’il continue la France. Et il veut de toutes ses forces aider les créateurs à créer, l’Esprit à se libérer, l’intelligence à trouver la plus large audience des foules françaises19 ». Loin de toute culture officielle, le Front populaire, dans toute sa diversité, en dépit des réserves ou des insuffisances de l’Exposition internationale, et du poids des conservatismes, semblait parvenir à rassembler les foules autour d’une vision émancipatrice et universelle de la culture.

Top of page

Notes

1 Pascal Ory, « Introduction », dans Isabelle Chalet-Bailhache et Sylvie Clavel (dir.), Paris et ses expositions universelles, 1855-1937, Paris, Éditions du patrimoine, CMN, 2008, 101 p., p. 8.

2 Voir le site du Bureau international des expositions (BIE) : <www.bie-paris.org>

3 Edmond Labbé, Rapport général, Exposition internationale des arts et techniques dans la vie moderne, 1937, tome I, guide officiel, Paris, 1938, p. 24.

4 Bertrand Lemoine et Philippe Rivoirard (dir.), Paris 1937 : cinquantenaire de l’Exposition des arts et techniques dans la vie moderne, Paris, IFA, 1987, 510 p.

5 Isabelle Chalet-Bailhache et Sylvie Clavel (dir.), op. cit.

6 Voir notamment Pascal Ory, L’Exposition universelle, Bruxelles, Éditions Complexe, 1989, 153 p.

7 Parmi ces ouvrages, on peut mentionner, parmi les synthèses, Brigitte Schrœder-Gudehus et Anne Rasmussen, Les fastes du progrès : le guide des expositions universelles, 1851-1992, Paris, Flammarion, 1992, 253 p. ; Florence Pinot de Villechenon, Les Expositions universelles, Paris, PUF, Que sais-je ?, 1992, 126 p.

8 Ces fonds se trouvent essentiellement aux Archives nationales (sous-série F-12) et à l’Institut français d’Architecture (IFA) de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine. On y trouve notamment les archives du commissariat général de l’Exposition, des plans, des guides, esquisses, projets d’architecture, discours, mais aussi des fonds photographiques, notamment les photographies prises par François Kollar.

9 Parmi ces travaux, on peut citer, Myriam Bacha (dir.), Les Expositions universelles à Paris de 1855 à 1937, Paris, Action artistique de la ville de Paris, 2005, 207 p. ; Pascal Ory, « Introduction », dans Isabelle Chalet-Bailhache et Sylvie Clavel (dir.), op. cit. ; Hugo Delarbre, Construire l’Exposition de 1937. Perception et réception de l’événement au miroir de l’architecture, mémoire de master sous la direction de Marie-Anne Matard-Bonucci, université de Grenoble, 2011, 157 p.

10 Voir notamment Sylvain Ageorges, Sur les traces des expositions universelles, Paris 1855-1937. À la recherche des pavillons et monuments oubliés, Paris, Parigramme, 2006, 192 p. et Pascal Rivard, L’Exposition internationale à travers la carte postale, Amiens, Valade, 2007.

11 Ce séminaire était placé sous la direction scientifique d’Emmanuel Bellanger, de Christine Langé, de Jean-Michel Leblanc, de Guillaume Nahon, de Geneviève Profit et de Sylvie Zaidman. Il se déroulait à la maison de la RATP, avec le soutien de la Régie et du Département de Paris.

12 Nous avons rendu compte de cette exposition à travers un entretien avec Éric Lafon, l’un des commissaires (avec Frédéric Cépède et Jean Vigreux). Voir Éric Lafon, entretien réalisé par Pascal Guillot, « 1936. Nouvelles images, nouveaux regards sur le Front populaire », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 132, p. 185-191.

13 Le colloque « Cent ans après la révolution d’Octobre : peut-on écrire une histoire française du patrimoine soviétique ? », organisé par l’INRAP et l’INALCO, se déroulera du 12 au 14 octobre 2017 à la maison des Métallos à Paris. François Gentili (INRAP), Taline Ter Minassian (INALCO), Émeric Tellier (Centre d’histoire sociale du XXe siècle/université Paris 1), Danielle Tartakowsky (université Paris 8) et Jean-Paul Demoule (université Paris 1), entre autres, font partie du comité scientifique du colloque.

14 Jean-Pierre Rioux et Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire culturelle de la France. Le temps des masses, le vingtième siècle (Jean-François Sirinelli, « Entre chien et loup », chap. 10), Paris, Seuil, 1997, éd. 2005, 505 p., p. 237 ; Pascal Ory, La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire, Paris, Plon, 1994, 1033 p. (ouvrage réédité en format de poche en 2016 aux éditions du CNRS).

15 Pascal Ory, La belle illusion…, op. cit.

16 André Bloc, « En vue de l’Expo de 37, le concours des musées d’art moderne », dans L’Architecture d’aujourd’hui, n° 10, décembre 1934-janvier 1935, p. 12-13. Notons que le siège de la revue s’installe dès sa création à Boulogne, fief de Morizet.

17 l’Humanité, 25 mai 1937, éditorial et p. 8.

18 Luc Decaunes, « Un panorama vivant des arts plastiques français », l’Humanité, 12 juin 1937, p. 8.

19 Paul Vaillant-Couturier, « Nous continuons la France », l’Humanité, 24 septembre 1937, p. 1 et p. 3.

Top of page

References

Bibliographical reference

Pascal Guillot, « De 1937 à 2017, les enjeux politiques de la culture », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 135 | 2017, 13-19.

Electronic reference

Pascal Guillot, « De 1937 à 2017, les enjeux politiques de la culture », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 135 | 2017, Online since 01 July 2017, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/5850

Top of page

About the author

Pascal Guillot

PRAG à l’Université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines, Docteur en histoire

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page