Skip to navigation – Site map
DOSSIER

Les Longuet et l’Exposition internationale de 1937 : mouvement ouvrier, arts et jardins

Gilles Candar
p. 39-52

Abstract

À partir d’un cas très particulier, à vrai dire dédoublé, celui d’une personnalité socialiste, maire d’une commune de la banlieue parisienne, et de son fils sculpteur encore à l’aube de son parcours artistique, à savoir Jean Longuet (1876-1938) et Karl-Jean Longuet (1904-1981), il s’agit d’interroger la spécificité socialiste dans le domaine culturel et artistique, à la fois partie intégrante d’une culture et d’une politique républicaines dont ils se veulent l’avant-garde, et critiques de celles-ci, voulant incarner son dépassement et la préfiguration d’une humanité nouvelle. Concrètement, cela passe par l’examen des propositions de Jean Longuet et de l’œuvre de son fils Karl-Jean dans le cadre de l’exposition universelle de 1937 : des réponses différentes par nature mais adaptées aux transformations dont se fait l’écho la culture du Front populaire.

Top of page

Full text

1L’histoire des socialistes est intimement liée à celle des Expositions universelles. Dans une famille politique qui cultiva longtemps sa mémoire historique, quitte à la remanier et à l’adapter, il ne pouvait être oublié que l’Association internationale des travailleurs, née à Londres en 1864, était en partie fille de l’exposition universelle de 1862 dans la même ville, ou que celle de Paris en 1889, pour le centenaire de la Révolution de 1789, avait permis l’organisation de congrès rétrospectivement considérés comme marquant la résurrection de l’Internationale sous la forme de ce qui sera ensuite désigné comme l’Internationale socialiste. L’exposition universelle de 1900 s’accompagna elle aussi de nombreux congrès et d’abord de celui de l’Internationale (23 au 27 septembre 1900), suivi d’un tumultueux rassemblement des organisations socialistes salle Wagram (28 au 30 septembre 1900). Assez désorganisé, le Congrès international eut une forte valeur symbolique, d’autant que ses dirigeants, constatant ses carences, décidèrent la création d’un Bureau socialiste international afin de coordonner leurs activités. Les socialistes étaient ainsi accoutumés à se situer dans le mouvement d’exposition et, en même temps, dans sa critique ou dans des propositions de réforme, se présentant alors comme la vraie force de l’avenir.

2Pour l’Exposition de 1937, les socialistes avaient décidé d’accompagner cette manifestation bien avant de savoir que le gouvernement serait dirigé par un des leurs à l’issue des élections législatives d’avril-mai 1936. Au reste, contrairement aux communistes, ils n’étaient pas si éloignés avant ces élections des sphères de décision de la République parlementaire, de nombreuses passerelles et zones de contact existaient avec les radicaux ou les autres forces de gauche modérée souvent associés au pouvoir, voire le dirigeant, depuis plusieurs décennies. Le sujet et la dialectique entre la tradition revisitée et le nouveau émergeant sont au cœur de la grande et puissante thèse de Pascal Ory, heureusement rééditée voici peu dans un format de poche1. Il ne s’agit pas ici de la résumer au risque de la défigurer, mais de signaler quelques situations complémentaires et méconnues permettant de revenir sur les grandes lignes de ses analyses.

3Dans le dispositif d’interventions socialistes sur les questions mémorielles et culturelles, Jean Longuet (1876-1938) occupait une place importante. Toujours membre de la commission administrative permanente (le dernier survivant de la promotion de 1905 à y siéger encore), il était une personnalité reconnue du socialisme : député, conseiller général de Sceaux et maire de Châtenay-Malabry, membre du comité exécutif de l’Internationale ouvrière socialiste, même s’il se trouvait aussi, non sans quelques ménagements, un peu marginalisé au sein de son parti. Membre du conseil d’administration de la branche française de l’Institut international d’histoire sociale chargée de sauvegarder les archives du mouvement ouvrier2, il fut ainsi tout naturellement désigné pour être associé à la préparation d’une exposition sur l’histoire du socialisme en France, dont le commissariat était confié à Jules-Mario Guesde (1912-1974), jeune avocat et petit-fils de Jules Guesde, qui devait se tenir lors de l’Exposition de 1937, mais sur laquelle nous ne savons malheureusement rien.

La politique culturelle de Longuet à Châtenay-Malabry et Sceaux

4Longuet n’avait sans doute pas prévu dans son jeune âge qu’il allait être amené à consacrer du temps à l’exercice de mandats locaux. Journaliste, avocat, militant, il est probable que sans les remous de la guerre et de la scission du congrès de Tours, il n’aurait pas envisagé ce parcours. Battu aux élections législatives de 1919, écarté des responsabilités essentielles dans le parti et la nouvelle Internationale ouvrière et socialiste (1922-1923) alors que Le Populaire quotidien cessait de paraître (mai 1924), l’ancien leader de la minorité « pacifiste » du socialisme pendant la Grande Guerre se retrouva en quelque sorte disponible pour adjoindre à ses activités militantes celles d’élu local. Il devint maire de Châtenay-Malabry (1925) et conseiller général du canton de Sceaux (1929). Châtenay était alors encore une toute petite ville, une bourgade aux aspects ruraux avec d’importantes cultures de maraîchers et surtout de pépiniéristes, de 3 000 habitants environ, mais déjà pleinement intégrée dans le développement marquant de la banlieue parisienne depuis le début du siècle. Le canton comprenait huit communes : Sceaux, Antony, Bourg-la-Reine, Bagneux, Le Plessis-Robinson, Fontenay-aux-Roses et Châtenay-Malabry, à la population elle aussi assez diversifiée. Sans rentrer dans le détail sociologique, ni la commune, ni le canton n’étaient des bastions ouvriers et Longuet, qui y résidait depuis 1912, ne l’ignorait évidemment pas. Sa municipalité était clairement à l’image du cartel des gauches : socialiste et radicale, sans participation communiste. L’accès de Longuet au mandat de conseiller général s’expliqua aussi par une politique d’entente avec les radicaux locaux : le conseiller général sortant, Auguste Mounié, maire radical d’Antony élu sénateur en 1927, accepta de ne pas se représenter et de soutenir sa candidature.

5La politique locale de Longuet tenait compte de ces données sociales et politiques3. Dans sa commune, sa principale initiative dans le domaine culturel consista à instituer au début de l’année 1930 un patronage Voltaire4 destiné à rivaliser avec le catholique patronage Saint-Germain et la conservatrice Société Castelnau. Les années du Front populaire permirent d’intensifier l’action entreprise, notamment dans les domaines sportif et culturel. Sous la présidence du docteur Le Savoureux5, personnalité locale, elle fut mise en œuvre par de jeunes militants locaux, comme Gaston Richet (futur maire, 1938-1947) et André Mignon (futur maire, 1965-1976), partiellement relayés à partir de 1935 par l’écrivain Jean Paulhan (1884-1968), conseiller municipal indépendant (1935-1941)6. Longuet ne semblait pas manifester la même fascination pour la modernité architecturale ou urbanistique que son collègue et camarade André Morizet à Boulogne-Billancourt. Il était en tout cas attaché au patrimoine local, ce qui lui valut les félicitations de Léandre Vaillat dans Le Temps7, s’efforçant de faire classer le domaine de la Vallée-aux-Loups8, l’ancien domaine de Chateaubriand. En même temps, la municipalité organisait quelques cérémonies ou événements festifs qui choquèrent parfois une part de sa majorité par leur caractère militant ou idéologique trop insistant. Un certain nombre de voies publiques reçurent des noms de personnalités du panthéon de la gauche : Jean Jaurès, Camille Pelletan, Anatole France, etc. La politique d’équilibre de Jean Longuet se manifesta aussi sur le terrain laïque. Le maire soutint l’ouverture des activités du patronage Voltaire aux enfants scolarisés dans le privé, ce qui mécontenta ses alliés radicaux (le premier adjoint Édouard Maurant, le docteur Le Savoureux...) et jusqu’à Jean Paulhan. Cet équilibre savait se montrer audacieux, notamment sur les questions internationales. Longuet ne se contenta pas de célébrer le passé révolutionnaire. Il utilisa toutes les occasions pour alerter ses concitoyens sur les réalités et les dangers du fascisme en Italie ou en Autriche, faisant venir dans sa ville le dirigeant socialiste italien Giuseppe-Emanuele Modigliani ou l’Autrichienne Thérèse Schlesinger à l’occasion de la commémoration du vingtième anniversaire de l’assassinat de Jaurès. Cette préoccupation internationaliste n’était pas présentée sous un aspect trop idéologique ou partisan. Si Longuet participa au moment de la guerre d’Espagne à la tendance favorable à une aide directe aux républicains espagnols, critique de la politique gouvernementale de non-participation et animateur du bulletin L’Espagne socialiste, il organisa localement un comité d’accueil des enfants espagnols en accord avec le curé de la paroisse, la confrérie Saint-Vincent-de-Paul, le corps médical et les directeurs d’école, ainsi bien sûr que la section de la Ligue des droits de l’homme, dont il était par ailleurs le président. Il organisa de nombreuses réunions d’explications, faisant par exemple diffuser le film Espagne 1937 de Jean-Paul Le Chanois, Pierre Unik et Luis Buñuel, alors attaché à l’ambassade d’Espagne en France afin de préparer le pavillon espagnol pour l’exposition universelle. Actif dans la défense et l’accueil des réfugiés, aussi bien comme avocat que militant ou élu, Longuet en accueillit un certain nombre dans sa ville, parmi lesquels les dirigeants sociaux-démocrates allemands en exil. Il explicita sa conception de ses responsabilités dans une lettre à un correspondant où il avouait son inquiétude face à l’agression de la Chine par le Japon :

« Vous me direz que ces terribles événements se passent très loin de nous, et la question de quelques sous d’augmentation sur le tarif du métro touche de beaucoup plus près les habitants d’Antony, et que le citoyen Mounié étant essentiellement un élu localiste, il s’en est ému davantage que du massacre de 100 000 Espagnols ou de l’extermination de centaines de milliers de Chinois. Vous me permettrez d’avoir une autre conception du devoir d’un militant qui, suivant la grande parole prononcée il y a bientôt 2 000 ans par le poète latin, pense que rien de qui est humain ne lui est étranger. Évidemment, les électeurs qui considèrent qu’ils doivent avoir un représentant occupé uniquement de leurs becs de gaz et de leurs pissotières peuvent préférer l’autre mentalité. Je regrette de ne pas partager leur point de vue. Je ne veux pas dire par cela que l’on ne doit pas s’occuper des questions locales et, en ce qui concerne les transports en particulier, je crois avoir assez fait pour qu’on ne puisse pas me dire que je ne m’occupe point des questions terre à terre, et qui touchent de plus près, évidemment, la masse de nos concitoyens. Le jour cependant où ils verraient leurs maisons anéanties, leurs femmes et leurs enfants massacrés, ils penseraient que cela a plus d’importance que de payer deux sous de plus sur un ticket de métro ! »9

6Auparavant, comme il l’indiquait, sa municipalité s’efforça de mener à bien un certain nombre de réalisations dans les activités de son ressort. Dans le domaine culturel, l’entregent de Paulhan, alors directeur de la NRF, permit d’organiser une série de conférences littéraires avec des écrivains déjà réputés ou qui le devinrent : Francis Ponge, Jacques Audiberti, Claude Sernet, Marc Bernard... Paulhan lui-même donna une conférence sur Anatole France, qui avait présidé le meeting pour la victoire électorale de Longuet après les élections législatives de 1914. Il prépara une exposition sur Voltaire, inaugurée en juillet 1938 par l’ancien ministre de l’Éducation nationale, Anatole de Monzie. Nous ne disposons pas de données numériques sur l’audience de telles initiatives, mais comme souvent en pareil cas, outre leur valeur intrinsèque, leur fonction devait être aussi de donner un certain renom à l’action municipale et d’illustrer ses préoccupations culturelles auprès d’un public enseignant et instruit. Au niveau du canton, dans le cadre du département de la Seine, Longuet jouait un rôle analogue. Il n’y était pourtant pas une figure dominante, agissant en relais de son camarade Henri Sellier (1883-1943), chef de file des socialistes au conseil général où il était élu depuis 1910, maire de Suresnes, sénateur à partir de 1935 et spécialiste des questions budgétaires (rapporteur général du budget à plusieurs reprises) et du logement social (administrateur ou président de l’Office départemental des habitations à bon marché)10. Les deux hommes collaborèrent au moment de la construction de la cité-jardin de la Butte-Rouge à Châtenay-Malabry, à la fois réalisation grandiose et entreprise difficile, pour laquelle Longuet ne cessa de demander les aménagements nécessaires, parfois réalisés (équipements sportifs comme le stade ou la piscine), parfois reportés sine die comme la desserte commode depuis Paris par les transports en commun11.

7Néanmoins, dans ce cadre et concernant la politique culturelle, il suivait depuis son élection la question du devenir du domaine du parc de Sceaux, dont les principes d’aménagement avaient été fixés dès 1923 : rachat et préservation des bâtiments et du parc, lotissement des parties périphériques afin de financer l’ensemble du projet, ce que regrettait d’ailleurs Longuet qui aurait préféré un sauvetage global. Le maire de Châtenay, commune limitrophe du parc de Sceaux, s’intéressa aux utilisations possibles du château lui-même ainsi qu’aux pavillons de l’Aurore et de l’Orangerie. Pour la partie antonienne du parc, il obtint la récupération du pavillon de Hanovre, bâtiment du XVIIIe siècle démonté boulevard des Italiens à Paris et réinstallé sous la conduite de Léon Azéma, maître d’œuvre de la restauration du parc, une des sommités architecturales de l’époque, plus tard associé à la construction du nouveau palais de Chaillot au Trocadéro12. En accord avec son collègue et camarade André Le Troquer, rapporteur du projet d’aménagement, il avait proposé de transformer ces divers pavillons en musée et salles d’exposition. Sollicité et documenté par Augustin Chaboseau (1868-1946), vieux routier érudit et éclectique du socialisme, esprit original, spirite martiniste et animateur de la Société pour la protection des paysages de France13, Longuet, admirateur du « magnifique passé d’art et d’histoire d’un des plus beaux domaines de France et d’Europe », s’attacha à préciser le projet envisagé. Il fit adopter par le conseil général la dénomination de « musée de l’Île-de-France14 » pour les collections dont l’exposition était prévue au château central. Il aurait souhaité en faire un grand musée, l’équivalent pour la banlieue du musée Carnavalet, et d’y accueillir notamment des œuvres de Marquet, Dunoyer de Segonzac, Vlaminck et de « son ami Maximilien Luce ». Il s’agissait de donner à la banlieue parisienne non seulement les mêmes ressources, mais aussi l’équivalent de lustre et de prestige que pouvait avoir la capitale elle-même. Militant de la section socialiste locale, Chaboseau participa comme conservateur adjoint bénévole à l’élaboration des premiers éléments du musée, qui bénéficia de quelques donations de Dunoyer de Segonzac et de Jean Fautrier, résidant alors à Châtenay, mais que Longuet ne semble pas avoir personnellement connu. Le musée ouvrit ses portes en 1936 et, dans un contexte évidemment plus difficile que prévu, acquit progressivement sa légitimité et trouva son public.

8Le conseiller général avait des vues également sur l’Orangerie du parc de Sceaux, au demeurant l’élément architectural le plus authentique du domaine, œuvre de Jules Hardouin-Mansart (1686), contrairement au château lui-même reconstruit lors du Second Empire sur le modèle d’un château Louis-XIII. Il s’en fit une priorité au point de passer après 1935 à la commission des beaux-arts du conseil général afin de suivre personnellement le dossier. L’Exposition de 1937 devait en effet être moins centralisée que les précédentes, comporter de nombreuses « annexes » et concerner la banlieue. Il était donc prévu une exposition « art des jardins » présentée à l’Orangerie et dans le parc. Élu local, socialiste et internationaliste, Jean Longuet se réjouissait à la fois que fussent présentés les jardins de tous les pays et manifeste le lien de l’exposition avec l’industrie horticole, si forte dans la région et à Châtenay même, avec notamment les pépinières Croux, attenantes au domaine Chateaubriand de la Vallée-aux-Loups. Signalons au passage que les anciennes pépinières ont depuis été transformées en arboretum, évolution réalisée par d’autres équipes départementales dans les années 1980, mais donc globalement conforme aux attentes de Longuet et des élus socialistes des années 1920/1930... Peut-être faut-il regretter que l’histoire de l’Exposition de 1937 soit restée trop parisienne avec le récit, avéré mais qui n’épuise sans doute pas le sujet, des retards et de l’inachèvement de l’inauguration. Il nous faudrait là aussi en savoir davantage sur cette exposition, afin de déterminer si son programme et sa réalisation ont pu préfigurer le si populaire Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire, proposé aux visiteurs depuis 199215. Il faut néanmoins souligner un succès personnel de Longuet : l’exposition du parc de Sceaux fut la seule à être vraiment installée en banlieue, les autres annexes (boulevard Kellerman, portes Maillot et de Saint-Cloud) concernant la périphérie de Paris. Avec la piscine en préparation près de la Butte-Rouge, ouverte l’année suivante, c’est bien une pensée cohérente de la banlieue, inspirée des exemples scandinaves ou d’Europe centrale qu’il connaissait, que cherchait à mettre en œuvre le maire de Châtenay. C’est aussi une défense du patrimoine et une volonté de son insertion dans un projet d’ensemble, avec un souci de pédagogie et d’accès démocratique très représentatif de la politique culturelle du Front populaire, comme le remarque justement Pascal Ory.

9Pour autant, Jean Longuet ne s’imposa pas comme une figure centrale du « moment 1936 ». Il subit un relatif effacement politique en raison de son échec électoral aux élections législatives de 1936. Longuet avait été à la fois victime de la poussée communiste et des divisions de son propre camp, les maires d’Antony (radical) et de Montrouge (néo-socialiste) ayant poussé une candidature face à lui qui l’empêcha de se qualifier pour le second tour. Aléa de la politique qu’il prit avec un détachement au moins apparent et qui aurait pu être très provisoire, d’autant que localement la dissidence d’Émile Cresp, le maire de Montrouge, tourna vite court16. S’il avait été encore député, il aurait sans doute disposé des moyens de populariser davantage les initiatives sociales ou culturelles de sa région. Néanmoins, il faut bien dire aussi qu’on a l’impression d’un changement de génération. Après tout, ses camarades et collègues électoralement plus chanceux, comme Henri Sellier ou André Morizet, ne s’imposèrent pas non plus comme des grands hommes de 1936, même si le premier devint ministre pendant une année. Les questions culturelles et éducatives furent prises en charge par des élus jeunes et dynamiques, comme le nouveau ministre de l’Éducation nationale, Jean Zay (1904-1944), ou le sous-secrétaire d’État aux Loisirs, Léo Lagrange (1900-1940), voire hors gouvernement et chez les communistes par Paul Vaillant-Couturier (1892-1937). Ce n’était pas forcément contradictoire, ni mal vécu : tout en assurant la continuité de son action et assumant ses responsabilités jusqu’aux plus modestes, Longuet se préoccupait de plus en plus des questions internationales, de la guerre d’Espagne, de la menace de guerre et de la montée des fascismes. Il mourut de manière accidentelle à un âge encore jeune (62 ans), juste avant les accords de Munich et alors que son autorité politique se renforçait incontestablement : il devait ainsi faire sa rentrée au bureau de l’Internationale ouvrière et socialiste, succédant au vieux Bracke. Après deux décennies de mandats locaux ou nationaux, se profilaient des perspectives d’action au niveau international.

Sculptures et monde du travail

10Le nom de Longuet resta cependant associé à la vie culturelle et artistique de la période du Front populaire par d’autres voies, puisque son fils cadet participa au programme artistique de l’Exposition de 1937. Jeune sculpteur, Karl-Jean Longuet (1904-1981) reçut la commande de l’édification d’une des fontaines monumentales de l’Exposition et participa à l’aménagement du palais du Travail. Contrairement aux « arts des jardins » du domaine de Sceaux, il ne s’agissait pas d’un des projets initiaux de l’Exposition. Ce fut une décision du nouveau gouvernement de Front populaire d’adjoindre au programme prévu un pavillon consacré au travail, sa reconnaissance, ses droits et ses conquêtes, et d’en confier l’aménagement à la Confédération générale du travail depuis peu réunifiée (congrès de Toulouse, mars 193517). Ce pavillon, parfois appelé aussi palais du Travail, dans un but d’ennoblissement compréhensible de son objet, fut situé en bordure de Seine sur le quai d’Orsay. Il ne doit évidemment pas être confondu avec son homonyme de 1900, place Dupleix, confié aux coopérateurs18, mais détruit en 1906 et remplacé par l’église Saint-Léon. Décidé tardivement, ce pavillon ne pouvait être prêt lors de l’inauguration officielle du 24 mai 1937 mais, comme beaucoup d’autres, dut attendre quelques semaines supplémentaires son achèvement. Le 25 juin, trois jours après la démission du gouvernement Blum et la formation du nouveau gouvernement dirigé par Camille Chautemps, donc dans un contexte déjà largement désenchanté et difficile, le pavillon fut inauguré par Léon Jouhaux en présence des ministres André Février (Travail) et Yvon Delbos (Affaires étrangères), du commissaire de l’exposition, Edmond Labbé, et du secrétaire général de la Fédération syndicale internationale, le Belge Walter Schevenels, rejoints pour le banquet par Max Hymans, Albert Bedouce, Philippe Serre, François Blancho... l’Humanité annonça l’inauguration à sa une, mais Le Populaire se montra beaucoup plus discret : un petit article tout en bas de la page 4 : « La "Maison du Travail" de l’Exposition a été inaugurée hier19 ». Le quotidien socialiste préféra mettre en avant l’inauguration du musée des Arts modernes au palais de Tokyo et l’ouverture de l’exposition rétrospective sur l’art français, « due à l’initiative de Léon Blum », par le président Lebrun. Le Figaro n’en dit pas un mot...

11La CGT avait décidé d’orner son hall d’honneur de six statues de grande taille représentant les principaux « émancipateurs du peuple », en veillant à équilibrer ses références : Marx, Proudhon, Varlin, Pelloutier, Jaurès et Guesde20. Karl-Jean Longuet fut donc choisi pour réaliser le buste de ce dernier. A priori, après tant de polémiques, on pourrait trouver plaisant de voir le député de Roubaix célébré par les héritiers du syndicalisme révolutionnaire et de l’autonomie ouvrière. Mais Guesde avait incontestablement inspiré une part importante du mouvement ouvrier, en dehors même du Nord, et ses thèses avaient toujours été représentées au sein de la Confédération, dans le textile notamment. Les années 1930 furent sans doute celles de l’acmé de sa popularité mémorielle : ses disciples se trouvaient aussi bien à la tête de la SFIO, avec le secrétaire général Paul Faure, qu’à celle de l’Humanité avec Marcel Cachin, Le Populaire s’efforçant quotidiennement de vendre sa biographie signée par Compère-Morel21. Il n’était pas aberrant d’associer les noms de Guesde et de Longuet. La famille de celui-ci incarnait le pluralisme et le débat interne de la gauche socialiste : Charles Longuet, le gendre de Marx, inventeur présumé du vocable « radical-socialiste », s’était situé entre Marx et Proudhon, entre Clemenceau (le Clemenceau « d’extrême gauche » des années 1880-1890) et des socialistes comme Jaurès. Son fils Jean, d’abord guesdiste comme son oncle, Paul Lafargue, avait choisi de suivre Jaurès dans la bataille pour Dreyfus, tout en le critiquant parfois au moment de la participation ministérielle. Il lui restait bien sûr très attaché, d’ailleurs président au même moment d’une association chargée de célébrer sa mémoire, de préparer un film et des manifestations diverses22. Le plus jeune de ses frères, Marcel, admirateur et éditeur au Mercure de France de Villiers de L’Isle-Adam, s’occupait davantage de littérature tout en restant professionnellement dans le sillage de Clemenceau et le souvenir de son père. Le cadet, Edgard, avait en revanche toujours milité dans la tendance guesdiste. Médecin, il avait soigné le jeune Karl-Jean après son dramatique accident ferroviaire de juin 1910, oncle et neveu étaient demeurés proches ensuite.

12De toute façon, le choix du personnage représenté n’appartenait pas nécessairement à l’artiste lui-même. Au rebours d’une famille d’orateurs et de tribuns militants, Karl-Jean Longuet avait déjà opté pour une réserve de bon aloi, laissant l’œuvre s’exprimer elle-même sans commentaires superfétatoires ou périphériques : « Actuellement, le défaut est de vouloir être universel. Résultat : les gens parlent de tout sans rien savoir23... », avait-il déclaré dans une interview, au sujet d’un buste de son arrière-grand-père, Marx, acquis par l’Institut du marxisme-léninisme à Moscou24. Il avait reçu une formation classique, auprès de Paul Niclausse à l’École nationale supérieure des arts décoratifs (1926-1928) et de Jean Boucher à l’École nationale supérieure des beaux-arts (1928-1930). Dans ses premières années, il travailla beaucoup le portrait, s’inscrivant lui aussi dans le vaste courant du réalisme maîtrisé, alliant tradition et recherche d’un humanisme renouvelé25. Karl-Jean Longuet devait continuer les années suivantes à travailler sur des sujets proches, avec les bustes de Bracke, Adrien Pressemane (1937) et Jean Laville (1938). Pour ces derniers, anciens députés socialistes et compagnons du combat « minoritaire » de son père contre le « socialisme de guerre », il s’agissait de les inclure dans des monuments commémoratifs, donc dans une perspective assez proche de celle de l’Exposition26. Quoi qu’il en soit, il réalisa pour celle-ci un Guesde impressionnant de force, de conviction et de dignité un peu raide, convenant bien au sujet et à son emplacement, dans un vaste hall de 58 mètres de long27. La sculpture du palais du Travail, haute d’environ deux mètres, ne semble pas avoir été conservée, mais le modèle originel, présent à gauche de la photographie, conservé dans les collections du Musée de l’histoire vivante à Montreuil, devrait être prochainement exposé au public.

Karl-Jean Longuet travaillant au Guesde du palais du Travail. Photographie Ch. Lefebvre, © archives Longuet-Marx.

13Les divisions du Front Populaire, comme les tensions internes au sein de la Confédération, semblent avoir pesé sur le succès de ce pavillon du travail, dont l’aménagement est assez rarement présenté dans la presse, même sympathisante, à l’exception plutôt attendue et minimale de Regards ou du Peuple28. Les historiennes Colette Chambelland et Danielle Tartakowsky dressent un bilan assez mitigé de l’expérience. Au rez-de-chaussée, les alvéoles (sur le modèle de chapelles déambulatoires) confiées aux différentes fédérations (agriculture, bâtiment, sous-sol, textile, fonctionnaires, transports...) avec des regroupements plus ou moins extensifs (la pharmacie et la coiffure avec l’agriculture, la bijouterie avec le sous-sol, les tabacs et allumettes avec la fonction publique...) présentaient leurs activités propres tandis que sur le quai étaient accostés une sardinière d’Auray et un thonier de Lorient, évoquant les travailleurs de la mer. L’étage était occupé par des bureaux et des salles de projection. Il était ainsi prévu que le film La Marseillaise de Jean Renoir fût projeté dans ce cadre, mais il connut lui aussi quelques retards et sa première projection eut lieu au cinéma Olympia le 9 février 1938, après la fin de l’Exposition. La salle servit cependant : la presse signale par exemple un concert donné le 28 septembre et aussitôt radiodiffusé. On devrait pouvoir évaluer quelle proportion parmi la trentaine de millions de visiteurs ayant fréquenté l’Exposition eut l’occasion de visiter ce pavillon et de jeter au moins un coup d’œil aux statues du hall...

14Cette déambulation, allant du parc de Sceaux à un quai d’Orsay prolétarisé pendant un été, permet sans doute de saisir l’affirmation d’une politique culturelle originale, certes déjà émergente au début du siècle, mais qui se déploie alors, se prolonge à la Libération et constitue une part jugée longtemps importante de la culture politique française, notamment au sein de la gauche française, même s’il serait abusif de la réduire à un seul camp. L’intérêt particulier d’essayer de retrouver les traces de Jean Longuet et de son fils Karl-Jean à cette occasion est d’associer ainsi un politique confirmé, faisant même figure d’homme d’une certaine tradition après plus de quatre décennies de participation active au débat public, et un jeune artiste au début de son parcours esthétique, donc deux moments et deux faces importantes de cet « esprit du Front populaire ». Face aux crises des années 1930, à la montée des fascismes, des tentations autoritaires et du risque de guerre, la gauche française s’entend à dépasser de vieux clivages ou des oppositions rhétoriques, par exemple entre « réformistes » et « révolutionnaires ». Il s’agit au contraire de donner sens et signification à un rassemblement intégrant les traditions nationales jusque dans leurs aspects les plus patrimoniaux, pour les faire servir à une culture dynamique et moderne. C’est une réponse très jaurésienne d’esprit, dont la réalisation en 1936-1937 ne fut que partiellement réussie et en tout cas resta inachevée et fragile, mais qui fut reprise et prolongée, avec toujours sa part de succès et d’échec, sans que l’on puisse aujourd’hui estimer inutiles ou dépassées ses perspectives.

Top of page

List of illustrations

Caption Karl-Jean Longuet travaillant au Guesde du palais du Travail. Photographie Ch. Lefebvre, © archives Longuet-Marx.
URL http://journals.openedition.org/chrhc/docannexe/image/5884/img-1.jpg
File image/jpeg, 34k
Top of page

References

Bibliographical reference

Gilles Candar, « Les Longuet et l’Exposition internationale de 1937 : mouvement ouvrier, arts et jardins », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 135 | 2017, 39-52.

Electronic reference

Gilles Candar, « Les Longuet et l’Exposition internationale de 1937 : mouvement ouvrier, arts et jardins », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique [Online], 135 | 2017, Online since 01 June 2017, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/chrhc/5884

Top of page

About the author

Gilles Candar

Société d’études jaurésiennes

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus des Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page